Tag Archives: Jean-Pax Méfret

Minute couv Macron

Minute à Macron : « Manu, fais gaffe au populo, il en a ras la casquette ! »

26/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Les allusions « vintage » sont à la une de la presse de ce matin. Alors que Libération titre « Eh Manu, tu redescends ? », en référence aux Inconnus, Minute s’adresse aussi à « Manu » avec cette une : « Fais gaffe au populo, il en a ras la casquette », en référence cette fois à Jean-Pax Méfret. Pour l’hebdomaire, le deuxième tour n’est pas joué si Gérard Lambert prend un coup de colère. Voici l’éditorial.

Minute couv MacronEh bien voilà, maintenant, tout est simple. Ils ne sont plus que deux. Deux dont on pourrait dire bien des choses, décrire les qualités ou les insuffisances, souligner les habiletés ou les erreurs. Mais à quoi bon ? Car, désormais, l’essentiel est que ces deux-là incarnent à la perfection les deux destins de la France.

D’un côté, Emmanuel Macron, l’homme de la finance, du mondialisme. De l’autre, Marine Le Pen, la candidate du peuple. Et même des peuples, car ce qui jouera le 7 mai prochain dépasse nos frontières nationales.

Ce ne sont pas là des figures de style, des postures intellectuelles. Ce sont des réalités. Et ce n’est pas le ralliement rapide au ministre de l’Economie de François Hollande, à son secrétaire général adjoint à la présidence de la République, comme une fuite éperdue de poussins hors du poulailler natal, d’une majorité de cadres des Républicains qui risque de démontrer le contraire.

Le clivage gauche-droite n’a de sens que si les chefs de la droite y croient. Il semble bien que non. C’est dommage. C’est dramatique. Mais c’est un fait.

Il n’y aura pas de révolte sans colère

Le clivage est donc bien celui du peuple contre les élites, celui de la France perdante de la ruralité et de la périphérie contre la France gagnante de la mondialisation, celui du « Non » au référendum de 2005 – près de 55 % ! – contre ceux que Marine Le Pen appelle les « européistes » ou les « euro-mondialistes ».

Ce clivage traverse tous les électorats. Y compris celui de Macron. Parmi ceux qui ont voté pour lui dimanche, combien de dupes, combien de naïfs, qui voient en lui un « renouveau », un « hors système » ? Peut-être une majorité. Homme de droite pour la gauche radicale, homme de gauche pour la droite nationale, Macron est une synthèse. Celle du système. Elu, il sera pire que Hollande qui était pire que Sarkozy.

Cette victoire lui semble promise. Les sondages l’annoncent inéluctable. Disons-le tout net : sur le papier, c’est gagné pour lui, c’est perdu pour le peuple. Sur le papier. Car tout dépend des dix jours qui viennent. Tout dépend du peuple. Du populo, comme on disait naguère encore, du populo qui « en a ras le casquette » comme le chantait Jean-Pax Méfret dans Solidarité, en 1982. Tout dépend des Français qui travaillent ou qui voudraient travailler. Des Français qui ont peur et qui voudraient ne plus avoir peur. Encore convient-il de leur parler un langage clair, net, fort. Un second tour d’élection présidentielle, c’est de la castagne. De l’argumentation, oui, mais au service de l’émotion. Avant d’apaiser, il faut indigner. Il n’y a pas de révolte sans colère.

Macron n’est pas un nom, c’est une épitaphe

Libération Manu MacronAux électeurs de Mélenchon, pour ceux qui ne sont ni des « cités » ni étudiants à Sciences Po, il faut dire et répéter que Macron, c’est l’homme qui vend la France, l’homme qui a bradé Alstom aux Américains. A ceux de Fillon, il faut parler d’Emmanuel Hollande.

A tous ceux qui n’ont pas voté ou qui ne se sentent tenus par aucun parti, il faut rappeler et rappeler encore que Macron veut instaurer « une autoroute migratoire entre l’Algérie et la France » (1), qu’il affirme qu’« il n’y a pas de culture française », qu’il accuse la France d’être responsables de « crimes contre l’humanité », qu’il veut faire travailler plus pour gagner moins.

Il faut cogner Macron. Il faut faire pleurer le mari de Brigitte. Il faut frapper là où ça fait mal. Ennemi du peuple. Ennemi de la droite. Ennemi de la gauche. Ennemi de la France. Macron n’est pas un nom, c’est une épitaphe. Sa défaite est possible. Malgré les sondages. Malgré la fatale fatalité.

Mais ne nous cachons pas une vérité : tout dépend de Marine Le Pen. La présidente du Front national a dix jours pour être à la hauteur de son destin. Durant dix jours, il est lié à celui de la France. Sa responsabilité est immense.

A « Minute », nous la soutiendrons totalement. « Le Pen, le peuple ! », disaient déjà voici trente ans les affiches du Front national. C’était un autre Le Pen et presque une autre France. Cette fois, nous n’avons plus trente ans devant nous. Ni peut-être même dix. « Avant qu’il ne soit trop tard », c’est maintenant.

Editorial du n° 2819 de Minute daté du 26 avril 2017

Et la foule a crié : « Jean-Pax président ! »

Et la foule a crié : « Jean-Pax président ! »

02/04/2012 – 18h30
PARIS (NOVOpress) — Ses fans n’avaient même pas osé en rêver et pourtant, il l’a fait : dimanche 1er avril, 48 ans après ses débuts à l’âge de 20 ans, Jean-Pax Méfret, le chanteur que l’on n’entend jamais à la radio, que l’on ne voit jamais à la télévision, « a fait » l’Olympia ! La salle mythique était pleine à craquer. Novopress y était.

Diffusia, organisateur des rares concerts de Jean-Pax Méfret, a réussi son pari. Depuis plusieurs semaines, il n’y avait plus une place disponible et les amis en souffrance étaient très nombreux (« Je m’y suis pris trop tard pour réserver ; toi qui connais Jean-Pax, tu ne pourrais pas… ? »). Pensez donc : Jean-Pax Méfret à l’Olympia ! Sur la scène où les plus grands se sont succédé, là où Jacques Brel en personne a fait ses adieux ! Sans tapage médiatique, sans moyens publicitaires, juste par le bouche-à-oreille, « Jean-Pax » a rempli l’Olympia : 2 000 personnes étaient venues de toute la France pour voir et entendre l’icône de la droite française, et communier avec elle.

Prodige de la capacité de cette droite à transmettre la mémoire à ses enfants : quatre générations étaient rassemblées. Des « anciens » aux 10-15 ans qui n’ont jamais connu le Rideau de fer, qui ont du mal à concevoir qu’on ait si longtemps craint l’arrivée des chars soviétiques à Paris, à qui l’on ne parle de l’Algérie qu’accolée au mot « repentance », qui seraient bien en peine de délimiter les frontières de l’Indochine, mais qui pourtant connaissent par cœur tout le répertoire de Jean-Pax.

La droite « mili-catho » était venue en force

La droite « mili-catho » était venue en forceSociologiquement, en ce dimanche après-midi à l’Olympia, la droite « mili-catho » l’emportait en nombre et en puissance vocale sur toutes les autres composantes. Quand on a appris à chanter chez les scouts, puis à l’armée, on ne craint personne… Côté ambiance, ce fut chaud, avec des « Jean-Pax président ! » entre toutes les chansons (« Je vais déjà faire le répertoire, pour le programme, on verra après ! ») et plusieurs ovations debout au cours du concert.

Il faut dire que Jean-Pax avait fait ce qu’il fallait, en livrant le répertoire attendu, qui a déclenché de l’hystérie – relative tout de même, le public de droite est discipliné ! – sur ses grands tubes – Camerone, Les Barricades (« Le drapeau taché du sang d’Hernandez / La foule qui crie “Algérie française“ »), Diên Biên Phu, Veronika, Sainte-Mère-Eglise… – et transformé à chaque fois l’Olympia en mémorial géant et sonore, toute la salle chantant avec lui du premier au dernier mot à la mémoire de ceux qui sont tombés, ici, au loin ou « là-bas ».

Entre les chansons, Jean-Pax a parlé. Pour rappeler qu’aimer l’Algérie, ce n’est pas être colonialiste ; pour dire que s’il chante cette terre, c’est qu’il chante son enfance « dans un département français » ; pour expliquer, aux sots qui pourraient se méprendre, qu’il n’est pas un va-t-en-guerre : s’il chante les soldats, c’est parce que ceux-là qui décident des guerres oublient aussi vite ceux qui ont donné leur vie pour la France.

La salle debout pour la sonnerie aux morts

La droite « mili-catho » était venue en forceEn 2005, Jean-Pax Méfret avait écrit une chanson contre le terrorisme islamique. Il l’a chantée en public pour la première fois, en raison de l’actualité, « quand le terrorisme frappe au hasard, dans le métro, dans la rue ou devant une école ». Elle dit, en substance : « pas d’amalgame »… Et parmi ses nouveaux titres, Le Vieux Soldat, un hymne contre « la France qu’on traite de pute », La Marseillaise sifflée, le drapeau qu’on brûle et le cri d’un homme qui demande le respect pour le sang versé, est tout simplement formidable. Il l’a chantée deux fois ; la première fois, à la fin de la première partie, suivie de quelques mesures de la sonnerie aux morts : en une seconde, la salle entière fut debout, statufiée devant le rideau rouge qui se fermait lentement.

À 19 heures, après plusieurs heures de scène et quatre ou cinq rappels, Jean-Pax a fini par offrir au public Le Chanteur d’Occident qu’il lui réclamait et son très bel Afghanistan. Visiblement très ému, il a remercié plusieurs fois et promis qu’on se reverrait. Pas sûr qu’il se soit attendu à un tel accueil.

Dehors, la grande silhouette de Jean Raspail, l’auteur du Camp des saints, qui « en était » lui aussi, tirait élégamment sur son fume-cigarettes. Comme la permanence de l’attachement à une France à l’âme fière, bien résolue à ne pas disparaître.

Marc Verdelec

Crédit photo : Novopress (cc)

Jean-Pax Méfret à l’Olympia

Jean-Pax Méfret sera en concert à l’Olympia le dimanche 1er avril 2012 à 15 h 30.
Information et location auprès de l’Olympia
– par internet : www.olympiahall.com
– et par téléphone : 08.92.68.33.68 (0,34 €/min) de 10h à 18h
Places dès 29 €

Accompagné par huit musiciens de renom regroupés dans le Sound Orchestra, Jean-Pax Méfret a rajouté douze nouvelles chansons, inspirées de l’actualité récente, pour son passage à l’Olympia. Douze chansons inédites – de l’Afghanistan au Drapeau brûlé – qui complèteront un récital de titres cultes : Veronika, Beyrouth, Camerone, Diên Biên Phû, Les Harkis, Le pays qui n’existe plus…