Les enfants de l’État islamique

12/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Daesh utilise les enfants dans ses vidéos de propagande pour montrer que c’est l’ensemble de la société de l’État islamique qui pratique le djihad. Et de plus en plus de résidents des pays occidentaux partent en Syrie ou en Irak avec femmes et enfants. Que faire d’eux s’ils rentrent un jour dans leurs pays d’origine et que faire des orphelins qui restent sur place en Syrie, Irak ou ailleurs ?

Chambray: elle abandonne son bébé pour partir en Syrie

28/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Une jeune femme de 20 ans, convertie depuis l’âge de 14 ans, confie son enfant de deux ans à sa mère pour partir faire le djihad en Syrie. Derrière cette histoire, on évoque un milieu désocialisé et une histoire d’amour avec un djihadiste qui l’a convaincu de la rejoindre en Syrie.

Le plus vieux monastère d’Irak détruit par l’État Islamique

22/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Non contents de génocider les peuples et de les réduire en esclavage, l’État Islamique s’attaque aussi à leur mémoire. On ne compte plus les inestimables sites archéologiques, comme Palmyre, saccagés par les membres de Daesh. Cette fois, c’est un monastère qui en fait les frais.

https://www.youtube.com/watch?v=pz1paMMXeBE

Rapport sur les crimes de l’État islamique en Irak, l’ONU parle de génocide

21/01/2016 – MONDE (Présent 8529)

Rendu public mardi, le rapport de 46 pages rédigé par la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) et le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) à partir de témoignages recueillis auprès des victimes, des déplacés, des survivants et diverses autres sources dresse un bilan particulièrement édifiant des exactions commises par les djihadistes de l’État islamique en Irak.
8529-Une-Present
Des chiffres à revoir à la hausse

Ainsi, selon l’organisation internationale, près de 19 000 civils auraient été tués et 36 245 blessés entre le 1er janvier 2014 et le 31 octobre 2015 rien qu’en Irak. En même temps, pas moins de 3,2 millions de personnes auraient également été déplacées à l’intérieur du pays, dont plus d’un million d’enfants. Toujours selon ce rapport, l’EI retiendrait actuellement prisonnières pas moins de 3 500 personnes, principalement des femmes et des enfants, à grande majorité yézidis, qu’il utiliserait comme esclaves. Tandis que quelque 900 enfants auraient été enlevés à Mossoul par les djihadistes afin de recevoir une « éducation religieuse » et une formation militaire.
Outre ces chiffres qui, précise l’ONU, sont à revoir à la hausse en raison de la fragmentation des sources, le rapport détaille les méthodes employées par les djihadistes, telles que les exécutions de masse par fusillades et décapitations. Il fait aussi état de l’utilisation de bulldozers roulant sur des personnes vivantes, et de victimes brûlées vives ou encore jetées depuis les toits des bâtiments.
Il souligne notamment les exactions commises par l’EI à l’encontre des femmes, citant par exemple le cas de 19 femmes yézidies massacrées à Mossoul pour avoir refusé d’avoir des relations sexuelles avec des djihadistes. Ou encore celui de ces 42 filles envoyées à Deir ez-Zor en Syrie, vendues pour des sommes comprises entre 500 et 2 000 dollars, et ayant vocation à devenir les esclaves sexuelles des soldats de l’EI.

Des atrocités systématiques et massives

Au final, insiste le rapport, « L’État islamique continue à perpétrer – de manière systématique et à grande échelle – des atrocités et des exactions qui sont une violation des droits de l’homme et qui enfreignent le droit international humanitaire. Ces actes pourraient, dans certains cas, constituer des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et potentiellement des crimes de génocide. »
Réagissant mardi à la publication de ce rapport, le représentant spécial du Secrétaire général pour l’Irak, Ján Kubi, après avoir déploré qu’« en dépit des pertes régulières subies face aux forces pro-gouvernementales, le fléau que constitue l’EI continue à tuer, mutiler et déplacer des milliers de civils irakiens et à causer des souffrances indicibles », a réitéré son « appel à toutes les parties au conflit pour qu’elles s’assurent que les civils soient protégés des violences ».

Franck Delétraz

L’État islamique : des experts médiatiques à la recherche du coup d’éclat permanent

Terrorisme en France : message d'un djihadiste

09/01/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
D’après un rapport de Reporters sans frontières (RSF), les « reporters » de l’État islamique sont considérés comme « des cadres importants sinon essentiels dans le fonctionnement du califat ».
Ces djihadistes bénéficient de nombreux privilèges, matériels ou financiers. Si certains sont payés jusqu’à sept fois plus que le fantassin de base, ils bénéficient aussi d’une voiture de fonction, d’un smartphone et d’un équipement informatique dernier cri.

Selon le think-tank britannique Quilliam, la « Fondation Base » apparaît comme le centre de commandement des médias de l’État islamique.

Insatiable machine à propagande, la Fondation Base publie quelque 15.000 documents par an, dont 800 vidéos et une vingtaine de magazines, le tout en onze langues dont le mandarin. La grande majorité des vidéos dépeignent une vie quotidienne idéalisée dans le califat. Elles mettent en scène des djihadistes qui administrent la ville, règlent la circulation, construisent des écoles, dînent dans des restaurants… Ensuite, les vidéos de manoeuvres guerrières représentent un bon tiers des contenus. Dans cet agglomérat hétéroclite, seuls 2,13% des contenus sont violents. Mais ces images atroces sont le fer de lance de la communication de Daech vers l’occident.


L’État islamique menace la Grande-Bretagne

05/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Une vidéo postée par l’État Islamique met en scène l’exécution de cinq espions britanniques et des menaces contre l’Angleterre et David Cameron.

Les cinq victimes de Daesh confessent leurs activités : transmission de documents sur les conditions de vie à Raqqa, ou d’informations sur les déplacements de l’État islamique. Vêtus de la fameuse tenue orange, ils attendent leur exécution d’une balle dans la tête pendant le discours d’un des djihadistes. Celui-ci s’adresse en anglais au Premier ministre britannique. Il le menace d’envahir la Grande-Bretagne pour instaurer la charia. Il met également en garde les militaires anglais qui viendraient combattre l’État islamique.


https://www.youtube.com/watch?v=5NahGdfh6-Q

Les femmes chrétiennes prennent les armes contre l’État islamique

16/12/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Face aux exactions perpétrées quotidiennement par l’État islamique à l’encontre des chrétiens, en Irak et en Syrie, un bataillon de femmes-soldats a vu le jour en Syrie, nommé : « les forces de protection des femmes de Mésopotamie ». Ce dernier est composé de femmes syriaques, décidées à défendre l’existence de cette minorité chrétienne face à l’Empire islamique. Aujourd’hui, une cinquantaine de combattantes ont répondu à l’appel.


L’Unité 732, des Français qui combattent l’État islamique en Irak

15/12/2015 – IRAK (NOVOpress)
Fred, Kim et Pascal font partie de l'”unité 732″, un groupe de combattants volontaires français venus se battre contre le groupe jihadiste Etat islamique à Doqouq, au nord de Bagdad, intégrés dans les rangs des peshemergas kurdes avec leur petit drone civil.



L’Armée turque entre en Irak

10/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
Officiellement pour soutenir et former des Kurdes irakiens, l’armée turque est entrée en Irak, à proximité des champs pétrolifères de Mossoul. Le gouvernement irakien considère cette manœuvre comme hostile, mais n’a pas réagi militairement.

La Turquie a envoyé 1 200 soldats avec une vingtaine de chars et de l’artillerie lourde dans un camp près de Mossoul. Officiellement, ces camps servent à l’entraînement par la Turquie de Kurdes irakiens sunnites pour combattre l’État islamique.
La présence de chars et d’artillerie dans une base destinée à l’entraînement aux armes légères montre bien que les intentions turques sont belliqueuses. D’ailleurs, Ankara a déjà annoncé qu’elle allait pousser son dispositif à 2000 hommes. Beaucoup pour une simple mission d’entraînement.

Le gouvernement et tous les grands partis irakiens voient ce mouvement de troupes turques comme un acte hostile contre leur pays. Abadi a exigé le retrait immédiat des forces turques, mais il est peu probable que la Turquie obéisse.

De fait, la Turquie revendique la région de Mossoul depuis la fin de la Première Guerre Mondiale et convoite ses champs pétrolifères. S’implanter dans cette zone en profitant de l’anarchie ambiante est un moyen pour Ankara d’annexer de facto la région et de diriger encore plus le pétrole produit autour de Mossoul vers la Turquie.
La contrebande de pétrole entre les Kurdes du PDK, implantés autour de Mossoul, et la Turquie bat déjà son plein. La présence de l’armée turque permet, en attendant une possible annexion, de sécuriser ces flux de pétrole.

Il est probable que les États-Unis laissent cette situation tendue entre deux alliés en l’état. La seule solution pour le gouvernement irakien serait de faire appel à la Russie. Ce n’est pas invraisemblable quand on se souvient que le gouvernement irakien, pourtant fortement inféodé aux USA, avait annoncé que les frappes Russes anti-État Islamique étaient les bienvenues en Irak.

Le Général Desportes devant le Sénat : ce sont les USA qui ont créé l’État Islamique

Source : Sénat
L’intervention du Général Vincent Desportes devant la Commission des affaires étrangères du Sénat est à lire absolument. Ce grand stratège, limogé pour son franc-parler, ne déroge pas à sa réputation. S’il est étonnant d’entendre dans les enceintes feutrées du Palais du Luxembourg nommer aussi directement les responsables du chaos — Les USA en l’occurrence —, il est aussi intéressant de l’entendre dénoncer l’amateurisme et le manque de vision de la politique étrangère française, et notamment son volet militaire. Extrait.

Général Vincent Desportes, professeur associé à Sciences Po Paris. — Avant de revenir vers les critères d’évaluation des opérations extérieures, je crois qu’il faut dire, affirmer et répéter sans faiblesse : « Daesh delenda est ». Ayons la force de Caton l’Ancien.

Daesh est aujourd’hui le danger majeur. Nous n’avons certes pas les moyens de tout, en même temps. Les menaces doivent être priorisées, quitte à consentir quelques compromis avec les moins brûlantes : dans le monde réel, dans un contexte de ressources et de moyens limités, notre politique ne peut être que réaliste.

« Daesh delenda est »… mais nous ne pourrons répandre le sel sur le sol de l’Irak et de la Syrie. Il faudra au contraire le rendre fertile pour de nouvelles semences.

« Daesh delenda est »… et pourtant votre interrogation demeure fondamentale : personne ne doute ici qu’il faille détruire Daesh, mais devons-nous participer nous-mêmes à cette destruction ?

Un mot sur Daesh, d’abord.

Ne doutons pas de la réalité de la menace directe pour nos intérêts vitaux, dont notre territoire et notre population. Daesh est le premier mouvement terroriste à contrôler un aussi vaste territoire (35 % du territoire irakien, 20 % du territoire syrien). Ce qui représente 200 000 km² (soit l’équivalent de l’Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, PACA et Rhône-Alpes réunis) et une population de l’ordre de 10 millions de personnes. Ce territoire est imparfaitement, mais réellement « administré » par un « ordre islamique », fait de barbarie et de rackets. Daesh dispose d’un véritable « trésor de guerre » (2 milliards de dollars selon la CIA), de revenus massifs et autonomes, sans comparaison avec ceux dont disposait Al-Qaïda. Daesh dispose d’équipements militaires nombreux, rustiques, mais aussi lourds et sophistiqués. Plus que d’une mouvance terroriste, nous sommes confrontés à une véritable armée encadrée par des militaires professionnels.

Quel est le docteur Frankenstein qui a créé ce monstre ? Affirmons-le clairement, parce que cela a des conséquences : ce sont les États-Unis. Par intérêt politique à court terme, d’autres acteurs — dont certains s’affichent en amis de l’Occident — d’autres acteurs donc, par complaisance ou par volonté délibérée, ont contribué à cette construction et à son renforcement. Mais les premiers responsables sont les États-Unis. Ce mouvement, à la très forte capacité d’attraction et de diffusion de violence, est en expansion. Il est puissant, même s’il est marqué de profondes vulnérabilités. Il est puissant, mais il sera détruit. C’est sûr. Il n’a pas d’autre vocation que de disparaître.

« Daesh, autopsie d’un monstre », analyse du terrorisme islamique sur France Inter

02/12/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Les attentats du 13 novembre, ont-ils dénoué la parole des journalistes des grands médias ? En tout cas, cette analyse du conflit syrien sur France Inter est très intéressante et complète. On y entend parler des livraisons d’armes françaises aux terroristes, de l’échec de la politique internationale de la France sous l’impulsion de Laurent Fabius aussi bien en Libye qu’en Syrie. La responsabilité des Turcs, des Qataris et des Saoudiens dans la montée du terrorisme islamique est nommément mentionnée, de même que celle des Américains.

Attentats : le commanditaire derrière le commanditaire

30/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Contrairement à la thèse répandue, Abdelhamid Abaaoud ne serait pas le commanditaire principal des attentats du 13 novembre. Il s’agirait du Syrien Abou Mohammed al-Adnani, qui dirigerait les opérations extérieures de Daesh.

Un peu trop facile. Rapidement identifié, présent lors des attentats, tué par les policiers du Raid et de la BRI le 18 novembre à Saint-Denis, Abdelhamid Abaaoud, le djihadiste « belge » faisait un bon candidat-commanditaire, preuve… morte de l’efficacité des services de sécurité. Nombreux étaient pourtant les experts en terrorisme à douter de cette thèse, à l’instar d’Alain Bauer, qui annonçait, dès le lendemain de la mort d’Abaaoud, qu’il n’était « pas plus le cerveau que (sa) grand-mère », préférant une autre piste.

Le cerveau derrière le cerveau pourrait être Abou Mohammed al-Adnani, l’in des porte-parole de l’État Islamique en Syrie, mais aussi et surtout une sorte de ministre des opérations extérieures de Daech auprès de plusieurs pays occidentaux.
L’hebdomadaire Britanique The Sunday Times croit savoir qu’il est derrière les attentats de Paris, ce que corroborent les révélations du journal américain The New York Times, qui révélait que L’État Islamique dispose d’une division consacrée aux attentats en dehors du califat dirigée par le fameux Abou Mohammed al-Adnani.

Cette division fournirait aux terroristes locaux logistique et fonds, mais aussi marche à suivre idéologique et opérationnelle, leur laissant toutefois le choix de la date, de l’heure, du lieu et de la façon de semer la terreur sur un plan pratique. « En-dessous de [Abou Mohammed al-Adnani], il y a des émirs par nationalité, et donc il y a là un Français et un francophone, expliquait aussi Alain Bauer sur Europe 1, le 26 novembre.
D’après le Sunday Times, il contrôlerait un réseau de cellules terroristes prêtes à passer à l’acte dans au moins cinq pays européens, dont la France, la Grande-Bretagne et la Belgique. C’est lui qui avait appelé au meurtre de “mécréants” en Occident, appel suivi par de nombreuses attaques au couteau ou à la voiture bélier, notamment en France ou en Angleterre.

L’un des premiers djihadistes étrangers pour combattre la coalition occidentale engagée dans la guerre en Irak au début des années 2000, al-Adnani a été arrêté en mai 2005 par ces mêmes forces, et emprisonné jusqu’à 2010. Depuis, il sévit au sein de Daesh. Un parcours qui donne tout son relief aux propos de l’ex-patron de la DIA (Defense Intelligence Agency, renseignement militaire US), qui expliquait que les

prisons américaines en Irak étaient conçues comme des incubateurs de terroristes

Entretien exclusif : Un Français engagé volontaire en Irak pour combattre l’État Islamique

24/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Olaf, de son nom d’emprunt, est volontaire pour aller se battre contre l’État Islamique au sein de l’Assyrian French Legion, aux côtés des Kurdes. Il a accepté de témoigner de cet engagement en exclusivité pour NOVOPRESS.

NOVOpress : Vous allez rejoindre l’AFL, Assyrian French Legion, un groupe de volontaires français qui lutte contre l’État Islamique en Irak et en Syrie. Il s’agit d’un engagement très fort et d’un exemple trop rare de nos jours…
Olaf : Il est en effet assez hallucinant que personne ne réagisse dans ce sens face aux actes de guerre commis sur notre sol. Nous devrions être légion. Ce n’est plus une impression, c’est un fait, nous vivons dans l’ère des Bisounours…

NOVOpress : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Quel est votre parcours personnel, professionnel, militaire le cas échéant, avez-vous une famille ?
Olaf : Vous comprendrez que dans l’ambiance actuelle, je ne vous donnerai ni nom ni prénom, pour de simples raisons de sécurité.
On m’appelle Olaf, j’ai quarante ans, marié et père de cinq enfants, une solide formation militaire et un parcours professionnel dans la protection de VIP durant quelques années avant de fuir les grandes villes et de m’installer en pleine campagne pour retrouver une vie saine de paysan.

NOVOpress : Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à rejoindre l’AFL ? Sont-elles idéologiques ? Le goût de l’aventure et du risque y a-t-il sa place ?
Olaf : Mes motivations sont simples, elles s’appellent : Daesh, État Islamique, Mohammed Merah, Chérif et Saïd Kouachi, Amedi Koulibali, Bilal Hadfi, Abdelhamid Abaaoud, Salah Abdeslam… et tant d’autres. S’il devait y avoir une idéologie derrière mon engagement elle porterait tous les prénoms de toutes les victimes tombées sous les balles des sus-nommés. Le goût de l’aventure et du risque ? Non, tout est cadré, pas de place pour le romantisme. Ni mercenaire ni croisé, mais une nouvelle frange d’hommes capables de réagir face aux nouvelles guerres que le monde crée.

Lire la suiteEntretien exclusif : Un Français engagé volontaire en Irak pour combattre l’État Islamique

Michael T. Flynn (DIA) : « Les USA ont délibérément soutenu les islamistes en Syrie »

21/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
Michael T. Flynn, ancien patron de la DIA (Defense Intelligence Agency, renseignement militaire US) explique dans un entretien à Al-Jazeera, que non seulement les USA étaient au courant que les islamistes étaient les principales composantes de la « rébellion » contre Assad en Syrie, mais qu’ils ont encouragé cela en armant ladite rébellion. Il explique aussi que les prisons américaines en Irak étaient conçues comme des incubateurs de terroristes, les mêmes terroristes que l’US Air Force bombarde actuellement.

La puissance économique de l’État islamique : une analyse du Centre d’analyse du terrorisme

20/11/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le Centre d’analyse du terrorisme est l’un des plus importants laboratoires d’idées européens sur le sujet
Le Centre d’analyse du terrorisme (CAT) est présidé par Jean Charles Brisard, spécialiste du financement du terrorisme, ancien directeur du pôle d’enquête pour les familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001. Dans le comité d’honneur du CAT, on trouve entre autres le juge Marc Trévidic, du pôle antiterroriste près le tribunal de Grande instance de Paris ainsi qu’Alain Juillet, président du Club des directeurs de sécurité des entreprises, ancien haut responsable de l’Intelligence économique auprès du Premier ministre, et ancien directeur du renseignement de la DGSE.

Que nous apprennent les informations du CAT sur le financement de l’État islamique, publiées hier par le Figaro ?
Selon le CAT, l’État islamique dispose d’un patrimoine de quelque 2 260 milliards d’euros et d’un budget annuel de 2,6 milliards d’euros. Ce qui en fait l’organisation terroriste la plus riche et la plus puissante de l’histoire. Il est doté d’un gouvernement, et ses finances sont gérées par un ministre à part entière.

D’où proviennent ces richesses ?
Daech (acronyme arabe pour « État islamique ») contrôle un territoire grand comme la moitié de la France, à cheval sur l’Irak et la Syrie. Pour plus de 60 % de son budget annuel, il tire ses richesses de son territoire : pétrole, gaz, phosphate, blé, orge et coton. Ces matières premières sont écoulées vers le reste du monde avec la complicité de la Turquie, soutien essentiel du terrorisme musulman avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, par ailleurs alliés officiels des gouvernements occidentaux dans leur lutte contre l’islamisme… Comme tout État mafieux, et en Europe le Kosovo créé de toutes pièces par les États Unis en est un bon exemple, Daech vit également d’extorsions et de trafics en tout genre, trafic d’art ou encore d’êtres humains. Il dispose également d’un arsenal fiscal à faire pâlir nos socialistes, dont une taxe de 20 % sur les pillages des sites archéologiques ou encore la taxe de « protection » sur les non musulmans, la « jizya », qui ruinent les chrétiens d’orient.

Mais Daech a aussi des frais…
Il lui faut payer les salaires des 30 000 soldats de son armée, verser des pensions aux familles des combattants tués, entretenir ses bases militaires, payer les ingénieurs qui exploitent ses puits de pétrole et les financiers qui gèrent les nombreuses banques qu’il contrôle, en toute impunité. Il doit aussi payer la formation, bien sûr, islamiste, des enseignants. Bref, un État « presque » normal…

Sauver la Suisse ou pour l’attribution post-mortem du Prix Nobel de la Paix à Mouammar Kadhafi

09/11/2015 – MONDE (Tribune libre du Dr Anatoly Livry)
Avant que de prétendus démocrates ne renversent ces régimes, la Libye, l’Irak et la Syrie constituaient des verrous face au déferlement migratoire et contribuaient ainsi à la stabilité, donc la paix mondiale. Maintenant qu’ils ont sauté, la survie de l’Europe et de la Suisse sont menacées. Si pour le moment, le minima sociaux achètent une certaine paix sociale, la situation ne saurait perdurer.

Mettons les choses au clair : il n’y a pas de cadre civique qui soit plus immonde et plus nuisible aux peuples boréaux que la démocratie. Cela est le plus visible chez nous, en Suisse, où ce système abject – porte ouverte à une tyrannie déjà largement installée en Occident – se heurte constamment au rarissime trésor social issu des tréfonds de notre civilisation indo-européenne qu’est la politie : la cité qui s’exprime via « initiatives » et « référendums », autrement dit la voix du pays réel, est détestable au pays légal, cette tyrannie cosmopolito-médiatique, ultra-minoritaire, souvent allochtone, haïssant tant sa terre que son peuple et qui continue à se nommer, dans sa stupide arrogance, « démocratie ». En somme, nous avons dans les poumons alpins du continent l’illustration de ce qu’a théorisé Aristote durant ses promenades lycéennes.

En effet, les gouvernants avaient laissé, durant les dernières décennies, cette politie à la Suisse étant donné que ce pays servait de refuge utile aux « démocrates » du monde entier qui s’évertuaient à piller, chacun selon ses coutumes, leur État. Semblables à ces familles mafieuses qui s’engraissent du racket, de la prostitution et de la drogue, ils préféraient ces quartiers tranquilles de l’Europe pour élever leur progéniture dans le cadre de la préférence nationale, du patriotisme glorifié, du service militaire obligatoire via des milices populaires ayant leurs armes à domicile, du franc qui avait naguère glorieusement résisté à la monnaie unique et du secret bancaire tant qu’il existait. Désormais, la mondialisation permet à ces pseudo-élites de s’installer confortablement parmi des peuplades moins élevées et donc moins fières. Ils abandonnent par conséquent la Suisse, laquelle sera dès lors perdue en quelques décennies par son ancestral respect de la personnalité humaine, tout comme le continent qui l’entoure.

Lire la suiteSauver la Suisse ou pour l’attribution post-mortem du Prix Nobel de la Paix à Mouammar Kadhafi

Quelle Europe ? Par Vincent Revel

04/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Incapable d’avoir une ligne constructive à propos du problème syrien, Bruxelles joue encore avec le feu. Pour essayer de contraindre les Turcs à mieux contrôler leurs frontières, nos technocrates européens relancent une possible adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Face aux défis, crises, conflits et dangers de l’ère moderne – démographie croissante et galopante qui prévaut dans la majorité des pays musulmans et dans les pays en voie de développement, émergence politique et économique des puissances chinoise et indienne, défi du terrorisme islamiste et radicalisation du monde musulman, prolifération de la menace nucléaire, mondialisation des échanges, immigration de masse qui fragilise de nombreuses nations, loi des marchés financiers, grandes criminalités organisées, problèmes écologiques, impérialisme américain… -, l’Europe n’aurait-t-elle pas besoin, dans les années à venir, de se définir et de s’exprimer en tant que civilisation pour continuer à se faire entendre et respecter sur la scène internationale ?

L’Europe, à l’image de la France, défend, avec conviction et depuis trop longtemps, l’idée du multiculturalisme. L’ouverture aux cultures étrangères est devenue une obligation, une nécessité et un devoir pour les pays européens au point de vouloir les assimiler à nos sociétés et parfois les substituer à nos traditions.
Selon nos commissaires européens et les gardiens de la pensée unique, la diversité est considérée aujourd’hui comme une chance. Ce phénomène, typiquement occidental, est vécu comme une fatalité avec laquelle les nations européennes doivent se développer et vivre pour espérer construire un avenir radieux. Seuls les avantages du multiculturalisme sont mis en avant et jamais les inconvénients ne sont sérieusement pris en compte.

Lire la suiteQuelle Europe ? Par Vincent Revel

Oui, les soldats français peuvent tuer des djihadistes “français”

Terrorisme en France : message d'un djihadiste

03/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les djihadistes “français” qui combattent en Syrie peuvent être tués par les soldats français. C’est une des réponses qui ressort du colloque “Droit et Opex” qui se tient les 2 et 3 novembre au ministère de la Défense à Paris, qui traite des questions juridiques que soulèvent les opérations extérieures.

Claire Landais, directrice des affaires juridiques au ministère de la Défense, explique ainsi :

Rien dans notre droit n’interdit qu’un combattant qui serait français soit un objectif militaire. La nationalité ne protége pas le combattant sur un théâtre d’opérations lorsque ce sont des Français ou des gens résidant en France qui ont fait ce choix d’aller combattre. Ils savent qu’il y a des forces françaises en face. Dans les combattants, la question de la nationalité est secondaire. Elle peut se poser politiquement mais pas juridiquement.



Oui, les soldats français peuvent tuer des… par leparisien