Tag Archives: islam

Identité nationale

Tribune libre – L’intégration à la française, par Vincent Revel

« L’immigration est une chance pour la France. » Aujourd’hui, personne n’a pu échapper à ce slogan formaté. Bien que la majorité des Français commence à penser, avec raison et bon sens, que c’est un mensonge, rien n’y fait : le slogan continue à tourner en boucle dans la bouche de nos dirigeants, de nos médias, de nos artistes et des nombreuses associations militantes situées souvent à l’extrême gauche du paysage politique.

Pourtant, chaque jour, les faits parlent d’eux-mêmes. Pas un seul lieu en France n’est épargné par les problèmes liés à l’immigration. Il y a de ça quelques mois, j’avais pris la ville de Saint-Etienne pour exemple. Je m’étais « amusé » à relever, sur un seul week-end, quelques faits divers ayant eu lieu dans cette cité de moins de 200 000 habitants. Le résultat fut édifiant : deux filles avait été agressées par trois « jeunes » dont l’un avait sorti un pistolet à cartouches de gaz pour projeter des billes d’acier car les demoiselles avaient eu le culot de rejeter leurs aimables avances (en sachant que l’un des coupables accumulait déjà 47 méfaits !) ; un autre jeune homme, qui accompagnait ses deux cousines, avait été sauvagement agressé sans raison par d’autres « jeunes » ; et, pour finir, le délinquant Ynès Mouhieddine comparaissait au tribunal pour l’agression avec un pistolet à grenaille d’un étudiant dans le bus Saint-Etienne/Montbrison.

Nos antiracistes me diront que je stigmatise et que les amalgames douteux n’amènent qu’à la haine de l’autre. Soit. Comme ce n’est pas le but recherché et que j’essaye réellement de mieux comprendre ceux que nous avons généreusement accueillis, je me suis penché, en toute impartialité, sur certains propos des représentants des minorités dites discriminées et soi-disant, selon les défenseurs du bien vivre ensemble, parfaitement intégrées.

Pour commencer, Marwan Muhammad, ex-porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France, avait déclaré à la mosquée d’Orly, en août 2011 : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. » A mon sens, ces paroles ont le mérite d’être claires. Ce Monsieur Muhammad, qui parle au nom de la communauté islamique de France, a visiblement une définition bien particulière de notre système d’intégration.

Pour poursuivre notre chemin nous menant à la rencontre de l’Autre continuons avec Nabil Ennasri, qualifié de « propagandiste en chef du Qatar à Paris ». En tant que président du Collectif des musulmans de France, il avait déclaré en interpellant les futurs candidats à la présidentielle : « Je me déterminerai au moment de l’élection en fonction de ton rapport avec les citoyens musulmans. » Cette phrase qui appelait les musulmans français à s’enfermer dans un communautarisme sectaire avait pour cible Nicolas Sarkozy et Manuel Valls. C’était un autre bel exemple d’intégration réussie par l’un des plus importants représentants de la communauté islamique en France !

Pour terminer, nous allons conclure avec Hassan Iquioussen, imam membre de l’UOIF, organisme islamique très influente en France et proche des Frères musulmans égyptiens : « Si vous éloignez la femme musulmane de sa religion, vous avez éloigné les musulmans de l’islam, car la femme est la moitié de la communauté et celle qui éduque les enfants. Vous tuez la femme, vous avez tué les hommes. Donc, ils (les Français) s’attaquent à l’essentiel, notre bijou, notre joyau. » Ce discours ne fut pas tenu en Syrie ni en Arabie saoudite mais à la mosquée de Béziers !

A titre personnel, je ne peux pas dire que ce fut très encourageant comme rencontre mais je dois avouer que je n’avais aucune illusion. Alors je sais : « Ne stigmatisons pas ! » Mais malgré tout, je persiste et, aujourd’hui, je peux affirmer, sans aucun risque de me tromper, que nos politiques nous ont mentis et nous ont lâchement abandonnés et ont profondément changé la règle du jeu de notre système d’intégration et d’assimilation.

A présent, c’est à la population de la société d’accueil de s’adapter aux populations immigrés et non plus l’inverse. Pour ne pas stigmatiser, l’autochtone doit s’effacer face à la diversité, face à l’étranger. A ce rythme soutenu de déconstruction nationale, la France, comme le souhaitait tant Jacques Chirac en son temps, aura bel et bien un passé islamique. Ce fatalisme nihiliste, les patriotes ne l’acceptent pas et c’est pour cette unique raison que le gouvernement socialiste cherche à nous faire taire.

Vincent Revel

Livret Dati Radicalisation

Radicalisation : Rachida Dati crève-t-elle de trouille devant l’islam ?

13/04/2016 – EUROPE (NOVOpress) : « Mon combat contre la radicalisation » : tel est le titre du « livret » que Rachida Dati vient de diffuser (en fait de livret, une plaquette de douze pages, dont six de photos) en sa qualité de député au Parlement européen, membre du groupe du Parti populaire européen (PPE). Or tout au long de cet opuscule, elle ne cite ni l’islamisme, ni même l’islam ! Pas une seule fois ! Mais alors, la « radicalisation », c’est quoi ?

Définition de la radicalisation à la mode Dati : « Le terme de radicalisation est utilisé aujourd’hui pour désigner l’adhésion de personnes dont les points de vue ou opinions intolérantes et opposés aux droits de l’homme et aux valeurs de la démocratie sont susceptibles de les amener à commettre des actes violents ou dangereux pour eux même (sic) et pour les autres » ! Et c’est tout ? Ces « radicaux » ne seraient-ils pas un tout petit peu adeptes de la religion mahométane ? Ou a minima « islamistes » ?

Moyennant quoi, on apprend quand même que « 5 000 Européens [euh…] auraient rejoints [le pluriel du participe passé est d’origine…] des organisations terroristes ». Et ces organisations, on en connaît les noms ? Ce ne serait pas l’Etat islamique ? Et Al Ansar ? Ou tout autre branche de Daech ou d’Al Qaida ? Allez savoir…

On peut chercher une explication personnelle. Se souvenir que Rachida Dati, née d’un père marocain et d’une mère algérienne, est issue d’une famille musulmane. On peut aussi se dire qu’on s’en fout. Et se rappeler seulement qu’elle a été durant deux ans garde des Sceaux dans un gouvernement dit de droite, et qu‘il ne faut pas chercher plus loin pourquoi, selon Dati elle-même, on en est encore à chercher une réponse judiciaire à la « radicalisation ». Tout court.

Selon un élu, 90 % des élèves de Molenbeek considèrent les terroristes de Bruxelles comme des héros

13/04/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Interviewé par le New York Times, le conseiller communal (PS) Yves Goldstein dénonce l’échec des politiques d’intégration menées en Belgique. Il vise notamment cette population musulmane qui éprouve de la sympathie pour les terroristes qui ont frappé l’Europe.

Nos villes sont confrontées à un énorme problème, peut-être même le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale. Comment des personnes nées à Bruxelles ou Paris peuvent qualifier de héros des gens qui sèment la violence et la terreur ? C’est une vraie question qu’il faut se poser.

Mais l’élu belge va encore plus loin en se basant sur les témoignages de professeurs en activité dans les villes de Molenbeek et de Schaerbeek :

90 % de leurs élèves, âgés de 17 ou 18 ans, considèrent les terroristes de Bruxelles ou Paris comme des héros !

Pour lire cet entretien paru dans le New York Times, c’est ici.


 

Éric Zemmour : “Saint Pasdamalgam priez pour nous !”

08/04/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Les récentes déclarations de Manuel Valls, appelant les Français à réagir contre le salafisme, continuent à provoquer des réactions outragées au sein de la gauche et des organisations musulmanes.

Éric Zemmour s’en prend alors au dogme du Pasdamalgam :

On n’avait pas le droit de dire que le salafisme était en train de gagner la bataille idéologique au sein de l’islam de France, et le Premier ministre Manuel Valls le dit. On n’avait seulement le droit de communier autour du mensonge sacré d’une infime minorité, une poignée de terroristes salafistes, à demi-débiles, qui ne représentaient rien et ne connaissaient rien à leur propre religion, tandis que des millions de musulmans modérés, étaient l’incarnation vivante de l’islam des lumières, le cœur battant de l’islam républicain.


Attention, écoles musulmanes !

Le ministre de l’Education nationale, alerté par les maires, vient de s’émouvoir de l’expansion des écoles musulmanes, sous contrat avec l’Etat mais le plus souvent sans. La plupart de ces établissements sont sous influence salafiste. Comment peut-on s’en étonner puisque le Premier ministre a reconnu que le salafisme « est en train de gagner la bataille idéologique et culturelle » (voir Présent du 6 avril) et l’école n’est-elle pas le lieu privilégié pour livrer cet assaut dès le plus jeune âge ? Ce ne sont pas les musulmans supposés « modérés » qui choisissent ces établissements scolaires là, mais les partisans d’un islam rigoriste, proches de l’UIOF, filiale française des Frères musulmans. Les autres se contentent de l’enseignement public ou… de l’école catholique. Il n’est en effet plus rare, dans certaines banlieues, qu’on trouve dans les écoles catholiques la moitié d’élèves musulmans, voire 80 % dans d’autres, ce dont l’épiscopat français a fini par s’émouvoir lors de la récente assemblée de Lourdes.

Alors que le gouvernement avait négligé le phénomène pendant des années, il a décidé, après les attentats de novembre, de dépêcher dans les écoles de l’islam un bataillon d’inspecteurs de l’éducation. Ces fonctionnaires, jusque-là, n’étaient pas arabophones. On vient d’y songer, il était temps ! Mais même sans comprendre l’arabe, les inspecteurs y ont constaté des « pauvretés pédagogiques », indique-t-on rue de Grenelle, l’essentiel étant d’y vivre l’islam plus que d’apprendre la littérature française des mécréants. Un ex-enseignant du lycée Averroès de Lille, sous contrat, en a témoigné : « Sous couvert de projet éducatif républicain, il pratique un double jeu et diffuse de manière sournoise, une conception de l’islam qui est celle des Frères musulmans. »

Que faire ? Le ministre de l’Education nationale a déclaré : « Nous explorons toutes les voies possibles y compris celle d’une évolution essentielle du droit. » Cela vise surtout les écoles hors contrat. Il convient de rappeler ici les dégâts collatéraux infligés aux catholiques par la percée de l’islam. Pour ne pas « discriminer » les fidèles de Mahomet, en bannissant le voile à l’école on a interdit dans le même mouvement la croix aux catholiques. L’idée étant que tout ce qu’on refuse aux musulmans doit l’être aux chrétiens. Certains de ceux-là demandent donc que, puisque l’appel à la prière du muezzin n’est pas possible en France, les cloches des églises soient aussi interdites. C’est une des conséquences du refus de constater les racines chrétiennes de l’Europe dans le Traité de Lisbonne, concocté par Sarkozy.

Lire la suite

Mosquée clandestine de la prison de Ré : le gouvernement va faire quelque chose

Source : Boulevard Voltaire

La dissimulation (en arabe taqiya) semble être parfaitement maîtrisée par le gouvernement socialiste. Interpellé mardi par le député LR Georges Fenech au sujet de la mosquée salafiste clandestine de la maison centrale de l’île de Ré, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, en l’absence de M. Urvoas, garde des Sceaux, a fait une réponse qui ne manque pas de sel.

Une affaire qui ne date pas d’hier. En novembre 2015, Olivier Falorni, député non inscrit de Charente-Maritime, membre de la commission d’enquête sur les filières djihadistes, avait visité cette prison. Il avait alors découvert qu’un baraquement préfabriqué, pudiquement ou ironiquement appelé « casino », abritait en fait une « mosquée salafiste clandestine », un « centre de formation pour apprentis djihadistes à l’attention de détenus condamnés à de très lourdes peines », selon ses propres mots.

Il avait alors écrit au ministre de la Justice de l’époque, Christiane Taubira, pour lui demander la destruction de ces préfabriqués. Voici ce que fut la réponse du ministre à la question du député, selon le journal Sud-Ouest du 24 novembre 2015 : « L’alarme que vous avez souhaité déclencher a fonctionné. Une autorisation d’engagement a été mise en place afin de supprimer les casinos et de créer des locaux d’activité et d’audience au sein même des bâtiments. » Ou l’art de se foutre du monde avec des mots choisis. Traduisez : « Votre correspondance a fait l’objet de toute l’attention qu’elle méritait ; elle a directement terminé au panier ! »

Lire la suite

Marks & Spencer, H&M : ces marques qui font dans le commerce islamo-compatible

31/03/2016 – GRANDE-BRETAGNE (NOVOpress)
L’enseigne H&M s’était fait remarquer, l’année dernière, en diffusant un spot publicitaire qui mettait en scène une jeune femme musulmane portant un foulard islamique. La société japonaise Uniqlo a récemment commercialisé des hidjabs dans sa boutique de Londres. De son côté, Marks & Spencer a décidé de proposer un burkini, néologisme né de “burqa” et de “bikini”.

Des clients ont fait part de leur mécontentement et les commentaires négatifs ont fusé sur le net : « Désolé, M&S, mais vous venez de perdre un client de longue date », « Par pitié, n’encouragez pas ces bêtises en Angleterre », « Et moi qui croyais vivre dans un pays chrétien… »

Pendant que certains nient le Grand Remplacement en cours, d’autres tentent donc d’en profiter en développant des produits islamo-compatibles.


 

 

Bruxelles Bisounours

Tribune libre – Bruxelles !, par Vincent Revel

Trente-deux morts, des centaines de blessés ! Les Européens ne voient plus la réalité telle qu’elle est ! À chaque attentat, nous avons les mêmes commentaires imbéciles : « Surtout, ne stigmatisons pas ! Ne faisons aucun amalgame douteux ! Halte à la haine islamophobe des partis extrémistes ! » La vision « bisounours » que nous avons du monde nous impose à chaque attaque islamiste une posture de victime toute désignée et résignée. Incapable de réagir normalement, l’Européen n’apprend plus qu’à baisser les yeux.

Une névrose collective s’est emparée des esprits occidentaux. Plus l’Europe est attaquée, plus ses enfants sont en danger et plus les Européens nient les véritables risques. Nous sommes tous d’accord pour dire que tous les musulmans ne sont pas des terroristes. Mais nous sommes aussi tous d’accord pour affirmer que tous les terroristes sont des musulmans et, qu’on le veuille ou pas, que tous les islamistes sont des fidèles d’Allah et du Coran ! Nier cette vérité ne permettra pas plus au soi-disant bien vivre ensemble de mieux fonctionner.

La propagande antiraciste et nos dirigeants qui la défendent ne cessent de chanter les louanges de l’islam. Selon eux, cette religion, qui serait profondément pacifique, est doublement victime des multiples crimes commis en son nom. Victime par le fait que les criminels se serviraient d’elle pour commettre leurs actions violentes mais victime aussi par le fait que cette religion serait injustement montrée du doigt, stigmatisée.

Tout ça n’est pas simple pour en parler librement ! Car si vous osez dire que l’islam, pour essayer de comprendre pourquoi autant d’actes ignobles sont commis en son nom, a un sérieux problème de tolérance, un gros souci avec les mots liberté, démocratie, femme mais aussi un rapport charnel avec la violence religieuse et l’intimidation, vous vous verrez immédiatement rappeler à l’ordre par les nouveaux censeurs de la République.

Si vous vous permettez juste de signaler qu’à l’heure d’aujourd’hui, alors que l’Europe fait le pari hallucinant d’intégrer des millions de musulmans, qu’aucun pays à majorité musulmane n’arrive à vivre en démocratie tout en garantissant les mêmes droits à des non musulmans qu’au reste de la population islamique, vous entendrez également le même son de cloche, parfaitement réglé sur celui des médias et de nos politiques : « Aucune stigmatisation s’il vous plaît ! »

Le débat est devenu impossible et malheureusement pour l’immense troupeau, la masse devenue parfaitement docile, prête à croire n’importe quel bonimenteur, pourvu qu’il lui promette la paix et la joie, la menace est plus que présente. Nous avons eu Londres, Madrid, Toulouse, Paris, Cologne, Bruxelles. Chaque jour qui passe nous démontre que l’islam sunnite n’est absolument pas prêt à se pacifier. Sans être devin, sans avoir recours aux lois du tarot divinatoire, il y aura un prochain nom à cette triste liste. Et, jusqu’à ce qu’un réveil nous sorte de cette dormition hallucinante, nous aurons comme consolation les mêmes rassemblements autour de bougies, de dessins, les mêmes discours larmoyants et les mêmes marches blanches contre la haine sans aucune efficacité sur le réel.

Malheureusement les Européens ont encore besoin de croire en cette belle utopie du multiculturalisme. Ils se raccrochent à cette chimère née de cerveaux déracinés et ils en payent le prix fort. En attendant les Monlenbeeks ne cessent de fleurir aux quatre coins de notre belle Europe et, ceci, nous sommes tous aptes à le voir.

Vincent Revel

Le Maroc face à la montée en puissance des mouvements salafistes

30/03/2016 – MAROC (NOVOpress) : Le Maroc est, lui aussi, confronté à la montée en puissance des salafistes. France 24 a consacré un court reportage à la propagation des idées djihadistes dans le royaume, tellement court que l’origine marocaine des terroristes de Molenbeek n’y est même pas mentionnée ! On estime par ailleurs à 1 500 le nombre de Marocains partis combattre dans les rangs de l’Etat islamique en Syrie.

Publié le
Finkielkraut

Alain Finkielkraut : « Je suis allé à Molenbeek. Nous étions hors d’Europe au cœur de l’Europe »

29/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Invité dimanche dernier d’Elisabeth Lévy pour L’Esprit de l’escalier, diffusée sur RCJ, Alain Finkielkraut a porté un regard particulièrement acéré sur le quartier de Molenbeek : « Je suis allé moi-même à Molenbeek. Je m’y suis promené en voiture, j’étais avec le sénateur belge Alain Destexhe et il m’a dit : “Nous n’avons pas intérêt à nous promener à pied, on risque de nous reconnaître et nous serions alors dans une situation très désagréable, nous pourrions être insultés, voire molestés.“

« Donc nous avons traversé Molenbeek en voiture. Toutes les femmes étaient voilées. […] Dans les quartiers que j’ai traversés, dans les rues que j’ai vues, toutes les femmes étaient voilées, tous les gens étaient d’apparence musulmane : les femmes étaient voilées, les hommes portaient des djellabas et des burnous, les enseignes des boutiques étaient rédigées en arabe. […] Nous étions hors de l’Europe, au cœur de l’Europe.

« Evidemment, devant ce phénomène, je suis étreint par le sentiment du trop tard et je me demande si la force du nombre ne réduit pas à néant toutes nos belles résolutions. […] Il y a des Molenbeek en France, en effet, mais je me demande parfois si la reconquête est encore possible. Et surtout, je me dis que la fracture risque de plus en plus de passer entre le djihadisme et le communautarisme : le prix à payer pour le combat contre le djihad sera peu à peu l’acception du communautarisme.

« A partir du moment où l’islam communautaire voudra refusera le djihadisme, alors il faudra soutenir l’islam communautaire. C’est le marché que l’UOIF et ses idiots utiles nous mettent d’ors et déjà en main. Moi je crois que nous devons dire non, mais je ne vois pas ce non apparaître et je ne vois pas non plus quelle forme il pourrait prendre. »

Le philosophe en est presque à reconnaître le Grand Remplacement ! Cette situation désespère Alain Finkielkraut, qui voit bien peu d’espoir :

« Je pense que la réponse serait l’intransigeance sur nos mœurs et nos lois, bien sûr. Mais cette réponse risque de rester un vœu pieux parce que nous sommes confrontés à la force du nombre. »

Nous ne pouvons que féliciter Alain Finkielkraut d’avoir su voir, et osé dire, que le nombre de musulmans était un problème. Il ne lui reste plus qu’à oser parler de la seule solution à ce problème : la remigration.

philippe-de-villiers

Philippe de Villiers : « C’est la guerre parce que l’islam nous fait la guerre »

Extrait d’un long entretien avec Philippe de Villiers
publié par Le Rouge et le Noir

R&N : Votre ouvrage à succès, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, s’achève par une exhortation à la dissidence et la contemplation de “lucioles” éclairant les ténèbres de notre époque. Quelles lucioles pouvons-nous allumer ? Quelles sont les clefs pour qu’émerge véritablement, aujourd’hui, cette génération résistante et dissidente ?

Philippe de Villiers : Je crois que le corps ne réagit que quand il est agressé, et il y actuellement une double agression morale et spirituelle.

La première agression, c’est le laïcisme. On nous explique en gros que pour éviter que nous ayons le muezzin demain, on va faire taire les cloches aujourd’hui. Par exemple, il y a une député socialiste, Sylviane Bulteau, qui a écrit au ministre de la Défense en disant « c’est scandaleux, il y avait au Puy du Fou des cyrards qui ont chanté un chant religieux ». Le chant religieux, c’était Heureux ceux qui sont morts de Charles Péguy. Il y a un journaliste du Nouvel Observateur qui s’appelle François Reynaert qui a dit « ils ont chanté Péguy ». Ce n’est pas laïc, ce n’est pas neutre, ce n’est pas tout ce que vous voulez… Voilà. Donc, au nom du laïcisme, on est en train d’éradiquer toute forme de signe chrétien. Il y a un moment donné où « le petit reste » comme on dit, va se révolter, ce n’est pas possible, et la nouvelle génération des prêtres d’ailleurs – des nouveaux prêtres comme dirait Michel de Saint-Pierre, mais ce n’est pas du tout ceux dont il a parlé – la génération des nouveaux prêtres n’acceptera pas ça longtemps. Donc on ne peut pas accepter le laïcisme en France. Pourquoi ? Parce qu’il faut accorder à la France la prééminence du christianisme sur toute autre religion, parce que la France est historiquement une terre chrétienne.

La deuxième agression, c’est l’islam. L’islamisation est galopante, les hommes politiques l’accompagnent. Lundi, Monsieur Valls a dit, face à la radicalisation, il faut, je cite, “un islam fort”. A chaque fois qu’il y a un attentat, on cherche « les islamophobes » pour les culpabiliser. Il y a un moment donné où les Français n’accepteront plus cela. Et donc l’islamisation de la France va provoquer un phénomène de résistance. On n’y est pas pour l’instant. Tout le monde se terre, tout le monde se tapit. On a peur parce qu’il y a une judiciarisation des pensées et des arrière-pensées, mais le temps va venir où le laïcisme d’un coté et l’islamisation de l’autre vont réveiller la France chrétienne.

R&N : Pensez-vous que ce réveil arrivera avant que les choses n’empirent trop ? Avant qu’il ne soit trop tard ?

Philippe de Villiers : Il n’est jamais trop tard en France. C’est toujours quand il est trop tard que la France se réveille. Et j’en veux pour preuve la situation de Jeanne quand elle a tiré les rois à 12 ans. Elle a entendu son père lui dire : il y a deux papes et il y a trois rois, c’est le désordre partout. Le père disait à ses enfants : c’est la fin. Il ne faut pas oublier qu’il y avait Isabeau de Bavière qui avait vendu le royaume à l’Angleterre avec le fameux traité de Troyes qui est une sorte de traité de Maastricht avant l’heure.

Aujourd’hui, les autorités politiques, spirituelles, morales sont toutes orientées vers « l’Accueil de l’Autre » et le Vivre-Ensemble, c’est à dire en fait la fin de l’Europe, la fin de l’Europe chrétienne. Pour être chrétien aujourd’hui il faut « faire rentrer des migrants ». Ce qui veut dire « faire rentrer l’islam ». Ce sont des inconscients. Ils se trompent. Aujourd’hui, la première des charités, c’est de fixer là où ils sont ceux qui ne doivent pas être des migrants, parce que ce n’est pas faire leur bonheur que de les déraciner. On leur vend du rêve et le rêve se termine par un cauchemar. Parmi les migrants, évidemment, il y a les terroristes dissimulés. Donc la première de toutes les charités, c’est l’enracinement. Et la deuxième charité, c’est de se préoccuper de son voisin, et de se préoccuper de sa famille. Il y a une famille qui est la famille des familles et qui s’appelle la nation. Les chrétiens vont bientôt le redécouvrir, on doit pouvoir être à la fois chrétien et patriote. C’est interdit aujourd’hui par la plupart des évêques et par le pape. Ils sont sur une autre planète mais ils vont bientôt atterrir, parce que cette Europe qu’ils ont construite, l’Europe du Vatican, l’Europe de Jean Monnet et de Robert Schuman, elle est dans le mur. C’est fini. C’est une Europe qui a conduit à l’échec, à la déculturation, à la désintégration des nations et des peuples, et donc il faut construire autre chose maintenant. C’est une Europe qui est complètement soumise aux États-Unis. Le fameux « Traité Transatlantique » à venir est une horreur. Et d’où vient le LGBT ? D’où vient le mariage homosexuel ? C’est Apple, ce sont les grandes firmes américaines, c’est l’américanisation du monde. C’est ça que l’on est en train de vivre. Ouvrons les yeux, c’est ce que je raconte dans mon livre, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, et donc plus que jamais, revenons à notre Jeanne.

Je pense que l’anneau de Jeanne va ouvrir les yeux à beaucoup de Français qui aujourd’hui hélas sont dans le coton. Nous sommes au début d’une guerre, c’est une guerre sur notre territoire, c’est la guerre parce que l’islam nous fait la guerre. Et je ne leur en veux même pas parce que c’est dans le Coran, ils appliquent le Coran, c’est une lecture littérale du Coran. Dans le Coran, il est dit : il y a le Dar-al-islam, où est la paix, c’est à dire là où ils sont, en Orient, où ils éradiquent les derniers lambeaux de christianisme, ce qu’ils appellent les Nazaréens. Et puis il y a le Dar-el-harb, qui est le territoire de la guerre, là où il faut porter le djihad parce que le monde entier doit se soumettre à Allah. C’est dans le Coran. Et ils appliquent le Coran. Et face à des gens qui appliquent le Coran, on a des inconscients et des collabos de toutes sortes, comme toujours, ce que l’on appelle aujourd’hui, ce que les islamistes appellent des dhimmis, et les dhimmis, sont condamnés à la dhimmitude, Houellebecq avait raison, il a sorti son livre, Soumission, le jour des attentats de Charlie Hebdo.

Moureaux

L’ancien maire socialiste de Molenbeek s’était-il converti à l’islam ?

29/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Le socialiste Philippe Moureaux, qui fut durant vingt ans maire de Molenbeek (1992-2012), s’était-il converti à l’islam, par amour d’une Marocaine, durant son mandat ? C’est la question que l’on peut se poser à la lecture d’un article de l’hebdomadaire belge Le Vif/L’Express, paru en juin 2010.

Le 26 juin 2010, Philippe Moureaux, 71 ans, divorcé de la politicienne socialiste Françoise Dupuis, se remarie, à Anderlecht, avec Latifa Benaicha, 35 ans, collaboratrice de Charles Picqué, le ministre-président socialiste de la Région bruxelloise. Latifa Benaicha est marocaine. Elle souhaite que son mariage soit reconnu dans son pays.

Problème : en vertu de l’article 39 du Code marocain de la famille, le Maroc n’autorise pas le mariage d’une musulmane avec un non-musulman. Celui « prohibe » en effet « le mariage d’une musulmane avec un non-musulman » ! « La procédure serait toujours en cours, écrit l’hebdomadaire, faute de fourniture pour le moment d’un certificat de conversion à l’islam certifié pour Philippe Moureaux. » Et depuis ?

Citation Bernanos

Tribune libre – La haine de soi, par Vincent Revel

 Les Occidentaux ne s’aiment plus. Ils ne se respectent plus et ne cessent de témoigner contre eux-mêmes. Un esprit de culpabilisation s’est abattu sur l’Europe. La repentance devient la posture obligatoire pour qui veut se faire entendre et réussir au sein de la République des « salauds ».

 Jamais la propagande antiraciste ne fut si active qu’à présent ! L’islamophobie lui sert de cheval de bataille et sera désormais dénoncée à travers des courts métrages diffusés en boucle sur toutes les chaînes de télé. Du racisme anti-blanc et de la christianophobie, jamais vous n’en entendrez parler et pourtant, tout le monde sait qu’ils sont les formes de racisme les plus répandues en Europe.

Pourquoi un tel aveuglement ? Parce que l’esprit de repentance et de détestation de soi est à son comble ! Jamais l’Européen ne s’est détesté avec autant de plaisir. Jamais, l’Europe ne fut trahie à ce point par ses élites. Comme le disait très bien Jean Raspail dans Le Camp des saints : « On a connu des évêques-félons, des généraux-félons, des ministres félons, des intellectuels-félons tout court. C’est une espèce d’homme dont l’Occident se fait de plus en plus prodigue au fur et à mesure qu’il rétrécit. »

Car le nœud du problème se situe à ce niveau. L’Europe décline sans vouloir se l’avouer et nos politiques, responsables de cette déconstruction méthodique, jouent les cadors en se donnant bonne conscience. De ce fait, l’islam, la religion de l’Autre, de l’étranger, de celui qui est devenu, par le plus grand des enchantements, une chance pour l’Europe, bénéficie d’un sauf-conduit en transformant cette religion du désert, capable souvent du pire, en une religion de paix ne tolérant aucune critique.

Pascal Bruckner nous disait dans son livre La Tyrannie de la pénitence : « Après chaque attentat islamique contre l’Occident, les bonnes âmes de droite comme de gauche nous intiment de battre notre coulpe : on nous frappe, donc nous sommes coupables. » Cette névrose nous détruit à petit feu et pourtant jamais les nations européennes ne furent confrontées à une telle situation !

Dire et affirmer que l’immigration de peuplement musulman, voulue et encouragée par nos dirigeants, transforme en profondeur l’identité des nations européennes ne relève pourtant pas d’une affabulation ! C’est une réalité que tout le monde voit. Ne plus avoir le droit d’en parler librement revient à donner raison aux islamistes que l’on prétend pourtant combattre, car il faut avoir conscience que le terme d’islamophobie a été forgé dans les années 1970 par les intégristes musulmans pour faire « de l’islam un objet intouchable sous peine de racisme. » Se taire revient à appliquer la politique de l’autruche mais aussi à trahir la formidable histoire des peuples européens.

Vincent Revel

Alain Chouet

Terrorisme : les accusations d’un ancien cadre de la DGSE

25/03/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Alain Chouet est un ancien chef du service de renseignement de sécurité à la DGSE, la Direction générale de la sécurité extérieure, qu’il a quittée en 2001. Interrogé par le Bien public après les attentats de Bruxelles, il met en cause la responsabilité des politiques, qui, sur le plan intérieur, ont « joué la carte de l’islam politique à des fins électorales », et, sur le plan extérieur, ont choisi de s’allier aux « sponsors » du djihadisme, en Belgique comme en France. Extraits.

Le renseignement est-il efficace ?

« Dans une démocratie, on ne peut pas mettre un gendarme derrière chaque citoyen. Le risque zéro n’existe pas. En Europe, les services de renseignement fonctionnent bien. Du temps où j’étais dans les services, j’ai pu observer que la coopération entre les polices européennes était excellente. Le problème est d’une autre nature. Il est politique. Dans certains quartiers, comme à Molenbeek, des élus ont joué la carte de l’islam politique à des fins électorales. Ils ont interdit aux services de police d’y faire quoi que ce soit. On n’a pas voulu voir les problèmes. Ils nous éclatent aujourd’hui à la figure, que ce soit en Belgique ou en France. »

Que faire pour se protéger de nouvelles attaques ?

« Il faut s’attaquer aux causes du problème, et pas uniquement aux effets. Nous sommes alliés aux pétromonarchies sunnites qui sponsorisent le djihadisme. Il faut revoir de manière globale notre stratégie face au terrorisme. »

Manuel Valls : « On a fermé les yeux en Europe sur la progression des idées extrémistes »

24/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Hier matin sur Europe 1, Manuel Valls a trouvé le coupable de la vague d’attentats qui, depuis des années, sème la terreur en Europe : c’est « on » ! « Pendant des années, a affirmé le Premier ministre, on a fermé les yeux, partout, en Europe mais aussi en France, sur la progression des idées extrémistes du salafisme, des quartiers qui, à travers ce mélange de trafic de drogue et d’islamisme radical, ont perverti une partie de la jeunesse. » « On », ça ne serait pas, entre autres, lui-même ?

Publié le
Petition Cope

Jean-François Copé se met à courir derrière le Front national

21/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Jean-François Copé aurait-il écouté Marion Maréchal-Le Pen, hier, sur BFM TV ? Le candidat à la primaire « de la droite et du centre » vient de découvrir l’article 6 de la loi El Khomri, qui ouvre grand les portes des entreprises aux revendications musulmanes. Aussi lance-t-il une pétition, dont voici le texte :

L’avant-projet de loi El Khomri sur le travail prévoit à l’article 6 de son préambule que « La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés. »
Si cet article devait être maintenu, il pourrait obliger les entreprises à céder aux revendications religieuses de leurs salariés. Et ainsi, soumettre l’entreprise au communautarisme.
Je tire le signal d’alarme : ne reculons pas sur la laïcité ! Ne reculons pas sur la neutralité en matière religieuse dans les entreprises !
Le maintien ou non de cette disposition dans la loi El Khomri doit être tranché en Conseil des ministres ce jeudi 24 mars. Il ne nous reste plus que trois jours pour obtenir le retrait de cette disposition dangereuse pour la République.

La pratique d’une « droite décomplexée » a du bon, même si elle ne va pas jusqu’à mentionner les droits d’auteur…

La Dhimmi du jour est NKM

Source : Breizh-info
Invitée de l’émission « On est pas couché » Nathalie Kosciusko Morizet, députée et et vice-présidente des Républicains, a proposé, entre une déclaration people et une attaque sur Nadine Morano, la création d’une taxe halal bénéficiant aux musulmans de France.
Une déclaration qui a fait bondir Alain de Peretti, président de Vigilance Halal, qui sera samedi prochain (le 19 mars) en conférence en Bretagne, dans les Côtes-d’Armor, à l’occasion du congrès d’Adsav, le parti nationaliste breton. Il nous adresse une tribune libre que nous publions volontiers.

« Nathalie, elle avait un joli nom mon guide » chantait Bécaud… Mais c’était une jolie chanson romantique.
Rien de tel avec la Kosciusko Morizet, vous savez, celle qui traite avec la dernière élégance les climato-sceptiques de « connards », ce qui prouve un grand sens du débat, égérie de la classe bobo-écolo-dhimmis qui vient encore de frapper un grand coup. En effet, elle a eu une idée lumineuse, bon sang, mais c’est bien sûr ! Personne n’y avait pensé plus tôt, il faut mettre une taxe de 1 % sur la viande halal pour financer les mosquées et éviter à « l’islam de France » de dépendre de financements étrangers. Et je prends le pari que nombre de gogos vont trouver que c’est une idée géniale !

Plus sérieusement il est aisé de démontrer l’absurdité totale de cette proposition et l’inconséquence de sa créatrice, qui est le prototype du politicien de notre époque post-moderne : on n’a plus de convictions, mais on fait de la com…
Tout d’abord, la première conséquence est qu’il serait indispensable d’identifier de façon claire et fiable les viandes halal, car, dans le cas contraire, cela ferait financer, comme c’est le cas actuellement, le budget d’une religion au mépris des convictions des non-musulmans.
Il faut savoir que tous les députés qui s’étaient vu proposer par Nicolas Dhuicq, député LR, la traçabilité du mode d’abattage s’y sont opposés, et NKM faisait partie des opposants à une identification considérée comme stigmatisante ! Bel exemple de cohérence !
Lire la suite