Valls hésitation – Vers une régularisation massive des clandestins ?

Valls hésitation - Vers une régularisation massive des clandestins ?

Le mois prochain, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, doit adresser à tous les préfets la circulaire fixant les conditions de « régularisation » des immigrés clandestins. L’ennui, c’est que son élaboration se fait en partenariat et sous la vigilance des plus immigrationnistes des associations ! Pas sûr que la popularité de Manuel Valls dure longtemps…

Durant sa campagne présidentielle, François Hollande a nié vouloir « régulariser » de façon massive les immigrés, africains pour la plupart, séjournant de façon illégale sur le territoire français. « Les régularisations seront opérées au cas par cas sur la base de critères objectifs », assurait la proposition 50 de son programme, sans préciser quels seraient lesdits critères !

Lire la suiteValls hésitation – Vers une régularisation massive des clandestins ?

Un maire social-démocrate allemand dénonce la société multiculturelle dans un livre

Un maire social-démocrate allemand dénonce la société multiculturelle au sein d’un livre

17/09/2012 – 17h30
BERLIN (NOVOpress via Lionel Baland) –  Le social-démocrate Thilo Sarrazin a fait parler de lui en dénonçant dans un livre intitulé « L’Allemagne se suicide » les conséquences désastreuses de l’immigration, puis au sein d’un autre ouvrage portant le titre « L’Europe n’a pas besoin de l’euro » la politique de l’euro. Un autre social-démocrate, Heinz Buschkowsky, maire social-démocrate du quartier à problèmes de Neukölln (photo) (41 % d’immigrés) à Berlin, jette un pavé dans la mare en sortant un livre portant sur la vérité amère de la société multiculturelle. L’ouvrage s’intitule « Neukölln ist überall » (Neukölln est partout).

Lire la suiteUn maire social-démocrate allemand dénonce la société multiculturelle dans un livre

“Immigration-invasion : la nouvelle colonisation” par Filip Dewinter [vidéo]

“Immigration-invasion : la nouvelle colonisation” par Filip Dewinter [vidéo]

07/09/2102 — 18h00
ANVERS (NOVOpress) — Comme à son habitude Filip Dewinter, le leader du Vlaams Belang et candidat à l’élection municipale d’octobre prochain à Anvers, ne mâche pas ses mots quand il s’agit de dénoncer l’immigration, le multiculturalisme et l’islamisation de l’Europe. En effet, d’ici quelques jours, Filip Dewinter sortira un livre, associé à un DVD, intitulé “Immigration-Invasion : la nouvelle colonisation”. Dans cet opuscule, Filip Dewinter explique également comment et pourquoi il est possible d’y mettre fin

En attendant cette sortie, voici la vidéo de bande-annonce.

Cecilia Malmström: la “madame plus” de l’immigration

Cecilia Malmström: la "madame plus" de l'immigration

17/07/2012 — 17h40
BRUXELLES (NOVOpress) —
Mais qui est donc Cecilia Malmström (photo) ? Derrière son air d’institutrice revêche et ses lèvres pincées, se profile la Commissaire européenne (1) en charge de la coopération policière, des contrôles aux frontières, de l’asile et de l’immigration. Une femme visiblement pleine de contradictions qui se sent « responsable de la lutte contre les formes graves de criminalité internationale et la traite des êtres humains », mais qui professe une vision purement comptable et utilitaire des affaires des européens de souche. Le dit programme de Stockholm qu’elle vise à mettre en œuvre a pour but le maintien des bons résultats économiques européens sur le long terme, en faisant une fois encore appel non à la natalité des autochtones, mais à l’immigration pour résoudre les problèmes démographiques. Et ce programme prétend bien sûr garantir un niveau uniforme de droits et de devoirs tant pour les immigrés légaux que pour les citoyens européens, le regroupement familial, l’adoption de règles communes, afin que l’UE puisse bénéficier pleinement des effets positifs de cette immigration !

Le credo de madame la Commissaire : la liberté de circulation. Voilà qui ne fait pas bon ménage avec la tentation d’un rétablissement des contrôles -forcément stigmatisants…- , même passager, aux frontières des États, et elle n’hésite pas à se déclarer « déçue par le manque d’ambition européenne » sur ce point. Soyons clairs, pour elle, le contrôle aux frontières est inacceptable, n’étant pas un mécanisme européen ! Le lecteur comprendra dès lors facilement que « les 25 000 immigrants tunisiens arrivés en Italie (avec la volonté affichée de se rendre en France) ne sont pas un flux migratoire énorme justifiant la mise en œuvre de mesures exceptionnelles » ; mais aussi que les 400 000 entrées illégales dans l’UE et les 4 millions de clandestins qui peuplent l’espace Schengen (chiffres fournis par Claude Guéant alors encore Premier ministre) sont juste un problème de bonne gestion, et accessoirement un thème électoraliste…

Dans sa biographie madame Malmström indique: « j’ai grandi en partie en France et vécu et travaillé à Stuttgart et Barcelone. Ces expériences ont éveillé mon intérêt pour les autres cultures et pour la politique européenne ». Une exceptionnelle ouverture au monde donc, et une preuve de plus, s’il était nécessaire, de la totale déconnexion de la réalité du terrain et du vécu des Européens, de la part de ceux qui règnent sur leurs destinées à Bruxelles. Et en passant aussi du caractère foncièrement anti-européen de l’actuelle machinerie communautaire pour qui tout ce qui évoque l’identité des Européens de souche, apparaît comme foncièrement malsain.

 

(1) Étonnante mécanique que cette Europe, aux multiples rouages avec souvent des noms très proches (transparence?): il ne faut ainsi pas confondre le Conseil Européen (les chefs d’État des 27), le Conseil qui est celui des ministres des mêmes états, et le Conseil de l’Europe qui représente… 47 États, y compris les USA et Israël. Seul le Parlement européen est élu, mais il sert prioritairement à ratifier les décisions des autres instances, dont la fameuse Commission.
Des 27 membres de la Commission, seul le président est ” élu “, c’est-à-dire approuvé par le Parlement après nomination par le Conseil de l’Europe. Chaque Commissaire est désigné par son État membre originaire et le président de la Commission, et est censé œuvrer au bien commun de l’Europe.
Un fonctionnement dont la légitimité devient problématique dès lors que des chefs d’État élus (et même s’ils ne représentent pas automatiquement la majorité de leur peuple..) doivent céder aux injonctions de Commissaires non élus.

Crédit photo : Baltic Development Forum, via Flckr, licence CC.

[Tribune libre] Les incroyants sauveront les racines chrétiennes de la France – Par Julien Langella

Les incroyants sauveront les racines chrétiennes de la France - Par Julien Langella

Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters Sans Frontières. Son combat pour la liberté de parole ne souffre d’aucun deux-poids deux-mesures puisque le site Internet de la section francilienne du Bloc Identitaire a longtemps été hébergé par RSF, à l’instar d’exilés politiques sri-lankais ou de rebelles tchétchènes. Robert Ménard est aussi un ancien militant trotskyste. Il vient de publier sur son site web une chronique intitulée A-t-on honte de nos racines chrétiennes ? dans laquelle il condamne la proposition de l’Association Nationale des DRH de « neutraliser » des jours fériés du calendrier (Pentecôte, Ascension et Assomption) au profit des employés juifs ou musulmans qui ne souhaiteraient pas les chômer, afin de les échanger avec Yom Kippour ou l’Aïd.  Robert Ménard en profite pour rappeler le sens profond de ces jours fériés : « Et puis pourquoi, tant qu’on y est, ne pas interdire l’arbre de Noël du personnel, à connotation chrétienne (dans bien des entreprises, la présence d’une Crèche étant déjà interdite, considérée comme une provocation). Sans parler des crêpes dégustées à l’occasion de la Chandeleur qui, je le rappelle à nos laïcards, commémore la Présentation de l’enfant Jésus au Temple de Jérusalem et la purification de sa mère, la sainte Vierge… » (robertmenard.fr, 6 juillet 2012)

Alors qu’un ancien militant d’extrême-gauche rappelle que la France est « un pays de tradition chrétienne » et souligne l’indécence de « cette “honte de soi” qui semble gagner tout un pan de nos décideurs », le clergé catholique français – par la voix du porte-parole de la Conférence épiscopale Mgr Podvin – s’est empressé quant à lui de soutenir la proposition de l’ANDRH.  Mgr Podvin affirme que « les catholiques ne se sentent nullement propriétaires d’un calendrier » : « La signification religieuse, nous y sommes attachés, mais le respect de la diversité, c’est certainement une des sources de paix de la société » (Le Figaro, 29 juin 2012). Une autorité ecclésiastique française, dont on attend d’elle qu’elle prenne la défense de ce qui reste de chrétien dans notre pays, s’aplatit donc sans hésitation devant la religion du multiculturalisme et son Veau d’or, la « diversité », par souci de paix sociale.

Sauf que ce que l’on demande à un homme d’Eglise, ce n’est pas de jouer les assistantes sociales ou les éducateurs de banlieues mais de défendre une foi, les principes qui s’y rattachent et l’héritage civilisationnel qui en découle. Qu’on soit croyant ou non, qu’on admette ou non ces principes à titre individuel, n’importe qui avec un minimum de lucidité ne peut qu’être surpris par cette prise de position. Au mieux, choqué. De la même manière qu’on serait étonné d’entendre un pape défendre l’avortement, le libertinage sexuel et la légalisation du mariage entre un homme et un singe. Ça ne vous choquerait pas si un ouvrier de Caterpillar déclarait très tranquillement « notre travail, nous y sommes attachés, mais la solidarité avec les Chinois sans emploi, c’est certainement une des sources de la paix dans le monde » ?

Ce que traduisent les propos de Mgr Podvin, c’est la pire des lâchetés : l’abandon assumé de la masse des fidèles qui continuent de se tourner vers l’Eglise pour obtenir des réponses, recevoir un soutien, dans une période de l’histoire particulièrement hostile à toute forme d’espérance, si ce n’est celle d’obtenir 40 vierges après la mort. C’est une trahison. Une Eglise pareille ne peut plus s’étonner de se faire cracher dessus. Elle le mérite. Surtout que l’on attend toujours des autres clercs qu’ils montent au créneau contre Mgr Podvin. Comme on attend naïvement des musulmans prétendument « modérés » qu’ils dénoncent publiquement et massivement l’« intégrisme » islamiste, présenté comme une verrue sur la peau immaculée de l’islam « véritable », « pacifique » et « tolérant »…  On peut attendre encore longtemps.

Les incroyants sauveront les racines chrétiennes de la France – Par Julien Langella
Notre-Dame de Paris vers 1880, par Alfred-Alexandre Delauney. Domaine public. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les positions comparées de Robert Ménard et du clergé français montre une chose très importante : ce ne sont pas les théologiens les plus médiatiques et les hommes d’Eglise les mieux placés qui défendront avec vigueur les racines chrétiennes de notre pays, c’est au contraire la masse ordinaire des Français de souche qui désertent la messe parce qu’ils s’y ennuient fermement, ceux qui n’ont jamais compris ce qu’entendait ce nouveau curé originaire du Pérou par « royaume des Sioux » (en fait, Père Pépito voulait dire « royaume des Cieux »). Quand des « Français » de papier se presseront devant Notre Dame pour tout casser, la défense du patrimoine de l’Eglise – institution multi-séculaire qui a fait la France en choisissant de baptiser un barbare et de le couronner roi de notre pays – sera assurée par cette masse de Français ordinaires dont la seule tradition est de sécher la messe le dimanche. N’en déplaise à ceux qui croient acquise leur place au Paradis depuis qu’ils ont hébergé des clandestins maliens, ou encore ceux qui se flattent d’être plus « tradis » que leurs voisins mais qui ne voient pas plus loin que le bout de leur communauté ghettoisée. Ce sont ces « incroyants » qui résisteront. Les catholiques modèles et leur clergé, eux, croiront jusqu’au bout que les néo-barbares s’arrêteront ébahis devant l’autel. C’est peut-être possible, et mes mots sont peut-être ceux d’un cynique indifférent aux miracles, il n’empêche qu’on n’arrivera jamais à faire respecter à une masse de descendants d’immigrés haineux un héritage qui n’est pas celui des hommes de leur sang.

Robert Ménard est l’un de ses Français qui, croyants ou non, pratiquants pour les grandes occasions (et encore), ont cependant assez de clairvoyance pour comprendre qu’à travers l’Eglise, c’est la France et la civilisation européenne qu’on attaque. Que c’est eux qu’on attaque. C’est bien au nom de cette conscience de soi identitaire que Robert Ménard protestait sur Sud Radio l’année dernière, lorsque les manifestants madrilènes traitaient le Pape d’ « assassin » lors de sa venue aux JMJ : « ces insultes me font dire qu’il faut défendre ce Pape, notre Pape ! (…) Essayez juste une seconde de remplacer le Pape par un imam ou un rabbin, essayez d’être aussi virulent avec l’islam ou le judaïsme, qu’avec le catholicisme, notre catholicisme ! (…) J’ai d’autant plus envie de défendre ce pape que j’ai l’impression que les catholiques sont un peu honteux… Regardez les musulmans comment ils se mobilisent pour défendre leur foi (…) Les catholiques, nous, on a peu honte de ce qu’on pense ».

Ces catholiques non-pratiquants qui ont oublié depuis longtemps ce qu’il fallait dire et faire pendant une messe, qui ne se sentent pas à leur place au milieu des fidèles pendant l’office, savent par dessus tout qu’ils seront toujours dans une vieille église avec ses vitraux anciens et ses statues de saints comme un enfant dans les bras de sa mère. C’est un sentiment instinctif que rien ni personne ne pourra arracher de nos coeurs. Quelque chose qui se niche au plus profond de nous. Comme les croix au sommet des montagnes, les oratoires qui bordent nos chemins de campagne et ces noms de villages ou de montagne, Saint-Rémy de Provence ou la Sainte Baume. C’est notre identité.

Ce sont des sceptiques et même des athées qui défendront nos cathédrales et nos églises, au nom de la France, contre les bandes de racaille encouragées par leur sentiment de supériorité démographique. Pendant qu’un certain nombre de pratiquants consciencieux resteront plantés là, à tenter de parlementer avec les sauvages qui détruisent leurs lieux de culte, puis qui se consoleront en se disant que mourir en apôtre de la non-violence – leur vision du martyre –, c’est agir comme le Christ leur a enseigné. Je ne suis pas théologien et je ne jugerai pas de la validité de cette vision des choses. Ce que je sais en tout cas, c’est que j’aurai toujours plus d’amitié pour ceux qui seront en première ligne pour défendre ce que la foi de nos pères a édifié de plus beau dans notre pays, même s’ils sèchent la messe le dimanche. Ceux qui se dresseront pour défendre notre identité.

Julien Langella, pour Novopress
Responsable de Recounquista – Les Jeunes Identitaires de Provence.

Image en Une : Cathédrale de Chartres – Huile sur toile de Jean-Baptiste Corot, 1830. Domaine public via Wikipédia. Cliquer sur l’image pour la voir en entier.

Italie : débarquements quotidiens, 84 clandestins envahissent une plage au milieu des touristes

Italie : débarquements quotidiens, 84 clandestins envahissent une plage au milieu des touristes

30/06/2012 — 10h00
SANTA MARIA DI LEUCA (NOVOpress) —
Choc brutal jeudi soir pour les touristes qui étaient sur la plage de Santa Maria di Leuca , à la pointe méridionale du Salento, là où saint Pierre, selon la légende, avait débarqué dans sa route vers Rome. Vers 19h45, ils ont vu arriver un canot pneumatique qui a accosté, a fait descendre au moins 84 clandestins, et a repris le large à toute allure. L’embarcation était munie de puissants moteurs hors bord, qui lui ont permis de disparaître rapidement. La Capitainerie du port, il est vrai, s’est surtout inquiétée d’envoyer une vedette en mer pour vérifier que des clandestins supplémentaires n’avaient pas besoin d’être repêchés…

Les carabiniers ont retrouvé – on n’ose dire arrêté – 71 clandestins dans la soirée, dont deux femmes (l’une est enceinte) et cinq enfants de trois à quatre ans. Neuf adultes supplémentaires ont été retrouvés dans la matinée par les carabiniers, et la Guardia di finanza en a intercepté quatre à une gare voisine, alors qu’ils cherchaient à prendre le train. Il s’agit de Pakistanais, d’Afghans et de Bangladeshis. La Repubblica vous rassure, ils se portent tous bien, y compris la femme enceinte, qui a subi les examens d’usage. Ils ont été conduits au centre d’accueil Don Tonino Bello d’Otrante, où ils ont pu se restaurer avant les contrôles d’identité.

Cet énième débarquement dans les Pouilles confirme les prévisions des forces de l’ordre, qui s’attendent à « un été d’“arrivées” quasi quotidiennes. Le flux de clandestins venus de la côte grecque et de l’Afrique du Nord, vu les excellentes conditions de navigation, est continu, comme le montrent aussi les débarquements dans la nuit de mercredi à Reggio Calabria, et jeudi à Catane». Le Salento demeure la zone de débarquement préféré pour les embarcations parties de Grèce. C’est de là, selon toute probabilité, que venait le canot qui a débarqué à Leuca.

Offensive islamiste sur Liège

Offensive islamiste sur Liège

22/06/2012 – 12h00
LIEGE (NOVOpress) – Liège (Belgique), doit faire face à une violente offensive islamiste.  L’influence de l’association Markaz Attawhid, dirigée par les frères Islam et Khalil Usal, ne cesserait de croître, selon Sud Presse. Leur propagande vise particulièrement les habitants de Droixhe et Bressoux, deux quartiers de Liège.

Leur site internet est bloqué actuellement. Mais une ancienne adresse (copie d’écran en Une) de l’organisation musulmane met en ligne des vidéos de 2011, appelant à se « repentir et demander le pardon de ses frères avant le mois du Ramadan » ou encore, à « répondre à l’appel d’Allah et de Son messager ».

Financé par l’Arabie Saoudite, ce mouvement aurait des objectifs « extrêmement durs envers les non-Musulmans et les Musulmans eux-mêmes également ». Quand l’islamisation passe la vitesse supérieure en Belgique et dans l’ensemble de l’Europe…

Commémoration de la bataille de Saint-Vidian contre les sarrasins, à Martres-Tolosane

Martres-Tolosane : reconstitution de la bataille de Saint-Vidian contre les sarrasins

03/06/12 – 17h20
TOULOUSE (NOVOpress)  – Ce matin avait lieu à Martres-Tolosane (Haute Garonne) la reconstitution de la bataille de Saint-Vidian contre les sarrasins.

Cette reconstitution historique et religieuse est à notre connaissance la seule commémoration de la lutte contre l’invasion par les sarrasins dans le sud de la France durant plusieurs siècles.

L’église Saint Vidian de Martres-Tolosane a été ainsi nommée en l’honneur du guerrier qui, selon la légende, mis en déroute les sarrasins en ce lieu. Elle abrite ses reliques et c’est le point de départ de la procession de Saint Vidian lors de la fête du dimanche de la Trinité. Plus de 250 habitants participent à la reconstitution de la bataille entre sarrasins et chrétiens. En 2013 cette commémoration est prévue le 26 mai.

Martres-Tolosane : reconstitution de la bataille de Saint-Vidian contre les sarrasins

Italie : Allongement des permis de séjour pour les immigrés non-européens

Italie : Allongement des permis de séjour pour les immigrés non-européens

02/05/2012 – 08h00
VENISE (NOVOpress) –
Une par une, méthodiquement, sans guère rencontrer d’opposition, le gouvernement Monti (photo de Mario Monti) démantèle les quelques barrières qui restreignaient encore la submersion migratoire de l’Italie. Dernière invention en date, la durée des permis de séjour va être prolongée.

L’annonce vient d’en être faite au nom du ministre de l’Intérieur par le préfet de Vénétie, Domenico Cuttaia, au cours d’une rencontre à Venise avec Andrea Riccardi, ministre de la Coopération Internationale de Monti, le préfet de police Fulbio Dalla Rocca, et les représentants des communautés immigrées.

La loi italienne prévoit que les permis de séjour ne sont donnés qu’aux immigrés qui justifient d’avoir un employeur. Leur durée dépend du type de travail, de six mois pour un travail saisonnier jusqu’à deux ans pour un emploi en CDI. Un immigré en recherche d’emploi peut bénéficier d’un permis de six mois. Or, avec la crise, de nombreux immigrés sont sans emploi, si bien que, sur 600.000 permis de séjour sur le point d’expirer, plus de la moitié risquent de ne pas pouvoir être renouvelés : perspective évidemment terrifiante et qui violerait la règle sacro-sainte selon laquelle tout immigré qui a mis le pied sur le sol européen a vocation à y rester indéfiniment. On peut ajouter à cela le cas particulier des Tunisiens de Lampedusa, auxquels le gouvernement Berlusconi avait distribué des permis de séjour dits humanitaires de six mois en avril 2011 : lesdits permis avaient été renouvelés pour six mois en octobre dernier, et sont donc de nouveau arrivés à expiration.

Au cours de la réunion avec le ministre Riccardi, le vice-président du Conseil provincial pour l’immigration de Vénétie, le Sénégalais Masaer Diane a donc « demandé une extension de la durée du permis de séjour, pour le porter à trois ans, pour faciliter la recherche d’un nouvel emploi en cas de licenciement, comme cela arrive ces mois-ci en raison de la crise. Nous demandons la possibilité d’un peu de sérénité ». Le catho-communiste Riccardi, fondateur de la communauté mondialiste Sant’Egidio, a évidemment apporté « un plein soutien » à cette demande. Riccardi est déjà intervenu afin que le permis pour immigré en recherche d’emploi soit porté de six mois à un an.

Mais la déclaration la plus importante a été celle du préfet Cuttaia, qui a annoncé que la décision du ministre de l’Intérieur en ce sens était imminente. La durée de tous les permis existants devrait être doublée.

Selon le préfet, cette prolongation facilitera aux immigrés la recherche d’un nouvel emploi, tout en allégeant la charge de travail du personnel des préfectures de police, « comme celle de Venise, mobilisée en permanence pour le renouvellement des permis ». Des mesures de régularisation des clandestins devraient en outre être adoptées.

Crédit photo : FriendsofEurope via Flickr, licence CC.

Le Stade rennais n’a pas la Bretagne dans la peau

Le Stade rennais n’a pas la Bretagne dans la peau

12/04/2012 – 13h00
QUEVILLY (NOVOpress) –
Aujourd’hui, la Normandie voit la vie en rose et la Bretagne est rouge de honte. Depuis 2001, Quevilly est devenu le premier club amateur de National à atteindre la finale de la Coupe de France grâce à sa victoire contre Rennes (2-1) au stade Michel d’Ornano de Caen, hier soir. Les Haut-Normands affronteront l’Olympique lyonnais le 28 avril au Stade de France.

Cette nouvelle humiliation pour le Stade rennais est « indéfendable » pour Frédéric Antonetti, l’entraîneur des Rouge et Noir, éliminés de la Coupe de France par une équipe de rang inférieur pour la troisième saison d’affilée. Les Rennais  sont incapables de passer la vitesse supérieure lorsqu’ils ont l’occasion de faire la différence. Aussi bien en championnat (les dernières désillusions devant Auxerre, Valenciennes et Lyon, qui les scotchent à cinq longueurs de la quatrième place pour l’Europe) qu’en Ligue Europa face à l’Udinese et le Celtic Glasgow l’année dernière.

Cette nouvelle défaite face à Quevilly, club amateur qui se bat pour sa survie en National, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Depuis des années, la politique sportive du club de Patrick Le Lay mise sur un recrutement massivement africain.

Le Stade rennais n’a pas la Bretagne dans la peau

Résultat : un jeu ultra physique stéréotypé, pauvre techniquement, faible mentalement et sans envie de se transcender. Le coach corse du Stade rennais a annoncé qu’il fallait « tirer tous les enseignements » de la nouvelle déroute de ses protégés en terre normande. Cette prise de conscience passe par un profond renouvellement de l’effectif rennais. Sera-t-il enfin respectueux de l’identité d’un club, d’une ville et d’une région ?

Image : copie d’écran d’une page d’accueil du site du Stade Rennais.

Tareq Oubrou : « Il faut que l’histoire de la France soit réécrite à la lumière de la présence musulmane »

Tareq Oubrou : « Il faut que l’histoire de la France soit réécrite à la lumière de la présence musulmane »

30/03/2012 – 16h30
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Dans une interview accordée à nos confrères de Libération, l’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou répond à différentes questions au sujet des conséquences de l’affaire Mohamed Merah, du nom du meurtrier de confession musulmane, qui a défrayé la chronique ces derniers jours.

Quand Alexandra Schwartzbrod (ancienne correspondante de Libération à Jérusalem) l’interroge sur sa responsabilité en tant qu’imam auprès des jeunes, celui-ci répond : « Je crois surtout que chacun doit assumer ses responsabilités. A commencer par l’école. Il faut que l’histoire de la France soit réécrite à la lumière de la présence musulmane aujourd’hui. Que ce soit en astrophysique, en mathématiques ou en philosophie, la contribution de l’islam à la civilisation occidentale est immense [NDLR : voir en réalité ce qu’il en est dans « Aristote au mont Saint-Michel : Les racines grecques de l’Europe chrétienne » ]. Cela permettrait aux jeunes de culture musulmane de se retrouver dans le programme enseigné à l’école et de ne pas se sentir stigmatisés » !

Ainsi, pour que les jeunes musulmans ne se sentent pas stigmatisés par la société française, il faudrait « que l’histoire de la France soit réécrite ». Les rôles ne sont-ils pas inversés ? N’est-ce pas aux immigrés arrivant en France à s’adapter à la culture, aux valeurs et à l’histoire de France ?

Membre de l’AMG, (Association des musulmans de Gironde) affiliée à l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), Tareq Oubrou est également l’ancien président de l’association « Imams de France ».

Branche des frères musulmans, l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), connaît actuellement une nouvelle polémique concernant son congrès annuel, avec le refus du ministre de l’intérieur [dans un rétropédalage de circonstance] d’accorder un visa à l’un de ses prêcheurs vedettes, l’islamiste Youssef Al-Qaradaoui. Celui-ci qui est un des cheikhs les plus influents du monde musulman, recommande en effet l’extermination physique des homosexuels, la possibilité de frapper les femmes ou encore le meurtre des juifs.

Dans un communiqué de presse, l’UOIF décrit l’islamiste Youssef Al-Qaradaoui comme « un homme de paix et de tolérance qui a œuvré pour l’ouverture et la modération et dont les positions ont toujours été en faveur de la justice et de la liberté des peuples« .

Mairie de Londres : le candidat travailliste joue la carte islamique

Mairie de Londres : le candidat travailliste joue la carte islamique

21/03/2012 – 10h00
LONDRES (NOVOpress) –
« Je ferai de Londres un phare de l’Islam ». C’est la promesse de Ken Livingstone, candidat à la mairie de Londres aux élections municipales qui auront lieu au mois de mai.

Livingstone s’est adressé aux musulmans vendredi dernier, lors de la prière à la mosquée de Finsbury Park (photo), longtemps contrôlée par l’islamiste Abu Hamza, actuellement en prison pour terrorisme, et désormais contrôlée par une association extrémiste liée au Hamas, la Muslim Association of Britain. Livingstone a expliqué qu’il avait lu l’année dernière « le dernier sermon du Prophète (que la paix soit sur lui) » et qu’il y voyait « un programme pour l’humanité tout entière » et « un Credo pour nous tous ». Il a continué en s’engageant à « arrêter la démonisation de l’Islam», qui, selon lui, est répandue « par des journaux empoisonnés comme le Daily Mail et le Daily Telegraph ». « Je veux passer les quatre années qui viennent [les quatre années de mandat du maire, NdR] à assurer que tous les non-musulmans à Londres connaissent et comprennent les paroles et le message » de Mahomet. Pour joindre, si l’on ose dire, l’utile à l’agréable, Livingstone a promis aux fidèles de la mosquée de « rendre votre vie un peu plus facile sur le plan financier ».

Livingstone avait été maire de Londres de 2000 à 2008 et, en cette qualité, avait accordé de très généreuses subventions aux mosquées et aux associations musulmanes de la ville, qui l’en avaient remercié en faisant activement campagne pour sa réélection à un troisième mandat en 2008. Il n’en avait pas moins été battu par l’actuel maire conservateur, Boris Johnson. Il est prêt à tout pour reconquérir la mairie en 2012.

Les statistiques ethniques étant, comme on sait, autorisées en Grande-Bretagne, un rapport officiel sur les élections municipales de 2004 et de 2008 à Londres  avait souligné l’importance dans le vote de l’appartenance ethnique et religieuse. «Le lien entre le vote pour le parti travailliste et les zones à pourcentages élevés de Pakistanais et de Bangladeshis s’est renforcé entre 2004 et 2008. Un autre important changement enregistré concerne le rapport entre le vote pour le parti conservateur et les zones à pourcentages élevés de population Britannique blanche. La corrélation positive entre ces éléments est passé de 0,44 en 2004 à 0,56 en 2008 » (le coefficient de corrélation est compris entre -1 et 1 ; un coefficient de +/- 0,5 est considéré comme fort). Il y a de même une forte corrélation positive (0,57) entre vote travailliste et pourcentages élevés de musulmans, comme entre vote conservateur et pourcentages élevés de chrétiens.

Commentant les propos de Livingstone sur son blogue du Daily Telegraph, Ed West  estime que « Ken va probablement perdre l’élection, et la raison est qu’il a un sérieux problème blanc ». « Des propos comme ceux qu’il a tenus à la mosquée de Finsbury Park ont peu de chances de renverser cette tendance ». Compte tenu de l’évolution de la population londonienne, brutalement manifestée par les émeutes de l’été dernier, on peut pourtant penser que Ken Livingstone sait ce qu’il fait.

Crédit photo : Matt Buck, via Flickr, licence CC.

“D’une colonisation l’autre” entretien avec Emil Darhel [audio]

“D’une colonisation l’autre” entretien avec Emil Darhel

21/12/2011 – 19h00
PARIS (NOVOpress) –
« Une légende particulièrement tenace voudrait que la France soit une terre de mélange depuis des siècles. C’est totalement faux ».

C’est sûr cette phrase que débute l’argumentaire d’Emil Darhel dans son livre D’une colonisation l’autre paru tout récemment .

Les informations réunies dans cet ouvrage concernant, pour la France, la démographie, la criminalité, l’immigration, les intentions plus ou moins assumées des partis politiques traditionnels, etc. sont jusqu’à présent et pour la plupart d’entre elles restées hors de portée du grand public.

Ce livre est un appel à une prise de conscience nécessaire de la situation catastrophique qui se trame en Europe aujourd’hui. Un pamphlet criant de vérité, synthétisant à la fois les analyses d’un Bernard Lugan sur la colonisation de l’Afrique notamment ainsi que ses conséquences ou encore d’un Guillaume Faye sur la colonisation de l’Europe.

Pour présenter l’ouvrage, nous avons rencontré son auteur, Emil Darhel.

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress France.

[MEDIA not found]

La mairie de Nantes invite les étrangers à orienter sa politique des vingt prochaines années

La mairie de Nantes invite les étrangers à orienter sa politique des vingt prochaines années

04/12/2011 – 15h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – Le Conseil nantais pour la citoyenneté des étrangers (CNCE) entend peser sur l’enquête publique « Ma ville demain », qui doit dessiner le visage de Nantes en 2030. Mais le CNCE, création de la municipalité nantaise, est piloté par une salariée de la ville de Nantes…

La communauté urbaine de Nantes a ouvert depuis plusieurs mois une enquête publique intitulée « Ma ville demain, inventons la métropole nantaise de 2030 » (photo en Une) qui s’achèvera dans quelques jours. Elle vise officiellement à recueillir l’avis des habitants sur l’évolution de l’agglomération dans les vingt prochaines années.

La collectivité dirigée par Jean-Marc Ayrault serait-elle devenue un modèle de démocratie directe ? C’est peu probable. « Ce genre d’opération n’est jamais innocent et n’a rien à voir avec un sondage », estime un politologue nantais. « Dans la plupart des cas, les participants authentiques sont peu nombreux et peu représentatifs de la population. L’essentiel des avis provient de militants, de sympathisants et d’obligés. Derrière une apparence de consultation, il s’agit presque toujours de légitimer une politique déjà arrêtée. On est sur le registre de la communication politique, pas sur celui de la sociologie. »

Et en effet, passé la période de lancement, la municipalité nantaise se cache à peine pour orienter une enquête qui recueille en réalité très peu de réponses spontanées. Elle s’appuie pour cela sur des relais d’influence politique mis en place ces dernières années.

L’un d’eux est le Conseil nantais pour la citoyenneté des étrangers (CNCE), instance municipale créée pour favoriser la montée en puissance des « Nantais venus d’ailleurs ». Sa coordinatrice, Sterenn de Lafargue, qui émarge depuis 2010 à la mission citoyenneté, intégration, égalité de la ville de Nantes, vient de battre le rappel de ses troupes. Ma ville demain, leur écrit-elle dans un courrier électronique, « est une opportunité pour que le CNCE, qui fait remonter tout au long de l’année ses enjeux pour Nantes sous l’angle de l’accueil, l’intégration, la citoyenneté, les discriminations, rende encore plus visible ces préconisations. »

Le CNCE organise mardi 6 décembre à 18h30 une réunion pour mettre au point sa participation à l’enquête. Son caractère d’instrument politique s’affiche clairement à cette occasion. « Cette séance est ouverte plus largement aux personnes de votre entourage désireuse de contribuer à faire remonter l’avis des nantais d’origine étrangère, pour que Nantes 2030 n’oublie pas les enjeux d’accueil, d’intégration et d’égalité vis à vis des nantais immigrés », insiste Sterenn de Lafargue. « Participer à la séance ne nécessite pas de maîtriser parfaitement le français, il s’agit surtout d’avoir envie de s’exprimer sur la Ville de Nantes et la place des immigrés. » Demain, sans doute, Jean-Marc Ayrault et son entourage pourront ainsi affirmer : « Notre enquête l’a montré, les Nantais veulent faire plus de place aux immigrés ».

Le fait pour des étrangers de tenter d’orienter la politique municipale en leur faveur relève d’un travail de lobbying classique. Ce qui est moins classique est que le groupe de pression est ici délibérément constitué, financé et encadré par la ville de Nantes elle-même.
Rarement une tentative de manipulation de l’opinion publique aura été menée de manière aussi voyante.

Sterenn de Lafargue ne tente pas de dissimuler l’origine de son mail : il est envoyé de son adresse électronique à la mairie de Nantes. Le CNCE est officiellement « composé de citoyens de nationalité étrangère, hors union européenne et de nouveaux ressortissants de l’union européenne (Roumanie, Bulgarie) ». Cette exception relative aux Roumains et aux Bulgares intrigue. Il s’agit manifestement d’une discrimination. Reste à savoir si elle est négative ou positive. Et ce qu’en pense l’Union européenne, ainsi que la Roumanie et la Bulgarie elle-mêmes.

6 500 euros d’entretien par an le camp vide pour les gitans !

6 500 euros d’entretien par an le camp vide pour les gitans !

18/11/2011 – 14h00
FOIX (NOVOpress) –
La loi Besson du 5 juillet 2000 impose à chaque commune de plus de 5 000 habitants d’aménager à ses frais une aire d’accueil pour les gens du voyage. Cette règle est souvent agitée par les autorités et les associations pro nomades comme un moyen d’éviter les nombreuses invasions illégales de gitans.

Sur le terrain, la réalité s’avère différente. Nouvel exemple après d’autres, à Foix dans l’Ariège où une aire vaste et confortable n’est quasiment pas utilisée par les gens du voyage. Le site Ariège news révèle pourtant que ces infrastructures ont coûté en frais d’entretien plus de 2 500 euros en 2009 et 6 500 euros en 2010 ! Pourtant, le Conseil général envisage maintenant de construire une aire de grand passage. En cette période de grande crise économique, les Français apprécieront-ils de telles largesses ?

Pascal Légitimus sombre dans le politiquement correct

Pascal Légitimus sombre dans le politiquement correct

16/11/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
A l’affiche depuis le 11 octobre dernier du Théâtre du Palace à Paris pour son premier spectacle intitulé Alone Man Show, Pascal Légitimus propose un spectacle très politiquement correct où il est question encore de racisme anti-noir, de traite négrière « qui a enrichi des ports comme Le Havre ou La Rochelle » et de métissage.

De mère arménienne et de père antillais, Pascal Légitimus (photo) aime rappeler ce proverbe africain durant son spectacle : « Si tu ne sais pas où tu vas, arrête-toi et regarde derrière toi ». Dans son cas, un déracinement qui lui fait perdre son humour. Celui qui faisait rire la France entière, quand, avec Les Inconnus, il croquait avec talent l’islamisation de la France dans une parodie de la série culte, Les envahisseurs.

Crédit photo : nicolas genin, via Flickr, licence CC.

De l’immigration à l’invasion ? Par Jean-Yves Le Gallou [vidéo]

De l'immigration à l'invasion ? Par Jean-Yves Le Gallou

Article reproduit avec l’aimable autorisation de la Fondation Polémia.

[box class=”info”] L’agence2presse a mis en ligne une vidéo sur le thème « De l’immigration à l’invasion ? » Cette conférence a été prononcée par Jean-Yves Le Gallou (photo), en juillet 2010, à l’Université d’été de Renaissance catholique consacrée à l’Identité nationale. Il s’agit là d’un point précis, complet et sans concession sur la question de l’immigration. Polémia en présente ici un court résumé ainsi que la vidéo. Polémia[/box]

Dès 1991, Valéry Giscard d’Estaing avait évoqué, dans le Figaro Magazine, le risque que l’immigration ne se transforme en « invasion ». Selon la définition des dictionnaires, toutes les invasions ne sont pas guerrières. On peut aussi parler d’invasion lors d’arrivées de personnes en grand nombre (« invasions de touristes », par exemple). L’action d’envahir correspond aussi au fait de « se répandre dangereusement ».

Une immigration « subie » et non « choisie »

Deux remarques ici s’imposent :

  • l’une, historique, rappellera que ce que les Français nomment les « grandes invasions » du Haut Moyen Age n’étaient que des migrations infiniment lentes, définies comme « une promenade des peuples » (Völkerwanderung en allemand) ;
  • l’autre, politique, fera observer que l’immigration qualifiée de « choisie » dans le langage gouvernemental ne représente que 10% du total (20.000 migrants sur 200.000, clandestins non compris).

L’immigration est donc d’abord le résultat d’un très grand nombre de décisions individuelles étrangères : immigration nuptiale (à hauteur de 50.000 cas par an), immigration d’étudiants, regroupement familial, immigration « humanitaire ».

Les étrangers clandestins sont aussi en nombre croissant puisque l’Aide médicale d’État dont ils bénéficient concernait 74.000 cas en 2000 mais 204.000 en 2009, soit trois fois plus.

Et ce, sans parler de l’outre-mer où Mayotte et la Guyane sont littéralement submergées : Saint-Laurent-du-Maroni et Mamoudzou étant les premières maternités de France par le nombre de naissances.

Des mouvements migratoires ni toujours pacifiques, ni toujours amicaux

Or, force est de reconnaître que ces mouvements migratoires ne sont ni toujours parfaitement pacifiques, ni toujours parfaitement amicaux.

L’islam notamment impose ses mœurs : vestimentaires (voile), architecturales (mosquées, coupoles et minarets) et ses interdits alimentaires (halal). Aux siens d’abord, ce qui est une vision communautariste des choses, mais aussi aux autres, ce qui est un processus de colonisation agressive.

Dans les quartiers à forte immigration on constate aussi fréquemment des comportements de prédation. Dans les prisons françaises, plus de la moitié des détenus sont musulmans. Heureusement, depuis la spectaculaire sortie d’Éric Zemmour, il n’est plus médiatiquement possible de nier le lien entre délinquance et immigration.

Ainsi les conclusions sont évidentes : l’immigration est un phénomène massif (nos amis suisses parlent à juste titre « d’immigration de masse ») ; c’est un phénomène subi plus que souhaité par le pays d’accueil ; c’est un phénomène qui présente des aspects de prédation. Il n’est donc pas linguistiquement illégitime de parler d’invasion.

Différentiel de pressions : démographique, sociale, morale

Cette immigration/invasion s’explique par la mise en œuvre de différentiels de pression :

  • différentiel de pression démographique entre le sud et le nord de la Méditerranée ;
  • différentiel de pression sociale : la France qui a des frontières ouvertes et un Etat-providence très généreux apparaissant comme un eldorado ;
  • différentiel de pression morale entre des minorités conquérantes et une majorité culpabilisée (selon le triptyque esclavage, colonisation, « shoah »).

Acteurs et complices de l’immigration/invasion

Cette invasion a des acteurs :

  • les gouvernements étrangers, qui exportent des chômeurs et récupèrent des devises ;
  • le patronat, qui utilise l’immigration pour faire baisser les salaires ;
  • les riches (et les moins riches), qui font appel à une main-d’œuvre domestique bon marché ;
  • les associations et les avocats immigrationnistes qui vivent de subventions publiques.

Cette invasion a aussi des complices : les hommes politiques et les chefs syndicalistes qui savent mais se taisent.

Le basculement idéologique : sortir du carré carcéral de l’idéologie dominante

Les remèdes ne sont ni technologiques, ni administratifs, ni même politiciens. La mise en œuvre d’une vraie solution suppose un basculement idéologique : sortir du carré carcéral de l’idéologie dominante.

  • Rompre avec l’individualisme marchand et retrouver le sens de la souveraineté nationale ;
  • Rejeter l’actuelle rupture avec les traditions et revenir aux racines de la civilisation européenne et chrétienne d’expression française ;
  • Jeter aux orties l’antiracisme « communisme du XXIe siècle » et retrouver le discernement, le libre choix et le droit à la préférence nationale ;
  • Abandonner le mondialisme au profit du patriotisme économique, de l’identité nationale et de la frontière.

Ceci devrait s’accompagner de l’application du principe de précaution : ne pas accepter d’immigration nouvelle en provenance de pays dont beaucoup de ressortissants présents en France ne sont pas pleinement assimilés.

Les conditions d’un basculement sont en train d’être réunies :

  • La France connaît une « fin de partie » budgétaire : il n’est plus possible de financer l’immigration en créant de la dette ;
  • La France connaît une « fin de partie » médiatique : les médias de l’oligarchie ne sont plus crédibles et les médias alternatifs éclairent de mieux en mieux l’opinion.

Jean-Yves Le Gallou
3/11/2011

Voir aussi :

La submersion migratoire : problématique nationale, problématique européenne ?
Colonisation de peuplement arabo-musulmane : la preuve par les mariages
L’hallalisation : signe d’une islamisation de plus en plus visible et totalitaire
L’économie de l’immigration

Et aussi : www.renaissancecatholique.org

[box class=”info”]Source : Polémia[/box]

Immigrés Kurdes et Turcs s’affrontent à Paris [vidéo]

Kurdes et Turcs viennent s'affronter à Paris

30/10/2011 – 21h30
PARIS (NOVOpress) —
Des affrontements violents ont opposé des militants Kurdes et Turcs, place de la Bastille à Paris.

Environ 150 manifestants turcs étaient réunis contre «le terrorisme en Turquie» ce dimanche après-midi, lorsque plusieurs dizaines de partisans du PKK les ont assailli.

Selon un organisateur de la manifestation, Hakan Fakili, membre d’une association d’échanges culturels entre la France et la Turquie cité par l’AFP, «dix manifestants ont été blessés, lynchés par des terroristes du PKK venus du quartier de Strasbourg-Saint-Denis armés de projectiles et de battes de base-ball». Les policiers ont séparé les belligérants en jetant des grenades lacrymogènes et en formant par la suite un cordon de sécurité entre les deux parties.

Ces affrontements font craindre une escalade de la violence en Ile-de-France entre Turcs et Kurdes, l’attaque de cette après-midi ressemblant fortement à une déclaration de guerre.
Encore une fois, l’immigration que les gouvernants de l’Union Européenne et français laissent déferler aboutit à ce que la France en particulier soit de plus en plus le lieu de combat des différents peuples non-européens.

NB : Le titre qui apparait dans la vidéo ci-dessous n’est pas de Novopress.