Tag Archives: islamistes

Opération Barkhane ! Tribune libre par Vincent Revel

Opération Barkhane ! Tribune libre de Vincent Revel

Sacré général Hollande ! Souvenez-vous, février 2013, notre chef de guerre, qui aujourd’hui a endossé le costume du sauveur du monde libre, nous expliquait avec le plus grand sérieux, au début de l’Opération Serval au Mali, que nos hommes étaient présents au Sahel pour une durée de deux mois. En juin 2013, en fin spécialiste de l’Afrique et de la géopolitique, il certifiait : « nous voyons que nous sommes maintenant dans la dernière phase de l’opération. » Juin 2015, c’est-à-dire deux ans plus tard, nous pouvons logiquement constater que la situation est évidemment toute autre avec l’Opération Barkhane.

La zone de tension s’est considérablement agrandie. Les islamistes sunnites ont la capacité de fragiliser plusieurs pays. Le Centrafrique, le Mali, le Niger, le Cameroun, le Nigéria sont régulièrement touchés par des attaques terroristes. La Lybie sombre dans un chaos qui nous rappelle celui de la Syrie. Mais rassurons-nous, le général Hollande et son ministre des Affaires étrangères Fabius gèrent formidablement bien le secteur. Il était tout à fait sensé d’être aussi optimiste en 2013 avec une zone à contrôler grande comme huit fois la superficie de la France ! Nos hommes, seuls soldats européens sur le front, avancent à l’aveugle avec du matériel vieillissant (certains engins ont plus de 40 ans !) et doivent obéir à des politiques qui étaient quand même prêts, faut-il le rappeler, à armer les djihadistes en Syrie ! Nous envoyons nos soldats combattre sans réellement prendre conscience ce que nous combattons et sans réellement leur donner les moyens d’accomplir leurs missions. Nous ne nommons pas explicitement nos ennemis.

En employant le terme de terroristes nous esquivons maladroitement et dangereusement nos responsabilités en ne pointant pas distinctement du doigt les véritables causes des conflits. Pourtant, les événements parlent d’eux-mêmes ! L’Islam sunnite connaît sur tous les continents un réveil violent et conquérant et une grande partie de ses croyants se radicalisent.

Lire la suite

Ils projetaient d’assassiner des identitaires, ils passent devant la justice

Source : Boulevard Voltaire
Pendant que certains tentent de nous endormir à coups de « Pas d’amalgame », d’autres rêvent de détruire notre civilisation. Nous sommes en guerre.

Les islamistes de Forsane Alizza (« Les Cavaliers de la fierté », en langue en arabe) avaient défrayé la chronique à partir de l’année 2010. Ce groupe radical adepte d’un islam fondamental s’était surtout fait connaître par une agit-prop intensive à base de vidéos chocs et d’actions coup-de-poing. L’on se souvient notamment de leur leader, Mohammed Achamlane, brûlant un Code civil en plein centre de Limoges, pour dénoncer l’interpellation d’une femme en niqab à Aulnay-sous-Bois. Ou encore du soutien apporté à Lies Hebbadj, le musulman de Nantes soupçonné de polygamie et de fraudes aux allocations familiales. En 2012, lorsque le groupe avait été dissous, Mohammed Achamlane s’était montré menaçant en affirmant qu’il n’excluait pas la lutte armée « si l’islamophobie [s’intensifiait] de jour en jour ».

Finalement, les principaux responsables du groupe ont été interpellés puis écroués quelques jours après que Mohamed Merah a été abattu par le RAID. La justice leur reproche d’avoir fomenté des actions terroristes sur

Fabrice Robert : “les islamistes n’ont pas gagné” (Présent 8272)

Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, cible de terroristes islamistes

le territoire national. Parmi les cibles, le journal Libération, dont le seul tort avait été d’héberger, un temps, la rédaction de Charlie Hebdo… Nous sommes en 2012, soit 3 ans avant l’attentat meurtrier perpétré par les frères Kouachi. Mais ce n’est pas tout. Un appel de la DCRI m’avait annoncé que je faisais partie – avec d’autres – des cibles potentielles du groupe islamiste en tant que président du Bloc identitaire. Une information qui m’avait été confirmée dans les bureaux d’un juge antiterroriste.
Après plusieurs années de procédure, le procès va enfin avoir lieu. Les audiences se tiendront du 8 au 23 juin devant le tribunal de grande instance de Paris (16e chambre correctionnelle). 15 personnes sont ainsi poursuivies. On leur reproche « d’avoir participé à un groupement formé ou une entente établie en vue de la préparation caractérisée par un ou plusieurs faits matériels d’un des actes de terrorisme mentionnés à l’article 421-1 du Code pénal ». J’ai également reçu ma citation à comparaître en tant que partie civile et je compte bien m’y rendre pour voir de plus près ces fous d’Allah qui rêve d’instaurer la charia en France.
Lire la suite

La Turquie a livré des armes à l’État islamique en Syrie

02/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Les services occidentaux s’en doutaient depuis longtemps, le journal d’opposition Turc Cumhuriyet l’a prouvé, photos et vidéos à l’appui : le gouvernement islamo-conservateur d’Ankara a livré des armes aux rebelles islamistes syriens en guerre contre le président Bachar el-Assad. Les images montrent des obus de mortier dissimulés sous des médicaments dans des camions, officiellement affrétés par une organisation humanitaire, mais appartenant en fait aux services de renseignements turcs. La nouvelle a été aussitôt censurée en Turquie, une cinquantaine de personés placées en détention, le journal fait lui l’objet d’une enquête pour terrorisme



Progression de l’État islamique en Libye

01/06/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Un attentat-suicide revendiqué par l’État islamique a frappé dimanche la ville portuaire de Misrata en Libye. Cet attentat s’inscrit dans l’expansion du territoire de l’organisation, qui a pris d’assaut ce samedi la ville d’Hassaké, au nord-est de la Syrie, et dans le renforcement de ses positions à Raqqa par exemple.

En quoi cette attaque est-elle particulière ?
Elle intervient dans une zone censée être sécurisée, entre Tripoli et Misrata, et donne ainsi l’impression de la toute-puissance de l’État islamique. Le groupe s’affirme de plus en plus en Libye. Selon un haut fonctionnaire libyen, « ils ont reçu des armes par la mer. Maintenant, Misrata a du mal à les contenir, ils sont trop puissants. Le risque est énorme ». Faute de soutien, les forces de Misrata ont dû abandonner l’aéroport de Syrte, aussitôt tombé aux mains des islamistes qui poursuivent depuis son avancée.
Cette attaque semble d’ailleurs être le coup d’envoi d’une offensive de grande envergure de l’État islamique en Libye, comme le montre la multiplication des actions terroristes dans le pays.

Comment réagit la communauté dite internationale ?
L’organisation islamique semble bénéficier d’une totale impunité. Face à la menace croissante d’un État islamique qui selon certains analystes serait bientôt en mesure de se doter d’armes de destruction massive, la communauté internationale reste inactive, quand elle n’est pas complice. L’Organisation semble avoir toute liberté d’action en Arabie Saoudite et le rôle de la Turquie dans la livraison d’armes à l’EI est désormais clairement établi. Ce qui apparaît comme des anomalies dans la lutte contre le djihadisme prend un sens clair selon le directeur de l’École de guerre économique. Christian Harbulot dénonce l’implication directe des États-Unis dans la constitution de l’État islamique et montre ainsi la contradiction inextricable dans laquelle la France se trouve vis-à-vis de sa politique extérieure. Si le terrorisme issu de celle-ci tue des citoyens sur le territoire français, l’Élysée continue à suivre aveuglément les directives de la Maison-Blanche.


Pédagogie dite « moderne » ! Tribune libre de Vincent Revel

Pédagogie dite « moderne » ! Tribune libre de Vincent Revel

Que l’on soit à Mossoul ou à Paris, la même logique domine les esprits. Comme le dit Vincent Badré, dans sa chronique qu’il réserve à La Nouvelle Revue d’Histoire, pendant que « les islamistes crient leur victoire et détruisent les statues de l’ennemi » (photo au musée de Ninive, Irak) nos penseurs modernes et leurs sbires « étouffent l’enseignement du latin et négligent le patrimoine historique ».

Avec quelques nuances dans les moyens adoptés, une volonté de destruction anime les politiques entreprises aussi bien sur les bords de Seine que sur ceux de l’Euphrate et du Tigre.

En Irak et en Syrie, les islamistes ne font qu’assumer pleinement la loi coranique et, malgré les indignations des uns ou des autres, appliquent scrupuleusement, sans tromperie et sans hypocrisie, leur programme de remplacement pour laisser place au pire régime théocratique.

C’est bien pour cette raison que l’attitude de la France, en tant que co-responsable de la situation dramatique en Syrie, est inacceptable. Il était prévisible qu’en fragilisant l’autorité légale de la Syrie la menace islamiste sunnite, déjà présente en Irak, ne pouvait que se renforcer dans la région. Les indignations et les craintes vis-à-vis de Palmyre et de son passé romain et grec proviennent aujourd’hui des mêmes autorités qui voulaient, il y a de ça moins de deux ans, armer les djihadistes en guerre contre les soldats de Bachar el-Assad. Cette irresponsabilité et cet amateurisme sont révoltants.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Islamistes : les futurs Merah et Kouachi passent tous par l’Algérie !

Publié le
Christiane Taubira désavouée à l'assemblée sur son refus du renseignement pénitentière

10 islamistes expulsés en 2014, 52 dossiers d’expulsion en cours, 147 procédures judiciaires

20/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Commission d’enquête parlementaire sur le djihadisme, les auditions se poursuivent : expulsions, procédures pénales et crise de nerfs de Taubira au menu.

Après les chiffres des personnes impliquées dans les filières djihadistes, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a livré hier les chiffres d’expulsion : ce sont dix islamistes radicaux étrangers qui ont été chassés de France en 2014 et 52 dossiers supplémentaires sont en cours d’instruction, a déclaré le ministre, pour une moyenne de huit expulsions chaque année.
Bernard Cazeneuve a aussi mentionné 69 interdictions de sortie du territoire visant des Français soupçonnés de vouloir rejoindre le Djihad au Moyen-Orient et le blocage de 36 sites Web faisant l’apologie du terrorisme. Ces deux mesures ont été introduites par la loi anti-terrorisme votée en novembre dernier.
Enfin, le ministre de l’Intérieur a indiqué que 24 interdictions administratives de territoires avaient été prononcées à l’encontre d’étrangers.

Aujourd’hui, c’est Christiane Taubira qui était auditionnée par la commission. Elle a annoncé que

147 procédures judiciaires sont en cours et sont en lien avec la Syrie (…) 170 personnes sont mises en examen, 105 en détention provisoire (…) 65 sont sous contrôles judiciaires. » En ce qui concerne les 147 procédures, 122 sont encore en cours en France.

Après l’avalanche de chiffres, le débat s’est révélé houleux lorsque le député UMP et ancien juge d’instruction Georges Fenech a pointé le manque de volet répressif dans la lutte contre le terrorisme et la politique pénale menée par la ministre.

Cessez de dire qu’il n’y a pas de répression ! il s’agit d’avoir des politiques responsables (…) alors arrêtez de nous faire des procès sur tout !

S’est emportée la garde des Sceaux, décidément de moins en moins maîtresse d’elle-même.

Charlie Hebdo

Charlie Hebdo explose en vol

Source : Ojim
L’ambiance à Charlie Hebdo est désormais pire qu’à Wall Street ! Trois mois après l’immense succès du « numéro des survivants » du 25 février dernier, la rédaction succombe au « poison des millions » et se déchire, chacun voulant sa part du grisbi.

Ainsi la journaliste Zineb El Rhazoui, membre du collectif contestataire récemment créé au sein de la rédaction, a-t-elle été convoquée le 13 mai pour un entretien préalable à un licenciement pour faute grave, sans que l’on sache pour le moment quelle est la nature exacte de cette faute grave. D’ici là, elle est mise à pied.

La journaliste s’est déclarée « choquée et scandalisée qu’une direction qui a bénéficié d’autant de soutien après les attentats de janvier fasse preuve d’aussi peu de soutien envers un de ses salariés, qui est sous pression comme tous dans l’équipe et fait l’objet de menaces ». Elle a reçu le soutien de l’urgentiste Patrick Pellous, chroniqueur à Charlie, qui a estimé que « convoquer des membres de l’équipe qui sont encore dans des souffrances incroyables, c’est méchant et déloyal ».
Lire la suite

Immigrés clandestins aujourd’hui, islamistes demain ?

 

28/04/2014 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Une tribune de Clément Martin, Conseiller fédéral de Génération identitaire et membre de Nissa Rebela.

Dimanche dernier, 800 immigrés clandestins ont trouvé la mort au large des côtes italiennes en tentant de traverser la mer Méditerranée pour rejoindre l’Europe. S’est alors déclenché un ouragan médiatique contre « l’Europe forteresse », responsable de la mort de tous ceux qui veulent y pénétrer illégalement. La pauvre Europe, il est vrai, n’accueille « que » 300 000 clandestins par an : c’est comme si une nouvelle Nice s’installait en Europe chaque année, entièrement peuplée d’immigrés illégaux. Pour certains, il faut aller encore plus loin. Pour Libération, il faut « légaliser l’immigration ». Remarquons l’approximation sémantique : l’immigration est déjà bien légale en Europe et la France en accueille tristement sa part puisque près de 200 000 titres de séjour sont délivrés chaque année. Pour éviter l’immigration illégale, il faut simplement l’autoriser. De la même manière que pour mettre fin au trafic de drogue, il faut ouvrir des salles de shoot ?
Mais la réalité est toute autre : si les « frontières » de l’Europe sont encore plus ouvertes, les morts vont se multiplier. À moins, bien sûr, que l’Union européenne n’affrète, encore, des bateaux ? Ou creuse un tunnel ? Africastar : la voie rêvée de l’Eldorado, où attendent aides sociales, France Terre d’Asile et allocation premier-enfant, pour tous les clandestins.

Clement-Martin-Generation-Identitaire

Autoriser l’immigration ? Devrons-nous aussi affréter nous-mêmes les bateaux de clandestins ?

Tous les jours, de nouvelles embarcations pleines de clandestins arrivent sur nos côtes, sous le regard de garde-côtes, dont l’unique mission est de les ramener sur notre terre ferme. Et ces clandestins, que l’on ne veut pas renvoyer, peuventtranquillement s’installer chez nous, traverser les frontières et faire venir femmes et enfants un peu plus tard. Une fois les familles réunies aux frais du contribuable, notre administration encourage le « renouvellement de population », soit, en d’autres termes, le remplacement des Européens de souche. Ce sont à ces mêmes « de souche » à qui l’on demande de supporter au quotidien trafics, insécurité et africanisation, mais aussi d’accepter de vivre avec ces nouveaux voisins.

« Combien de terroristes dans ces barques ? » demandait Marine Le Pen, après les attentats de Mohammed Merah. Et, comme souvent, les patriotes avaient raison. Rappelons-nous de la chute de Kadhafi, quand les prisons ont été ouvertes et que beaucoup des anciens détenus ont tenté la traversée : devons-nous les accueillir, ou alors, comme toute personne saine d’esprit le ferait, faut-il les laisser sur le pas de notre porte ? Ajoutons, en sus, que l’État Islamique a menacé l’Europe de l’ensevelir sous des torrents migratoires composés, en partie, de ses moudjahidines. Pour les torrents migratoires, c’est déjà fait. Pour les islamistes, c’est en cours ?

Un risque sécuritaire, économique, social et surtout civilisationnel insupportable

Face à cette déferlante, la fermeté est l’unique solution qui s’offre à nous en ces temps périlleux. Le Camp des Saints de Raspail n’était pas une vue de l’esprit, mais une prophétie, qui se déroule sous nos yeux, aujourd’hui même. Il est temps que les Européens s’unissent pour lutter ensemble contre ce grand remplacement et pour leur identité. Le problème n’est pas « économique », ni « social », mais tout simplement civilisationnel : des peuples sont en train d’envahir l’Europe et nous devons vaincre ou périr. La seule politique migratoire qui vaille est celle qui dissuade et qui repousse les clandestins. L’Australie a suivi cette voie : l’immigration a été réduite de manière drastique et les tentatives d’entrée illégale sont si faibles, qu’en 2015, aucun n’a péri en tentant de rejoindre l’île.
Nous savons que les naufrages en Méditerranée sont des drames. Mais il existe un autre drame qui se déroule tous les jours, c’est celui du remplacement des populations européennes par d’autres, venues essentiellement d’Afrique. Et seul un changement radical de rapport au monde et de conscience politique pourra nous sauver de cette chute. Là est le devoir de chaque homme doté d’une véritable conscience identitaire : nous sommes là pour défendre une civilisation menacée de disparaître. « Chacun de nous est le dernier des Européens » ! Toute autre considération doit être perçue a minima comme une faute grave, si ce n’est une trahison.

Clément Martin,
Conseiller fédéral de Génération identitaire et membre de Nissa Rebela

Terroristes expulsés d’Italie : les associations musulmanes déposent des recours pour les faire revenir

Terroristes expulsés d’Italie : les associations musulmanes déposent des recours pour les faire revenir

28/04/2014 – ITALIE (NOVOpress)
Devant la menace croissante du terrorisme islamique, en particulier sous forme d’infiltrations parmi les « réfugiés », le gouvernement italien s’est enfin décidé à prendre quelques mesures. Il y a deux semaines, le ministre de l’Intérieur Angelino Alfano a ainsi annoncé l’expulsion de deux Tunisiens, les frères Jouini et Mohamed Ghazi, « impliqués dans des activités de terrorisme de matrice islamique ». Jouini Ghazi, 29 ans, était clandestin en Italie et s’était signalé par ses appels au djihad sur les réseaux sociaux. Il avait notamment exalté sur Twitter le massacre de chrétiens coptes par les musulmans de l’Isis. Mohamed, 30 ans, avait déposé une demande de permis de séjour, qui n’avait pas abouti, et « il partageait avec son frère », dans le parler gendarmesque du ministre Alfano, « des circuits relationnels sous le signe d’une interprétation radicale du credo islamique ». Ni l’un ni l’autre ne travaillaient mais « ils fréquentaient la mosquée locale » à Vérone.

Au total, le ministre se vante d’avoir expulsé depuis décembre « trente-deux personnes liées à l’extrémisme islamique » – ce qui, rapporté aux dizaines de milliers de clandestins débarqués, ne fait pas beaucoup.

Si partielle et tardive qu’elle soit, l’expulsion de ces clandestins djihadistes a suffi à susciter les protestations de leurs coreligionnaires. Izzedine Elzir, président de l’Ucoii (Union des communautés et organisations islamiques en Italie), la plus grande organisation musulmane de la péninsule, a annoncé vendredi que « des recours seraient déposés auprès des tribunaux italiens et auprès de l’Union européenne » pour obtenir le retour des terroristes. L’Ucoii, a-t-il précisé, ne le fera pas directement mais par ses relais : « Des associations de volontaires feront respecter l’état de droit » qui, selon lui, « n’a pas toujours été respecté ».

D’après Il Giornale, l’avocat d’Oussama Kachia, un Marocain expulsé pour ses déclarations sur Facebook en faveur de l’Isis et ses menaces de mort contre les « infidèles », a d’ores et déjà déposé un recours au Tribunal administratif du Latium.

Crédit image : copie d’écran du deuxième lien de notre article. DR.

Face aux massacres anti‑chrétiens de l’Etat islamique, la France ne réagit toujours pas

Face aux massacres anti‑chrétiens de l’Etat islamique, la France ne réagit toujours pas

25/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Kiosque courtois)
Cette semaine, l’organisation islamiste a diffusé une nouvelle vidéo de propagande. On y montre d’abord la vie de dhimmi, c’est‑à‑dire de chrétiens vivants dans un pays islamique jouissant d’une très relative liberté en l’échange d’une taxe annuelle. La vidéo s’achève sur des images d’une dizaine de chrétiens éthiopiens abattus par balles, tandis que 16 autres ont été égorgés, dans une mise en scène similaire à celle des coptes ayant subi le même sort en février dernier. A la fin, l’un des bourreaux, tenant à la main un couteau encore ensanglanté, s’adresse aux chrétiens du monde entier en déclarant « L’Etat islamique va s’étendre par la permission d’Allah, et celui qui refuse, il n’aura que le tranchant de l’épée ». Les chrétiens de Libye n’en finissent plus de payer le prix de l’intervention désastreuse de Nicolas Sarkozy…

…Et leur sort n’est guère plus enviable en Syrie et en Irak

Ils continuent d’être persécutés par les islamistes, à qui la France a fourni des armes, comme l’a rappelé cette semaine le président Bachar al‑Assad dans un entretien pour France 2. On se demande si la France finira par se souvenir de ses racines chrétiennes, et s’engager vraiment pour venir en aide aux chrétiens d’Orient comme elle l’a toujours fait par le passé. Cela pourrait lui redonner de la crédibilité sur le plan international, qu’elle semble avoir bien perdu actuellement, à force de suivre servilement le grand frère américain, du moins aux dires de Bachar al‑Assad et Vladimir Poutine.

Crédit image : copie d’écran d’une vidéo sur internet. DR.

Sid Ahmed Ghlam : La menace se précise

Sid Ahmed Ghlam : La menace se précise

24/04/2015 – (NOVOpress via Présent)
Comme les Kouachi, Coulibaly et autres Merah, Sid Ahmed Ghlam, interpellé dimanche alors qu’il préparait un attentat contre des églises de Villejuif, a bénéficié du laxisme français en matière d’immigration. Comme eux, il a un passé de petit délinquant ayant basculé dans le djihadisme. Comme eux encore, il était bien connu de la DGSI. Mais comme eux, hélas, il aura fallu attendre qu’il passe à l’acte pour que la police l’interpelle. Bref, loin de démontrer l’efficacité du dispositif antiterroriste français, cette nouvelle affaire nous prouve que les leçons des attentats de janvier n’ont pas été tirées et qu’il faut craindre le pire pour l’avenir.

Sid Ahmed Ghlam : La menace se préciseUn « dossier très lourd »

Interpellé fortuitement après avoir appelé le SAMU pour une blessure à la jambe, Ghlam, étudiant algérien arrivé en France en 2001 par le biais du regroupement familial, pourrait bien voir sa garde à vue prolongée jusqu’à six jours. C’est que, indiquait une source judiciaire, « le dossier serait très lourd » et l’« on relève d’inquiétantes similitudes avec le dossier Kouachi-Coulibaly ». Un « dossier très lourd » qui ne l’a pas empêché de préparer ses attentats, d’assassiner Aurélie Châtelain et, s’il n’avait pas lui-même alerté les secours, ne l’aurait pas empêché de fusiller les fidèles de deux églises.

Lire la suite

kenya : 140 morts à l'université suite à l'attaque des islamiste shebab

Massacre au Kenya : les islamistes ont tué des étudiants chrétiens mais épargné les musulmans

03/04/2015 – KENYA (NOVOpress)
147 morts au minimum sont à déplorer au Kenya dans le fulgurant attentat commis par les islamistes somaliens.

Les shebab ont décidé de s’en prendre à des étudiants en menant une attaque contre l’Université de Garissa, dans l’est du Kenya, le jeudi 2 avril. L’enquête révèle surtout que les islamistes visaient les étudiants chrétiens et ont ainsi épargné les musulmans.

Selon un témoin :

Ils ont tué plusieurs personnes et pris plusieurs otages. Ils ont ensuite traversé le campus avec eux, en tirant sur les non-musulmans et en épargnant les musulmans.

Dès jeudi soir, le ministre de l’Intérieur annonçait que les quatre assaillants avaient été abattus par les forces de sécurité.

Pour Roland Marchal, directeur de recherches au CNRS et chercheur à Sciences Po Paris, cette prise d’otages visant des étudiants constitue une première :

En général, ce sont des actes militaires relativement simples, c’est-à-dire des lancers de grenades, des mines… Ils visent fondamentalement toutes les forces de l’ordre. […] Là on est quand même dans une démarche très différente puisqu’on s’attaque franchement à des civils et à des jeunes.

Il faut rappeler qu’au mois de février dernier, les islamistes somaliens avaient aussi appelé à mener des attaques contre des centres commerciaux en France.



Lire la suite

Attentats de Tunis, une stratégie globale - Par Guillaume Faye

Attentats de Tunis, une stratégie globale – Par Guillaume Faye

Le massacre du musée Bardo de Tunis n’est que la continuation logique d’une guerre qui commence en Europe et à ses portes, menée par l’islam radical, et qui implique de plus en plus une partie des populations musulmanes immigrées. Cette attaque militaire au fusil d’assaut est la suite de celles de Bruxelles, Paris et Copenhague, selon une fréquence désormais soutenue. Comme je le prévoyais dans un récent article, la série noire continue et va s’amplifier.

Un acte de guerre inscrit dans une stratégie globale

Les moudjahidines visaient d’abord à tuer des Européens (20 touristes abattus, de nombreux blessés), mais aussi à déstabiliser la Tunisie (1), le seul pays musulman qui essaye d’instituer une fragile démocratie, où le ”printemps arabe” n’a pas complètement échoué, où une bonne partie de la population est révulsée par l’islamisme et où le parti Ennahda a échoué à monopoliser le pouvoir.

Les islamistes de ce parti qui se présentent comme des ”modérés” méritent toutes les méfiances. La duplicité est leur loi, comme en Turquie, avec le parti d’Erdogan au pouvoir. Refusant la distinction entre islamistes modérés et radicaux, la militante laïque syrienne Randa Kassis, explique : « Islamisme rime avec obscurantisme. Un islamiste modéré n’est guère moins dangereux qu’un islamiste radical. Le premier manie parfaitement l’art de la dissimulation afin d’instaurer, lui aussi, un État islamique, avec la même volonté d’asservir tous ceux qui refusent de se soumettre ». (2)

L’attentat de Tunis, le plus meurtrier dans le pays et le premier au cœur de la capitale, dans l’enceinte même du Parlement, a été commis par des tueurs tunisiens formés au combat ; il a été revendiqué par l’ État islamique, Daech,  qui ronge la Syrie et l’Irak et qui, en compétition avec les groupes d’Al-Qaida, suit une stratégie sanglante et méthodique. Celle-ci vise à installer l’islam radical sunnite de type archéo-médiéval, totalitaire et seul jugé authentique (le ”Califat ”), dans le monde musulman d’abord, mais aussi dans une Europe en proie à une immigration de masse où les jeunes populations musulmanes allochtones se radicalisent.

Outre la submersion démographique progressive, l’objectif est à terme (l’islam a le temps, pas comme la mentalité occidentale noyée dans le présentisme et l’immédiateté) la destruction de la civilisation européenne pour la remplacer par le Dar al-Islam . Complètement aveuglés, nos dirigeants parlent de ”terrorisme”, sans oser nommer ou comprendre ce qu’il y a derrière : une stratégie de conquête et d’instauration de la charia totalitaire islamique.

Lire la suite

Charles Pasqua propose le bagne pour les islamistes

09/03/2015-PARIS (NOVOpress)
Charles Pasqua veut recréer les travaux forcés pour les islamistes. Vestige d’une droite sur laquelle il y aurait bien des critiques à faire, mais qui avait encore des accents de tradition et de bon sens, il a échappé à la “boboïsation” des esprits.

Lors d’une entrevue filmée à l’émission “13h15 le dimanche”, l’ancien ministre de l’intérieur a réagi à l’actualité, notamment celle qui concerne le regroupement des musulmans les plus radicaux au sein des prisons françaises.

Nous sommes face à deux évidences : ensemble, ils peuvent mieux agir (organiser leur fuite, commanditer des attentats, s’auto-alimenter dans leur fanatisme), mais aussi leur place sur le territoire représente un grave danger pour la population.

Lorsque Laurent Delahousse lui demanda s’il fallait un Guantanamo à la française, Charles Pasqua a proposé une mesure dissuasive pour les djihadistes futurs qui auraient des velléités d’attentat sur le sol français et une sanction ferme pour ceux ayant déjà agi. Il s’agissait de remettre en place Cayenne. C’est à dire les envoyer sur une île loin de la métropole pour effectuer des travaux forcés.
Loin de la pensée calamiteuse teintée de droits de l’homme excessifs que nous avons coutume d’entendre ces dernières décennies, cette initiative qui aurait semblé normale jadis apparaît aujourd’hui comme un artefact.


 

 

Ils se préparaient au djihad armé, enfin le procès des cavaliers d’Allah - Et interview de Fabrice Robert

Forsane Alizza : Ils se préparaient au djihad armé, enfin le procès des cavaliers d’Allah – Et interview de Fabrice Robert

Ci-dessus copie d’écran d’une vidéo de Forsane Alizza lors d’une de leurs manifestations à Paris. DR.

28/02/2015 – (via l’hebdomadaire Minute)

L’interview de Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, qui faisait partie des cibles de ce groupe islamiste est à découvrir sous cet article.


En mars 2012, à la suite de l’affaire Merah, le groupe islamiste Forsane Alizza (« Les cavaliers de la fierté ») avait fait l’objet d’un vaste coup de filet et certains de ses membres avaient été placés en détention. Le parquet de Paris vient de demander le renvoi en procès de quinze d’entre eux pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et acquisition d’armes.

Le 1er mars 2012, le gouvernement avait pris un décret de dissolution de Forsane Alizza, présentant les caractéristiques d’un groupe armé privé et affichant clairement sa volonté de remplacer la République par un califat. Le décret précisait notamment:« Le groupement de fait “Forsane Alizza“, en appelant à l’instauration du califat et à l’application de la charia en France, remet en cause le régime démocratique et les principes fondamentaux de la République française que sont la laïcité et le respect de la liberté individuelle; […] en incitant les musulmans à s’unir en vue de participer à une guerre civile présentée comme très probable et en préparant ses membres au combat et à la lutte armée, ce groupement a pour but d’attenter par la force à la forme républicaine du gouvernement. »

Un mois plus tard, alors que le mois de mars venait d’être marqué par les attaques commises par Mohamed Merah, dix-neuf membres du groupe étaient arrêtés, parmi lesquels « l’émir » de Forzane Alizza, Mohammed Achamlane. Emprisonnés depuis lors, quinze d’entre eux seront donc jugés pour leurs projets terroristes.

« Si Allah veut, nous serons de véritables moudjahiddines »

Lire la suite

Tous des fascistes ! (Présent 8297)

Tous des fascistes ! (Présent 8297)

18/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
« Islamo-fascisme ». C’est le dernier grossier amalgame de M. Padamalgam. C’est « l’Almanach Wehrmacht », selon l’amusante formule de Nicolas Gauthier sur BD Voltaire. Voilà le niveau de réflexion politique du chef de notre gouvernement sur la menace qui poursuit son avancée et ses carnages en France, en Europe. Pendant que cette grande conscience nous sert sa philosophie de bazar (« fascisme », « apartheid ») avec une rare lâcheté doublée d’une angoissante incompétence, il n’agit pas.

Tous des fascistes ! (Présent 8297)Le tour de passe-passe qui met dans le même sac ceux que l’on désigne généralement sous le nom de « fascistes » (à savoir en gros : nous) et les égorgeurs islamistes, est particulièrement vicelard. Il est voulu. Le socialiste Jean-Marie Le Guen n’a-t-il pas accusé les rangs de la Manif pour tous d’abriter des fondamentalistes islamistes et d’avoir marché ensemble « contre les lois de progrès et de laïcité » du gouvernement socialiste ? Tout ça c’est la même engeance extrémiste et obscurantiste : LMPT, Minute, Présent, le FN, Pegida… Et bientôt, demain, on laissera tomber « islamo-fascistes » pour ne plus dire que « les fascistes ». Comme ça ce sera encore plus clair. La bête immonde, toujours la même à combattre. S’accrocher coûte que coûte à ce terme comme des demeurés. Ça les rassure dans ce qui a toujours été leur lutte et leur idéologie : tous les immigrés et les musulmans sont assimilables, des chances pour la France. Sauf quand ils ont été gangrenés par la doctrine fasciste…

Lire la suite

Racisme anti-Blanc et terrorisme, par Gérald Pichon

Racisme anti-Blanc et terrorisme, par Gérald Pichon

17/02/2015 – PARIS (NOVOPress)
Gérald Pichon est l’auteur de « Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas », sorti il y a maintenant deux ans.

Lorsque les médias évoquent les motivations des terroristes comme Khaled Kelkal ou des frères Kouachi, ils parlent évidemment de cette volonté d’importer le djihad (« guerre sainte ») sur le sol européen.

Pourtant, il manque un élément essentiel dans leur motivation criminelle, c’est la haine raciale du Blanc/Français de souche.

Délinquance + racisme anti blanc + islamisme = Terroristes djihadistes

 Les parcours des terroristes islamiste ayant sévi en France ces trente dernières années sont quasi-similaires : de jeunes délinquants, pur produit de la culture banlieue (rap anti-français) et de l’éducation nationale (discours victimaires), ayant connu l’islam en prison avant de basculer dans le terrorisme.

La haine du Blanc/Français de souche est donc bel et bien présente dans le passage à l’acte. Le visage pâle qui était considéré comme un « beauf raciste » dans la cité, avant de devenir un « colonisateur-esclavagiste» et pour eux désormais après leur conversion, un « croisé » ou « un occidental dégénéré ».

Déclarations des terroristes ou témoignages sur les Blancs/Français de souche :

Lire la suite