Les Européens en voie de disparition ? L’exemple de la publicité

television pub

Non, les Européens ne sont pas (encore) en voie d’extinction physique. Mais sur le plan de l’imaginaire, ils sont petit à petit oblitérés par les extra-Européens sur leur propre sol, en particulier dans les publicités qu’ils regardent tous les jours.

Ce sont les conclusions d’une analyse plutôt bien sourcée de Nicolas Faure et de son média Sunrise. Dans la vidéo et le texte qui l’accompagne, publiés dans Polémia, Nicolas Faure passe au crible plus de 200 publicités où la représentation des extra-Européens obéit à un modèle performatif.

Selon Nicolas Faure, cette surreprésentation est la conséquence d’une victoire de l’idéologie égalitariste d’une part, “croyance presque religieuse que les différences entre individus et groupes d’individus ne sont absolument pas naturelles”, et d’une tendance “ethnomasochiste” des Européens d’autre part.

Enfin, Nicolas Faure distingue deux tendances parmi les annonceurs : les grands groupes, où les obligations “de diversité” et “d’inclusivité” sont poussées à leur maximum, indépendamment du public cible ; et les structures plus petites ou familiales, qui offrent moins de prise aux pressions idéologiques extérieures.

Sunrise est un média en ligne, animé par Nicolas Faure. Entre sérieux et bonne ambiance, entre radicalité et détente, vous y retrouverez des émissions en direct, des vidéos d’analyse, des débats, des entretiens… et toujours de la bonne humeur !

Pour finir sur une note humoristique, le vidéaste web “Mozinor” avait publié en 2016 une vidéo abordant la question des publicités “racialisées”, qui tombe plutôt bien à propos.

Texte repris du site OJIM

Renaud Camus : renouer avec l’essence de l’être, combattre notre dépossession

L’écrivain Renaud Camus livre un essai magistral dans lequel il démonte les ressorts du « remplacisme global davocratique », cette idéologie qui dépossède l’homme de ses particularismes, jusqu’à son essence.

Où sont donc passés les fils et les filles de notre sang ? Où sont les hommes qui peuplaient jadis nos terres, ceux qui mourraient pour l’honneur, ne s’agenouillaient que devant Dieu, leur souverain ou une femme ? Nos rites et nos traditions tutélaires auraient-ils disparu ? Qu’a-t-on fait du silence, des sons, des odeurs et des formes qui dessinaient jadis notre monde ? Que sont devenus les manuels d’histoire qu’étudiaient les enfants ? Qu’en est-il enfin de nos processions, de nos danses et de nos chants ? Et de l’instinct animal, de l’homme sauvage ? Où est cette liberté qu’on nous a tant vantée ? La mort elle-même semble avoir disparu de ce monde…

Tel est le constat de Renaud Camus qui, après le Petit et le Grand Remplacement, nous offre avec La Dépossession une somme monumentale pour cibler les sources et les racines de notre dépossession civilisationnelle, ethnoculturelle, politique et finalement humaine, qui précède notre remplacement. Plus qu’un état des lieux de ce qui nous est quotidiennement ôté, l’œuvre magistrale de Renaud Camus, sans jamais le nommer, nous ramène au principe fondamental de notre identité. À l’heure où l’égalitarisme universaliste nous éloigne de la beauté, de la grandeur, de l’effort et de l’excellence, son livre se présente comme un manifeste constructif, œuvre de résistance contre la raison, la science et la soumission.

Rappelant que l’homme dépossédé de ses particularités est en réalité dépossédé de son humanité, Renaud Camus donne pleinement sens aux célèbres paroles de Joseph de Maistre : « Il n’y a point d’homme dans le monde. J’ai vu dans ma vie des Français, des Italiens, des Russes, je sais même, grâce à Montesquieu, qu’on peut être Persan, mais quant à l’homme je déclare ne l’avoir rencontré de ma vie. S’il existe, c’est bien à mon insu. »

C’est en effet l’appartenance à un corps et à une communauté, l’enracinement dans un sol, un sang et une lignée, qui nous font homme. L’homme dépossédé de tout particularisme n’est plus rien, et finalement n’est plus homme. L’« anti-tout » – antifasciste, antiraciste ou antispéciste – se nomme finalement très bien lui-même ! Renaud Camus dresse une liste vertigineuse de nos dépossessions actuelles, ces dernières étant encouragées par nos dirigeants qui promeuvent conjointement l’éradication de la culture et la culture de l’éradication. Effacement des sexes, des races, des limites, suppression même du sens des mots. Constat effroyable ! D’autant plus terrible que la dépossession de l’être s’avère la condition préalable à la mise en place du « remplacisme global davocratique ».

Si nous ne sommes pas totalement innocents des maux qui nous accablent, la généalogie qu’en propose Renaud Camus ramène inévitablement à l’américanisation de nos sociétés. Il nous livre une longue réflexion sur le fordisme et la manière dont il prépare le Grand Remplacement : de la Ford T à l’homme de Métropolis, véritable machine à broyer l’humanité. L’écrivain affirme, s’il résumait son livre en une phrase, elle serait la suivante : « Le remplacisme global davocratique est le stade ultime du fordisme. »

Exposant et démontant les schémas mentaux de nos ennemis pour revenir à l’essentiel et révéler de manière sous-jacente notre vision du monde, l’ouvrage se conçoit comme une somme englobante, une arme de combat intellectuel, physique et métaphysique pour lutter contre le « BNG » (bloc négationniste-génocidaire) et reprendre notre destin en mains. Il ne s’agit évidemment pas d’ un mode d’emploi, d’autant que l’antinatalisme de l’auteur n’est nullement la solution de nos maux mais plutôt l’un deux… On peut refaire l’esprit d’un peuple ; encore faut-il que ce peuple survive. La démographie est contre nous – il le dit lui-même – et c’est sûrement notre premier champ de bataille. Car lorsqu’il n’y a plus personne, il n’y a plus d’esprit à conquérir et la bataille des idées n’a plus de sens !

Comme à chaque fois cependant, Renaud Camus propose une œuvre à contre-courant, à la croisée des genres littéraires et philosophiques, l’œuvre d’un homme libre pour nous sortir de l’enclos de la pensée conforme. Un pavé de 800 pages, parfois redondant – la pédagogie n’est-elle pas un art de la répétition ? -, souvent digressif, mais avant tout une bouffée d’air frais au style envolé pour tenter de se rapprocher de l’essence de l’être, de notre identité, de notre moi collectif. Un ouvrage qu’on lit autant par conviction que par goût de la langue. C’est aussi une œuvre magistrale pour ceux qui ont décidé de ne plus se voiler la face, de faire sécession et qui refusent la fatalité !

Face à l’homme du rien, homme sans nature et sans culture, homme sans existence et sans réalité, – l’homme sans l’homme -, nous défendons l’homme de la terre et des morts, homme du sol et du sang, rêveur, entier, vivant, l’être réel, fier de ses racines et maître du destin.

Solenn Marty – Promotion Jean Raspail

La Dépossession. Ou du remplacisme global, Renaud Camus, La Nouvelle Librairie éditions, 846 pages, 33,50 €.

Tribune reprise de institut-iliade.com

« En Allemagne, le Grand Remplacement avance ! » – Entretien avec Thilo Sarrazin

Thilo Sarrazin

Thilo Sarrazin est l’une des personnalités politiques les plus « controversées » – c’est-à-dire « lucides » – outre-Rhin. Cet entretien exceptionnel publié par Polémia a été réalisé par Nicolas Faure, essayiste et traducteur (à ne pas confondre avec Nicolas Faure d’I-Média et Sunrise !)

Après une longue carrière au ministère des Finances fédéral, Thilo Sarrazin, diplômé en économie de l’université de Bonn, docteur en droit et en science politique, est nommé secrétaire d’État au ministère des Finances de Rhénanie-Palatinat.
De janvier 2002 à avril 2009, il est élu sénateur en charge des finances à Berlin. Adhérent au SPD (parti socialiste allemand) dès le début des années 1970, il en est exclu en 2020.
Aujourd’hui âgé de 76 ans, Thilo Sarrazin porte un regard acéré sur les enjeux des sociétés allemande et française confrontées à des vagues migratoires inédites dans leur Histoire.

Il nous accorde ici un entretien et éclaire pour nous, de son expérience et de ses analyses, l’un des enjeux majeurs de l’avenir : la question de l’immigration. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, essentiellement économiques, mais ce grand serviteur de l’État jette une bombe dans le paysage administratif allemand lorsqu’il publie, en 2010, le livre Deutschland schafft sich ab (littéralement « L’Allemagne s’autodétruit »).
Le livre s’est, à ce jour, vendu à plus de deux millions d’exemplaires, provoquant d’innombrables débats en Allemagne et ailleurs. L’impact de ce livre tient beaucoup à la personnalité de son auteur. Il nous accorde ici un entretien.

Nicolas Faure : Monsieur Sarrazin, le livre Deutschland schafft sich ab (« L’Allemagne s’autodétruit ») a fait la une des journaux dès le début. Même la chancelière Angela Merkel a commenté le livre, déclarant qu’elle ne l’avait pas lu et qu’elle ne le ferait pas. Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, a qualifié le livre de « sans intérêt ». Pourquoi votre travail a-t-il suscité un tel rejet de la part des politiciens et des médias ?

Thilo Sarrazin : En tant que membre de l’establishment politique, j’avais commis le péché impardonnable, aux yeux de mon « groupe de pairs », d’aller à l’encontre de l’orthodoxie dominante, qui voulait que l’islam appartienne à l’Allemagne et que toute immigration soit dans tous les cas bénéfique. Cependant, et parce que les faits sont exacts, la matraque du racisme a été ressortie. C’est ainsi que l’on évite de faire face aux faits. L’accusation absurde de racisme joue toujours un rôle central. Elle a visé à me délégitimer en tant que personne et auteur, à ôter la substance factuelle et la crédibilité de mes déclarations et à me présenter sous un aspect douteux sur le plan moral. Jusqu’à ce jour, je continue à lire dans les médias que j’ai affirmé dans Deutschland schafft sich ab que les musulmans sont génétiquement plus bêtes. Il s’agit d’un grossier mensonge, diffusé par ces médias et des opposants politiques dans un but diffamatoire. Je n’ai jamais prétendu une telle chose dans le livre, mais j’ai plutôt souligné à plusieurs reprises l’effet des facteurs culturels sur les compétences cognitives et les performances scolaires. Mes déclarations différenciées sur le caractère héréditaire de l’intelligence ont été examinées en détail et entièrement confirmées par deux chercheurs renommés dans le domaine de l’intelligence, Detlef Rost et Heiner Rindermann, dans un long article paru dans le FAZ quelques jours seulement après la parution du livre.

Nicolas Faure : Et pourtant, dans votre livre, vous montrez de grandes différences entre les différents groupes ethniques en matière d’éducation et même de criminalité.

Thilo Sarrazin : Il y a l’idéologie dominante selon laquelle, lorsque les gens naissent, à travers l’éducation et la société, ils peuvent être façonnés comme on le souhaite, comparablement à une feuille de papier vierge. Ce n’est pas juste. Les caractéristiques génétiques, culturelles et religieuses des humains influencent leur comportement même après plusieurs générations. L’origine de l’homme, l’influence de ses caractéristiques héritées et sa socialisation culturelle et religieuse sont tout sauf indifférents à la nature et au développement de la société humaine. Et je ne le soutiens dans mon livre qu’avec des faits accessibles au public. Il ne s’agit pas de racisme. Le racisme commence là où des différences déterminées sont évaluées et attribuées à des groupes spécifiques selon l’origine ethnique. C’est une ligne de démarcation claire que j’ai toujours observée et soulignée avec une profonde conviction dans toutes mes publications écrites et déclarations publiques.

Pour lire la suite, c’est ici !

À quand l’interdiction de Donald Trump et de Renaud Camus ?

Du bon et du mauvais usage des amalgames. Un meurtre de masse à Buffalo commis par un suprémaciste, c’est la faute à Renaud Camus. Un attentat islamiste à Paris, c’est la faute à personne.
Découvrez la retranscription de cette chronique radio de François Bousquet.

Aujourd’hui, je voudrais vous entretenir d’une substance médicale active : les amalgames. Les amalgames, c’est un peu comme le cholestérol, les champignons, les démocrates, les z’humoristes et les cucurbitacées : il y a les bons et les mauvais. Les bons fleurissent à gauche, les mauvais flétrissent à droite. Les premiers sont autorisés par la police de la pensée et les services d’hygiène, les seconds sévèrement traqués. Exemple : quand un suprémaciste blanc massacre dix personnes à Buffalo, comme ce week-end, nul dans les médias centraux ne lui trouve l’air d’un déséquilibré, c’est à peine un loup solitaire. Dans tous les cas, il n’a pu agir seul : il y a derrière lui l’idéologie du privilège blanc et du Grand Remplacement. En gros, ce sont Donald Trump et Renaud Camus qui l’ont armé. Voilà pour Buffalo. Pour Charlie Hebdo ou le Bataclan, les choses se présentent sous un jour radicalement différent. Impossible de se risquer à dire qu’il y a derrière les frères Kouachi ou Salah Abdeslam une idéologie, l’islamisme, quand bien même ils la récitaient à chacune de leurs exécutions. Comme on voit, l’amalgame est à sens unique, à l’instar de la pensée du même nom.

Les effets indésirables du « Padamalgam »

En 2015, des internautes facétieux s’étaient amusés à transformer ce mantra du politiquement correct en mème, le « Padamalgam », en un seul mot, inscrit comme sur une boîte de médicament. Comme ils avaient raison ! Le « Padamalgam », en un seul mot, est un médicament générique fabriqué par l’industrie du gauchisme institutionnel. Il appartient à la classe des analgésiques et des anesthésiques. Il est prescrit par les autorités après chaque attentat islamiste sous forme de crème ou de gélule. On parle en haut lieu de l’administrer bientôt sous forme de vaccin. Le médicament est très efficace, mais sa notice comporte quelques contre-indications. On ne le prescrit que dans des cas bien identifiés. Il est ainsi vivement déconseillé aux femmes enceintes de suprémacistes blancs et aux racistes en bas âge. Car ici, les effets indésirables du Padamalgam produisent leur antithèse comme dans la dialectique de Hegel : l’amalgamisme généralisé. C’est à peu près la façon dont la gauche se représente la droite.

La gauche fait irrésistiblement penser au mot que l’on prête indûment à Louis Veuillot, un polémiste ultramontain du XIXe siècle qui savait écrire, mais que Victor Hugo a étrillé pour l’éternité : « J’exige la liberté au nom de vos principes, je vous la refuse au nom des miens. » Bref, elle voit la paille dans l’œil de la droite, mais pas la poutre dans le sien.

Les jours pairs, la gauche défile en scandant : « Tous unis contre la haine ! » Avec des variantes : « Sachons faire preuve de retenue et de discernement ! » ou « Attention pas de récupération politique ! » ou « Ils n’auront pas ma haine ! » Mais la haine est pareille aux champignons et au cholestérol : elle est ambivalente.

N’avez pas peur de faire le jeu de l’extrême droite ?

C’est ainsi que, les jours impairs, les docteurs Jekyll du padamalgamisme se métamorphosent en M. Hyde de l’amalgamisme. Dans leur boîte à outils conceptuelle, ils ont même une théorie suprêmement amalgamiste : la théorie du climat, non pas celle de Montesquieu qui postulait que le climat prédéterminait les mœurs, mais celle qui présume que Trump, Le Pen, Zemmour ou Camus entretiennent un climat nauséabond, haineux, climatotoxique qui entraîne le passage à l’acte – chez les fascistes, pas les islamistes. Hémiplégique, la théorie du climat n’est active qu’au niveau de l’hémisphère droit du cerveau reptilien, pas le gauche. Prenez une proposition comme la reductio ad Hitlerum : eh bien elle est climatiquement recevable, en revanche la reductio ad islamistum est climatiquement erronée.

L’essentialisation ou les généralisations procèdent de la même manière. Elles sont toujours orientées. La récupération aussi : vertueusement condamnée quand elle conduit à dire qu’il y a des terroristes parmi les migrants ou des immigrés parmi les délinquants ; exploitée sans vergogne pour accabler Renaud Camus d’on ne sait quel dérapage. D’ailleurs seule la droite dérape. La gauche ne dérape pas, elle glisse, comme l’avion de Joe Biden, baptisé Air Force One. Il a de la chance : celui de Poutine répond au doux nom d’« avion de l’apocalypse ». Ou comme les journalistes qui vous demandent si vous n’avez pas peur de faire le jeu de l’extrême droite ? Les avez-vous jamais entendus vous demander si vous n’aviez pas peur de faire le jeu de l’extrême gauche ?

Renaud Camus n’étant ni un terroriste ni un humoriste de gauche, il n’a évidemment droit à aucune mansuétude. Dès qu’il y a un meurtre de masse raciste, on lui jette au visage son Grand Remplacement, qui, bizarrement, n’est jamais classé dans le rayon des livres de paix et d’amour. Non, non. C’est une sorte de supplément aux Protocoles des Sages de Sion, à la fois un faux, un complot et un fléau. À la limite, Renaud Camus n’est même pas un écrivain, c’est un marchand d’armes automatiques, expert en balistique, pas en stylistique. La vente de ses livres s’apparente à la vente libre d’armes à feu. C’est la raison pour laquelle Amazon les déréférence aussi souvent. Jeff Bezos ne veut pas être complice de crimes de haine.

Criminaliser la notion de Grand Remplacement

L’objectif est clair : il s’agit de criminaliser la notion de Grand Remplacement. La preuve : elle tue. Au fond, c’est une arme à feu. Quand les censeurs l’auront suffisamment martelé, il leur sera facile de faire interdire le livre. Alors, c’est l’expression elle-même de Grand Remplacement qui sera grand-remplacée. Elle n’aura plus droit de citation, sinon pour comparaître devant un tribunal. Autrement dit, le Système, non content d’imposer le Grand Remplacement, interdira à l’avenir jusqu’à la possibilité de l’évoquer. C’est ce vers quoi on se dirige.

Curieux monde. Dans la vie de tous les jours, tout est conçu pour les droitiers. Vous avez dû le remarquer si vous êtes gaucher. La souris de l’ordinateur est à droite, les poignées de fenêtre à droite, les fermetures éclair d’anorak, les cahiers à spirale, l’écriture, les ciseaux, les ouvre-boîtes, tout a été conçu pour les droitiers. Quelqu’un qui a les deux mains est d’ailleurs significativement ambidextre, pas ambisenestre. C’est dire la prédominance de la main droite dans le monde pratique, fonctionnel, physique qui nous entoure.

Le monde des idées, c’est l’inverse : lui, il est gaucho-centré. Tous ses outils idéologiques, intellectuels, rhétoriques, médiatiques sont unidirectionnellement orientés à gauche. Ses fermetures éclair s’enfilent toujours à gauche, ses ouvre-boîtes idéologiques ne fonctionnent qu’à gauche, sa langue se lit de la droite vers la gauche, le véritable sens de l’histoire.

Bref, on vit dans un monde de droitiers fonctionnels dominé par les gauchistes idéologiques. On se croirait presque dans un sketch de Raymond Devos. Le pire du pire, dans ce monde, c’est d’être un gaucher qui vote à droite. Sa vie devient une course à handicap. Il y en a forcément un qui m’écoute. C’est, lui, le vrai martyr de notre temps.

Tribune reprise de revue-elements.com

Dans le football français, le Grand Remplacement est déjà une réalité

football

Samedi soir, le championnat de France a livré son verdict : champion le PSG, dauphin l’Olympique de Marseille et troisième l’AS Monaco. Un podium 100 %… étranger !

Le PSG est la propriété de l’émir du Qatar qui en a confié la présidence à son compatriote Nasser Al-Khelaïfi. Le directeur sportif est le Brésilien Leonardo et l’entraîneur l’Argentin Mauricio Pochettino. À Marseille, propriété de l’Américain Frank McCourt, la présidence déléguée est assurée par l’Espagnol Pablo Longoria, qui a recruté le coach argentin Jorge Sampaoli. Monaco appartient au Russe Dmitri Rybolovlev et le club est dirigé par deux vice-présidents, le Russe Oleg Petrov et l’Uruguayen Juan Sartori, qui ont nommé comme entraîneur le Belge Philippe Clement. Dans notre football, le français n’a même plus droit à la parole. Lors des conférences de presse, les entraîneurs Pochettino et Sampaoli s’expriment exclusivement en espagnol, et pour pouvoir exercer leur métier et rédiger leurs articles, les journalistes français ont besoin d’un interprète !

Si, à la tête des clubs, les étrangers ont pris le pouvoir, sur le terrain, c’est la même musique. Les joueurs français, pour la plupart de jeunes footballeurs issus de l’immigration souvent condamnés au rôle de remplaçants, sont devenus une minorité. Les statistiques (consultables sur les sites des clubs concernés) de la saison 2021/2022 en témoignent.

À Marseille, sur un effectif de 36 joueurs, on compte 21 étrangers, soit un pourcentage majoritaire de 58,3 %.
À Monaco, sur un effectif de 26 joueurs, il y a 16 étrangers, soit 61,5 %. Au PSG, le taux dépasse les 65 % ; sur un effectif de 32 joueurs, on compte seulement 11 Français (et encore, seuls deux sont des titulaires indiscutables sur le terrain, Kimpembe et M’Bappé) pour 21 étrangers : 3 Italiens, 3 Espagnols, 1 Costaricien, 1 Marocain, 2 Portugais, 4 Argentins, 1 Sénégalais, 2 Allemands, 2 Néerlandais, 2 Brésiliens…

Au PSG, il faut parler anglais et espagnol.

Conséquence : dans le vestiaire parisien, on ne parle plus français ! Cette saison, sous le titre « Paris, Détours de Babel », le quotidien sportif L’Équipe (2/11/2021) a d’ailleurs consacré un article à ce sujet, où l’on apprend que les étrangers du PSG, « s’ils comprennent le français dans leur majorité, joueurs et staff parisiens préfèrent le plus souvent s’exprimer dans d’autres langues, par réflexe et par facilité ». Exit le français, les langues les plus parlées sont l’espagnol, l’anglais, le portugais et l’italien. L’entraîneur donne d’ailleurs ses consignes uniquement « en espagnol ou en anglais ». Quant aux joueurs francophones, ils sont contraints de faire « l’effort de s’exprimer en espagnol ou en anglais » ! Toujours dans L’Équipe (30/10/2021), le Français Arnaud Kalimuendo, ancien espoir du PSG parti jouer au RC Lens, expliquait pourquoi il se sentait mieux dans le club du Pas-de-Calais : « Il y a moins la barrière de la langue. C’est plus francophone, ça aide. Paris, c’est un grand club, [mais] il faut parler anglais et espagnol. »

Voilà, charbonnier n’est plus maître chez soi. Le football français n’est pas à vendre, il est déjà vendu. La LFP (Ligue de football professionnel), qui organise le championnat de France (sponsorisé par la société américaine Uber Eats), vient ainsi de confier la gestion de sa filiale commerciale à CVC Partners Capital, un fonds d’investissement basé au Luxembourg.

Olivier Annichini

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Viktor Orbán : « Cette décennie sera une ère de danger, d’incertitude et de guerre. »

Viktor Orbán

Découvrez des extraits – choisis et traduits par la rédaction du Visegrád Post – du discours d’investiture de Viktor Orbán pour son 5e mandat de Premier ministre hongrois.

Sans grande surprise suite aux élections législatives du 3 avril dernier qui avaient amené une nouvelle victoire électorale du Fidesz avec 54,1 % des voix et surtout 135 députés (sur 199), soit une nouvelle majorité des deux tiers pour le parti conservateur hongrois au pouvoir sans interruption depuis 2010, Viktor Orbán a été réélu, ce lundi 16 mai, pour un cinquième mandat de Premier ministre de la Hongrie par 133 voix contre 27.

Après le vote des députés qui lui ont accordé leur confiance pour la quatrième fois consécutive, Viktor Orbán s’est adressé, comme de coutume, au Parlement :

« Mes premiers mots sont des remerciements. Je remercie mes collègues députés pour leur soutien. Merci pour la confiance de l’électorat. J’ai été élu par les membres du Parlement, mais je n’oublierai pas que le mandat vient des électeurs, du peuple hongrois.

[…] Nos opposants ont fait en sorte que l’élection se déroule sous une surveillance internationale et nationale sans précédent. Tout le monde a pu constater que la Hongrie est un pays où il n’y a pas et où il ne peut y avoir de fraude électorale. Je remercie les militants de l’opposition pour leur travail de surveillance, qui a contribué à protéger la réputation de la Hongrie et la confiance du public dans la démocratie hongroise. […]

Après douze ans de gouvernement, nous avons obtenu la majorité absolue des voix. Je m’efforcerai de mériter cette énorme confiance, qui est sans précédent dans toute l’Europe.

L’occident est entré dans une ère de danger, d’incertitude et de guerre

[…] L’Europe, l’homme occidental, et avec lui la Hongrie, nous, le peuple hongrois, sommes entrés dans une ère de danger. Cette décennie sera une ère de danger, d’incertitude et de guerre. La décennie a commencé par l’épidémie de coronavirus et s’est poursuivie par la guerre. La guerre et la politique européenne de sanctions […] ont créé une crise énergétique. La crise énergétique et les hausses des taux d’intérêt américains se sont combinées pour donner naissance à une ère de forte inflation. Tout cela va entraîner une période de récession, de déclin économique, avec une alternance d’années de baisse, de stagnation et de performances économiques médiocres en Europe. […]

Le grand remplacement est un suicide pour l’Europe

Les migrations vers les pays riches vont s’intensifier telle une force tectonique. […] Je considère le grand programme européen d’échange de population, qui vise à remplacer les enfants chrétiens européens manquants par des adultes et des migrants d’autres civilisations, comme une […] tentative de suicide. […]

« Cette guerre n’aurait jamais dû commencer »

La guerre russo-ukrainienne en est à son quatre-vingt-deuxième jour. Cette guerre n’aurait jamais dû commencer.

[…] Aujourd’hui, l’Europe n’a aucun moyen de gérer le conflit dans son voisinage. Faute de force et de moyens, les dirigeants du continent sont convaincus que les sanctions européennes peuvent mettre la Russie à genoux. C’est possible sur le papier, et de nombreux politiciens sur papier brandissent une sorte de preuve théorique. Mais j’ai beau essayer de me souvenir, je ne peux penser à aucun blocus continental qui ait été efficace. […]

La Hongrie ne bloquera pas les sanctions dans l’intérêt de l’unité européenne, tant qu’elles ne franchissent pas la ligne rouge de l’autodéfense de l’économie hongroise, c’est-à-dire tant qu’elles ne menacent pas la sécurité énergétique de la Hongrie.

Pour lire la suite, c’est ici !

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire, par Clément Martin (Les Identitaires)

assimilation

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se ringardiser, elle doit au plus vite abandonner l’assimilationnisme. Au vu de la culture dominante (surtout chez les jeunes générations), l’assimilation républicaine pourrait devenir un discours bien plus mal perçu que le discours identitaire authentique dans les années à venir.
Disparition de la laïcité et retour du sacré : l’assimilation à l’envers des jeunes Français

Il suffit de faire un tour sur TikTok ou sur Twitter pour constater que la question du « retour du sacré » ou du « retour du religieux » dans notre pays ne touche pas simplement les musulmans et les descendants d’immigrés, mais imprègne plus globalement les jeunes générations. Cela ne signifie pas forcément que les jeunes Français de souche font le choix de revenir à la pratique du christianisme mais plutôt qu’ils deviennent étrangers à la laïcité et au droit à blasphémer, qui sont des valeurs républicaines établies depuis longtemps.

Pour ces jeunes natifs, le fait de côtoyer l’islam au quotidien (tant dans leur fréquentation que dans leur environnement culturel) a provoqué un effet inattendu pour les idéologues du vivre-ensemble : pour les Français de la génération Z, l’universalisme et le pluralisme sont des valeurs dont la cote subit une baisse constante. Quand bien même ils ne sont pas musulmans, ils considèrent que les restrictions du port du voile, l’obligation de donner des prénoms français à ses enfants ou que les caricatures du prophète sont des attaques dirigées, certes, contre une communauté, dissimulées derrière un discours républicain perçu comme ringard, voire comme manipulateur et en réalité islamophobe, mais surtout contre le patrimoine identitaire de chacun. Les abstractions de la société indifférenciée ne les intéressent plus. L’affaire Mila fut un marqueur important de cette tendance : bien que s’identifiant comme LGBT, Mila n’avait reçu de la part des Français de sa génération qu’un soutien des plus mous. Certains de ses harceleurs étaient d’ailleurs eux-mêmes des Français athées.

L’indifférenciation politique de populations culturellement irréductiblement différentes ne génère chez eux qu’un sentiment de défiance. Si ce phénomène est problématique, puisqu’il consiste à mettre à égalité la culture des autochtones français avec celle des nouveaux arrivants, il peut cependant présenter un avantage à exploiter pour les identitaires.

Violence de l’assimilation et réalisme de l’identité

Bien entendu, le discours identitaire sera tout d’abord un repoussoir pour ces Français qui ont subi « l’assimilation à l’envers ». Mais dans le même temps, l’assimilationnisme sera perçu avec une hostilité croissante, étant donné que cette politique incarne une violence de l’État à l’égard des musulmans, sommés d’abandonner leur culture pour se fondre dans un creuset républicain qui n’incarne plus rien pour la majorité des jeunes. La défaite de l’assimilationnisme au profit du discours « identitaire de gauche » (décoloniaux, indigénistes, immigrationnistes, etc.) est en réalité une brèche ouverte dans le discours républicain – et cette brèche pourrait être la nôtre.

Les jeunes générations reconnaissent avec de plus en plus de facilité que le multiculturalisme, c’est le règne de la « différence », qui consiste à croire en réalité que la « désunion fait la force ». Pour ce public, la question n’est plus de savoir si la France est un pays multiculturel : ils s’accordent à dire que c’est déjà le cas. Seuls les boomers républicains refuseront de l’admettre. La question qui demeure est par conséquence somme toute élémentaire : faut-il se réjouir ou se lamenter que la société soit fragmentée selon des clivages communautaires ? À partir de là, la stratégie identitaire apparaît comme claire : convaincre, sur le plan métapolitique, que le multiculturalisme est un fléau plutôt qu’une chance, à force de discussion, de documentation, de production culturelle et d’activité militante. Mais il faut également travailler à produire un discours positif d’affirmation de l’identité européenne : puisque le multiculturalisme célèbre les particularités, pourquoi ne pas affirmer la nôtre ?

Bien entendu, la lutte est asymétrique : derrière le discours de mise à égalité des cultures au sein de la société multiculturelle, on sait bien que ses thuriféraires espèrent favoriser les nouveaux arrivants. Il n’empêche que cette nouvelle configuration est bien plus susceptible de nous avantager que ne l’est la tradition républicaine daltonienne et hors-sol, dont les règles étaient aussi avantageuses pour nos adversaires, mais bien moins favorables pour nous.

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires

Un sentiment de grand remplacement, par Georges Dumas

islam musulmans

Le jour de l’Aïd el-Fitr, dans les rues d’Aubervilliers, on réalise que les diverses communautés et ce multiculturalisme qui nous est tant loué par les politiques se fondent en réalité dans l’oumma.

Lorsque, aux alentours de huit heures ce matin, j’ai été tiré de mon sommeil par une voix aussi insistante que lointaine qui à l’évidence ne provenait pas de l’intérieur de mon appartement, il ne m’a fallu qu’une dizaine de secondes pour l’identifier comme étant celle d’un muezzin (1) et en déduire aussitôt qu’aujourd’hui devait être le jour de l’Aïd el-Fitr.
Preuve qu’en faisant un petit effort, on peut très vite et très bien s’assimiler à la culture qui nous entoure !

Multiculturalisme ?

Une demi-heure plus tard, j’avais une confirmation visuelle de ma déduction sonore, dont j’ai oublié de dire qu’elle avait été facilitée par le bruit des klaxons : en effet, le jour des fêtes musulmanes, la circulation est rendue moins fluide par l’afflux massif des fidèles – qui n’ont pas assez des trottoirs pour circuler. En sortant de ma petite résidence, c’est donc à une joyeuse cacophonie et à un festival de couleurs que j’ai été confronté. Couleurs de vêtements comme couleurs de peau. Car ici, à Aubervilliers, c’est l’oumma qu’il est donné de voir, loin de tout sectarisme national. Et l’oumma, on dira ce qu’on voudra, c’est quand même impressionnant quand on pense aux conflits meurtriers qui déchirent le monde musulman ailleurs sur la planète : un rapide contrôle au faciès dans les rues de ma commune limitrophe de Paris indique que le continent africain est représenté dans toutes ses latitudes, pas seulement celles du Maghreb, que le sous-continent indien n’est pas en reste, et certainement d’autres points du globe plus orientaux encore ; or, tout ce petit monde cohabite paisiblement et s’agglomère lors des grandes fêtes religieuses, comme si les tensions communautaires n’existaient pas.

Les qamis étaient très nombreux chez les hommes, les abayas et hijabs constituaient la norme pour les femmes. Les enfants étaient pour la plupart eux aussi endimanchés. Enfin, pas endimanchés bien sûr, je voulais dire : vêtus de manière traditionnelle. C’est certainement cette unité vestimentaire qui est la plus frappante lorsqu’on regarde ces foules bigarrées en fête. Le reste du temps, dans les rues d’Aubervilliers, devant les écoles, sur les terrains de sport, on voit des gens de toutes origines dont, sauf pour les femmes voilées, on ne se pose pas forcément la question de la religion. En étant distrait, on pourrait imaginer une apposition de groupes humains différents, un espace multiculturel où aucune communauté ne domine, comme si la diversité était synonyme de neutralisation. Certes, il y a bien les queues le vendredi devant les mosquées, souvent de fortune, pour indiquer la présence d’une communauté de foi qui rassemble tous ces gens d’origine différente, mais à part ce phénomène relativement discret, on serait en peine de deviner une unité quelconque dans la population qui occupe l’espace, et ce d’autant moins que les asiatiques sont nombreux et élargissent la diversité démographique visible. Ce matin, comme tous les matins de grande fête musulmane, c’était un sentiment de submersion qui l’emportait, car, tant par le nombre de personnes rassemblées que par l’effort vestimentaire consenti, il y avait l’effet de masse, de groupe, de foule qui jouait à plein.

Participation massive

Outre la dimension sensorielle, physique qui donne sa substance à ce sentiment de submersion (j’entends par là qu’il ne s’agit pas d’une abstraction, d’une intellectualisation, mais bien d’une expérience concrète, perçue directement par les yeux et les oreilles : je n’ai pas rêvé ces centaines de personnes rassemblées, je ne les ai pas fantasmées), c’est le contraste avec ses propres références culturelles qui nourrit l’impression d’un changement radical et d’une profonde remise en cause des valeurs de notre pays. Derrière le grand mot de laïcité, dont la définition n’a rien d’univoque, se cachait, pour le baptisé devenu agnostique que je suis, l’idée essentielle que la conviction religieuse était une chose à la fois personnelle, discrète et accessoire. Pour le dire autrement, la religion avait perdu le rôle de colonne vertébrale des comportements de tout un chacun, même si cela ne l’empêchait pas de nourrir la sensibilité et la manière d’agir de ceux de nos concitoyens qui étaient encore pratiquants ou du moins qui avaient la foi. Mon expérience personnelle me faisait confirmer les diagnostics de déchristianisation ou de sortie de religion que j’ai pu lire par la suite sous la plume de Marcel Gauchet ou de Guillaume Cuchet. En précisant cependant que, de par le fait que notre pays avait 1500 ans d’histoire chrétienne derrière lui, la sécularisation n’était que la poursuite sans clergé d’une morale et d’une vision du monde globalement inchangées : pour reprendre Nietzsche, le monde avait perdu Dieu mais ne s’en était pas vraiment aperçu, d’où la persistance de traditions et d’usages sur un mode désacralisé. Le paysage architectural, littéraire et artistique entretenait un paysage mental familier, ancré dans un imaginaire judéo-chrétien dévitalisé sur le plan de la foi mais toujours opérant sur celui des valeurs et des représentations collectives. Bref, à moins d’aller soi-même à la messe, on ignorait qui se rendait à l’église le dimanche et tout le monde s’en fichait, car ce n’est pas ce qui réglait la civilité entre les gens. Quant aux processions religieuses lors des grandes fêtes chrétiennes, elles étaient devenues pour l’essentiel un élément de folklore qui tenait plus de l’identité régionale ou locale que de la foi qui édicte le comportement en société.

Pour lire la suite, c’est ici !

Grand remplacement 3 : Enquête sur MOLENBEEK

molenbeek islam

26/04/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Cette enquête a été tout d’abord censurée. Personne ne voulait que vous la voyez. Mais face à l’enjeu trop important, Livre Noir a choisi de la diffuser. Molenbeek : au cœur de Bruxelles-Califat.

Un sujet est totalement absent du débat présidentiel. Il est pourtant un enjeu majeur pour nos vies, celles de nos enfants, et pour notre civilisation.

Ce sujet, c’est l’islamisme.

À 3h de Paris, près de Roubaix, des femmes blanches, catholiques, sont obligées de se voiler pour sortir de chez elles. Cela arrivera chez nous, avec le soutien d’un électorat Mélenchoniste de plus en plus conséquent.


Face au Grand Remplacement, l’exode blanc ?

grand remplacement

En octobre 2021, Arthur Frayer-Laleix a publié Et les Blancs sont partis. L’auteur est un reporter indépendant qui collabore à différents médias tels que Le Monde, Les Échos, Zadig ou le site d’information de gauche radicale StreetPress. Dans un ouvrage précédent, Dans la peau d’un maton (Fayard, 2011), il a relaté son immersion en prison en tant que surveillant. Son nouveau livre se veut un « reportage au cœur de la fracture ethnique » dans les cités. Il précise que le titre n’indique par une adhésion à la théorie du « grand remplacement » mais qu’il s’agit d’une formule souvent entendue lors de ses reportages en banlieue de la part de Maghrébins ou de Subsahariens. Ce sujet du départ des Blancs a déjà été abordé, il y a une dizaine d’années, par les démographes Michèle Tribalat et Bernard Aubry. Ceux-ci avaient conclu à un « chassé-croisé » entre les familles d’origine française et celles d’origine immigrée dans les zones urbaines, les premières quittant les zones densément peuplées au profit des zones rurales ou des petites villes.
Une tribune signée Johan Hardoy.

Une gauche longtemps aveugle

En octobre 2020, Emmanuel Macron déclarait : « Nous avons concentré les populations souvent en fonction de leurs origines ». Cinq ans plus tôt, le Premier ministre Manuel Valls avait évoqué l’« apartheid territorial, social, ethnique » de certains territoires de la République française, une comparaison jugée malheureuse par de nombreux commentateurs.

Arthur Frayer-Laleix constate que les causes de ce sujet sensible constituent un sujet tabou pour la gauche française, alors qu’il s’agit de « l’un des faits les plus marquants de la société française de ces soixante-dix dernières années ».

[Johan Hardoy : rappelons cependant la position de Georges Marchais qui avait écrit en 1981 au recteur de la Mosquée de Paris en soulignant le coût de l’immigration dans les communes les plus pauvres et la pression sur les salariés les plus précaires organisée par le patronat et le gouvernement, ce qui l’amenait à conclure qu’il fallait arrêter l’immigration. Cette prise de position du secrétaire général du PCF était antérieure à la montée du FN dans l’électorat.]

Les derniers des petits Blancs

Lors de ses reportages, l’auteur remarque qu’une frontière urbaine sépare les quartiers où sont concentrés Noirs et Arabes du reste des villes, matérialisée par une ligne de chemin de fer, une voie rapide, une succession de terrains vagues, etc.

À Mantes-la-Jolie, Yazid, son guide dans le quartier du Val Fourré, lui demande : « Regarde autour de toi. Tu vois des Blancs ? » Il reste pourtant quelques « Français », comme ils se désignent eux-mêmes. Parmi eux, Madeleine, une septuagénaire qui n’a pas les moyens d’aller vivre ailleurs, précise qu’elle fait ses courses au centre-ville ou à l’hypermarché parce que « tout est halal » et qu’elle a peur des agressions : « Vous vous imaginez, vous, aller retirer de l’argent à la tirette sur la dalle avec tous les jeunes autour ? »

À 1,5 kilomètre de là, Patrick, un retraité qui vit dans une zone pavillonnaire et qui a vu le Val Fourré se construire dans les années 1960, évoque ses souvenirs : « C’était le grand luxe (…). À l’époque, il y avait des charcutiers, des traiteurs, des marchands de journaux et des vendeurs de tabac, un disquaire, des parfumeries et un magasin de lingerie. » « Et puis le bordel a commencé, ça s’est dégradé. Les Européens ont commencé à acheter des pavillons et à quitter la cité. (…) Les immigrés, eux, ont commencé à arriver. »

Comment en est-on arrivé là ?

Pour Patrick, « C’est les patrons qui les ont fait venir pour les faire bosser chez Renault et Peugeot. C’est les patrons les responsables de tout ça ! »

Des élus de terrain et des universitaires pointent quant à eux la responsabilité de l’État et des bailleurs sociaux. Selon Catherine Arenou, maire divers-droite de Chanteloup-les-Vignes, « c’est l’État français qui a organisé la politique de peuplement de nos territoires ». Elle ajoute que des villes comme la sienne sont devenues « une variable d’ajustement de la politique de relogement de l’État » en y regroupant les étrangers et les plus pauvres par le biais des commissions d’attribution de logements. Cette situation perdure, accentuée par le fait que « ceux qui ont pu en sont partis le plus vite possible ».

Arthur Frayer-Laleix observe également des « dynamiques de communautés » dans les quartiers, conséquence de « logiques de solidarité » entre immigrés. Ceux qui viennent d’un même village d’Afrique se passent le mot et se retrouvent dans une même commune en France. Ainsi, le tout premier Comorien serait arrivé dans la cité des 4000 de La Courneuve en 1976, un an après l’indépendance de son pays. Aujourd’hui, ce quartier constitue un des hauts lieux de cette communauté, au point que les Comoriens restés au pays parlent de Paris en évoquant cette cité, même s’ils ne sont jamais venus dans « la cinquième île », comme ils désignent la France (350 000 Comoriens y vivent alors que l’archipel compte 800 000 habitants).

Pour lire la suite, c’est ici !

Renaud Camus – L’entretien qu’a choisi de ne pas montrer La Chaîne Parlementaire

12/04/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Le 31 janvier 2022, un journaliste de Nova Productions est venu interroger pendant une heure et demie Renaud Camus dans le cadre d’un reportage sur le Grand Remplacement.

Le reportage, entièrement à charge, ne dit pas un mot des écrits de Camus. Pas un mot non plus n’est prononcé sur le contenu du livre « Le Grand Remplacement ». L’interview de Camus elle-même est passée à la trappe, à part quelques maigres extraits, au début et à la fin du « documentaire ».

Le reportage est construit de la façon suivante :
– remplacer « Le Grand Remplacement » de Renaud Camus par une théorie complotiste antisémite ;
– demander à Hervé Le Bras de nier le changement de peuple ;
– interroger des victimes d’épouvantables attentats d’extrême-droite ;
– insinuer que Camus pousse au massacre.

C’est pourquoi nous diffusons maintenant l’intégralité de cette interview. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser de la qualité sonore très minimale de l’enregistrement (nous ne disposions que d’un simple téléphone portable, posé sur une table).


« Avec une telle démographie, on ne peut pas s’étonner du Grand Remplacement », l’infertilité menace les sociétés occidentales

Le grand remplacement est l’idée politique la plus débattue – et contestée – de cette campagne présidentielle

« La remigration est antirépublicaine » : quel bilan pour la dédiabolisation ?, par Clément Martin (Les Identitaires)

Marine Le Pen

En réaction à la déclaration d’Éric Zemmour qui souhaitait créer un ministère de la Remigration, Marine Le Pen, lors de son passage à La France dans les yeux (BFM TV), annonçait son refus d’intégrer la remigration à son programme, jugeant celle-ci « antirépublicaine » et « profondément injuste ». Après l’abandon de la suppression de la double nationalité de son programme, cette sortie est une nouvelle illustration de la dilution du Rassemblement national sur la question identitaire. L’heure est venue de dresser un premier bilan sur la stratégie de « dédiabolisation » du Rassemblement national.

De la dédiabolisation à la dénationalisation

On associe souvent Marine Le Pen au processus de dédiabolisation de son parti. Cette stratégie était fondée sur une observation simple et pertinente : après 40 ans de leadership du Front national, l’impossibilité pour Jean-Marie Le Pen d’arriver au pouvoir ne s’expliquait pas par les fondamentaux idéologiques du parti (lutte contre l’immigration, promotion de l’identité française, opposition frontale à la gauche socialo-communiste, antifiscalisme), mais par les frasques médiatiques de son chef ainsi que par sa gestion excessivement personnelle du pouvoir au sein du Front national. La dédiabolisation consistait ainsi à mettre un terme aux dérapages des « bons mots » tout en conservant les bases de la « marque » Front national, dont la lutte contre l’invasion migratoire était au premier plan. Il s’agissait de gagner en crédibilité afin de devenir le premier parti de l’opposition nationale et, à terme, un parti apte à prendre et à exercer le pouvoir. Jusque-là, tout allait bien. Malheureusement, les altérations (nécessaires) sur la forme se sont accompagnées d’altérations (néfastes) sur le fond du programme. Oscillant entre un populisme de droite finalement très modéré, un souverainisme intégral et une sorte de parti attrape-tout « ni de gauche ni de droite » tentant le grand écart entre Mélenchon et les électeurs frontistes historiques, la ligne politique du RN est devenue confuse et diluée. Certes, elle a gagné en respectabilité ; au cours de cette campagne, elle n’a subi quasiment aucune attaque médiatique. Cependant, on peut douter de la viabilité d’une stratégie floue pour le long terme.

Le pseudo-populisme, la nouvelle impasse

En déclarant son opposition à la remigration, seule politique capable de sortir l’ornière identitaire, Marine Le Pen vient grossir les rangs de la droite pseudo-populiste, et dont l’un des représentants les plus éminents est sans conteste Robert Ménard. Leur point commun, c’est de fonder leur légitimité politique sur un créneau hostile à l’immigration et au Grand Remplacement, tout en poussant régulièrement des cris d’orfraie dès que les choses deviennent sérieuses. L’ancien journaliste trotskyste devenu maire de Béziers incarne ce positionnement à la caricature : élu pour inverser la dégradation identitaire terrible de sa ville, défigurée depuis des décennies par l’immigration sauvage, il ne cesse pourtant de fustiger dans ses interventions médiatiques les propos d’Éric Zemmour, selon lui excessivement radicaux et provocateurs, alors même que seule une politique audacieuse et sans complexe de remigration permettrait d’éviter que des milliers de Béziers ne fleurissent sur le territoire.

Cela démontre une chose : le positionnement pseudo-populiste est devenu une niche rentable politiquement. Il est désormais tout à fait possible de vivre de la rente du sentiment d’opposition à l’immigration, sans pour autant avoir à assumer de vraies transgressions politiques. On peut voir cette évolution de deux façons : d’un côté, ce changement est positif, puisqu’il signifie que l’opinion et le personnel politique ont fait un pas dans la direction de l’opposition à l’invasion migratoire. De l’autre, cela envoie le signal aux lâches et aux opportunistes qu’un nouveau territoire politique est exploitable.

Si la vraie droite compte un jour prendre le pouvoir, elle ne fera pas l’économie d’une véritable révolution intérieure, qui se traduira par une volonté et une capacité à transgresser les tabous de l’époque, ainsi que par la revendication d’une clarté politique cristalline. Le temps n’est plus aux calculs de boutiquiers ou aux demi-déclarations, mais à la formulation d’une vision claire pour l’avenir.

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires

Pour Marion Maréchal, « nous pourrions avoir une France africaine d’ici 2060 », ce que redouteraient deux tiers des Français [Vidéo]

Les portraits d’éléments : Renaud Camus, l’invité mystère de la présidentielle

16/03/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Le Grand Remplacement est en train de s’imposer comme l’une des grandes thématiques de la présidentielle, mais qui connaît celui qui en a forgé l’expression : l’écrivain Renaud Camus, auteur d’une oeuvre majeure qui a d’ores et déjà inscrit le nom de son auteur au Panthéon des lettres françaises. Rencontre avec l’inconnu le plus célèbre de France.