Avortement et Hollywood : Clint Eastwood ne cède pas au terrorisme intellectuel

Le réalisateur de La Mule ne semble pas se préoccuper des protestations de ses collègues acteurs et réalisateurs à propos de la loi du «battement de cœur». Cet arrêté extrêmement sévère sur l’avortement a été signé par le gouverneur républicain de Géorgie Brian Kemp en mai dernier, entraînant une grande vague de protestation.

Plusieurs dizaines de célébrités du cinéma américain, dont Ben Stiller (Zoolander), Alec Baldwin (Beetlejuice) et Alyssa Milano (Charmed), lui ont écrit, le prévenant qu’elles ne pourraient plus travailler «en toute conscience» en Géorgie si la loi était promulguée. Une énorme perte pour l’État qui est devenu au fil des années une destination populaire pour les tournages.

Clint Eastwood n’a pas l’intention de pas prendre part à ce mouvement et semble bien décidé à tourner son nouveau film The Ballad of Richard Jewell dans cette région. Une décision motivée par le réalisme qu’il veut insuffler à son œuvre. Un porte-parole de la Warner Bros a déclaré à IndieWire: «Nous avons pris la décision de raconter cette histoire fascinante – basée sur des personnes et des événements réels – dans les lieux où elle a eu lieu, c’est-à-dire à Atlanta et ses environs. Comme toujours, nous avons travaillé en étroite collaboration avec nos partenaires de production pour déterminer comment et où tourner ce film, afin de refléter au mieux l’authenticité du récit.»

Texte repris du site lesalonbeige.fr

La France, pays de cocagne de la mafia géorgienne

La France, pays de cocagne de la mafia géorgienne

30/12/2013 – 15h30
PARIS (NOVOpress) –
Le rapport confidentiel du Service de renseignement et d’analyse sur la criminalité organisée (Sirasco) du commissaire Dimitri Zoulas, créée par « la direction centrale de la police judiciaire » pour « recueillir, centraliser et analyser les informations sur la criminalité organisée en France », a fait grand bruit dernièrement car il montrait l’emprise croissante des bandes criminelles étrangères sur le territoire français.

Un passage du rapport n’a pas retenu toute l’attention qu’il méritait : « Des lois d’amnistie adoptées en Géorgie en 2005 et 2013 pour les voleurs non reconnus comme mafieux en échange de leur départ du territoire ont entraîné un déploiement massif de criminels en Europe ». Résultat : la France est devenu l’un des terrains de prédation de la mafia géorgienne (Les voleurs dans la loi) et les mis en cause d’origine géorgienne ont augmenté de 78 % en 2012 ! En 2011, 1.500 Géorgiens avaient été interpellés en France.

Lire la suiteLa France, pays de cocagne de la mafia géorgienne

Russie/Géorgie : Tbilissi se dit favorable à une reprise du dialogue

Mikhaïl Saakachvili est à droite de la photo, aux côtés de George W. Bush. Crédit photo : Eric Draper/White House via Wikipédia (cc)

22/01/2013 -16h00
STRASBOURG (NOVOpress) – Lors d’un déplacement à Strasbourg ce lundi 21 Janvier, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili (photo ci-dessus) a déclaré devant les journalistes qu’il était ouvert à la reprise des contacts avec la Russie. « Nous sommes toujours ouverts à tout contact et ce, à tous les niveaux avec les dirigeants russes », a indiqué M.Saakachvili, ajoutant qu’il était urgent pour les deux voisins d’aborder des problèmes vitaux.

Lire la suiteRussie/Géorgie : Tbilissi se dit favorable à une reprise du dialogue

[Tribune libre] Nouvelles de Russie – 15/07/2012 – Par Xavier Moreau

Nouvelles de Russie - 15/07/2012 - Par Xavier Moreau

Un article du Figaro permet d’entrevoir ce qui attend les démocrates géorgiens, à l’occasion des prochaines législatives dans leur pays. Les leaders d’opposition, qui ne seront pas en prison ou en exil, seront pourchassés comme des agents russes, par Mikhaïl Saakachvili et sa police politique. Le dictateur stalinophile avait déjà réprimé le printemps géorgien dans le sang, en mai 2011, avec la bénédiction de nos démocrates occidentaux. Les autobus, qui devaient amener les protestataires de toute la Géorgie jusqu’à Tbilissi, avaient été bloqués, et après la mort de quatre manifestants, les habitants de Tbilissi avait cédé à la répression policière. L’auteur de l’article, Isabelle Lasserre, rejoint là une tradition journalistique française, inauguré dans les années 20, qui consistait à passer sous silence les meurtres commis par les prédécesseurs géorgiens de Mikhaïl Saakachvili : Staline, Ordjenikidze ou Beria. La journaliste sombre enfin dans le burlesque, tandis qu’elle entreprend de nous expliquer, que les Russes envieraient la « réussite géorgienne ». Isabelle Lasserre est donc soit incompétente, soit corrompue, soit elle n’a jamais mis les pieds en Géorgie en dehors de Tbilissi. Entre Pierre Avril, correspondant à Moscou, Pierre Rousselin le « géopoliticien » de la rédaction, et Isabelle Lasserre, on comprend mieux les difficultés financières du quotidien.

Accord de Genève

Les occidentaux viennent d’inventer une nouvelle norme pour les traités internationaux “la déclaration implicite”. Il s’agit d’une condition dans un traité, qui n’est pas écrite, mais sur laquelle tous les signataires sont sensés s’être mis d’accord… sans doute par télépathie. Nous évoquons là, bien entendu, la question du départ du Président Assad. Les malheureux Russes et Chinois qui tentent de reconstruire le droit international sur des bases objectives et rationnelles n’ont pas fini de souffrir face aux sophismes occidentaux.

La Russie laboratoire de lutte contre la subversion orange

Le gouvernement russe s’attaque à l’un des piliers de l’influence américaine. Les ONG constituent en effet, avec les mafias et les extrémismes politiques ou religieux, un des piliers fondamentaux de l’action du département d’État. Qualifier juridiquement d’ « agent étranger » les ONG, qui reçoivent des fonds de l’étranger, est un progrès remarquable, qui contribuera à protéger la démocratie russe des opérations de déstabilisation. Il serait d’ailleurs souhaitable, que la France se dote d’une législation semblable, afin de rendre transparente l’influence américaine dans nos banlieues ou dans nos programmes scolaires.

Tremsa

Nous évoquions récemment la proximité des média-mensonges de la campagne au Kosovo, en 1999, avec ceux de la campagne contre la Syrie. Le dernier exemple est celui de Tremsa, qui est la copie conforme de Racak, dans le sens où une défaite militaire des terroristes de l’UCK, fut suivie par la mise en scène du massacre avec les corps des combattants. Au Kosovo, le chef de l’OCSE sur place et agent américain, William Walker, avait pu se permettre de menacer le médecin légiste finlandais qui ne croyait pas à la fable albano-américaine. Ce fut une époque bénie pour les démocrates américains… époque qui prit fin avec l’arrivée de Vladimir Poutine.

Xavier Moreau

[box class=”info”] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Crédit photo : Vladimir Fofanov, via Sxc, licence utilisation non-commerciale.