Le nouveau parti de l’intelligence – Tribune libre par Flavien Blanchon

« Pour un parti de l’intelligence » : tel est le titre fameux du manifeste publié dans le supplément littéraire du Figaro en juillet 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, par cinquante-quatre écrivains et intellectuels. Le texte, rédigé par Henri Massis, n’a pas toujours très bien vieilli, mais nul ne pouvait contester aux signataires – de Paul Bourget à Georges Valois en passant par Jacques Bainville, Daniel Halévy, Francis Jammes ou Charles Maurras –, leur qualité à s’exprimer sur le sujet.

Un siècle plus tard, voici que paraît « un appel à l’intelligence », [publié entre autres dans le Monde, le Figaro, Libération, La Croix, les Echos et Réforme] dont les souscripteurs sont, pour parler poliment, un peu plus inattendus. Le cardinal Vingt-Trois, par exemple, qui ouvre le ban, n’a pas précisément la réputation d’une lumière… La disposition des noms a du moins été soigneusement étudiée. Apparaissent d’abord, en première ligne, rangées selon l’importance numérique de leurs adeptes, les notabilités religieuses : le cardinal Vingt-Trois donc, Dalil Boubakeur, le président de la fédération protestante, « le Grand Rabbin de France par intérim », et la présidente de l’union bouddhiste de France. Il est dommage que le CRIF, rédacteur et organisateur, n’ait pu, à un an près, faire figurer le grand rabbin Bernheim, qui, entre son titre d’ »agrégé » de philosophie (major de sa promotion, tant qu’à faire) et sa grande œuvre de penseur original, aurait été un peu plus plausible. Il est de ces malchances de calendrier.

Lire la suite

L’UMP joue la transparence sur sa comptabilité… dès que les magouilles seront terminées

L'UMP joue la transparence sur sa comptabilité... dès que les magouilles seront terminées

05/03/2014 – PARIS (Bulletin de réinformation) – L’UMP se trouve mêlée à un nouveau scandale avec des accusations du journal Le Point en raison de prestations surfacturées par des prestataires de communication qui seraient proches de Jean-François Copé. Ce dernier se prétend victime d’une chasse à l’homme et annonce la mise à « disposition de l’intégralité de la comptabilité » de l’UMP.

Il a aussi annoncé déposer une proposition de loi pour soumettre les « principaux dirigeants et salariés des médias » bénéficiant d’aides ou de fréquences attribuées par l’État à des contrôles comparables à ceux des parlementaires. Courageux, mais pas téméraire, il attend l’issue du vote sur ces textes pour mettre à disposition la comptabilité de son parti.

Crédit photo : ump-photos via Flickr (cc)

L’opposition de l’UMP au mariage homosexuel est une supercherie

L'opposition de l'UMP au mariage homosexuel est une supercherie

31/12/2013 – 13h00
PARIS (NOVOpress) – Comme pour le Pacte civil de solidarité (PACS) institué en 1999 sous le gouvernement Jospin, l’UMP n’abrogera pas – lorsqu’elle reviendra au pouvoir – la loi permettant aux couples homosexuels de se marier.

La volte-face en octobre dernier du patron de l’UMP, Jean-François Copé, déclarant avoir toujours été favorable au mariage de personnes de même sexe alors qu’il avait ostensiblement marqué de sa présence les Manifs pour tous en est l’exemple probant.

Invité de Public Sénat, dans l’émission « Preuves par 3 », en octobre 2012, Jean-François Copé avait exprimé « clairement » son opposition au mariage homosexuel. « Je suis opposé, je l’ai dit très clairement, au mariage homosexuel. Je l’ai dit. En même temps je souhaite que les propos des uns et des autres ne soient pas caricaturés ».

Lire la suite

Copé défend l’immigration choisie

Copé défend l’immigration choisie

13/12/2013 – 10h30
PARIS (NOVOpress) – Nicolas Sarkozy avait déjà fait le coup quand il était aux affaires : non à l’immigration subie, oui à l’immigration choisie… avec les résultats que l’on sait. Cette fois, c’est Jean-François Copé qui reprend la formule à son compte, sans doute effrayé par la perspective d’un carton du FN aux élections municipales et européennes.

Avec un art consommé de souffler le chaud et le froid, il a salué « la capacité d’attraction » de la France, tout en réaffirmant la nécessité de restreindre l’immigration par l’instauration d’un plafond légal. « Pour devenir Français, il faut le vouloir, il faut le vouloir avec ardeur! », s’est enflammé le président de l’UMP.

Il s’est par ailleurs prononcé pour la suppression de l’aide médicale d’État et pour une politique de sélection des étudiants accueillis en France. Enfin, il n’a pas épargné le système de Schengen, qui ne peut marcher selon lui « que si tous les pays accomplissent leurs obligations de contrôle aux frontières ». Et s’ils ne le font pas ? « Il faut qu’ils sortent de Schengen. Et si eux ne sortent pas, nous on sortira ! »

Ces propositions, dévoilées jeudi lors d’une convention sur la politique migratoire, feront partie intégrante du « corps programmatique majeur » constitué par l’UMP, qui sera présenté au grand conseil national le 25 janvier prochain.

Crédit photo : World Economic Forum via Flickr (cc)

Coucou les revoilà ! Par Michel Geoffroy

Coucou les revoilà ! Par Michel Geoffroy

Image en Une : Gravure russe du XIXe siècle représentant la Grande prostituée, figure mystérieuse de l’Apocalypse de Jean, chevauchant la bête à sept têtes.

On les croyait en hibernation pour cause de primaires à l’UMP. Ou bien d’ennuis judiciaires pour Nicolas Sarkozy. Mais non. Le naufrage socialiste annoncé et la perspective des prochaines municipales les ramènent à la vie ou, plus exactement, à la parole. (MG)

Lire la suite

Opération sauvetage à l’UMP après le rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy

Opération sauvetage à l'UMP après le rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy

08/07/2013 – 12h30
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Les finances de l’UMP sont plus que jamais en péril après le rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy. Onze millions d’euros. C’est la somme que l’UMP ne récupérera pas suite à la décision du conseil constitutionnel, jeudi dernier, d’invalider le compte de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Considérant que certains déplacements présidentiels avaient en fait servi la campagne de l’ancien président, le conseil a calculé que le plafond de remboursement avait été dépassé de 400 000 €.

C’est, semble‑t‑il l’UMP qui va hériter de l’addition. Mais les finances du parti, plombées par ses résultats électoraux de 2012 sont déjà dans le rouge. Le parti a déjà plus de cinquante millions d’euros de dettes pour un budget annuel du même ordre de grandeur. La décision du conseil constitutionnel annoncée, le parti s’est donc empressé de lancer un appel aux dons auprès de ses soutiens. Selon Jean-François Copé (photo), président de l’UMP, 1,15 million d’euros auraient été donnés en moins de 48 heures. Soit 10 % de la somme dont l’UMP a besoin pour effacer l’ardoise de la campagne Sarkozy.

Lire la suite

« J’ai été la première victime d’un système totalitaire » – Entretien avec Christian Vanneste

« J’ai été la première victime d’un système totalitaire » - Entretien avec Christian Vanneste

Cette semaine paraît, aux éditions Mordicus, M… au lobby gay ! (1) Une plaquette vigoureuse et alerte signée par Christian Vanneste, le président du Rassemblement pour la France (RPF), cloué au pilori (mais judiciairement blanchi) par ce groupe de pression de plus en plus intransigeant. Christian Vanneste prolonge dans « Minute » ce salutaire coup de gueule d’un homme libre.

Lire la suite

[|Tribune libre] Mariage homosexuel : pourquoi l’UMP se moque-t-elle du bon peuple ?

[|Tribune libre] Mariage homosexuel : pourquoi l’UMP se moque-t-elle du bon peuple ?

Louis Tode entraîne son lecteur dans un vaste retour en arrière implacable.

Dans un long entretien donné à trois journalistes du « Monde » et publié dans ce quotidien des 19-20 mai 2013, Jean-François Copé (photo) annonce qu’ « une fois au pouvoir, il nous faudra réécrire le texte sur le mariage gay » et il « appelle les partisans de La Manif pour tous à “ transformer cet engagement ” dans les urnes », sous entendant, bien évidemment, avec un bulletin de vote pour l’UMP. Il ne se prive d’ailleurs pas, à l’occasion de cet entretien, de déclarer que le seul recours contre cette loi socialiste, c’est l’UMP et rien d’autre.
Polémia

Lire la suite