BarakaCity, la pompe à phynances du salafisme en banlieue

18/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Fondée par des salafistes, capable de lever un million d’euros en une semaine, l’ONG Baraka City est aussi soupçonnée de servir de pompe à finance et de recruteur pour l’islam radical.

Baraka City, 22 salariés, 41.600 followers sur Twitter et 568.000 “like” sur Facebook, le soutien affiché de quelques personnalités, comme les rappeurs La Fouine et Rohff, est incontestablement une ONG populaire… et efficace. Un premier coup d’éclat en 2012 ou son fondateur, Idriss Sihamedi, réussit à lever un million d’Euros en une semaine pour construire des puits dans des villages musulmans du Togo, assoit aussitôt sa réputation.
L’an dernier, huit millions d’euros de dons ont afflué et “un ou deux footballeurs de stature internationale” ont mis la main à la poche, dit son président sans divulguer leur nom.

Extrêmement populaire dans les « quartiers populaires » (le mot de novlangue pour banlieues à forte proportion d’immigrés ou descendants d’immigrés), Baraka City traine (pourtant ?) une réputation sulfureuse. Elle assume son islamisme radical (quoi qu’elle réfute le terme de « salafisme »), avec ses permanents barbus à calotte blanche et ses volontaires féminines portant le niqab ou ses message moralisateurs contre la « fornication ». En 2014, sa campagne contre l’émission “Pékin express” en Birmanie, où les musulmans rohingyas sont persécutés, est un succès : les sponsors lâchent un à un M6.

Et si l’ONG a milité pour la libération de l’humanitaire britannique Alan Henning, otage de l’État islamique avant d’être finalement tué –au grand dam de beaucoup de ses membres-, elle refuse de condamner Daesh. “On n’aurait plus aucun dialogue” avec la jeunesse, plaide Idriss Sihamedi, qui affirme orienter les candidats au djihad vers un “combat humanitaire”. “Notre jihad est de préserver les nécessiteux, de préserver le sang”.

L’ONG s’implique, par un effet du hasard, sans doute, dans des zones travaillées par l’Islam radical : Pakistan, Togo, Centrafrique, Palestine, Birmanie, Syrie, Liban, Maghreb… au delà de l’aide humanitaire, elle veut maintenant se développer dans le domaine des droits de l’homme… à la sauce islamique, bien sûr. Dans les cartons aussi, l’accueil de réfugiés syriens sur les 7.000 m2 de terrain de l’ONG en banlieue.

En attendant, l’association est soupçonnée de recruter des djihadistes pour la Syrie et ses fonds, de provenance et de destination souvent opaque, alimenteraient le djihad business. À tel point que BarakaCity a essuyé « 22 refus d’ouvertures de compte et trois clôtures sans motif ». Selon son président, les banquiers s’étonnaient des « flux financiers atypiques et très très élevés ». Tiens donc… Il a fallu que la Banque de France désigne une banque pour que l’ONG puisse ouvrir un compte.

Crédit photo : Capture d’écran de l’interview de Idriss Sihamedi par Mouslim Voyages en 2013


 

Le Dhimmi du jour est… Alain Minc, qui veut suspendre la loi de 1905 au profit des musulmans

16/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dans son dernier ouvrage, « Un Français de tant de souches », Alain Minc, ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy, propose de suspendre pendant 5 ans la loi de séparation des Églises et de l’État pour permettre le financement public de mosquées

Impayables libéraux, qui au nom de l’indifférenciation généralisée, mettent sur un pied d’égalité les anciens héritages et ce qui relève d’apports allogènes récents.
Ainsi, Alain Minc, notre Dhimmi du jour, propose-t-il de suspendre pendant 5 ans la loi de 1905 au profit de la religion musulmane. La suite de son argumentaire laisse pantois, tant il applique à la lettre la doxa économique en vogue au domaine de l’identité, des traditions et croyances :
Pour Alain Minc, le culte musulman n’a pas hérité d’un « appareil de production » contrairement aux religions catholique, protestante et juive, historiquement implantées en France avant la loi de séparation des Églises et de l’État ; il convient donc de corriger cette entorse à la concurrence en finançant des mosquées sur les deniers publics.
Sur RTL, Alain Minc a lancé :

Vous préférez des mosquées construites par la République ou des mosquées financées par les salafistes, des imams formés par des instituts contrôlés par la République ou des imams formés par on ne sait trop qui et qui prêchent on ne sait trop quoi ?


Pour Viktor Orban, «l’islam n’a jamais appartenu à l’Europe, il s’y est invité»

16/10/2015 – HONGRIE (NOVOpress)
Dans un entretien publié dans l’hebdomadaire allemand Focus, Viktor Orban estime que « spirituellement, l’islam n’appartient pas à l’Europe. C’est un corpus de règles d’un autre monde».

Le dirigeant hongrois précise :

L’islam n’a jamais appartenu à l’Europe, il s’y est invité


Islamisation de la France : Corans et tapis de prière dans le sport amateur

16/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La note confidentielle du service central du renseignement territorial (SRCT) intitulée « Le sport amateur vecteur de communautarisme et de radicalité » a donc pointé les dérives prosélytes de responsables musulmans dans des clubs sportifs en France.

Ce rapport évoque notamment une scène survenue sur un terrain de foot au mois de mai. À la mi-temps d’un match, les joueurs d’une équipe de foot de Perpignan sortent des tapis pour prier, sur le pré, sous les regards stupéfaits d’un arbitre et des quelques spectateurs. Dans ce club franco-algérien de Clermont-Ferrand, l’on ne parle qu’arabe et les arbitres sont volontiers taxés de racisme. Par ailleurs, il n’est pas rare de voir certains installer des tapis de prière dans les vestiaires. Les clubs de foot et les salles de sports de combat seraient les premiers concernés.

Pour rappel, en 2013 déjà, Le Progrès revenait sur un tournoi amical de football organisé à Roanne et qui, lors d’une pause entre les rencontres, avait vu un individu lancer un appel à la prière. Entre 20 et 50 fidèles auraient alors gagné le terrain de football pour prier pendant dix minutes…

Le rapport parle d’une vingtaine de cas recensés, mais la réalité est certainement plus préoccupante.

Enfin, il faut noter le choix des mots employés. On entend parler de « radicalisation » alors qu’il s’agirait surtout de s’inquiéter du processus d’islamisation en cours. Dès 2011, le rapport « Banlieues de la République » publié par l’Institut Montaigne et dirigé par Gilles Kepel soulignait l’influence croissante de l’islam dans les cités.

Le rapport semble dénoncer des cas isolés alors que nous devons faire face à un processus global qui menace l’intégrité de la France.



Cameron sur le terrorisme islamique : clair et ferme !

David Cameron aux musulmans sur le sol anglais : « soyez plus britanniques »

Source : atlantico.fr
Et Cameron donna l’explication la plus claire du terrorisme islamique et de l’extrémisme jamais osée par un leader politique… mais pourquoi tant de réticences en France à dire la même chose ?

À travers un discours ferme, David Cameron s’est exprimé lundi 20 juillet sur la lutte contre le radicalisme islamique et le terrorisme. Le premier ministre britannique s’est employé à attaquer certaines explications populaires qui considèrent que le terrorisme est le produit de la pauvreté, du manque d’éducation, voire d’une maladie mentale. Son discours balaye ces arguments en objectant que bien des terroristes avaient grandi dans des familles prospères et suivi un enseignement dans des universités occidentales.

Alors que la société britannique repose sur un système communautariste, David Cameron n’a pas hésité à pointer du doigt les dangers de la ségrégation qui favorise la diffusion d’une idéologie extrémiste et le processus de radicalisation : Nous devons nous pencher sur le problème de la ségrégation, car lorsque les gens grandissent et sont scolarisés entre eux, sans contact avec des personnes de milieux différents, cela conduit à la division a-t-il précisé, tout en notant « de nombreuses voix musulmanes fortes, positives ».
Certaines chaînes étrangères sont également responsables de ce fondamentalisme religieux et de la violence qui en découle, à travers la diffusion « de contenu extrémiste » et une large place accordée dans les programmes aux « prêcheurs de haine ».

Lire la suiteCameron sur le terrorisme islamique : clair et ferme !

Terrorisme : pour Didier Bolelli « Tout Occidental, voyageant à titre professionnel ou privé, est devenu une cible »

16/07/2015 – MONDE (NOVOpress)

Didier Bolelli, président de Geos, fait preuve de lucidité sur le monde tel qu’il est réellement. L’éditorial qu’il signe dans la dernière lettre d’information de cette société spécialisée dans la sécurité conseille à ses clients de s’adapter en conséquence :

Les évènements récents viennent encore de nous rappeler, si besoin en était, à quel point nous sommes confrontés à une menace terroriste diffuse, transnationale et multiforme. Ainsi, et il faut malheureusement le prendre en compte de manière permanente, tout Occidental, voyageant à titre professionnel ou privé, est devenu une “cible” pour les mouvements terroristes.

Et pourtant, dans ce contexte marqué par la multiplication des zones crisogènes, les entreprises doivent pouvoir continuer à développer leurs activités, rechercher et conquérir de nouveaux marchés. Les voyageurs d’affaires et les expatriés sont donc exposés, de plus en plus, à une grande diversité de risques (instabilité politique et sociale, agressions, chantage, kidnapping, terrorisme, etc.). Leur sécurité est ainsi devenue un enjeu majeur et aux conséquences multiples pour l’entreprise… »
Les valeurs de la civilisation occidentale, pour ne pas dire américaine, ne sont visiblement pas partagées par toutes les autres civilisations humaines. Quant au « Vivre-Ensemble », ce n’est pas parce que l’on rajoute simplement l’adjectif « bien » devant que la cohabitation civilisationnelle tournera forcément bien sur le sol européen.

Crédit photo : Dicod. Capture d’écran d’une intervention de Didier Bolelli alors qu’il était encore inspecteur général des armées terre

Risque élevé d’attentat terroriste djihadiste en Espagne

10/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
“Nous sommes au niveau d’alerte maximum depuis les attentats du 11 mars 2004 à Madrid”, qui firent 191 morts et 2.000 blessés, affirme le ministre espagnol de l’Intérieur Jorge Fernandez-Diaz, jugeant que la “menace djihadiste” place la situation sécuritaire à son niveau “le plus critique” depuis les attentats du 11 mars 2004.

Attentat en Isère : Yassin Salhi mis en examen, il était en lien avec Forsane Alizza

01/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Yassin Salhi tente d’éluder le caractère terroriste de la tuerie de Saint-Quentin-Fallavier, mais tout converge pour désigner un attentat islamique. Il a été mise en examen.

L’auteur de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier se réfugie derrière des « motifs personnels » et une « amnésie » pour réfuter toute dimension religieuse de ses actes. Le parquet n’a pourtant guère de doute sur la nature terroriste de cet acte, et a mis Yassin Salhi en examen notamment pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste à l’issue de sa garde à vue. Il semblerait en effet qu’il ne faille pas être un fin limier pour rassembler les pièces du puzzle islamique :

  • La tête tranchée, couverte d’inscriptions en arabe et encadrée de deux drapeaux portant la profession de foi islamique est un mode opératoire et une mise en scène typique de l’État Islamique.
  • La tentative d’attentat-suicide, le chauffeur-livreur de 35 ans ayant tenté de faire exploser des bonbonnes de gaz en les percutant avec son véhicule.
  • Les deux clichés macabres qui ont été transmis à Sébastien Yunes, un djihadiste français actuellement en Syrie, via l’application WhatsApp. Sur le premier, on pouvait voir le corps de la victime, enveloppé d’un drapeau islamique, sa tête posée sur le tronc. Le second est un selfie de Yassin Salhi avec la tête de sa victime. Sur un téléphone saisi chez les proches de Sébastien Yunes, une conversation WhatsApp montre que ce dernier connaît Yassin Salhi, et qu’il serait même « une des causes pour lesquelles il a fait ça ».

« Tout son comportement démontre que, dès la veille au soir, il avait conçu son projet criminel terroriste », confirme le procureur de Paris, François Molins, en charge du dossier.

Lire la suiteAttentat en Isère : Yassin Salhi mis en examen, il était en lien avec Forsane Alizza

Aymeric Chauprade : pas de place pour les « tièdes » dans le combat contre le totalitarisme islamique

Euractiv, le site euro-atlantiste qui réclame la tête d'Aymeric Chauprade

Source : Boulevard Voltaire

« La France est en guerre avec des musulmans », disiez-vous dans une vidéo qui vous a valu bien des ennuis avec votre propre parti. Vous le maintenez ?
J’aurais préféré me tromper ! Oui, la France est en guerre avec des musulmans, elle est en guerre avec une part non négligeable des musulmans qui vivent à l’extérieur ou chez nous, profitent d’ailleurs des largesses de notre État-providence tout en étant hostiles à ce que nous sommes, à nos valeurs, à notre civilisation.
Il faut avoir le courage de le dire, parce que c’est une vérité essentielle à reconnaître si nous voulons maintenir l’unité de notre nation. S’il devait y avoir une seule raison ayant justifié mon passage de la société civile à l’engagement politique, c’est cette conviction profonde que le totalitarisme islamique nous mène une guerre implacable, et que notre classe politique refuse de regarder cette réalité en face, comme elle a refusé de le faire dans les années 30 face aux totalitarismes nazi et communiste.

Le terrorisme continue d’être analysé en France comme une simple manifestation criminelle, comme une sorte de désordre psychologique (avez-vous remarqué cette épidémie de « fous » qui crient « Allah Akhbar » en agressant des gens ?) appelant des réponses sociales et judiciaires. Or, le terrorisme islamique, c’est l’expression, pour l’instant sporadique, d’une guerre mondiale contre ce que nous sommes, et cette guerre est d’autant plus inquiétante que son réservoir de recrutement en Europe est énorme.

Vous êtes d’accord avec Christian Estrosi quand il parle de « 5e colonne » à propos des islamistes en France ?
Peu importe de savoir si c’est lui qui est d’accord avec moi ou l’inverse, et puis il y aussi Nadine Morano ou Jacques Myard et d’autres encore qui emploient cet expression de « 5e colonne » pour désigner le puissant ennemi intérieur qui est en train de grandir sur le territoire national. Quand il s’agit de résistance face à l’ennemi, il faut être capable de refuser le sectarisme politique…
Le problème, c’est que cette 5e colonne, ce ne sont pas seulement les 5.000 fiches dites « S » que l’on ne surveille même pas, c’est plus que cela, c’est l’immense armée des sympathisants, de ceux qui se sentent de l’Oumma plus que de France, de ceux qui, à mesure que le rapport de force démographique leur est favorable, sont de plus en plus tentés par le passage à l’acte. J’ose le dire, l’unité d’une nation est incompatible avec une masse de gens qui rêvent mentalement de prendre le dessus sur vous, de mettre à terre votre civilisation, et ces gens-là, j’en suis le premier désolé, mais ils sont déjà des centaines de milliers en France.

Lire la suiteAymeric Chauprade : pas de place pour les « tièdes » dans le combat contre le totalitarisme islamique

Le réveil de Juppé ? Il dénonce une épicerie islamique

23/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Alain Juppé semble découvrir (enfin) la nature de l’islam. Il dénonce une épicerie tenue par un couple de convertis à l’islam qui impose des horaires séparés pour les hommes et les femmes

« Les frères : le lundi, mardi, mercredi et vendredi. Les sœurs : le samedi, le dimanche », ont-ils écrit sur une petite pancarte affichée à l’entrée de leur épicerie, sise dans le quartier historique de Saint-Michel, à Bordeaux. Avec la ferveur des nouveaux convertis, Soumaya (auparavant, Jessica) et Yahya (qui s’appelait Jean-Baptiste) ont appliqué pour leur épicerie l’apartheid sexuel au delà même de ce qu’exigeraient les préceptes islamiques, selon un imam interrogé par France 3.

Dans la religion, la mixité est interdite pour éviter la tentation

se justifient les épiciers. Les reportages de la presse locale –écrite et télévisuelle– font réagir jusqu’aux associations musulmanes, chagrinées de voir l’image de cette belle religion de paix et de tolérance abîmée par le comportement de quelques zélotes. Le maire de la capitale girondine, pourtant connu pour les positions islamophiles, s’en est ému, au nom des principes républicains d’égalité et de mixité. Bienvenue dans le monde réel, Monsieur le Maire !

Je m’appelais Jessica, je suis née et j’ai grandi à Bordeaux, dans une famille où on ne pratiquait aucune religion. J’étais esthéticienne, la religion ne m’intéressait pas. Puis, à une période, il s’est produit des deuils autour de moi, j’étais perdue, beaucoup de doutes. Alors j’ai pensé à la religion comme secours, j’ai lu la Bible, la Torah et le Coran. Et là, dans le Coran, j’ai trouvé mes réponses, la paix, la justesse. Je n’avais jamais fréquenté de musulmans.

Face à la polémique et aux risques de sanctions pénales – trois ans de prison et 45 000 euros d’amende –, les commerçants ont décidé hier d’abandonner la pratique de jours séparés pour les clientèles féminine et masculine, du moins de manière visible. Car si la presse, qui parle d’un couple de “néo-musulmans” (sic), et M. Juppé paraissent offusqués par cette atteinte à la mixité, c’est pourtant ce que réclament déjà un certain nombre de musulmans avec les horaires aménagés dans les piscines publiques ou les cours de sport.
L’islam et le Vivre ensemble, ce n’est pas pour maintenant.

Crédit photo : capture d’écran du reportage de France 3 Aquitaine du 22/06/15 sur l’épicerie bordelaise qui a fait polémique


Lire la suiteLe réveil de Juppé ? Il dénonce une épicerie islamique

Un employé d’Orange fournissait les coordonnées de cibles à Forsane Alizza

12/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Forsane Alizza disposait de relais au sein de l’opérateur Orange, ce qui lui a permis de constituer une liste de noms et d’adresses de cibles potentielles dans le monde politique et médiatique.

Outre différentes cibles à caractère antisémite (magasins et restaurants juifs, un magistrat à patronyme israélite) et liés à la droite patriote (les leaders du Bloc identitaire ou du site Fdesouche), le groupe présumé terroriste Forsane Alizza voulait s’en prendre à des personnalités politiques. C’est l’un des éléments intéressants du procès des « cavaliers de la fierté » qui se déroule en ce moment.

Mohamed Achamlane, l’« émir » autoproclamé de Forsane Alizza, avait reçu d’un complice travaillant chez Orange une liste de noms, d’adresses, de téléphones fixes et mobiles de personnalités politiques telles que Nicolas Sarkozy, Roselyne Bachelot, Édouard Balladur, Jean-Louis Boorlo, Dominique de Villepin, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Louis Debré ou encore Philippe Douste-Blazy. Forsane Alizza obtient aussi toutes les coordonnées de figures médiatiques comme Éric Zemmour ou Silhem Hachbi du mouvement « Ni pute, ni soumise ».

Insatiable, Mohamed Achamlane avait même exigé des coordonnées « de flics, de magistrats, de députés, etc., qu’on ait une grande base de données, pour avoir un moyen de pression important ». « Moyen de pression », telle est la ligne de défense des « cavaliers de la fierté » :

Je voulais qu’on nous craigne. Or, j’ai remarqué que quand on montre à une personne qu’on sait où elle habite, elle se calme.

D’ailleurs, si la plupart des armes saisies par la police étaient démilitarisées, l’un des membres du groupe était parti en Belgique pour savoir comment les rendre opérationnelles. N’a-t-il jamais voulu s’en servir contre quelqu’un ? « Quand on a une famille menacée de mort chaque jour… » L’ambiance qui régnait au sein de Forsane Alizza était d’ailleurs empreinte de cet amour et de cette paix dont tout un chacun sait que l’islam est rempli :

Laissez-vous aller bande de chiens galeux, on va vous descendre un par un

énonçait par exemple un message retrouvé sur l’ordinateur du groupe. Sans doute Mohamed Achamlane se disait-il aussi que quand on descend quelqu’un, « elle se calme »…
Dans un esprit de conciliation, Mohamed Achamlane a par ailleurs déclaré « A l’issue de ma peine, je quitterai la France ». puisse-il se souvenir de ses propos le moment venu.

Crédit photo : capture d’écran d’une vidéo de propagande de Forsane Alizza


Criminalité : la France sauvage

Seine-Saint-Denis : la manifestation lycéenne en hommage à Rémi Fraisse vire à l'émeute

Source : Boulevard Voltaire
Nous reprenons ci-dessous la carte publiée par Boulevard Voltaire des 56 « Quartiers sensibles de non-droit » de France métropolitaine et l’analyse du criminologue Xavier Raufer

En exclusivité pour Boulevard Voltaire, voici en France métropolitaine, dans les 23 départements concernés, les 56 « Quartiers sensibles de non-droit ».

« Politique de la ville » : le retour. Après les attentats du début janvier, le gouvernement a promis des mesures fortes pour la « politique de la ville ». Il soulignait alors « l’urgence d’agir en faveur des banlieues… de dénoncer la relégation périurbaine des ghettos ». Dès lors, maints ronflants bidules, genre « Conseil national des politiques de lutte contre l’exclusion », ont gambergé. Le 6 mars 2015, se tenait enfin, en grande pompe, un « Comité interministériel des villes » : 16 ministres et secrétaires d’État y planchèrent sur le thème « égalité et citoyenneté, la République en actes ».
Ce comité aurait d’abord pu expliquer aux Français par quel miracle, plus encore de politique de la ville aurait un effet positif, au vu de l’absolu échec de ladite politique, ces trois décennies écoulées. Et pourquoi des enragés à la Merah, Kouachi, etc., cesseraient-ils de massacrer des innocents si l’on accroissait la mixité sociale, eux qui vomissent toute proximité avec des infidèles ? Ayant éludé cela, le conseil s’est borné à poser des cautères sur quelques jambes de bois – même Le Monde a déploré un exercice « sans mesures-chocs ni gros moyens ».
Le désastre est à venir… Ainsi, parions que la situation se dégradera encore dans les « quartiers sensibles de non-droit ». Et là, prévenons nos gouvernants : plus de chaos encore dans ces cités et alentours compromettra forcément, à terme, la stabilité sociale du pays entier.
Car il se sait de longue date – sauf peut-être au « Conseil national des politiques de lutte contre l’exclusion » et autres gadgets médiatiques – que la survie autonome de tout organisme vivant, individu ou corps social, tient à un ordre interne stable et constant. Dès le XIXe siècle, le professeur Claude Bernard résumait d’une fulgurante formule cette obligation : « La fixité du milieu intérieur est la condition de la vie libre ». Les militants et travailleurs sociaux curieux d’en savoir plus chercheront avec profit au dictionnaire le terme savant (homéostase) de ce maintien stable et constant de l’environnement interne.
Or les « quartiers sensibles de non-droit » sont tout, sauf homéostatiques. Le désordre y règne. Le chaos y pointe. Si l’ordre n’y est pas rétabli sans tarder, s’ils s’enkystent et métastasent encore, de graves périls nous attendent, en matière de crime organisé ou d’islamisme armé.
En exclusivité pour Boulevard Voltaire, voici en France métropolitaine, dans les 23 départements concernés, les 56 « Quartiers sensibles de non-droit » (QSN, dénomination officielle).

Xavier Raufer

France : la menace terroriste explose

13/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
François Molins, procureur de Paris, évoque dans Le Figaro l’accroissement des risques terroristes auxquels la France doit faire face.

Ce ne sont pas moins de 118 enquêtes liées au terrorisme en Syrie et en Irak qui sont ouvertes à Paris.

Depuis fin 2013, le nombre des dossiers a explosé de 180 % ! explique le procureur.

La DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) suit actuellement 1 600 personnes dans le cadre de la prévention des actions terroristes. Une tâche très complexe, selon François Molins, au vu de la difficulté d’estimer correctement la menace que représente une personne suspecte. En cause, des individus très discrets qui « émettent des signaux très faibles, quasiment indécelables par les services de renseignement ». À l’image d’Amedy Coulibaly, le tueur de l’hyper Cacher ou Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat contre des églises en banlieue parisienne.

Il est impossible de suivre des milliers et des milliers de personnes donc, il faut cerner ceux qui nécessitent un vrai suivi.

Lire la suiteFrance : la menace terroriste explose

Australie : une école islamique interdit aux filles de courir

24/04/2015 – AUSTRALIE (NOVOpress)
En Australie, une enquête a été ouverte cette semaine sur une école islamique qui a interdit aux filles de participer à des courses à pied de peur qu’elles ne « perdent leur virginité ».

Le directeur estime qu’il existe des preuves scientifiques qui montrent que si les filles se blessent, par exemple si elles se cassent une jambe en jouant au football, elles peuvent devenir stériles.


 

 

Les racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu “d’histoire sainte” islamique

Les racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu "d'histoire sainte" islamique

Ci-dessus : Décapitation du poète Al-Nadr sur ordre de Mahomet, parce qu’il avait raconté des histoires drôles sur lui.

Par “Hélios d’Alexandrie

Le sang des victimes n’avait pas encore séché que les bien-pensants s’évertuaient à expliquer le massacre. Il faut chercher disent-ils les causes sous-jacentes à la radicalisation des musulmans, les causes socio-économiques par exemple, car les choses ne sont pas aussi simples qu’il n’y paraît. L’exclusion, la précarité, l’aliénation, la révolte contre un ordre social injuste, etc. On croirait entendre Tariq Ramadan quand il justifiait les horreurs perpétrées par Mohammed Merah à Toulouse il y a moins de trois ans.

Le public se laissera-t-il berner encore une fois? Non mesdames et messieurs les bien-pensants, cette fois le public ne vous suivra pas bien loin. Continuez à vous illusionner sur votre pouvoir de désinformer, les gens ne sont plus dupes, on peut même dire que les adeptes du « vivre ensemble » à n’importe quel prix, ont finalement perdu leur « innocence » avec leurs illusions. On ne vit pas à égalité avec les islamistes, on se soumet à eux dans l’humiliation ou on meurt.

Les islamistes ont leur façon à eux de nous dire qui est le maître. Ils prennent les moyens qu’ils jugent appropriés pour nous convaincre de renoncer morceau par morceau à cette civilisation, historiquement la plus achevée et la plus humaine, que nos aïeux ont édifiée, non sans sacrifices ni sans douleur. Nous avons certes raison de nous inquiéter pour la liberté d’expression, elle est aujourd’hui sérieusement amochée, mais qui s’inquiétait hier du Processus d’Istanbul, où l’on a vu des hommes politiques islamistes et des personnalités politiques occidentales de premier plan comme Hillary Clinton, s’allier pour museler les critiques de l’islam?

Les islamistes, c’est connu, sont passés maîtres dans la distribution des rôles: Erdogan et son ministre des affaires étrangères s’insurgent contre «l’islamophobie», véritable «crime contre l’humanité» selon eux; mais ce sont d’autres islamistes, plus jeunes, moins connus, mais bien financés et bien entraînés qui punissent le «crime». Le sang répandu dans la salle de réunion de Charlie Hebdo, les potentats musulmans du Qatar, d’Arabie Saoudite et de Turquie en ont plein sur les mains.

Erdogan a pour son dire qu’il n’y a pas islam et islamisme, l’islam c’est l’islam ! On ne peut que lui donner raison, et le massacre de Charlie Hebdo, n’en déplaise aux adeptes de la rectitude politique, c’est aussi et surtout l’islam. Ceux qui l’ont perpétré seront élevés au rang de héros, ils ont lavé l’honneur de Mahomet et par le fait même l’honneur de l’islam et des musulmans; en cela ils ont suivi l’exemple de leur «beau modèle» tel que rapporté dans la Sira, la biographie de Mahomet. Contrairement aux aveugles volontaires qui s’acharnent à ne pas voir l’évidence, les islamistes ne s’étonnent pas d’un tel crime, ouvertement ou en privé ils s’en féliciteront, ils s’abstiendront peut-être de danser dans les rues, mais ils ne cacheront ni leur satisfaction ni leur morgue.

Un peu « d’histoire sainte » islamique

Lire la suiteLes racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu “d’histoire sainte” islamique

Amédy Coulibaly explique ses actes et prête allégeance à l’Etat islamique [Vidéo]

Amédy Coulibaly explique ses actes et prête allégeance à l'Etat islamique [Vidéo]

11/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Dans une vidéo qui prouve qu’il bénéficiait de complicités, Amédy Coulibaly explique ses actes, et revient sur l’attaque meurtrière de Charlie Hebdo par les frères Kouachi. Dans cette vidéo, Amédy Coulibaly prête également allégeance à l’Etat islamique.

Un attentat islamiste déjoué en Australie

Un attentat islamiste déjoué en Australie

20/09/2014 – BRISBANE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Une opération anti-terroriste de grande envergure est menée depuis le début de la semaine dans les banlieues de l’immigration de Sydney et Brisbane.

Parmi les personnes appréhendées, un agent de l’Etat islamique qui avait reçu pour mission de « sélectionner des gens au hasard afin de les exécuter de manière plutôt horrible ». Ces exécutions barbares devaient être filmées, dénotant selon le procureur en charge du dossier « un degré inhabituel de fanatisme ». Ce vaste coup de filet des autorités australienne ne met naturellement pas fin aux menaces d’attentat de l’Etat Islamique, et l’Australie vient de relever sine die son niveau d’alerte.

Pour le ministre de l’Immigration « la menace très réelle [à laquelle l’Australie est confrontée], justifie une réponse musclée du gouvernement ». Le ministre poursuit « ces gens-là, j’ai le regret de le dire, ne nous haïssent pas pour ce que nous faisons, ils nous haïssent pour ce que nous sommes et la façon dont nous vivons ».

Photo en Une : Brisbane. Crédit photo : andzzz, via Wikipédia, (cc).