Gettr, la fusée du Nouvel An

Gettr

L’OJIM avait présenté les initiatives de Donald Trump et de son entourage pour contrer les Gafam. Dans cet environnement, le lancement en fanfare de Gettr (prononcez « guetteur ») est remarquable. Aux États-Unis comme en Europe, comme le montre son succès en Allemagne et ailleurs.

Gettr, la fusée du Nouvel An

Au tout début de l’année 2022, ce ne sont pas seulement les fusées du Nouvel An qui se sont enflammées. Le service de nouvelles brèves Gettr, en plein essor, a mis le turbo ; le réseau, encore jeune et engagé en faveur de la défense de la liberté d’expression, a fait état de 171 629 nouveaux utilisateurs pour une seule journée. En deux jours, 545 000 nouvelles inscriptions. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis le lancement de la plate-forme en juillet 2021.

Comptant aujourd’hui plus de trois millions d’utilisateurs dans le monde, Gettr est le média social dont la croissance est la plus rapide de tous les temps. Près de 250 000 Allemands ont répondu à la promesse d’une plate-forme sans censure. Comme, par exemple, l’ancien président de l’Office pour la protection de la Constitution, Hans-Georg Maaßen (CDU), qui a rejoint le réseau à la mi-décembre. « Le droit à la liberté d’expression est le plus important de tous les droits fondamentaux. Il protège principalement ceux qui ne sont pas d’accord avec le gouvernement et les médias de masse au pouvoir », a alors écrit Maaßen au patron de Gettr, Jason Miller.

Miller : les géants de l’Internet se censurent jusqu’à l’insignifiance

Jason Miller, qui a été conseiller de l’ancien président américain Donald Trump pendant cinq ans, attribue le succès de sa plate-forme à une niche de marché créée par « l’alliance antidémocratique de la politique, des médias grand public et des géants de l’Internet ». Dans un entretien avec Junge Freiheit, il a déploré que ceux qui refusent de participer à des « programmes radicaux » soient bannis des réseaux sociaux. Beaucoup en auraient assez et se tourneraient désormais vers d’autres plate-formes. Les entreprises de Big Tech, quant à elles, se seraient censurées jusqu’à l’insignifiance.

La vague de suppression de comptes sur Twitter and Cie est devenu un véritable tsunami pendant la crise du Corona. De présumées fausses informations liées à la pandémie ont récemment coûté leur profil à de nombreux utilisateurs. Une ouverture pour Gettr. L’un des « bloqués » est le co-inventeur du vaccin à ARNm, Robert Malone. Le virologue américain a perdu un demi-million de suiveurs (followers) lorsqu’il a été banni de Twitter. Aujourd’hui, il donne une chance à Gettr.

Jordan Peterson et Joe Rogan sont désormais aussi sur Gettr

Le psychologue et publiciste Jordan Peterson, l’expert Antifa Andy Ngo et la YouTubeuse Lauren Chen ont eux aussi fait l’expérience de la censure et de la culture de l’effacement (cancel culture) et interviennent désormais sur l’« Anti-Twitter » de Miller. Autre élément propulseur du tournant de l’année, l’arrivée sur Gettr de Joe Rogan. Suivi par plus de 13 millions de personnes sur Instagram, il est le plus grand podcasteur au monde. « Au cas où Twitter deviendrait encore plus stupide, je suis désormais sur Gettr », a‑t-il écrit après s’être inscrit.

Mais la liberté a ses limites. Pour Gettr, la liberté d’expression s’arrête là où commence le délit.

« Nous ne tolérons aucune sédition, aucun racisme ou appel à la violence. Nous pensons que nos utilisateurs sont d’accord. » La plate-forme a supprimé le profil du commentateur politique Nick Fuentes il y a quelques semaines. Ce fervent catholique de Chicago, âgé de 22 ans, est publiquement stigmatisé en tant que « nationaliste blanc », même s’il se distingue du mouvement Alt-Right (alternative right : droite alternative, mouvement nationaliste blanc américain, n.d.t.). Le réseau cite une violation de ses conditions d’utilisation comme raison de la suppression. Un environnement sûr serait essentiel pour le libre échange d’opinions. « Recruter pour le nationalisme blanc », comme l’aurait prétendument voulu Fuentes, ne serait pas toléré.

Source : Junge Freiheit, 04/01/2022. Traduction : AC

Texte repris du site OJIM