Tag Archives: islamisation

Voile intégral

La Norvège va interdire le voile intégral dans l’enseignement

13/06/2017 – NORVEGE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le gouvernement norvégien a présenté un projet de loi qui bannira le port du voile intégral dans l’enseignement national, des crèches aux universités. Un communiqué a été publié, disant notamment : « Ces vêtements empêchent une bonne communication, déterminante pour que les élèves et les étudiants puissent bien apprendre. » Toutefois, précise RFI, « aucune sanction n’est prévue dans le projet de loi. En cas d’infraction, chaque institution scolaire pourra sanctionner comme elle l’entend ».

C’était un engagement pris l’an dernier par le gouvernement formé d’une coalition de conservateurs et de droite anti-immigration. « Avec ce projet, le parti de la droite populiste anti-immigration envoie un signe à ses électeurs à seulement trois mois des élections législatives, mais l’opposition travailliste s’est également engagée à voter le projet, ce qui devrait permettre une adoption rapide », ajoute RFI.

Cette loi devrait être votée au printemps 2018.

Allemagne : les affiches anti-burqa d’Alternative für Deutschland (Afd)

11/06/2017 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : A trois mois des élections législatives qui se tiendront le 24 septembre, le parti Alternative für Deutschland (AfD) frappe une nouvelle fois fort visuellement, en lançant, en plein ramadan qui est tout aussi médiatisé en Allemagne que chez nous, une campagne anti-burqa.. Ses affiches étaient seulement sur les réseaux sociaux, et même pas encore collées, qu’elles faisaient déjà scandale. Réjouissantes.

Burqa 1

Seins nus à la plage, plutôt que couverte d’une burqa ? Chez nous, aussi durant le ramadan !

Burqa 2

Burqas ? Nous en restons aux bikinis.

Burqa 3

De gauche à droite :
• De nouveaux Allemands ? Nous les faisons nous-mêmes.
• Burqa ? Je m’en tiens au bourgogne
• L’islam ? Ne convient pas à notre cuisine.

Traduction des slogans reprise du blog de Lionel Baland.

Islamisation : les quartiers perdus de la République

09/06/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En France, des villes sous islam radical échappent à la République. Plus de 1 500 « zones urbaines », des centaines de villes en Europe, en France, tombent sous l’empire de la charia.

A Paris même les femmes en deviennent les cibles, comme à La Chapelle-Pajol. Des « hordes de mâles errants » ont pris possession du quartier. Dans cette « société » à ciel ouvert de tous les trafics, devant une police impassible, la persécution des femmes est devenue un « usage ».

2 000 ans de chrétienté, de travaux philosophiques, une Révolution et 200 ans de laïcité s’échouent ici, au pied du Sacré Cœur, dans la ville de Hugo qui prétendait que la pensée, la liberté y étaient nées… La liberté à laquelle la République avait donné le visage d’une femme.

Pas de réactions des autorités. Dans la langue officielle, l’islamisme qui gomme l’âme, la nation, les mœurs et usages de France, c’est le multiculturalisme. Par contre, ceux qui ont informé sont pestiférés, accusés : mensonges, racisme, appartenance à la fachosphère. Libé, notamment, déchaine deux pages « d’inquisition » prouvant que tout cela est faux. La propagande habituelle de l’oligarchie…

Ryszard Czarnecki

Terrorisme et immigration : un député polonais met les pieds dans le plat

07/06/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Il a dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas : alors que l’Europe s’alarme de la montée du terrorisme, Ryszard Czarnecki, député polonais au Parlement européen, offre une solution pleine de bon sens à la prolifération de l’islamisme.

Selon lui, il conviendrait tout bonnement de « refuser l’immigration en provenance de pays musulmans ».

Cette position, qui n’est pas sans rappeler celle de Donald Trump, fait l’objet d’un consensus assez large dans l’opinion publique polonaise, qui avait renâclé au projet de répartition intra‑européenne des immigrés. Notons que Ryszard Czarnecki est membre du parti conservateur Droit et Justice actuellement au pouvoir en Pologne.

Solidarité Kosovo

Grande soirée de soutien aux Serbes du Kosovo au Grand Rex à Paris

07/06/2017 – PARIS (NOVOpress) : Jeudi 22 juin à 19 heures au cinéma le Grand Rex à Paris se tiendra une grande soirée de soutien aux Serbes du Kosovo. Organisée par l’Union des Serbes de France et Solidarité Kosovo, elle s’articulera autour d’une projection exceptionnelle du documentaire Kosovo, une chrétienté en péril, réalisé grâce au soutien de Solidarité Kosovo et diffusé récemment par KTO. Une occasion unique de découvrir ce très beau film sur grand écran, dans une salle mythique de la capitale.

Cette projection sera précédée d’une discussion entre :

  • Darko Tanaskovic, ambassadeur de la Serbie à l’Unesco ;
  • Rajko Ristic, ambassadeur de Serbie en France ;
  • le père Ilarion, Igoumène (Père Abbé) du monastère de Draganac, grand ami de Solidarité Kosovo (retrouvez son portrait ici)
 ;
  • Patrick Karam, président de l’association Chrédo, Chrétiens d’Orient en danger.
  • Nikola Mirkovic, membre du conseil d’administration de Solidarité Kosovo et auteur du livre Le Martyre du Kosovo.

Les bénéfices de la soirée permettront de financer la réalisation d’une bande-dessinée sur le Kosovo, bande-dessinée écrite sous la direction de Nikola Mirkovic. Elle permettra de toucher un plus large public et d’informer les Français sur ce qui se passe au Kosovo aujourd’hui.

Informations pratiques :
Le jeudi 22 juin à 19 heures. Tarif d’entrée : 15 euros.
Le Grand Rex : 1, Boulevard Poissonnière, Paris II. Métro Bonne Nouvelle.

Londres Choc civilisations

La tragédie de Londres, nouvelle séquence sanglante du choc des civilisations

Karim Ouchikh

Karim Ouchikh

Londres a encore été frappé par la barbarie islamique. Après Manchester, Paris, Nice, Berlin, et tant d’autres villes européennes, notre continent n’en finit plus de hurler de douleur sous les coups meurtriers de ses tortionnaires djihadistes.

Devant ce déferlement de haine, l’indignation ne suffit plus et les marques de compassion qui se multiplient partout, à chaque attentat, sonnent comme autant de communiqués de victoire d’un État islamique qui cherche avant tout à abattre le moral des opinions publiques européennes.

Dans cette guerre psychologique sans merci, les belligérants n’ont pas le même statut : les États européens sont aujourd’hui des proies d’autant plus vulnérables qu’ils abritent leurs bourreaux en leur propre sein ; assiégé de toute part au Moyen-Orient, l’EI s’applique désormais à exporter ses terrains d’affrontements sur le sol européen.

Qui peut nier la réalité de la guerre de civilisation qui se déchaîne sur le Vieux continent avec une intensité croissante, en épargnant singulièrement l’Europe de l’Est, celle qui précisément accueille historiquement la diaspora musulmane la moins importante !

La réponse sécuritaire a atteint ses limites : renforcer encore plus l’arsenal judiciaire, équiper massivement nos forces de l’ordre ou coordonner davantage nos services de renseignements ne suffiront plus à garantir la sécurité à long terme de nos concitoyens.

La réponse durable au terrorisme est d’abord culturelle, ce que n’a compris aucun des grands partis qui se disputent le pouvoir en France, FN compris.

Les nations européennes doivent prendre le mal à la racine en s’attaquant méthodiquement à l’immigration de masse et à l’islamisation de l’Europe, ces deux phénomènes anxiogènes qui constituent au fond le liquide amniotique dans lequel prospère le terrorisme :

la remigration des populations immigrées qui refusent de se plier à notre modèle de société et la mise sous tutelle d’un culte musulman enfin placé sous un régime de contrôle autoritaire façonneront la riposte lucide et efficace qui permettra à coup sûr d’éradiquer la guérilla islamique qui ronge nos sociétés occidentales.

L’Europe doit organiser sans plus attendre les conditions d’un sursaut viril de ses peuples, sans quoi notre continent sortira bientôt de l’Histoire dans le sang et le déshonneur.

Karim Ouchikh
président du SIEL,
conseiller régional d’Ile-de-France

Texte repris du site du SIEL

Eleonore Bez

Eléonore Bez (FN) : « En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan »

02/06/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Eleonore Bez est candidate FN aux élections législatives dans la 6circonscription des Bouches-du-Rhône, qui comprend le 9e et une partie du 10e arrondissement de Marseille. Oui, l’immigration a transformé le visage de sa ville. « Si ce n’est pas un remplacement, en tout cas, ça y ressemble », confie dans cet entretien au quotidien Présent celle qui est aussi conseiller régional de Paca, alors que Marseille vit à l’heure… du ramadan.

Eleonore Bez 2— Vous avez grandi à Marseille, votre 6e circonscription des Bouches-du-Rhône s’étend de Mazargues aux Calanques en passant par les Baumettes, qu’est-ce que l’âme de Marseille que vous affirmez défendre et vouloir préserver ?

— Je suis née à Paris et arrivée à Marseille à l’âge de sept mois. Marseille est ma ville et celle de ma famille maternelle depuis des générations. Une partie de ma famille est enterrée au cimetière de Mazargues. Pratiquement, chaque quartier, que l’on appelle ici « noyaux villageois », porte le nom d’un saint et a son église. Marseille est une ville avec une histoire des plus riches : grecque, romaine, ligure, provençale et profondément française. C’est aussi le premier port où sont arrivés nos compatriotes pieds-noirs et harkis qui ont été si indignement et ignoblement accueillis par Gaston Deferre après l’infâme trahison des Accords d’Evian.

La vraie richesse c’est sa terre et ma terre c’est Marseille. Je me battrai pour préserver cet extraordinaire patrimoine des politiques mondialistes qui ont tant abîmé notre pays et notre ville, véritable laboratoire des politiques d’immigration massive depuis 40 ans.

— Quelles sont les problématiques sur lesquelles vous avez axé votre campagne ?

— Depuis près d’un an, j’arpente la circonscription et j’assiste aux Comités d’intérêt de quartiers à l’écoute des habitantes et des habitants : les commerces qui ferment les uns après les autres au profit des grands supermarchés sans âme, les villages qui deviennent de simples voies de passage vers les différentes autoroutes, l’insécurité et le communautarisme.

Je vais prendre l’exemple qui est le plus frappant : le quartier de la Capelette que j’ai connu enfant et qui était un quartier populaire, tranquille. Aujourd’hui ce quartier vit au rythme de la mosquée qui est une des plus grandes de la ville et qui risque d’être encore agrandie au vu de l’affluence. Chaque vendredi les rues sont bloquées par des « vigiles » de la mosquée qui empêchent le stationnement des riverains.

Tous les commerces traditionnels ont été remplacés par des commerces communautaristes, des alimentations de nuit et des bars à « chichas » dont chacun sait que la plupart sont des « blanchisseries » pour laver l’argent des trafics des cités de la ville.

Les habitants que j’ai rencontrés m’ont tous confié leur exaspération devant cette situation. La pratique de l’islam lorsqu’elle est respectueuse des lois de la République et de la laïcité est bien évidemment possible mais aujourd’hui elle apparaît trop souvent utilisée à des fins idéologiques, politiques à l’encontre de la laïcité républicaine.

J’ai essentiellement axé ma campagne sur la lutte contre l’insécurité qui détruit la vie de nos quartiers, nous proposons de réarmer physiquement et moralement les effectifs de police. Nous avons dans la circonscription une cité où les forces de l’ordre ne rentrent pas, c’est La Cayolle dans le IXe arrondissement et le commissariat de cet arrondissement est fermé le soir et le week-end ! Je me bats aussi pour la protection des artisans, des commerçants, des TPE-PME contre la fiscalité confiscatoire de Macron. Pour la défense de nos retraités, nombreux dans les IXe et Xe arrondissements, pour lesquels il faut revaloriser le minimum vieillesse et supprimer la CSG. La lutte contre le communautarisme est fondamentale parce que la seule communauté qui assimile et qui est garante de l’unité de la France, c’est la communauté nationale.

Pour cela, il est essentiel de réapprendre à nos compatriotes l’amour de la France et le respect de son histoire. Et cela passe, par exemple, par ne plus jamais permettre que l’on insulte comme l’a fait Emmanuel Macron les harkis et les pieds-noirs qui ont tout donné pour leur pays. Je les rencontre régulièrement. Ma directrice de campagne qui habite dans cette circonscription est pied-noir.

Eleonore Bez Affiches— Vous avez vu changer et même remplacer la population de cette ville et de sa périphérie, vous avez suivi les étapes de son islamisation. Que peut faire un député de plus contre les homicides, le trafic de drogue, le communautarisme, les mosquées salafistes ?

— Oui, la population a changé comme dans beaucoup de grandes villes de France et si je ne suis pas une adepte des grandes théories, je vis ma ville chaque jour : si ce n’est pas un remplacement, en tout cas, cela y ressemble beaucoup.

L’islamisation de la ville est un fait. En ce moment, Marseille vit à l’heure du ramadan.

Le désespoir est une sottise en politique, il n’est jamais trop tard pour proposer à tous les Marseillais qui aiment la France de la défendre. 240 morts en France au nom d’une idéologie religieuse meurtrière : déposer des bougies et des fleurs c’est gentil mais ça ne sert à rien. Lutter contre le laxisme judiciaire, faire appliquer la loi tout simplement, c’est ça aussi le travail du député. C’est pour cela que nous devons former un groupe à l’Assemblée. Le Front national avec Marine Le Pen est le seul parti d’opposition crédible face au gouvernement Macron.

— Qui sera votre plus redoutable adversaire ici ? Le candidat sortant LR Guy Teissier en place depuis 30 ans, l’abstention, le candidat de Mélenchon, ou l’état de grâce de Macron ?

— Mélenchon, Les Républicains et En marche ne sont pas crédibles. Pris un à un, ils représentent très peu d’électeurs. Quant au candidat Guy Teissier, on le distingue mal désormais de son adversaire d’En Marche : il a soutenu Fillon qui a appelé à voter Macron sans même attendre 20 h 15 le 23 avril. Il distribue le programme de Baroin qui drague Macron, il soutient la majorité Muselier-Estrosi à la Région et c’est de cette majorité qu’est issue Mme Leprettre, qui est candidate En Marche… Guy Teissier meurt de peur de perdre ses dernières prébendes et essaie de sauver son 6e mandat ! Pour un homme qui dans sa jeunesse a été au PFN, il se serait grandi en se positionnant clairement en faveur de Marine Le Pen mais il a définitivement claqué la porte à ses convictions préférant ses dernières ambitions.

C’est à cause de ces escroqueries politiques et morales que beaucoup d’électeurs sont las d’aller aux urnes, voyant chaque fois leurs espoirs trahis. Mon principal adversaire c’est l’anti-France. C’est pour cela que j’appelle chaque électrice et électeur de cette 6e circonscription à me choisir, à choisir le Front national, à choisir la France.

propos recueillis par Caroline Parmentier

Entretien paru dans Présent daté du 3 juin 2017

À Toulouse, la mosquée sera le plus grand édifice religieux de la ville !

17/05/2017 – FRANCE (NOVOpress)
La construction est bien entamée. Fin 2017, un immense dôme vitré et un minaret de 22 mètres de hauteur surplomberont le quartier.
Avec ses quelque 3 700 mètres carrés, elle pourra accueillir au moins 4 000 personnes. La mosquée du Mirail deviendra l’édifice religieux pouvant accueillir le plus de fidèles à Toulouse.

Pour comparaison, la cathédrale Saint Etienne peut réunir 1 200 fidèles, la basilique Saint Sernin moins de 1 000.

Abdellatif Mellouki, du Conseil régional du culte musulman, n’a pas de doute sur le taux de remplissage de la mosquée : Toulouse compte au moins 50 000 musulmans, et selon lui, « bien qu’indispensable pour la pratique religieuse, la mosquée cathédrale du Mirail ne suffira pas à répondre aux besoins ».



Emmanuel Macron va poursuivre la politique d’islamisation de la France de ses prédécesseurs

11/05/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Les musulmans ont largement contribué à l’accession à la présidence de la République d’Emmanuel Macron. Selon une étude IFOP réalisée pour Pelerin magazine et La Croix, 92 % des électeurs musulmans, ont voté Macron.

Macron est donc le candidat des musulmans… auxquels il a assuré sa reconnaissance

Le président élu assure de sa reconnaissance dans son programme, je cite : « La liberté religieuse s’exprime tant qu’elle ne trouble pas l’ordre public ».
Ce qui dans son programme se traduit par son refus de s’opposer au port du voile à l’université.
Il souhaite aussi, je cite : « Laisser de la marge de manœuvre aux entreprises pour régler les questions religieuses au travail ».

Dans son programme, Macron souhaite faciliter la construction des mosquées

Déjà, en 2016, le gouvernement socialiste a créé la Fondation pour l’islam de France. Conformément à la loi de 1905, elle prend en charge les projets sociaux et culturels.
Macron souhaite que, demain, une nouvelle structure permette de relancer la construction de lieux de culte et la formation en France des imams.
Mieux, la formation des imams sera complétée en France par un diplôme universitaire.

Bref, rien qui aille limiter l’expansion du voile, du burkini, du halal…

Ces mesures ont de quoi inquiéter, à l’heure de la radicalisation croissante des musulmans en France

L’Institut Montaigne révélait en 2016 :

– Que 1/4 des musulmans tempérés considèrent l’islam comme un moyen de s’affirmer en marge de la société française, en s’attaquant en premier lieu à l’égalité entre les femmes et les hommes.

– 15% des lycéens musulmans pensent acceptable dans certains cas de combattre les armes à la main pour sa religion.

La politique de Macron renforcera donc l’islam en France. Tandis que l’identité de la France, la réparation de la nation désincarnée, abandonnée… ce n’est pas au programme.

Amsterdam salafisme

Amsterdam : l’influence du salafisme s’accroît sur les mosquées marocaines

26/04/2017 – AMSTERDAM (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: L’influence du salafisme sur les musulmans néerlandais augmente. De plus en plus souvent formés en Arabie saoudite, les imams néerlandais se revendiqueraient de cette tendance rigoriste de l’islam, qui prétend retourner aux sources du prophète Mahomet.

Ainsi, selon des chiffres des services secrets néerlandais, sept mosquées marocaines sur les vingt-deux qui relèvent du royaume chérifien à Amsterdam seraient sous influence salafiste. Pour quatre autres, cette influence serait plus modérée, mais notable.

Ce démenti cinglant à la vision idyllique d’un islam intégré dans le melting-pot néerlandais se fonde sur l’analyse des sermons, des conversations en ligne ainsi que des échanges avec des membres des communautés musulmanes concernées.

Stockholm Attentat

Stockholm : les égarements sans fin des Européens face à l’islam, par Louis Brequin

StockholmUne semaine après l’attentat qui a frappé la capitale suédoise, le principal suspect, un Ouzbek de 39 ans débouté du droit d’asile, est passé aux aveux et a confessé ses sympathies islamistes. Les commémorations en hommage aux victimes ont débuté, s’accompagnant d’un discours systématiquement resservi à chaque fois qu’un attentat survient en Europe. Pour le résumer, citons le premier ministre suédois, Stefan Löfven, qui a déclaré : « Le but du terrorisme est de miner la démocratie. Mais ces actes n’arriveront jamais à gagner en Suède, nous le savons. Vous ne pouvez pas nous diviser […]. »

Le mythe de l’unité du pays

Cette rengaine sur la volonté supposée des terroristes de diviser la population des pays occidentaux, sous-entendu entre Européens de souche et immigrés, est devenue le leitmotiv de nos dirigeants car elle permet, par une pantalonnade bien culottée, de légitimer leurs politiques suicidaires, celles-là mêmes qui ont conduit à la situation actuelle de balkanisation de l’Europe. L’idée qu’ils cherchent à propager est la suivante : si le but du terrorisme est de nous diviser, alors pour lui faire échec, il faut renforcer les politiques « d’intégration », comprenez davantage d’antiracisme, de mixité contrainte et forcée et de concessions diverses envers les communautés immigrées au détriment des autochtones. Par contraposée, les solutions avancées par la droite identitaire ne constitueraient pas le bon remède à nos maux.

Sauf que ces brillants esprits ont oublié un détail : pour que ce raisonnement soit valable, encore faudrait-il qu’il n’y ait jamais eu une quelconque unité entre ces deux composantes de la société. Et c’est là que le bât blesse.

La fraternité ou même la simple cohabitation des Européens de souche et des immigrés n’a jamais été qu’une chimère, une douce illusion dont se bercent nos élites.

Manif CharliePour le cas de la France, il suffit pour s’en convaincre de relire les travaux de Michèle Tribalat sur la ségrégation dans les quartiers et les stratégies d’évitement des Français de souche ou de Christophe Guilluy sur l’endogamie des élites blanches et urbaines. Cet entre-soi a pu être constaté de manière éclatante lors des manifestations pour Charlie qui ont rassemblé quasi-exclusivement des citadins blancs, les extra-Européens les ayant délaissées car ils ne se sentaient tout simplement pas concernés. Les photos d’ensemble publiées par la presse à l’époque attestent irréfutablement de cette homogénéité.

A bien y réfléchir, il n’y a rien de surprenant à ce constat. Comment des populations aux valeurs diamétralement opposées pourraient-elles fraterniser ? Pour le cas des « Charlies » qui se prévalent d’un vivre-ensemble harmonieux, il s’agit de personnes laïques, attachés aux droits des femmes et des minorités sexuelles, prônant l’émancipation hors des communautés d’origine et privilégiant le dialogue et le compromis. Pour ce qui est des jeunes issus de l’immigration, qui habitent souvent les quartiers sensibles et ont en majorité conservé une mentalité de « bledard », on a affaire à des individus misogynes, volontiers homophobes, obnubilés par leurs origines ethniques et religieuses et vouant un culte à la violence et au rapport de force. Il n’y a pour ainsi dire rien qui les rassemble tant elles sont aux antipodes l’une de l’autre.

La véritable signification des « amalgames »

Islam Pas damalgameCet argument de la division ressassé par la classe politique est le corollaire logique de l’analyse qu’elle nous livre sur le phénomène terroriste qui voudrait que « 99 % des musulmans soient des gens pacifiques, horrifiés par le terrorisme ». L’avantage du terrorisme par rapport à d’autres formes de violence engendrées par l’immigration (délinquance, émeutes…) est sa dimension marginale qui permet au pouvoir d’absoudre l’entièreté des communautés d’immigrés musulmans, en renvoyant le terrorisme à un problème d’individualités. Présentée dans les médias comme une grille de lecture éclairée et nuancée face à l’assertion simpliste des beaufs (« tous les musulmans sont des terroristes »), elle trouve hélas de l’écho chez certains Français qui se pensent sans doute très intelligent de la rabâcher comme des perroquets.

Mais la réalité est sans doute plus complexe que cela et obéit à une logique de cercles concentriques. Sans se hasarder à avancer des chiffres, on peut affirmer sans trop prendre de risques qu’au-delà des militants actifs prêts à se sacrifier, il est aussi des islamistes convaincus qui soutiennent le terrorisme et passeraient à l’acte s’ils n’avaient pas peur de mourir ou de passer le restant de leurs jours en prison. Ils le feront du reste le jour où les forces de l’ordre perdront pied. D’autres encore plus nombreux se réjouissent des actes terroristes, juste par haine et sans forcément adhérer à l’idéologie djihadiste, comme l’ont montré certaines réactions d’élèves dans les établissements scolaires sensibles. Il y a enfin la masse de ceux que la violence terroriste indiffère royalement tant qu’elle touche des Européens de souche.

Prétendre que le problème du terrorisme n’a pas de dimension communautaire est donc un mensonge. Car si les terroristes kamikazes sont le fer de lance de la conquête islamiste en Europe, ils bénéficient d’un solide réseau de solidarités familiales, claniques ou religieuses sur lesquelles s’appuyer. Comment expliquer sinon que Salah Abdeslam ait pu se cacher trois mois à Molenbeek sans éveiller les soupçons ?

Islam EuropePar ailleurs, même si nous n’en sommes pas encore à ce stade, dans certains quartiers mis en coupe réglée par les salafistes, les menaces et le chantage leur suffiront à obtenir l’appui de leurs coreligionnaires. C’est déjà ainsi que procédaient les islamistes en Algérie dans les années 1990.

Pire, en cas de raidissement brutal de la situation, les non-militants, inquiets pour leur intégrité, s’en remettront de leur plein gré aux plus extrémistes et aux plus déterminés parmi les leurs. Ce sont là des mécaniques bien connues observées lors des guerres civiles (Irak et Syrie notamment).

Tout cela ne veut bien évidemment pas dire que tout musulman porte une responsabilité quant au terrorisme, ni que « les musulmans devraient s’excuser pour le terrorisme » (exigence grotesque), mais que tant qu’il aura une telle présence musulmane en Europe, le risque terroriste, et plus largement insurrectionnel, existera malgré tous les efforts politiques et sociaux déployés. Les médias se plaisent à vilipender ceux qui se rendraient coupable « d’amalgames », mais personne un tant soit peu sensé ne pense réellement qu’en chaque musulman sommeille un terroriste.

En revanche, beaucoup pensent que, comme les auteurs d’attentat sont indéniablement issus des rangs de la communauté musulmane, il est difficile de déceler par anticipation les passages à l’acte tant le phénomène islamiste devient massif et qu’il est quand même ici question de la préservation de la paix civile dans nos patries. Il serait peut-être temps d’arrêter les frais.

Louis Brequin

Désislamisation

Entre soumission et désislamisation, il faut choisir

Désislamisation BeziersDésislamiser l’Europe ? Vaste programme en cette période de submersion migratoire des populations de religion musulmane sur le vieux continent européen. Si l’on y ajoute la sidération de certains à l’égard de l’islam et la volonté d’une majorité de « bien-pensants » à trouver des accommodements raisonnables et surtout des points de convergence avec la religion d’Allah, on pourrait croire que c’est mission impossible.

Pourtant, à entendre les principaux intervenants du colloque organisé à Béziers samedi 4 mars par Alain Wagner sur ce thème, il serait facile de désislamiser, à condition, tout d’abord, de considérer cette action « comme un concept politique », seul moyen de permettre l’arrêt de la propagation de la charia dans notre vie quotidienne. Une charia qui s’est sournoisement installée en Europe depuis que l’Organisation de coopération islamique (OCI) a mis au point un programme méthodique de conquête des pays chrétiens, aussi bien dans le domaine de la finance que dans celui de la culture, des habitudes alimentaires ou de l’éducation. Etabli à Doah en 2000, il a permis notamment à Najat Vallaud-Belkacem de prendre les clefs de l’éducation dans notre pays. Avec les conséquences désastreuses que l’on connaît.

Les aberrations de la charia

Enseignement revisité par la loi islamique, réécriture des manuels d’histoire, promotion de la finance islamique, progression de l’implantation du halal dans l’ensemble de la sphère alimentaire, il n’est pas un domaine qui échappe à l’installation de la charia dans notre pays, aussi bien d’ailleurs qu’en Suisse ou en Belgique, comme ont pu le souligner les différents intervenants. On retiendra les propos de Gérard Couvert qui a montré comment la charia s’est imposée dans notre système éducatif avec la complicité des islamo-gauchistes de connivence qui sont légion dans l’enseignement.

Les solutions ? Former les enseignants à la connaissance de le charia et extirper des programmes de l’Education nationale tout ce qui favorise l’islam. Mais aussi couper les pompes aspirantes des subventions et notamment tout ce qui permet à des associations musulmanes d’organiser de véritables camps d’entraînement avec notre argent.

Présidente de l’Association suisse Vigilance Islam, Mireille Vallette a dressé l’état des lieux de l’islam en Suisse. Un islam bien présent dans ce pays de démocratie directe, où pétitions et recours au référendum d’initiative populaire permettent cependant d’éviter le pire. Elle a souligné les progrès de l’islamisation rampante qui se manifeste notamment par une recrudescence des mariages de jeunes mineures (multipliés par cinq en l’espace de dix ans), mais aussi par des actes de maltraitance des enfants dans les écoles coraniques dépendant des mosquées.

Fondateur de Vigilance Hallal, Alain de Peretti a martelé que cette vigilance était le « cœur nucléaire » de la lutte contre l’islamisme. Une lutte essentielle quand on se rappelle les propos du Grand Mufti de Bosnie-Herzégovine pour lequel le halal « permettrait de conquérir le monde » : une conquête à coups de milliards, afin de s’attirer les bonnes grâces du monde de la viande et des grandes surfaces.

Des solutions ?

Jean-Yves Le Gallou a proposé le rétablissement du pluralisme dans les médias, le remplacement du CSA par un Conseil supérieur de la diversité politique et intellectuelle, mais surtout l’abrogation de la loi Pleven qui muselle la liberté d’expression et a rétabli le délit de blasphème pour le plus grand profit des lobbies antiracistes. Le général Piquemal a dénoncé la soumission des plus hautes autorités de notre pays, civiles et religieuses, à la charia, et regretté que la loyauté du citoyen à la Nation ne soit pas l’apanage de quantité de jeunes musulmans qui obéissent aux lois de la charia.

Sourates à l’appui, l’abbé Pagès a montré le vrai visage de l’islam et appelé à une vraie désislamisation dans notre pays, où l’Eglise officielle est complaisante avec l’islam. Principal organisateur de ce colloque, Alain Wagner a souligné à de nombreuses reprises la spécificité du « système insécable » qu’est l’islam, avec ses obligations rituelles, ses règles fiscales, sa justice spécifique, sa violence et sa pratique, jamais abandonnée, de l’esclavage. Il a également fait le procès de la charia dont Karim Ouchik veut empêcher l’extension en France.

La désislamisation qu’Alain Wagner appelle de ses vœux ne se fera cependant pas sans un inventaire rigoureux du droit national et international existant et sans le soutien d’une majorité politique prête à faire preuve d’un réel courage politique. Enfin, une vraie politique de désislamisation devra s’accompagner d’un mouvement de remigration – le hijra pour les musulmans pratiquants – des populations qui se refuseraient à observer les nouvelles mesures mises en place. Il en va du succès futur de cette désislamisation.

Françoise Monestier

Article paru dans le quotidien Présent

Chard Laïcité

Laïcité : les fonctionnaires bien armés… face au bénédicité

Le Figaro reprend sans sourciller les exemples du « livret de formation » des fonctionnaires à la laïcité : « Que faire face à « des élèves qui demandent la non-mixité d’un cours de sport, un collégien qui refuse de visiter une cathédrale au prétexte qu’il est juif, un écolier qui récite le bénédicité à la cantine ? ».

Où et quand un prof a-t-il jamais été confronté au cas d’un enfant récitant à voix haute sa prière avant le repas ou à celui d’un jeune juif s’accrochant au fauteuil du car pour ne pas mettre un pied dans une église ? On veut la date et le lieu.

Valeurs République Laïcité« Que feriez-vous face à ces cas problématiques ? », interroge le livret Valeurs de la République et laïcité dont le premier souci est surtout de ne pas froisser nos frères musulmans. Car c’est bien connu et on le voit sans arrêt partout autour de nous, toutes les religions sans exception posent problème : les catholiques, les juifs, les bouddhistes et surtout les sikhs avec leurs grands turbans qui vous empêchent de voir le film au cinéma.

Pour ne pas laisser les fonctionnaires seuls avec « un certain nombre d’angoisses », le ministre de la Fonction publique Annick Girardin a décidé que la « formation initiale à la laïcité » deviendrait obligatoire pour tous les agents de la fonction publique. Après les attentats de 2015, le ministère pensait que toutes les collectivités allaient réclamer d’eux-mêmes ces stages de formation pour leurs agents. En fait non… Beaucoup de maires ont trouvé le programme tellement mal fait, hypocrite et dérisoire qu’ils n’en veulent pas. D’autres sont tellement engagés dans une logique clientéliste avec la communauté musulmane qu’ils ne veulent plus ou ne peuvent plus reculer.

Quand on se penche sur le déroulé de ces stages à base de « rappels historiques », « quiz d’auto-positionnement » ou « jeux de rôle », on s’aperçoit que les agents viennent tous pour des difficultés de la même origine mais le mot d’islam n’est jamais cité : une maîtresse de maternelle confrontée à une mère qui refuse que sa fille soit déshabillée pour la sieste, au nom de sa religion : « Elle portait trois collants en juillet ! » Des nourrices voilées, payées par la municipalité, qui accueillent les enfants dans une ambiance d’école coranique, une responsable de colonies de vacances face à un animateur qui fait le ramadan et qui doit conduire un bus rempli d’enfants.

« Je sais que je ne dois pas lui parler du ramadan » bredouille la stagiaire. « J’lui glisse : T’as bien dormi ? » Et vous savez quoi ? Il répond « oui » et il monte dans le bus avec vos enfants. Les stages de laïcité ça marche !

Caroline Parmentier

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 9 mars 2017
sous le titre « Armés face au bénédicité »

Terrorisme islamiste

Le risque du terrorisme islamiste est jugé très élevé dans toute l’Europe

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les grands pays voisins de la France s’inquiètent du risque extrêmement élevé lié au terrorisme islamique.

C’est ainsi que dans sa présentation au conseil des ministres italiens au début de la semaine, le chef du renseignement transalpin Alessandro Pansa s’est inquiété du retour des djihadistes « italiens » qui combattent au côté d’un Etat islamique en retrait sur son territoire, mais aussi du fait que les djihadistes en puissance qui ne peuvent désormais se rendre en Syrie ou en Irak pourraient bien désormais se contenter de viser les civils sur le territoire italien.

L’existence de l’espace Schengen est citée dans le rapport du renseignement italien comme un facteur de risque supplémentaire puisque cet espace rend plus difficile encore la surveillance des allées et venues de ces terroristes en puissance. Une autre source de terroristes islamiques, ainsi que l’affirmait début janvier le journal La Reppublica, c’est la présence dans la région des Pouilles de musulmans originaires de villages d’Albanie où l’on a vu flotter le drapeau de l’EI.

Même inquiétude exprimée la semaine dernière en Allemagne où le chef du renseignement intérieur (BfV) Hans-Georg Maasen a expliqué que ses services surveillaient désormais environ 1 600 islamistes résidant en Allemagne contre une centaine en 2013.

Sur ces 1 600, dont plusieurs centaines se seraient radicalisés au cours des derniers mois, 570 sont considérés comme particulièrement dangereux, c’est-à-dire à même de préparer des attentats terroristes. « Nous recevons chaque jour entre deux et quatre signalements crédibles sur des projets d’actions terroristes en Allemagne », a alerté Maasen.

Le son de cloche est similaire chez notre voisin britannique où, dans sa première grande interview dans la presse, en l’occurrence pour le Telegraph, Max Hill, le nouveau « gendarme » chargé de surveiller la légalité de l’action antiterroriste du gouvernement, explique que le risque d’attaques terroristes est extrêmement fort notamment du fait du retour des combattants de l’EI. Un risque d’attaques sur le territoire britannique estimé comme au moins aussi élevé qu’il l’était à Londres au moment des attentats à répétition de l’IRA dans les années 1970.

Dans ces trois pays, la radicalisation des jeunes musulmans sur internet est aussi citée comme une source majeure de danger.

Olivier Bault

Article paru dans Présent du 2 mars 2017

Macron Bayrou

Macron, Bayrou et l’islam, par Guy Rouvrais

Parmi les raisons (avouables) de son ralliement à Emmanuel Macron, la principale, dit François Bayrou, est la « situation d’extrême risque » représentée par « une flambée de l’extrême droite ». Comme tous les autres, il désigne par-là, mensongèrement, le Front national. C’est pour cela que ne constatant pas, parallèlement, une flambée de centrisme, il fait de ce dernier une composante de la gauche.

Un tel jugement montre une fois de plus que Bayrou et Macron sont, comme toute la classe politico-médiatique, complètement coupés du peuple. Car, enfin, si la droite nationale constituait un « extrême risque », se trouverait-il au moins 28 % des électeurs au premier tour et entre 44 % et 48 % (pour l’instant !) au second à se prononcer pour Marine Le Pen ? Seraient-ils à ce point aveugles, sourds ou sots pour mettre le pays en danger et eux-mêmes en péril ? Poser la question, c’est y répondre. Accessoirement, on ne voit pas que l’alliance du jeune loup socialiste et du vieux renard centriste puisse arrêter l’ascension de leur concurrente. Un sondage effectué après l’annonce de leur union l’atteste.

Ce qui explique le mouvement populaire vers Marine Le Pen, c’est bien « une situation d’extrême risque » mais ce n’est pas celle que dénoncent les deux compères, un risque qui, cette fois, n’est pas imaginaire. C’est l’islamisation du pays, la montée en puissance des exigences communautaires de musulmans, d’une part, le terrorisme islamiste de l’autre, dont nous devons professer qu’ils n’ont aucun rapport sous peine d’être accusés du terrible « péché » d’amalgame.

Macron, pourtant, a assuré dans une réunion publique qu’en France « aucune religion n’est un problème ». Aucune ! Pas même l’islam ? Il répond : « C’est un sujet. » Pas d’inquiétude, de mécontentement, un simple « sujet » qui se trouve, là, dans l’actualité, on ne sait trop pourquoi. Et à l’égard de cette religion-là, il préconise une « bienveillance exigeante ». On se demande pourquoi elle devrait être exigeante puisqu’elle ne poserait aucun problème.

Cette bienveillance va très loin puisque, encore ministre à l’époque, il a attribué à la société française, quelques jours après les attentats du 13 novembre, « une part de responsabilité » dans le « terreau » sur lequel le djihadisme a pu prospérer, évoquant une disparition de l’idéal républicain de mobilité sociale. Rappelons aussi qu’il a félicité Angela Merkel d’avoir accueilli un million de « migrants » – la plupart musulmans – y voyant « une fierté et une force pour l’Europe ».

A l’évidence, Macron drague les voix musulmanes qui s’étaient massivement portées sur Hollande en 2012 avant de l’abandonner pour cause de « mariage gay ». Et Bayrou fait campagne avec lui car il « fera tout » pour que son complice soit élu. Y compris ne pas se formaliser de ce que Macron a, à Alger, parlé de « crime contre l’humanité » à propos de la colonisation, calomniant son pays en terre étrangère, diffamant les colons et l’armée française.

« Paris vaut bien une messe », aurait dit Henri IV, natif de Pau, pour justifier sa conversion au catholicisme. Son lointain concitoyen pense, lui, qu’exister encore un instant sur la scène politique vaut bien quelques courbettes devant les disciples de Mahomet en duo avec Macron.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 25 février 2017

Désislamiser

Un colloque pour « désislamiser l’Europe » le 4 mars chez Robert Ménard

23/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Un colloque qui a pour thème « Désislamiser l’Europe » se tiendra le 4 mars à Béziers, en présence de Robert Ménard, le maire de la ville. Pourquoi « désislamiser » ? « Parce que, expliquent le collectif Saint-Michel Archange à l’origine de ce symposium, depuis des dizaines d’années, sous couvert d’activités religieuses, des individus et des organisations opérant en Europe, soutenus par des puissances étrangères rassemblées au sein de la première organisation politico-religieuse du monde (l’OCI : Organisation de la Coopération Islamique), ont engagé un processus de subversion visant à transformer l’organisation de nos sociétés selon les règles de la charia. »

Désislamiser EuropeSont annoncés :

  • Philippe CHANSAY WILMOTTE, avocat au barreau de Bruxelles, président de Valeurs Libérales Citoyennes (VLC), président du Collectif Saint-Michel Archange
  • Odon LAFONTAINE, auteur du Grand secret de l’islam
  • Jean-Yves LE GALLOU, président de la fondation Polémia
  • Général Antoine MARTINEZ, co-fondateur des Volontaires pour la France
  • Jean-Pierre MAUGENDRE, président de Renaissance Catholique
  • Robert MENARD, maire de Béziers
  • Karim OUCHIKH, président de Souveraineté, Identité Et Libertés (SIEL)
  • Alain de PERETTI, président de Vigilance Halal
  • Mireille VALETTE, présidente de l’association suisse Vigilance Islam
  • Alain WAGNER, président de l’UDCC
  • Joachim Veliocas, fondateur de l’Observatoire de l’islamisation, présente cet événement.

Amar Lasfar, le président de l’UOIF, débouté de son procès en diffamation

23/02/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Amar Lasfar, président de la puissante Union des Organisations islamiques de France se trouve être également le directeur du lycée confessionnel musulman Averroès à Lille. Ce lycée avait été dénoncé publiquement par l’un de ses enseignants, Soufiane Zitouni, comme un repaire du salafisme et de l’endoctrinement islamiste de façon générale.

Amar Lasfar avait décidé de porter plainte contre son ancien salarié pour diffamation. Las, le tribunal correctionnel de Nanterre n’a pas été dupe et a débouté M. Lasfar de ses prétentions, allant jusqu’à le condamner à verser à M. Zitouni, outre les dépens, la somme de 5 000 € pour procédure abusive.

Une manière pour la justice de confirmer que le lycée Averroès, loin de dispenser un islam tolérant, est un repaire de l’islamisme.


Allemagne Turcs imams Ditib

Allemagne : des imams « espions » au service de la Turquie ?

Berlin, nid d’espions… en djellaba ? En septembre dernier, outre-Rhin, Berlin s’inquiétait de l’épuration qui a suivi le putsch manqué contre le président turc Recep Tayyip Erdogan. Inquiétude doublée d’une méfiance envers les imams du Ditib – « Organisation islamiste turque pour la religion » dépendant d’Ankara, qui contrôle 970 mosquées en Allemagne et fait venir des imams de Turquie – prêchant le nationalisme dans les mosquées allemandes et appelant les fidèles turcs d’Allemagne et Allemands d’origine turque, à manifester leur loyauté envers « l’Etat de droit ». Une méfiance qui, depuis le mois dernier, prend de l’ampleur.

Après que le parquet fédéral allemand a ouvert une enquête en janvier sur les activités des services de renseignements turcs en Allemagne, et après que l’Allemagne a refusé, à la demande pressante d’Ankara, de rejeter les demandes d’asile formulées par une quarantaine de militaires turcs « putschistes » de l’Otan, les imams du Ditib présents sur le sol allemand sont dans le collimateur des autorités allemandes.

A tel point que la police allemande a procédé mercredi à des perquisitions aux domiciles de quatre imams. Semble-t-il téléguidés par la Turquie, ces quatre imams seraient des « mouchards » au service du ministère des religions d’Ankara. Tous les quatre sont soupçonnés d’avoir espionné pour le compte d’Ankara des partisans de l’opposant turc en exil, Fetullah Gülen, accusé par les autorités turques d’avoir piloté le coup d’Etat manqué du 15 juillet. Selon le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, les quatre imams visés auraient agi sur un ordre transmis le 20 septembre par la Présidence des affaires religieuses turque, la Dyanet. Pour Heiko Maas, « il est très clair que l’influence de l’Etat turc sur le Ditib est importante ». Une ingérence turque à haut risque qui n’est pas du goût des autorités allemandes qui demandent que « l’association [Ditib] prenne ses distances avec Ankara ».

Par la faute des gouvernements européens qui ont laissé l’islam se développer, les dérives islamistes se portent et s’exportent bien, au point de devenir un souci permanent pour « nos » démocraties engluées dans une naïveté crasse.

Pierre Malpouge

Article paru dans le quotidien Présent