Tag Archives: instrumentalisation

Rohingyas

Rohingyas : qui a donc intérêt à jeter de l’huile sur le feu ?

13/09/2017 – MYANMAR (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : L’attention des médias est dirigée vers des violences ethniques mineures au Myanmar, l’ancienne Birmanie. Selon la presse « occidentale », les Rohingyas musulmans sont injustement ostracisés, chassés et tués par des foules bouddhistes et par l’armée dans l’Etat d’Arakan près de la frontière avec le Bangladesh. Les organisations humanitaires occidentales comme Human Rights Watch joignent leurs voix à celles d’islamistes comme le président de la Turquie, Erdogan, pour déplorer le sort des Rohingyas. Cette curieuse alliance s’est également nouée pendant les guerres en Libye et en Syrie. Est‑ce que quelqu’un jette de l’huile sur le feu ?

Il semble que oui. L’ancien conflit ethnique dans l’Etat d’Arakan est très ancien. Mais il s’est transformé au cours des dernières années en une guerre de guérilla djihadiste. Selon le site de réinformation « Moon of Alabama », cette guerre serait financée et dirigée par des Etats musulmans telle l’Arabie saoudite.

La zone a en effet un intérêt géostratégique. L’Etat d’Arakan est une sortie vers l’Océan Indien. Dans cette zone sont prévues des réalisations chinoises pour un montant d’un milliard de dollars : une zone économique, un port en eau profonde. Des oléoducs et gazoducs sont reliés à la province chinoise du Yunnan. Ils permettent l’importation d’hydrocarbures du golfe persique vers la Chine tout en évitant le goulet d’étranglement du détroit de Malacca et les sites de la mer de Chine méridionale qui font l’objet d’une contestation. Les puissances du Golfe et les Etats‑Unis peuvent ainsi avoir intérêt à mettre des bâtons dans les roues des projets chinois, en ravivant une opposition ethnique latente.

Les Rohingyas ont‑ils une légitimité historique à vivre en Birmanie ? Les Rohingyas sont des immigrés, de plus ou moins longue date. Ils immigrent dans les régions du nord de l’Etat actuel d’Arakan au Myanmar depuis le XVIe siècle. Il y a eu une grande vague d’immigration sous l’occupation impériale britannique, il y a environ cent ans. L’immigration illégale en provenance du Bangladesh s’est poursuivie au cours des dernières décennies. Au total, environ 1,1 million de Rohingyas musulmans vivent au Myanmar. Le taux de natalité des Rohingyas est plus élevé que celui des Bouddhistes locaux d’Arakan. Ces derniers se sentent sous pression dans leur propre pays, qui a localement connu un grand remplacement de population.

Saint François d’Assise, patron de l’immigration ?

Saint François d’Assise, patron de l’immigration ?


06/09/2011 – 12h00
ASSISE (NOVOpress) –
C’est désormais dans trois semaines, le 27 octobre, qu’aura lieu la rencontre interreligieuse internationale convoquée par le pape Benoît XVI à Assise pour célébrer les 25 ans de celle qui avait été organisée dans cette même ville par Jean Paul II, en octobre 1986. Il n’est pas de notre ressort de traiter des aspects théologiques de cette initiative, et moins encore de prendre parti entre les catholiques qui la critiquent et ceux qui la défendent.

Ce qu’on doit relever, en revanche, c’est la manière dont cette rencontre, avant même qu’elle ait eu lieu, est d’ores et déjà exploitée par la fraction la plus immigrationniste de l’Église catholique. On l’a vu en septembre lors de la rencontre internationale de la Communauté Sant’Egidio, « Bound to live together : Religions et cultures en dialogue », qui s’est placée « dans l’esprit d’Assise » pour exalter le multiculturalisme et dénoncer « la peur de la diversité ».

Mgr Giancarlo Bregantini, archevêque de Campobasso-Bojano, président de la commission de la Conférence épiscopale italienne pour les problèmes sociaux et le travail, a été encore plus direct mardi, jour de la Saint-François, dans la basilique même d’Assise, lors de la messe solennelle pour la remise de l’huile de la lampe votive sur le tombeau du saint. Dans son homélie, il n’a pas craint de parler d’immigration en propres termes. « Dans la réalité croissante de l’immigration, s’est-il écrié, ni la peur ni les refoulements ne feront la route du futur. Mais accueillir avec confiance, étudier les autres cultures, rencontrer le sultan : voilà les armes du saint d’Assise. Et elle sont aujourd’hui encore nos armes invincibles pour un dialogue entre générations, entre régions d’Italie, et entre peuples et religions différents. C’est ainsi que nous sentons déjà la joie des cantiques qui monteront au Ciel le 27 de ce beau mois, sous la conduite du pape Benoît, en merveilleux écho de 25 ans de dialogue interreligieux ».

Saint François d’Assise, bien sûr, était allé voir le sultan d’Égypte, Malik al-Kâmil, en 1219, lors de la cinquième croisade, pour le convertir au christianisme ou, à défaut, pour subir le martyre.

Saint François d’Assise, patron de l’immigration ?

Tableau sur bois de Fra Angelico. Saint François d’Assise devant le sultan et l'épreuve du feu (1429).

Voici, par exemple, comment l’épisode est raconté par saint Bonaventure, au chapitre IX de sa Vie de saint François :

« il prêcha avec un tel courage, une telle force et une telle ardeur au soudan [sultan] le Dieu en trois personnes et Jésus-Christ sauveur de tous les hommes, qu’en lui s’accomplissait clairement cette promesse du Seigneur : Je mettrai en votre bouche des paroles et une sagesse auxquelles vos ennemis ne pourront résister, et qu’ils ne pourront contredire. En effet, le soudan voyant le zèle admirable et la vertu du serviteur de Dieu, l’écoutait volontiers et le pressait avec instance de prolonger son séjour auprès de lui; mais François, éclairé d’en haut, lui dit : “Si vous voulez vous convertir à Jésus-Christ, vous et votre peuple, je demeurerai de grand coeur avec vous. Mais si vous hésitez à abandonner la loi de Mahomet pour la foi du Sauveur, faites allumer un grand feu : je le traverserai avec vos prêtres, et vous serez à même de juger alors quelle est la croyance la plus certaine et la plus sainte, et celle qui mérite l’adhésion de vos coeurs.” — “Je ne pense pas, répondit le soudan, qu’aucun de nos prêtres consentît pour la défense de sa foi à s’exposer au feu ou à subir quelque autre genre de tourment.” En effet, il avait vu un de ses prêtres, homme de zèle et déjà avancé en âge, prendre la fuite, en entendant les propositions de François. Alors le saint ajouta : “Si vous voulez me promettre pour vous et pour votre peuple d’embrasser la foi de Jésus-Christ dans le cas où je sortirai sain et sauf du milieu des flammes, je les traverserai seul. Si le feu me fait sentir ses ardeurs, vous l’attribuerez à mes péchés ; mais si la puissance du Seigneur me protège, vous reconnaîtrez que le Christ est la vertu et la sagesse de Dieu, qu’il est le Dieu véritable et le Sauveur de tous les hommes.” Le soudan déclara qu’il n’osait accepter une telle proposition dans la crainte de voir son peuple se soulever. »
Finalement, « reconnaissant qu’il n’aurait aucun succès auprès de cette nation et qu’il ne pouvait obtenir l’objet de ses désirs, averti par une révélation du ciel, François revint en Europe ».

L’historien John Tolan, a consacré en 2007 un livre très intéressant, Le Saint chez le Sultan, à suivre les échos de l’épisode jusqu’à nos jours  : ou comment un événement historique dont on ne sait presque rien est devenu un mythe. Il y a noté la transformation récente de saint François d’Assise en précurseur du dialogue interreligieux. Et il a conclu : « Dans un monde hanté par la violence interreligieuse et les prévisions apocalyptiques de nouveaux chocs de civilisations, je risque d’être perçu comme pédant si j’insiste sur les bases fragiles de cette image d’un saint œcuménique et ennemi des croisades. Mais ces auteurs des XXe et XXIe siècles ne font pas autre chose que leurs devanciers : créer un saint à la mesure de leurs exigences idéologiques.»

Créer un saint à la mesure de ses exigences idéologiques, cela ne s’appelle-t-il pas l’instrumentalisation ?