L’échec de l’intégration des musulmans démontrée dans une émission en Belgique

24/01/2015 – BELGIQUE (NOVOpress)
« L’intégration est un échec ! ». Voilà le thème du premier numéro de l’émission « Dossiers tabous » diffusé mardi soir sur RTL TVI. Annoncé en grande pompe car marquant le retour à la télé du célèbre journaliste belge Jean-Claude Defossé, les Belges étaient impatients de découvrir ce programme. Mais outre les appréciations de certains Belgo-belges, l’émission a provoqué un tollé.

Et pour cause, Jean-Claude Defossé présente l’intégration des immigrés musulmans en Belgique comme un «échec». Politiques, militants associatifs, citoyens lambda, les critiques ont émané de tout bord.

Jean-Claude Defossé assume totalement son reportage :

Accusé par les uns de “surfer sur les clichés” ou de faire un “mélange d’amalgames”, M. Defossé ne change pas sa ligne de conduite. “Mon but était de secouer le cocotier pour voir ce qui tombait, de faire réfléchir en somme. Et j’ai réussi. Un reportage sans critiques, c’est pour moi un reportage à l’eau tiède. Si c’était à refaire, je ne changerais rien”.


Face au développement de l’immigration, l’Allemagne s’interroge sur l’intégration

02/12/2014 – BERLIN (NOVOpress)
Selon une étude de l’OCDE, l’Allemagne est devenue la première destination d’immigration en Europe. En 2012, le pays a accueilli 400.000 migrants et la tendance devrait se poursuivre.

Alors que l’Europe s’inquiète d’une radicalisation religieuse d’une frange de sa population, deux responsables de la CDU, le parti d’Angela Merkel, ont posé la question d’une interdiction de la burqa dans les espaces publics. « La burqa ne fait pas partie pour moi de la diversité religieuse mais d’une image négative des femmes », a déclaré lundi l’une des vice-présidentes de la CDU, Julia Klöckner, au Rheinischen Posten se prononçant «pour une interdiction» du voile intégral.

[Lu sur le Net] L’école républicaine terre de djihad – par Dimitri Casali

Un Français, converti à l'islam, cible prioritaire des Etats-Unis contre Al-Qaïda

16/10/2014 – PARIS (via Le Huffington Post)
À 5 heures de vol de Paris, on assassine des enfants et des vieillards, on décapite des pères sous les yeux de leur fils, on vend des femmes sur les marchés comme esclaves. Le phénomène inaugure un véritable retour au Moyen Âge – en particulier pour les femmes – et près de 1000 jeunes Français sont impliqués dans ce retour à la barbarie.

Le phénomène des djihadistes français est en partie dû à la faillite de l’école républicaine qui ne remplit plus son devoir d’intégration. (…)

Cette liberté qu’ils n’hésitent pas à remettre en cause au nom de la communauté musulmane, l’Oumma (communauté des Croyants indépendamment de leur nationalité et des lois des Etats qui les accueillent). Pendant toutes ces années passées au sein du système éducatif, on a laissé grandir en eux la haine de la France mais aussi le faux alibi de la victimisation et de l’oppression.

(…)

La montée des fondamentalismes et du communautarisme dans nos écoles ouvre la porte à des contestations de plus en plus nombreuses. (…) Ces dernières années sont marquées par une affirmation de l’appartenance religieuse dans les comportements des élèves au sein même de l’enceinte des établissements avec le refus de parler français dans les cours de récréations. Le but est de dresser une frontière entre eux et les autres élèves qui ne font pas partis de leur communauté… Ainsi, par l’entremise des réseaux sociaux et des Sms (jusqu’à 80 par jours) que ces adolescents reçoivent, l’école française est constamment critiquée. Des pans entiers des programmes d’histoire sont contestés comme la christianisation du monde gallo-romain, l’étude des croisades ou de la décolonisation. Dans le domaine scientifique, l’évolutionnisme est remis en cause au profit de l’action divine d’Allah et un créationnisme est imposé par l’élève, sans argumentation. Il arrive que des enseignants, désemparés devant leurs élèves, cherchent auprès de l’imam le plus proche la justification religieuse pour pouvoir continuer leurs cours. Quant aux cours de gymnastique et de piscine, les adolescents reçoivent l’interdiction de s’y rendre en particulier les jeunes filles qui ne peuvent être en mixité avec les garçons.

Lire la suite[Lu sur le Net] L’école républicaine terre de djihad – par Dimitri Casali

Pour Alain Juppé, le concept d’assimilation est « dépassé »

Pour Alain Juppé, le concept d’assimilation est « dépassé »

11/09/2014 – BORDEAUX (via Infos Bordeaux)
Le maire de Bordeaux risque de se faire des nouveaux ennemis dans son propre camp. Dans un ouvrage qui sort aujourd’hui, Les 12 travaux de l’opposition, douze anciens ministres ou Premiers ministres UMP ont planché chacun sur une thématique. Alain Juppé a choisi l’identité heureuse, une réponse à l’Identité malheureuse d’Alain Finkelkraut.

Il invite notamment ses amis de l’UMP à faire leur deuil du concept d’« assimilation » qui consiste à vouloir « effacer les origines, nier toute différence ». Selon Alain Juppé, candidat aux primaires de l’UMP pour l’élection présidentielle de 2017, il faut « comprendre et accepter » la fidélité des immigrés à leurs origines, « source d’une diversité qui enrichit notre patrimoine ».

La position du maire de Bordeaux n’est pas une nouvelle. En octobre 1999, ce dernier déclarait déjà au journal Le Monde : « Il faut accueillir de nouveaux immigrés ». Selon une enquête Ipsos datée du mois de janvier, 83% des sympathisants de l’UMP trouvent qu’il y a « trop d’étrangers en France ».

Crédit photo : ministère tunisien des Affaires étrangères via Flickr (cc).

15 % des Français soutiendraient l’action djihadiste au Moyen-Orient – par Gabriel Robin [MàJ]

Totalitarisme islamique : de l’Irak à la France ? par Guillaume Faye

20/08/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Selon un sondage commenté par Russia Today et conduit par ICM Research pour l’agence de presse russe Rossiya Segodnya (et relayé en France en premier par Fdesouche, note de Novopress), jusqu’à 15 % des Français soutiennent l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Cela signifie très concrètement que 150 personnes sur 1.000 en France approuvent ou excusent les fosses communes pour les Yézidis, les ventes de femmes chrétiennes comme esclaves au souk de Mossoul ou bien l’application de la charia. Vous avez bien lu, vous ne rêvez pas.

Ce soutien français est le plus élevé parmi tous les pays interrogés dans le cadre du sondage, les Anglais étant 7 % à approuver les actions de l’État islamique et les Allemands seulement 2 %. Plus préoccupant encore : le soutien massif des 18-24 ans et des 25-34 ans, respectivement 27 et 22 % de supporters de l’EIIL parmi ces catégories d’âge. Des chiffres qui font froid dans le dos, surtout lorsqu’on les compare à ceux très inférieurs observés en Allemagne et en Grande-Bretagne. La jeunesse française est donc, pour une large part, extrêmement radicalisée.

Le directeur du Centre d’études françaises de l’académie russe des sciences, Yuri Rubinsky, estime que « ce sondage n’est pas le résultat de la sympathie d’un nombre important de Français pour cette organisation terroriste. C’est simplement la manifestation d’un immense rejet du système existant dans son ensemble. Il s’agit d’une forme de rejet des élites, une forme de protestation » (traduit de l’anglais). Yuri Rubinsky n’a pas tout à fait tort : les classes politiques, médiatiques ou d’affaires subissent un désaveu de plus en plus prononcé des Français, probablement plus qu’ailleurs en Europe ou dans le monde occidental. Cela ne suffit pourtant pas à expliquer le soutien de tous ces Français, surtout jeunes, à de tels monstres.

Deux explications conjointes peuvent être avancées pour commenter ce sondage très préoccupant (peu de chances, d’ailleurs, de le voir diffusé ailleurs que sur Internet ; espérons qu’Éric Zemmour en prenne connaissance pour en informer l’ensemble des Français).

Lire la suite15 % des Français soutiendraient l’action djihadiste au Moyen-Orient – par Gabriel Robin [MàJ]

[Lu sur Internet] Patriotes algériens, choisissez votre fidélité ! – par Gabriel Robin

[Lu sur Internet] Patriotes algériens, choisissez votre fidélité ! - par Gabriel Robin

03/07/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
L’Algérie a accompli un parcours footballistique extraordinaire et inattendu lors de cette coupe du monde brésilienne. Passés près d’une qualification historique face à l’ogre allemand, les joueurs algériens ont fait montre d’un grand courage et d’un patriotisme sans faille. Ils ont prouvé que le cœur et l’abnégation mis au service au service de la nation chérie, peuvent parfois abattre des montagnes.

(…)

Parmi les joueurs composant cette équipe, 16 sont nés en France et 13 de ceux-ci sont binationaux. Nombre d’entre eux ont fait le choix de l’équipe nationale algérienne car ils savaient ne pas avoir leur place sportivement en équipe de France. Certains ont cependant choisi l’équipe algérienne par patriotisme, leur âme penchant vers ce qu’ils considèrent être leur patrie charnelle. Et on peut constater qu’ils n’ont pas fait une erreur en se laissant guider par leurs sentiments. Car, à l’instar de l’équipe grecque, une équipe homogène et décidée peut compenser un manque de joueurs vedettes. Cela vaut pour le sport comme pour toutes les autres activités humaines, l’homme est un animal grégaire et ne s’entend jamais aussi bien qu’avec ses semblables les plus proches.

(…)

Partant de ce constat, et compte tenu des difficultés qu’affrontent les sociétés algériennes et françaises (dont le problème d’intégration des binationaux algériens), peut-être ces jeunes tiraillés entre deux patries doivent-ils faire le choix d’aider leur pays d’origine à grandir, et ainsi opter pour le retour ? Quand on se revendique d’un ailleurs avec autant de véhémence, il faut mettre ses actes en conformité avec ses discours.

Gabriel Robin

Crédit photo : DR

Pour lire le texte dans son intégralité

Le Bloc identitaire présente sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration »

17/02/2014 – PARIS (NOVOpress) La semaine dernière, le gouvernement socialiste avait présenté sa « feuille de route pour la politique d’égalité républicaine et d’intégration ». En réaction, le Bloc identitaire a décidé de publier aujourd’hui sa « feuille de route pour la politique d’identité et de remigration ».

Au sujet du projet socialiste, le Bloc identitaire est très clair :

Détaillée en 26 points, cette note est un véritable concentré de haine de la France et de son identité. Elle révèle le fond de la pensée de nos actuels gouvernants : les Français de souche européenne doivent s’adapter aux masses immigrées, pour mieux disparaître en silence. Parti de la résistance et de la persistance française et européenne, le Bloc Identitaire a décidé de répondre à cette énième provocation en proposant dès aujourd’hui sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration ».

En 26 mesures également, le Bloc Identitaire entend montrer qu’en politique il n’y a pas de fatalité, mais simplement de la volonté. Répondant ainsi aux mondialistes – de gauche comme de droite – mais aussi à ceux qui, se réclamant pourtant patriotes, ont baissé la garde face au multiculturalisme, par fatalisme ou confusion idéologique. Loin des fantasmes de « réconciliation » ou d’assimilation massive, nous pensons que le seul moyen d’éviter le chaos qui découle fatalement des sociétés multiculturelles (et donc multiconflictuelles) c’est aujourd’hui d’envisager, de manière pacifique et concertée, la remigration. C’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine d’une majorité des immigrés extra-européens présents sur notre territoire. Si ces mesures peuvent sembler aujourd’hui « impossibles » ou « radicales » à certains, nous sommes persuadés que les temps à venir se chargeront de les rendre à la fois possibles et nécessaires.

Voici les 26 propositions du Bloc identitaire :

1. Abrogation du droit du sol.

2. Abrogation du regroupement familial.

3. Expulsion automatique et interdiction de territoire de tout étranger commettant un délit ou un crime sur notre sol.

4. Mise en place d’accords avec les pays d’origine pour que les peines de prison de leurs ressortissants soient effectués chez eux.

5. Déchéance rétroactive de la nationalité française pour tout étranger naturalisé ayant commis un délit ou un crime ces 10 dernières années.

6. Déchéance automatique de la nationalité française pour tout binational ayant commis un crime ou délit.

7. Mise en place d’un Fond d’Aide au Retour associé au lancement d’une campagne de sensibilisation incitant les immigrés à rentrer chez eux.

8. Création d’un Haut-Commissariat à la Remigration.

Lire la suiteLe Bloc identitaire présente sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration »

Feuille de route pour l’intégration : “Assimilation des Français aux immigrés”

Feuille de route pour l’intégration : “Assimilation des Français aux immigrés”

07/02/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Dévoilé jeudi par i-Télé, la feuille de route sur l’intégration du gouvernement, s’articule autour d’une quarantaine de propositions visant « à perfectionner la politique d’intégration et la lutte contre les discriminations. » Ce document devrait être remis aux acteurs concernés mardi prochain.

Pour permettre l’intégration des étrangers, le gouvernement souhaite privilégier les actions dites « positives », c’est-à-dire favorisant les étrangers au détriment des français. Tous les domaines de la société sont ainsi touchés par ces mesures. Dans le domaine de l’éducation, l’accès aux concours de la fonction publique va être « démocratisé », soit ouvert en priorité aux étrangers ou français de papier issus de l’immigration. Dans le domaine professionnel, il est question de favoriser « les techniques de “médiation active” en matière de recrutement », mais aussi de favoriser les actions collectives contre les discriminations au travail. Enfin, l’accès au logement sera également touché.

Au-delà de l’aspect culturel, certaines mesures apparaissent comme inouïes au vu de l’état des finances publiques françaises

Lire la suiteFeuille de route pour l’intégration : “Assimilation des Français aux immigrés”

Avec le projet sur l’intégration, la « nouvelle société » reste l’obsession des socialistes

Avec le projet sur l'intégration, la « nouvelle société » reste l'obsession des socialistes

17/12/2013 – 10h00
PARIS (Bulletin de réinformation) – Le Premier ministre a été critiqué vendredi au sujet d’un rapport sur la « refondation de la politique d’intégration ». De quoi s’agit‑il ?

Ce projet est dans les tiroirs du gouvernement depuis plusieurs mois. Des « groupes de travail » composés de pseudo‑experts ont répondu à la commande de Matignon et remis cinq rapports. Le site du Premier ministre indique que leurs « préconisations serviront de base au travail que le gouvernement engage pour définir les grands axes de la politique d’intégration ». Un séminaire gouvernemental est en effet prévu en janvier qui devrait déboucher sur un projet de loi. C’est donc un projet totalement assumé et prioritaire, dès lors que pour Jean‑Marc Ayrault « la bataille pour l’intégration, c’est la bataille pour le modèle républicain ».

Lire la suiteAvec le projet sur l’intégration, la « nouvelle société » reste l’obsession des socialistes

Hollande et Valls prennent leurs distances avec le rapport d’intégration

Rapport d'intégration : Hollande et Valls prennent leurs distances

14/12/2013 – 15h15
PARIS (NOVOpress) – Il ne pouvait pas rester silencieux face au tollé général grondant à droite et au scepticisme de certains ténors de son propre camp. En déplacement en Guyane, François Hollande a fait savoir que le rapport d’intégration rendu à Jean-Marc Ayrault ne reflétait « pas du tout la position du gouvernement ».

En privé, son entourage murmure qu’il serait très irrité que ces propositions explosives aient été mises en ligne sans aucune précaution. Le Premier Ministre, dont la légitimité apparaît de plus en plus discutable après une telle bourde, s’est, lui, emporté contre Jean-François Copé qu’il a qualifié d’ « irresponsable » et de « menteur » « à côté de la plaque », après que le chef de l’UMP eut critiqué avec virulence un rapport qu’il juge destructeur pour la République.

Interrogé sur BFMTV, Manuel Valls a avoué qu’il ne se reconnaissait « pas dans l’orientation générale de ce rapport » qui comporte des « aspects inacceptables », tout en précisant que « la volonté du gouvernement est de refonder notre système d’intégration pour que cela fonctionne ». Rétropédalage, propos contradictoires et discours nébuleux sont décidément la marque de fabrique de ce gouvernement.

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)