La Journée de la femme, ce cache-misère, par Ivan Rioufol

Ce lundi est « la journée de la femme ». Les curieux seront priés de ne pas regarder de trop près la condition féminine dans les cités de la « diversité ». « La belle chose qu’est la destruction des mots ! », avait écrit George Orwell, qui a bien analysé le mécanisme du mensonge au service d’une pensée totalitaire. Il est plaisant de se souvenir que cette journée internationale des femmes avait été lancée par Lénine, il y a tout juste un siècle, au nom de la cause communiste, avant d’être reprise plus tard par les premières féministes. En 74 ans de soviétisme, jamais une seule femme ne siégea pour autant au Politburo, comme me le fait remarquer ce matin mon confrère Bernard Lecomte ! Cette année encore, un voile pudique (un de plus) sera jeté sur l’authentique culture patriarcale et sexiste qui s’est installée dans la nouvelle France islamique. Des militantes en viennent même à défendre leur liberté de s’habiller, sans vouloir s’arrêter sur le symbole de soumission au mâle que représente le recouvrement du corps sexué. L’Etat, volontiers moralisateur, se garde de formuler des exigences à cette partie de la société d’origine immigrée. Pourtant, comme l’écrit Vincent Coussedière (1) : « Etre neutre en matière de religion ne veut pas dire être neutre purement et simplement en matière de moeurs ».

Le « vivre ensemble » est l’autre cache-misère qui est utilisé comme un leurre par les propagandistes du séparatisme. « Vivre ensemble c’est urgent ! », disaient des pancartes brandies par les islamo-gauchistes rassemblés dans une même manifestation contre « l’islamophobie », le 10 novembre 2019 à Paris. Ce cliché est brandi à mesure que la société se délite. L’ « antiracisme » connaît le même sort : plus les rapports se racialisent, plus les désinformateurs trafiquent les mots. Ces derniers temps, la contre-société islamisée multiplie les démonstrations de force contre la France. Les « intifadas » se succèdent comme autant de répétions générales. Le 27 février, c’est un photographe de presse, Christian Lantenois (L’Union), qui a été laissé pour mort dans un quartier « sensible » de Reims. Or l’Etat persiste à détourner le regard tout en tenant pour la galerie des discours martiaux. Ce week-end, tandis que des émeutes gagnaient Rillieux-la-Pape, dans la banlieue lyonnaise, les forces de l’ordre s’en prenaient aux braves gens qui prenaient le soleil sur les quais de la Seine à Paris. L’injustice et le deux poids deux mesures sont devenus les normes d’un Etat faible avec les forts, fort avec les faibles. Ce déséquilibre est devenu insupportable.

(1) Eloge de l’assimilation Le Rocher

Ivan Rioufol

Texte daté du 8 mars 2021 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Facebook célèbre la Journée de la femme… voilée !

Facebook Journée Femme voilée 1

08/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ce matin, je vais sur Facebook, voir quelles y sont les nouvelles de mes « amis ». Et là, surprise : en tête de page, un écran s’affiche et c’est Facebook qui me parle. Le réseau social, qui croit peut-être que je n’ai pas écouté la radio, m’informe que c’est la Journée de la femme. Sauf que leur algorithme a dû merder quelque part.

Non seulement la dame dont Facebook m’offre une citation – sans aucun intérêt – est d’un certaine Malala Yousafzai – une Pakistanaise, merci Wikipédia – dont je n’avais jamais entendu parler jusque-là bien qu’elle ait obtenu le prix Nobel de la paix — honte à moi –, mais la majorité – ou toutes, allez saoir, même en y regardant de près – des femmes stylisées qui illustrent cette belle Journée internationale de femme sont voilées ! Plus ou moins mais voilées. La Journée de la libération de la Femme, c’est pour l’an prochain ?

M. L.

Facebook Journée Femme voilée 2

 

Nike célèbre la Journée de la femme en lançant son propre voile islamique

08/03/2017 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Pour fêter « dignement » la Journée de la femme, Nike a décidé de lancer un hijab pour les athlètes de confession musulmane…

Le nouveau produit s’appelle “Pro Hijab“. Il s’agit donc ni plus ni moins que d’un voile islamique aux couleurs de la multinationale américaine.

Nike rejoint ainsi cette tendance qui consiste à proposer de plus en plus de collections islamo-compatibles. Pour rappel, les exemples les plus célèbres restent Dolce & Gabanna et sa collection « Abaya », le maillot de bain intégral de Mark&Spencer ou encore les foulards religieux d’Uniqlo à Londres.


Promesse de vie de couple harmonieuse en Turquie… ou presque

violence_conjugale

23/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Devant la pression de la rue et les manifestations indignées de milliers de femmes turques, le gouvernement vient de retirer ce mardi le texte présenté par l’AKP (le parti au pouvoir) et approuvé en première lecture par le Parlement jeudi dernier. Il prévoyait la possibilité, dans certains cas, « d’annuler la condamnation d’une personne pour agression sexuelle sur mineur(e) si elle consentait à épouser sa victime ».

Toutefois, il ne s’agit pas d’un abandon du texte mais seulement d’un « report », le temps pour les moustachus de peaufiner leur manœuvre visant à régulariser les quelque 3 000 mariages forcés avec des mineures qui continuent de se pratiquer chaque année dans les campagnes.

Il faut dire – une fois n’est pas coutume – que la fille cadette du président elle‑même s’élevait contre ce texte qui prétendait régulariser ainsi les « agressions sexuelles sans contrainte » (sic). Ledit texte sera donc « réexaminé en commission », le temps sans doute de définir ce qu’est une agression sans contrainte…

Vous avez dit journée de la femme ? Dites plutôt journée de l’hypocrisie ! Par Marie Vermande

Comme d’habitude, la journée de la femme, vaste blague pour donner bonne conscience à nos élites donneuses de leçons, est l’occasion des pires mascarades que l’on puisse imaginer ! Si bien que cette journée censée être pour nous, femmes, un hommage, en devient une honte, et l’on croirait que ce que notre monde occidental en perdition connaît de vulgarité et de folie est prêt à se déchaîner !

On les attendait au tournant, et cette année encore, ça n’aura pas loupé : le grand bal de l’hypocrisie médiatique est lancé !

D’abord, dans le personnage de la féministe aux revendications incessantes face aux hommes qui est incarné par une suédoise qui a trouvé de bon goût de se transformer en homme pour mettre en avant le manque d’égalité homme/femme.

Lire la suiteVous avez dit journée de la femme ? Dites plutôt journée de l’hypocrisie ! Par Marie Vermande