Tag Archives: gratuité

Cathédrales

Les évêques vent debout contre l’idée de rendre payante l’entrée des cathédrales

14/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Une quête » laïque et obligatoire à l’entrée des cathédrales ? Pour les évêques, c’est non ! L’idée de Stéphane Bern de faire payer l’entrée des cathédrales n’a pas tardé à faire réagir la Conférence des évêques de France. Dans un texte publié hier sous le titre « Laisser gratuit l’entrée des cathédrales », les évêques rappellent les devoirs qui incombent à l’Etat en vertu de la loi de 1905, qu’il a voulue et dont il doit assumer les conséquences :

« Les cathédrales érigées avant 1905 sont propriété de l’Etat tandis que l’Eglise catholique en est affectataire. La Loi de 1905 rappelle que, si l’État est propriétaire des lieux de culte, ceux-ci restent affectés au culte de façon permanente, totale et gratuite. La loi précise encore que “la visite des édifices et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance“ (art.17). »

En outre, poursuivent les évêques, « les cathédrales, alors même qu’elles font partie du patrimoine culturel de la France, sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre. En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d’intériorité, proposés à tous. […] Les cathédrales sont des lieux d’expression d’une foi vivante, pas des musées. »

François Couteil, dans l’hebdomaire Minute à paraître demain, résume l’affaire de façon plus directe :

« En 1905, lorsque César a jugé bon de s’emparer des temples de Dieu en spoliant l’Eglise, les laïcards ont promis en contrepartie de s’occuper de leur entretien. S’ils s’en mordent les doigts aujourd’hui, c’est leur problème. Volés hier, les catholiques ne se laisseront pas berner aujourd’hui. »

PMA : la congélation d’ovocytes par convenance personnelle apparaît en France

16/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le don de gamètes facilité
Un décret paru hier au journal officiel permet aux personnes n’ayant jamais procréé de donner leurs gamètes. Auparavant, ce don leur était interdit, par précaution. Désormais, toute femme âgée de 18 à 37 ans et tout homme âgé de 18 à 45 ans, en bonne santé, pourront se porter candidat aux dons d’ovocytes ou de spermatozoïdes. Pour le ministre de la Santé, il s’agit de remédier à la pénurie de dons de gamètes à l’intention des couples infertiles. On crée un droit des couples à avoir des enfants : mais on prive ces mêmes enfants nés par PMA de la connaissance de leurs vrais parents biologiques.

Pour la première fois, ce décret porte atteinte à la gratuité des dons portant sur le corps humain
En droit français, le corps humain est un bien non-patrimonial. C’est pourquoi on ne peut en vendre une partie : on ne peut que la donner, le plus souvent anonymement, afin d’éviter d’en faire une marchandise.
Pour la première fois, ce décret prévoit une contrepartie au don d’ovocytes ; une femme ayant donné ses ovocytes pourra en conserver une partie, en les congelant ; elle pourra les utiliser pour avoir des enfants plus tard.
Pour la première fois, on peut donc avoir un intérêt à donner une partie de son corps.

La congélation d’ovocytes par convenance fait donc son apparition en France
L’an passé, Apple et Facebook avaient encouragé leurs salariées à faire congeler leurs gamètes pour travailler, puis avoir des enfants plus tard. Auparavant, la congélation n’était possible que pour des raisons médicales. En France, c’est désormais possible pour des raisons de convenance personnelle, à la condition de donner, en même temps, une partie de ses gamètes à un receveur anonyme. On voit ainsi apparaître une forme de « chantage au don ». Un nouvel esclavage, celui du corps, de l’intimité, progresse, inexorablement…

Guy Rouvrais


 

[Kiosque étranger] décès de Michael “Gutenberg” Hart, pionnier de la mise en ligne gratuite d'ouvrages libres de droits

[Kiosque étranger] décès de Michael “Gutenberg” Hart, pionnier de la mise en ligne gratuite d’ouvrages libres de droits

16/09/2011 – 14h15
URBANA (NOVOpress) – Dans une intéressante nécrologie publiée dans les colonnes de l’Independent, le journaliste Martin Childs retrace la vie et l’œuvre de Michael Hart (photo ci-dessus), un des pionniers de la mise en ligne gratuite d’ouvrages libres de droits.

En créant en 1971 son Projet Gutenberg, Michael Hart ne se doutait pas de ce que la puissance des réseaux informatiques interconnectés allait rendre possible quelques décennies plus tard. Cet « hippie numérique » voulait combattre l’ignorance en diffusant de la manière la plus large possible la connaissance de la parole imprimée.

Il a depuis été rejoint dans cette quête par des organisations plus puissantes comme Internet Archive et, surtout, Google Books, mais la qualité humaine de Michael Hart fait de lui un précurseur au grand cœur. Ci-dessous, une vidéo en anglais rend hommage à l’œuvre de Michael Hart.