«Nous venons en paix»… mais nous pillons vos églises pour financer le djihad

«Nous venons en paix», c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, visite en Allemagne, qui est décidément bien dure avec les « migrants ». Faisant fi du respect dû à leurs charmantes coutumes, nos voisins intentent un procès à une sympathique bande de réfugiés qui, suivant l’habitude prise dans leur pays d’origine, pillaient églises et écoles pour financer le djihad.

C’est un procès-fleuve, sous très haute sécurité, qui vient de s’ouvrir devant le tribunal de grande instance de Cologne. 47 jours d’audience sont d’ores et déjà prévus pour juger les huit prévenus, huit immigrés musulmans accusés d’avoir mis la région au pillage. Ils s’en sont spécialement pris aux églises, où ils entraient par effraction et volaient « des croix précieuses, des vases sacrés, des chandeliers », qu’ils vendaient ensuite pour financer le djihad en Syrie.

Selon l’acte d’accusation lu par le procureur Nadja Gudermann, les accusés

sont issus de la mouvance salafiste. Le produit de leur banditisme en bande organisée devait, camouflé en don, être envoyé à des combattants en Syrie. Le but des actions militaires ? Renverser le régime de Damas, établir une théocratie islamique, introduire la charia.

Lire la suite«Nous venons en paix»… mais nous pillons vos églises pour financer le djihad

«Comprendre l’Islam», de Guillaume Faye

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

25/10/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Comprendre l’islam, c’est repérer sa double logique, son double ADN millénaire : le totalitarisme et le djihad, la guerre de conquête sans limites géographique, par la ruse ou par la violence.

Comprendre l’islam, c’est voir qu’en dépit de ses divisions intestines meurtrières, il désigne un ennemi commun : notre civilisation et toutes les autres. Comprendre l’islam, c’est saisir qu’il n’existe aucune différence, seulement tactique, entre islam et islamisme. Comprendre l’islam, c’est réfléchir sur sa confusion de la foi et de la loi, du spirituel et du temporel, du religieux et du politique. Comprendre l’islam, c’est admettre son incompatibilité absolue, d’essence, avec la démocratie pluraliste, la laïcité et la liberté. Sa raison d’être est la théocratie, son règne signifie le recul de l’intelligence.

comprendre-islam

Comprendre l’islam, c’est voir qu’un » islam laïc » ou un » islam des Lumières » sont des utopies. Ses collaborateurs occidentaux sont des soumis, des apeurés, des aveuglés, des schizophrènes en contradiction avec leurs propres principes. Comprendre l’islam, c’est débusquer des convergences troubles avec le fascisme, le nazisme, le communisme marxiste, l’antisémitisme. Comprendre l’islam, c’est mesurer à quel point il joue sur une immigration de peuplement et de colonisation massive, rapide et incontrôlée.

Comprendre l’islam, c’est percevoir qu’il ne possède ni métaphysique, ni théologie, ni philosophie, mais fonctionne sur le binôme dogmatique de la superstition et de l’idéologie. C’est aussi réfléchir sur le duel entre l’obscurantisme et la raison, entre la liberté et la soumission.

Comprendre l’islam, c’est admettre sa puissance historique de sidération et de conquête, ressurgie des siècles anciens, archéofuturiste et volontariste. Comprendre l’islam, c’est refuser de se soumettre à ses valeurs et d’admettre ses principes. Comprendre l’islam, ce n’est pas le mépriser, car il n’est pas méprisable, c’est le connaître, afin d’éviter l’islamisation de l’Europe qui déboucherait sur un cataclysme et une décadence.

L’auteur s’exprime d’un point de vue aristotélicien.

L’auteur : Guillaume Faye, auteur de nombreux livres, est l’auteur du blog gfaye.com ou j’ai Tout Compris. Conférencier en UE, en Russie et en Amérique du Nord, il est considéré comme un théoricien dissident de la “Nouvelle Droite”.

Prix : 20 €, 400 pages, 14×20. Pour se procurer cet ouvrage : europa-diffusion.com

Pays-Bas : face à son chef, prosélyte musulman, l’orchestre sort de scène

25/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
C’était il y a un peu plus d’un an, le 9 mai 2014, mais nous découvrons cette vidéo seulement maintenant. Lors d’un concert donné devant la Reine des Pays-Bas, le chef d’orchestre musulman se lance dans une tirade prosélyte. En signe de contestation, les musiciens de l’orchestre néerlandais quittent la scène avec leurs instruments, tout en silence. Politesse des Rois, qui ne bronchent pas mais n’en pensent pas moins.

Xavier Raufer sur l’islamodélinquance : «c’est dans cette population là que se trouvent les bombes humaines qui sont capables de tuer à la minute»

25/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Xavier Raufer est un criminologue reconnu depuis de nombreuses années, aussi, quand il parle de l’explosion de la délinquance et en particulier de l’islamodélinquance, il mérite d’être écouté. Son expérience et son expertise rendent son propos d’autant plus inquiétant. L’entretien qu’il a donné à Boulevard Voltaire mérite le détour.

Interrogé au sujet des nouveaux outils de mesure de la délinquance proposés par le gouvernement, Xavier Raufer répond :

On est dans la communication et dans le pipeau. Ce qui compte, c’est l’aggravation réelle des crimes réels […] ceux que ça affecte le plus gravement c’est ce qu’on appelle la France périphérique […] c’est 58 % de la population. […] Vous allez sur le site d’un journal de province et vous regardez les faits divers. Et là, vous allez voir, stupéfait, 5000 vues, 6000 vues, vous imaginez le nombre de personnes que ça choque, que ça inquiète ou que ça traumatise. Là, je peux vous dire […] vous avez une poche de grisou qui est en train de gonfler et un jour, il y aura une explosion.

Parlant du terrorisme, le criminologue point du doigt les islamodélinquants

Il n’y a plus de terroristes, il n’y a plus de criminels, il y a le deux en même temps. Depuis Mohamed Merah en 2012, tous ceux en France qui ont tué sont des hybrides.
c’est dans cette population-là que se trouvent les bombes humaines qui sont capables de tuer à la minute.


Allons-nous intervenir en Libye au profit d’Al Qaïda et des Frères musulmans ?

Source : Blog de Bernard Lugan
En Libye, près de 300 kilomètres de littoral sont aux mains d’un Etat islamique que rien ne semble pouvoir arrêter. A partir de cette fenêtre sur la Méditerranée, des terroristes mêlés aux clandestins rebaptisés « migrants » s’infiltrent en Europe. Contrairement aux annonces de la presse internationale, les efforts désespérés de M. Bernardino Leon, Emissaire des Nations unies pour la Libye, et qui, depuis plus d’un an, cherche à obtenir un accord inter-Libyen, n’ont pas débouché sur une solution politico-militaire viable.

Face à cette situation plus que périlleuse pour notre sécurité, une opération militaire serait donc envisagée. Or, celle à laquelle pensent nos diplomates aurait pour résultat de donner le pouvoir à des islamistes aussi dangereux que ceux de l’Etat islamique… Comme en Syrie où, si le président Poutine n’avait pas sifflé la fin de la récréation, le Quai d’Orsay voulait faire remplacer le président Assad par de « gentils démocrates » salafistes. En Libye, ce serait au profit des Frères musulmans et d’Al-Qaïda (ou de ses diverticules) que nos forces pourraient être engagées. Comme elles le furent hier à l’avantage des musulmans de Bosnie et du Kosovo…

L’idée française serait en effet de miser sur la cité-Etat de Misrata, fief des Frères musulmans et base avancée turque en Libye. Ses milices [1] sont certes parmi les plus opérationnelles du pays, mais elles sont détestées par la plupart des tribus de Tripolitaine et de Cyrénaïque. Intervenir en appui de Misrata permettrait peut-être de freiner les forces de l’Etat islamique, mais en nous aliénant les vraies forces vives du pays.
Ce plan envisagerait également un renforcement de la coopération avec les islamistes de Tripoli qui reçoivent actuellement des renforts jihadistes acheminés par voie aérienne depuis la Turquie. Comme si, pressé en Syrie par la Russie, le président Erdogan voulait ouvrir un second front en Libye.

Or, et il importe de ne pas perdre de vue deux éléments essentiels :

1) Comme notre ami-client égyptien est en guerre contre les Frères musulmans d’Egypte, l’arrivée au pouvoir de cette organisation en Libye ferait courir un danger mortel au régime du général Sissi.

2) Aucune intervention franco-européenne ne peut se faire sans, au moins, la neutralité de l’Algérie. Or, qui commande à Alger ? Les clans qui guettent la mort du président Bouteflika pour s’emparer du pouvoir ont en effet des positions contradictoires à ce sujet. Certains sont farouchement opposés à toute intervention étrangère, d’autres l’accepteraient sous certaines conditions, cependant que ceux qui espèrent obtenir le soutien des islamistes feront tout pour torpiller une opération franco-européenne.

Lire la suiteAllons-nous intervenir en Libye au profit d’Al Qaïda et des Frères musulmans ?

L’invasion migratoire, ce sont les musulmans qui en parlent le mieux

Source : Réinformation.TV
L’invasion migratoire pointée du doigt ou revendiquée par les musulmans, on ne pourra pas dire que nous n’avons pas été prévenus ! Ainsi, un réfugié musulman, Mudar Zahran, prévient que l’immigration massive est « une conquête islamique douce de l’Occident ». À voir ou à revoir aussi (lien en fin d’article), la vidéo de cet échange entre l’animateur arabophone « frère Rachid » et le cheik Ahmad, « réfugié » en suède, qui affirme que les musulmans « sont là pour une mission religieuse, répandre notre religion, l’islam ! ».

C’est un réfugié musulman au Royaume-Uni qui encourage l’Europe à tenir les réfugiés musulmans loin de ses frontières. Le témoignage n’est pas banal, et il a le mérite d’être clair. Pour le professeur jordanien Mudar Zahran, qui vit en Grande-Bretagne et qui se présente comme un « musulman orthodoxe », l’immigration massive n’est pas autre chose qu’une « conquête islamique douce de l’Occident ».

C’est lors d’un entretien accordé à The Glazov Gang que le professeur Zahran met l’Europe en garde : pour lui, l’Occident est manipulé et trompé par des migrants qui ne sont pas ce qu’ils prétendent être. L’islamisation des pays européens n’est un secret pour personne : on demande aux jeunes Allemandes de se couvrir pour ne pas choquer, les accommodements pour les musulmans sont légion dans tous les pays et les musulmans manifestent au son de « Allah Akbar » dans nos rues, quand ils ne refusent pas, en Grèce, de recevoir de l’eau et de la nourriture parce qu’une croix rouge est portée dessus…

Les réfugiés musulmans « syriens » ne sont pas ceux que l’on croit pour le professeur Mudar Zahran

Mais le professeur Zahran va plus loin. Pour lui, les réfugiés ne sont pas syriens comme ils le disent. Beaucoup viennent d’ailleurs que du Proche-Orient. Parmi les Syriens, l’immense majorité vient de zones paisibles qu’ils n’avaient pas besoin de quitter (les autres ne peuvent actuellement pas fuir le pays). Il va même jusqu’à faire remarquer que ces clandestins ne s’arrêtent pas dans le premier pays paisible qu’ils atteignent, ils se précipitent dans une Allemagne riche et généreuse…

Il fait d’ailleurs remarquer que l’Allemagne pourrait recevoir 1,5 million de musulmans cette année, dans un pays qui transforme déjà ses églises en mosquées… « C’est un gros problème, cela va changer la culture de l’Europe », insiste-t-il.

Lire la suiteL’invasion migratoire, ce sont les musulmans qui en parlent le mieux

Ces djihadistes de retour en France après avoir égorgé des opposants en Syrie

"L'État islamique" de Samuel Laurent, un visage concret de la terreur

22/10/2015 – MONDE (NOVOpress)
La Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) a récemment alerté les magistrats antiterroristes au sujet des retours récents de djihadistes « français », ces derniers pouvant être « potentiellement autorisés » par l’État islamique et « porteurs de projets terroristes ».

Dans une note intitulée « Recrutement, parcours et activités des combattants français », la DACG révèle la vie quotidienne sur place de ces djihadistes ayant fait le choix de quitter la France pour se battre en Syrie.

La DACG retrace une « journée type » dans ces camps : lever à 5 h 30 pour la prière, entraînement physique (course à pied, pompes, parcours du combattant), formation militaire (tirs à la kalachnikov, maniement de lance-roquettes et de grenades), conditionnement psychologique (résistance à la faim et au froid), cours de religion et tours de garde la nuit. À l’issue de cette formation, les combattants sont regroupés dans des katibas — ou bataillons — par affinités linguistiques. Ce mode d’organisation aurait conduit des francophones (Français et Belges) à fonctionner en bandes fermées et à exporter une ambiance de cité en Syrie, selon le témoignage d’un ancien djihadiste.

La DACG explique également qu’un certain nombre de « Français » ont participé à des exactions : décapitations, flagellations et défenestrations… Et dire qu’ils sont de retour en France…


Accident de la Mecque : 2097 victimes

21/10/2015 – MONDE (NOVOpress)
C’est l’accident le plus grave survenu lors du pèlerinage à la Mecque de l’époque moderne. Loin des 769 morts admis par les autorités saoudiennes, la “bousculade” survenue le 24 septembre dernier aurait fait 2097 morts, selon un bilan consolidé de 34 pays ayant eu à déplorer des victimes.

 

IFCM : un institut de la civilisation musulmane payé avec nos impôts ?

20/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Bernard Cazeneuve avait récemment fait le déplacement pour célébrer les 20 ans de la Grande Mosquée de Lyon. Le ministre de l’Intérieur avait alors déclaré à cette occasion :

Le gouvernement soutient votre projet (d’Institut français de civilisation musulmane, IFCM) : la richesse de la civilisation musulmane doit être connue et mieux diffusée en France.

La plupart des collectivités locales (Ville de Lyon, Région, Département) semblent prêtes à verser une subvention si l’Etat fait de même. L’IFCM devrait alors abriter notamment un musée des Arts islamiques, une grande bibliothèque et des salles de conférence.

Les Identitaires lyonnais a décidé de mener une campagne pour dénoncer ce projet islamique financé par nos impôts.


Islamo-terrorisme : Europol dénonce la désinformation des médias et de l’État

20/10/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)

Tout le monde se souvient des attaques à la voiture-bélier à Nantes et à Dijon lors des fêtes de Noël 2014. Le procureur de Dijon avait déclaré : « Il ne s’agit pas d’un acte terroriste. Il a crié Allah Akbar pour se donner du courage, ce n’est pas une revendication ».
Dans son rapport d’activité 2015, Europol, l’agence européenne de lutte contre la criminalité note que la France a supporté le plus grand nombre d’arrestations de terroristes religieux. Sont cités la région parisienne, Le Havre, Nice, Nîmes, Strasbourg et Toulouse comme foyers terroristes.
Dans ce même rapport, Europol désigne l’attentat de Joué-lès-Tours dans lequel un homme avait poignardé des policiers en criant Allah Akbar comme un exemple de terrorisme islamiste.

BarakaCity, la pompe à phynances du salafisme en banlieue

18/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Fondée par des salafistes, capable de lever un million d’euros en une semaine, l’ONG Baraka City est aussi soupçonnée de servir de pompe à finance et de recruteur pour l’islam radical.

Baraka City, 22 salariés, 41.600 followers sur Twitter et 568.000 “like” sur Facebook, le soutien affiché de quelques personnalités, comme les rappeurs La Fouine et Rohff, est incontestablement une ONG populaire… et efficace. Un premier coup d’éclat en 2012 ou son fondateur, Idriss Sihamedi, réussit à lever un million d’Euros en une semaine pour construire des puits dans des villages musulmans du Togo, assoit aussitôt sa réputation.
L’an dernier, huit millions d’euros de dons ont afflué et “un ou deux footballeurs de stature internationale” ont mis la main à la poche, dit son président sans divulguer leur nom.

Extrêmement populaire dans les « quartiers populaires » (le mot de novlangue pour banlieues à forte proportion d’immigrés ou descendants d’immigrés), Baraka City traine (pourtant ?) une réputation sulfureuse. Elle assume son islamisme radical (quoi qu’elle réfute le terme de « salafisme »), avec ses permanents barbus à calotte blanche et ses volontaires féminines portant le niqab ou ses message moralisateurs contre la « fornication ». En 2014, sa campagne contre l’émission “Pékin express” en Birmanie, où les musulmans rohingyas sont persécutés, est un succès : les sponsors lâchent un à un M6.

Et si l’ONG a milité pour la libération de l’humanitaire britannique Alan Henning, otage de l’État islamique avant d’être finalement tué –au grand dam de beaucoup de ses membres-, elle refuse de condamner Daesh. “On n’aurait plus aucun dialogue” avec la jeunesse, plaide Idriss Sihamedi, qui affirme orienter les candidats au djihad vers un “combat humanitaire”. “Notre jihad est de préserver les nécessiteux, de préserver le sang”.

L’ONG s’implique, par un effet du hasard, sans doute, dans des zones travaillées par l’Islam radical : Pakistan, Togo, Centrafrique, Palestine, Birmanie, Syrie, Liban, Maghreb… au delà de l’aide humanitaire, elle veut maintenant se développer dans le domaine des droits de l’homme… à la sauce islamique, bien sûr. Dans les cartons aussi, l’accueil de réfugiés syriens sur les 7.000 m2 de terrain de l’ONG en banlieue.

En attendant, l’association est soupçonnée de recruter des djihadistes pour la Syrie et ses fonds, de provenance et de destination souvent opaque, alimenteraient le djihad business. À tel point que BarakaCity a essuyé « 22 refus d’ouvertures de compte et trois clôtures sans motif ». Selon son président, les banquiers s’étonnaient des « flux financiers atypiques et très très élevés ». Tiens donc… Il a fallu que la Banque de France désigne une banque pour que l’ONG puisse ouvrir un compte.

Crédit photo : Capture d’écran de l’interview de Idriss Sihamedi par Mouslim Voyages en 2013


 

Israël connaît le terrorisme, pas le «PADAMALGAM»

17/10/2015 – MONDE (NOVOpress
Israël : un musulman jette sa voiture sur des piétons, mais ici pas de « cas isolé » de « pas d’amalgame » ou de « déséquilibré », ils appellent cela du terrorisme, tout simplement.

Comme en France où plusieurs fois cette année des musulmans ont volontairement percuté des piétons comme à Nantes, à Dijon ou à Nogent, Israël est aussi victime de ce terrorisme motorisé.
Lundi dernier à Bezek, un musulman à foncé sur des juifs à un arrêt de bus puis s’en est pris à un des blessés, un rabbin, qu’il a achevé à coups de hachoir de boucher avant d’être blessé par un policier.

En France, si l’origine de l’agresseur parvenait au public malgré l’autocensure des médias officiels nous aurions eu immédiatement droit au concert des PADAMALGAM ou CAZISOLÉ des diverses milices de la Pensée ne voyant aucun racisme dans un tel acte. Le dogme du Vivre-Ensemble demande en effet un déni permanent de la réalité.
Rien de tel en Israël où la nature terroriste de l’attaque a tout de suite été mise en avant par la presse et le gouvernement avec des paroles très fortes contre les auteurs de ces lâchetés et incitée à la résistance citoyenne.
À Dijon dans la semaine de Noël, quand un musulman avait blessé 13 personnes dont deux grièvement en hurlant « Allah akbar », notre ministre de l’intérieur, Mr Cazeneuve, avait fermement appelé à ne rien faire dans un communiqué officiel :

Aujourd’hui, ses motivations ne sont pas établies : j’appelle donc chacun à la prudence et à la responsabilité dans le commentaire, et j’appelle chacun à ne pas tirer de conclusions hâtives alors même que l’enquête ne fait que commencer.


https://youtu.be/2A9IQm0Vavc


 

Le Dhimmi du jour est… Alain Minc, qui veut suspendre la loi de 1905 au profit des musulmans

16/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dans son dernier ouvrage, « Un Français de tant de souches », Alain Minc, ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy, propose de suspendre pendant 5 ans la loi de séparation des Églises et de l’État pour permettre le financement public de mosquées

Impayables libéraux, qui au nom de l’indifférenciation généralisée, mettent sur un pied d’égalité les anciens héritages et ce qui relève d’apports allogènes récents.
Ainsi, Alain Minc, notre Dhimmi du jour, propose-t-il de suspendre pendant 5 ans la loi de 1905 au profit de la religion musulmane. La suite de son argumentaire laisse pantois, tant il applique à la lettre la doxa économique en vogue au domaine de l’identité, des traditions et croyances :
Pour Alain Minc, le culte musulman n’a pas hérité d’un « appareil de production » contrairement aux religions catholique, protestante et juive, historiquement implantées en France avant la loi de séparation des Églises et de l’État ; il convient donc de corriger cette entorse à la concurrence en finançant des mosquées sur les deniers publics.
Sur RTL, Alain Minc a lancé :

Vous préférez des mosquées construites par la République ou des mosquées financées par les salafistes, des imams formés par des instituts contrôlés par la République ou des imams formés par on ne sait trop qui et qui prêchent on ne sait trop quoi ?


Pour Viktor Orban, «l’islam n’a jamais appartenu à l’Europe, il s’y est invité»

16/10/2015 – HONGRIE (NOVOpress)
Dans un entretien publié dans l’hebdomadaire allemand Focus, Viktor Orban estime que « spirituellement, l’islam n’appartient pas à l’Europe. C’est un corpus de règles d’un autre monde».

Le dirigeant hongrois précise :

L’islam n’a jamais appartenu à l’Europe, il s’y est invité


Immigration – La nouvelle lettre ouverte du Général Martinez au Président de la République

Source : Médias-Presse-Info
Un texte lucide, argumenté, mesuré et pour cela d’autant plus inquiétant sur la crise majeure que nous vivons actuellement avec l’invasion migratoire.

Le général Antoine Martinez avait déjà adressé une Lettre ouverte au Président de la République en réponse à son discours prononcé à l’occasion de l’inauguration du musée de l’immigration. Et le voilà qui remet ça avec la même audace.

Monsieur le Président de la République,
général-MartinezPhotoLui
Vous pardonnerez mon insistance qui n’a rien d’impertinent, mais qui traduit la réaction d’un citoyen très inquiet et sidéré devant le déferlement auquel nous assistons, entraînant l’Europe à la dérive en raison de l’absence de clairvoyance et de lucidité des dirigeants européens.
En fuyant le réel, en baignant dans l’hypocrisie, les bons sentiments et la bonne conscience, on est en train de livrer l’Europe à une nouvelle forme de soumission et de totalitarisme de la pire espèce qui la conduira à son malheur et donc au malheur de ses peuples.

Il aura, en effet, suffi d’une mise en scène et d’une exploitation médiatique bien orchestrées de cette photographie du corps sans vie d’un enfant mort noyé et de l’émotion suscitée par ce drame auquel personne ne peut rester insensible pour faire voler en éclat le système de contrôle aux frontières de l’Europe qui constitue pourtant la base de l’état de droit auquel sont attachées les démocraties européennes.
Ce piège de l’émotionnel tendu qui a conduit Mme Angela Merkel à faire une déclaration intempestive sinon irréfléchie – en tout cas désastreuse et que vous vous êtes empressé de suivre – a enclenché un processus dévastateur qui risque non seulement de ruiner des décennies d’efforts consacrés à la construction de l’Union européenne, menacée aujourd’hui de division face à ce phénomène migratoire incontrôlé, mais également de mettre en péril, à terme, la démocratie et la sécurité des peuples européens et par conséquent du peuple français.
Prenons garde à cette tyrannie de l’affect, de surcroît frappée de soumission incompréhensible aux sirènes de la culpabilisation que distillent avec constance des médias passés maîtres dans la théâtralisation compassionnelle et la manipulation coupable. Elle est, en effet, la plus pernicieuse conseillère qui soit, surtout pour un responsable politique, car ce dernier est investi d’une mission impliquant des prises de décisions qui ne doivent pas être influencées par l’émotion.

L’observateur attentif à l’évolution des rapports de force dans le monde que je suis, soucieux des intérêts de la France et de la paix sur notre continent, ne peut être qu’effaré aujourd’hui devant les réactions des responsables politiques européens face aux événements que nous vivons.

Lire la suiteImmigration – La nouvelle lettre ouverte du Général Martinez au Président de la République

Philippot : les Français djihadistes « moralement, ils ne sont plus dignes d’être français »

https://www.youtube.com/watch?v=YPVQ5SNeBPI

13/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Florian Philippot réagit à l’annonce de la mort possible de djihadistes français suite à des raids de l’armée de l’air. Invité de Ruth Elkrief sur BFMTV, le vice-président du Front national a estimé que les « Français [qui] entrent dans cette voie du djihadisme et de l’horreur islamiste, ils perdent la dignité de Français. »

Brest : manif contre la mosquée salafiste, l’extrême-gauche soutient l’imam

11/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les mouvements ADSAV (parti du peuple breton) et Résistance républicaine ont manifesté samedi pour exiger la fermeture de la mosquée salafiste Sunna. Face à eux, les « antifas », soutiens objectifs de l’imam intégriste.

Près de 300 personnes (150, selon la police), mobilisés par les mouvements ADSAV (parti du peuple breton) et Résistance républicaine se sont réunis au cri de « on est chez nous » et de la Marseillaise pour exiger la fermeture de la mosquée Sunna. Celle-ci est dirigée par l’imam Rachid Abou Houdeyfa. Pur représentant du salafisme, cet imam prêche naturellement pour le voile islamique, la soumission de la femme et le caractère incompatible de la Charia avec les lois de la république. L’imam en question a récemment défrayé la chronique avec la diffusion d’un se ses prêches auprès des enfants, portant sur la musique
« Allah n’aime pas la musique parce que c’est le diable qui l’aime », ajoutant que « ceux qui chantent, le prophète dit qu’ils seront engloutis sous la terre, transformés en singes ou en porcs ».

Nous assistons à un endoctrinement des enfants, comme dans des sectes, le préfet et le procureur doivent réagir !

a affirmé lors d’une prise de parole Ronan Le Gall, porte-parole d’ADSAV. Interrogé le 30 septembre sur l’antenne de France Bleu Breizh Izel, Anouar Kbibech, nouveau président du Conseil français du culte musulman, avait jugé « ahurissant » le fait de tenir de tels propos devant des enfants, ajoutant que cette affaire « posait la question de l’habilitation des imams en France ».

Fidèles à leurs réflexes pavloviens, les mouvements d’extrême-gauche ont organisé une contre-manifestation rassemblant quelques dizaines de personnes (une centaine selon la police). Exercice toujours délicat pour eux de s’opposer à « l’extrême-droite » sans pour autant paraître cautionner les salafistes, ils disent « ne pas cautionner les propos de l’imam », mais se positionner « contre l’instrumentalisation raciste et islamophobe qui en est faite ». De fait, par leur refus de condamner et combattre l’obscurantisme islamique (alors qu’au nom de la « laïcité », ils combattent avec virulence toute expression catholique dans l’espace public) ils jouent les idiots utiles de l’islamisation.
Les deux rassemblements se sont retrouvés face-à-face dans une ambiance tendue, échangeant slogans et insultes, mais un cordon de CRS et de policiers a empêché tout contact entre les groupes opposés.