Rassemblement de soutien pour le boulanger de Grasse le 6 mars

05/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Depuis le mardi 3 mars 2015, un boulanger de la ville de Grasse (Alpes Maritimes) est l’objet des persécutions du CRAN. A l’origine de cette chasse aux sorcières : des gâteaux au chocolat nommés Dieux et Déesses ayant été modelés sous les formes d’Africains et d’Africaines. Il n’en fallait pas plus pour le taxer de “racisme colonial”.

Dans son communiqué, l’association antiraciste paradoxale (puisqu’elle ne défend que les Noirs) se fend d’un brulot à la susceptibilité exacerbée. L’infortuné pâtissier Yannick Tavolaro tombé sous les fourches caudines de Louis-Georges Tin, le Président du CRAN a beau se défendre de toute intention raciste, la machine à broyer s’est emballée contre lui. Ainsi, sa création culinaire rappelant plutôt le style Art-Déco aux grandes années du Jazz est qualifiée de “caricatures négrières, obscènes et injurieuses”. Ses pâtisseries se vendaient depuis 15 ans sans problèmes avant de tomber sous le regard d’un professionnel de l’indignation. Et les voici devenues des “fantasmes coloniaux concernant les Noirs (regards ahuris, bouches surdimensionnées, nudité obligée, organes sexuels protubérants)”. Et plus encore : de par leur nom (dieux et déesses ), “ces pâtisseries tournent en ridicule les religions africaines en présentant ces divinités sous un jour grotesque, tout juste bonnes à être croquées.” Il suffit pourtant de visiter le musée des arts premiers à Paris pour se rendre compte que les divinités africaines sont représentées par des statuettes du même acabit.

On pouvait espérer que l’outrance s’en tiendrait là, elle se trouve portée au pinacle dans un crescendo confinant au délire : la boulangerie se trouve à proximité d’écoles, l’auteur de ces gâteaux est le Président d’un club de foot local, tout ceci inquiète le CRAN.

Et les sanctions exigées ne sont pas en reste : “le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes, demande au maire de la ville, Jérôme Viaud, de prendre position, et invite les autorités compétentes à s’interroger sur la pertinence de garder comme président du club sportif un individu de cet acabit. Le cas échéant, le CRAN se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale.”

Face à ce harcèlement, Yannick Tavolaro demande du soutien lors d’un rassemblement prévu le vendredi 06 mars 2015 à 10h avenue du Maréchal Juin à Grasse.

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

31/10/2014 – NEW YORK (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
A New York, une jeune femme blanche a voulu témoigner du harcèlement dont elle est régulièrement victime dans les rues de la ville, en réalisant une vidéo. Le résultat en est pour le moins édifiant. Elle a été accostée 100 fois en 10 heures, créant ainsi le « buzz » sur les réseaux sociaux et les sites d’informations.

Cette vidéo, qui interpelle sur la réalité du quotidien des femmes new‑yorkaises, se double d’une polémique raciale. Les hommes qui importunent ou insultent la jeune femme sont en effet en très grande majorité des hommes de couleur, « noirs » ou « latinos ». Si à la fin du montage il est bien précisé « que les expériences de harcèlement ont impliqué des personnes de toutes origines », il n’en fallait pas moins pour que le camp de l’antiracisme monte au créneau, dénonçant une nouvelle « stigmatisation » sur des critères raciaux.

Une expérience similaire avait été conduite dans les rues de Bruxelles en 2012, avec des résultats identiques concernant le profil de la population masculine incriminée, en l’occurrence très majoritairement black ou beur…

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice

30/10/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via infos Bordeaux)
Ce 23 octobre 2014, une peine de 18 mois de prison avec sursis a été requise contre l’ex-premier secrétaire fédéral du Parti socialiste en Gironde, Ludovic Freygefond (photo entre Vincent Feltesse et François Hollande), dans une affaire de corruption en lien avec une opération immobilière. Outre la peine de prison avec sursis, le procureur, Anne Kayanakis, a réclamé également une peine d’inéligibilité et la confiscation de la maison, « produit direct des infractions ».

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justiceLudovic Freygefond est de nouveau convoqué devant le tribunal correctionnel de Bordeaux au mois de décembre pour « harcèlement moral », suite à une plainte déposée par Alexandre Metzinger (photo), son ancien directeur de cabinet !

L’élu socialiste aurait « tenté d’obtenir une relation avec l’intéressé » ! Pendant plusieurs mois, ce sont près de 5.000 courriels qui lui auraient été adressés, dont 1.500 sur sa boîte personnelle (les enquêteurs ont saisi l’intégralité de la correspondance). Ludovic Freygefond y avouerait son amour et son attirance pour son directeur de cabinet.

Cité par le journal Sud-Ouest, Me François de Contencin, l’avocat du plaignant, précise « ces messages sont connotés sexuellement et insupportables de vulgarité. Ils émanent d’un petit hobereau local qui se croit tout-puissant. Il faut imaginer ce jeune enthousiaste, en début de carrière, coincé entre la volonté de plaire professionnellement et les assauts verbaux répétés de son patron ».

Très impliqué en faveur du « mariage » homosexuel, Ludovic Freygefond a perdu la mairie du Taillan-Médoc lors des dernières élections municipales.

Crédit photos : DR.

Le premier secrétaire du PS de Gironde placé en garde à vue pour harcèlement entre hommes

Le premier secrétaire du PS de Gironde placé en garde à vue pour harcèlement entre hommes

22/05/2014 –  BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) – Ce sont nos confrères du Sud-Ouest qui ont révélé l’information : « convoqué ce mercredi matin au commissariat central de Bordeaux, Ludovic Freygefond, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de la Gironde et ancien maire PS du Taillan-Médoc, a été placé en garde à vue ».

Cet activiste du « mariage » homosexuel fait l’objet d’une enquête pour harcèlement suite à une plainte déposée en septembre 2012 par Alexandre Metzinger, son ancien directeur de cabinet.

Le premier secrétaire du PS de Gironde placé en garde à vue pour harcèlement entre hommes

L’élu socialiste aurait même « tenté d’obtenir une relation avec l’intéressé » ! Pendant plusieurs mois, ce sont près de 5.000 mails qui lui auraient été adressés, dont 1.500 sur sa boîte personnelle (les enquêteurs ont saisi l’intégralité de la correspondance). Ludovic Freygefond y avouerait de manière explicite son amour et son attirance pour le directeur de cabinet.

Alors que ce dernier est toujours soutenu par le parti socialiste, le Sud-Ouest confirme la mansuétude de la justice « qui a attendu la fin des élections municipales pour entendre l’ancien maire, afin de ne pas interférer dans la campagne électorale ». Cela n’a pas empêché l’élu socialiste de perdre dès le premier tour !

Crédit photos : DR.

Ludovic Freygefond (PS), visé par une plainte pour « harcèlement moral », et plus si affinités

Ludovic Freygefond (PS), visé par une plainte pour « harcèlement moral », et plus si affinités

16/11/2012 –  08h30
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
-C’est un ponte du Parti socialiste en Gironde qui est visé par la justice. Ludovic Freygefond, maire du Taillan, vice-président de la Communauté urbaine de Bordeaux et de la Région, et premier secrétaire fédéral du PS en Gironde, fait l’objet d’une enquête préliminaire menée par la police judiciaire.

Lire la suiteLudovic Freygefond (PS), visé par une plainte pour « harcèlement moral », et plus si affinités

[Lu sur le Net] “Dans le camp des Dupont Lajoie”, par Robert Ménard

[Lu sur le Net] “Dans le camp des Dupont Lajoie”, par Robert Ménard

13/08/2012 — 13h00
PARIS (via le blogue de Robert Ménard) — Revenons sur la polémique autour du documentaire Harcèlement de rue (ci-dessous), tourné en caméra cachée par une jeune étudiante en cinéma belge, Sofie Peeters. Parcourant les rues d’Annessens, un quartier « populaire » de Bruxelles, elle nous montre dans toute leur crudité les « réflexions sexistes et indécentes des hommes croisés dans la rue ». Du « jolies fesses », « bonne à baiser », « l’hôtel, le lit, tu connais : direct » jusqu’aux « chienne », « pute », « salope » : tout y est, et surtout le plus sordide. Une dénonciation salutaire du « machisme ordinaire » selon les féministes.

Et elles ont raison. À ceci près que « le quartier pudiquement qualifié de “populaire” est peuplé d’une large majorité d’immigrés nord-africains. Mais le dire, parait-il, serait raciste. De même qu’il est raciste, en France, d’observer que, dans les cités à forte concentration immigrée, la condition des femmes a plutôt tendance à régresser », explique, avec une saine insolence, Élisabeth Lévy sur le site de Causeur. Et d’ajouter : « Face à cette réalité déplaisante, la première ligne de défense consiste à faire comme si on n’avait rien vu. Machisme ordinaire, vous dis-je. Vient ensuite l’éternelle explication sociologique – employée par la réalisatrice, terrifiée à l’idée de se retrouver dans le camp des Dupont Lajoie : s’ils se comportent ainsi, c’est parce qu’ils sont victimes de l’exclusion, du racisme et du chômage. »

Lire la suite

Chez Free, les licenciements se font en public

Chez Free, les licenciements se font en public

10/04/2012 – 21h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Sur Internet, des témoignages d’anciens salariés se multiplient pour dénoncer des pratiques de management « humiliantes » et une « pression constante » au sein du nouvel acteur de la téléphonie mobile. Certains ont raconté comment les employés sont renvoyés pour un oui ou pour un non, jamais dans un bureau, mais toujours devant tout le monde.

Après ses offres tarifaires alléchantes, tout ne serait pas si rose chez Free…