Tag Archives: immigration

Une famille de vacanciers anglais attaquée sauvagement par des clandestins à Calais

Une famille de vacanciers anglais se fait attaquer à la frontière de Calais

Source : DailyMail

Une famille sur le chemin de retour en Grande-Bretagne au volant de leur voiture a frôlé la mort lorsque des clandestins ont tenté de les arrêter avec un pylône d’échafaudage. Mihaescu Marius voyageait avec son épouse Cristina et leur fille de quatre ans Sara quand leur voiture a été prise pour cible alors qu’ils approchaient le poste-frontière de Calais. Le poteau de fer lancé sur leur véhicule s’est encastré sous le capot en brisant le phare avant. Cette attaque s’est déroulée dans une obscurité totale alors que la famille approchait de l’entrée du ferry à Calais peu avant 23 h. Ils s’en sont tous sortis indemnes, Marius parvenant à garder la maîtrise de sa Peugeot.

Toutefois cet employé de BTP est catégorique : s’il avait été d’une fraction de seconde moins réactif, l’énorme poutre métallique aurait fracassé le pare-brise de sa voiture, au risque de les tuer. Il a signalé l’attaque aux agents des services frontaliers français qui lui ont dit qu’ils étaient surpris, car c’étaient « généralement des pierres » qui étaient utilisées contre les voitures. Marius a précisé :

Nous nous approchions du poste de contrôle aux frontières dans l’obscurité totale, à environ 50 km/h, quand tout à coup cet énorme poteau a fracassé l’avant de la voiture. Cela a fait un énorme “bang” et s’est coincé dans le côté du capot. Je pouvais le voir sur l’avant, mais j’ai continué de rouler, j’avais bien trop peur de ce qui pourrait arriver si nous nous arrêtions. Je ne pouvais pas croire à ce qui arrivait. C’était tellement angoissant.

Le touriste de 43 ans qui rentrait de vacances du sud de la France a continué d’avancer jusqu’à ce qu’il atteigne la première ligne des services frontaliers. C’étaient des Français plus surpris par les moyens utilisés que par l’agression en elle-même. « S’ils savent que ce genre de chose arrive tout le temps, pourquoi ne font-ils rien ? » se demande Marius. « Il n’y a aucune lumière ni sécurité dans le secteur où nous avons été attaqués — dans la nuit, c’est l’obscurité totale – ce qui est terrible, car c’est si proche de la frontière que tout le monde s’arrête. À un mètre près ma femme aurait été tuée, car le projectile aurait frappé directement là où elle était assise. »

Ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un meure.

La ville frontière de Calais est envahie par les migrants qui cherchent désespérément à passer en Grande-Bretagne. Ils vivent dans des camps illégaux, dont le principal est connu sous le nom de « la Jungle » où ils planifient leur traversée outre-Manche au Royaume-Uni. Ces individus, venant en grande partie de l’Afrique, ont été capturés cachés à bord de camions, de voitures ou de trains dans leurs tentatives de se rendre du côté britannique.
« Nous avons suivi une voiture de police à Calais pour faire une déclaration sur ce qui s’était passé. Même pendant ce trajet de dix minutes, nous pouvions voir des groupes de clandestins, se promener… Ils étaient partout — sur toutes les voies de la route. La police passait juste à côté d’eux. C’est le chaos, et ils n’y font même plus attention, je ne pouvais pas y croire. Les Britanniques doivent être savoir combien c’est dangereux ici. En conduisant dans l’obscurité, vous pouvez facilement être tué. Mon conseil serait de conduire pendant la journée. Le côté français a simplement perdu le contrôle et les immigrés y sont prêts à tout. Qui est chargé de les contrôler ? Personne, d’après ce que j’ai pu voir. »


Belgique : 7.000 clandestins capturés chaque année pour des faits criminels

Départements obligés d’héberger des clandestins : la France, pays des droits de l’autre !

28/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Quand les clandestins peuvent traîner devant les tribunaux des collectivités, on ne peut s’empêcher de se dire que quelque chose ne tourne pas rond. Une fois de plus, des droits sont accordés à des étrangers, auxquels les nationaux ne peuvent prétendre. Après douze condamnations, le conseil départemental de Loire-Atlantique est de nouveau passé devant le tribunal administratif pour refus d’héberger des mineurs étrangers…

S’agissant de mineurs, la compassion vient naturellement. L’enfer étant pavé de bonnes intentions, la loi impose aux départements, aidés financièrement pour cela par l’État, de mettre les jeunes clandestins à l’abri pendant un délai de cinq jours, le temps d’évaluer leur situation et de s’assurer de leur minorité.
Une faille qu’exploitent naturellement les jeunes « migrants », se présentant sans papiers et affirmant être mineurs pour bénéficier de ces dispositifs encore plus avantageux que pour leurs coreligionnaires. Et ils n’hésitent pas, informés par les associations de bonnes âmes, à traîner en justice les collectivités récalcitrantes.

Ainsi, ce sont encore deux jeunes hommes arrivés ces derniers jours du Bangladesh et de Guinée, qui se sont présentés devant le tribunal administratif de Nantes pour exiger du conseil départemental de Loire-Atlantique qu’une solution d’hébergement d’urgence leur soit trouvée. Une démarche qu’ont déjà effectuée douze autres jeunes mineurs étrangers isolés arrivés à Nantes par des passeurs, depuis fin juillet : à chaque fois, le département a été condamné.
Ce dernier assure que les services font « tout leur possible » tout en admettant que « le placement en chambres d’hôtel n’a, ces derniers temps, pas pu se faire, sauf pour quelques-uns. », les moyens et dispositifs existants étant saturés par l’afflux de clandestins. Au total, 265 mineurs isolés sont actuellement pris en charge par le département. Une dizaine d’autres sont contraints à se débrouiller seuls.
Me Amandine Le Roy, qui accompagne les jeunes migrants, déplore que

depuis la fin juillet, ces enfants soient livrés à eux-mêmes, dorment dans un squat, aient des difficultés pour s’alimenter. Ils arrivent ici après un voyage dans des conditions extrêmement précaires pour finalement essuyer des refus systématiques.

Rappelons à ce ténor du barreau que personne ne les a forcés à entreprendre ledit voyage, organisé par de coûteux passeurs, ce qui montre qu’ils ne sont pas aussi démunis financièrement qu’ils l’affirment. Dénuement financier supposé qui justifie que les honoraires de l’avocate soient pris en charge par la collectivité, faisant du créneau de la défense des clandestins une rente de situation, qui ajoute au scandale de la condamnation de la collectivité par des clandestins.


Violences anti-immigrés : à qui la faute ? (Présent 8428)

28/08/2015 – MONDE (NOVOpress)

En Allemagne, un nouveau centre d’hébergement pour immigrés vient d’être attaqué, c’est le 152e depuis le début de l’année (voir article d’Olivier Bault dans Présent du 27 août). En France, à Auch, une mosquée a été incendiée, après d’autres, comme à Mâcon, Pargny-sur-Saulx. Bien sûr, on ne saurait approuver ces exactions, mais nous ne nous joindrons pas au chœur des indignés dont la condamnation ne s’accompagne pas de la nécessaire réflexion sur les vraies causes de ces violences. Nos bons dirigeants jouent la vertu offensée devant le vice des méchants. Comme Angela Merkel sous les huées l’autre jour, ils condamnent au nom de l’État de droit ceux qui se livrent à ces actes répréhensibles, tout en cautionnant la violation du même État de droit par ceux qui forcent nos frontières. Cela n’empêche pas Mme Merkel d’annoncer que son pays va recevoir 800 000 « migrants » en 2015, quatre fois plus qu’en 2014, ce qui s’apparente à une provocation qui suscitera de nouvelles violences.
8428-P1
On nous dit que les assaillants anti-immigrés ne sont qu’une infime minorité. Sans doute ! Mais leurs concitoyens qui refusent cette violence n’en pensent pas moins. Dans un sondage d’Ipsos, à la question, « Pensez-vous que l’immigration produit des effets positifs ou négatifs sur votre pays ? », la réponse est « négatifs » à 54 % en Allemagne et en France, 72 % en Belgique, 64 % en Grande-Bretagne, 67 % en Italie comme en Espagne.
Comment en est-on arrivé là ? Nul en Europe, il y a quelques décennies, ne songeait à incendier les mosquées ou les centres d’hébergement. Et puis, l’immigration s’est accélérée, l’Union européenne ouvrant largement ses portes au tout-venant. C’était l’époque où des ministres, tel Bernard Stasi, nous assuraient que « l’immigration est une chance pour la France ». Ils sont venus avec leur religion qui n’est pas la nôtre et ils ont construit des mosquées grâce à la bienveillance des pouvoirs publics. Les autochtones ont été envahis dans des quartiers où ils n’étaient plus qu’une minorité devant subir la loi des étrangers ; toute velléité de révolte, toute dénonciation, étant assimilée au racisme et à la xénophobie par des politiques et des journalistes qui, en fait d’immigrés, ne connaissaient que leur bonne Philippine.

La violence qui engendre la violence a explosé au propre et au figuré lors de l’attentat du 11 septembre 2001. Elle ne s’est pas arrêtée depuis, elle a crû et prospéré, elle nous frappe ici ou là tous les jours. Ce sont les musulmans qui nous ont déclaré la guerre, ce n’est pas nous. Vous voulez dire les islamistes, nous objectera-t-on. Pas d’amalgame ? Nous constatons seulement que les terroristes se réclament de l’islam, pas du bouddhisme zen, c’est un fait. Nos politiques, devenus depuis peu docteurs ès sciences islamiques quoiqu’ils n’aient pas lu une ligne du Coran, nous déclarent que ce ne sont pas de bons musulmans, que ce n’est pas l’authentique islam. Et quand bien même, qu’est-ce que cela change pour ceux qui succombent sous leurs coups au cri d’Allah Akbar, l’invocation de tous les musulmans, quels qu’ils soient ?

Guy Rouvrais

Vous avez une chambre libre ? Ils vous proposent d’héberger un immigré !

28/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’association immigrationniste Singa vient d’annoncer le lancement du dispositif CALM (Comme A La Maison) avec le slogan suivant : “Vous avez une chambre libre dans votre appartement ? hébergez un réfugié“.

Pour Alice Barbe, cofondatrice de l’association Singa, «Le projet Calm est une sorte de Airbnb, mais adapté aux réfugiés».

Voici la présentation du projet :

Vous cherchez une solution de logement pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois ? Et surtout, vous cherchez une expérience humaine qui va vous permettre de vous familiariser avec la France ?
Le dispositif CALM permet la mise en relation entre des réfugiés mal logés ou sans domicile fixe et des particuliers. Pour cela, il s’appuie sur une communauté grandissante de citoyens souhaitant s’engager sur l’accueil des réfugiés et, à terme, sur une plateforme web qui permettra un impact plus important. Ce dispositif doit répondre, au-delà de l’hébergement, au besoin important et grandissant d’inclusion socio-professionnelle des réfugiés en France.

Avec des projets tels que celui de l’association Singa, l’invasion migratoire n’est pas près de s’arrêter…


Vu sur Twitter

Arsenal militaire dans les “quartiers”. Ah Monsieur Cazeneuve, si les gens savaient…

Publié le
Vu sur Twitter

L’Allemagne se prépare à réquisitionner des maisons privées pour loger des immigrés !

27/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
En raison de l’afflux massif de demandeurs d’asile, le maire de Salzgitter, Frank Klingebiel (CDU) a l’intention de réquisitionner des maisons privées vides. Déni de démocratie et de droit d’autant plus scandaleux qu’une fois de plus, nous assistons à une préférence étrangère caractérisée, les citoyens pauvres ou précaires de nos pays ne bénéficiant pas de telles mesures.

Publié le
L’incapacité de l’Europe à gérer efficacement le problème de l’immigration – par Vincent Revel

69% des Français pensent qu’il y a trop d’immigrés

26/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
OpinionWay a révélé les résultats de son “baromètre de la confiance politique”. Cette étude annuelle réalisée pour le centre de recherches de Sciences Po (Cevipof) permet de mieux connaître l’état de l’opinion publique française.

Et le divorce semble profond entre les Français et les représentants politiques. C’est ainsi que 59% disent n’avoir confiance “ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays”.

Cette étude montre également une suspicion en hausse à l’égard de l’islam.

Par ailleurs, pour 69 % des Français, “il y a trop d’immigrés” (20 points de plus qu’en 2009). Et pour 50% d’entre eux, “il faudrait rétablir la peine de mort” (18 points de plus en cinq ans).


Clandestins : la patronne d’EELV prône l’accueil de «tout le monde»

26/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Emmanuelle Cosse, la France « a les moyens de ne pas se poser (la) question du nombre» de migrants à accueillir ». Effectivement, ne pas se poser de questions est un bon moyen de tenir des propos où la pire démagogie le dispute à… l’inconscience crasse (restons polis). Sans doute faut-il rappeler à cette dame le nombre de chômeurs et de SDF dans notre pays… à moins que décidément, elle ne leur préfère les clandestins !

Crédit photo : Capture d’écran de l’interview d’Emmanuelle Cosse sur ITélé


Publié le

Allemagne : un incendie criminel détruit le chantier d’un centre d’accueil d’immigrés

26/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une salle de sport scolaire en cours de transformation comme refuge temporaire pour les demandeurs d’asile a été brûlée lors d’un incendie criminel.

Les enquêteurs croient que l’incendie survenu dans la petite ville de Nauen, à l’ouest de Berlin, a été provoqué intentionnellement. Personne n’a été blessé. Des manifestants avaient déjà manifesté contre l’arrivée de ces clandestins dans la région. Un peu plus tôt la chancelière allemande Angela Merkel avait condamné des manifestations violentes devant un refuge d’asile dans la ville de Heidenau, près de Dresde, en fin de semaine dernière. Des dizaines de policiers ont été blessés dans les affrontements. Mme Merkel a décrit le comportement des militants patriotes à Heidenau comme « révoltant » et « honteux » et a décidé d’aller rendre visite aux réfugiés de cette ville ce mercredi. L’Allemagne attend jusqu’à 800.000 demandeurs d’asile avant la fin de 2015. La plupart des Allemands sont favorables à l’arrivée des demandeurs d’asile, mais une petite minorité reste ferme dans son opposition. Le brasier a détruit le gymnase dans les premières heures de mardi.
Lire la suite

En Italie, des clandestins bloquent les routes pour protester contre leurs conditions d’hébergement

25/08/2015 – ITALIE (NOVOpress)
Une centaine d’immigrés clandestins ont bloqué une route d’accès à la ville de Milan afin d’alerter les autorités sur leur situation.

Originaires d’Afghanistan, du Bangladesh, du Sénégal ou du Mali, ces hommes dénoncent leurs conditions de vie et demandent des papiers pour pouvoir voyager ou travailler en Europe.

Voici les slogans écrits sur des cartons :

« Libérez-nous »
« Nous sommes fatigués, nous avons besoin de papiers »

Logés, nourris, blanchis et hébergés sous tente dans un centre de la Croix-Rouge, ils entendent protester contre leur conditions de vie qu’ils qualifient d’« inhumaines ». Et nos SDF qui crèvent dans la rue, on en parle ?


itunes autriche raoul Haspen

N°1 des ventes de musique en Autriche : une minute de silence pour les clandestins

24/08/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Ineptie et bons sentiments : le top des ventes sur la version autrichienne de la plate-forme musicale Itunes est une minute de silence en hommage aux clandestins… ou comment s’acheter une bonne conscience pour 0,99 €.

Raoul Haspen, l’artiste à l’origine de ce « hit » souhaite sensibiliser l’opinion publique sur le sort des clandestins en Europe. Il a donc voulu créer une minute de silence afin de leur rendre hommage.

Il semble que j’ai trouvé les mots justes pour cette situation : pas de mots du tout

a-t-il déclaré. En Autriche, le titre a tellement de succès que plusieurs radios ont décidé de le diffuser sur leurs ondes. Selon BFMTV, tous les fonds récoltés seront versés à un camp de réfugié situé au Sud de Vienne.



En Autriche, une minute de silence pour les… par lemondefr


euronews macédoine

Débordée par le nombre, la Macédoine rouvre sa frontière aux clandestins

24/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Après trois jours de tensions, la Macédoine a renoncé à empêcher le passage sur son territoire des milliers de migrants, notamment syriens, qui se massaient à sa frontière avec la Grèce.

Les forces de l’ordre n’étant plus en capacité de faire face à l’aggravation de la situation humanitaire et des tensions, elles ont laissé entrer sur le territoire des milliers de candidats à l’exil et leur ont affrété des bus pour les acheminer en Serbie. Ils sont ainsi plus de 7.000 clandestins à avoir franchi la frontière avec ce pays dans la nuit de samedi à dimanche après avoir traversé la Macédoine, a indiqué dimanche le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (ONU), alors que la Fédération internationale de la Croix-Rouge s’attend à une « hausse dramatique ».

Le chef de la diplomatie italienne, Paolo Gentiloni, s’est dit inquiet de cette aggravation de la crise migratoire et a déclaré dans une interview publiée dimanche par le quotidien romain Il Messaggero qu’

Aujourd’hui, c’est sur cette question (de l’immigration, NDLR) que l’Europe soit redécouvrira son âme soit la perdra pour de bon.

Itinéraire des clandestins

Trajet des clandestins transitant par la Macédoine. Capture d’écran d’un reportage d’Euronews.

L’objectif est pour la plupart des clandestins de passer jusqu’en Hongrie et, de là, en Allemagne, mais la clôture à la frontière serbo-hongroise que le gouvernement d’Orban est en train d’ériger devrait les freiner.
Crédit photo : Capture d’écran d’une reportage d’Euronews en Macédoine.


Lire la suite

Milos Zeman : la crise des migrants est née des opérations militaires occidentales au Moyen-Orient

Source : RT en Français
Le Président de la République tchèque s’est exprimé sur la question des migrants, arguant que la crise était une conséquence directe des interventions militaires de l’occident en Irak, Syrie et Libye.

La vague de migrants [en Europe] prend racine dans l’idée absurde [des États-Unis] de lancer une intervention en Irak, qui était sensé avoir des armes de destruction massive, mais rien n’a été trouvé

Ainsi raisonne Milos Zeman, le Président de la République Tchèque, sur la question des migrants. Dans une interview au journal populaire tchèque Blesk, dimanche 2 août, le chef de l’état a fustigé les interventions occidentales au Moyen-Orient, pointant du doigt ces initiatives comme les causes directes de la crise des migrants que connaît l’Europe.

Pour Zeman, les Américains ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Ils partagent la faute avec leurs alliés occidentaux qui ont participé à « coordonner les opérations en Libye ». Selon l’homme politique, la volonté occidentale de « restaurer l’ordre » en Libye et en Syrie aura été à l’origine d’un embrasement des conflits dans ces deux pays et à l’émergence d’organisations terroristes, poussant les populations locales à fuir leur pays.
Le Président tchèque a annoncé dans ce même entretien son intention de s’exprimer lors de la prochaine réunion de l’Assemblée générale des Nations-Unies (ONU) et d’y proposer la création d’unités militaires pour détruire les camps d’entraînement djihadistes.

L’opinion du Président Milos Zeman était sollicitée après un incident dans un centre de détention pour migrants, au nord-est de la République tchèque. Plusieurs dizaines de détenus avaient pris part à une manifestation et tenté de fuir le centre, commettant des actes de vandalisme. La police avait dû employer du gaz lacrymogène pour disperser la manifestation. Le chef de l’état a eu des mots sévères à l’égard des immigrants illégaux, leur rappelant que

personne ne vous a invité. Mais maintenant que vous êtes ici, vous devez respecter nos règles, comme nous respectons les vôtres lorsque nous nous rendons dans vos pays.

Milos Zeman avait résumé sa pensée en une maxime : « si vous ne vous plaisez pas ici, partez ».

Crédit photo : David Sedlecký via WikiMedias (CC) = Miloš Zeman, Président de la République tchèque


Vu sur Twitter

L’immigration, révélatrice du gouffre entre l’Europe d’en haut et l’Europe des peuples

Publié le

Un virage qui se dessine sur l’immigration

Source : Nouvelles de France
Une intéressante tribune de Jean-Gilles Malliarakis dans Nouvelles de France, montre les fissures de plus en plus importantes dans le mur du silence qui entoure le problème de l’immigration.

Deux pages d’accueil successives sur le site internet du Figaro me donnent à penser que certains blocages sont en train de sauter.
Le samedi 1er août, c’était : « L’immigration, principale préoccupation des Européens », avec à la clef une étude par sondage réalisée ce printemps pour le compte de la Commission européenne.
Ce lundi 3 août au matin c’est : « Migrants : la Mairie de Paris se retrouve sous pression. »

L’affaire de Calais, loin de Paris, loin des plages vacancières, loin de campagnes aujourd’hui encore ensoleillées, loin de Neuilly aussi, plus loin encore des palais nationaux, a longtemps semblé une affaire, désagréable certes, mais que nos technocrates et nos gendarmes allaient régler pendant que nous fermons les yeux.
À Lampedusa, à Mytilène, aux confins de l’Espagne et du Maroc ? Que l’Europe du Sud se débrouille, nous ne voulons pas le savoir.

D’excellents esprits viennent aussi nous assurer que, grâce aux immigrés devenus sémantiquement des « migrants », – avez-vous remarqué l’invasion des éléments de langage ? – nos retraites par répartition allaient être sauvées. Pure illusion, grossier mensonge.

Et puis, aujourd’hui même à Paris, on découvre qu’un lycée désaffecté du 19e arrondissement a été envahi malencontreusement par des « chances pour l’Europe ». Ses occupants illégaux viennent compliquer l’existence tranquillement dépensière d’un des centres de pouvoir les plus infectés d’idéologie bien-pensante et socialo-communiste : l’équipe municipale Hidalgo. La voici obligée de protester par des mots absurdes : « Ce n’est pas en envahissant un équipement public qu’on trouve de l’hébergement », explique-t-on, si j’en crois Le Figaro au cabinet du maire. Accessoirement les mêmes bureaucrates ne nous expliquent pas comment « on » obtient gain de cause.
On nous dit que « la Mairie de Paris refuse également de céder au “chantage inadmissible” des migrants du lycée Jean-Quarré, qui réclament l’aménagement d’un gymnase pour s’y installer. »
« On réfléchit au fait de faire intervenir les forces de police » – réfléchissez, réfléchissez —, mais la situation est claire :

le dialogue est pour le moment rompu. Une réunion de crise devrait se tenir ce lundi matin à la Mairie de Paris pour trouver une solution.

Bien sûr, dira-t-on, c’est la version du Figaro, pas trop favorable à l’insupportable Hidalgo.
Nous sommes certes assaillis de désinformation à jet continu. Mais cela, nous le savons aussi, de plus en plus, avec plus ou moins de conscience de cette dommageable intensité.

La fin des euroscepticismes plus ou moins fabriqués, plus ou moins manipulés, des deux côtés de la Manche, n’est sans doute pas pour demain.
Au moins la purulence grandissante de ce dossier a-t-elle permis à un nombre non négligeable d’Européens d’ouvrir les yeux : on observe dans toute l’Europe le même verrouillage idéologique, dans les salles de rédaction, dans les sacristies régimistes, dans les réseaux de pouvoir.

On aura eu beau forger, ou réinventer, le concept supposé excommunicateur de « populismes » – pouah ! –, un mot qui désignait autrefois les démocrates-chrétiens – dans des régimes démocratiques, même imparfaits, c’est toujours l’opinion qui porte au pouvoir telle ou telle force politique. C’est aussi l’opinion, bonne ou mauvaise conseillère, qui fait évoluer les partis du système, et, s’ils n’évoluent pas c’est enfin l’opinion qui fait gonfler les voiles, plus ou moins éphémères, de partis concurrents, même factices.
Ce qui s’est passé en France depuis 30 ans a été freiné, manœuvré par la rivalité Chirac-Mitterrand, les deux joueurs ayant fait l’un comme l’autre bon marché de l’intérêt du pays, et de l’opinion profonde du peuple, pour ne s’intéresser qu’à leur petit billard politicien.

Ce temps n’est plus. Le billard post-mitterrandien du disciple Hollande ne lui arrive pas à la cheville. Celui des post-chiraquiens n’intéresse plus qu’eux-mêmes et les petits marquis des médias.
Il paraît donc temps, en France et dans toute l’Europe, que les citoyens reprennent les mandats usurpés par la classe politique et captés par les technocrates, redéfinissent ce qu’ils attendent des institutions européennes, et construisent à nouveau, enfin, l’Histoire du continent.

Invasion de l’Europe : submersion migratoire à Budapest

03/08/2015 – BUDAPEST (NOVOpress) – Un correspondant de Novopress se trouvait à Budapest. Il a filmé les scènes du quotidien de la gare de l’Est de Budapest, où près de 1500 clandestins squattent de toutes parts les lieux. La police les évacue chaque jour et les envoie dans des camps de réfugiés, mais ceux-ci sont remplacés par un flux quotidien, puisque de 1500 à 2000 clandestins entrent chaque jour en Hongrie via la Serbie. Depuis un an, la Hongrie a ainsi vu plus de 150.000 clandestins pénétrer illégalement son territoire.

Cette situation a amené le Premier Ministre hongrois Viktor Orbán à construire une barrière grillagée de quatre mètres de hauteur le long des 175 km de la frontière commune entre la Hongrie et la Serbie. La construction de ce mur sera terminée à la fin du mois d’août 2015.

Il se pourrait toutefois que cette mesure forte et symbolique soit insuffisante, les possibilités d’endommager la barrière pour traverser illégalement la frontière n’étant pas nulles, d’où l’appel à l’aide d’un maire frontalier hongrois pour collecter des fonds pour équiper sa commune et garder la frontière à la charge de sa commune. Vous pouvez vous aussi aider ce maire courageux qui tente d’endiguer l’invasion en effectuant un don à cette adresse : helloasso.com/associations/nationalite-citoyennete-identite/collectes/un-4×4-pour-asotthalom

Publié le
migrants_secourus

Clandestins : depuis mai, la Méditerranée est moins meurtrière

01/08/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Le renforcement des moyens de la mission de surveillance « Triton » conduit à sauver plus de clandestins en mer… et donc à en encourager encore plus de tenter leur chance.

Routine : chaque jour, les autorités italiennes annoncent le sauvetage de migrants repêchés en Méditerranée. Des centaines de vies ont été sauvées depuis le renforcement des moyens de la mission « Triton ». La zone d’intervention de la mission a alors été élargie pour se rapprocher des côtes libyennes, et son budget, revu à la hausse.
Le nombre de morts est en net recul, à en croire un rapport publié le 1er juillet par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) : si ce flux ne cesse de croître – 150 000 personnes sont arrivées sur les côtes européennes par la Méditerranée depuis le début de l’année, dont la moitié en Italie – , le nombre d’individus décédés ou portés disparus a diminué de manière spectaculaire. 12 victimes ont été identifiées au mois de juin, contre plus de 1 750 entre janvier et avril 2015.
Outre la météo plus favorable,

Les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Européens depuis mai ont eu un impact immédiat et positif

note le HCR. Officiellement mission de surveillance, « Triton » s’est muée en opération humanitaire. Résultat : depuis le renforcement de la mission, 1 migrant sur 427 embarqué en Méditerranée a perdu la vie en mer contre 1 sur 16 en début d’année.

Techniquement, Frontex est une agence de protection des frontières, mais dans la pratique nous sauvons des individus et les ramenons en Italie, donc notre action ne diffère en rien de celle de « Mare Nostrum » »

reconnaît Ewa Moncure, porte-parole de l’agence européenne de protection des frontières, Frontex.
Ambiguïté entretenue à l’endroit des opinions publiques européennes, mais qui ne trompe pas les passeurs, lesquels envoient de plus en plus de clandestins en mer.
Si l’on ne peut que se féliciter des vies sauvées, il est en revanche tragique de constater l’appel d’air à l’immigration clandestine que constitue « Triton » tant que les responsables de Frontex ne reconduiront pas les naufragés à leur point de départ au lieu de les acheminer sur le sol européen.