Tag Archives: Hénin-Beaumont

MLP remplace Nicolas Bay

Steeve Briois remplace Nicolas Bay comme secrétaire général du Front national

01/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Steeve Briois est le nouveau secrétaire général du Front national. Il succède à Nicolas Bay, qui occupait la fonction depuis 2014, lorsque, au congrès de Lyon, il avait succédé à ce même Steeve Briois devenu secrétaire général lors du congrès de Tours qui avait vu Marine Le Pen accéder à la présidence du parti, en 2011. Le retrait de Nicolas Bay du secrétariat général est une conséquence de son élection, le mois dernier, au poste de coprésident du groupe ENL (Europe des nations et des libertés) au Parlement européen, en remplacement de Marine Le Pen.

Dans un entretien au Figaro, Nicolas Bay, qui est parallèlement promu vice-président du Front national, chargé des questions européennes, explique :

« C’est un processus classique, qui avait déjà été mis en place lors du congrès en 2011, avec la nomination d’un secrétaire général provisoire, spécifiquement chargé de l’organisation du congrès […] Marine m’a en effet nommé vice-président, et je continuerai donc de siéger au bureau exécutif et de participer – en plus de mes responsabilités au Parlement européen – à la direction et à la vie du mouvement. Cette mise en retrait du secrétariat général me permettra aussi de participer pleinement aux débats du congrès et de la refondation, en m’exprimant sur les questions de ligne politique, de stratégie et d’organisation. »

C’est donc un homme de son premier cercle que Marine Le Pen a choisi en la personne du maire d’Hénin-Beaumont pour diriger l’appareil du Front national jusqu’au congrès de mars prochain, à l’issue duquel, lit-on entre les lignes, un nouveau secrétaire général sera désigné.

Marine Le Pen s’exprimera aujourd’hui depuis Chasseneuil-du-Poitou, près de Poitiers, où sont réunis les principaux cadres et élus du Front national, en conclusion d’une « journée des élus ». Hier, le comité central du parti, réuni pour la première fois depuis son élection, il y a trois ans, a, selon Nicolas Bay, « validé l’agenda du congrès, avec les différentes étapes préparatoires, ainsi que le questionnaire qui sera envoyé à tous les adhérents à partir de la semaine prochaine ».

Bruno Bilde, conseiller de Marine Le Pen : « Nous serons des députés de combat »

Bruno Bilde, adjoint à la mairie d’Hénin-Beaumont, est arrivé en tête dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais avec le meilleur score de France (35,53 %) juste après Marine Le Pen. Selon [les] pronostics [de Présent], il est l’un des trois députés FN qui peuvent entrer à l’Assemblée nationale dimanche soir.

Bruno Bilde Marine Le Pen— Vous affrontez Coralie Rembert, candidate de la République En marche qui est loin derrière vous avec 20,85 %. Vous êtes l’un de ceux qui peuvent y croire bien que les réserves de voix essentiellement socialistes semblent plus favorables à votre adversaire. Où allez-vous prendre vos voix au deuxième tour ?

— Je suis confiant mais vigilant. Nos réserves de voix sont essentiellement constituées d’un électorat de gauche certes, mais hostile à la politique ultralibérale de Macron. J’en veux pour preuve qu’entre le premier et le deuxième tour des élections présidentielles, Marine Le Pen sans aucune réserve de voix, a gagné 18 points. Elle est passée de 42 % au premier tour à 60 % au second tour. Je pense qu’il y a dans cette circonscription une profonde volonté de changement et de rupture avec le système actuel. Je suis donc assez confiant.

— Avez-vous des craintes à propos des consignes de vote contre vous ?

— Ce sont des consignes d’appareils politiques totalement déconnectés des électeurs et du terrain. Le maire socialiste de Liévin par exemple, que La Voix du Nord décrivait comme une machine à gagner, n’a pas fait 17 % des voix. Il a été éliminé alors que c’est le maire de la plus grosse ville de la circonscription. Ces élus-là se sont beaucoup décrédibilisés. Les consignes de vote ne sont pas forcément entendues. C’est le vieux monde politique tout ça.

— Sur quelles thématiques avez-vous axé votre campagne ?

— Sur la défense du monde ouvrier avant le premier tour. Nous sommes ici dans une circonscription ouvrière de tradition qui a toujours été socialiste ou communiste mais qui n’a jamais connu d’alternance. Entre les deux tours, j’ai fait campagne sur la défense de la démocratie parce qu’il serait incroyable de donner les pleins pouvoirs à Macron à hauteur de 450 ou 500 députés.

Je dis qu’un député macroniste de plus ou de moins ne change strictement rien alors qu’en revanche un député FN de plus, c’est essentiel.

Bruno Bilde Marine Le Pen 3— Mais que peuvent faire deux ou trois députés FN isolés à l’Assemblée nationale ?

— Nous sommes des combattants et nous serons des députés de combat.

A l’Assemblée nationale que nous soyons, deux, trois ou cinq, nous nous ferons beaucoup plus entendre que cette armée de godillots qui ne feront absolument rien. Grosso modo l’Assemblée sera pour eux une simple chambre d’enregistrement.

Un certain nombre de candidats macronistes ont déjà annoncé que le temps parlementaire allait être réduit, bel aveu, ça veut dire que tout va être réglé par ordonnance et par décret. Nous, nous serons là pour nous opposer à cela et dénoncer cela.

— Quelle est l’explication de la désertion des urnes dimanche et de la vague abstentionniste selon vous ?

— Pour moi il y a deux explications. D’abord, nos électeurs ont été déçus et découragés que Marine Le Pen n’ait pas été élue présidente de la république. L’autre cause, selon moi, est liée à la saturation. Les élections ont commencé en novembre 2016 il y a huit mois avec les primaires de la droite, puis il y a eu les primaires de gauche, une campagne interminable puis le premier et le deuxième tour de la présidentielle. Les Français sont saturés. Or, avec les résultats du premier tour des législatives qui risquent de donner à Macron un pouvoir absolu, il est capital que les abstentionnistes reviennent aux urnes.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

Entretien paru dans Présent daté du 17 juin 2017

Les crèches de Noël dans les mairies sont sous le feu des juges

08/12/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

Le 9 novembre dernier, le Conseil d’Etat prenait une décision sur l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments publics : dans l’enceinte des mairies, le Conseil d’Etat estime que les crèches sont prohibées par la loi de 1905 et le principe de laïcité, sauf « Si des circonstances particulières montrent que [leur] installation présente un caractère culturel, artistique ou festif ».

Mercredi 30 novembre dernier, le tribunal administratif de Lille a fait une exacte application de cette jurisprudence

Il était saisi par un élu communiste de la ville d’Hénin Beaumont, qui reprochait au maire Steeve Briois d’avoir installé une crèche de Noël dans l’hôtel de ville, l’an dernier. Sans surprise, le tribunal administratif a estimé qu’aucune circonstance particulière ne venait justifier l’installation d’une crèche de Noël dans le hall de l’hôtel de ville.

Steeve Briois a annoncé qu’il faisait appel de ce jugement…

Ce sera probablement en vain. Reste à savoir si, à l’avenir, le maire d’Hénin Beaumont renoncera à sa crèche de Noël. Cette année, la question ne se pose pas : le maire a préféré installer la crèche sur une place publique car le plan Vigipirate restreint l’accès à l’hôtel de ville.

Cela tombe bien car le Conseil d’Etat a décidé que, sur la voie publique, une crèche de Noël est en principe autorisée

Mais Bruno Bilde, adjoint au maire d’Hénin Beaumont, entend entrer en dissidence l’an prochain, lorsque le plan Vigipirate aura pris fin. Je le cite : « Sans Vigipirate nous referons la même configuration qu’en 2015, même si ça ne plaît pas à certains gauchistes ».

D’autres maires attachés aux traditions auront sans doute à faire face aux mêmes tracas judiciaires

Le jugement du tribunal administratif de Lille en annonce sans doute d’autres, pour Béziers, Beaucaire, Hayange et autres villes attachées aux traditions. Si ces maires patriotes ne cèdent pas et maintiennent leur crèche de Noël, ils accompliront là un acte de dissidence.

Vu sur Twitter

À Hénin-Beaumont, Steeve Briois baisse les impôts, l’opposition vote contre !

Publié le

Hénin-Beaumont : la municipalité FN baisse la taxe d’habitation

25/04/2014 – VIDEO AFP – La municipalité Front national d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) va baisser de 10% la taxe d’habitation, mesure phare du budget 2014, qui sera compensée par un “vaste plan d’économies”, a annoncé jeudi le maire, Steeve Briois.

Publié le