Massacre de Chios 12 avril 1822

Chios 12 avril 1822

12/04/2013 – 20h10
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
Le 12 avril 1822, les Ottomans perpétraient le massacre de Chios, à l’encontre de la population grecque de l’île. Un millier de partisans grecs débarquent sur l’île, au début de l’année 1822. La Sublime Porte décide alors l’envoi de près de 45 000 hommes, avec ordre de reconquérir puis de raser l’île, et d’y tuer tous les hommes de plus de douze ans, toutes les femmes de plus de quarante ans et tous les enfants de moins de deux ans, et de réduire le reste de la population en esclavage.

Lire la suite

Athènes : l’Aube dorée manifeste contre la télévision anti-nationale

Athènes : l’Aube dorée manifeste contre la télévision anti-nationale

28/03/2013 – 10h00
ATHENES (NOVOpress) – Mega TV est la principale chaîne de télévision privée grecque, l’équivalent de TF1. Ses programmes promeuvent systématiquement le mondialisme et le métissage, notamment par la programmation de téléfilms turcs.

Le soir du 25 mars, jour de la fête nationale, qui commémore le soulèvement de la Grèce contre l’empire ottoman en 1821 et la guerre d’indépendance, Mega TV a décidé de diffuser la série turque, Fatmagül’ün Suçu Ne? (« Quel est le crime de Fatmagül ? »), qui raconte les malheurs d’une jeune fille turque victime d’un viol collectif, puis contrainte à un mariage forcé.

Pour protester contre ce qu’il considérait comme une insulte à la Grèce, le parti nationaliste Chryssi Avghi [l’Aube dorée, NDLR] a appelé à manifester. Plusieurs milliers de Grecs ont défilé puis se sont rassemblés, à la lumière des flambeaux, devant le siège de Mega TV, protégé par des centaines de policiers anti-émeutes. Après des discours prononcés par plusieurs députés du parti, un drapeau turc a été symboliquement brûlé (photo ci-dessus). Les manifestants ont ensuite chanté l’hymne national.

Crédit photo : Aube dorée

« Stratégie de la tension » en Grèce: nouvel attentat contre l’Aube dorée

"Stratégie de la tension" en Grèce: nouvel attentat contre l’Aube dorée

19/02/2013 – 12h00
ATHENES (NOVOpress) – Mercredi 13 février, une bombe a explosé dans la permanence de l’Aube dorée au Pirée (ci-dessus), causant d’importants dégâts matériels mais sans faire de blessés. Il s’agit de la deuxième attaque récente contre l’Aube dorée en Attique. Début décembre, une bombe avait dévasté la permanence du parti à Aspropyrgos à l’ouest d’Athènes. L’attentat avait été revendiqué par un supposé « Front antifasciste » qui avait envoyé le communiqué suivant : « Nous avons décidé de frapper les bureaux de l’Aube dorée car nous croyons qu’il faut frapper les fascistes avant qu’ils ne nous frappent ».

Lire la suite

Grèce : Face à la gabegie et à l’immigration, l’Aube dorée s’impose au… biceps

Grèce : Face à la gabegie et à l'immigration, l’Aube dorée s’impose au… biceps

Photo ci-dessus : distribution de nourriture et de vêtements par l’Aube dorée à la partie des grecs en voie de clochardisation.

C’est devenu le paradoxe grec. Fin janvier, à Athènes, des milliers de gauchistes ont manifesté contre les « ratonnades » d’immigrés illégaux organisées par le parti « néo-nazi » Aube dorée… Mais rien n’y fait ! Malgré ces protestations, le parti le plus radical du paysage politique grec continue sa course en avant.

Lire la suite

Défense de l’Europe : Fin de l’érection du mur frontière entre la Grèce et la Turquie

Défense de l'Europe : Fin de l'érection du mur frontière entre la Grèce et la Turquie

19/12/2012 – 10h00
ATHÈNES (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
La Grèce a achevé la construction d’un mur permettant de protéger sa frontière avec la Turquie.

Ce mur avait fait l’objet de vives critiques de la part de pays européens qui dans le même temps entravaient, par les restrictions budgétaires imposées, le travail des forces de douane grecques. Les critiques s’étaient faites encore plus vives de la part des organisations de défense des « droits de l’homme » et de l’immigration clandestine, dès l’annonce de la construction en 2010.

Lire la suite

[Tribune libre] « L’Aube dorée Italie » : copiers-collers, allumés et journalistes

[Tribune libre] « L’Aube dorée Italie » : copiers-collers, allumés et journalistes

03/12/2012 — 08h00
ROME (NOVOpress) — Le procédé immanquable pour obtenir son quart d’heure de célébrité ? Flatter les fantasmes des journalistes du Système. Ils croient ou font semblant de croire, veulent en tout cas faire croire, que l’Europe est sous la terrible menace d’une « vague brune », d’un retour aux heures les plus sombres, etc. Or toute croyance, même absurde, a de temps en temps besoin de « faits » pour s’alimenter. Aussi les médias se sont-ils jetés sur l’Aube dorée grecque, qui leur fournit, depuis des mois, un filon inépuisable de « reportages » horribles, en bonne partie fantaisistes, mais quand même un petit peu plus plausibles, en fait de « néo-nazisme », que les manifestations de l’English Defence League ou l’invasion d’un Quick halal.

Lire la suite

Le gouvernement grec envisage d’interdire l’Aube dorée

Le gouvernement grec envisage d’interdire l’Aube dorée

30/11/2012 — 19h30
ATHENES (via le site de Lionel Baland) — Alors que l’Aube dorée apparaît comme le troisième parti politique grec selon les sondages d’opinion, le gouvernement envisage d’interdire le parti.

Le dirigeant de l’Aube dorée Nikos Michaloliakos (photo ci-dessus), questionné sur cette possible interdiction, a déclaré : « Selon la Constitution, l’Aube dorée ne peut être interdite. Une telle proposition doublera notre résultat. De plus, rien ne nous empêche de créer un nouveau parti. »

Crédit photo : DR.

L’Aube dorée troisième parti de Grèce, deuxième chez les moins de 45 ans

L’Aube dorée troisième parti de Grèce, deuxième chez les moins de 45 ans

29/11/2012 — 16h00
ATHENES (NOVOpress) — Deux nouveaux sondages ont confirmé que l’Aube dorée était désormais le troisième parti de Grèce, derrière la coalition de gauche radicale SYRIZA et les conservateurs de la Nouvelle Démocratie au pouvoir.

Lundi, un sondage de la société Pulse pour le journal 6Μέρες (« 6 jours ») a donné les intentions de votes suivantes : SYRIZA : 23,5% ; Nouvelle Démocratie 19% ; Aube dorée : 12%. Ramenés aux intentions exprimées (moins les blancs, les abstentionnistes et les indécis), les chiffres sont 26% pour SYRIZA ; 21,5% pour la Nouvelle Démocratie ; 13,5% pour l’Aube dorée.

Lire la suite

Défaut de la Grèce : le contribuable paiera, par Paul le Guern

Défaut de la Grèce : le contribuable paiera par Paul le Guern

20/11/2012 — 14h00
ATHENES (NOVOpress Breizh) —
Il n’apparaît pas nécessaire d’appartenir à la famille des économistes distingués pour savoir qu’une monnaie est d’abord le reflet d’une économie. A économie forte, monnaie forte – le mark en Allemagne. A économie faible, monnaie faible – la drachme en Grèce. C’est ainsi que les choses fonctionnent habituellement, les échanges prennent en compte la compétitivité de chacun s’exprimant par le taux de change.

Lire la suite

Georges Papandréou : une reconversion à 46.000 euros par mois

Georges Papandréou : une reconversion à 46.000 euros par mois

27/10/2012 – 10h55
ATHÈNES (NOVOpress via le Kiosque Courtois) —
Georges Papandréou, ancien Premier ministre grec, s’est reconverti : pour 46.000 euros par mois, il donne à Harvard une série de séminaires sur la crise politico-économique. Une rémunération qui s’ajoute à son salaire de député socialiste.

Cela lui a valu de recevoir le prix Nobel de l’infamie 2012, attribué par l’Union populaire républicaine, le nouveau parti de M. Asselineau.

Pendant ce temps, la Grèce, au bord de l’asphyxie, entre dans sa 6e année consécutive de récession : moins de services publics nationaux, patrimoine public bradé ; un taux de chômage de 25%, des retraités dans la misère.

Crédit photo : Policy Network via Flickr (cc)

Grèce : le calvaire de la femme de gauche protégée par l’Aube dorée, ou comment le Guardian donne des frissons aux bien-pensants

Grèce : le calvaire de la femme de gauche protégée par l’Aube dorée, ou comment le Guardian donne des frissons aux bien-pensants

30/09/2012 — 10h30
LONDRES (NOVOpress) —
Entre roman gothique et nazi-porn : depuis plusieurs mois, les gros médias d’Europe occidentale régalent leurs lecteurs de « reportages » sur l’Aube dorée à vous faire froid dans le dos. Vendredi, c’est le Guardian qui s’y est mis (copie d’écran en Une) sous la plume de sa correspondante en Grèce, Mrs Smith (ça ne s’invente pas).

Lire la suite

Grèce : la police d’Athènes encerclée par les flammes et les explosions

Grèce : la police d'Athènes encerclée par les flammes et les explosions

Des manifestations émaillées d’incidents à Athènes et ayant rassemblé plus de 50.000 personnes à travers la Grèce, selon la police, ont eu lieu mercredi contre un nouveau train d’économies que le gouvernement s’apprête à adopter sous la contrainte des créanciers, l’UE et le FMI. Source « Le Journal du Siècle« 

Grèce : l’Aube dorée contrôle les marchands immigrés

Grèce : l’Aube dorée contrôle les marchands immigrés

10/09/12 – 08h00
ATHENES (NOVOpress) –
Nouvelle action de choc, et nouveau scandale, de l’Aube dorée vendredi soir, à Rafina, en Attique, pendant la célébration de la Vigile de la Nativité de la Vierge. En l’absence de la police, une cinquantaine de militants, conduits par deux députés du parti, ont contrôlé eux-mêmes les marchands ambulants immigrés qui s’étaient installés sur le marché traditionnel. Ceux qui ont justifié d’être en règle ont été laissés en paix ; les autres ont été chassés et leurs étals détruits.

Lire la suite

Le Figaro confond identité et racisme

Le Figaro confond identité et racisme

30/08/2012 – 14h30
PARIS (NOVOpress) –
Dans son article intitulé « En Grèce, la crise réveille le sentiment identitaire« , Le Figaro tente d’amalgamer racisme et identité.

Le titre précise explicitement le réveil du sentiment identitaire, puis le corps de l’article ne reprend plus une seule fois les mots « identité » ou « identitaire ». En revanche les mots « racisme » ou « raciste » sont mentionnés sept fois. Le mot « racisme » est même l’un des 3 mots-clefs de l’article.

Lire la suite

Anastasis de Dead Can Dance : la Grèce antique à l’honneur

Anastasis de Dead Can Dance : la Grèce antique à l’honneur

23/07/2012 – 12h00
ATHENES (NOVOpress) –  Le groupe Dead Can Dance sort de son silence après 16 ans d’absence. D’où le titre du nouvel album, Anastasis, signifiant résurrection en grec. L’inspiration musicale puise dans une Grèce forcement antique. « J’ai toujours été fasciné par cette région du monde et la mosaïque de couleurs musicales qu’on y trouve », souligne Brendan Perry dans Le Figaro.

Lire la suite

Hervé Juvin : la question du coût de l’Europe

Hervé Juvin : la question du coût de l’Europe

Après l’Irlande, après le Portugal, après la Grèce, l’Espagne est sous le feu des projecteurs. De la situation espagnole, nous pouvons dire beaucoup de choses.

[box class= »info »] Des considérations bien argumentées mais inhabituelles, décapantes et qui feront probablement polémique, sur ce sujet.

A certaines heures, l’hébergeur de cette vidéo (Dailymotion) ne délivre qu’un flux très lent. [/box]

 

À propos de l’auteur

Hervé Juvin

Hervé Juvin est écrivain et conférencier. Auteur d’essais sur l’économie, la société et la mondialisation, il est spécialiste de la banque et des marchés financiers. Grand arpenteur du monde, il a publié plusieurs centaines d’articles, notamment dans Le Débat ( Gallimard), L’Expansion, Agir, et préside par ailleurs une société de conseil aux gouvernements, aux institutions et aux entreprises.

[box class= »info »] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Forte augmentation de l’immigration illégale en Autriche

Forte augmentation de l'immigration illégale en Autriche

06/07/2012 – 13h30
VIENNE (NOVOpress) —
Comme le confirme le rapport annuel de la police fédérale autrichienne (pdf), les voies de l’immigration illégale vers l’Europe sont multiples, mais aussi fort bien répertoriées. Sur ce marché juteux, les réseaux de passeurs sont très bien organisés et bénéficient toujours d’appuis locaux : logis, argent, véhicules, quelquefois ingénieusement aménagés comme ce car grec à double fond, intercepté l’an dernier près de Vienne, et qui n’avait rien à envier aux bricolages du même type utilisés au temps du rideau de fer. Le profil des candidats à l’immigration est aussi toujours le même : à 80% des hommes entre 19 et 30 ans.

Istanbul reste le principal centre de rassemblement de clandestins afghans, pakistanais, irakiens, iraniens, syriens et kurdes, mais aussi d’algériens qui arrivent en avion avec un passeport de tourisme tout comme les somaliens qui transitent par Le Caire ou Dubaï. Encore une raison évidente pour s’opposer farouchement à la demande d’adhésion turque à l’UE.

Mais arrivés là, il leur faut encore soit rejoindre la Hongrie via la Bulgarie et la Roumanie ; soit rejoindre Edirne d’où on leur fera traverser le fleuve Evros en canot pneumatique pour entrer en Grèce. Un lieu de passage de première importance où la Grèce désirerait édifier un véritable rideau de barbelé de 10,3 Km. Un projet qui n’a bien sûr ni la faveur des bien-pensants, ni pu obtenir l’aval de la Commissaire européenne chargée des affaire intérieures et des migrations Cecilia Malmström. Ainsi s’évanouit pour la Grèce ruinée l’espoir de toucher un financement communautaire pour la construction de cet ouvrage même si elle doit par ailleurs subir une pluie de recommandations et de mises en garde. La Commissaire considère cette construction comme inutile. Mieux vaudrait selon elle « se concentrer sur une réforme structurelle pour l’asile et le contrôle des frontières ». Et il a par ailleurs été rappelé aux Grecs que cette construction ne pourrait se faire que sous leur seule responsabilité, mais bien sûr avec l’obligation de respecter les droits de l’homme et le principe du non refoulement des personnes en droit de bénéficier de l’aide internationale…

Immigration clandestine : car grec intercepté près de Vienne en 2011
Ce car à double fond, intercepté en 2011 près de Vienne, n’a rien à envier aux bricolages du même type utilisés au temps du rideau de fer. Crédit : DR

Délestés de 3000 à 5000 euros pour cette traversée, les clandestins s’attardent généralement ensuite en Grèce – avec tous les problèmes que cela peut poser – , le temps de rassembler l’argent nécessaire à la suite de leur périple. Celui-ci continuera soit par la Macédoine et la Serbie en direction de la Hongrie puis de l’Autriche ; soit par la mer via Patras (nord du Péloponnèse) ou Igoumenitsa (à la Frontière albanaise) pour atteindre Brindisi, Bari, Ancône ou Venise, souvent en canot pneumatique rapide, comme cela a été le cas récemment à Santa Maria de Leuca.

Après une baisse significative en 2007 du nombre d’immigrants illégaux atteignant l’Autriche, et un recul net des arrivants de l’est, le nombre de clandestins arrêtés est reparti à la hausse (+ 27% en 2011) au gré des événements qui ont bouleversé le nord de l’Afrique et des tensions et conflits entretenus aussi par les pays européens. Les plus forts contingents sont actuellement afghans et pakistanais.

Le principal but de ces clandestins est d’atteindre le Burgenland, la province la plus orientale du pays qui bénéficie d’une confortable frontière avec la Hongrie. Des journalistes du quotidien très politiquement correct Kurier (1) y ont interviewé des policiers chargés de surveiller une zone de passage.

Ces derniers expliquent qu’il leur faut en moyenne trois à quatre heures par migrant intercepté pour questionner, enregistrer, traduire : « nous nous efforçons de savoir par quel itinéraire ces gens ont été entrainés » déclare l’inspecteur en chef Wolfgang Ritter. Ces « migrants » (selon le terme désormais usité pour « immigrés illégaux ») ne seraient-ils donc que des victimes passives de passeurs peu scrupuleux ? Toujours est-il que l’on commence avant tout à leur donner « à manger, à boire, des vêtements, un lit pour dormir. Pour la plupart d’entre eux, c’est plus qu’ils n’avaient chez eux à la maison ». Un travail tout en douceur, et un discours émaillé de contradictions : même si pour nombre d’entre eux, le mot police aurait une connotation fort négative et qu’ils seraient gravement traumatisés, ils n’hésitent pourtant pas à se faire arrêter pour demander l’asile, et attendent avec une étonnante sérénité dans les villages que la police veuille les cueillir… Ils sont donc bien renseignés.

Les policiers s’élèvent aussi contre ce cliché qui voudrait que ces gens, dont la plupart n’ont fui leur pays que pour sauver leur peau, seraient principalement des criminels : ils viennent clairement pour rester là. Nous voilà prévenus !

Un travail d’accueil très chargé d’émotion toujours selon le Kurier, et l’inspecteur divisionnaire Friedrich Dürr d’ajouter : « c’est toujours encore plus émouvant pour moi quand ils ont avec eux des bébés ou des petits enfants. En tant que père cela me touche particulièrement ».

S’il y a certes de temps à autre un coup de filet médiatisé, des concertations entre l’Autriche et la Hongrie pour regrouper les analyses et les informations et établir des rapports mensuels, et même la mise sur pied d’une usine à gaz dénommée FIMATHU (Facilitated Illegal Migration Effected Austria Hungary – L’immigration illégale facilitée en Autriche et en Hongrie), tout cela n’aboutit pour le moment même pas à l’arrestation de plus de passeurs. Des arrestations dont le nombre diminue d’ailleurs désespérément et régulièrement de 2003 (1025) à 2011 (288).

Et qu’attendre de plus de la part de forces de l’ordre soutenues par aucune volonté politique, ni nationale, ni européenne, face à ceux qui restent par définition des hors-la-loi : les immigrants clandestins ?

Si l’on en est certes pas encore, de par le nombre, arrivé à un scénario du type « Camp des Saints », il est inutile de vouloir se cacher que les frontières de l’Europe restent pour le moment béantes, et ce malgré les problèmes économiques et identitaires qui se poseront avec toujours plus d’acuité. Et cela va finir par se savoir.

(1) Fondé en 1945 par les américains sous le nom de Wiener Kurier pour contrer la propagande soviétique, le Kurier se définit aujourd’hui comme pro-européen, pour la défense de la tolérance en ce qui concerne tous les aspects de la vie quotidienne, pour la liberté de la pensée et le respect de toutes les religions. Avec un tirage de 230 000 exemplaire, il est le quatrième quotidien du pays (Wikipedia)

[box class= »info »]Sources : kurier.at et courrierstrategique.com[/box]