Progression de l’islamisme : 30 ans de renoncements

Lors de sa dernière conférence de presse, le 25 avril, le Président Macron a affirmé sa volonté d’être « intraitable » avec l’islamisme radical. Il a également annoncé qu’il demandait au gouvernement d’être beaucoup plus dur à l’égard de « cet islamisme politique, de ce communautarisme, de cette sécession au sein de notre république ». Si l’intention est louable, les dernières années nous ont montré qu’au-delà des intentions affichées, les politiques au pouvoir semblent impuissants à enrayer la progression de l’islamisme. Pourtant, les gouvernements sont loin d’avoir tout essayé en la matière.

Un discours déjà entendu

La déclaration du Président Macron promettant de s’engager dans une lutte résolue contre l’islamisme vient après d’autres engagements déjà entendus par les français. L’approche des élections européennes n’est peut-être pas étrangère à cet appel du piedà des franges de l’électorat pas forcément acquises au parti présidentiel. Pour ne citer que quelques exemples, en 2010, sous la présidence Sarkozy, le ministre de l’intérieur annonçait déjà la « totale mobilisation » du gouvernement contre l’islamisme radical (1). En juin 2015, le premier ministre de l’époque Manuel Valls envisageait la fermeture de mosquées et la dissolution d’associations islamistes et affirmait « la nécessité d’agir contre le salafisme le plus radical »(2).

Les témoignages de la progression de l’islamisme

Il est difficile de dire que l’on découvre le phénomène : on ne compte plus les enquêtes de terrain rendant compte de la progression de l’islamisme en France(3). Parmi celles-ci, on peut citer :

– L’ouvrage collectif paru en 2002 « Les territoires perdus de la République ». A partir de l’exercice quotidien de leur métier, des professeurs de l’enseignement secondaire de la région parisienne dressaient le constat d’une décrépitude des valeurs républicaines et d’une offensive islamiste dans certains quartiers.

– En 2017, le journaliste Alexandre Mendel publiait une enquête intitulée « Partition », un livre accréditant « l’émergence de frontières invisibles qui divisent le territoire, géographiquement et culturellement ».

– La même année paraissait un ouvrage collectif intitulé « Une France soumise ». Alors que « Les Territoires perdus de la République » pointait le communautarisme dans des écoles de banlieue, les auteurs du livre faisaient le constat que ce sont maintenant de véritables territoires qui vivent en circuit fermés. « Cette enquête révèle le fossé existant entre une partie des élites médiatiques et la masse du peuple français, classes moyennes et populaires confondues. Le discours formaté des élites apparaît de moins en moins audible » affirmait un de ses auteurs(4).

– En 2018, deux journalistes du Monde, Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, faisaient dans le livre intitulé « La communauté » le récit de la progression du communautarisme et de l’islamisme à Trappes, dans les Yvelines.

– Toujours en 2018, des étudiants en journalisme coordonnés par Gérard Davet et Fabrice Lhomme présentaient ,dans le livre « Inch’allah, l’islamisation à visage découvert », le développement de l’emprise religieuse en Seine Saint Denis.

– En 2019, l’ouvrage intitulé « La voie de la radicalisation, comprendre pour mieux agir », écrit par Olivier Bobineau et Pierre N Gahane, analyse la montée de la radicalisation islamiste en France.

Lire la suiteProgression de l’islamisme : 30 ans de renoncements

Un superbe documentaire sur la chrétienté en péril au Kosovo

Kosovo chrétienté Arnaud Gouillon

11/04/2017 – KOSOVO (NOVOpress) : Kosovo, une chrétienté en péril : tel est le titre du documentaire diffusé par KTO et réalisé avec l’aide de Solidarité Kosovo. « Au cours de l’année 2016, à plusieurs reprises, nous avons aussi accueilli Eddy Vicken et Yvon Bertorello, déjà auteurs de plusieurs documentaires primés, lors de plusieurs de nos séjours. La confiance accordée par les Serbes du Kosovo à Arnaud Gouillon, directeur de l’association, a permis aux deux documentaristes de recueillir de nombreux témoignages poignants », se félicite Solidarité Kosovo dans un communiqué.

« Plusieurs amis de l’association se relaient ainsi devant la caméra pour y raconter l’Histoire du Kosovo ou leur vie quotidienne et les persécutions subies », tel le père Serdjan, responsable du bureau humanitaire de Solidarité Kosovo au monastère de Gracanica, ainsi que le diacre Milovan, son assistant. Sont aussi interrogés le père Sava, Higoumène (père Abbé) du monastère de Visoki Decani, plusieurs prêtres des enclaves avec qui travaille l’association, ainsi que Monseigneur Théodose, évêque du Kosovo-Métochie.

En moins d’une heure, ce beau documentaire saura faire prendre conscience aux spectateurs qu’il y a aujourd’hui au cœur de l’Europe des chrétiens qui souffrent pour leur foi. Depuis ‘an 2000, on dénombre près de 150 lieux de culte chrétien pillés, détruits, incendiés…