Tag Archives: guerre culturelle

Jacques de Guillebon Incorrect Dissidence

Jacques de Guillebon : « Il faut déclencher une guerre nucléaire culturelle »

Jacques de Guillebon est le rédacteur en chef de L’Incorrect, mensuel de droite qui veut dynamiter le paysage médiatique français. Le 18 novembre prochain, il participera au 3e Forum de la Dissidence. Avant cet événement dédié à la refondation de la droite, il répond à trois questions pour la Fondation Polémia.

Polémia : Qu’est-ce que la droite pour vous ?

Jacques de Guillebon : Je vais me citer moi-même, ce qui est parfaitement mal élevé. Dans le premier numéro de L’Incorrect, j’ai essayé de dire en une formule ce que serait la gauche : « Tout ce qui prétend nous changer de monde sans notre accord ». De quoi l’on peut déduire que la droite serait l’inverse : ce qui respecte et le monde dans lequel nous vivons – en tant que donné, en tant qu’il nous précède – et notre liberté, qui évidemment procède du premier.

La droite est donc ce qui raisonne et agit à partir du réel, non pour s’y borner mais pour s’en élever. La droite sait ce qu’est l’homme, bon et mauvais du même mouvement, et cherche à le mener vers sa destinée supérieure sans se bercer d’idéologies.

La France et l’Europe semblent engluées dans une crise identitaire sans fin. Comment en sortir ?

Sans fin : manière de parler. Elle n’est point si longue à l’échelle de notre histoire, cinquante ans à peine. Nous en avons vu d’autres, depuis les Grandes invasions jusqu’aux Guerres de religion, en passant par la guerre de Cent ans. Nous nous en relèverons.

Ce qui est néanmoins angoissant, c’est la conjugaison des maux, celui de l’immigration qui nous grandremplace doublé de celui de la globalisation des moeurs qui nous empêche de mener la moindre politique d’assimilation parce que des Français eux-mêmes nous n’arrivons plus à faire des Français.

On en sortira de manière violente : je ne parle pas de guerre, mais d’imposition violente de notre mode de civilisation à tous les habitants d’ici. Violence symbolique, bien entendu, mais il faut être bien conscient qu’on ne peut négocier sur les moeurs. Et avoir des moeurs communes réclame d’enseigner une histoire commune, une langue commune, une métaphysique commune. Il faut déclencher une guerre nucléaire culturelle.

En quelques mots, quelle sera le teneur de votre intervention à ce 3e Forum de la Dissidence ?

J’évoquerai notre petite et humble expérience de guerre culturelle avec L’Incorrect. Comment nous reprenons ce qui est à nous et tentons de le diffuser.

Septième journée de Réinformation de Polémia "la bataille culturelle" : les affiches

Septième journée de Réinformation de Polémia “la bataille culturelle” : les affiches

16/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
La Fondation Polemia a laissé carte blanche à plusieurs artistes afin qu’ils nous livrent leur vision de la bataille culturelle. Ces affiches, que certains ont collés sur les murs de Paris (photo) tel du street art, seront en vente lors de la 7ème Journée de la réinformation du 18 octobre prochain consacrée à la bataille culturelle.
Inscriptions (avec ou sans déjeuner) : polemia1@gmail.com

Plus d’infos sur : http://www.polemia.com/septieme-journee-de-reinformation-de-polemia/

Des livres aux quatre vents, dispersion de la bibliothèque de Dominique Venner

Des livres aux quatre vents, dispersion de la bibliothèque de Dominique Venner

11/10/2014 – LYONS-LA-FORÊT (NOVOPress)
« Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut », Dominique Venner dont la fréquentation des Antiques était naturelle, avait pleinement fait sien ce conseil de Cicéron. Il s’était constitué, au fil des années, une bibliothèque impressionnante dont une partie seulement était dispersée ce dimanche 5 octobre. Les plus nobles volumes avaient été transmis à sa famille, ce sont tout de même quelque 10.000 volumes qui étaient proposés.

Outre Emmanuel Ratier (Faits & Documents), Philippe Conrad (La Nouvelle Revue d’Histoire), Benoit Loeillet (Librairie du Paillon et Europa Diffusion), cette vente exceptionnelle a réuni plus de 200 personnes dans l’Hôtel des ventes Pillet de Lyons-la-Forêt, Village normand noble et plein de charme, où Dominique Venner s’était installé il y a de nombreuses années. Parmi les adjudications les plus remarquables : les œuvres complètes reliées de Robert Brasillach qui ont dépassé les 800 €, ainsi que le lot dédié à la Grèce antique qui a été remporté pour 500 €. Ceux consacrés au Moyen-Age, au monde celtique ou à la Gaule ont également suscité un vif intérêt. Au-delà des valeurs respectives des nombreux ouvrages composant des lots parfois très divers, ce sont les annotations, remarques et développements personnels, de la main de Dominique Venner qui étaient particulièrement recherchés.

Souhaitons que ces nombreux volumes, qui ont nourri le travail de Dominique Venner durant plusieurs décennies, soient féconds pour préparer dans les esprits d’aujourd’hui les victoires intellectuelles, politiques et civilisationnelles de demain. Ce doit être pour nous une conviction : un livre est une arme !

Pierre Saint-Servant