Tag Archives: immigration

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Invasion migratoire. L’effrayant diagnostic – par Guillaume Faye

29/07/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)
Depuis le début de l’été 2015, l’Europe est en proie à des vagues de migrations clandestines sans précédent dans son histoire, de plus en plus fortes, qui s’ajoutent à celles encaissées depuis des décennies ; elles s’apparentent à des invasions et mettent tout simplement en péril notre civilisation, dans l’inconscience et la complicité des pseudo élites politiques et médiatiques, anti démocratiques et complètement coupées des intérêts et opinions des peuples européens. Voici la première partie de cette analyse qui en comprendra trois. (1)

Les causes de l’inondation

La déferlante des ”migrants” (euphémisme pour ne pas dire ”clandestins”) qui passe par les portes ouvertes d’une Europe aux dirigeants impuissants et incapables, provient essentiellement du Moyen-Orient (Irak et Syrie) par la voie de la Turquie (complice) ; elle pénètre par la Grèce et les Balkans. Seconde porte d’entrée : la Méditerranée, essentiellement au départ d’une Libye plongée dans le chaos. Une partie des flux invasifs est composée de réfugiés de Syrie et d’Irak qui fuient la barbarie de l’État islamique (Dae’ch), ou bien d’autres qui fuient les guerres tribales et religieuses de Somalie ou d’ailleurs ; mais, ce qu’on n’ose jamais dire, ils sont minoritaires. En effet, profitant de cette aubaine, s’engouffrent dans la brèche des légions de clandestins, souvent faux réfugiés demandeurs d’asile bidon, qui, pour des raisons économiques, veulent s’établir en Europe. Ils proviennent d’Afrique noire, du Maghreb et du Moyen-Orient asiatique, attirés par trois éléments qui jouent comme des appels d’air :

1) La perméabilité de l’espace Schengen et l’absence de protection des ”frontières communes” ; l’UE est le seul espace politique au monde dépourvu de frontières protégées ; les marines européennes portent tous les jours assistance aux boat people au lieu de les refouler (idéologie humanitariste), ce qui agit comme une pompe aspirante. Elles sont une aide à l’invasion et non plus une protection. Du jamais vu dans l’Histoire : des forces armées qui assistent l’envahisseur. Dément…

2) Seconde pompe aspirante : les subventions, assistances, avantages et allocations multiples qu’obtiennent les clandestins dès leur arrivée dans plusieurs pays européens, dont la France. Aux frais des autochtones, dont les plus démunis n’obtiennent pas ces privilèges ! Préférence étrangère… C’est du parasitisme et du chantage à la charité de la part de populations incapables de se prendre en main dans leur propre pays.

3) Troisième pompe aspirante : les intrus savent parfaitement qu’ils sont pratiquement inexpulsables et que les autorités (plus une partie de l’opinion et des médias) sont rongées par la mauvaise conscience, la culpabilité, la paralysie compassionnelle. Ils calculent qu’on n’osera jamais les refouler par la force. D’où, comme on le voit à Calais et ailleurs, et récemment dans les émeutes des Balkans, une impudence et une audace incroyables jusque dans la violence. Les ”migrants”, animés par un sentiment d’impunité, s’arrogent tous les droits, y compris celui de nous envahir ”par le bas”.

La faiblesse larmoyante des dirigeants européens, leur ”droit-de-l’hommisme” délirant, leur ”antiracisme” dogmatique et xénophile, excitent l’agressivité des ”migrants” qui pénètrent de force. Ils se sont – et on les a –persuadés qu’ils ont un droit imprescriptible à se ”réfugier” chez nous, à s’y installer, à s’y faire entretenir. Ils n’oseraient évidemment pas raisonner de même avec Israël, la Russie, l’Australie ni les États-Unis !
Lire la suite

Anne Hidalgo, démago du jour : « Vous savez, je suis une immigrée »

11/09/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Qui espère-t-elle séduire ? Anne Hidalgo, lors d’une visite — calibrée pour les médias — d’un centre d’accueil de « réfugiés », déclare qu’elle aussi « est une immigrée ».

Tout était réglé comme du papier à musique.
La presse convoquée le matin même, pour bien montrer l’urgence de la situation et le dynamisme de l’équipe municipale. Les séances photo avec les « réfugiés » soigneusement choisis, une famille avec enfants, pas un groupe d’hommes célibataires comme plus de 80 % des clandestins qui arrivent en Europe. Les éléments de langage – mobilisation, urgence, hospitalité… —, les infos diffusées aux journalistes et les remerciements à tout le monde – les Parisiens, le PSG, ses services… bref, Anne Hidalgo s’est payé une bonne tranche de comm » sur le dos des « réfugiés ».

Elle n’a même pas oublié la petite phrase, un peu pathos (quand on est de gauche), un peu provoc » (quand on est de droite), qui lui garantissait d’être reprise dans les médias – oups, on s’est fait avoir — « Vous savez, je suis une immigrée, j’ai eu la nationalité à 14 ans », lançait-elle devant les journalistes… pardon, les réfugiés.

Certes, ça peut plaire aux bobos à la larme facile, mais sinon, qui croit-elle séduire, qui pense-t-elle tromper avec de telles mises en scène ?

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (CC) = Anne Hidalgo


Merkel et Junkers, le Grand Remplacement, c’est maintenant, c’est forcé et c’est open-bar !

10/10/09/2015 – EUROPE (NOVOpress)
La chancelière allemande et le président de la commission européenne veulent forcer les pays européens à accueillir des clandestins en masse. Pour Junkers, c’est 160 000 personnes qu’il faut répartir dans les pays membres, Merkel veut une « répartition contraignante » des réfugiés entre tous les pays de l’UE et sans limite de nombre.

Pour Junkers, c’est tout de suite qu’il faut se répartir 160 000 « réfugiés » entre les pays membres de l’Union Européenne et suivant la démocratie à la sauce « Instances européennes », cela se fera de gré ou de force. Ce chiffre correspond à l’addition de 40.000 réfugiés arrivés sur le sol européen déjà pris en compte dans une précédente proposition de quotas avec une nouvelle « tranche » d’urgence portant sur 120.000 personnes se trouvant actuellement en Italie, en Grèce et en Hongrie. Argument massue pour le luxembourgeois, l’appel aux grands principes et à la générosité des Européens : « Il est temps de faire preuve d’humanité et de dignité » adoptant un ton pontifical quand il affirme que face aux 500 000 personnes qui se massent auc frontières (?) de l’Union Européenne « Ce n’est pas l’heure d’avoir peur », il se veut aussi rassurant :

nous avons les moyens d’aider ceux qui fuient la guerre.

Naturellement, si les pays européens n’ont pas le choix du nombre de « réfugiés » qu’ils devront accueillir, ils ne pourront non plus choisir lesquels viendront s’installer chez eux. M. Juncker a aussi spécifiquement demandé à ce que la religion des réfugiés (en très grande majorité musulmans) ne soit pas un critère de choix. Il est vrai que l’identité chrétienne (et l’identité tout court, d’ailleurs) de l’Europe ne l’intéresse guère, à la différence de Viktor Orban.
Lire la suite

Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe

Invasion migratoire : Pour Juncker, l’accueil des immigrés est la priorité absolue !

09/09/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Ce mercredi 9 septembre, le Président de la Commission Jean-Claude Juncker a déclaré que « La priorité absolue aujourd’hui est et doit être de répondre à la crise des réfugiés ».

Il demande aux Européens de se répartir en urgence « 160.000 réfugiés au total » « que nous devons accueillir dans nos bras », proposition qui « devrait être adoptée lors du Conseil du 14 septembre »…

Réaction de Nicolas Bay, Secrétaire Général du Front National :

Pour Juncker, l’accueil des clandestins est LA “priorité absolue” de l’UE. Merci pour nos agriculteurs et nos millions de chômeurs.


 

 

 

Immigration : inflation de faux Syriens

08/09/09/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Comme le soulignait Cazeneuve dans son point presse d’hier, les demandes d’asile de ressortissants syriens est quasi-automatique, « comme c’est généralement la règle pour des ressortissants de ces pays ». Ce n’est pas tombé dans l’oreille de sourds, puisque le trafic de faux papiers syriens explose.

Frontex l’avait déjà souligné : ses services savent que des faux passeports syriens sont vendus en Turquie aux immigrés en partance vers l’Europe. La nationalité syrienne, au vu des évènements dramatiques qui se déroulent dans ce pays, est un sésame quasi automatique pour la « forteresse Europe ». Les immigrés qui proviennent du Moyen-Orient ou d’Afrique du Nord et qui parlent arabe en profitent donc.
Mieux, les trafiquants suivent les marées de clandestins : c’est maintenant en Allemagne que l’on retrouve par cartons entiers les fameux contrefaits.
C’est Cazneuve qui s’apprête à loger 24 000 « réfugiés » supplémentaires, entre autres syriens, sur deux ans, qui va être content…

Face au tsunami migratoire, le « capitaine de pédalo » à la dérive

08/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8435 )

L’annonce de nouvelles fausses baisses d’impôts, de la réforme du Code du travail et même de l’extension des vols militaires français au territoire syrien n’y auront donc rien fait. Ce que nos compatriotes, à fort juste titre, auront surtout retenu de la sixième « grande conférence de presse » du « Président normal » depuis son arrivée à l’Élysée en 2012 c’est que, contre leur volonté et pour ne pas compromettre la sacro-sainte amitié franco-allemande, la France devra accueillir au moins 24 000 clandestins supplémentaires dans les deux ans à venir.

24 000… Pour commencer
8435 P1
Alors que notre pays, depuis longtemps déjà, n’arrive plus à gérer l’installation massive sur son sol de populations immigrées pour la plupart inassimilables, alors que des milliers de clandestins continuent de débarquer chaque jour sur les côtes italiennes, François Hollande, en annonçant lundi que la France « prendra sa part » des 120 000 migrants « accueillis » par l’Europe, en acceptant de recueillir pas moins de 24 000 de ces derniers, vient d’envoyer un signal fort aux masses humaines en transit de l’autre côté de la Méditerranée.
Et le Président, qui nous prend visiblement pour des imbéciles, de nous expliquer que cette crise « dramatique (…) grave (…) peut être maîtrisée et (…) le sera ». Alors que nous savons d’ores et déjà que, la suppression des frontières et la libre circulation des biens et des personnes au sein de l’espace Schengen aidant, les réfugiés affectés dans les pays de l’Union un peu moins généreux auront tôt fait de venir s’installer sous nos cieux plus cléments. De sorte que ce chiffre de 24 000 clandestins n’est que l’avant-garde d’une gigantesque marée humaine.

« Voulez-vous être remplacés ? »

En fait, comme le rappelait très justement lundi Jean-Marie Le Pen dans un communiqué, « le président faible d’un pays affaibli fait pâle figure dans la tempête qui se lève. Il pourrait bien sûr désigner l’aveuglement de ses prédécesseurs : Georges Pompidou, qui a joué la carte des immigrés bon marché contre les travailleurs français ; Valéry Giscard d’Estaing, l’homme du regroupement familial ; François Mitterrand, qui ne voyait de salut que dans l’Europe de Maastricht ; Jacques Chirac, champion des repentances destructrices des valeurs françaises ; Nicolas Sarkozy, si versatile, si décevant même pour ses amis. Tous voulaient d’un monde à la Bernard-Henri Levy, qu’ils se réjouissent, le voilà qui frappe à notre porte. Comme la géographie, la démographie commande : les réalités humaines submergent et submergeront toujours les constructions utopiques qui n’aboutissent qu’au malheur. Petits ou grands, les remplacements de populations par d’autres ont marqué tous les siècles. Cette question est brutalement posée aux Français d’aujourd’hui : “Voulez-vous être remplacés ?” »

Franck Delétraz

Migrants, réfugiés, clandestins, envahisseurs : la guerre des mots

Source : OJIM

Devant l’ampleur de la crise migratoire, devant les files de centaines de milliers de candidats à l’immigration quel vocable adopter ? L’analyse d’un éditorial de Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles de Libération, dans l’édition papier des 5 et 6 septembre cerne quelques enjeux d’un vocable qui dépasse les querelles sémantiques.

L’article semble ouvrir le débat. Mais le titre le referme de suite : « Ne dites plus migrant ». Il manque le point d’exclamation mais le mode impératif et performatif est de mise. Pour commencer Quatremer éreinte ses confrères français (il oublie Le Monde) qui « ont été les seuls en Europe à ne pas publier en une la photo d’Aylan ce petit garçon syrien noyé ». Ce manque de (bonne) conscience réside dans le mal français : « La crise humanitaire actuelle est traitée comme une aggravation… d’une vague migratoire, qui depuis des années vient s’échouer sur les côtes européennes … ». Le mot migrant renvoie lui-même à « immigrant » connoté négativement en France, « un cache-sexe sémantique qui permet de nier la spécificité du drame humain qui se joue à nos frontières ». Diable ! Quelles frontières ? Celles de l’Eldorado fantasmé européen ou celles de tous les conflits de tous les pays. Les frontières de l’Europe iraient jusqu’à l’Irak, la Syrie, voire l’Erythrée ou la Somalie ? Il est vrai que l’Union Européenne ne considère pas l’Europe comme un ensemble historique, géographique et culturel mais comme un agglomérat rassemblé par « les droits humains » et que les frontières morales ont l’avantage de pouvoir se passer plus facilement, première étape en attendant la suppression des frontières physiques si malvenues.

Allons plus loin dans l’article « Parler de migrants, c’est nier leurs souffrances, c’est interdire aux citoyens de penser le drame qui se joue, c’est anesthésier l’opinion publique… » . Les arguments compassionnels peuvent se retourner comme un gant : parler de « réfugiés » c’est interdire aux citoyens de penser les conséquences à court, long et moyen terme de ce premier mouvement massif de population, c’est anesthésier l’opinion publique sur la réalité des kosovars, albanais, indiens, sri-lankais, pakistanais qui ne viennent pas de zones de guerre. C’est privilégier l’émotion – le cadavre du petit garçon – pour nier toute réflexion sur les responsables véritables des noyades, c’est oublier le rôle de la France dans le chaos libyen, celui des États-Unis dans le chaos irakien, celui des islamistes dans le chaos syrien, celui de tous ceux qui encouragent les passeurs en souhaitant la fin de tout contrôle.

 

Le meilleur de l’éditorial est pour la fin : la reductio ad Lepenem. Employer le mot de « réfugié… c’est refuser cette lepénisation rampante des esprits ». Alors que les « “migrants” ne peuvent qu’être renvoyés vers la misère des camps de transit ou vers la mort ». Si vous parlez de migrant vous êtes coupable de la misère et de la mort de ceux qui veulent s’installer chez vous. Tous coupables sauf les Allemands qui en redemandent, mais pour combien de temps ?

L’immigration clandestine divise les Français

07/09/09/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’actualité est encore très riche sur la question de l’immigration clandestine
Ce qui marque l’actualité du week-end, ce sont les manifestations en soutien aux clandestins. Des manifestations dites apolitiques ont eu lieu dans presque toutes les villes de France. Une poignée de militants a perturbé le rassemblement à Nantes déployant une banderole contre l’immigration. D’après le collectif « pas en notre nom » ce sont 5 000 personnes qui se sont réunies à Paris, 8 500 d’après la police. A Paris également des contremanifestants ont appelé à un référendum sur l’immigration.

Les artistes y vont aussi de leur geste de solidarité
Derrière le comédien Alex Lutz, 66 artistes ont signé dans le Journal du Dimanche un appel à la solidarité. Plein d’émotion à la vue de la photographie de l’enfant mort sur une plage turque, ils annoncent tous verser un cachet à une association immigrationniste.

Parmi ces signataires le chanteur Marc Lavoine
Ce dernier était interrogé à ce sujet par la radio RTL. Alors qu’il faisait part de son émotion, des larmes dans la voix, le journaliste lui demanda s’il était prêt à accueillir des clandestins chez lui. Le chanteur ne se laisse pas démonter, mais répliqua que la situation demandait une réponse collective. Il renvoya alors la balle aux associations.

On peut dire que ce genre de personnalités ne représentent pas le peuple français
Et de loin. Si les opposants à l’immigration clandestine se font peu entendre, au-delà de quelques groupes militants, il s’agit bien d’une majorité. Ainsi, selon un sondage Odoxa en date du 5 septembre, les Français sont 55 % à être contre un assouplissement des règles d’octroi du statut de réfugié. Précision importante : ce sondage a été réalisé après la publication de la photo du cadavre de l’enfant. Le sentimentalisme ne semble plus fonctionner.



Lire la suite

FN : « Prêts à gouverner »

07/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8434)
« Nous sommes prêts à gouverner » a lancé Marine Le Pen clôturant les Universités d’été du FN à Marseille. Un discours présenté par France Info comme particulièrement inhumain sur fond de « On est chez nous » scandé par la foule, totalement dissonant de la vaste entreprise générale, politique, médiatique, people et religieuse de soumission consentante et ravie à l’invasion migratoire.

Une intervention de Marion Maréchal aurait dissuadé Jean-Marie Le Pen de se présenter au Parc Chanot, à la grande déception des journalistes. Le risque de voir se présenter une nouvelle liste en PACA semble également s’éloigner.
Cette université d’été a été celle de la maturation pour le Front national. La richesse et la densité des tables rondes et des interventions cette année marquaient un saut qualitatif brusque par rapport aux années précédentes. L’autre chose qui change tout, c’est la présence d’élus locaux et de députés européens en grande quantité.

8434-Une

Marine Le Pen a joué l’implantation locale et elle a réussi. Au rez-de-chaussée du Palais des congrès, le stand ensoleillé de la ville de Fréjus a côtoyé la délégation au Parlement européen et un secrétariat général de plus en plus imposant.
« Je sens une grande responsabilité dans le mouvement », nous déclare Philippe Martel, conseiller spécial de Marine Le Pen. « L’implantation locale est fondamentale. Nous avons des élus locaux qui se sentent responsables, qui ont des comptes à rendre à ceux qui les ont élus, le FN n’est plus du tout un parti hors-sol. Et en même temps rien n’a changé dans le discours. Marine Le Pen a fait aujourd’hui un discours d’homme d’État. Elle est passée du statut d’homme politique à celui d’homme d’État. »

« Notre pays déclassé, humilié, écrasé »

Après le 1er mai et Brachay, Marine Le Pen a de nouveau délivré un discours très ferme sur l’immigration : sortie de Schengen, suppression du droit du sol, mise en œuvre de la priorité nationale, renvoi des étrangers sans emploi chez eux, reconduite des clandestins, suppression de l’AME et du logement pour les demandeurs d’asile :

On ne peut plus accueillir personne ! Nous n’avons ni les moyens de les soigner, ni de les employer. Notre pays n’a plus les moyens, ni l’envie, ni l’énergie d’être encore généreux avec la misère du monde. Oui, il est tragique que des peuples du monde soient dans la misère, mais il est aussi tragique que notre pays soit déclassé, humilié, écrasé (…) Envers et contre tous, nous voulons défendre le peuple français et faire cesser cette culpabilisation insensée favorisée par des élites qui regardent l’immigration depuis un balcon. (…) Nous n’avons pas de leçons d’humanité à recevoir de ces irresponsables politiques. Surtout quand ils vous jettent la mort d’un enfant au visage pour avancer leur politique.

C’est sur la question de l’islam radical que la présidente du FN a été le plus applaudie. « Je mettrai l’islam radical à genoux », a promis Marine Le Pen. « Nous demandons la fermeture immédiate des mosquées radicales. (…) Nous demandons l’expulsion des immigrés fichés pour leurs liens avec l’islamisme. (…) Plus aucun arrangement, plus aucun scrupule ! », a-t-elle martelé.

« Nous sommes prêts à gouverner », a déclaré Marine Le Pen que les sondages annoncent en tête au premier tour, « car nous avons conscience de l’enjeu, car nous nous préparons sans cesse. Avec cette université d’été, une page se tourne. Car le monde change. (…) Ce monde où il ne s’agit plus de faire vivre notre identité, mais de la défendre, délitée par l’idéologie mondialiste et multiculturaliste, ce monde où le bonheur des peuples se mesure aujourd’hui à la structure de leur consommation. »
Santé et éducation au programme de ses priorités, Marine Le Pen a attaqué la réforme de la santé de Marisol Touraine et annoncé l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires si le FN arrive au pouvoir. Dans une attaque ciblée contre Najat Vallaud-Belkacem, elle l’a accusé de vouloir « installer SOS Racisme » et d’autres associations du genre au sein de l’école républicaine pour « formater les futurs électeurs » :
« Je veux une école qui enseigne l’histoire de France et la fierté nationale sans en avoir expurgé Clovis, Napoléon, Louis XIV ou Henri IV. Je veux une école qui forme à la maîtrise de la langue française. »

Caroline Parmentier

Submersion de l’Europe par les vagues migratoires : une arme de destruction massive du vieux continent…

07/09/09/2015 – MONDE (NOVOpress avec le Kiosque Courtois)
En regardant les images diffusées en boucle sur le blocage de la gare de Budapest débordée par des “réfugiés” syriens ou d’ailleurs, personne n’a vérifié, une idée s’impose: ce ne sont pas des migrants, ce sont des combattants.

C’est en tout cas ce qu’affirme, documents à l’appui, Karine Bechet Golovko dans son blog Russie Politics. Dans un article intitulé « L’arme migratoire et le Maïdan européen », la journaliste s’interroge sur la nature des soi disant « réfugiés » qui ont bloqué la gare Centrale de Budapest en début de semaine. « En regardant les images diffusées en boucle, affirme t elle, une idée s’impose : ce ne sont pas des migrants, ce sont des combattants ». Et Karine Bechet Golovko de poursuivre :

On voit une foule compacte, organisée et volontaire [On voit] des meneurs agiter la foule, la diriger. Ce n’est pas un groupe de migrants épuisés par le trajet, qui, enfin, arrive sans force en Europe, après tant d’horreurs, après la faim, après la guerre. C’est un groupe de combattants.

Migrants désespérés ou combattants organisés ?

Migrants désespérés ou combattants organisés ?

Les images qu’elle commente en ces termes sont tout à fait parlantes et l’idée d’une « Cinquième colonne » islamiste mettant à profit les flots de « réfugiés » pour envahir l’Europe vient naturellement à l’esprit. Dans une de ses dernières vidéos, Daech évoque 500 000 djihadistes qui seraient, à terme, opérationnels sur le sol européen. Même si ces chiffres sont exagérés — mais qui peut les infirmer ? — il n’est pas douteux que l’État islamique devrait rapidement disposer, les choses étant ce qu’elles sont, d’une force de frappe susceptible de créer une situation de chaos en Europe.

L’immigration est devenue une arme de déstabilisation massive, en conformité avec la théorie du chaos contrôlé, développée par les États-Unis

n’hésite pas à affirmer pour sa part l’écrivain Alexandre Prokhanov dans une récente tribune publiée dans le quotidien russe Les Izvestia. Quant à l’ONU, elle préconise, dans un rapport de mai 2011, l’entrée sur le territoire européen de 150 millions d’immigrés d’ici 2050. Ce n’est donc qu’un début…

Lire la suite

Les Français sont hostiles à l’immigration massive ? La faute aux médias !

Source : OJIM
Alain Duhamel aime à donner son avis. Il est même payé pour cela, notamment dans le cadre de l’émission On refait le monde, animée tous les soirs de la semaine sur RTL, par Marc-Olivier Fogiel.

Ainsi, le 31 août dernier, a-t-il livré aux auditeurs une analyse assez particulière sur les relations entre les Français et les immigrés :

Les Français dans leur majorité sont non seulement hostiles aux immigrés, mais exaspérés de tout ce qui peut être fait pour eux (…) Si les Français réagissent comme ça, moi je crois que c’est parce que l’image que la presse, la télévision et les chaînes d’information continue, donnent de l’immigration en France est systématiquement négative.

Et de continuer en comparant la presse française à la presse allemande, laquelle se serait lancée dans une grande campagne en faveur de l’accueil des immigrés clandestins. « Si la presse et les télévisions sont tellement différentes d’un pays à l’autre, ça explique aussi une partie du comportement et des réactions des Français ».

[Note de NOVOpress :
À noter que la comparaison est surtout révélatrice de la soumission des médias aux politiques de chaque pays, l’Allemagne étant très favorable à une immigration de masse qui lui permettrait, selon elle, de pallier à son déficit démographique et à son manque de main-d’œuvre bon marché. C’est pour cela que l’Allemagne se montre si « généreuse » avec les « migrants » et pousse les autres pays à en faire de même. Les médias allemands ne sont que le reflet de ce choix politique et économique.]

À se demander si Duhamel les lit, les écoute ou les regarde, ces médias… Car entre les émissions complaisantes de France Culture sur le sujet, le traitement de l’affaire Ménard sur les statistiques ethniques, les manipulations de L’Express, ou le traitement général de l’installation de milliers d’immigrés à Calais, force est de constater que les analyses d’Alain Duhamel sont décidément… à côté de la plaque.

Source : RTL. Crédit photo : ΛΦΠ via Wikipédia (cc)

51% des Français opposés à l’accueil des “migrants”

06/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’Ifop a réalisé une nouvelle enquête sur l’opinion des Français face aux “migrants”, après la publication de la photo du petit syrien mort et échoué sur une plage en Turquie. 51% des Français restent opposés à l’accueil des immigrés contre 64% en juillet… On voit à quel point les immigrationnistes tentent de manipuler l’opinion pour lui imposer l’invasion obligatoire.


Génération Identitaire Poitou dénonce l’implantation de clandestins à Loudun

05/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La politique de dispersion des clandestins sur tout le territoire de Manuel Valls passe décidément mal. C’est le nouveau centre d’hébergement de clandestins de Loudun qui est cette fois mis sous le feu des projecteurs de Génération Identitaire.

Génération Identitaire Poitou dénonce l’implantation des clandestins jusque dans les campagnes françaises, contre la volonté de la population. Le mouvement s’est ainsi rendu sur le site du nouveau centre d’accueil de clandestins de Loudun, qui héberge actuellement 90 personnes -300 sont prévues à terme — . Les jeunes identitaires ont déployé une banderole « — de régularisations + de remigration » qui exprime le souhait des Poitevins comme des Français.

11998866_1146164662063966_3048454530966145820_n

Le Canada dit ne jamais avoir reçu de demande d’asile de la famille du petit Aylan Kurdi

Source : BBC – Le Canada a démenti les propos du père et de la tante du garçonnet syrien de trois ans dont le corps a été retrouvé sur une plage en Turquie. La tante d’Aylan Kurdi avait affirmé dès dimanche qu’une demande de sa famille pour obtenir le statut de réfugié avait été rejetée, mais a reconnu plus tard qu’aucune démarche n’avait été effectuée en ce sens.
Ces images avaient suscité un tollé mondial et mis la pression sur le gouvernement canadien qui a donc répliqué à ces reproches.

Teema Kurdi, sa tante installée au Canada, avait dans un premier temps accusé le Canada d’avoir refusé une demande d’asile lors d’une conférence de presse, avant de tomber en larmes devant les caméras. Les autorités de l’immigration canadienne ont de leur côté déclaré jeudi qu’ils n’avaient aucune trace d’une telle demande du père d’Aylan, Abdullah Kurdi. Mais le frère d’Abdullah, Mohammad, avait lui bien présenté une demande, rejetée parce qu’incomplètes, ont-ils ajouté.
Teema Kurdi est revenue sur ses propos un peu plus tard, en disant aux journalistes qu’elle espérait pouvoir parrainer le père d’Aylan dans sa future demande de statut de réfugié.

Pour être honnête, je ne veux pas seulement blâmer le gouvernement du Canada. J’en veux au monde entier

dit-elle. Selon la journaliste canadienne Terry Glavin, qui a parlé à la tante à Vancouver, le père d’Aylan avait été enlevé par l’État islamique au siège de Kobané et avait eu toutes ses dents arrachées. Il avait finalement réussi à faire passer sa famille à travers la frontière en Turquie, où ils rencontrèrent alors des problèmes en essayant d’obtenir des visas de sortie.
Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a été attaqué par le leader de l’opposition libérale Justin Trudeau pour son refus d’accepter plus de réfugiés. « Vous vous découvrez de la compassion soudaine au milieu d’une campagne électorale. Soit vous l’avez ou vous n’avez pas, » a déclaré M. Trudeau lors d’un meeting de campagne jeudi. Il a exhorté les autorités canadiennes à recevoir 25 000 réfugiés syriens.

Crédit photo : Capture d’écran de l’interview du père d’Aylan Kurdi sur France TVInfo

Eric Zemmour : mise au point sur la Turquie

Migrant : “Une fracture Est-Ouest à mur renversé”

05/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
“C’est le retour du conflit Est-Ouest à front renversé, ou plutôt à mur renversé avec toujours la Hongrie en éclaireur”, explique Éric Zemmour à propos de la plus grande crise migratoire traversée par l’Union européenne depuis la deuxième Guerre mondiale. Il rappelle qu’en 1989, ce pays entrouvrait le mur de Berlin à sa frontière avec l’Autriche.

“Aujourd’hui, la Hongrie construit un mur à sa frontière avec la Serbie”, poursuit-il. Le journaliste constate que si les Hongrois et leurs voisins de l’Europe communiste “rêvaient jadis de liberté et de circulation”, la liberté de circulation est aujourd’hui “leur cauchemar”.

L’Est “évoque la défense de la civilisation européenne”, mais pour l’Ouest “l’Europe se confond avec le monde”, décrypte Éric Zemmour.


La paralysie des politiques face à l’invasion migratoire

05/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La photo d’un enfant syrien mort noyé a été largement exploitée par les médias qui souhaiteraient voir s’instaurer une immigration totale et obligatoire.
Pour Frédéric Saint Clair, le pouvoir politique semble surtout gagné par une paralysie progressive, paralysie de l’action publique qui est due principalement à une paralysie de la pensée politique.


Victor Orban : « nous ne voulons pas d'immigrés en Hongrie »

Immigration, « suicide de l’Europe » selon Vaclav Klaus, « menace pour l’identité chrétienne de l’Europe » pour Viktor Orban

04/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Donnez-nous des hommes politiques est-européens ! Après la sortie de l’ex-président de la République tchèque, Vaclav Klaus, qualifiant l’immigration de suicide de l’Europe, c’est aujourd’hui le Premier ministre hongrois Viktor Orban qui appelle à défendre « l’identité et des racines chrétiennes » de l’Europe face à la vague migratoire musulmane

À la suite du clash diplomatique entre la France et la Hongrie, dû aux critiques par Laurent Fabius de la clôture mise en place à sa frontière face aux clandestins, Vaclav Klaus a déclaré :

Si l’Europe veut commettre un suicide en recevant un nombre illimité de migrants, qu’elle le fasse, mais sans notre accord. Nous devrions dire un non résolu. En attendant que l’Europe ose dire que l’immigration n’est pas un droit de l’homme, le temps passe et la situation devient toujours plus menaçante.

De son côté, Viktor Orban a défendu la politique migratoire de la Hongrie face au président du Parlement européen Martin Schulz et à la « la politique d’immigration erronée » de l’Union européenne. À l’appui de la barrière frontalière que la Hongrie dresse face à l’afflux massif d’immigrés clandestins, il affirme que

la protection des frontières extérieures de l’UE reste essentielle […] Qui peut accepter d’être envahi ? Personne ne peut l’accepter. »

Il a aussi pointé du doigt le conflit culturel qui ne manque pas de surgir à l’occasion de l’afflux de clandestins

Il ne faut pas oublier que ceux qui arrivent (…) sont les représentants d’une culture profondément différente. Dans leur majorité, ce ne sont pas des chrétiens, mais des musulmans. C’est un aspect important, car l’Europe a une identité et des racines chrétiennes ».

« N’est-ce pas déjà assez préoccupant que l’Europe ne soit pratiquement plus en mesure de maintenir son propre système de valeurs chrétiennes ? Si l’on perd cela de vue, la pensée européenne peut se retrouver minoritaire sur son propre continent », estime le Premier ministre hongrois, actuellement en déplacement à Bruxelles. Et de conclure, à propos des quotas d’accueil :

L’Europe doit comprendre que l’on ne peut accueillir personne quand on est submergé. Et là, on est submergé ».

Une position appuyée par le ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajčák, qui a estimé ce même jour que « de fait, la zone Schengen n’existe plus ».

Les clandestins traversent sans aucun obstacle les pays qui sont censés protéger les frontières de Schengen. Normalement, il est assez difficile d’obtenir le visa Schengen, mais actuellement des dizaines de clandestins arrivent ici et personne ne les contrôle. Avons-nous un accord Schengen ou pas ? »