Poursuite de la grève à Radio France… malgré des avantages considérables pour les salariés

Poursuite de la grève à Radio France… malgré des avantages considérables pour les salariés

09/04/2015 – FRANCE (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Après trois semaines de grève à Radio France, le conflit s’enlise

Pourtant, la semaine dernière, la Cour des comptes a publié un rapport au vitriol sur Radio France (photo) : vacances abondantes, primes en tous genres, avantages en nature, placards inutiles…  Les conditions de travail sont “très favorables” au sein des radios publiques.

Exemples :

Les journalistes ont droit jusqu’à 68 jours de congés par an.
La Radio rembourse les amendes de ses salariés.
Les syndicats pèsent 8 % des effectifs, et exercent un chantage permanent à la grève. Résultat : la direction cède aux conflits pour y mettre fin par « l’octroi de mesures catégorielles : primes spéciales, avancements garantis ».
Enfin, plusieurs services sont pointés du doigt pour leurs sureffectifs, comme la communication (100 personnes). Radio France ne compte pas moins de 582 techniciens du son !

Et ces journalistes donnent des leçons à tout le monde !

La réponse à cette gabegie ? Pour Dominique Wolton, chercheur sur les médias (invité très régulièrement sur Radio France et payé par le CNRS), plutôt que de chercher à réaliser des économies : “Si on veut sauver Radio France, il faut augmenter la redevance”. Alors qu’elle va déjà augmenter en 2015 !

Radio Courtoisie, elle, est nettement mieux gérée. Et sans subventions ni publicités.

Crédit photo : domaine public, via Wikipédia, (cc).

[Tribune] Incendie à la Maison de la Radio : pornographie médiatico-politique

[Tribune] Incendie à la Maison de la Radio : pornographie médiatico-politique

Un incendie sans gravité ni victimes hier vendredi midi dans un étage en réfection de la Maison de la Radio à Paris a donné lieu à un déballage obscène et nauséeux de la part du Système : émission spéciale toute la journée sur France Info, toutes les chaînes de télévision au pied de l’immeuble avec le ministre de la Culture qui se fend d’un déplacement et d’une allocution, un message larmoyant de Manuel Valls, une intervention de François Hollande…

Toute la journée, la logorrhée onaniste des journaleux de France Inter, France Info et consorts a occupé les ondes.

On aimerait aussi des émissions spéciales sur les mille licenciements par semaine que subit notre pays. On aimerait des émissions spéciales sur les suicides dans le monde paysan (cent-soixante par an, soit pratiquement un tous les deux jours). On aurait aimé des émissions spéciales sur le retour et la mise en terre des dépouilles de nos soldats tués en opérations extérieures. Bref, on aurait aimé une information populaire, sociale et patriote.

Le nombrilisme hautain du monde médiatique et des sbires politiques qui le servent montre chaque jour s’il en est besoin à quel degré de détachement, de dénigrement, de dédain est rendue l’oligarchie française. Rien à sauver, tout à brûler…

Arnaud de Robert
Porte-parole du Mouvement d’Action Sociale (MAS)

Crédit photo : DR Sylvain Tronchet via Twitter

Critique des médias : Dupont-Aignan provoque un esclandre sur Canal Plus

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Source : www.ojim.fr – À force d’être régulièrement pris à partie, les journalistes travaillent-ils désormais avec des gardes du corps ? C’est ce que semblent indiquer plusieurs témoignages de manifestants ayant défilé hier à Paris à l’appel de la « Manif pour tous ».

Les voitures de presse avaient toutes été rassemblées à l’avant du cortège, séparées des manifestants par un cordon de sécurité. Certains journalistes étaient équipés de casques ; d’autres, donc, de gardes du corps… L’un d’eux a pris ces photos étonnantes (publiées par l’Ojim).

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !
Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps ! (1/2)
Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !
Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps ! (2/2)

L’Ojim avait déjà recueilli des témoignages de cette curieuse pratique lors des manifestations pro-palestinienne de cet été. Apparemment, la pratique se généralise.

Il est vrai que depuis quelques années, les journalistes ne peuvent plus exercer leur travail sans un certain risque. Dès qu’ils apparaissent dans un lieu où s’exprime une colère, ils sont systématiquement insultés, moqués, voire molestés, que ce soit par des militants UMP, par des militants du Front de Gauche, par les « Bonnets Rouges », par la « Manif pour tous », par les manifestants de « Jour de Colère », par des chauffeurs de taxi en grève ou par les manifestants du port de Rouen (liste non exhaustive).

Des gardes du corps sont certes aptes à assurer la sécurité physique des journalistes mais ils ne résoudront pas un problème sur lequel ces derniers ne semblent pas vouloir se pencher : pourquoi ce divorce et cette hostilité ? Pourquoi les journalistes sont-ils mis dans le même sac que les politiques ? Pourquoi sont-ils soupçonnés de présenter l’information de manière partisane ? Pourquoi sont-ils accusés de relayer les intérêts et les points de vue des pouvoirs en place ? Pourquoi ce qu’ils écrivent ou filment provoque-t-il autant de colère ? Autant de questions que les gardes du corps, aussi efficaces soient-ils, ne résoudront malheureusement pas… En attendant, le symbole est éloquent de cette rupture totale entre eux et le « peuple ».

Crédit photo : Ojim (cc)

Syndicat de la magistrature : un syndicat de subversion politique. Par Jean Ansar

Syndicat de la magistrature : un syndicat de subversion politique. Par Jean Ansar

“Le mur des cons” au siège du SM. Copie d’écran de la vidéo qui l’a dévoilé, faite avec un téléphone portable. Le mur comporte même les photos de parents de personnes assassinées par des récidivistes et qui ont osé protester contre le laxisme judiciaire
Le trotskyste Edwy Plenel ne s’en cache pas. Le journaliste n’est pas soumis au secret de l’instruction. Il en use et surtout il en abuse. Cela veut dire qu’il faut réformer la loi et obliger les journalistes à respecter l’état de droit, à s’inscrire dans la limitation des pouvoirs, d’un pouvoir parmi les autres, mais au-dessus des autres, intouchable.

Car bien entendu, dans notre société de connivence où le pouvoir médiatique non régulé est devenu le premier des pouvoirs, la séparation des pouvoirs n’existe plus et la démocratie qui protège le citoyen du lynchage avant le jugement non plus.

C’est par les journalistes que policiers et magistrats fuitent des affaires pour les révéler et les médiatiser.  Le journaliste le fait le plus souvent pour faire de l’audience mais aussi pour être acteur et pour conforter ses idées politiques à 90 % à gauche. En cela il se comporte souvent en «  petit télégraphiste » du Syndicat de la magistrature (SM).

Lire la suiteSyndicat de la magistrature : un syndicat de subversion politique. Par Jean Ansar

Information ou propagande ? Les journalistes involontairement à la solde du Front National ? Par Hervé Montbard

Information ou propagande, les journalistes involontairement à la solde du Front National ? Par Hervé Montbard

Les représentants du Front National sont l’objet, la plupart du temps, de la part des journalistes, d’un traitement particulier. Je regardais le 2 décembre l’émission de Ruth Elkrief (image en Une) sur BFM Tv où elle accueillait Marine Le Pen. J’écoutais le lendemain matin sur Europe 1 l’interview de Marion Maréchal-Le Pen. Et cela m’a renvoyé aux prestations antérieures sur les autres médias des porte-paroles du FN ou du RBM (Florian Philippot, Louis Aliot, Gilbert Collard). Pour vérifier cette façon de faire, j’ai suivi, ces dernières semaines, le plus régulièrement possible les émissions politiques.

L’attitude des journalistes à l’égard des représentants de ce parti est très particulière. Sans prendre en compte les pièges qui se veulent habiles, il s’agit pour ces gens de presse non pas d’informer sur le projet politique, économique et social de la personnalité invitée, mais de montrer à la France qu’ils sont des opposants intransigeants, des moralistes, des donneurs de leçons, des petits futés qui traquent les contradictions et vont arriver à avoir leur moment de gloire en confondant les interviewés qu’ils veulent présenter comme étant peu recommandables.

Lire la suiteInformation ou propagande ? Les journalistes involontairement à la solde du Front National ? Par Hervé Montbard

Médias : l’animateur Cyril Hanouna se plaint de son salaire de… 25.000 € / mois

Médias : l'animateur Cyril Hanouna se plaint de son salaire de... 25.000 € / mois

01/12/2013 – 14h45
PARIS (NOVOpress) –
Cyril Hanouna, l’animateur de Touche pas à mon poste, émission diffusée par la chaîne D8, estime être moins bien payé que ses confrères et s’est publiquement plaint dans un entretien au JDD de son maigre salaire de… 25.000 € par mois. Témoignage de la coupure de plus en plus évidente entre la caste politco-médiatique et la grande majorité des Français, ces propos aberrants ont déclenché un tollé sur le net.

https://twitter.com/RemzouilleVinc/status/407110677481156608

Lire la suiteMédias : l’animateur Cyril Hanouna se plaint de son salaire de… 25.000 € / mois

Kidal : morts par imprudence, par Bernard Lugan

Kidal : morts par imprudence - Par Bernard Lugan

Ci-dessus : vue satellite du Mali et situation de Kidal (point rouge).

Parlons clair : le drame humain qui ne peut laisser insensible ne doit pas faire oublier que Ghislaine Dupont et Claude Verlon sont morts en raison de leur imprudence. Comme Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier qui, en Afghanistan, n’avaient pas tenu compte des mises en garde de l’armée française (infosdefense.com), ils furent pareillement prévenus des risques. Ils avaient demandé à la force Serval de les conduire à Kidal et ils avaient essuyé un refus doublement justifié :

1) Parce que les groupes touareg s’y combattaient et que la situation y était totalement anarchique.

Lire la suiteKidal : morts par imprudence, par Bernard Lugan

Deux journalistes de RFI assassinés au Mali [MàJ]

Deux journalistes de RFI assassinés au Mali

04/11/2013 – 17h35
KIDAL (NOVOpress) –
Comble de l’horreur, les deux journalistes de RFI n’auraient pas été tués par balles, mais égorgés selon le New York Times : “Their bodies were found shortly after, with their throats slit, about eight miles outside Kidal in the Sahara, the officer, Col. Didier Dacko, said by telephone.” “Leurs corps ont été retrouvés peu après, égorgés, environ à 8 miles de Kidal”

Ce bobard (la mort par balles) asséné hier par Laurent Fabius prouve que François Hollande ne maîtrise rien au Mali dans la lutte contre les islamistes.
https://twitter.com/iVerger/status/397308752753590272

Lire la suiteDeux journalistes de RFI assassinés au Mali [MàJ]

Fabrice Robert : “Novopress média incontournable de la réinformation”

Fabrice Robert : "Novopress média incontournable de la réinformation"

20/10/2013 – 18h50
PARIS (NOVOpress) –
Entretien avec Fabrice Robert, fondateur et directeur stratégique de Novopress

 

Novopress vient de faire peau neuve. Pouvez-vous revenir rapidement sur la genèse de ce média ?

Novopress.info a été créé en 2005. 8 ans déjà !

Les médias « classiques » ont longtemps détenu le monopole de l’information. Grâce au réseau des réseaux, il me paraissait important – à l’époque – de tenter l’expérience d’un nouveau média susceptible de proposer une information alternative en ligne. Et le constat est désormais sans appel. Internet a permis de révolutionner l’accès à l’information tout en permettant une diversification de ses acteurs.

Lire la suiteFabrice Robert : “Novopress média incontournable de la réinformation”

Faits et Documents n°361 du 1er au 15 septembre 2013 : “Portrait : Frédéric Haziza”

Faits et Documents n°361 du 1er au 15 septembre 2013 : "Portrait : Frédéric Haziza"
Le nouveau numéro de Faits & Documents du 1er au 15 septembre 2013 vient de paraître, avec (entre autres) un portrait du journaliste Frédéric Haziza. Extrait.

Depuis la fin de l’année 2012, Frédéric Haziza est en guerre ouverte avec Alain Soral, le fondateur d’Égalité & Réconciliation. Avec une accélération cet été et un débat amplifié par Internet. Le 31 juillet, lancement d’une pétition relayée par E&R demandant le renvoi du journaliste de LCP au motif qu’il est en même temps chef du service politique de Radio J. Aussitôt, la classe politique apporte son soutien au journaliste. L’essayiste botuliste Bernard-Henri Lévy lui consacre sa chronique du Point du 8 août. Pour finir, le ministre de l’intérieur Manuel Valls, dans son discours de l’université d’été du PS, appelle à l’interdiction du site d’E&R, y mêlant pêle-mêle l’extrême droite, Dieudonné, l’Œuvre française, etc. Mais qui est donc Frédéric Haziza ?

Lire la suiteFaits et Documents n°361 du 1er au 15 septembre 2013 : “Portrait : Frédéric Haziza”

Journalistes et politiques : la proximité jusque dans l’intime

Journalistes et politiques : la proximité jusque dans l'intime

Le couple formé par le chef de l’État et une journaliste en vue représente l’illustration symptomatique de la complicité entre la classe politique et le monde médiatique. Exemple puisé au plus haut niveau de l’État, il est pourtant loin d’être isolé.

Lire la suiteJournalistes et politiques : la proximité jusque dans l’intime

Tyrannie médiatique : le point de vue de Robert Ménard

Tyrannie médiatique : le point de vue de Robert Ménard

Conférence à Troyes de Robert Ménard : la mauvaise foi sidérante des journalistes

Pour Benjamin Dormann (Ils ont acheté la presse) ou pour Claude Lorne (Les médias en servitude), les médias sont contrôlés par des puissances politico-financières, le mélange des genres étant la règle chez les habitués des dîners du Siècle. Pour Jean-Yves Le Gallou (La Tyrannie médiatique), le fonctionnement des médias – et leurs dogmes idéologiques – repose sur la sainte alliance du capitalisme financier et du gauchisme de salles de rédaction.

Journaliste, écrivain, fondateur de l’association Reporters sans frontières, Robert Ménard, animateur du site Boulevard Voltaire décrit comme « le cercle des empêcheurs de penser en rond », a une vision plus sommaire (ou encore plus radicale) des choses : pour lui, la responsabilité des journalistes est pleine et entière. C’est eux la source unique du totalitarisme médiatique.

Lire la suiteTyrannie médiatique : le point de vue de Robert Ménard