Tag Archives: Gérard Collomb

trump-macron-paris-islamisme

Islamisme : la grande naïveté de Macron comparée au réalisme de Trump

09/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Sous le titre « Terrorisme : Trump plus lucide que Macron », Ivan Rioufol a publié, le 1er novembre, un comparatif accablant entre la réaction du Président américain après l’attentat islamiste commis le jour même à New York et la politique en la matière conduite par la France sous la direction d’Emmanuel Macron. Nous le publions ci-dessous.

« Je viens juste d’ordonner à la Sécurité intérieure de renforcer notre programme de vérification déjà extrême. Etre politiquement correct, c’est bien mais pas pour ça ! »

Donald Trump a posté ce tweet, ce mercredi matin à 2 h 26 (heure française), peu après l’attentat islamiste à New York, près du site du World Trade Center. Sayfullo Saipov, un jeune Ousbek, au volant d’une camionnette, a tué huit personnes et en a blessé 11 avant d’être blessé lui-même par la police. Des témoins l’ont entendu crier Allah Akbar. Le tueur était arrivé aux Etats-Unis en 2010. Il bénéficiait d’une carte verte. Il était chauffeur chez Uber. Autre tweet du président américain : « Nous ne devons pas permettre à l’Etat islamique de revenir ou d’entrer dans notre pays après l’avoir vaincu au Moyen-Orient et ailleurs. Assez ! »

En France, c’est une politique inverse qui est suivie par Emmanuel Macron. En ressort une grande naïveté, qui ne peut qu’inquiéter.

En dépit des attentats islamistes qui frappent le pays – Laura et Mauranne, assassinées à Marseille, étant les dernières victimes – l’état d’urgence a été levé ce 1er novembre. Le dispositif arrêté par la nouvelle loi sur la sécurité intérieure, publiée mardi, maintient certaines protections. Elles resteront néanmoins en deçà de celles que permettait l’état d’urgence. Il était en en vigueur depuis les attentats de novembre 2015. Lors de son discours à la Sorbonne, fin septembre, le chef de l’Etat s’était fait également l’avocat de l’accueil : « Faire une place aux réfugiés est notre devoir commun », avait-il déclaré en s’engageant à renvoyer ultérieurement, sans dire comment ni sur quels critères précis, les déboutés du droit d’asile.

C’est bien le politiquement correct, dont s’est affranchi le président américain, qui lie les mains du président français. A l’évidence, la menace salafiste reste sous-évaluée par les pouvoirs publics.

Lundi, sur RTL, le ministre de l’Intérieur a reconnu que seules 11 mosquées salafistes avaient été fermées (et certaines vont rouvrir) alors que la France en compte plus d’une centaine. Gérard Collomb a confirmé également que sur les 250 djihadistes déjà revenus en France après avoir combattu en Irak ou en Syrie, 110 sont en liberté, même s’ils sont suivis par la DGSI. Il est à craindre que les demandes de rapatriement de nombreux autres combattants islamistes encore sur place ne soient entendues par ce gouvernement, qui se veut exemplaire dans la défense des droits de l’homme.

Or ces droits ne sont évoqués par les égorgeurs et autres barbares, qui redoutent la justice locale, que pour être violés ultérieurement par leurs bénéficiaires.

Le procès Merah […] a montré le gouffre entre la contre-société salafiste qui s’est installée dans les cités et la République bonasse qui continue de ne rien voir. Celle-ci n’a toujours pas compris qu’une guerre avait été déclarée contre elle, au nom d’un islam porteur d’un projet de société.

Contrairement à ce que dit Macron, ce ne sont pas les crises sociales ni le réchauffement climatique qui motivent les terroristes, mais la haine de la France et de l’Occident. Oui, Trump a tout compris.

Texte repris du blog d’Ivan Rioufol

Chard mosquées amnistie

Pour les mosquées islamistes, c’est déjà l’amnistie !

Après les périodes de confrontation, de guerre civile, arrivent l’apaisement, le pardon, l’amnistie, la page qui se tourne : communards, épurés d’après-guerre, détenus de l’Algérie française… L’amnistie signifiait que, quel que soit le camp dans lequel on se plaçait, le monde avait changé. Peut-on comparer avec la situation actuelle ? Et d’abord, la séquence terroriste est-elle achevée ? Evidemment non. Ensuite, peut-on considérer, comme dans les cas évoqués plus haut, que la vague terroriste a correspondu à un épisode de guerre civile ? Que deux camps français s’affrontaient, chacun pensant agir dans l’intérêt du pays ? Absolument pas.

Est-il alors raisonnable, prudent, sans risque, et même tout simplement décent à l’égard des centaines de victimes et de leurs familles, d’autoriser la réouverture des lieux de culte islamistes fermés pendant l’état d’exception ?

Or la décision prise par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, d’autoriser la réouverture progressive d’une vingtaine de lieux de culte islamistes correspond à une sorte d’amnistie. A Mulhouse, Sartrouville, Fontenay-aux-Roses, des mosquées aux mains des courants les plus radicaux, où se prêchait le djihad, d’où sont partis des combattants pour la Syrie, des mosquées qui retentissaient de diatribes antichrétiennes, antifrançaises, qui avaient été fermées pendant l’état d’exception, sont autorisées à rouvrir.

Plus de 500 mosquées extrémistes

La salle de prière de Fontenay-aux-Roses avait été fermée le 29 septembre pour apologie du terrorisme, par arrêté préfectoral. Elle est à nouveau à la disposition des islamistes. On y avait pourtant entendu des propos du type : « Les terroristes sont des musulmans qui ont la foi », « Il y a les bons musulmans d’une part et les chiens de mécréants d’autre part. » Mais, jugeant que ces propos étaient ceux de fidèles et pas ceux de l’imam du cru, le ministre de l’Intérieur a accepté une sorte d’amnistie et, depuis le 3 novembre, la fréquentation de la mosquée est à nouveau autorisée.

A Sartrouville, la mosquée de la cité des Indes était un lieu de convergence de toutes les folies salafistes : les propos qui s’y tenaient, la fréquentation, le prosélytisme exacerbé, le soutien affiché à Oussama Ben Laden, les départs organisés de jeunes volontaires vers la Syrie dès 2013, avaient là aussi conduit à une fermeture. Mais un nouveau bureau a été élu, et la mosquée est autorisée à rouvrir ses portes. Nouveau bureau, certes, mais les fidèles, eux, sont les mêmes.

L’Association des musulmans d’Alsace ou AMAL (ce qui signifie Espoir, en arabe, le AMAL étant aussi le nom d’un mouvement terroriste islamiste) multiplie les démarches pour faire rouvrir les mosquées et pour en ouvrir de nouvelles en Alsace, et il vient d’organiser un colloque auquel participaient bon nombre d’extrémistes islamistes connus, comme Marwan Muhammad.

La France compte actuellement 147 moquées tablighis, 200 mosquées inféodées aux Frères musulmans, 120 mosquées salafistes et 50 mosquées Milli Gorus (islamisme turc), soit un total de plus de 500 mosquées islamistes. Que l’on « amnistie » la vingtaine de mosquées sanctionnées pendant l’état d’urgence est un très mauvais signal.

Francis Bergeron

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 7 novembre 2017

Gérard Collomb Guerre raciale

Attentat de Marseille : le rapport de l’IGA révèle la guerre raciale dans les centres de rétention

19/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « Guerre raciale », l’expression n’est pas trop forte. Entre clandestins en attente d’expulsion (ou pas), ce n’est pas vraiment le grand amour. Et dans les centres de rétention, l’Etat ne parvient même pas à assurer l’ordre. Telle est une des révélations du rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA) commandé par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb après l’attentat commis à la gare Saint-Charles de Marseille par l’islamiste Ahmed Hamachi, remis en liberté la veille de son double assassinat, faute de place dans le Centre de rétention le plus proche. Extrait du dossier que l’hebdomadaire Minute consacre cette semaine à ce rapport bien plus intéressant qu’on ne l’a dit.

Minute Marseille CouvLa solution, qui aurait permis d’empêcher Ahmed Hanachi de se trouver le lendemain gare Saint-Charles mais n’aurait nullement permis de l’expulser, aurait consisté à le placer quand même dans un centre de rétention administrative (CRA), et c’est parce que cela n’a pas été fait que le préfet du Rhône a sauté. Au CRA le plus proche, celui de Lyon-Saint-Exupéry, il n’y avait pas de place.

Pas tant parce que, ce jour-là, ça se « bousculait au portillon » comme l’a dit un agent du CRA, qu’en raison du fait que, au centre qui est en fait un ancien hôtel F1, « six chambres de quatre places étaient indisponibles », soit 24 places, dans l’attente « de leur remise en état ». Il est donc vétuste ? Ce n’est pas cela : « L’accroissement des dégradations volontaires et des troubles au sein du centre conduisent à l’immobilisation continue d’une part importante des chambres. » (page 20)

L’Etat n’est pas plus capable d’assurer le maintien de l’ordre dans les centres de rétention que dans n’importe quelle banlieue !

L’IGA l’écrit noir sur blanc :

« La plupart des interlocuteurs rencontrés […] ont […] souligné la difficulté la maintenir l’ordre au sein du CRA en raison notamment de tensions entre les retenus originaires d’Europe de l’Est et du Maghreb » !

Eh oui : la guerre raciale, dans notre société multiculturelle, c’est aussi dans l’antichambre des couloirs aériens !

RAPPORT IGA CouvSinon, pour placer Hamachi, il aurait été possible de faire du « place pour place ». Du troc ! Ça semble courant :

« Si elle veut néanmoins procéder à un placement [quand le CRA est plein], la préfecture n’a alors d’autre choix que de négocier avec le CRA une arrivée en échange de la remise en liberté d’un autre retenu dont les perspectives d’éloignement paraissent plus faibles (par exemple s’il n’est pas susceptible d’être rapidement reconnu par les autorités consulaires de son pays). »

Tu me sors un Cap-Verdien, je te file un Marocain ! Ou l’inverse…

En fait, il y avait de la place. Mais des places auxquelles Hamachi n’avait pas accès. Au CRA de Lyon-Saint-Exupéry, ce samedi 30 septembre, seize places étaient libres : douze places réservées pour d’éventuelles familles et quatre places pour des femmes. On a préféré ne pas mettre Hamachi dans le quartier des femmes. Après tout, on a bien fait. On n’a juste pas pensé qu’il pourrait les trouver ailleurs, gare Saint-Charles, le lendemain, à Marseille.

Extrait d’un article de Marc Bertric
paru dans Minute n° 2843 daté du 18 octobre 2017

Attentat islamiste de Marseille : Collomb s’entête dans le déni et la lâcheté

« Cet acte pourrait être de nature terroriste mais à l’heure actuelle nous ne pouvons pas l’affirmer » déclare dimanche Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, qui se refuse à parler d’attentat. (Les deux jeunes femmes ont été égorgées et poignardées aux cris d’Allah Akbar). Qu’avons-nous à attendre d’un gouvernement qui baisse son froc à ce point-là ?

Elles étaient âgées de 17 et 20 ans, elles étaient cousines. Etudiante en deuxième année d’école d’infirmière après deux ans passés en fac de médecine, Laura avait décroché son bac scientifique avec mention en 2014. Elle était à Marseille pour le week-end avec sa cousine, l’autre victime, pour fêter son anniversaire chez des amis, avec quelques jours d’avance. Le 10 octobre prochain, elle aurait eu 21 ans.

En début d’après midi à la gare Saint-Charles de Marseille, l’une a été égorgée et l’autre poignardée dans le dos par un islamiste d’une trentaine d’années qui a crié « Allah Akbar ». Il a été abattu par un militaire de l’opération Sentinelle. L’Etat islamique a revendiqué l’attentat.

Identifié grâce à ses empreintes digitales, le djihadiste est connu des services de police sous huit identités différentes. C’est un clandestin interpellé à plusieurs reprises à Marseille, Toulon et d’autres villes du sud-est de la France pour des vols notamment et des infractions à la législation sur les étrangers.

Complètement amorti, enfermé dans le déni, c’est le comportement du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb qui intrigue le plus et semble relever de la piste psychiatrique. L’ancien maire de Lyon qui a chouchouté le communautarisme dans sa ville, soutenu « l’islam du juste milieu » (celui des Frères musulmans qui n’ont rien de modéré et ont soutenu la candidature d’Emmanuel Macron) et subventionné la mosquée de La Duchère, refuse de voir dans l’islam une menace quelconque. A quel point d’ailleurs est-ce moins inquiétant et moins stigmatisant pour eux que les musulmans (car ces tueurs sont tous musulmans) soient des déséquilibrés sanguinaires plutôt que des terroristes ?

Le procès du frère de Mohamed Merah s’ouvre aujourd’hui même. La tuerie perpétrée par Merah remonte à 2012. Depuis il y a eu les massacres de « Charlie Hebdo », de l’Hyper-Casher, du Bataclan, Hervé Cornara décapité, sa tête accrochée sur une grille, les familles et les enfants écrasés à Nice, l’égorgement du père Hamel et des policiers de Magnanville, les militaires poignardés, la liste est devenue interminable. Six ans de barbarie islamiste sur notre sol. Et qu’est-ce qui a été fait ?

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron et comme nous l’avions annoncé à plusieurs reprises, aucune mesure déterminante n’a été prise contre le danger terroriste islamiste quotidien : ni expulsion des clandestins, ni fermeture des mosquées radicales, ni expulsion des imams salafistes, ni lutte contre l’islamisation et les revendications communautaristes qui gagnent chaque jour du terrain. Mais c’est Marine Le Pen et Gilbert Collard dont on lève l’immunité parlementaire afin de les poursuivre en justice parce qu’ils ont montré les atrocités de Daesh.

Emmanuel Macron s’est dit « en peine avec les familles et les proches des victimes de Marseille ». En peine, En marche. Et en actes c’est pour quand ?

Caroline Parmentier

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 3 octobre 2017

Quand l’État Français bafoue ses propres lois en faveur des Roms (2/2)

24/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Contre la population et contre ses propres lois, L’État français s’obstine à vouloir favoriser l’implantation des Roms en région lyonnaise. Gérald Pichon a mené l’enquête pour NOVOpress. Découvrez aujourd’hui comment l’État contourne la loi en faveur des Roms, les faveurs à l’hébergement qui leur sont accordées et comment l’État reconnaît implicitement leur caractère criminogène.

L’État contourne la loi
De 2011 à 2014, alors que les Roms (le plus souvent de nationalités roumaine ou bulgare) ne pouvaient pas travailler en France, le préfet de Rhône-Alpes et du Rhône de l’époque, Jean-François Carenco, et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) « imaginent un système qui leur donne ce droit. »
L’Etat va leur octroyer un titre de séjour, des droits sociaux, un accès illimité au marché du travail et un hébergement provisoire en contrepartie de plusieurs engagements.
Coût total du dispositif Andatu : 2 650 000 euros, financés par l’État, le Fonds social européen, le Grand Lyon et la fondation Abbé Pierre. Il a coûté au Conseil Général 814 000 euros de RSA.

Le nombre :
En 2013, le département du Rhône comptait 2 000 Roms (Bulgares ou Roumains en majorité) et 4 347 demandeurs d’asile.
Ce nombre ne cesse d’exploser avec une augmentation de 67 % des demandeurs d’asile en un an en 2013. Les Roms seraient 17 000 en France. (Le Progrès, 19/01/2014)

Dix-neuf squats à Lyon
En mars 2015, le maire de Lyon indiquait qu’il existait « sur le territoire de la ville de Lyon 19 squats » et qu’il ne voulait « pas encourager les squatters, il n’y aura pas de régularisations. » (Le Progrès, 17/03/2015)
Lire la suite

Quand l’État Français bafoue ses propres lois en faveur des Roms (1/2)

24/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Contre la population et contre ses propres lois, L’État français s’obstine à vouloir favoriser l’implantation des Roms en région lyonnaise. Gérald Pichon a mené l’enquête pour NOVOpress. Découvrez aujourd’hui en quoi les Roms en sont pas inexpulsables, contrairement à ce que prétendent certains et comment l’État contourne ses lois en leur faveur. Demain, suite de l’enquête avec les faveurs à l’hébergement et comment l’État reconnaît implicitement le caractère criminogène des Roms.

Le préfet de Rhône-Alpes, Michel Delpuech, s’obstine à imposer l’installation de cent soixante Roms à Saint-Genis-les-Ollières. Plus grave, cet acharnement découle d’un refus de l’Etat de respecter sa propre Constitution et ses propres lois, alors que la présence de plusieurs milliers de Roms dans l’agglomération lyonnaise pose déjà des problèmes majeurs, qui pourraient être résolus si la préfecture faisait preuve de volonté politique au lieu de les aggraver.

1/Les Roms, des citoyens européens inexpulsables ?
Avec les Roms, l’État contourne ses propres lois et n’applique même pas les directives européennes. Ainsi, la législation de l’Union européenne interdit aux ressortissants européens de vivre uniquement de prestations sociales du pays d’accueil ! Or, actuellement, des milliers de Roms de nationalités roumaine ou bulgare n’ont pour ressources officielles que les prestations sociales versées par l’État.

Que faire pour conserver votre droit de séjour ? Comment conserver votre droit de séjour ?
Vous et les membres de votre famille conservez le droit de séjour tant que les conditions auxquelles il est subordonné sont remplies. Vous pouvez ainsi perdre votre droit si vous ne travaillez plus, si vous n’avez plus le statut de travailleur salarié ou si vous terminez vos études et ne disposez pas de ressources suffisantes pour couvrir votre séjour.

Devenir une charge pour le système d’assistance sociale peut compromettre votre droit de séjour.
Si votre droit de séjour dépend du fait que vous disposiez de ressources suffisantes pour ne pas devenir une charge pour le système d’assistance sociale de l’État membre d’accueil (notamment lorsque vous n’exercez pas d’activité économique), il peut être annulé dès que vous devenez une charge déraisonnable pour le système d’assistance sociale. Ceci ne signifie pas que vous ne pouvez pas demander une assistance sociale dans cet État si vous en avez besoin.
Vous avez le droit de bénéficier des prestations d’assistance sociale dans les mêmes conditions que les ressortissants de l’État membre d’accueil. Cependant, l’État membre d’accueil est autorisé à vérifier les circonstances de votre demande. Il peut examiner si votre besoin d’assistance résulte de difficultés temporaires. Il tiendra compte de la durée de votre séjour, de votre situation personnelle et du montant des prestations d’assistance sociale octroyées. Si l’État membre d’accueil conclut que vous êtes devenu une charge déraisonnable pour son système d’assistance sociale, il peut procéder à votre éloignement. Cependant, cette mesure d’éloignement ne peut en aucun cas être la conséquence automatique du recours au système d’assistance sociale.
Extrait de « Circuler et séjourner librement en Europe » de la Commission européenne, Direction Générale Justice.

La quasi-majorité des Roms est expulsable : l’exemple du squat boulevard Yves Farges
Dans ce squat fermé en avril 2015, 70 % des adultes sont en situation irrégulière et sont donc expulsables ! Selon les propres chiffres de la préfecture, sur les 90 adultes, « 62 personnes sont en situation irrégulière dont 25 s’étaient déjà vu notifier une décision d’obligation de quitter le territoire français, trois avaient bénéficié d’une aide au retour et 34 ne se sont jamais manifesté auprès des services de la préfecture. ». (« 62 personnes en situation irrégulière selon la Préfecture », Le Progrès 16/04/2015)

roms_evacues_d_un_campement_sauvage

Et quand les demandeurs d’asile, le plus souvent des Roms, voient leurs demandes rejetées (75 %), sont-ils expulsés ? « La préfecture refuse là aussi de donner les chiffres. Certains se maintiennent dans les Cada et chambres d’hôtel. On sait, par ailleurs, que tous les pays ne reconnaissent pas leurs ressortissants, de sorte qu’ils peuvent se maintenir sur le territoire français. Depuis l’arrivée de François Hollande, les familles ne sont plus astreintes à résider dans les centres de rétention administrative, mais “assignées à résidence” dans leur logement. Si le jour du départ forcé, un enfant manque à l’appel, la famille n’est pas au complet, elle est inexpulsable. Des personnes, dont certaines rejoignent ensuite les squats et campements… Un peu comme si la France jouait à cache-cache avec ses candidats au séjour. Et vice-versa. » (Le Progrès, 29/05/2013)

« On peut sans doute garder dans notre pays un certain nombre de Roms, cela demandera un énorme travail social.
Gérard Collomb, maire de Lyon

Gérald Pichon

Gérard Collomb, fédéraliste d’opportunité ?

Gérard Collomb, fédéraliste d’opportunité ?

21/07/2012 – 08h00
LYON (NOVOPRESS LYON) — Le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb (photo ci-dessus) – à l’occasion des prémices des consultations sur la suppression du cumul des mandats politiques –, s’est dit opposé à une telle interdiction. En effet, cette interdiction le pousserait à choisir entre son mandat de sénateur, de maire, de président de communauté urbaine, de président du Pôle Métropolitain… Il apparaît donc que cette interdiction le priverait de nombreux avantages et différents pouvoirs.

Dès lors, M. Collomb, fervent défenseur du modèle jacobin jusqu’à présent, s’oppose à l’interdiction du cumul du mandat, en raison notamment de son utilité au regard des liaisons avec tout le territoire. Il reconnait être dans “un Etat hyper-jacobin où les décisions se prennent à Paris”, arguant alors la nécessité de préserver son mandat national pour peser.

Il a également proposé de s’inspirer du modèle fédéral allemand disposant d’un parlement national et d’un parlement local : “Réfléchissez plus large et regardez ce qu’il se passe en Allemagne où il y a le Bundestag et les Bundesrat”. Les intérêts et les particularités de tous les territoires sont pris en compte.

Cependant, ces propositions fédérales ne semblent pas prévues au programme du gouvernement socialiste attaché à l’unité et l’indivisibilité de la France. Quant à la règle d’interdiction du cumul des mandats, elle semble bien au programme comme l’attestent les choix récents des ministres entre leur mandat local et national.

Crédit photo : Christelle Viviant/Wikipédia sosu licence CC.