Policiers blessés près de Nantes

Policiers blessés près de Nantes

19/07/2012 – 18H30
NANTES (NOVOpress Breizh) – Trois policiers blessés, dont un gravement : les gens du voyage ne sont pas tous pacifiques, surtout quand il s’agit de soustraire l’un des leurs à la justice.

Deux policiers de la brigade anti-criminalité ont été blessés lundi soir à l’entrée d’un camp de gens du voyage de Bouguenais, dans la banlieue sud de Nantes. Ils recherchaient le conducteur d’un véhicule en infraction qui s’était réfugié là après une dangereuse course-poursuite. Un groupe d’une quinzaine de personnes les a alors attaqués pour protéger le fuyard.

L’arrivée rapide de renforts a permis de dégager les hommes de la BAC, mais l’un d’eux est à l’hôpital avec un traumatisme crânien et une fracture de la mâchoire. Un autre policier a été blessé à la tête et un troisième souffre d’une fracture de la main. Deux des agresseurs ont été arrêtés. L’un d’eux, un multirécidiviste de 22 ans, devait être mis en examen pour tentative d’homicide volontaire !

« C’est systématique », explique un policier nantais. « S’ils sont poursuivis par les forces de l’ordre, les gens du voyage ont pour consigne de rejoindre à tout prix le camp le plus proche. Ils y trouveront aide et protection. La communauté protège systématiquement ses membres sans se demander ce qu’ils ont pu faire. »   Le camp de La Bernardière, à Saint-Herblain, en particulier, a connu plusieurs épisodes de ce type ces dernières années.

Cette pratique est facilitée par la multiplication récente des groupes semi-sédentarisés installés sur des terrains privés. Pas toujours dans des conditions régulières, d’ailleurs : certains de ces terrains sont inconstructibles. Parfois, un incident suffit pour les transformer en zone de non-droit.

Des centaines de gitans saccagent la commune de Gruissan

Des centaines de gitans saccagent la commune de Gruissan

19/07/2012 – 12h30
GRUISSAN (NOVOpress) – Nouveau coup de force des gens du voyage dans une ville française. Cette fois, cela se passe à Gruissan près de Narbonne. Dimanche, une soixantaine de caravanes ont déferlé sur le stade de cette commune située dans l’Aude, malgré la présence non loin d’une aire dédiée aux gitans. Preuve que les lourds investissements des communes en faveur des nomades se font souvent en pure perte.

Le maire se mord les doigts. « Ils sont en train de saccager deux terrains entretenus avec arrosage automatique. Et qui paiera les dégâts à votre avis ? », rapporte Le Midi libre. Pas besoin de se creuser les méninges pour trouver la réponse : les contribuables, comme d’habitude ! Certaines communautés vivraient-elles au dessus des lois en France ?

Crédit photo : Novopress, licence CC.

Arrestations dans une “école” rom spécialisée dans la fauche

Coup de filet à Rennes dans une “école” spécialisée dans la fauche

01/07/2012 – 08H30
RENNES (NOVOpress Breizh) – Selon Ouest-France qui révèle l’affaire, une bande de voleurs a été interpellée mardi dernier à Rennes. Dans un appartement de la cité bretonne, des membres de la communauté rom recevaient une formation pointue pour apprendre l’art de pratiquer la fauche dans les grandes surfaces de la région. Une dizaine de personnes étaient encore en garde à vue vendredi.

Les fonctionnaires de la police judiciaire viennent de réaliser un joli coup de filet parmi les membres de la communauté « roumaine » de Rennes. À la tête du réseau de voleurs, un couple avait entrepris  de recruter des femmes et des hommes pour leur apprendre, dans leur appartement de la ZUPsud de Rennes, à voler dans la grande distribution.

Dans cette école d’un genre un peu particulier on enseignait aux « élèves » aussi bien à éviter d’être repérés par les systèmes de vidéosurveillance qu’à tapisser des sacs à main avec de l’aluminium pour déjouer les alarmes. Selon un policier « on leur délivrait un vrai stage de formation ».

Une fois leur “formation” validée, les stagiaires en question étaient conduits sur les lieux de leurs méfaits – des grandes surfaces de Bretagne ou des régions avoisinantes – où ils devaient se débrouiller pour voler le maximum de choses dans un délai de 10 minutes. Selon les enquêteurs, des vêtements mais surtout les lames de rasoirs et des produits cosmétiques étaient visés par les voleurs. Le butin était envoyé en Roumanie où il était récupéré par des complices.

Le 4 juin dernier, une jeune femme de 25 ans, issue de la communauté des Roms, avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Rennes à un mois de prison ferme pour une série de vols dans des magasins du département. La délinquante, interpellée pour le vol de flacons de parfum et des produits cosmétiques, utilisait un sac avec une doublure renforcée par de l’aluminium pour passer les caisses avec l’antivol sans déclencher l’alarme. On ignore si cette personne était passée par « l’école » évoquée plus haut.

Crédit photo : Polycart, via Flickr, licence CC.


La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

29/06/2012 — 14h50
MOUGINS (NOVOpress via Cannes Identitaire) –
“Dans ce petit coin de nature,…” tout le monde connait cette ritournelle publicitaire.

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger Cet été, ce petit coin de nature qu’est L’Etang de Font Merle, situé en bordure du parc départemental de la Valmasque sur la commune de Mougins (Alpes-Maritimes), lieu de détente et de promenade dominical bien connu des cannois et des mouginois, aura perdu de sa tranquillité. En effet, depuis avant-hier, cette zone de promenade est le théâtre d’un triste spectacle : près de 200 caravanes et voitures se sont installées dans la plus grande illégalité sur la prairie et côtoient (voir vidéo en bas de l’article) la réserve ornithologique protégée de l’Etang de Font Merle.

Le constat est étonnant : une absence totale des forces de l’ordre pouvant empêcher de nouvelles arrivées (il y a encore de la place sur ces 5 hectare de verdure) et l’état du terrain où sacs poubelle et détritus sont laissés un peu partout.
Les chiens sont attachés aux arbres et des piscines gonflables installées à côté de ces “petites caravane”s tractées par des véhicules “1er prix”…
http://www.cannes-identitaire.com/894/2012/06/letang-de-fontmerle-en-danger/

Aux dernières nouvelles un accord aurait été passé entre les gens de la « communauté » et la préfecture. Les occupants devraient partir le 8 juillet. Qu’en sera-t-il ? En particulier de l’état du terrain…

 

Le Bloc Identitaire Mougins – Cannes s’est insurgé contre cette occupation sauvage qui saccage une réserve naturelle.
Il appelle ceux qui veulent protéger notre patrimoine écologique, à faire entendre leur voix, avec courtoisie mais avec fermeté aussi. Leurs armes : le téléphone, le fax, le courrier électronique :
Mairie de Mougins – Tél. 08 99 69 75 89– Fax : 04 92 92 89 71
Courriel : cabinet@villedemougins.com

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

Martyre des retraités de Porcheville : « Il s’agit d’une bande appartenant à la communauté des gens du voyage »

Martyre des retraités de Porcheville : « Il s’agit d’une bande appartenant à la communauté des gens du voyage »

05/02/2012 – 15h30
PORCHEVILLE (NOVOpress) –
Cinq personnes ont été interpellées dans le Nord-Pas-de-Calais dans le cadre de l’enquête sur la mort d’une octogénaire pendant l’agression d’un couple de retraités début janvier à Porcheville près de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Lors de ce cambriolage, les deux victimes avaient été ligotées et frappées. La femme, âgée de 84 ans, avait succombé à ses blessures. Son mari, âgé de 74 ans et lourdement handicapé, avait été hospitalisé dans un état grave.

« Il s’agit d’une bande appartenant à la communauté des gens du voyage, qui sévissait un peu partout en France pour faire des home-jackings », a précisé une source proche de l’enquête. Récemment le préfet des Yvelines a reconnu que les gens du voyage faisaient partie des principaux responsables de la recrudescence des cambriolages dans les Yvelines. A la lumière de ce nouveau drame, l’Etat agira-t-il enfin pour protéger les Français dans un département sévèrement frappé (https://fr.novopress.info/96499/gitans-a-triel-sur-seine-le-maire-craint-pour-la-securite-des-habitants/) par les exactions des nomades ?

Crédit photo : teresia + via Flickr, licence CC.

Le préfet des Yvelines cible l’origine de la délinquance

Le préfet des Yvelines cible l’origine de la délinquance

04/02/2012 – 17h15
VERSAILLES (NOVOpress) –
Comme sur le plan national, les chiffres de la délinquance dans les Yvelines sont inquiétants. Ainsi, le nombre de cambriolages explose dans ce département francilien : +18,32 % par rapport à 2010.

Le préfet, Michel Jau, a identifié précisément quels sont les responsables de ces méfaits. « Les cambrioleurs viennent de partout : voyous locaux ou régionaux, mineurs des pays de l’Est et professionnels originaires de la communauté des gens du voyage », relate Julien Constant, dans l’édition des Yvelines du Parisien, le 25 janvier.

L’Etat sait donc parfaitement quelles sont les causes du mal. Question : pourquoi alors ne met-il pas fin, notamment, aux multiples invasions de gitans qui ravagent le département toute l’année ? Sur le plan local comme sur le plan national, la lutte contre l’insécurité ne fait malheureusement pas partie des priorités du gouvernement.

6 500 euros d’entretien par an le camp vide pour les gitans !

6 500 euros d’entretien par an le camp vide pour les gitans !

18/11/2011 – 14h00
FOIX (NOVOpress) –
La loi Besson du 5 juillet 2000 impose à chaque commune de plus de 5 000 habitants d’aménager à ses frais une aire d’accueil pour les gens du voyage. Cette règle est souvent agitée par les autorités et les associations pro nomades comme un moyen d’éviter les nombreuses invasions illégales de gitans.

Sur le terrain, la réalité s’avère différente. Nouvel exemple après d’autres, à Foix dans l’Ariège où une aire vaste et confortable n’est quasiment pas utilisée par les gens du voyage. Le site Ariège news révèle pourtant que ces infrastructures ont coûté en frais d’entretien plus de 2 500 euros en 2009 et 6 500 euros en 2010 ! Pourtant, le Conseil général envisage maintenant de construire une aire de grand passage. En cette période de grande crise économique, les Français apprécieront-ils de telles largesses ?

« Le problème des gens du voyage est celui de tous les Français » pour le maire de Bohain

« Le problème des gens du voyage est celui de tous les Français » pour le maire de Bohain

17/09/2011 – 10h00
BOHAIN (NOVOpress) – Les invasions des gens du voyage posent problème un peu partout dans l’Hexagone. A Triel-sur-Seine (Yvelines), 2 000 gitans continuent de piller la commune tranquillement. Le tribunal administratif de Versailles a refusé d’entériner leur expulsion sous prétexte que l’agglomération n’offrait pas d’aire de grand passage pour les nomades.

Un faux problème. Car une telle solution n’offre aucune tranquillité à la population et ne met pas un terme aux abus. Jean-Louis Bricout peut en témoigner. Le maire de Bohain (Aisne), commune qui doit faire face elle aussi à une arrivée de gitans, faisait cette remarque, vendredi, sur le site internet de la Voix du Nord, au sujet des occupants : « Ils ont de l’eau, du courant et des sanitaires à leurs dispositions. Même si légalement ce n’est pas conforme, ils bénéficient d’un certain confort. Je ne crois pas qu’aménager un espace soit utile. Après avoir aménagé, il faudra réaménagé parce que bien souvent, il y a des dégâts qui suivent ».

Des dégradations à la charge des habitants : « Le problème des gens du voyage est celui de tous les Français. Je répète que ce n’est pas à une population de payer », déplore l’édile. A Triel comme à Bohain et ailleurs, les Français en ont assez de passer à la caisse à la place des gens du voyage.

Triel-sur-Seine : les gitans narguent les autorités

Triel-sur-Seine : les gitans narguent les autorités

13/09/2011 16h30
TRIEL-SUR-SEINE (NOVOpress) –
Ils avaient 72 heures pour libérer la commune. Finalement, ils ont encore de belles semaines devant eux. Les 2 000 gitans ayant déferlé sur Triel-sur-Seine (11 000 habitants) le 4 septembre dernier, se trouvaient deux jours plus tard sous le coup d’un arrêté d’expulsion préfectoral : ils auraient dû quitter en fin de semaine dernière le terrain privé qu’ils occupent illégalement.

Mais vendredi, le tribunal administratif a annulé l’arrêté préfectoral ! Un véritable camouflet pour la préfecture qui semblait enfin faire preuve de fermeté depuis le départ d’Anne Boquet et son remplacement l’année dernière par Michel Jau. Car lors des quatre précédentes invasions, l’ancienne préfète avait refusé de voler au secours des Triellois.

Ce nouveau rebondissement est aussi une claque pour Joël Mancel, le maire, qui s’était engagé auprès de ses concitoyens à ce que le problème soit résolu « dans les plus brefs délais ». Croulant sous les protestations, la municipalité essaie de faire bonne figure en assurant qu’elle « attend beaucoup d’une nouvelle procédure en référé, déposée par la société EMTA ».

Cette entreprise, propriétaire du site verdoyant situé en bordure de Seine, submergé par les 500 caravanes des gens du voyage, a en effet porté plainte pour occupation illégale. De plus, une autre plainte a été déposée pour « branchement sauvage » sur le réseau électrique selon Le Parisien du 10 septembre. C’était le cas en 2008 (voir photo) comme le révélait déjà à l’époque Novopress. Chassez le naturel, il revient au galop ? Mais inutile de verser dans un optimisme béat : les deux procédures devraient prendre plusieurs semaines avant d’aboutir. Pendant ce temps, ce sont les Triellois qui trinquent. Comme d’habitude.

Gitans à Triel-sur-Seine : le maire craint pour la sécurité des habitants

Gitans à Triel-sur-Seine : le maire craint pour la sécurité des habitants

07/09/2011 – 09h00
TRIEL-SUR-SEINE (NOVOpress) – Une départementale totalement bloquée, des dizaines de policiers mobilisés, des infrastructures détruites à la vue de tous… le cauchemar recommence pour les Triellois : dimanche, près de 500 caravanes des gens du voyage ont débarqué illégalement chez eux, après un an de répit. C’est la cinquième invasion depuis septembre 2008. Ces milliers de gitans ont pris place au même endroit qu’avant : sur un terrain privé à l’entrée de cette commune des Yvelines, déjà durement éprouvée lors de leurs précédents passages.

Depuis ce coup de force, la mairie a publié sur son site internet un « avis à la population », où la municipalité affirme, mettre en œuvre « toutes les mesures possibles pour mettre fin à cette situation. Les services de l’Etat ont annoncé le renforcement des patrouilles de police. Soyez assurés que la situation sera résolue dans les plus brefs délais », assure le communiqué.

La situation est grave puisque dans l’édition des Yvelines du Parisien, datée du 6 septembre, le maire de la commune, Joël Mancel, « craint pour la sécurité de ses habitants et des riverains ». D’autant plus que ces envahisseurs comptent occuper le terrain durant au moins 15 jours. L’édile a saisi la préfecture dans l’espoir d’un arrêt d’expulsion. Mais, à chaque occupation illégale, l’Etat ne bouge pas. Par le passé, c’est la mobilisation des habitants  et de militants identitaires d’Ile-de-France qui avaient eu raison de cette invasion.