Tag Archives: islam

Le coup de pouce turc aux islamistes tunisiens

Le coup de pouce turc aux islamistes tunisiens

16/09/2011 – 12h30
TUNIS (NOVOpress) –
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan (photo) est arrivé mercredi soir en Tunisie, deuxième étape après l’Egypte de sa tournée des pays du “Printemps arabe”. Le leader du parti islamiste turc, AKP, a délivré jeudi le même message qu’au Caire il y a deux jours : « Islam et démocratie ne sont pas contradictoires ». Cette déclaration, bien loin de la réalité vécue sur le terrain par les minorités religieuses en Turquie (catholiques, protestants…), est mûrement réfléchie.

Les Tunisiens doivent en effet élire le 23 octobre une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution. Or, les islamistes d’Ennahda apparaissent comme les favoris de ce scrutin. A la grande frayeur des milieux laïques et intellectuels tunisiens.
Erdogan se sert ainsi du thème de la démocratie comme cheval de Troie pour signer la victoire de l’islamisme en Tunisie, comme il l’a fait en Turquie à partir de 2002, date de la prise de pouvoir de l’AKP. Le 16 septembre, le Premier ministre turc se rend cette fois en Libye. En début de semaine, le chef des autorités de transition libyennes, Moustapha Abdeljalil, déclarait : « Nous sommes un peuple musulman, à l’islam modéré et nous allons rester sur cette voie ». En Tunisie comme en Libye, la dialectique d’Erdogan fait des émules…

Égypte : les Frères musulmans demandent à Erdogan l'instauration d'un califat islamique

Égypte : les Frères musulmans demandent à Erdogan l’instauration d’un califat islamique

15/09/2011 – 08h30
LE CAIRE (NOVOpress) – Le printemps arabe va-t-il déboucher sur la restauration de l’empire ottoman ? C’est la question que l’on peut se poser au vu des dernières déclarations des Frères musulmans égyptiens.

En effet, non seulement ces derniers viennent de féliciter la Turquie pour avoir renvoyé l’ambassadeur d’Israël, mais surtout les islamistes égyptiens (qui sont les grands bénéficiaires de la chute de Moubarak) demandent au Premier ministre turc, Recep Erdogan (photo ci-dessus), l’instauration d’un califat islamique.

Tel est le sens des messages qu’ils ont adressés à Recep Erdogan, lorsqu’ils l’ont accueilli à l’aéroport du Caire. Les Frères musulmans ont même déployé une banderole où était inscrit : “La Turquie et l’Egypte sont un seul peuple – nous voulons un califat islamique en commun avec la Turquie.”

Un homosexuel victime de menaces de la part de musulmans à Londres

Un homosexuel victime de menaces de la part de musulmans à Londres

14/09/2011 11h00
LONDRES (NOVOpress) – Difficile d’être homosexuel, et de surcroit militant au sein d’associations homosexuelles, lorsqu’il s’agit de se frotter à la diversité venus du monde arabo-musulman. La « mésaventure » du promoteur des droits de l’homme et homosexuel Peter Tatchell est là pour le rappeler. Cet activiste fut en effet victime de menaces et insultes homophobes à Londres de la part de musulmans. Jusqu’ici rien de bien surprenant au vu du nombre croissant de violences commises dans les banlieues européennes contre les homosexuels. Ironie du sort, Tatchell a été agressé lors de sa participation à la contre-manifestation londonienne qui se tenait dans le quartier de l’immigration de Tower Hamlets lors du rassemblement de l’English Defense League (EDL) de la semaine dernière.

Peter Tatchell, présent à cette contre-manifestation en solidarité avec la communauté musulmane selon ses propres mots, souhaitait protester contre le mouvement patriote de l’EDL. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Le militant homosexuel a en effet été attaqué car il brandissait des pancartes où était inscrit : « Non à la haine et Gays et Musulmans unis ! Arrêtons l’EDL ». Selon un militant des droits de l’homme témoin de la scène, un groupe de musulmans posté à proximité a tenté de détruire les pancartes et a procédé à de nombreuses intimidations et vexations qui ont failli tourner à l’agression physique.

Peter Tatchell raconte que durant toute la contre-manifestation, il a été entouré et pressé de retirer sa pancarte. Il rapporte que les musulmans présents lui ont ordonné de déguerpir, précisant qu’ils ne « voulaient pas de la présence d’homosexuels » et que « les homosexuels n’ont pas le droit d’être ici » car « il n’y a aucun musulman homosexuel à Tower Hamlets ». Lorsqu’il leur signifia que les homosexuels musulmans devaient protester contre l’EDL, les musulmans présents lui ont farouchement répondu que « les homosexuels ne peuvent être musulmans…et qu’ils n’accepteraient jamais cela ».

Même au sein de la communauté politique et activiste (de gauche) de la LGBT, il fut la cible d’attaques qui dénoncèrent le caractère inapproprié de ces panneaux. Comble de l’histoire, il fut traité de raciste et de fasciste par ses « camarades » politiques.

Retour au réel pour ce militant défenseur acharné du communautariste homosexuel qui en rappelle d’autres. A Paris notamment, où Bertrand Delanoë use de sa fonction de maire pour appuyer la cause homosexuelle à travers une batterie de subventions tout en promouvant le communautarisme musulman avec l’organisation d’une soirée spéciale ramadan organisée à la mairie de Paris. Deux causes pas forcément conciliables au vue des déboires de Pater Tatchell mais aussi du maire de Paris, qui faut-il le rappeler, avait essuyé plusieurs coups de couteau par un musulman homophobe lors d’une nuit Blanche. Ce genre d’incidents devrait rappeler aux militants homosexuels que l’homophobie tout comme l’antisémitisme ne réside pas forcément là où ils veulent bien le croire…

terrain mosquée mairie islam musulman bordeaux salafi mosquee Gironde 33

Opération cochon à Bordeaux : la Licra porte plainte !

10/09/2011 – 09h00
BORDEAUX (via Info Bordeaux) — 
La Licra (la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme), qui sera rejointe lundi par SOS Racisme, a saisi vendredi le parquet de Bordeaux de faits « d’incitation à la haine raciale », après la diffusion sur internet d’une vidéo montrant un homme enterrant un cochon sur le site apparent d’une future mosquée.

Intitulée « Opération cochon Bordeaux », la vidéo montre un homme, visage dissimulé par une capuche, en train d’enterrer un cochon mort dans ce qui serait le terrain que compte donner la mairie de Bordeaux à l’Association des musulmans de Gironde afin d’y construire une mosquée.

Pour l’avocate et présidente de la section bordelaise, Caroline Daigueperse-Vaultier, « C’est une provocation pure et simple. La vidéo a été diffusée en période de Ramadan, au moment de la fête de l’Aïd dans le but de heurter la population musulmane ».

La coordinatrice juridique de l’association SOS Racisme Gironde, Ilham Ben Sandoura, a quant à elle déclaré : « Nous demandons le retrait de cette vidéo et nous allons déposer plainte dès lundi pour que les auteurs soient retrouvés et condamnés ».

Les autorités musulmanes, et particulièrement l’imam Tareq Oubrou, n’ont pas encore réagi sur l’impureté probable du terrain, et donc l’impossibilité d’y établir désormais un lieu de culte.

Le constat est cependant clair. S’en prendre à l’islam peut désormais être passible de poursuites pour « incitation à la haine raciale » de la part d’associations bien silencieuses quant il s’agit de provocations et d’injures sur les catholiques bordelais.

Le professeur de Coran pédophile qui risque de coûter 16 millions de livres aux contribuables écossais

Le professeur de Coran pédophile qui risque de coûter 16 millions de livres aux contribuables écossais

04/09/11 – 20h40
EDIMBOURG (NOVOpress) – Mahmood Qadri, 63 ans, a été condamné à 7 ans de prison en 2008 pour avoir abusé sexuellement de deux petites filles auxquelles il était chargé d’enseigner le Coran à la mosquée d’Edimbourg. Les deux victimes étaient âgées de 19 ans au moment du procès : l’une avait été régulièrement victime de Mahmood Qadri entre janvier 1995 et septembre 1998 (alors qu’elle avait donc entre 5 et 9 ans), l’autre de janvier 1997 à septembre 1998. Convoqué au tribunal en 2005, le pédophile s’était enfui au Pakistan, sous prétexte de mission humanitaire, et avait finalement été arrêté en Allemagne.

Mais aujourd’hui c’est Mahmood Qadri qui porte plainte. Contre le gouvernement écossais, pour avoir été victime de tabagisme passif. À l’en croire, il a subi « un traumatisme physique et moral important et prolongé » pour avoir été contraint de partager une cellule avec des fumeurs, à la prison d’Edimbourg puis à celle de Dumfries. Il réclame 10 000 livres de dédommagement pour le préjudice subi et, en attendant, une assistance juridique pour payer les frais du procès.

On estime qu’il y a environ 1600 non-fumeurs parmi les 7800 prisonniers écossais. Si Qadri a gain de cause, tout porte à croire qu’ils s’engouffreront dans la brèche et la facture finale pour le contribuable pourrait atteindre 16 millions de livres, sans compter les frais de justice. Un porte-parole de l’administration pénitentiaire a expliqué : « Nous faisons tous nos efforts pour assurer que les non-fumeurs ne soient pas contraints de partager des cellules avec les fumeurs, mais ce n’est pas toujours possible ».

Paul McBride, un éminent avocat écossais, a averti : « Je pense que beaucoup de prisonniers vont sauter sur l’occasion. C’est comme le cas des prisonniers qui demandent des dédommagements pour avoir dû utiliser des tinettes ou pour avoir été privés de leur droit de vote. Des sommes considérables sont données à des criminels multi-récidivistes alors que les citoyens respectueux de la loi subissent les restrictions budgétaires. C’est une illustration de la nécessité pour l’Ecosse d’avoir sa propre convention des droits, au lieu de suivre les dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme, qui est en train de ruiner financièrement ce pays ».

Le Bloc identitaire sur le terrain contre l'islamisation de l'Auvergne

Le Bloc identitaire sur le terrain contre l’islamisation de l’Auvergne

04/09/2011 10h00
MONTLUÇON (NOVOpress) – Hier, samedi 3 septembre, les militants auvergnats du Bloc identitaire ont distribué des tracts au marché de Montluçon. Ceci pour dénoncer l’islamisation de l’Auvergne.

En effet, on compte un grande mosquée à Clermont-Ferrand, un minaret à Guéret, mais surtout, rien que pour Montluçon, une mosquée avec minaret et appel (prévu) à la prière, une 2ème mosquée et un Centre cultuel et socio-culturel musulman du bassin montluçonnais.

Les militants identitaires ont reçu un accueil chaleureux de la part des commerçants et des acheteurs.

Moscou : des milliers de musulmans priant dans les rues [vidéo]

Moscou : des milliers de musulmans priant dans les rues [vidéo]

04/09/2011 08h30
MOSCOU (NOVOpress) – Les images sont saisissantes. Des milliers de musulmans priant dans la rue à Moscou. Des résidents ont pris des images de cette prière.

A Moscou, il y a quatre grandes mosquées. De plus, la salle Sokolniki, qui peut accueillir 8.000 personnes, a été utilisée pour cet « événement ». Mais même cela n’était pas suffisant, de sorte que plusieurs rues étaient bondées.

Grande-Bretagne : une adolescente condamnée à sept ans de prison ferme pour trafic d'être humains

Grande-Bretagne : une adolescente condamnée à sept ans de prison ferme pour trafic d’être humains

03/09/2011 19h30
LONDRES (NOVOpress) – Un des avantages de la presse populaire anglaise est qu’elle se permet de briser de temps en temps la tyrannie du politiquement correct. Dans un article du Daily Mail, les journalistes Rebecca Camber et James Tozer rendent compte d’un procès très révélateur des relations ethniques dans certains quartiers défavorisés d’Angleterre.

Frustrés par des régles sociales très strictes, certains musulmans ont du mal à satisfaire leurs besoins sexuels au sein de leur communauté. Pour les assouvir, ils peuvent se tourner vers des femmes européennes des classes les plus défavorisées.

Le cas qui fait l’objet de ce procès illustre une dérive tragique, celle de quelques musulmans d’origine indienne ou pakistanaise qui ont cherché des jeunes filles européennes pour les enlever et les violer en groupe.

Ils étaient aidés dans cette tâche par Stephanie Knight (photo ci-dessus), une jeune adolescente européenne qui se chargeait de trouver et de faire venir les jeunes victimes.

Cette entremetteuse d’un genre spécial a été condamnée à sept années d’emprisonnement. Les trois violeurs ont été enfermés à vie.

Peut-on imaginer qu’un jour la grande presse française, notamment la presse régionale couvrant les grandes métropoles, aura la même liberté de ton ? On peut en douter.

Deuxième tirage pour “Ces Maires qui courtisent l’islamisme”. Par Joachim Véliocas

Deuxième tirage pour “Ces Maires qui courtisent l’islamisme”, par Joachim Véliocas

Après un premier tirage de 2.500 exemplaires, mon éditeur a dû faire une impression de 1.000 exemplaires en catastrophe fin août, la pause estivale n’ayant en rien enrayé le rythme des ventes (qui a décollé au printemps suite à une campagne de “mailing”). Je ne sais si l’histoire récente de l’édition connait un succès similaire pour un ouvrage ayant été ostracisé par tous les médias pour les raisons qu’on imagine. Jugez plutôt :

– Ce jeudi 1er septembre, l’ouvrage est à la quatrième position du classement politique Fnac.com, coincé entre “Le rêve français de François Hollande” et “Madame DSK” ! Alors qu’à la différence du Top 10 dont les autres ouvrages sont sortis au début de l’été, Ces maires qui courtisent l’islamisme est sorti en octobre 2010 et n’a bénéficié d’aucun passage média (les autres ont tous été présenté au Grand Journal ou chez Ruquier, voire les deux, sans parler des magazines).

– Ce même jour, l’ouvrage est n° 11 du classement Politique française de Amazon.fr, premier site de vente de livres et cette fois-ci, juste devant François Hollande !

– A presqu’un an de sa sortie, on peut encore trouver l’ouvrage dans les librairies Cultura ou dans certains Virgin Mégastore comme celui de Toulouse. La durée de vie d’un livre moyen en librairie est de deux mois…

Le bouche à oreille et surtout Internet changent la donne dans le monde de l’édition. Cela est encourageant pour notre démocratie. […]

[box class=”info”]Source et suite : Observatoire de l’islamisation. [/box]

Le Maroc a envoyé 180 imams en France pour le Ramadan

Le Maroc a envoyé 180 imams en France pour le Ramadan

[box] Selon Mohamed Moussaoui (photo), président du Conseil français du culte musulman, le Maroc a dépêché 180 imams pour assurer la lecture du Coran et les prêches pour le Ramadan. [/box]

Le Maroc a dépêché 180 imams pour l’encadrement religieux des musulmans de France durant le mois sacré du Ramadan, consacrant ainsi une tradition instaurée depuis plusieurs années, a déclaré le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui. «C’est devenu une tradition. Chaque année, le Maroc nous envoie en renfort des imams pour assurer la lecture du Coran et les prêches durant le mois sacré du Ramadan où les fidèles sont plus nombreux à se rendre sur les lieux du culte musulman (mosquées et salles de prière)», a-t-il précisé dans un entretien à la MAP. Le président de la plus haute instance représentative des musulmans de France constate une hausse en continue du nombre des délégués marocains, en particulier après la réforme du champ religieux qui n’a pas omis la communauté marocaine à l’étranger. L’année dernière, ils étaient 165 à venir épauler les 600 imams permanents dans l’Hexagone, contre une soixantaine quelques années auparavant.

Pour ce Ramadan, «nous avons également bénéficié de 25.000 exemplaires du Saint Coran édités au Maroc», sur les 350.000 produits cette année grâce à sa nouvelle imprimerie équipée des dernières techniques d’impression, a indiqué M. Moussaoui qui s’attend à ce que cette part augmente «une fois que l’imprimerie atteindra son objectif d’un million d’exemplaires par an». Une centaine de mosquées ont été inaugurées durant le Ramadan. Le CFCM s’assure de la répartition des prêcheurs marocains ainsi que les exemplaires du Saint Coran reçus sur les différentes mosquées et salles de prière existantes en France. […]

Par MAP

[box class=”info”] Source : Aujourd’hui le Maroc. [/box]

Projet de mosquée à Talence : Les esprits s’échauffent

Talence : Le Bloc identitaire Aquitaine s’oppose à la construction d’une mosquée

01/09/2011 – 13h30
BORDEAUX (via Info Bordeaux) – Dans un article paru sur son site internet, le Bloc identitaire Aquitaine met en garde les habitants de la commune de Talence (proche de Bordeaux) sur l’implantation prochaine d’une mosquée. Le mouvement connu pour ses nombreuses actions coup de poing (et notamment son appel au muezzin dans le quartier de la Bastide) appelle les habitants à « s’extraire de leurs échoppes et demander des comptes à un édile dont la politique collaborationniste va à l’encontre de leurs intérêts de paisibles citoyens encore français ».

Talence : Le Bloc identitaire Aquitaine s’oppose à la construction d’une mosquéeIl faut dire que le projet mis en place par le maire (photo) Alain Cazabonne (Modem), suscite de nombreuses interrogations : Un dossier bâclé comportant de nombreuses contradictions (ce qui a été reproché par l’opposition socialiste), un terrain inconstructible qui le devient par la magie d’une modification du PLU, un prix de vente à l’Association musulmane de Talence de 120 euros par m² (sachant qu’il est très difficile de trouver un terrain dans la commune à moins de 650 euros le m²)…

Selon le Bloc identitaire, le président de l’association musulmane, Monsieur Boularam, s’inquiète de la médiatisation de cette affaire, sachant d’ailleurs que l’association n’a toujours pas recueilli les fonds. L’article révèle également que le lieu de culte comporterait un minaret dans les tuyaux du cabinet toulousain en charge du projet.

Le nombre de mosquées ne cesse de croître depuis quelques années dans le département. Après les constructions récentes de lieux de culte à Mérignac et Libourne, des projets sont en cours à Bordeaux et Pessac.

Autriche : pas de démocratie sans critique de l’Islam

Autriche : pas de démocratie sans critique de l’islam [vidéo]

31/08/2011 11h00
VIENNE (NOVOpress) –
En matière de vie sexuelle et conjugale, l’empereur François-Joseph, le mari de Sissi, eut peu à voir avec Mahomet, lequel, selon la tradition musulmane, épousa sa femme préférée, Aïcha, lorsqu’elle avait six ans et la posséda physiquement dès qu’elle en eut neuf. C’est pourtant une vieille loi de François-Joseph qui a valu 480 € d’amende à Elisabeth Sabaditsch-Wolff, du mouvement citoyen « Pax Europa », pour avoir qualifié Mahomet de pédophile. Le 15 février dernier, un juge de Vienne l’a acquittée de l’accusation d’incitation à la haine mais jugée coupable de «dénigrement de croyance religieuse» d’une religion officiellement reconnue.

Pour comprendre cette curiosité juridique, il faut remonter aux années d’emballement belliciste qui précédèrent et préparèrent immédiatement le grand suicide européen de la Première Guerre mondiale. En 1908, l’Autriche-Hongrie annexe officiellement la Bosnie-Herzégovine. 700 000 musulmans deviennent ainsi sujets de la double monarchie. Par une loi du 15 juillet 1912, François-Joseph accorde alors à «l’islam, selon le rite hanafite » le statut de «religion reconnue», à l’exercice protégé par l’État. L’article 6 précise que «jouiront de la même protection la doctrine de l’islam, ses institutions et ses coutumes dans la mesure où celles-ci ne sont pas contraires aux lois de l’État». Cette loi survécut à l’effondrement de la monarchie multiethnique et multiculturelle des Habsbourg en 1918 et est restée officiellement en vigueur jusqu’à nos jours. Pendant longtemps, elle resta sans application. Les vagues récentes d’immigration musulmane dans la petite Autriche lui ont redonné une redoutable actualité.

C’est donc en tant que condamnée pour avoir dénigré Mahomet qu’Elisabeth Sabaditsch-Wolff a pris la parole la semaine dernière lors d’une table ronde organisé sous la présidence de Heinz-Christian Strache, le dynamique leader de la FPÖ (Parti de la liberté autrichien) sur le thème : « L’Europe en mutation : y a-t-il des possibilités d’accord avec l’islam(isme) ou y aura-t-il un déclin de notre société et de ses valeurs ? »

Dans son intervention, Elisabeth Sabaditsch-Wolff a commencé par constater que l’Europe est effectivement en mutation. « La société européenne est en train de changer pour passer d’une société libre à une société déterminée par la charia. Vous allez vous demander comment j’arrive à cette conclusion, alors qu’il n’y a en Autriche depuis dix ans que 500 000 musulmans. Mais il n’y a pas besoin de plus de 500 000 musulmans, même 50 000 ou 100 000 suffisent, pour exercer la pression que nous ressentons tous ». L’islam, a expliqué Elisabeth Sabaditsch-Wolff, ignorant complètement le principe de la séparation de l’Église et de l’État, « l’islam n’est pas une religion de la sphère privée. Si c’était le cas, je ne serais pas assise à cette tribune et je n’aurais absolument aucun problème avec l’islam. Mais le problème que nous avons avec l’islam, c’est que les valeurs de l’islam font irruption dans notre société, et cela non par la voie du débat parlementaire, mais par une pression exercée de l’extérieur ».

« L’islam en tant que tel », a souligné Elisabeth Sabaditsch-Wolff, « exclut tout compromis et toute tolérance » et la notion de tolérance que l’on peut trouver dans l’islam n’a rien à voir avec celle que nous connaissons. « Il n’y a pas de pluralisme de religion et de pensée, et c’est précisément cela qui est directement opposé à notre mode de vie occidental ». Aussi ceux qui espèrent une sorte de Réforme de l’islam, « un Martin Luther musulman » se font-ils des illusions [on pourrait ajouter qu’ils se font une idée de Luther assez peu conforme à la réalité historique car Luther n’était pas précisément un champion de la tolérance et du pluralisme, NdT]. « Il n’y aura pas de Martin Luther musulman »

Dénonçant la manière dont toute critique de l’Islam était diabolisée comme « islamophobie », Elisabeth Sabaditsch-Wolff a rappelé les procédures judiciaires lancées contre elle et contre d’autres critiques de l’islam à travers l’Europe, comme Geert Wilders aux Pays-Bas. Dans le cas de l’Autriche, la loi de 1912 (accordant protection à la doctrine de l’islam dans la mesure où celle-ci n’est pas contraire aux lois de l’Etat), est sans cesse rappelée désormais par les politiciens mais elle n’est pas véritablement appliquée. Elle ne pourra l’être tant qu’on n’aura pas examiné ce qu’est vraiment la doctrine de l’islam et dans quelle mesure celle-ci est compatible avec les lois autrichiennes. « Depuis 1912 et jusqu’à aujourd’hui, les autorités autrichiennes ne connaissent pas officiellement le contenu de l’islam. Cela doit changer. C’est aussi un appel aux hommes politiques à faire enfin quelque chose. Mon second souhait est que, en Europe, ceux qui critiquent l’islam cessent d’être diffamés. Car, si nous ne tolérons plus la critique, alors nous tuons la liberté de parole. Et la liberté de parole est essentielle pour la démocratie. Si nous n’avons pas de liberté de parole, nous pouvons remballer la démocratie. Nous devons pouvoir discuter des contenus d’une religion. Si nous ne le faisons pas, je dois le répéter, nous n’avons pas de démocratie ».

Multiplication des « villages du ramadan » dans l’Hexagone en 2012

Multiplication des « villages du ramadan » dans l’Hexagone en 2012

30/08/2011 – 20h30
BOBIGNY (NOVOpress) –
Les millions de musulmans implantés en France célèbrent le 30 août L’Aïd-el-fitr voulant dire « petite fête », en opposition au prochain Aïd El Kebir (« grande fête ») où des millions de moutons seront tués sauvagement. Les musulmans peuvent donc dès maintenant s’alimenter normalement après les 29 jours de jeûne du ramadan 2011.

De nombreux musulmans se mobilisent pour que fleurissent l’année prochaine dans l’Hexagone des « villages du ramadan », en copiant le modèle des traditionnels marchés de Noël. Le centre commercial Bobigny 2 (Seine-Saint-Denis) montre la voie depuis quelques années, avec « deux fois plus de stands qu’il y a deux ans », note Eric Bureau dans Le Parisien du 30 août.

A lire le reportage de notre confrère, ce type d’opération vise à séduire une large clientèle. Ainsi, « les non-musulmanes aiment beaucoup nos robes d’intérieur et de soirée », assurent « trois jeunes femmes voilées » d’une société de vente à domicile. Tandis que les pains maghrébins et pâtisseries orientales marchent « aussi bien avec les chrétiens », affirment Yamina et Souhila.

Ces « villages du ramadan » devraient fleurir dans plusieurs villes françaises en 2012 : Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Avignon et Strasbourg, notamment. Ils visent à montrer l’islam « au grand jour » selon Mohammed Henniche, secrétaire général de l’Union des associations musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM 93).

Une propagande qui s’inscrit dans le cadre de l’islamisation totalitaire du continent : progression de la burqa, banalisation des prières musulmanes dans la rue, construction massive des mosquées-cathédrales, manifestations agressives en faveur de la charia, suppression du porc dans les menus scolaires, traitement spécifique réservé aux femmes dans les services publics (hôpitaux, piscines…), etc.

Milan : la mairie et l’archevêché fêtent la fin du Ramadan

Milan : la mairie et l’archevêché fêtent la fin du Ramadan

30/08/2011 18h30
MILAN (NOVOpress) – « Nous embrassons nos frères musulmans » : c’est par ce cri que la gauche, il y a trois mois, avait célébré sa conquête historique de la mairie de Milan, avec la bénédiction du cardinal-archevêque. On ne s’étonnera donc pas que la mairie et l’archevêché aient rivalisé de zèle hier, pour fêter la fin du Ramadan. Entre les autorités ecclésiastiques et civiles, il est difficile de dire qui l’a emporté: si le diocèse avait mis à disposition un terrain paroissial, Madame le maire-adjoint a eu l’attention de venir voilée.

Plusieurs centaines de musulmans ont célébré hier l’Aïd El-Fitr sur le terrain de sport de la via Cambini, que la paroisse Saint-Jean Chrysostome avait mis à la disposition de la Maison de la culture islamique de Milan pour toute la durée du Ramadan. Le maire-adjoint, Maria Grazia Guida, la tête couverte d’un voile fuschia (photo ci-dessus), a pris la parole pour expliquer que cette visite historique – la toute première fois qu’un représentant de la municipalité participait à une célébration musulmane – « n’avait créé aucune polémique dans la majorité municipale, parce qu’elle s’inscrit dans la ligne du dialogue, dans laquelle nous continuerons à avancer ».

Mahmoud Asfa, le directeur jordanien de la Maison de la culture islamique, s’est félicité de cette visite « que nous attendions depuis 30 ans ». Prenant le maire au mot, il a rappelé les exigences de la communauté musulmane en matière de constructions de mosquées. « Nous demandons depuis longtemps des lieux de culte dignes et nous espérons que, avec cette municipalité, le temps est finalement arrivé pour affirmer nos droits, y compris dans la perspective de l’Exposition de Milan, à laquelle la communauté musulmane voudrait participer ».

Étaient également présents Mgr Gianfranco Bottoni, responsable des relations œcuméniques et interreligieuses du diocèse de Milan, et l’abbé Piero, curé de la paroisse Saint-Jean Chrysostome et hôte de la fête, qui est très actif depuis des années pour favoriser les rencontres entre les diverses communautés immigrées particulièrement nombreuses dans ce quartier de Milan. Le diocèse avait auparavant organisé, dimanche, une recontre de prières communes entre musulmans et catholiques à l’église Saint-Joseph, toujours dans le même quartier. « Nous commencerons par dire les vêpres », avait expliqué l’abbé Giampiero Alberti, responsable diocésain pour le dialogue avec les musulmans. « Au coucher du soleil, nous romprons le jeûne avec les musulmans et à ce moment, ce sera leur tour de faire une prière. Ce sera une rencontre simple, en signe du respect réciproque entre les deux confessions religieuses de Milan ».

La venue de Maria Grazia Guida a été vivement critiqué par Davide Boni, président du groupe de la Ligue du Nord au Conseil régional de Lombardie : « Le fait que le maire-adjoint de Milan se soit rendu à l’occasion de la fin du Ramadan dans un des endroits les plus chauds de la ville, le quartier de via Padova, théâtre d’ignobles révoltes mises en œuvre par des bandes immigrés, constitue un manque de respect pour tous les Italiens qui subissent depuis toujours les conséquences de la cohabitation forcée avec les lieux de culte musulmans ».

[box class=”info”]Sources : ilgiornale.it/milano.corriere.it[/box]

L'Hôtel de Ville de Paris à l'heure du Ramadan

L’Hôtel de Ville de Paris à l’heure du Ramadan [vidéo]

La soirée de Ramadan organisée mercredi dernier par le maire de Paris, Bertrand Delanoë (photo ci-dessus pendant la soirée), à l’Hôtel de Ville a créé une vive polémique parmi la classe politique. A cause de son coût (selon les dires de la mairie, 99 000 euros rien que pour pour le repas de l’iftar et la partie culturelle), et de son caractère religieux.

L’Hôtel de Ville de Paris à l’heure du Ramadan [vidéo]

 

D’ailleurs, pour marquer leur opposition, la veille de cette soirée, les militants du Projet Apache avaient collé plusieurs centaines d’affiches autour de l’Hôtel de ville.


Soirée ramadan 2011 à la mairie de Paris par Yann333

L'Iran a soutenu les « rebelles » libyens

L’Iran a soutenu les « rebelles » libyens

28/08/11 – 15h20
TEHERAN (NOVOpress)
– Nouveau coup dur pour l’image « démocratique et laïque » de l’insurrection libyenne et du CNT (Conseil National de transition) : la République islamique d’Iran de Mahmoud Ahmadinejad, elle aussi, aurait activement soutenue le mouvement insurgé.

« L’Iran a fourni discrètement de l’aide humanitaire à la rébellion libyenne avant la chute de Tripoli“, a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi.

“Avant la chute de Kadhafi, nous avions des contacts avec de nombreux groupes rebelles et nous avons envoyé sans faire de bruit trois à quatre livraisons d’aide médicale et humanitaire à Benghazi“, a-t-il ensuite ajouté

Ces affirmations sont confirmées par le fait que le chef du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil, a envoyé une lettre de remerciement au président iranien pourtant régulièrement présenté comme le « diable » dans les pays occidentaux.

L’Iran a également “félicité le peuple musulman libyen” après l’entrée des rebelles à Tripoli.

Un soutien qui renforce les inquiétudes concernant le futur poids des islamistes radiaux dans le gouvernement de la Libye.

Nice : Victoire identitaire, il n’y aura pas une seconde mosquée dans le quartier de la rue de Suisse

Nice : Victoire identitaire, il n’y aura pas une seconde mosquée dans le quartier de la rue de Suisse

[box class=”info”] Nissa Rebela nous communique : [/box]

Le 6 juillet, lors d’une conférence de presse devant l’ensemble des médias locaux et en compagnie de Jacques Peyrat, les identitaires étaient les premiers à dénoncer le projet de rachat du restaurant La Petite Biche sur la place Saëtone par des réseaux islamiques proches des Frères Musulmans.

Nous demandions alors expressément l’intervention de la municipalité pour préempter ces locaux de 250 m², dont la transformation en mosquée aurait été un nouveau coup dur porté au quartier Notre-Dame, en passe de devenir un véritable quartier halal en plein cœur de notre cité. Préempter, et pour y faire des équipements d’intérêt général et certainement pas pour louer la salle aux musulmans comme la mairie souhaite le faire rue de Suisse !

Il aura fallu près de deux mois de lutte acharnée pour que la mairie (les premiers rendez-vous demandés par le propriétaire actuel du restaurant s’étant avérés sans résultats) se décide enfin à agir. Hier, la préemption définitive du restaurant La Petite Biche a été notifiée à son propriétaire par un courrier d’huissier. Un grand soulagement pour cet homme qui refusait de voir une affaire familiale devenir une grande mosquée, et pour tous les riverains qui ne supportent plus le triste sort de leur quartier. Les 250 m² du restaurant devraient être affectés à des services municipaux dans les mois qui viennent.

Nous avons révélé ces faits dans les médias ; il y a dix jours nous avons demandé à nos sympathisants et plus largement à tous les Niçois refusant l’islamisation de leur ville de faire pression sur la municipalité en téléphonant et écrivant (d’après des sources internes à la mairie, plusieurs centaines d’appels auraient été reçus en quelques jours à peine) ; et on peut aussi penser que l’action menée par quelques courageux rebelles ayant décidé de changer de manière symbolique le nom des rues d’Italie, d’Angleterre et de Suisse pour provoquer une réaction n’est pas pour rien dans l’évolution de la situation.

Sans conteste, il s’agit d’une victoire importante face à Christian Estrosi et sa politique de collaboration avec l’UOIF, d’une victoire importante face à l’islamisation de notre cité et la ghettoïsation de notre centre-ville. Une victoire identitaire, et plus que tout une victoire pour le peuple historique de Nice.

Mais, ici comme ailleurs, le combat n’est pas terminé. Nous devons désormais obtenir que les musulmans squattant depuis ONZE ans la mosquée de la rue de Suisse (sans bail, sans verser de loyers) soient expulsés conformément à la décision de justice ayant été rendue. Et ce bâtiment, à travers son achat déjà réalisé par la mairie, doit être mis au service de la rénovation de ce quartier et non de sa communautarisation.

En faisant cesser les prières de rue avec l’apéro porchetta-rosé en mars dernier, en imposant aujourd’hui à la mairie la préemption du restaurant place Saëtone, nous avons montré que nous pouvions peser sur les événements en nous battant. Aidez-nous, rejoignez-nous !

————————————————
NISSA REBELA
Contact : contact@nissarebela.com
Tél : 09 50 10 45 40
Adresse postale : NR – BP 13 – 06 301 Nice cedex 04
———————————————————–

Les Européens de plus en plus inquiets face à l’immigration

Les Européens de plus en plus inquiets face à l’immigration

18/08/2011 – 14h30
PARIS (NOVOpress) — « Les inquiétudes européennes face à l’immigration musulmane se banalisent ». Sur le site du Hudson Institute, le politologue Soeren Kern résume ainsi les résultats d’une série d’enquêtes d’opinion effectuées ces derniers mois. « Ensemble, elles fournissent de fortes preuves empiriques que le scepticisme au sujet de l’immigration musulmane n’est pas limité à une frange politique “de droite”, comme l’affirment souvent les tenants du multiculturalisme. Des électeurs ordinaires à travers tout le champ politique expriment désormais leurs inquiétudes face au rôle de l’Islam en Europe ».

La dernière enquête en date est celle de l’institut Ipsos de Londres, publiée le 4 août dernier. Intitulée « Vues globales sur l’immigration », elle a été menée dans une vingtaine de pays dont neuf pays européens, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, la Hongrie, l’Italie, la Pologne et la Suède, du 15 juin au 28 juin. Elle est donc antérieure à la fois au drame norvégien et aux dernières émeutes de Londres.

Interrogés par l’Ipsos, plus de 56% des Européens jugent qu’« il y a trop d’immigrés dans leur pays » : 72% des sondés en Belgique, 71% en Grande-Bretagne, 67% en Italie et en Espagne, 53% en Allemagne, 52% en France, 50% en Hongrie, 46% en Suède, et 29% en Pologne.

En réponse à la question « Diriez-vous que l’immigration en général a eu un impact positif ou négatif ? », la majorité dans tous les pays européens, sauf la Suède et la Pologne, répond que l’impact a été négatif: Belgique (72%), Grande-Bretagne (64%), Italie (56%), Espagne (55%), France (54%), Allemagne (54%), Hongrie (52%), Suède (37%), Pologne (32%). Au total, seul 17,5% des Européens disent que l’immigration a été positive.

Peu auparavant, le 21 juillet, le Pew Research Center de Washington a publié un rapport intitulé « Les tensions entre musulmans et occidentaux persistent », où sont synthétisés les résultats de 29 000 entretiens dans 23 pays du monde. Dans tous les pays d’Europe, une majorité absolue considère que les musulmans veulent rester à part dans la société plutôt que d’adopter les usages nationaux : le pourcentage est particulièrement élevé en Allemagne (72%), Espagne (69%), Russie (66%), moins en France (54%) et en Grande-Bretagne (52%). Une série de sondages plus limités dans différents pays vont tout à fait dans le même sens.

Soeren Kern

Soeren Kern

Le Hudson Institute est un think tank néo-conservateur, très pro-israélien, et Soeren Kern est de la même tendance. On n’adoptera donc pas forcément les conclusions que celui-ci tire des données qu’il a très utilement réunies. En premier lieu, Kern identifie sans plus immigration et Islam, comme si tous les problèmes posés par l’immigration se réduisaient à la question de l’Islam. Dans les dernières émeutes anglaises, pourtant, le facteur ethnique a pesé plus lourd que le facteur religieux.

Surtout, Kern va un peu vite en besogne quand il affirme que l’enquête Ipsos « montre une étroite corrélation entre l’opinion que les habitants de souche d’un pays donné ont de l’immigration et le nombre, ainsi que le niveau d’intégration, des immigrés musulmans dans leur pays. L’enquête découvre que les Belges et les Britanniques ont la vision de l’immigration la plus négative ; ces pays ont aussi des populations musulmanes parmi les moins intégrées d’Europe. L’enquête montre aussi que, parmi les Européens, les Polonais ont les vues les plus positives sur l’immigration et les immigrés; la Pologne se trouve avoir la plus petite population musulmane d’Europe, moins de 0,1% de sa population ».

Comment expliquer, alors, le cas de la France ? Car il y a bien, dans toutes ces enquêtes, une singularité française. Il n’y a que 52% de Français à trouver qu’« il y a trop d’immigrés dans leur pays », contre 72% des Belges, 71% des Britanniques, 67% des Italiens et des Espagnols. Et pourtant !

Les Français sont aussi de très loin les plus nombreux à croire que les musulmans sont prêts à adopter les coutumes du pays qui les accueille: 45% contre 28% des Britanniques, 23% des Allemands et des Espagnols. Et c’est encore en France que l’on trouve, sur cette question, l’écart le plus fort selon le niveau d’études : seuls 42% des titulaires d’un diplôme du supérieur disent que les musulmans veulent rester à part du reste de la société, contre 62% de ceux qui n’ont pas de diplôme du supérieur.

Les Français, en revanche, selon un sondage du Pew Research Center de l’année dernière étaient les plus opposés au voile intégral : 82% étaient pour son interdiction contre 71% des Allemands, 62% des Britanniques et 59% des Espagnols.

Ces résultats pourront sans doute conforter les tenants d’un assimilationnisme républicain et laïc : les Français seraient ainsi très opposés au voile, mais pas si opposés que cela à l’immigration, et presque prêts à croire en la volonté d’intégration des musulmans. Si l’on acceptait cette interprétation, il faudrait alors s’interroger, sans polémique, sur le paradoxe qui veut que la France, le pays d’Europe où l’opposition à l’immigration avait eu sa traduction politique la plus précoce et la plus forte, paraisse aujourd’hui beaucoup plus résignée à l’immigration que la Grande-Bretagne.

Une autre explication est que la police des consciences est plus lourde en France que partout ailleurs et que beaucoup de Français de souche, culpabilisés et terrifiés, n’osent même plus dire qu’il y a trop d’immigrés dans leur pays. Si les titulaires d’un diplôme du supérieur (ce qui va du DEUG de sociologie au doctorat de mathématique pure) sont plus politiquement corrects que les autres, ne serait-ce pas qu’ils ont reçu plus longtemps et mieux écouté la propagande du Système ? L’interdiction du voile islamique, en revanche, est une mesure voulue par le président de la République, votée par les Assemblées, entrée dans la loi : il est encore possible d’avouer qu’on lui est favorable. L’exception française tient-elle vraiment aux Français, ou au despotisme qui pèse sur eux ?