Tag Archives: indépendance

Carlos Puigdemont assouplit sa position sur l’indépendance de la Catalogne

15/11/2017 – CATALOGNE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le 13 novembre dernier, au quotidien belge Le Soir, l’ancien dirigeant indépendantiste Carlos Puigdemont a déclaré : « Je suis disposé et j’ai toujours été disposé à accepter la réalité d’une autre relation avec l’Espagne » et de poursuivre par : « Moi qui ai été indépendantiste toute ma vie, j’ai travaillé pendant trente ans à obtenir un autre ancrage de la Catalogne dans l’Espagne ! »

Mais pourquoi un changement de position comme cela? Carlos Puigdemont a remporté la consultation et l’immense manifestation de soutien dont nous avons parlé hier devrait le conforter dans sa position. Mais il n’est pas sur dans cette position de pouvoir être réélu. Car c’est là que le bât blesse. En effet, il avait déclaré qu’il ne serait candidat que si sa candidature était issue d’un consensus. Or, ses alliés de gauche avec le maire de Barcelone en tête est de moins de moins proche du président en exil. De plus, son parti est en retard dans les sondages.

Et Mariano Rajoy le président espagnol lui part en campagne. 
Il était à Barcelone ce week-end pour lancer la campagne de son parti majoritaire dans le pays, le Partido Popular. Il y a donc 3 lignes qui se dessinent aujourd’hui. Celle pro-Espagne tenu par le parti de droite classique de Mariano Rajoy au pouvoir, celle de la gauche républicaine de Catalogne qui s’alliera surement avec l’extrême gauche, tenant d’une rupture simple et immédiate avec l’Espagne, et celle de Puigdemont qui serait entre les deux. Mais ne pas oublier que c’est lui qui a déclaré quand même l’indépendance, fin octobre.

Pour rappel, lors des dernières élections, les indépendantistes avaient eu la majorité en siège à l’assemblée mais pas en voix en rassemblant 47,8 % en 2015.

Catalogne

Indépendance ou non ? Ces Catalans expliquent leur choix

06/11/2017 – CATALOGNE (NOVOpress)
Une langue, une culture mais surtout un besoin d’indépendance. France 24 est allé à la rencontre de Catalans qui comptent défendre leur identité.

Extraits choisis :

Nous revendiquons nos racines, notre culture dans lesquelles nous avons toujours grandi. Nous voulons tout ça. Nous avons aidé l’Espagne à grandir mais elle ne fait que s’infliger de la souffrance.

(…)

Les Catalans votent parce qu’ils se voient comme une nation avec le droit de décider d’eux-mêmes.


Eric Zemmour

Eric Zemmour : « A chaque fois que la Catalogne se révolte, Madrid réprime » 

Catalogne10/10/2017 – CATALOGNE (NOVOpress) : Alors que la Catalogne attend le discours de Carles Puigdemont, Eric Zemmour l’affirme : « Les indépendantistes catalans n’ont pas de chance : ils arrivent trop tard dans une Europe trop vieille, où on a le patriotisme honteux, où les élites se la jouent citoyens du monde et grands Européens. »

« Le nationalisme est vu par nos progressistes d’aujourd’hui comme une maladie honteuse qu’il faut éradiquer », a-t-il affirmé ce matin sur RTL.

Mais « les Catalans sont des gens obstinés » et les Espagnols aussi : « A chaque fois que la Catalogne se révolte, Madrid réprime. » Et de constater que « seuls les matchs de foot entre le Real Madrid et le Barça permettent aux Catalans d’exprimer leur nationalisme ».

« Quand Franco meurt en 1975, rappelle-t-il, on danse dans les rues de Barcelone. En 1978, la Catalogne et toutes les autres régions espagnoles deviennent des régions autonomes. C’est “cafe para todos” (“café pour tous”). »

Et de conclure : « On croyait que le café clôturerait le repas des nationalistes catalans, il leur avait seulement ouvert l’appétit. »

Catalogne

Catalogne et Kosovo : le deux poids deux mesures de l’Union européenne

04/10/2017 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : C’est le président serbe Aleksandar Vucic qui pose la question : « Comment se fait‑il que, dans le cas de la Catalogne, le référendum d’indépendance ne soit pas validé par Bruxelles, mais qu’à ses yeux la sécession du Kosovo, pourtant organisée sans référendum, le soit ? » Le Kosovo, berceau et cœur historique du royaume de Serbie, avait été reconnu indépendant par l’Union européenne en 2008 alors qu’il n’avait fait l’objet d’aucun référendum. « C’est le meilleur exemple du deux poids deux mesures et de l’hypocrisie dans le domaine de la politique internationale », ajoute le président serbe Aleksandar Vucic.

Les pays où des mouvements séparatistes agissent, comme l’Espagne, n’ont pas reconnu cette indépendance du Kosovo. La Grèce, la Tunisie, la Roumanie non plus. C’est également la position adoptée par la Russie, notamment parce qu’elle révèle l’ambivalence de la position occidentale dans le dossier de Crimée. « Nos partenaires occidentaux ont créé le précédent du Kosovo de leurs propres mains », déclarait Vladimir Poutine devant le Parlement russe, en 2014. Poutine avait alors estimé que la situation au Kosovo et en Crimée était « exactement la même », mais que la diplomatie occidentale, dans sa grande majorité, avait choisi de traiter les deux cas de manière différente et incohérente.

Catalogne : Malgré les violences policières, le “oui” à l’indépendance l’emporte avec 90% des voix

02/10/2017 – CATALOGNE (NOVOpress)
Ces images ont fait le tour du monde. Des membres de la Guardia civil en train de rentrer de force dans un bureau de vote de Gérone. C’est ici que Carles Puigdemont, le président de Généralité de Catalogne devait voter dimanche. Mais les policiers sont arrivés avant et ont confisqué les urnes.

À travers toute la Catalogne les interventions très musclées de la police nationale ont laissé des traces. Au moins 92 personnes ont été blessées dont deux gravement. Selon les chiffres des services d’urgence de Catalogne plus de 760 personnes ont été l’objet d’une assistance médicale.

Ces images de femmes, de jeunes, de familles molestées par la guardia civil ont été reprise en boucle à la télévision et sur les réseaux sociaux et ont suscité les réactions en Europe.

Selon La Vanguardia, ces scènes de violence entre citoyens et policiers auraient eu lieu dans plus de quarante endroits en Catalogne. En grande majorité à Barcelone et à Gérone mais également dans des communes de moindre importance de la région.

Qu’importent les violences, l’interdiction du référendum….ils étaient des milliers dimanche soir à attendre les résultats du vote sur la Plaça de Catalunya à Barcelone. Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, les organisateurs du scrutin revendiquent 2,2 millions de votants. 90% d’entre eux aurait dit oui à l’indépendance.


Kosovo, le chaos endémique

16/02/2016 – MONDE (NOVOpress)
Huit ans après la proclamation de son indépendance dans l’euphorie générale des populations albanaises, le Kosovo est toujours la proie d’une corruption massive et d’une violence chronique. Interruptions de sessions parlementaires au gaz lacrymogène, violences de rue, troubles entre Serbes et Albanais sont monnaie courante, même à l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance. L’État ne fonctionne pas, au grand dam des habitants de toutes les communautés.


Publié le

Catalogne indépendante ? un vote dans la bonne direction

28/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Lors du scrutin régional dont les résultats sont tombés hier soir, les Catalans ont donné une nette victoire – en sièges, pas en voix — à la coalition indépendantiste. Mais pour une indépendance réelle, de la région, il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

Aux élections régionales, la participation a atteint le score record de 77 %, dépassant de 10 points celle du dernier scrutin en 2012. C’est donc légitimement que le président indépendantiste sortant Artur Mas a clamé la victoire de sa coalition « Junts pel si » (Ensemble pour le oui), qui regroupe indépendantistes de gauche et nationalistes de droite.

Nous avons un mandat démocratique (…) nous avons une énorme légitimité pour aller de l’avant avec notre projet.

A-t-il déclaré à l’issue du scrutin.

De fait, la coalition remporte 62 sièges et devrait avoir la majorité absolue si elle s’allie avec les 10 députés de la CUP, favorable à la sortie de l’UE et de l’euro, qui s’oppose en tout point à la formation d’Arthur Mas, libérale de centre-droit.
Pour autant, l’onction démocratique n’est pas si nette, le camp indépendantiste dans son ensemble recueillant au 47,8 % des suffrages, la différence voix/sièges s’expliquant par le mode de scrutin qui favorise les cantons ruraux plus favorables à l’indépendance. Un point que n’ont pas manqué de souligner les tenants du « Non ».

Mais il en faudra plus pour arrêter Artur Mas, qui avait déjà organisé en 2014 un référendum sans valeur légale, qui avait obtenu 80 % de « oui » pour l’indépendance, pour 40 % de participation et avancé la date du scrutin régional, qu’i présentait comme un plébiscite en faveur de l’indépendance.
Si la coalition applique son programme, elle devrait réaliser une déclaration institutionnelle dès l’investiture de ses élus afin d’exposer officiellement son intention de déclarer l’indépendance. Après une première phase de la législature qui sera consacrée à la construction de « structures d’État » permettant un transfert de souveraineté — (justice, fisc, ambassades, parlement autonome…). Les indépendantistes ont promis la tenue d’élections constituantes dans un délai maximal de 18 mois.
À l’issue de ce processus, deux options principales sont possibles.
Forts d’un succès au référendum d’autodétermination, la Catalogne déclare son indépendance, avec la forte probabilité d’un bras de fer avec le gouvernement central.
Plus prudemment, les indépendantistes pourraient signer avec Madrid un accord d’autonomie élargie, comprenant notamment les pleines prérogatives fiscales.

Crédit photo : Ivan McClellan via Flickr (CC) = Catalan National Day


La Catalogne bientôt indépendante ?

04/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le président de la Catalogne espère transformer les élections régionales anticipées en plébiscite sur l’indépendance de la région à moyen terme.

Les indépendantistes catalans veulent jouer le tout pour le tout. En anticipant d’un an les élections régionales, dont la date a été fixée lundi au 27 septembre, le président catalan, Artur Mas, espère accélérer le processus vers une souveraineté irréversible.
Bien que le texte d’organisation des élections régionales se garde de toute référence à l’indépendance, le président espère une sorte de feu vert en vue d’obtenir à moyen terme la sécession de la région, qui pèse 20 % du PIB national.

Madrid, qui s’oppose farouchement au processus indépendantiste, n’a cessé, par l’intermédiaire des tribunaux, de faire avorter les différentes initiatives de l’Exécutif catalan, dont le référendum d’autodétermination.
Interdit par Madrid et sans valeur légale, le scrutin du 9 novembre 2014 avait obtenu 80 % de « oui » pour l’indépendance, pour 40 % de participation. Un bon score pour un scrutin libre.
Artur Mas, le président de la région, a assuré à l’avance que le décret d’organisation des élections régionales serait « juridiquement inattaquable », mais

Politiquement, l’élection constituera un plébiscite pour la liberté et la souveraineté de la Catalogne

a-t-il annoncé.
Lire la suite

Pétrole / Gaz : les Européens doivent fermer les robinets des Américains et des pays musulmans

30/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La disparition soudaine de Christophe de Margerie le 20 octobre 2014 a profondément attristé l’ensemble des Français. Elle a aussi brutalement fait prendre conscience à beaucoup l’importance d’une société comme Total pour l’indépendance de la France et de l’Europe, qui doivent se dégager de la tutelle énergétique des USA et des pays musulmans.

Une Europe agressée par l’alliance américano-musulmane
Depuis plusieurs décennies, et cela s’accentuant gravement il n’est plus possible pour nos « élites » collaboratrices et leurs médias de le cacher aux peuples européens, l’Europe est en guerre sur deux fronts contre deux civilisations impérialistes que sont la civilisation américaine (à travers l’idéologie du Mondialisme) et la civilisation islamique. L’analyste Guillaume Faye qualifie d’« alliance américano-musulmane » cette convergence d’intérêts. Concrètement, les dollars d’un côté servant à racheter les entreprises européennes, la construction de mosquées sur le sol européen de l’autre ; une guerre économico-religieuse livrée aux Européens et à leur civilisation, mais une guerre menée par des colonisateurs d’une lâcheté historique, car celle-ci, menée en douceur depuis des décennies de façon à ne pas éveiller les soupçons, n’a jamais été officiellement déclarée aux Européens.

Le pétrole, principale cause du malheur des Européens
Pilier de l’économie contemporaine, le pétrole est une source d’énergie vitale pour la France et l’Europe. « Les produits pétroliers couvrent 97 % des besoins de carburant. Le pétrole est donc indispensable dans le secteur du transport et sans lui aucune activité économique n’est possible », explique Jean-Pierre Favennec, directeur expert à l’IFP, dans son livre Géopolitique de l’énergie.
Or, « le pétrole est une des bases économiques de l’hégémonie américaine et des moyens financiers des États musulmans », remarque quant à lui Guillaume Faye dans Pourquoi nous combattons – manifeste de la Résistance européenne ;

l’industrie pétrolière est détenue à 80 % par des sociétés anglo-saxonnes. […] Le soutien américain objectif, comme celui de la gauche européenne pro-US, aux musulmans tchétchènes est lié à la volonté américaine de contrôler la route pétrolière des champs de la Caspienne. De même, les principaux producteurs de gaz (Algérie, Indonésie, Asie centrale) sont des pays musulmans. La production pétrogazière est entre les mains des intérêts américano-musulmans.

De tous les pays musulmans producteurs de pétrole, l’Arabie saoudite est celui qui représente le mieux cette « alliance américano-musulmane ». Jean-Pierre Favennec écrit qu’« avec 15 % des importations américaines de pétrole brut, l’Arabie saoudite est un partenaire-clé des États-Unis. Elle s’est ainsi alignée sur la politique de sécurité américaine et admet une présence militaire dans trois bases sur son sol afin d’atténuer l’instabilité de la région et l’impact sur les prix du brut. Les deux pays sont en effet fortement liés par des intérêts stratégiques et énergétiques communs. Depuis la fondation du royaume dans les années 1930, les termes du contrat sont clairs : les États-Unis assurent la sécurité du royaume wahhabite, en échange de quoi ce dernier s’engage à approvisionner l’Occident en pétrole. » Le pétrole est le cœur de cette alliance, ne parle-t-on pas de « pétrodollars » ?
Lire la suite

Rafale

Vente de Rafale au Qatar : le dessous des cartes

06/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La vente de Rafale au Qatar, après celle de l’Égypte et de l’Inde, est assurément une bonne nouvelle pour notre avionneur national. Elle le doit aux qualités de l’avion, à quelques belles contreparties financières et industrielles, mais aussi (et surtout) à l’évolution du contexte géopolitique dont a su profiter la France.

Enfin une bonne nouvelle pour François Hollande ! C’est avec son air réjoui des grands jours que notre président a annoncé le 4 mai la vente de 24 avions Rafale au Qatar, pour un montant de 6,3 milliards d’euros. Un contrat qui fait suite à ceux signés avec l’Égypte (24 de ces avions de combat) et l’Inde (36 appareils). La série noire semble donc terminée pour ce bel oiseau, qui reste à la pointe de la technologie et des performances 25 ans après son premier vol de démonstration.

Pourquoi un tel succès après des années de revers sur les marchés internationaux ?
Si la vente de matériel militaire répondait uniquement à des considérations de rapport qualité/prix, le Rafale aurait trouvé preneur depuis longtemps : ce n’est pas le meilleur avion du monde, ni surtout le moins cher, mais il est excellent dans tous les compartiments de combat (supériorité aérienne, attaque au sol, reconnaissance…).
Lire la suite

Bachar al‑Assad évoque la perte de crédibilité de la France au plan international…

Bachar al‑Assad évoque la perte de crédibilité de la France au plan international…

24/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Dans un entretien avec France 2, lundi soir, le président syrien (en photo avec son épouse) a dénoncé une complicité des gouvernements occidentaux avec les terroristes : « Nous sommes toujours intéressés au dialogue avec quiconque. Mais comment peut‑on établir un dialogue avec un régime qui soutient le terrorisme dans notre pays ? » (…) « Il faut que le gouvernement français cesse son appui aux terroristes »Ajoutant : « Personne ne prend plus au sérieux les déclarations des responsables français pour une simple raison : c’est que la France est devenue un satellite de la politique américaine dans la région. Elle n’est pas indépendante et n’a aucun poids. Elle n’a aucune crédibilité ».

Des propos rappelant ceux de Vladimir Poutine, le 16 avril dernier, commentant le refus de la France de livrer les Mistral : « Nos partenaires perdent une partie de leur souveraineté en la cédant volontairement à l’OTAN, ce qui remet en question leur fiabilité », attitude que la Russie ne manquera pas de « prendre en compte dans le cadre de notre future coopération en matière technique et militaire ».

Crédit photo : DR.

Le spectre de l’indépendance catalane continue d’inquiéter Madrid

Le spectre de l’indépendance catalane continue d’inquiéter Madrid

11/11/2014 – BARCELONE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
La tentative de référendum indépendantiste, pourtant suspendue par le tribunal constitutionnel espagnol, a eu lieu dimanche en Catalogne. Le gouvernement central s’est attaché à réduire l’impact de l’événement en le présentant comme un acte de mobilisation indépendantiste, sans aucun caractère légal ni officiel. L’absence de listes, de commission électorale ou de lieu de vote officiel pour le non semble plaider en faveur du caractère peu orthodoxe de cette consultation, mais le ministre de la justice espagnole a pourtant déclaré que « personne ne s’opposerait à l’exercice de la liberté d’expression des citoyens ». Le souci était d’éviter à tout prix l’image d’un gouvernement espagnol antidémocratique, saisissant les urnes et violentant le processus de vote. Un peu plus de 5 millions de personnes étaient attendues lors de la consultation. Pour les indépendantistes, le processus est surtout symbolique et devait permettre de mobiliser les militants favorables à l’indépendance. Le principal résultat devait donc être le taux de participation.

Plus de 80 % des citoyens ayant participé au vote symbolique se sont prononcés en faveur de l’indépendance, selon les résultats provisoires diffusés dans la nuit de dimanche à lundi. Sur les 2 millions de votants, 1,6 million de personnes ont voté en faveur de l’indépendance de la Catalogne. Quelques 5,4 millions de Catalans pouvaient en théorie participer à cette consultation, ce qui invite donc à relativiser la portée du vote.

Il est certain que le bras de fer a été d’autant plus fort que les forces en présence étaient fragilisées. Artur Mas, président catalan, était affecté par des soupçons d’évasion fiscale, tandis que le Parti populaire de Mariano Rajoy était lui aussi éclaboussé par des scandales. Par ailleurs, les élections européennes de mai 2014 avaient marqué un fort recul des deux grands partis de gouvernement, pour le plus grand bénéfice de la gauche radicale de Podemos, issue du mouvement des Indignés. Refusant tout dialogue, Mariano Rajoy s’est peut-être révélé moins habile que son homologue britannique David Cameron vis-à-vis de l’Ecosse.

Crédit photo : Pere prlpz via Wikipédia (cc).

Ce soir à 23h50 sur France 3 : FLB, les années Giscard

Ce soir à 23h50 sur France 3 : FLB, les années Giscard

03/11/2014 – PARIS (NOvopress)
Ce soir – lundi 3 novembre – France 3 diffuse un documentaire d’Hubert Béasse consacré au Front de Libération de la Bretagne (FLB). Mouvement apparu dans le sillage de l’IRA et qui peut aussi évoquer le FLNC. Entre 1966 et 1980, le Front de libération de la Bretagne revendique plus de 200 attentats. Les militants indépendantistes, particulièrement actifs, s’attaquent à tous les symboles de l’Etat régalien, depuis les casernes de gendarmerie jusqu’au château de Versailles. En s’appuyant sur les témoignages intimes d’anciens du mouvement, Hubert Béasse raconte l’affrontement qui a marqué le début de la Ve République, sous la présidence du général de Gaulle et de Valéry Giscard d’Estaing.

Les indépendantistes écossais ne désarment pas

Les indépendantistes écossais ne désarment pas

26/09/2014 – EDIMBOURG (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation)
Après la décision de la majorité des votants de rester dans le Royaume-Uni, le chef de file des indépendantistes écossais, Alex Salmond (Premier ministre de l’Ecosse et chef du SNP), a démissionné de son poste. Il n’abandonne pas la lutte pour autant. Selon lui, le référendum est « la meilleure voie » pour obtenir l’indépendance mais pas la seule. Il compte demander au gouvernement britannique d’obtenir plus d’autonomie et ainsi : « Vous arrivez à une situation d’indépendance de fait ». Les répercussions en dehors de l’Ecosse sont importantes. John Key, Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, a exprimé lundi sa volonté de changer de drapeau en y enlevant l’Union Jack. Celui-ci aurait disparu si l’Ecosse avait quitté le Royaume-Uni. Enfin, les Catalans ont manifesté le 11 septembre pour obtenir le même droit que les Ecossais. Il n’est pas sûr qu’ils soient écoutés par Madrid.

#YesScotland : des militants de Génération identitaire aujourd'hui au château d'Édimbourg pour honorer la Auld Alliance

#YesScotland : des militants de Génération identitaire aujourd’hui au château d’Édimbourg pour honorer la Auld Alliance

18/09/2014 – ÉDIMBOURG (NOVOpress)
Alors qu’aujourd’hui jeudi 18 septembre est un jour fondamental pour l’Ecosse, et pour l’Europe, des militants de Génération identitaire (présents en Ecosse dans le cadre du référendum) se sont retrouvés au château d’Édimbourg (photo du château en Une) pour honorer la Auld Alliance contractée entre la France, l’Ecosse et la Norvège au Moyen-Âge contre l’ennemi commun : l’Angleterre. Une façon de rappeler que Génération identitaire défend la liberté et l’identité des peuples.

Crédit photo Une : Solveig via Wikipédia (cc)

Ecosse : “La Marche impériale” de Dark Vador accueille des députés travaillistes à Glasgow

17/09/2014 – GLASGOW (NOVOPress) – Une soixantaine de députés travaillistes étaient venus de Londres soutenir le “non” au référendum d’indépendance écossais qui aura  lieu jeudi.

Ils y ont été accueillis au son de “La Marche impériale” de Dark Vador, par un homme qui avait loué pour l’occasion un pousse-pousse et un mégaphone.

Ce partisan du “oui” les a suivis dans les rues de Glasgow avec son pousse-pousse et dans la vidéo on peut l’entendre crier “Habitants de Glasgow, voici vos maîtres impériaux”, “Ils viennent d’Angleterre pour nous dire qu’ils peuvent nous gouverner mieux que personne. Peuple de Glasgow, vos maîtres impériaux sont arrivés. Dites bonjour à vos maîtres impériaux.”

Publié le

Ces personnalités qui s’engagent pour (ou contre) l’indépendance de l’Ecosse

15/09/2014 – EDIMBOURG (NOVOPress)
Dans quelques jours, l’Ecosse va se choisir un destin. Son futur s’écrira-t-il dans le giron de la reine Elisabeth II, ou bien cette nation va-t-elle choisir de vivre en toute indépendance ?

En tout cas, un certain nombre de personnalités se sont invitées dans le débat. Parmi les principaux partisans du Non, l’on peut mentionner Mick Jagger, David Beckham, David Bowie, Rod Stewart ou encore Paul McCartney. C’est ainsi que l’ancien Beatles fait partie des signataires de la tribune publiée le 7 août dernier, avec 200 personnalités britanniques opposées à l’indépendance de l’Ecosse.

Du côté des partisans du Oui, il est possible de citer Annie Lennox – l’ancienne chanteuse d’Eurythmics -, la créatrice britannique Vivienne Westwood ainsi que Sean Connery. Ce dernier a toujours été un fervent partisan de l’indépendance de l’Ecosse. Rappelons que l’ancien 007 arbore un tatouage avec le slogan “Scotland Forever”.