Les J.O. 2024 en Seine-Saint-Denis : une folie criminelle ?

JO 2024

C’est le 26 juillet 2024 à Paris que débuteront les prochains Jeux olympiques, dont nombre d’épreuves se dérouleront dans la Seine-Saint-Denis, où prendra place le fastueux « village des médias », édifié à Dugny sur l’Aire des vents qui accueillait autrefois la Fête de L’Huma et où seront logés plus de 2 000 journalistes venus du monde entier. Comment être sûr qu’à l’occasion de cette « grande fête du sport » l’on ne reverra pas l’invraisemblable chaos ayant régné le 28 mai dans l’enceinte et aux alentours du Stade de France, à Saint-Denis, avant et après la finale de la Ligue des champions remportée par le Real Madrid face à Liverpool ?
Une tribune signée Camille Galic.

Stade de France : Darmanin en flagrant délit de mensonge

Un mois, c’est le temps de la réflexion pris par Gérald Darmanin pour admettre, le 28 juin, que ce chaos n’était pas dû aux seuls supporters anglais, alors décrétés par lui ultra-violents et coupables d’une « fraude massive, industrielle et organisée de faux billets ». « Est-ce que le Stade de France aurait dû être mieux géré ? La réponse est oui. Est-ce que j’en ai une part de responsabilité ? La réponse est oui. Je m’excuse [sic] bien volontiers pour [re-sic] tous ceux qui ont subi cette mauvaise gestion », a en effet admis sur RTL le ministre de l’Intérieur.

Si grande soit sa mauvaise foi, il lui aurait en effet été difficile de maintenir que tout s’était passé pour le mieux dans le meilleur des mondes après les auditions menées par la commission d’enquête du Sénat et accablantes pour le pouvoir, pris par tous les témoins – spectateurs britanniques mais aussi espagnols ou représentants de l’Union des associations européennes de football, l’UEFA – en flagrant délit d’incapacité et surtout d’« effarant déni de la réalité » selon le mot d’Alain Finkielkraut. « Ce qui était censé être un week-end merveilleux à Paris s’est transformé en expérience terrifiante… Vos mensonges sans fin et vos faux récits n’ont fait qu’amplifier notre traumatisme. On ne les pardonnera jamais », avait ainsi exposé Ted Morris, président de l’Association des supporteurs handicapés de Liverpool, en enjoignant Gérald Darmanin « de retirer [ses] accusations sans fondement et d’avoir la décence de démissionner ». Ce que n’a évidemment pas fait le personnage qui, le 4 juillet, a été officiellement reconduit dans ses fonctions et promu numéro trois du gouvernement par Emmanuel Macron.

Au nombre de ces accusations infondées, « l’extrême violence » des visiteurs livipuldiens (alors que, les reportages l’avaient montré, beaucoup étaient venus en famille et que leur âge moyen dépassait la cinquantaine ; pas exactement des hooligans, donc) et le fait que « 30 000 à 40 000 d’entre eux » auraient été en possession de faux billets, évidemment refusés par les bornes d’accès électroniques avec pour conséquence une cohue contre laquelle la police avait dû déployer les grands moyens.

Or, devant les sénateurs, le représentant de l’UEFA a été formel : moins de 2 800 billets avaient été falsifiés, soit un dixième du chiffre avancé par Darmanin. D’où la cruelle conclusion de François-Noël Buffet, président de la commission des lois du Sénat, qui a présenté ses « excuses » aux Britanniques et demandé que justice soit faite : « Contrairement à ce qui a été dit ici même par le ministre de l’Intérieur, les supporteurs anglais n’ont pas été à l’origine des incidents. »

La Seine-Saint-Denis, territoire de non-droit

Passant ce léger détail par profits et pertes, celui qui a l’audace de se présenter comme « fils d’une femme de ménage » alors que sa mère est la concierge-intendante du siège de la Banque de France (où elle dispose d’un vaste et confortable appartement de fonction) a reconnu du bout des lèvres sur RTL que « s’il y a quelque chose qui s’est mal passé au Stade de France ce soir-là, c’est la lutte contre la délinquance », dont il s’est d’ailleurs bien gardé de préciser l’origine. Mais, là encore, les reportages et surtout les vidéos tournées par les visiteurs espagnols qui, comme les Anglais, en ont été victimes, sont édifiants. Les meutes de voyous qui, s’acharnant de préférence sur les femmes et les handicapés, les ont violentés et dépouillés, n’avaient rien d’européen. De même que les « jeunes » qui, escaladant les clôtures du stade et sautant bornes et barrières, avaient impunément occupé les tribunes auxquelles, brutalement refoulés par la police sur l’ordre exprès du préfet Didier Lallement, l’éborgneur des Gilets jaunes, les aficionados de Liverpool n’avaient pu dès lors accéder. Des méfaits que n’auraient pu commettre les racailles sans la complicité de certains stadiers, en grande partie originaires du « 9-3 » où est situé le Grand Stade.

Sur RTL, Darmanin a aussi convenu du « nécessaire changement d’organisation à faire ». En effet, cela urge, deux ans seulement nous séparant de la tenue des Jeux olympiques, notamment dans la Seine-Saint-Denis, Ce choix est-il judicieux ?

Le 15 février, le socialiste Stéphane Troussel, président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, lançait la plate-forme en ligne « Toutes et tous volontaires », « véritable outil de formation et de valorisation des compétences des Séquano-Dyonisien·ne·s » de 16 à 30 ans, invités à « adresser en avant-première leurs candidatures à PARIS 2024, avec l’ambition que plusieurs milliers de bénévoles des Jeux soient issu·e·s de Seine-Saint-Denis » sur les 45 000 participant à l’événement. « Afin d’encourager la réussite de ce dispositif, précise M. Troussel, le Département s’appuiera sur le soutien de ses partenaires locaux·ales, notamment sur les villes et leurs services jeunesse, sur les missions locales, les universités, les associations ou encore les clubs sportifs pour orienter les publics concernés et intéressés vers la plateforme “Toutes et tous volontaires”. »

Pour lire la suite, c’est ici ! » rel= »noopener noreferrer » target= »_blank »>c’est ici !

Jeux Olympiques de Tokyo : il sera interdit aux athlètes de s’agenouiller en hommage au mouvement “Black Lives Matter” sous peine de sanctions

La Cimade utilise l’image des Jeux Olympiques pour lancer une campagne pro-immigrationniste

18/09/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Au lendemain de l’attribution des Jeux Olympiques 2024 à Paris, l’organisation immigrationniste la Cimade a décidé de lancer la campagne « Vivre est une victoire ». Pour ces militants pro-invasion migratoire, l’objectif affiché est « de rendre leur dignité aux personnes réfugiées en quête d’une terre d’accueil ».

Dans la vidéo diffusée sur le Net, la Cimade utilise l’événement olympique pour tenter de faire passer le message suivant : si les sportifs se surpassent pour gagner, les réfugiés le feraient pour vivre. Et si les migrants se surpassaient plutôt pour rester au pays ?


Paris : des migrants finalement indésirables… pour le passage du CIO !

Chard Migrants CIO

Le quartier parisien de La Chapelle est au centre de toutes les attentions depuis quelques jours. C’est Le Parisien qui a lancé le sujet en publiant un article sur le harcèlement des femmes dans le quartier. Les plus malhonnêtes ont accusé l’étroitesse des trottoirs (!) mais n’importe quelle femme sait ce qu’il en est de ce quartier comme d’autres.

Certains ont bien tenté d’expliquer que les hommes étaient partout les mêmes et que certains sifflaient aux terrasses des plus beaux cafés… Il faut vraiment être aveuglé par une mauvaise foi coupable pour oser comparer ce qui n’a rien de comparable : on parle ici de quartiers dans lesquels il est devenu impossible de marcher sereinement, jupe ou non. Il ne s’agit pas seulement de drague un peu lourde ou de regards gênants : certaines rentrent chez elles la peur au ventre une fois la nuit tombée et finissent par se départir de la partie la plus féminine de leur garde-robe par crainte de ce qu’elle pourrait engendrer de commentaires, de gestes ou de comportements dans les rues de leur quartier.

Immédiatement, Anne Hidalgo – qui a semblé découvrir le problème – a lancé « un processus de marche exploratoire ». En clair, rien de concret mais un nouveau pas dans la novlangue.

Et pourtant, la mairie de Paris sait agir, et agir vite. Elle vient de le prouver en faisant évacuer les clandestins qui squattaient justement le quartier… de La Chapelle. Rien à voir avec ces pauvres femmes harcelées dont certaines dénoncent le problème depuis des années, c’est le Comité olympique qui a poussé la mairie de Paris à agir et c’est l’adjoint (PC) aux Affaires sociales et à l’hébergement d’urgence du maire (PS) Eric Lejoindre, Gérald Briant qui nous l’a appris en répondant à la question d’un élu LR de l’opposition :

« Oui, nous nous sommes félicités que le passage des membres de la commission d’évaluation du CIO [NDLR : Comité international olympique] à Paris, ait permis de mobiliser la force publique. »

S’en est suivie la « mise à l’abri » de 1 609 « réfugiés », selon les expressions consacrées.

Et l’élu de poursuivre : « Il faut être pragmatique, et saisir les opportunités qui sont données », avant que le député PS Daniel Vaillant, ancien maire du XVIIIe arrondissement estime quant à lui :

« On a bien heureusement pu faire en sorte que le secteur de la porte de La Chapelle soit plus présentable ».

Présentable ? Nous qui pensions que tout allait bien, que l’enrichissement était acté et qu’aucun problème n’avait pour racine l’immigration…

Marie Pommeret

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 25 mai 2017
(titre originel : « Migrants finalement indésirables »)

La fronde s’étend contre le slogan en anglais des Jeux olympiques de Paris

Made for sharing JO Paris

Burger Made for sharing17/02/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : L’Académie française a exprimé son opposition au slogan choisi pour la candidature de la ville de Paris aux Jeux olympiques de 2024, « Made for sharing », soit « venez partager » en français. Dans un communiqué, l’Académie rappelle malicieusement que « ce slogan a déjà été utilisé lors de campagnes publicitaires pour les bonbons de la marque Quality Street [voir la vidéo ci-dessous], les biscuits Cadbury Snaps et les pizzas à découper de la chaîne Burger King » !

Or, poursuivent les Immortels, « les Jeux olympiques modernes ont été fondés en 1894 par le baron Pierre de Coubertin » et « l’article 23 de la Charte olympique dispose que “les langues officielles du Comité international olympique sont le français et l’anglais“ – dans cet ordre. » En conséquence, l’Académie française « exprime à l’unanimité sa réprobation devant la décision du comité d’accorder la priorité à la langue anglaise pour porter la candidature olympique de la ville de Paris ».

Cadbury made for sharingEt la fronde s’étend. Ce matin, sur RTL, Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt, a estimé que ce slogan était « une faute, une  ânerie, une erreur » : « C’est une faute contre la langue française qui est une langue olympique, c’est une ânerie car même dans la langue de Shakespeare ce slogan est d’une grande platitude et enfin c’est une erreur car dans leur arrogance les pays anglophones vont trouver normal que les Français s’expriment en anglais alors que les pays francophones vont s’indigner que Paris, capitale de la francophonie fasse la courbette devant la langue qui n’est pas seulement celle de Shakespeare mais celle de Donald Trump. »

De plus, l’affaire va désormais être portée… devant la justice ! Estimant que le slogan anglais est une « insulte grave à la langue française » et constitue « une violation de la Constitution », trois associations de défense de la langue française vont déposer, lundi, une assignation devant le tribunal administratif de Paris. L’avocat des associations, Maître Emmanuel Ludot, a par ailleurs saisi Jacques Toubon, en sa qualité de Défenseur des droits, « afin qu’il réclame lui aussi le retrait du slogan mais aussi celui du compte à rebours et de la chanson, là encore en anglais, qui accompagnaient la cérémonie de lancement le 3 février, face à la tour Eiffel ».

Bilan des JO paralympiques : une claque pour la France

Bilan des JO paralympiques : une claque pour la France

11/09/2012 – 12h00
LONDRES (NOVOpress) –
  La flamme paralympique s’est éteinte dimanche soir à Londres, point final d’un été sous le signe du sport de haut niveau, entamé avec les Jeux olympiques. Quatre-vingt mille personnes se sont massées dans les tribunes pour voir le spectacle, en présence des 4 200 athlètes ayant participé aux Jeux. 2,7 millions de billets ont été vendus pour l’événement, soit 900 000 de plus qu’à Pékin quatre ans plus tôt

Lire la suite

VTT : le superbe doublé de la Bretonne Julie Bresset

VTT : le superbe doublé de la Bretonne Julie Bresset

09/09/2012 – 13h30
SAALFELDEN (NOVOpress Breizh) –
«Je crois que je ne vais jamais m’en remettre. J’ai saisi ma chance aux JO et ici. C’est magique». Moins d’un mois après sa victoire olympique, Julie Bresset (photo) n’a pas caché son émotion après sa victoire hier à Saalfelden (Autriche) au championnat du monde de cross-country. Après Gunn-Rita Dahle, la Bretonne est ainsi la deuxième vététiste à réaliser le doublé jeux Olympiques-Mondiaux la même année.

Lire la suite

JO : Le tennis de table, c’est du ping-pong made in China !

JO : Le tennis de table, c’est du ping-pong made in China !

Y’a pas que  la petite balle qui est jaune !  

Dans le foot, on se plaint, à juste raison, qu’il y ait trop d’étrangers naturalisés qui rejettent les jeunes joueurs français sur le banc des remplaçants. Las, le mal est plus profond qu’une sonde dans un ballon rond. Aux Jeux olympiques, on a découvert, hallucinés, qu’en tennis de table, les Chinoises naturalisées se mettent à la table des Françaises, des Allemandes, des Hollandaises, des Autrichiennes…

Lire la suite

Jeux Olympiques : place aux arbitres voilées ! Par Pierre Cassen

Jeux Olympiques : place aux arbitres voilées ! Par Pierre Cassen

On n’arrête plus l’islamisation des Jeux Olympiques de Londres. Nous avons eu l’histoire de la judoka saoudienne voilée, d’un niveau indigne de Jeux Olympiques, et d’une athlète voilée qui a couru un 400 mètres en 2 minutes, quand les meilleures courent en 50 secondes. Il est vrai que pour les pays islamistes comme l’Arabie saoudite, il est difficile d’interdire aux femmes de pratiquer le sport, et de regarder une compétition sportive, et en même temps d’aligner des soldates de l’islam voilées dans les compétitions internationales.

Lire la suite

JO 2012 : Ryan Giggs, le capitaine gallois de Team GB, ne chante pas le « God Save the Queen »

Ryan Giggs, le capitaine gallois de Team GB, ne chante pas le "God Save the Queen" aux JO

30/07/2012 — 08h00
LONDRES (NOVOpress Breizh) — Ryan Giggs (photo ci-dessus), l’un des joueurs les plus brillants du football britannique a été nommé capitaine de l’équipe Team GB pour les Jeux Olympiques. Mais, comme ses coéquipiers gallois, il refuse de chanter l’hymne national anglais.

La constitution de l’équipe de football britannique Team GB pour les Jeux Olympiques de Londres n’a pas été simple. En tant que pays hôte, le Royaume-Uni avait le droit d’aligner une équipe dans la compétition. Mais le principe des Home Nations prévoit que l’Angleterre, l’Écosse, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles jouent sous leurs propres couleurs. Dès 2008, le Premier ministre travailliste Gordon Brown avait appelé de ses vœux une équipe britannique unique, nouvelle marque d’une identité factice qui ne tient pas compte des identités locales galloise, écossaise, irlandaise ou même anglaise, les trois premières ayant été niées et brimées pendant des siècles par le pouvoir britannique. Il avait aussitôt été rembarré par Alex Salmond, Premier ministre écossais (Scottish National Party). Les fédérations nationales écossaise, galloise et irlandaise avaient ensuite refusé de négocier avec les Anglais.

Lire la suite

JO : une athlète grecque exclue pour humour sur l’immigration de masse

JO : une athlète grecque exclue pour humour sur l’immigration de masse

27/07/2012 — 10h00
LONDRES (NOVOpress) — Paraskevi Papachristou (ci-dessus) ne pourra pas représenter son pays aux Jeux olympiques à Londres. Qualifiée pour le triple-saut, elle a été exclue mercredi après avoir publié un commentaire jugé raciste sur Twitter. « Avec tant d’immigrés africains en Grèce… Au moins les moustiques du Nil occidental mangent de la nourriture locale ! », a rédigé avec humour sur internet l’athlète grecque de 23 ans.

Lire la suite

Les JO de Londres remis en cause pour cause de ramadan ?

Les JO de Londres remis en cause pour cause de ramadan ?

18/03/2012 – 18h50
LONDRES (NOVOpress) –
Al Kanz, le blog qui milite pour une « éthique en matière de consommation : celle dictée par les canons du halal », est en émois. Les Jeux olympiques qui se dérouleront cet été à Londres, vont correspondre au début du ramadan 2012. Or, « 3 000 des 12 000 athlètes attendus sont musulmans et donc a priori jeûneurs », s’inquiète le site internet.

Ce rituel mahométan en plein JO risquerait donc de désavantager certaines délégations musulmanes. Al Kanz voit loin et pense déjà à « l’Euro 2016 qui tombera en plein ramadan » en France. Jeûne et sport de haut niveau, une question épineuse qui pourrait s’imposer aux nombreux joueurs musulmans chez les BleusFaudra-t-il également envisager de décaler dans le temps cette compétition européenne pour ne pas froisser les musulmans ? Quand l’islam veut imposer sa loi partout et sur tout.

 

Tony Parker : porte-drapeau français aux JO de Londres ?

Tony Parker : porte-drapeau français aux JO de Londres ?

04/01/2012 – 08h00
SAN ANTONIO (NOVOpress) –
Selon Le Parisien, le basketteur Tony Parker aurait entamé « une campagne de lobbying » pour devenir le porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Olympiques de Londres (27 juillet – 12 Août 2012).

Né d’un père afro-américain et d’une mère néerlandaise, il joue pour l’équipe américaine des Spurs de San Antonio (Texas) depuis dix ans. Pétri de sous-culture américaine, Tony Parker navigue dans l’univers hip hop et chante « Rap est mon job » sur le morceau Balance toi. En 2010, le basketteur people fait la Une des tabloïds pour avoir « trahi son épouse » outre-Atlantique, Eva Longoria, après un mariage paillettes célébré en 2007 par Bertrand Delanoë. Aux Etats-Unis, il est d’ailleurs l’un des sportifs les plus détestés. Avec un tel parcours effectué sous le sceau des Etats-Unis, Tony Parker est mal placé pour avoir l’honneur de porter le drapeau tricolore aux JO de Londres l’été prochain.

Crédit photo : Keith Allison via Flickr, licence CC.