Des Grenobloises défilent pour « la liberté des femmes voilées ». Vraiment ?

manifestation pour la liberté des femmes voilées

Samedi dernier, quelques dizaines de femmes ont couru dans Grenoble pour réclamer « la liberté des femmes voilées ». Plus précisément pour dénoncer « les discriminations et les humiliations quotidiennes » dont elles se disent victimes dans leur vie de tous les jours.

Afin de donner à leur démarche tout le poids nécessaire, elles ont manifesté de la Bastille à la mairie de Grenoble, revêtues du hijab pour la plupart d’entre elles. Elles dénoncent « certains espaces qui leur sont refusés », telles les piscines ou les salles de sport, et d’autres où elles assurent être « mal accueillies », comme l’université, la CAF ou Pôle emploi.

« Stop, ça suffit. On est citoyennes françaises, on vote, on paye des impôts mais on ne veut pas de nous sur la place publique. C’est limite chez les médecins, dans le sport, un peu partout. On préfère nous voir cloîtrées à la maison », déclare l’une des manifestantes à FR3.

Qu’est-ce que quarante ou cinquante femmes sur une agglomération de 670.000 habitants ? Rien ou presque. Ça ne vaut pas plus qu’un haussement d’épaules…

C’est ce que pensait cette habitante parisienne quand elle enfilait un pull pour ne pas sortir bras nus : si la paix du quartier est à ce prix, ça n’est pas si grave… C’est aussi ce que se disaient nos voisins anglais quand ils ont accepté que le droit coutumier islamique prime parfois sur le droit anglais (en matière de divorce, notamment). Et puis une femme en burkini à la piscine, où est le problème ? C’est vrai, quoi, pourquoi ne pas leur réserver des horaires aménagés s’il faut cela pour qu’elles se mettent au sport ? Ce qu’a fait Martine Aubry à Lille. Et l’on peut bien, aussi, leur réserver des cabinets médicaux où elles ne risqueront pas de croiser un mâle. Après tout, si leur santé est à ce prix, où est le problème ?

On peut aussi faire une séparation dans les amphis, à l’université, et puis des horaires réservés dans les musées, comme au hammam ; séparer aussi les petits enfants des écoles pour que garçons et filles ne se côtoient pas dans les classes de mer ou de nature. Ah pardon, c’est déjà fait : les plus radicaux n’y vont pas, c’est plus simple. Pas grave, non plus, d’apprendre que l’une des opérations de chirurgie esthétique les plus pratiquées, aujourd’hui, soit l’hyménoplastie (reconstruction de l’hymen, c’est-à-dire de la virginité). « Ça explose »/em>, disent les médecins. On trouve même un « pack tout inclus » pour aller se faire opérer en Tunisie : 700 euros, billet d’avion et hébergement compris.

Parmi les manifestantes, l’une se plaint qu’on lui ait refusé l’entrée dans une piscine lors d’un examen. « Quand je suis arrivée au bord de la piscine avec mon maillot de bain couvrant, un maître-nageur est venu me chasser et je n’ai pas pu passer mon agrément. J’ai été discriminée », dit-elle. Il existe un règlement vestimentaire dans toutes les piscines de France, il vaut pour tout le monde. Qu’on se présente avec un bermuda et sans bonnet et c’est le retour au vestiaire assuré. Il n’y a aucune raison pour faire une exception.

Il ne faut pas être naïf. Ce type de manifestation est une manœuvre à visée politique. Et Grenoble n’est pas n’importe quelle ville. En 2016, Patrick Kanner, ministre de la Ville du gouvernement Valls, avait provoqué des hurlements dans les rangs du Parti socialiste en affirmant que certains quartiers en France – comme on en trouve à Grenoble – n’avaient rien à envier à Molenbeek. Exemple à Allier-Alpins : école 100 % musulmane, inscriptions à la maternelle en arabe et en turc dans le quartier Vigny-Musset, boutiques strictement communautaires, avaient dénoncé, en 2015, Les Républicains de l’Isère et le blog d’opposition « Grenoble, le changement ».

Le 7 février 2019, le préfet de l’Isère a ordonné la fermeture, pour six mois, de la mosquée Al-Kawthar, cela, en vertu de l’article L. 227-1 du Code de la sécurité intérieure qui vise à « prévenir la commission d’actes de terrorisme ».

Son imam légitimait le djihad armé…

Marie Delarue

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Migrants : le maire de Grenoble appelle à l’illégalité, par Caroline Parmentier

En tête des collabobos qui veulent se donner le grand frisson, le maire de Grenoble Eric Piolle qui s’autoproclame « délinquant solidaire », appelle les citoyens à la désobéissance et tous les maires de France « à se lever », pour venir en aide aux migrants.

Le maire (Ecologie-les Verts/Front de gauche) qui a remis lundi la médaille de la ville de Grenoble au passeur de migrants Cédric Herrou, a déclaré dans un tweet grandiloquent (et en écriture inclusive) : « Si la solidarité avec les exilé.e.s est un délit, condamnez-moi ! » Il se rêve déjà en martyr du Grand Remplacement.

Il a en effet été rappelé à l’ordre par le préfet de l’Isère. Ce dernier a déploré

ses propos « qui appellent à commettre des infractions ou des actes illégaux, alors même qu’ils sont tenus par un maire auquel les lois de la République confient des responsabilités d’officier de police judiciaire et la charge de faire respecter l’ordre public ». « Prôner l’illégalité ou cautionner des infractions pourtant condamnées par l’autorité judiciaire n’est pas une conduite anodine », a ajouté le préfet.

Les villes remettent leur médaille d’honneur en reconnaissance d’un service rendu ou pour saluer un acte de bravoure. L’agriculteur Cédric Herrou (qui a grimpé triomphalement les marches de Cannes) a été condamné en appel en août à quatre mois de prison avec sursis pour avoir fait passer des clandestins dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes). Le 22 avril, l’Assemblée nationale a voté l’assouplissement de la loi, exemptant désormais de sanctions les militants qui apporteraient des soins, un hébergement et de la nourriture aux migrants sans qu’il y ait de contrepartie lucrative. Une évolution insuffisante pour le maire de Grenoble, immigrationniste forcené, qui réclame dans un courrier au procureur préalablement diffusé dans la presse, l’abrogation du « délit de solidarité » et davantage de protection pour les « aidants » comme Cédric Herrou, mais aussi pour des municipalités comme la sienne dont les actions pour accueillir les migrants leur font, selon lui, « courir un risque pénal » : « Ce délit de solidarité est une situation qui nous tord le ventre, toutes tendances politiques confondues. »

A Grenoble, Eric Piolle multiplie les actions pro-migrants comme la mise à disposition des logements vacants (sic), les aides des Maisons des habitants, le village d’insertion du Rondeau, l’accueil dans les crèches municipales d’enfants issus de famille en demande d’asile, ou encore la coordination de la plateforme Grenoble Terre d’accueil. Il a aussi apporté son soutien aux trois militants de Briançon poursuivis en justice pour aide à l’entrée et à la circulation sur le territoire national d’étrangers en situation irrégulière. Ces activistes ont prétendu répondre à l’opération de Génération Identitaire au col de l’Echelle par l’entrée illégale de clandestins supplémentaires.

« Peut-être notre action recouvre-t-elle la notion de “bande organisée” visée par l’article L. 622-5 du Ceseda (Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) qui est reprochée aux jeunes gens qui seront jugés par le tribunal correctionnel de Gap ? », s’indigne Eric Piolle. « Va-t-on nous placer en garde à vue, voire nous traîner en correctionnelle ? »

Avant de lancer un appel solennel à tous les maires de France : « Je lance un appel à tous les maires humanistes. C’est maintenant qu’il faut se lever, comme les médecins l’ont fait en 1973 pour l’avortement. »

Et la boucle est bouclée. Après avoir « génocidé » les enfants français à raison de 200 000 par an, on doit maintenant les remplacer à tour de bras par les migrants.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 31 mai 2018

« Kery James » à Grenoble : le Ministère impose la venue d’un rappeur « Anti-France » à la Maison de la Culture [audio]

« Kery James » à Grenoble : le Ministère impose la venue d'un rappeur « Anti-France » à la Maison de la Culture

18/04/2012 – 18h30
GRENOBLE (NOVOpress) — Le concert du rappeur Kery James doit se tenir les 15 et 16 Mai prochain à la Maison de la Culture (« MC2 ») de Grenoble.

« Kery James » à Grenoble : le Ministère impose la venue d'un rappeur « Anti-France » à la Maison de la CultureLe rappeur, ex membre du groupe « Ideal J » (image ci-contre), et qui se proclame haut et fort « noir, musulman et fier de l’être » (voir extraits de ses chansons ci-dessous) doit venir y livrer sa vision de la France : un pays de « racistes» et de « tortionnaires », qui doit donc assumer son passé colonial en subissant sans broncher les vagues successives de l’immigration africaine (“Je suis en guerre depuis mon enfance, narco trafic, braquages, violence, crimes” “C’que la France ne nous donne pas on va lui prendre”)

Si la liberté d’expression peut peut-être permettre la tenue de ces propos, on ne peut que s’étonner en revanche que ce concert soit accueilli dans une salle publique, financée par la Mairie de Grenoble, le conseil général de l’Isère et le Ministère de la Culture.

Interpellé au téléphone (audio ci-dessous) par un internaute quant à la nature des propos tenus par le rappeur, un responsable de l’établissement avoue l’existence de directives du Ministère lui imposant la venue de ce genre d’« artistes ».

Vous pouvez faire part de votre indignation, avec courtoisie mais fermeté, auprès de la Maison de la Culture de Grenoble :
– Service administration. Tél. : 04 76 00 79 44. Fax : 04 76 00 79 45.
sylvie.blaise@mc2grenoble.fr

– Service relations avec le public : Tel : 04 76 00 79 22. delphine.gouard@mc2grenoble.fr

[MEDIA not found]

Extraits de chansons de Kery James

Extrait du titre « Lettre à la république »
« A tous ces racistes à la tolérance hypocrite,
Colonisateurs, tortionnaires d’algériens,
Ce passé colonial, c’est le vôtre […] maintenant vous devez assumer […]
Vous avez souhaité l’immigration ?
Gardez pour vous votre illusion républicaine de la douce France […]

Je suis en guerre depuis mon enfance, narco trafic, braquages, violence, crimes […]

Difficile de se sentir français […] parce que moi je suis noir, musulman, banlieusard et fier de l’être, […] que personne ne s’étonne si demain ça finit par péter. »

Extrait du titre « Banlieusards »
« Et moi je serai de la 2ème France, celle de l’insécurité,
des terroristes potentiels, des assistés,
[…]
Je ne suis pas une victime mais un soldat,
Regarde-moi, j’suis noir et fier de l’être
[…]
Il est temps que la 2ème France s’éveille
J’ai envie d’être plus direct, il est temps qu’on fasse de l’oseille
C’que la France ne nous donne pas on va lui prendre
[…] »