Mélenchon contre les « tyrans médiatiques » et surtout les « blonds aux yeux bleus » – Par Claude Lorne

Mélenchon contre les « tyrans médiatiques » et surtout les « blonds aux yeux bleus »

Mémorable empoignade le 26 mars au journal matinal de France Inter entre le journaliste-animateur Patrick Cohen et Jean-Luc Mélenchon, invité du jour après sa sortie du samedi précédent, lors du congrès du Parti de gauche à Bordeaux, où il avait accusé le « salopard », Pierre Moscovici; de se comporter comme « quelqu’un qui ne pense pas français, qui pense dans la langue de la finance internationale ». C.L.

Lire la suiteMélenchon contre les « tyrans médiatiques » et surtout les « blonds aux yeux bleus » – Par Claude Lorne

Allemagne : un cadre du parti Die Linke aurait-il été un informateur de la Stasi ?

Allemagne : un cadre du parti Die Linke aurait‑il été un informateur de la Stasi ?

13/02/2013 – 10h00
BERLIN (Novopress avec le Bulletin de réinformation) – C’est ce que va essayer de déterminer la justice allemande. En effet, le procès de Gregor Gysi (photo ci-dessus) s’est ouvert dimanche à Hambourg.

Lire la suiteAllemagne : un cadre du parti Die Linke aurait-il été un informateur de la Stasi ?

Le Parti de gauche défend l’installation d’un Starbucks à Montmartre

Le Parti de gauche défend l’installation d’un Starbucks à Montmartre

11/02/2013 -12h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
L’association « Paris Fierté » avait organisé une manifestation festive prévue samedi dernier place des Abbesses dans le quartier de Montmartre. Ce rassemblement visait à réunir sympathisants, commerçants, élus et associations pour s’opposer à l’installation d’un Starbucks dans le quartier.

Lire la suiteLe Parti de gauche défend l’installation d’un Starbucks à Montmartre

J-L Mélenchon : “Ce superbe marron que montrent les plus beaux êtres humains”

J-L Mélenchon : "Ce superbe marron que montrent les plus beaux êtres humains"

07/01/2013 – 20h00
PARIS (NOVOpress) –
Nous devons la citation de ce texte de Jean-Luc Mélenchon à notre confrère Fdesouche. Et merci à celui qui a eu la patience de lire le déluge verbal du candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle 2012, sur son blog, pour y trouver cette intéressante déclaration ethnomasochiste.

Lire la suiteJ-L Mélenchon : “Ce superbe marron que montrent les plus beaux êtres humains”

L’échec programmé du social libéral de l’Elysée

L’échec programmé du social libéral de l’Elysée

03/09/2012 — 14h30
PARIS (NOVOpress) — Bush junior prétendait qu’un nouveau président disposait de cent jours pour faire adopter des réformes « fondatrices ». Après c’est trop tard. C’est ce que Nicolas Sarkozy avait compris en faisant voter à l’été 2007 la loi TEPA par le Parlement.

Pendant cette période, encore auréolé de sa victoire, le Président se trouve en position de force ; sa majorité obéit au doigt et à l’œil ; l’opinion suit ; les sondages sont au zénith. C’est « l’état de grâce », cher à François Mitterrand. Mais, dès qu’arrive septembre, les premiers grognements apparaissent. Les difficultés se multiplient : augmentation des prix, progression du chômage, arrivée des feuilles d’impôts locaux font que ce « citoyen-consommateur-électeur » commence à trouver d’avantage de défauts que de qualités à la nouvelle équipe. Celle-ci, subitement paralysée par des sondages en baisse, devient circonspecte. De plus en plus hésitante à lancer des réformes susceptibles de braquer les parlementaires et l’opinion. Alors on ne fait plus rien ou plus exactement les ambitions des différents projets de loi sont revues à la baisse. Aux grandes annonces de la campagne électorale succèdent au Parlement des textes suffisamment amendés pour perdre leur saveur initiale, tant le Gouvernement est préoccupé d’éviter les écueils et, tout particulièrement les remous au sein de sa majorité.

Lire la suiteL’échec programmé du social libéral de l’Elysée

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

[box class=”info”] Un de nos lecteurs nous envoie cet article.[/box]

Le 20 mars 2012, le nouveau logo du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives était présenté à l’ensemble des salariés de l’institut de recherche. Le voici :
Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Ce sigle blanc tranchant un dégradé de rouge, de l’aniline au sang, rappelle étrangement un slogan, bien politique celui-là : “Prenez le pouvoir !”
Souvenez-vous de l’affiche de campagne du candidat Melenchon au présidentielles 2012.

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Quelle étonnante ressemblance n’est-ce pas, avec en particulier le même dégradé du fond rouge. D’autant plus que c’est lors de la campagne des présidentielles que le nouveau logo du CEA fut “imaginé”. Un mois avant les élections, il était prêt et présenté.

La fine barre verte du Logo CEA a pour but avoué de signaler l’additif cent pour cent bio “Aux Energies Alternatives”, et si elle n’était peinte d’un dégradé, rappellerait parfaitement la charte graphique du site du Parti de Gauche. Avec ce nouveau logo, c’est un nouveau site internet du CEA qui prend la place de l’ancien. Sa charte graphique est elle aussi, bien que très chargée de blanc, proche de celle du site du parti de gauche. Les éléments principaux, bouton-portes dirigeant vers les sections du site et logo, sont de rouge, de blanc, et de vert révolutionnairement vêtus.

Le rouge et le verts, les couleurs choisies par Van Gogh pour “tenter d’exprimer les terribles passions humaines”.

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ? Jeudi 31 mai 2012, un communiqué (image en bas de l’article) de la Direction de la Communication du CEA a été envoyé à chaque employé pour lui rappeler que, désormais, toutes communications extérieures et leurs supports (posters scientifiques, support de conférence) devraient utiliser la charte graphique et les modèles prêts à l’emploi (modèle de lettre ci-contre). Opération rien de plus normale me direz-vous !
Oui sauf, que le CEA, c’est 15000 employés. 15000 employés qui peuvent disséminer une charte graphique extrêmement proche de celle d’un parti politique. Cette charte est alors associée à des travaux scientifiques d’avenir, d’une importance majeure, dont l’image est actuellement tantôt à défendre (secteur nucléaire), tantôt valorisante (secteur énergies alternatives). Qui ne se soucie pas aujourd’hui du problème des énergies renouvelables, du nucléaire ?

Difficile de croire qu’à aucun moment, les professionnels de la communication n’aient pu faire le rapprochement entre le nouveau logo CEA qu’ils créaient et celui des Front de Gauche et partis de gauche alors crédités de 13 à 18 % d’intentions de vote (sous la bannière Front de Gauche). Quel a été l’objectif réel des concepteurs de cette nouvelle charte ? Rendre aux gens de gauche l’énergie du nucléaire plus acceptable ? Ou, peut-être, permettre à un parti politique d’occuper un espace laissé, du moins au premier regard, politiquement vide : celui de la communication et de l’échange scientifiques. On imagine mal le Front de Gauche, ni même la puissante CGT, afficher un poster revendicatif au célèbre congrès de l’EGU de Vienne (European Geosciences Union – plus de 10000 participants chaque année). Volontairement, ou involontairement le service de communication du CEA a servi au Front de Gauche le village involontairement gaulois sur un plateau !

“Ou involontairement…” Lisons plus en détail le communiqué (image en bas de l’article) de la direction de la communication du CEA datant du 31 mai 2012.

“Présenté le 20 mars dernier à l’ensemble des salariés, le logo est le signe de la dynamique collective qui anime le CEA. […]. Le rouge, puissant, a été choisi pour exprimer l’énergie dans son sens le plus large, celui de la dynamique et de l’engagement collectif.”

“Le rouge symbole d’énergie”, oui. Le rouge de l’énergie associée à “l’engagement collectif”, c’est aussi alambiqué qu’un commentaire conceptuel d’art contemporain ! Mais, passons. Seulement, pourquoi ce dégradé exactement identique à l’affiche du candidat Mélenchon, et associé à ces mots “de la dynamique et de l’engagement collectif” ?

Étrange, à un mois des élections présidentielles 2012, on présentait ce fameux logo, à la symbolique plus qu’ambigüe, aux employés du CEA. A quelques jours des élections législatives, on rouvre la tonnelle de gros rouge qui tache et on insiste sur la symbolique du logo mêlant sans détour énergie, dynamique et engagement collectif à la couleur. Par un raffinement qui rappellera celui du commissaire Gletkin aux amateurs du Zéro et de l’Infini (Arthur Koestler), on signifie gentiment, dans un guide du parfait employé, dit “des bonnes pratiques”, qu’il est important d’utiliser cette symbolique dans chacun des supports de communications internes comme externes !

Mal inspiré, victime de la surreprésentation du parti de gauche dans les grands médias ou d’un enthousiasme partisan débordant, le service de communication du CEA, n’a pas fait dans la dentelle ! Pourtant habitué aux communications à risque par le poste qu’il incarne, Xavier Clément, actuel directeur de communication du CEA, n’aurait-il jamais constaté l’évident rapprochement des logos et chartes graphique de l’institut de recherche fondamentale et des partis politiques d’extrême gauche  il n’en reste pas moins que 15000 employés de l’un des centres de recherche sur l’énergie les plus reconnus au monde, distribueront à chaque meeting et gratuitement leurs petits tracts subliminaux au profit de la propagande du parti montant des extrêmes gauches !

Un lecteur de Novopress

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Avec Mélenchon, c’est “les immigrés d’abord” et les patriotes au cachot

Avec Mélenchon, c'est "les immigrés d'abord" et les patriotes au cachot

21/04/2012 – 17h15
PARIS (NOVOpress) —
La nouvelle mode de cette campagne est la convocation des candidats par le monde associatif. Les associations bien-pensantes, déjà grassement subventionnées, somment les différents candidats (sauf Marine Le Pen, qui n’est jamais conviée) de se positionner en faveur de leurs propositions. Depuis deux mois toutes les thématiques ont été abordées : le mal-logement, l’écologie, le droit des femmes, des handicapés, des homosexuels, des non-fumeurs, … Dernier en date à se livrer à l’exercice, le MRAP a adressé lui aussi son questionnaire aux candidats.

Le Front de Gauche s’est empressé d’y répondre, et c’est édifiant. Les positions de Jean-Luc Mélenchon sur l’immigration sont connues. Mais là, le Front de Gauche dresse le détail des mesures concrètes qu’il compte prendre en matière de lutte contre le racisme et les discriminations, et des propositions en soutien aux “personnes migrantes”. On peut le résumer en 3 mots : « les immigrés d’abord ».

La réponse du Front de Gauche s’attarde d’abord sur les questions internationales. Passons rapidement sur le laïus pro-palestinien, la rhétorique est connue. Idem pour le retrait des troupes immédiat en Afghanistan. Nous arrivons aux propositions concernant l’Afrique : « La France remettra en cause tous les accords bilatéraux qui conditionnent l’aide à la rétention des flux migratoires ». L’idée est donc de continuer l’aide au développement par millions, à sens unique, sans réclamer aucune contrepartie.

Ensuite le Front de Gauche s’attaque au sort des enfants soldats. Il est bien entendu question de les accueillir massivement en France au titre du droit d’asile et de leur fournir GRATUITEMENT : un suivi médical et psychologique, la recherche de leurs parents pour réunir les familles, des structures publiques d’accueil spécialisées, ainsi que l’accès à l’éducation.

Pour aider les pays en voie de développement il est prévu d’annuler leur dette. On se demande pourquoi, dans ce cas, Jean-Luc Mélenchon ne réclame pas aussi l’annulation de la dette française. La dette est tout autant un boulet pour l’économie française que pour les pays émergents.

Le Front de Gauche donne l’impression de croire que l’argent tombe du ciel. En effet, hormis le coût déjà considérable des mesures immigrationnistes et le manque à gagner de l’annulation de la dette du Tiers-Monde, il faudra ajouter à cela le paiement aux pays émergents de « réparations » pour dommages environnementaux. Le Front de Gauche écrit noir sur blanc, que « seuls les pays développés sont responsables de la crise environnementale », ils doivent donc payer.

Le cœur du sujet du questionnaire du MRAP était la lutte contre les discriminations. Que propose donc le parti de Jean-Luc Mélenchon sur ces questions ?

Non seulement avec ce programme, le français moyen sera traqué dans tous les actes de la vie quotidienne, mais en il lui faudra payer encore plus d'impôts pour financer cet enfer.Il est prévu de durcir la législation anti-discrimination (notamment d’alourdir les sanctions judiciaires), de rétablir la Halde, de créer un Conseil supérieur de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. La lutte contre les discriminations doit devenir une priorité de la justice. Il sera donc plus grave de « discriminer » que de tuer ou violer. L’objectif est tellement prioritaire qu’une augmentation conséquente des effectifs policiers est prévue à cet effet. Les policiers seront d’ailleurs spécialement formés à détecter ce type de délit et à accueillir les plaignants : « Dans les commissariats un accueil respectueux et attentif doit être accordé à toute plainte se référant à une discrimination ». Le Front de Gauche envisage également la création de brigades spéciales de police, détachées de toute autorité hiérarchique pour enquêter sur ces questions. Elles ne rendront de comptes qu’au seul juge d’instruction en charge des dossiers.

Les entreprises n’échapperont pas, elles aussi, à la traque permanente des comportements discriminatoires : il est prévu de recruter massivement des inspecteurs du travail pour enquêter sérieusement sur ces questions.

Après toutes ces mesures coercitives, le redécoupage de la carte scolaire pour obliger les enfants à la diversité de gré ou de force, paraîtrait presque anodin. Les mesures pour la jeunesse ne se limitent pas à cela. Pour les jeunes « discriminés », il est prévu de multiplier dans les « quartiers » des points d’accès aux droits, spécialisés dans la lutte anti-discrimination. Le but est de faire connaître aux « jeunes » la législation anti-raciste et de les conseiller pour porter plainte.

Ensuite, en vrac, Jean-Luc Mélenchon et ses amis veulent abroger les lois « sécuritaires et racistes » (Perben1, Perben2, loi sur la Sécurité intérieure, loi Clément, loi sur la prévention de la délinquance, loi sur la rétention de sûreté, LOPPSI 1 et 2), ouvrir les concours de la fonction publique à tous les étrangers. Ils proposent également des peines d’inéligibilité pour les élus condamnés pour racisme, l’interdiction définitive de stade pour comportement jugé raciste, la suspension des financements publics pour les petits clubs sportifs qui ne prendraient pas des dispositions dans le sens de la législation.

Le dernier tiers du programme revient en détail sur la politique migratoire vue par le Front de Gauche : liberté d’entrée et d’installation de tous les migrants, régularisation de tous les clandestins, carte de séjour automatique de 10 ans pour tout le monde, accueil obligatoire sur le territoire de toute personne voulant se faire soigner, droit du sol intégral, acquisition automatique sur demande de la nationalité au bout de cinq ans de résidence, droit de vote et d’éligibilité étendu à tous les étrangers résidant en France depuis 5 ans, rétroactivité des droits sociaux après régularisation (dont les droits à la retraite), droit automatique de visa pour un proche d’un étranger résidant en France.

Si tout cela ne suffisait pas encore à satisfaire le MRAP, le Front de gauche a décidé de s’en prendre à la liberté d’opinion et d’expression. Toute prise de position pro-Algérie française sera considérée comme apologie de crimes de guerre. Et donc poursuivie pénalement .

Dans les manuels scolaires, la priorité sera donnée à l’étude des guerres coloniales et de l’esclavage.

Tous les sites internets « qui propagent la haine raciste, l’incitation à la violence contre les personnes, et attaquant les militants antiracistes » seront poursuivis sans relâche et fermés. Les effectifs policiers dédiés à cette action seront grandement augmentés. Les associations anti-racistes seront « pleinement associées » au dispositif de traque.

L’internaute ne sera pas poursuivi en revanche car il n’est pas question de pénaliser « les militants anti-racistes et les chercheurs » qui voudraient se documenter… Il faudra donc, si l’on comprend bien, laisser subsister un quota de « racistes » afin que les chercheurs subventionnés et les activistes professionnels aient de quoi s’occuper …

Le Front de Gauche termine sa réponse au MRAP sur un paragraphe concernant l’augmentation massive des subventions aux associations. Non seulement avec ce programme, le français moyen sera traqué dans tous les actes de la vie quotidienne, mais en il lui faudra payer encore plus d’impôts pour financer cet enfer.

Réponse du Front de Gauche au MRAP / lien 1 / lien 2

Spoutnik, pour Novopress

Crédit photo : Rémi JDN via Flickr (cc)

La politique en noir et blanc ou Pour qui roule Jean-Luc Mélenchon ?

La politique en noir et blanc ou Pour qui roule Jean-Luc Mélenchon ?

[box] A un mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon est porté aux nues dans les médias. Car il entre dans le jeu tactique du candidat Sarkozy, dont il affaiblit les concurrents, et dans la stratégie de la superclasse mondiale car si le sénateur Mélenchon vitupère il ne conteste ni l’immigration, ni le libre-échange ; enfin, il concentre ses coups sur la candidate populiste. [/box]

M. Jean-Luc Mélenchon monterait dans les sondages. Il talonnerait, paraît-il, Marine Le Pen et dépasserait François Bayrou (LeFigaro.fr du 27 mars 2012). C’est la nouvelle que les médias nous diffusent en ce moment sur l’air des lampions.

C’est en tout cas une bonne nouvelle pour Nicolas Sarkozy. Car le candidat du Front de gauche aurait l’avantage de prendre des voix à la fois au parti socialiste et à Marine Le Pen. Il favoriserait en outre une dispersion des suffrages au premier tour dont le président candidat espère profiter. Comme la majorité des journalistes déclare en outre une sensibilité de gauche, tout le monde rame dans le même sens : des pigistes aux commanditaires, pour promouvoir saint Jean-Luc en qualité de populiste fréquentable. Voilà, pour l’oligarchie, ce qui s’appelle joindre l’utile à l’agréable.

Un vieux film nostalgique

L’homme a, il est vrai, un talent oratoire certain : une voix impérieuse qui s’entend, un style gouailleur et la tête de l’emploi. On le verrait bien jouer dans un film policier en noir et blanc à côté de Lino Ventura ou avec Jean Gabin dans La Bête humaine de Jean Renoir.

Car il nous la joue sur un mode nostalgique, Jean-Luc : il nous mime le retour de la gauche laïque du temps des deux Georges : Georges Marchais pour le parti communiste et Georges Séguy pour la CGT. Il nous repasse un vieux film politique mais en version colorisée, badigeonnée d’un soupçon de révolte sur la Place de la Bastille, au son de l’accordéon : cela plaît aux bobos qui, eux, rêvent de revivre Mai 1981 à défaut de Mai 1968.

Jean-Luc excelle à nous renvoyer à l’époque où le monde était simple et écoute son programme électoral comme on verrait de vieilles images d’actualité en cinéma muet : il n’y a qu’à « prendre l’argent où elle est », comme disait le vieux Georges, créer des emplois publics et des logements sociaux, nationaliser et, bien sûr, faire payer les riches. Jean-Luc promet aussi de mettre en place une Constituante, comme en 1946.

A lire son programme électoral on se sent rajeunir : nous ne sommes plus en 2012 mais au mieux en 1970. Cela doit assurément plaire aux papys qui rêvaient d’un grand soir de « justice sociale ». Nostalgie, quand tu nous tiens…

Il a tout compris

Mais Jean-Luc est fine mouche : il a tout compris.
Il a compris qu’il est d’autant plus médiatisé qu’il dirige ses diatribes contre Marine Le Pen. Cela lui donne un brevet d’honorabilité. D’ailleurs, on le voit partout aujourd’hui : à croire qu’il ne se déplace plus qu’entouré d’une meute de paparazzis, comme les stars.
Il est vrai qu’il est nettement plus drôle dans son rôle que NKM, la revêche porte-parole de Nicolas Sarkozy qui déclare préférer voter pour François Hollande plutôt que pour Marine Le Pen, ce qui a un peu troublé la stratégie dudit Nicolas.

L’habit de lumière de l’antirââcisme et de l’antifââscisme

Dans le rôle de procureur public, il endosse alors l’habit de lumière de l’antirââcisme et de l’antifââscisme avec talent : c’est un beau numéro d’équilibriste car, d’un côté, il nous dit qu’il faut lutter contre les patrons et le système de l’argent, mais, de l’autre, il concentre ses attaques sur les identitaires et les populistes qui ne représentent pourtant assurément pas les intérêts du CAC 40.

L’extrême gauche pratique la même escroquerie morale avec constance depuis 1968 : lutter, au nom de la révolution, contre tout ce qui pourrait faire concrètement obstacle… au pouvoir de l’argent-roi. Jean-Luc a repris le filon sans vergogne, pour le plus grand profit du Système.

La révolte, mais pas trop quand même

Mais s’il fait dans un style qui se veut populaire, Jean-Luc reste toujours dans les limites de la décence : car c’est la condition de sa sainteté médiatique. D’ailleurs il se veut « républicain », ce qui en novlangue veut dire « politiquement correct ». Il veut changer, faire la « révolution par les urnes » mais pas trop quand même.

Jean-Luc Mélenchon trouve un écho dans une partie de l’opinion car lui aussi parle concrètement : il parle des salaires, du chômage, de l’école, de la précarité et de la pauvreté. Il promet que nous « vivrons mieux ».

Mais notre joueur de flûte se garde bien cependant d’aborder les vraies causes de la paupérisation en France : le libre-échange mondialiste et l’immigration de peuplement.

Un surplace idéologique

Jean-Luc proclame qu’il faut « désobéir au Traité de Lisbonne » mais ses positions sur l’Europe sont imprécises et inodores. Il faut dire que le sénateur Mélanchon a voté le Traité de Maastricht. Il ne dit rien de l’euro et n’emploie pas le mot « protectionnisme ».

De même, pour lui l’immigration « n’est pas un problème » : il promet d’ailleurs de régulariser les clandestins, de renforcer le droit du sol et d’établir un droit à la naturalisation. Le MEDEF serait content s’il était élu !

Le « peuple » de Jean-Luc date lui aussi manifestement : il remonte à 1970, au temps où certains s’inquiétaient qu’il puisse y avoir un jour un million d’immigrés en France. Un temps qui nous fait rêver rétrospectivement, mais ce n’est plus le nôtre, hélas.

Jean-Luc prône une « Constituante » mais pour promouvoir le régime d’assemblée élue à la proportionnelle, c’est-à-dire le régime des partis. Sa VIe République c’est en fait la bonne vieille IVe République. Il n’est d’ailleurs pas trop favorable au référendum : tout juste le préconise-t-il pour « régler la question du nucléaire ». Sans doute pour complaire aux écolos.

Notre révolutionnaire en cravate rouge déploie ainsi beaucoup d’énergie à faire du surplace politique : c’est vrai que c’est une belle performance !

Un vieux logiciel

Manifestement le logiciel de Jean-Luc date : c’est un logiciel de gauche, au surplus une version dépassée qui n’est plus en vente à la FNAC. C’est pourquoi il plaît au Système et aux nostalgiques.

Car il est sans surprise, Jean-Luc : il ne s’attaque qu’à la surface des choses et surtout aux concurrents de ce bon Nicolas. Avec lui on ne risque pas le changement et on le verra sans doute lors du second tour des présidentielles. C’est sans doute pourquoi il prétend que voter pour lui c’est le « vote utile ». Mais utile à qui finalement ?

Michel Geoffroy
27/03/2012

Voir aussi :
Les convergences paradoxales de l’extrême gauche et de la superclasse mondiale

[box class=”info”] Source : Polémia – 30/03/2012 [/box]

Bordeaux : un élu communiste refuse la création d’une nouvelle école catholique

Bordeaux : un élu communiste refuse la création d’une nouvelle école catholique
Bordeaux : un élu communiste refuse la création d’une nouvelle école catholique
Vincent Maurin, Conseiller municipal à Bordeaux (DR)

03/02/2012 – 11h30
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Dans un communiqué envoyé à la presse, le conseiller municipal de Bordeaux Vincent Maurindénonce le projet de création d’un collège privé et d’une église, dans « l’écoquartier » Ginko à Bordeaux-Lac.

Le communiste demande le gel de ces deux projets. Pour Vincent Maurin (photo), « au moment où la laïcité est fragilisée par des prises de positions inquiétantes en France, comme en Europe, doit-on promouvoir un lieu d’enseignement catholique ? Et puis, une église est-elle nécessaire dans cette ZAC, quand existe déjà une grande chapelle dans la cité des Aubiers ? »

Le communiste sera présent aux élections législatives de 2012 dans la 1ère circonscription pour représenter le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon. En 2007, il avait à peine dépassé 3% des suffrages exprimés.