Martine Aubry et la conformité à la charia d’une piscine lilloise [vidéo]

Martine Aubry et la conformité à la charia d'une piscine lilloise

Etranges discordances entre les dires de Martine Aubry et l’enquête sur place de l’émission Thema de Arte, concernant une piscine publique conforme à la charia à Lille, ville dont Martine Aubry est le maire. Cela gênerait-il Martine Aubry sur le plan national ?

*** Cette vidéo a malheureusement un décalage du son.

Les mosquées envahissent-elles la France ? [vidéo]

[box class=”info”]Une vidéo qui circule sur le net et que l’on nous a signalée compte déjà 70 000 visualisations rien que pour son hébergement sur YouTube. [/box]

Année après année, la croissance exponentielle du nombre de mosquées en France s’aggrave. Cette croissance a lieu grâce à la complicité des élus de gauche comme de droite, qui violent la loi de 1905 pour favoriser et financer la construction de mosquées.

1965 : 5 mosquées
1985 : 913 mosquées
1999 : 1536 mosquées
2010 : 2359 mosquées
2020 : ?

Mais n’est-ce pas le symptôme d’un fait beaucoup plus grave : une colonisation galopante par immigration de populations musulmanes, immigration légale et illégale, avec substitution de population, que les gouvernants et lobbies laissent faire voire encouragent ?

Le Parti socialiste et la langue de bois : récit d’une prise de contact [audio]

Le Parti socialiste et la langue de bois : Récit d'une prise de contact

Les scandales qui touchent actuellement le Parti socialiste et Martine Aubry plus particulièrement (accointance avec la mouvance musulmane intégriste, gestion de la Mairie de Lille et clientélisme musulman, etc.) devraient mettre les potentiels adhérents en éveil : ce parti n’est manifestement pas aujourd’hui le parti de tous les Français, mais bien le parti de tous les prosélytismes, tantôt envers les musulmans, tantôt envers les gays ou encore envers les immigrés clandestins.

Un citoyen socialiste et laïque a-t-il sa place aujourd’hui au sein du Parti socialiste ? C’est ce qu’à souhaité savoir Monsieur Gilbert, adhérent potentiel au Parti socialiste de Lille (59) qui souhaitait néanmoins, avant de franchir le pas avoir, quelques éclaircissements sur les pratiques communautaires instaurées par Martine Aubry ainsi que sur les liens souhaités entre Ségolène Royal et l’extrême gauche française.  La gène et la langue de bois étant manifestement de mise à la fédération nordiste du Parti socialiste, nul doute que M. Gilbert interrogera prochainement la rue de Solferino afin de savoir si oui ou non, il peut adhérer au Parti Socialiste avec l’assurance de ne pas servir de relais à des idées toutes sauf socialistes.

[MEDIA not found]

Des fonctionnaires de l’Education nationale pour encadrer la future école musulmane de Bordeaux

Des fonctionnaires de l'Education nationale pour encadrer la future école musulmane de Bordeaux

19/07/11 – 10h45
PARIS (NOVOpress)
« Un projet embryonnaire pour l’instant », affirme Abderrahim Guantaoui, le secrétaire de l’association bordelaise « Le Palmier des Savoirs » qui s’est déclarée à la préfecture de la Gironde le 28 juin dernier. Pas tout à fait non plus à l’état fœtal cependant mais déjà plus développé. « Le Palmier des Savoirs » a pour objet « la formation et l’éducation, et notamment la création et la gestion de tous établissements périscolaires et/ou scolaires, maternelles, primaires et secondaires ». Ce projet commencera par l’ouverture d’une classe de maternelle avec un effectif d’une quinzaine d’enfants.

« Un noyau, une graine, d’où pourra germer un véritable groupe scolaire », selon monsieur Guantaoui. « Nous avons la promesse des mosquées de Bordeaux et alentours (six au total) (et conséquemment la bénédiction de l’UOIF(1)) et de nombreuses familles musulmanes quant au financement de ce projet ; nous souhaitons rester indépendants et nous ne pensons pas, dans un premier temps, faire appel à la municipalité de Bordeaux. Toutefois, à terme, nous voulons que nos établissements privés soient sous contrat ».

Ce qui, évidemment, symboliquement et financièrement, n’est pas neutre… Encadrée par des professionnels de l’éducation, cette première maternelle vise « l’excellence ». « De nombreux enseignants nous soutiennent et sont prêts à participer à ce projet ».

Rien là en fait d’étonnant puisque Abderrahim Guantaoui, ainsi que le président (monsieur Nouri) de cette association, qui gérera les lieux, sont des conseillers principaux d’éducation titularisés attachés au rectorat de l’Académie de Bordeaux et attendent pour l’instant leurs affectations pour la rentrée prochaine, probablement dans des zones de remplacement !

On peut se demander ce que pensera le SNES FSU lorsque  les enseignantes de ce groupe scolaire en formation participeront voilées aux corrections des épreuves du brevet ou du bac. Rappelons que le syndicat précité a poussé des cris d’orfraie lorsqu’en Poitou-Charentes des professeurs de l’enseignement privé sous contrat ont corrigés des copies alors qu’elles portaient leur habit religieux. La loi du 15 mars 2004 stipulant que « tout signe ostentatoire d’appartenance à une religion est interdite dans les établissements scolaires », l’épiderme laïcard de la FERC-CGT, de la FSU, du SGEN-CFDT et de l’UNSA Education, sera-t-il aussi sensible face aux signes ostentatoires islamiques ?

Quant à l’emplacement de cette école coranique « le mieux, l’idéal serait pour nous à Bordeaux centre », ajoute Abderrahim Guantaoui. « A défaut, le quartier du Grand Parc conviendrait très bien, puisque nous serions ainsi à proximité immédiate d’une population concernée ». « Nous avons la nécessité d’un espace extérieur, c’est-à-dire d’une cour de récréation, d’au moins une salle, d’un gymnase et d’un lieu de restauration adapté, un lieu qui nous permette de nous développer ». On voit mal comment cette association, qui gérera cette école, puisse se passer de l’accord des opérateurs institutionnels locaux dans cette zone de 9496 habitants et près de 53% d’HLM avec un « urbanisme affinitaire »

Bien qu’aucune date ne soit pour l’instant retenue quant à l’ouverture de cet établissement, « Le Palmier des Savoirs » indique que « seul manque pour l’instant la détermination de l’endroit adéquat ». En fait le projet est déjà bien avancé puisqu’un planning des activités périscolaires est d’ores et déjà organisé : soutien scolaire le soir et le mercredi après-midi, cours d’arabe pour adultes et enfants le dimanche etc.

A en juger par les réactions spontanées et positives de la communauté musulmane de Bordeaux qui s’expriment sur différents réseaux sociaux et les forums qui lui sont destinés, personne ne peut plus douter de la détermination du « Palmier des Savoirs », de leurs réseaux. Personne ne peut plus dire dès à présent que ce projet est un fantasme ou un épouvantail monté en épingle par les opposants à l’islamisation organisée et ainsi pratiquée. La mairie de Bordeaux, le rectorat, le conseil général doivent désormais établir clairement leur position quant à ce sujet face à une possible montée au créneau des bordelais et autres habitants de la CUB mis bientôt au pied du mur d’une confrontation culturelle et éducative et qui s’interrogent légitimement sur le surcroît d’impôts que représente ce projet (aides, subventions « voilées », taxes foncières, taxes d’habitations que ne manqueront pas de concocter les très chères officines institutionnelles, laïques, paraît-il).

1)  Union des Organisations Islamiques de France, émanation du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche dirigé par le sulfureux Cheikh Youssef Al Qardaoui, islamiste notoire, vénéré dans tous les pays musulmans.

Le Conseil européen pour la fatwa et la recherche est une fondation musulmane privée dont le siège se situe à Dublin, en Irlande. Il a vu le jour les 29 et 30 mars 1997 à l’initiative de l’Union des organisations islamiques en Europe (UOIE). Composé de membres cooptés dont les deux tiers résident en Europe, il est dirigé par le Qatariote d’origine égyptienne Youssef Al-Qardaoui.

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?

18/07/2011 – 16h30
BERLIN (NOVOpress) — Mardi dernier, la journaliste Güner Balci fit un tour dans Berlin avec Thilo Sarrazin pour tourner une émission de la série « Aspekte (aspects) », diffusée par la ZDF (seconde chaîne publique allemande). Ce tour comprenait aussi une visite du « Kulturzentrum anatolischer Aleviten e.V. » (Centre culturel des Alévites d’Anatolie). Mais devant ce bâtiment, un comité d’accueil constitué de membres de cette communauté l’a accueilli en scandant « Dégage ! ». Un incident que Sarrazin a commenté sèchement : « Ils se comportent de manière antidémocratique et confortent ainsi les préjugés envers eux ».

On pouvait jusque-là défendre l’opinion selon laquelle les Alévites ne seraient en fait pas de vrais musulmans, que leur conception de la religion serait modérée, qu’ils seraient bien intégrés, qu’ils participeraient activement au marché du travail et qu’ils s’insèreraient bien dans la société…

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?Güner Balci rapporte ainsi dans Welt.de : « Il se constitue, parallèlement à cela, un autre groupe qui ne cesse de hausser le ton, qui n’est absolument pas intéressé à nouer un dialogue et qui n’est pas disposé à permettre que d’autres le fassent. Car pour eux Sarrazin n’est ni plus ni moins qu’un raciste. Le fait que presque un million et demi de personnes aient acheté son livre et que chacune de ses conférences soit archicomble ne les intéresse pas. Ils vivent dans un monde où il y a des amis et des ennemis, et rien entre les deux. L’Allemagne, un pays rempli de racistes. Et parce que beaucoup partagent ce sentiment, notre visite à Kreuzberg a tourné court, le döner prévu n’a pas pu être consommé (…). Le groupe qui braillait devant son restaurant l’a menacé d’une émeute s’il acceptait de servir Sarrazin. Il s’était pourtant préparé des jours à l’avance à cette rencontre et avait pensé poser des questions intéressantes à l’ancien sénateur en charge des finances. »

La communauté alévite est restée murée

Juste un peu plus loin que le restaurant turc Hasir, situé Oranienstraße, se trouve la centrale berlinoise des nationalistes turcs, également appelés les loups gris. Leurs membres aiment manger au Hasir et Dieu sait qu’ils ne sont pas spécialement connus pour leur amour de la bonne entente entre les peuples. Mais cela n’a jamais gêné personne ici. Même la communauté alévite, si libérale et ouverte à tous, nous a fermé la porte au nez. On nous a fait savoir qu’après une discussion approfondie, on aurait changé d’idées et que l’on ne veut pas accueillir quelqu’un comme Sarrazin. Finalement, le chœur des agités entame un « Sarrazin doit quitter Kreuzberg », crie de plus en plus fort et de plus en plus vite et je sens, chez ces braillards, le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on tient un « méchant » : “Nous sommes les gentils et nous nous serrons les coudes lorsqu’il le faut, même avec nos brebis galeuses – contre les autres.” »

Une vidéo de l’événement, tournée par les membres de la communauté turque, est disponible sur Youtube

[youtube width=500]ZQOu4Ljbl10[/youtube]

La haine secrète qu’entretient le Pakistan à l’égard de l’Inde

La haine secrète qu'entretient le Pakistan à l'égard de l'Inde

18/07/2011 – 14h30
PARIS (NOVOpress) – Les médias français répètent tant et plus que les musulmans sont compatibles avec la République et que l’islam est une religion comme les autres. Les élites de gauche, comme Emmanuel Todd, reprennent également cette antienne pour dénoncer tous ceux qui contestent l’idéologie officielle de l’assimilationnisme. Comment prouver qu’ils ont tort ? Comment démontrer que la République, machine à fabriquer des Français, est un mythe ? Que le système ne fonctionne, tant bien que mal, que dans la mesure où les Français sont encore majoritaires ?

Une des solutions consiste à se tourner vers des pays qui ont connu des minorités musulmanes puissantes afin de voir si dans ce contexte les musulmans se sont comportés comme de bons citoyens et si l’islam a vraiment été une religion comme les autres.

Dans le Wall Street Journal, l’écrivain indien Aatish Taseer, le fils du gouverneur pakistanais Salman Taseer, récemment assassiné par un islamiste, a publié une intéressante tribune pour expliquer les raisons de la haine que les Pakistanais ressentent à l’égard de l’Inde.

En partant des relations difficiles du fils d’un Pakistanais et d’une Indienne, l’auteur analyse les raisons qui ont conduit à la partition de l’Inde et la création d’un État musulman.

Comme avant lui V. S. Naipaul dans son livre Crépuscule sur l’Islam puis Jusqu’au bout de la foi, Aatish Taseer met en lumière l’impossibilité pour les musulmans de se contenter d’être une religion parmi les autres. En Inde, dès 1930, écrit-il, les musulmans ont désiré la création d’un État à eux où ils pourraient vivre selon les préceptes de leur religion. En dépit de leurs divergences, les musulmans soutenant ce projet s’accordaient au moins sur un point : ce nouvel état ne serait ni pluraliste ni tolérant.

La partition, finalement acceptée et mise en pratique par les Britanniques en août 1947, s’est vite transformée en drame car les musulmans ne voulaient pas de non musulmans parmi eux. Cette politique de nettoyage ethnique a conduit à l’exode massif d’hindous et autres minorités vers l’Inde qui à son tour a suscité des violentes représailles.

Le nouvel État, islamiquement pur, a cherché par tous les moyens à se détacher de la culture du sous-continent indien. De la manière de s’habiller aux fêtes populaires, tout se qui rappelait l’Inde d’avant la partition a été suspecté d’impureté. Pour effacer ce passé rejeté, le Pakistan a voulu à se doter d’une nouvelle culture purement musulmane en cherchant son inspiration dans le monde arabe.

Malheureusement, s’il était possible d’ignorer le passé commun avec l’Inde, il était difficile de faire abstraction de l’immense voisin infidèle, innondant la société pakistanaise de ses productions culturelles, de ses chanteurs populaires aux films produits à la chaîne par Bollywood.

La faillite de l’État pakistanais, incapable de gérer pacifiquement une seule transition politique, contrastait puissamment avec la vigoureuse démocratie indienne. La croissance de l’Inde à partir des années 1990 a choqué un Pakistan englué dans une interminable faillite économique. Aatish Taseer insiste sur le mal être des Pakistanais, forcés d’admettre la réussite économique et culturelle d’un voisin qu’ils abhorrent parce que sa seule existence est un affront à leur religion.

Cette détestation de l’Inde imprègne toute la société pakistanaise, de ses élites éduquées aux classes les moins instruites. Elle explique la complaisance des autorités pakistanaises à l’égard des terroristes islamistes qui frappent en Inde, pas plus tard que le 13 juillet dernier à Mumbai. La lecture de l’analyse de Aatish Taseer doit nous inciter à reconsidérer l’analyse des populations musulmanes qui résident en France à la lumière de l’expérience des pays comme l’Inde qui nous ont précédés dans cette douloureuse expérience.

Ce sont des hommes comme Aatish Taseer ou V. N. Naipaul qui peuvent dessiller les yeux des Européens. Encore faut-il que nos compatriotes aient le courage de sortir la tête du sable. Le livre de Aatish Taseer dans lequel il relate son expérience personnelle, Étranger à mon histoire, a été publié en 2009 par Buchet-Chastel.

Un adolescent « britannique » tué à la tête d’une unité islamiste en Somalie

Un adolescent « britannique » tué à la tête d’une unité islamiste en Somalie

18/07/2011 – 13h00
LONDRES (NOVOpress)  — L’information est disponible depuis une semaine mais elle était passée inaperçue jusqu’à ce que le Sunday Mirror, édition dominicale du tabloïd Daily Mirror, lui consacre un article hier.

Le 11 juillet, le forum islamiste Ansar al-Mujahideen English Forum a publié un long message en anglais par « le frère moudjahid Abu Yaser al-Maqdishy », qui exalte les combattants islamistes tombés en Somalie et exhorte tous les musulmans à venir les remplacer. Au milieu d’appels ressassés au djihad contre tous les ennemis d’Allah, « les sionistes et les croisés », on trouve un passage sur « les nombreux pionniers du Tawhid » qui « sont partis avec un aller simple pour le paradis promis ». « L’un d’entre eux était un frère adolescent qui renonça à profiter de sa jeunesse parmi les plaisirs du Royaume Uni. Il décida de chercher les plaisirs d’Allah et l’appréciation de Sa divine Majesté pour son combat, c’est pourquoi il émigra vers la région du djihad somalien, reçut un entraînement, combattit, et fut finalement tué au service de son Bien Aimé, Allah, le Glorifié et l’Exalté. Il était le chef de notre unité, mais ce n’était pas un chef ordinaire. »

Le Mirror qualifie Abu Yaser al-Maqdishy de « seigneur de la guerre d’Al-Qaida », et affirme qu’« Al-Qaida a refusé de donner plus de détails pour essayer d’empêcher les forces de sécurité britannique de mener une enquête ». Mais « la Somalie est devenue le plus grand camp d’entraînement mondial pour terroristes et les experts estiment qu’il y a actuellement une centaine de Britanniques qui s’y entraînent et y combattent ».

Le Mirror n’est certes pas une source bien fiable, mais les télégrammes diplomatiques Wikileaks, analysés par le beaucoup plus sérieux Daily Telegraph, avaient révélé en février que la Somalie était en passe de remplacer le Pakistan comme centre de formation des terroristes islamiques (à passeports) britanniques. Le gouvernement anglais prend très au sérieux le risque d’attentats terroristes de la part de « Somaliens britanniques » radicalisés, partis en Somalie pour y recevoir « endoctrinement et formation » puis rentrés en Grande-Bretagne pour se livrer au terrorisme. Bon nombre d’habitants de la région sont titulaires d’un passeport britannique. Beaucoup de jeunes « Somaliens britanniques » sont envoyés sur place par leurs familles pour les « redresser ». « On croit en outre qu’il y a une certaine activité de “tourisme djihadique” en Somalie du Sud de la part de citoyens britanniques d’origine ethnique somalienne ».

C’est dans ce contexte que la Cour européenne des droits de l’homme vient d’interdire au Ministère de l’Intérieur britannique de renvoyer dans leur pays deux criminels somaliens, Abdi Sufi, 24 ans, qui a fait l’objet d’au moins dix-sept condamnations pour, entre autres, cambriolage, fraude, exhibitionnisme et menaces de mort depuis son entrée illégale au Royaume Uni, il y a huit ans, et Abdiaziz Elmi, 42 ans, condamné à de multiples reprises pour trafic de drogue et vol. Selon la Cour européenne des droits de l’homme, renvoyer ces individus en Somalie serait une violation de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme qui interdit « les traitements inhumains ou dégradants ». La raison invoquée est que la Somalie « est un pays trop dangereux pour qu’on les y renvoie » bien que le Ministère de l’Intérieur britannique ait fait remarquer qu’il y avait des parties de la Somalie où les deux hommes pouvait vivre en sécurité.

Le jugement va faire jurisprudence pour 214 autres Somaliens, dont les deux-tiers sont des criminels, qui avaient fait appel contre leur expulsion, et qui vont donc pouvoir rester paisiblement en Grande-Bretagne.
À moins que certains n’entendent l’appel au djihad du frère moudjahid Abu Yaser al-Maqdishy ?

Laïcité : Bertrand Delanoë veut fêter la fin du Ramadan à l’hôtel de Ville !

Laïcité: Bertrand Delanoë veut fêter la fin du Ramadan à l'hôtel de Ville!

16/07/11 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– Les contribuables parisiens seront peut-être troublés par la conception très « relative » qu’a le Maire de Paris du principe de laïcité. En effet, à l’occasion de la rupture du Ramadan le 24 août prochain, Bertrand Delanoë « invite  les habitants et visiteurs de Paris de toutes les cultures et croyances à une soirée musicale d’échanges et de convivialité dans les salons de l’Hôtel de Ville ».

Après le buffet qui marquera la rupture du jeûne, la chanteuse Abir Nasraoui et son ensemble se produiront sur scène pour le premier concert de la soirée. La seconde partie sera consacrée à Djerba International, groupe formé de musiciens venant « d’horizons différents ». Les festivités prévues pour le prochain carême catholique n’ont semble-t-il, elles, pas encore été programmées. Ni même envisagées.

Martine Aubry, une dhimmi ? Entretien avec Pierre Cassen de Riposte laïque [audio]

Martine Aubry, une dhimmi ? Entretien avec Pierre Cassen de Riposte laïque [audio]

Les rumeurs vont bon train actuellement sur Martine Aubry. La sphère politique est en ébullition. La course à la présidentielle semble lancée pour de nombreux candidats, prêts à tous les coups pour parvenir à la victoire. Néanmoins, au-delà des rumeurs sur l’alcoolisme ou la sexualité de Martine Aubry, qui – au final – ne regardent que la personne concernée, la question des rapports entretenus avec les milieux musulmans intégristes par une candidate potentielle à l’élection présidentielle mérite d’être soulevée.

En islam, un dhimmi signifie allié ou protégé et désigne un non-musulman ayant conclu un traité de réddition déterminant ses droits et ses devoirs. A travers l’ensemble de l’oeuvre de Martine Aubry, notamment en faveur des musulmans de la municipalité de Lille, la question de savoir si elle est ou non une dhimmi, une soumise à l’islam, mérite d’être posée, afin que les Français puissent voter en toute âme et conscience lors des prochaines échéances électorales à venir.

Pour répondre à nos interrogations, nous avons interrogé Pierre Cassen, animateur du site Riposte laïque et qui en tant qu’homme de gauche et syndicaliste CGT,  connaît parfaitement la carrière et les travaux mis en oeuvre par la candidate aux primaires du Parti socialiste.

Propos recueillis par Yann Vallerie

[MEDIA not found]

Martine Aubry, épouse Brochen, se plaint des « rumeurs » : Riposte Laïque persiste et signe !

[box class=”info”]Par Riposte Laïque[/box]

C’est du sérieux ! Les journaux télévisés en parlent, les quotidiens s’emparent de l’affaire, le JDD en fait sa page une, ce dimanche ! Martine Aubry va contre-attaquer durement, sur les rumeurs malveillantes dont son mari et elle seraient l’objet. D’affreux sites internet véhiculeraient des horreurs sur son compte, et sur celui de son malheureux époux, Jean-Louis Brochen. La candidate PS aux présidentielles annonce qu’elle a averti les sites en question, et que si ceux-ci avaient l’outrecuidance de ne pas retirer  leurs articles, ils seraient poursuivis devant les tribunaux !

Naturellement, des journalistes ont affirmé que notre journal ferait partie des premiers visés… France 3, Le Monde, L’ Express, Le Figaro et quelques sites moins connus nous font l’honneur de nous citer, voire de nous attribuer l’origine de certaines de ces rumeurs. (1)

Nous constatons avec amusement que la vérité que colportent des sites comme Riposte Laïque et d’autres, notamment sur la connivence de Martine Aubry avec Amar Lasfar et les islamistes, commence à porter ses fruits, puisque la voilà obligée de sortir du bois, et de rendre publiques ces rumeurs, quitte à leur faire une publicité inespérée, et sans doute contre-productive.

Nous apprenons également que quelques sites ont préféré prendre les devants, et retirer certains articles parlant du mari de Martine Aubry, Jean-Louis Brochen. Nous n’en ferons rien, nous persistons et nous signons, et nous assumons l’intégralité du numéro spécial que nous avions consacré à la secrétaire du Parti socialiste, le jour où elle a annoncé sa candidature (2).

Nous assumons les vidéos publiées (nous en ajoutons même une, ci-dessus), le dessin animé d’un de nos lecteurs, et surtout les articles répertoriés de Fanny Deulin, Chantal Crabère, Christine Tasin, Leila Adjaoud, Jacques Philarchein, Jeanne Bourdillon, Marie-José Letailleur, Alain Dubos Maurice Vidal… et tous les articles publiés sur le bilan et les orientations de celle qui entend, avec son parti, amener notre pays vers « une nouvelle civilisation ».

Le Journal du Dimanche évoque des rumeurs sur la supposée homosexualité de Martine Aubry, ou sur son prétendu alcoolisme. Les avocats de Martine Aubry ne trouveront nulle trace de tels propos dans les dizaines d’articles qu’ils éplucheront sur notre site. Ce n’est pas notre terrain. Ils ne trouveront aucune phrase affirmant que Jean-Louis Brochen est un salafiste converti à l’islam, information que certains autres sites ont relayé à tort. Là encore, la désinformation n’est pas notre terrain, pourquoi raconter des mensonges sur Brochen, quand la vérité est suffisamment accablante ? Pourquoi se priver de remarquer la complémentarité de l’action de l’avocat Brochen, son appartenance à la Ligue des Droits de l’Homme, et la ligne politique de son épouse ?

Qu’on ne nous fasse pas le coup de l’avocat qui ne serait pas d’accord avec les causes qu’il défend, mais se comporterait en amoureux d’une Justice qui se fait un honneur de fournir un défenseur à chaque accusé. Les causes défendues par Brochen (jeunes filles voilées, gang de Roubaix, groupe de rap Sniper) sont éminemment politiques, et se doivent d’être relevées. Si Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen et lui-même avocat, défendait systématiquement des négationnistes ou des antisémites notoires, ne serait-il pas tout aussi légitime de relever ce fait, qui serait loin d’être neutre politiquement, et indolore pour l’image de sa compagne ?

De même, si nous insistons fréquemment sur la filiation de la maire de Lille avec Jacques Delors, c’est parce qu’elle incarne dans la continuité la ligne politique et l’oeuvre européiste de son père, dans une vision politique porteuse de la disparition de notre pays et du détricotage de la République une et indivisible au service d’une Europe fédérale des régions.

Nous ne retirerons donc pas un seul article consacré à Aubry et aux siens. Nous ne nous laisserons pas davantage intimider par les menaces à peine voilées de la première secrétaire du Parti Socialiste  que nous ne l’avions été quand le maire de Trappes, via son avocat, nous avait menacés de poursuites judiciaires pour un article sur sa commune qui lui déplaisait… (3) Et nous ne l’avions été pas davantage quand l’avocat de la Ligue des Droits de l’Homme nous avait, de manière grotesque, sommé de retirer l’interview du 1er avril de Michel Tubiana, estimant que ce poisson d’avril, de tradition gauloise, portait préjudice à son client. (4) Nous remarquons d’ailleurs, avec la multiplication des procès intentés par les organisations dites « anti-racistes », ou par des manifestations débouchant souvent sur des violences physiques, que ce sont aujourd’hui des pans entiers de la gauche qui sont les pires ennemis de la liberté d’expression. Voltaire disait : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». Aujourd’hui, autres temps, autres mœurs, Aubry et certain de ses supporters disent ouvertement : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, et je ferai tout pour que vous ne puissiez plus jamais le dire ! »

Nous ne combattons pas Martine Aubry sur des rumeurs, mais sur sa ligne politique. Cette femme incarne tout ce que nous refusons, sur des dossiers comme l’islamisation de la France, l’immigration, l’insécurité, l’Union européenne au service du mondialisme. Nous la considérons, elle et ses amis du Parti socialiste, comme les pires adversaires de notre modèle républicain, laïque, social et civilisationnel. Nous ne voulons pas du modèle de société multiculturelle qu’elle veut nous imposer, pas davantage du changement de population qu’elle impulse, et nous réclamons la liberté de l’écrire, chaque semaine, dans nos colonnes.

Nous trouvons inquiétant, à l’époque où Nicolas Sarkozy veut museler la liberté d’expression que permet « Internet », de savoir qu’il pourra compter – exactement comme pour la ratification du « traité de Lisbonne » – sur de solides appuis, du côté socialiste. Nous trouvons curieux cette haine qui s’exprime, à l’encontre d’Internet, chez des personnalités aussi diverses que Philippe Val, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Daniel Cohn-Bendit et nombre de journalistes professionnels. Ceux-ci paraissent regretter le temps béni où la liberté d’informer appartenait à une caste médiatique bien en cour, qui décidait, souvent en accord avec le pouvoir en place, ce que le bon peuple devait et savoir et ignorer. Comme ils paraissent nostalgiques de leur petit pouvoir, et en vouloir à une nouvelle presse, souvent constituée de militants bénévoles, qui, par les informations qu’elle donne, rend intenable certains des silences de ceux qui se prennent pour de vrais journalistes, parce qu’ils ont une carte professionnelle…

N’en déplaise à Martine Aubry, nous allons finir cet édito en colportant une autre « rumeur ». Nous donnons raison à Arnaud Montebourg, qui a courageusement publié un rapport sur les pratiques quasi-mafieuses du Parti socialiste et de son chef de file, Jean-Noël Guérini, (5) dans les Bouches-du-Rhône (Arnaud Montebourg parlant de liens avec le grand banditisme). Le dossier, accablant, était sur le bureau de Martine Aubry. Que croyez-vous qu’il advient ? Rien, classé sans suite, par un vote de 26 dirigeants sur 27… Que croyez-vous qu’il va se passer ? Jean-Noël Guérini soutiendra Martine Aubry, lors de la primaire socialiste. Roger Heurtebise résume cet accord Aubry-Guérini : « Touche pas à mon pote Nono, et je soutiendrai ma pote Martine ! ».

Cela n’est nullement une « rumeur », mais la terrible réalité de ce qu’est devenu le Parti socialiste. Cela n’empêchera pas Martine Aubry et les siens de se réclamer de la gôche morale, et de gémir que ceux qui véhiculent des « rumeurs » à son encontre tiennent des propos « nauséeux », qui « rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire » !

Sauf que cela ne trompe plus grand monde, et grâce à ces « rumeurs » rendues publiques par la cheftaine du PS, toute la France connaît à présent la connivence de Martine Aubry avec Amar Lasfar et les islamistes…

Source : Riposte Laïque.

(1) http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/11/aubry-des-rumeurs-anciennes-et-connues-a-lille_1547197_823448.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/martine-aubry-part-en-guerre-contre-les-rumeurs_1010712.html?xtor=x

(2) http://ripostelaique.com/pour-une-france-islamisee-votez-martine-aubry-brochen-nee-delors-bande-dessinee.html

(3) http://ripostelaique.com/Le-maire-de-Trappes-et-son-avocat.html

(4) http://ripostelaique.com/le-proces-contre-rl-ne-suffit-plus-la-ldh-et-tubiana-veulent-maintenant-faire-condamner-nos-poissons-davril.html

(5) http://actu.orange.fr/politique/montebourg-inquiet-que-le-ps-soit-solidaire-d-elus-en-lien-avec-le-grand-banditisme_157228.html

Une école musulmane bientôt à Bordeaux

Une école musulmane bientôt à Bordeaux

10/07/2011 – 12h00
BORDEAUX (Infos Bordeaux) – Le projet n’est pas encore abouti, mais il avance sérieusement. Bordeaux pourrait bientôt avoir sa 1èreécole musulmane. Sous l’égide de l’association “le Palmier des Savoirs”, une école maternelle musulmane devrait ouvrir, avec comme but à plus long terme, l’ouverture d’un collège et d’un lycée.

Un emplacement en centre-ville semble être privilégié par les organisateurs. Selon l’un d’entre eux, l’objectif est “d’offrir une éducation scolaire de qualité pour nos enfants et leur apprendre très tôt à vivre pleinement leur religion”.

Pour le moment, il existe moins une dizaine d’établissements privés de ce type en France, mais les projets se multiplient devant le nombre sans cesse croissant de musulmans.

Un hangar pour les musulmans dans le 18ème arrondissement de Paris ?

Un hangar pour les musulmans dans le 18ème arrondissement de Paris ?

07/07/2011 – 12h25
PARIS (NOVOpress) –
Pour mettre fin aux prières dans la rue, un hangar de 1500 m² devrait prochainement être mis à la disposition des musulmans dans le 18ème arrondissement de Paris. C’est ce qu’indique le site yabiladi.com. Ce dernier précise : “Les autorités semblent décidées à ne plus voir les rues Myrha et Polonceau être ‘occupées’ par les fidèles musulmans, le temps de la prière hebdomadaire du vendredi. Et pour ce faire, c’est un hangar situé près de la porte des Poissonniers, à la frontière nord du 18ème arrondissement de Paris qui devrait être mis à la disposition des associations musulmanes en charge des deux mosquées situées sur les rues Myrha et Polonceau.Ce hangar appartient au ministère de la défense. Une partie des locaux est actuellement occupée par une association qui y loge des sans-abri. C’est la partie non occupée, d’une superficie de 1500 m² qui a été ciblée par la Préfecture de police de Paris. Hamza Salah, le recteur de la mosquée de la rue Myrha, beaucoup plus fréquentée par des Maghrébins, ainsi que Moussa Diakité, de la mosquée Al fath, sur la rue Polonceau, plus fréquentée par des Subsahariens, ont tous les deux visité les lieux.”

De plus, toujours selon ce site, “les autorités n’ont réagi que tardivement. Des solutions concrètes, comme ce hangar, n’ont été proposées qu’une fois que le Front national de Marine Le Pen ait décidé d’en faire un sujet de campagne électoral, soutenant notamment l’apéro saucisson que le Bloc identitaire avait prévu d’organiser à la Goutte d’Or, en juin 2010.”

Islamisation : le gouvernement bulgare joue avec le feu

Islamisation : le gouvernement bulgare joue avec le feu

07/07/2011 – 9h00
SOFIA (NOVOpress) –
Le gouvernement bulgare veut investir dans la restauration des mosquées et œuvrer au développement de « régions multiethniques », rapporte Le Courrier des Balkans le 5 juillet. Une décision prise dans le cadre d’une rencontre entre le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, et le ministre turc des Affaires étrangères. Ainsi, la Bulgarie va dépenser dans un premier temps 1,5 million d’euros pour rénover la mosquée de Stara Zagora, située dans le centre-sud du pays.

Un choix motivé par « la paix religieuse », a insisté le Premier ministre bulgare. Une initiative surprenante alors que le multiculturalisme est dénoncé un peu partout en Europe : France, Allemagne, Angleterre. La décision de Boïko Borissov étant d’ailleurs fortement contestée par ses compatriotes qui n’hésitent pas à diffuser des chants liturgiques chrétiens orthodoxes devant certaines mosquées afin de refuser la montée islamique dans leur pays. Car l’islam est loin d’être un gage de « paix religieuse ». Les chrétiens d’Irak, d’Egypte, du Pakistan, du Kosovo ou encore d’Algérie, peuvent en témoigner quotidiennement.

Calabre : Une centaine d’immigrés clandestins arrivent en catamaran

Calabre : Une centaine d’immigrés clandestins arrivent en catamaran

06/07/2011 – 14h10
REGGIO DI CALABRIA (NOVOpress) – Hier après-midi, 54 immigrés clandestins ont été retrouvés le long de la côte calabraise, dans la zone comprise entre Soverato et Sant’Andrea sullo Ionio. Les clandestins, tous des hommes, ont déclaré venir de plusieurs pays, dont le Pakistan, le Bangladesh et l’Irak. Ils avaient débarqué d’un catamaran, qu’ils ont ensuite abandonné à la dérive et qui a été récupéré par les hommes de la Capitainerie du port et de la Guardia di finanza.

D’après les déclarations des clandestins, une centaine de personnes étaient à bord de l’embarcation. Il n’est pas exclu que les autres soient parvenues à s’éloigner. Les forces de l’ordre continuent donc leurs recherches. Les enquêteurs cherchent également à savoir si les passeurs figurent parmi les clandestins arrêtés.

C’est bien sur toutes ses côtes que l’Italie est envahie.
Sources : ansa.it/cronacareggio.it

Autriche : “Le sport n’est pas bon pour les femmes”, selon le vice-président de la communauté islamique autrichienne

Autriche : "Le sport n'est pas bon pour les femmes", selon le vice-président de la communauté islamique autrichienne

24/06/2011 – 08h00
VIENNE (NOVOpress) – Une vague d’indignation parcourt l’Autriche. Son objet ? Les déclarations ‘sur les femmes et le sport’ de M. Ahmet Hamidi, vice-président de la Communauté religieuse islamique (Islamischen Glaubensgemeinschaft – “IGG”), prononcées lors d’un débat à Wiener Neustadt (Basse-Autriche) il y a quelques jours.

Alors qu’une question était posée par le public au sujet des leçons de natation pour les jeunes filles musulmanes, M. Hamidi a répondu : “trop de sport n’est pas bon pour le corps féminin, cela est clairement établi : (…) des troubles hormonaux et une diminution de la densité osseuse en sont le résultat.” Détail qui cloche : Ahmet Hamidi n’est pas seulement le vice-président de la Communauté religieuse islamique, c’est aussi un médecin respecté et un inspecteur technique de l’instruction religieuse islamique au sein du Conseil scolaire de Vienne.

Lire la suiteAutriche : “Le sport n’est pas bon pour les femmes”, selon le vice-président de la communauté islamique autrichienne