Tag Archives: Johnny Hallyday

En voyant les obsèques de Johnny, j’ai cru que la Reconquista avait eu lieu…, par Martin Moisan

Je n’en croyais pas mes yeux ! J’ai ressenti la même chose que le talentueux journaliste Thierry Normand, sur Boulevard Voltaire.

Nous étions enfin entre nous. Un million de Français sur les Champs-Elysées. Terminés les barbus en djellabas, les voilées, les emburkanées, les rappeurs, les racailles et autres parasites. Fini le vivre ensemble qu’on cherche à nous imposer depuis 40 ans. Terminé les rassemblements qui dégénèrent en vandalisme et en agression des forces policières. Nous étions de nouveau en France ! Avec ces gens qui nous ressemblent, se comportent bien, ont de l’éducation.

Sur les Champs-Elysées, les bikers avaient remplacé les supporters algériens ou marocains, ceux qui piétinent la tombe du Soldat inconnu. Pas de collabos, pas de gauchistes, pas d’antifas, pas de sans-papiers hurlant « Et des papiers pour tous ». Rien que des Français, rien que des images de la France des années 1960 et 1970.

Même à l’église de La Madeleine, Patrick Bruel, Jean Réno, Line Renaud, Marion Cotillard (cherchez l’erreur) et rien que des gens comme nous. Pas de Djamel Debbouze, pas d’Omar Sy, pas de Noah, pas de Nabila, pas de Bouteldja, pas de « Chances pour la France »…

Je me suis dit un instant que René Marchand et son livre « Interdire l’islam » avait été entendu. J’ai rêvé que le programme de « Génération Identitaire » sur la Remigration. avait été appliqué. J’ai imaginé que le livre « Le Grand Rembarquement » d’Emmanuel Albach n’était plus une fiction. J’ai songé que le cauchemar de « Guerilla » de Laurent Obertone ne pourrait plus jamais se produire. Je me suis rassuré : « Soumission », de Houellebecq, c’était une fiction derrière nous.

Je me suis dit que les crevures de l’antiracisme ne pourraient plus nous traîner devant les tribunaux. J’ai imaginé que plus jamais Merah et ses acolytes responsables de Charlie, le Bataclan, Nice, le père Hamel, les policiers de Magnanville, Laura et Mauranne, Joachim ne séviraient en France.

Bref, j’ai rêvé de la Reconquista, autre oeuvre majeure de René Marchand.

Et puis, ce matin, j’ai regardé le site Fdesouche, et j’ai compris que la France et l’Europe, c’était devenu autre chose que le Paris d’un 9 décembre 2017…

Martin Moisan

Article paru sur le site de Riposte Laïque

Eric Zemmour Françafrique

Éric Zemmour : “Qui est Johnny et qui ne l’est pas ?”

13/12/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Les polémiques se multiplient après la manifestation à La Madeleine autour de Johnny Hallyday. On aurait pu croire pourtant à une unanimité nationale.

Il est mort comme il a vécu. Dans le fracas et le bruit. À 17 ans, la jeunesse cassait les fauteuils pour ses concerts, tandis qu’écrivains et ministres s’étripaient dans la presse à son propos. À sa mort, tout recommence.

Ce n’est ni un calcul, ni un hasard, ni une erreur. C’est un destin. Le destin de Johnny. Jeune, il incarnait le coup d’état de sa génération qui arrachait le pouvoir à une société d’adultes qui ne demandait qu’à se laisser subvertir.

Mort, il voit descendre dans la rue le “petit peuple des petits blancs” (dixit Alain Finkielkrault), cette France périphérique qui communie avec son héros, en se moquant bien de ses frasques fiscales.

Il est amusant d’entendre ceux qui exigent habituellement de voir de la diversité partout (…) prendre soudain des pudeurs de chaisière pour regretter qu’on classe ainsi les gens par races ou religions.

Amusant de voir les thuriféraires exaltés de la France black-blanc-beur et du vivre-ensemble rester cois face à cette preuve par le réel que leurs chimères n’existent pas.


Grâce à Johnny, la France retourne à l’église !, par Caroline Parmentier

Tous les Français dans l’église de la Madeleine… en ce jour de la fête de la laïcité. Trois présidents de la République, le show-biz, les stars, les bikers et les sans-dents. Et Mélenchon qui s’arrache les cheveux. Il ne les a pas loupés Johnny avec sa dernière « grand-messe ».

Tous les Français sauf une. Les journalistes se sont repus en boucle de l’information selon laquelle la famille n’avait pas souhaité la présence de Marine Le Pen alors que celle-ci voulait assister aux obsèques. Le public de Johnny si peu multiculturel et pluriethnique, c’est pourtant en bonne majorité celui qui vote Marine.

Alain Finkielkraut a relevé que « le petit peuple des petits Blancs est descendu dans la rue pour dire adieu à Johnny. Il était nombreux et il était seul. Les non-souchiens brillaient par leur absence ». Avant de conclure : « Le divertissement prend presque toute la place, mais il ne fait plus lien. » Il a été accusé par Jean-Michel Apathie d’agiter des thèses nauséabondes et ségrégationnistes.

Le calibre de la star

On a mesuré à ce dernier adieu, la popularité unique de Johnny Hallyday. Le charisme et le calibre de la star. Aucun chanteur, aucune personnalité politique, sportive ou religieuse ne rassembleront une telle foule unissant trois générations saisies par une même émotion. C’est une page de la vie de beaucoup de Français qui se tourne.

Très bonne idée que celle des musiciens sans le chanteur, sans la voix célèbre que l’on n’entendra plus, jouant à quelques mètres de la Madeleine les musiques de Johnny que reprenait une impressionnante marée humaine à l’unisson. Bien vu aussi, évidemment, le cortège des 800 bikers et Harley Davidson accompagnant le cercueil que suivaient Læticia et ses deux filles. Quel destin incroyable, au passage, que celui des petites Jade et Joy 13 et 9 ans, nées dans un orphelinat du fin fond du Viet Nam et devenues les filles de Johnny Hallyday.

Johnny était croyant et baptisé. Il a choisi des obsèques catholiques. Des millions de Français (à l’intérieur de la Madeleine et à l’extérieur, à la télévision, à la radio) ont donc suivi une cérémonie catholique, où l’on se signait, lisait l’épître de saint Paul, récitait le Notre Père, entendait un sermon parlant de la vie éternelle et bénissait le cercueil (hésitation de Macron, reposant le goupillon sans s’en servir et qui aurait franchement gagné ainsi que son épouse, à se mettre un peu moins en avant ce jour-là). Edouard Philippe, François Hollande, Gérard Larcher et consorts (les mêmes qui se déchaussent en entrant dans une mosquée) en feront autant.

L’homélie de Mgr Benoist de Sinety, vicaire général de l’archidiocèse de Paris, a cité cette phrase du chanteur : « On peut me faire ce qu’on voudra, je resterai chrétien. Je suis sûr que Jésus, lui, ne m’en veut pas. » Sans parler de l’Ave Maria final remarquablement chanté. Un sacré exploit. Même les journalistes en ont eu (momentanément) le sifflet coupé. Ce deuil national, c’est aussi celui de la France que nous aimons.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 5 décembre 2017

Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut rappelle que seuls les «petits blancs» ont rendu hommage à Johnny Hallyday

11/12/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Alain Finkielkraut était l’invité de RCJ le 10 décembre dernier. Il s’est exprimé notamment sur l’hommage populaire rendu au chanteur Johnny Hallyday.

Le philosophe a ainsi déclaré :

Le petit peuple des petits blancs est descendu dans la rue pour dire adieu à Johnny. Il était nombreux et il était seul. Les non-souchiens brillaient par leur absence.

Cette déclaration (à partir de 10′ sur la vidéo) a bien entendu provoqué un certain nombre de réactions hostiles, en particulier sur les réseaux sociaux. Les grands consciences adeptes d’une société multiculturelle ont-elles un jour assisté à un concert de Johnny Hallyday ? Assurément non…



Gilbert Collard s’en prend à Alexis Corbière après son tweet polémique sur Johnny Hallyday

07/12/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Une jolie pique. Revenant sur le tweet polémique d’Alexis Corbière qui exhortait les Français à ne pas «oublier le nouveau mauvais coup (NDLR : le SMIC)» que le gouvernement prépare, Gilbert Collard a dénoncé l’obsession «du social» qui caractériserait les hommes et femmes de La France insoumise.

«C’est là où on voit qu’ils sont dans un discours complètement stéréotypé, qui ne tient aucun compte de la réalité» a critiqué le député.

Gilbert Collard en a rajouté une couche :

Moi je pense que Johnny Hallyday a fait beaucoup plus de bien aux smicards que la gauche radicale. À force de vouloir toujours être à l’avant-garde du combat social, ils finissent par piétiner ceux qui pourraient aller vers eux.


Johnny Hallyday

Johnny Hallyday : le prince du tumulte s’est tu, par Jean Cochet

Depuis cinquante-huit ans Johnny Hallyday aura survécu à toutes les modes musicales, « les contournant ou les adoptant » selon les circonstances. Unissant mieux que personne cheveux blonds et cheveux gris, ses fans se recrutaient sur trois ou quatre générations. Les plus fidèles, ce sont évidemment les ados de 1960, année au printemps de laquelle le jeune chanteur de seize ans et demi sortit son premier disque. A Noël, il en avait déjà vendu plus d’un million.

Une France, malgré les événements d’Algérie, en pleine prospérité économique où, phénomène nouveau, beaucoup de jeunes disposaient d’argent de poche. Un marché vite investi par les commerçants avisés. C’est le temps des transistors, des juke-boxes, des tourne-disques Tepaz, des quarante-cinq tours, des mobs et des scooters, des copains et des surboums, des menthes à l’eau et des milk-shakes. Les baby-boomeurs, enfants gâtés du vingtième siècle, entraient bruyamment dans la société de consommation (et du spectacle) et Johnny, dès ses premières apparitions, s’imposa d’emblée comme l’un de leur porte-drapeaux : le plus scintillant, le plus flamboyant, claquant dans un vacarme aux trépidations convulsives. Le catalyseur d’énergie d’une jeunesse qui en débordait. Une fureur de vivre toute musicale, rapidement récupérée, dont l’insolence passagère deviendra vite consensuelle.

Certains journalistes, que ses déhanchements agressifs et ses hurlements syncopés indisposaient, l’accuseront pourtant de déclencher l’hystérie des foules.

Le Monde comparera l’énergumène chantant et hoquetant aux « chimpanzés du zoo de Vincennes ». Philippe Bouvard dressera même un parallèle de cette montée en paroxysme, qui met les salles en transes, avec les discours hystériques… d’Adolph Hitler ! Rien de moins.

Cette révolution-là, bien moins subversive que celle de Mai 68, ne cassera en fait que des fauteuils de music-hall – guère plus que Gilbert Bécaud (Monsieur 100 000 volts) cinq ans auparavant – et fournira quelques sujets d’indignations journalistiques bien légers. Comme celui par exemple d’une plate-bande de fleurs piétinée devant la mairie d’une sous-préfecture par des fans surexcités, assimilés à des bandes de « sauvages ». Si peu pourtant, en comparaison de nos « sauvageons » actuels…

En fait Johnny n’a rien d’un révolutionnaire, comme le démontrera plus tard sa proximité avec Giscard, Chirac, Sarkozy et autres potentats de l’ordre établi.

Au moins, en pleine guerre froide, cette jeunesse populaire dite « américanisée » échappait-elle aux sirènes de la gauche et du communisme auxquelles succombaient tant de brillants intellectuels.

La plupart des adultes le comprendront vite. Dès l’année suivante, le « blouson noir » s’étant couvert de paillettes, ses détracteurs d’hier considéreront le chantre de la chanson électrifiée avec beaucoup plus d’indulgence, applaudissant même ses performances scéniques. Ce jeune homme remuant, en canalisant dans un déluge de sons chauffés à blanc la frénésie libératrice d’une nouvelle génération avide d’exister, arrangeait finalement tout le monde. « Celui qui sur scène apparaît comme habité par le démon de la violence n’est à la ville qu’un gentil garçon. » Ces « rebelles sans cause », la société consumériste en pleine expansion n’aura aucun mal, bien au contraire, à les intégrer.

Jean-Philippe Smet est avant tout un enfant de la balle, aux jeunes années itinérantes, qui a grandi dans une famille de « prolétaires du spectacle ». Son père, comédien belge alcoolique, soupçonné de collaboration, avait pris la tangente en août 44, avant de se clochardiser. Lui-même montera sur scène dès l’âge de neuf ans. Contrairement à ses pairs inexpérimentés de la vague yé-yé, le jeune Hallyday connaît déjà, dès ses débuts, toutes les ficelles du métier.

Pas vraiment révolutionnaire non plus sur le plan musical. Le rock qu’il va, avec d’autres, populariser en France, est né aux Etats-Unis six ans auparavant. Johnny est avant tout un formidable chanteur de variété caméléon : rock, twist, slow, rythm’n blues, musiques psychédéliques des années hippies, ballades country, chansons d’auteur même, il abordera tous ces genres le plus souvent avec bonheur.

Un formidable interprète doté d’une voix de baryton au vibrato cuivré et violent, d’une grande musicalité, qui lui permet de marquer de son empreinte indélébile tout ce dont il s’empare, des chansons des autres à la moindre bluette.

Son sens de la scène s’accomplira, dès le milieu des années soixante, dans des méga-shows à la démesure de plus en plus gigantesque. 129 personnes furent ainsi nécessaires pour faire tourner dans 85 villes le Johnny Circus en 1972. Un désastre financier qu’il mettra dix ans à éponger. Qu’importe : le roi Johnny s’est fait plaisir ainsi qu’à son public. L’intendance, même éclopée, suivra.

Ses spectacles à la machinerie hollywoodienne, d’un baroque n’excluant pas parfois le mauvais goût assumé d’un nabab du désert, ont vite transformé l’idole des jeunes en une idole tout court. Une idole de son et de lumières « un peu bancale », débonnaire et familière, pleine « d’imperfections », mais toujours adulée. Un empereur emperlé et ruisselant du show-biz, « tavelé, cahoteux, ébréché (…), sublime, incohérent, maladroit, contradictoire (…), inspiré et banal », mais indétrônable. Une vie « d’embardées et de volte-face » conduite pied au plancher, dans un vertige de décibels et d’images fulgurantes. Chez Johnny, où les ratages, parfois grandioses, font partie inhérente de son épopée tout autant que ses succès, le pur diamant côtoie souvent, sans en pâtir le moins du monde, le toc et la contrefaçon. Qu’importe : kitch c’est kitch et tout est transcendé par le magnétisme plein d’empathie du chanteur showman, au charisme exceptionnel.

Cinquante albums, des centaines de tournées, une incroyable flopée de tubes intergénérationnels. Depuis cinquante-sept ans, surtout pour les teenagers des années 60, Johnny demeurera un fabuleux aide-mémoire, dont les chansons distillent nos « souvenirs souvenirs » dans des alambics en forme de microsillons.

Avec lui les papy boomeurs enterrent leur jeunesse. Une jeunesse que Johnny Hallyday, dernier reflet chatoyant des trente glorieuses, perpétuait par procuration dans ses frasques et ses spectacles.

Le prince du tumulte s’est tu. Sa légende, qu’il avait lui-même commencé à imprimer de son vivant, va sans doute continuer longtemps

Jean Cochet

Article paru dans Présent daté du 7 décembre 2017