Premiers tests réussis pour le porte-avions chinois

Premiers tests réussis pour le porte-avions chinois

31/08/11 20h00
PEKIN (NOVOpress)
– Le premier porte-avions chinois, construit sur la base du porte-aéronefs soviétique Varyag, a subi avec succès, au cours du mois d’août, ses premiers essais en mer.

C’est le porte-parole du ministère chinois de la Défense, Yang Yujun, qui a révélé ces informations en déclarant notamment :« La construction d’un porte-avions constitue un projet à long terme qui consiste notamment à effectuer une série de tests et d’exercices. Les essais en mer, qui ont récemment eu lieu, ont réussi ».

Mis en chantier en Union soviétique, ce bâtiment de guerre a été vendu inachevé à la Chine par l’Ukraine en 1988 et remorqué jusqu’au port de Dalian. Depuis 2005, Pékin a entamé les travaux visant à achever sa construction et à concevoir des avions embarqués.

Ce projet avait suscité une certain inquiétude des autorités américaines, voyant d’un mauvais œil le développement de la force militaire chinoise et s’interrogeant sur « l’utilité » de ce projet.

Cependant, selon les spécialistes, il faudra encore plusieurs années pour compléter l’armement du navire avant de le mettre en exploitation.

“Chronique du choc des civilisations”, entretien avec Aymeric Chauprade [audio]

"Chronique du choc des civilisations", entretien avec Aymeric Chauprade [audio]

31/08/2011 – 12h30
PARIS (NOVOpress) – Deux ans après la première parution de la “Chronique du choc des civilisations”, qui dressait de façon brillante un panorama de géopolitique mondiale, Aymeric Chauprade enrichit, peaufine et réactualise son analyse en 2011. Ce livre avait, à l’époque, valu à M. Chauprade, alors professeur de géopolitique au Collège interarmées de défense, une révocation expresse sous décision du ministre de la Défense, Hervé Morin.

De profonds bouleversements touchent actuellement de nombreuses nations et civilisations y compris les grandes puissances mondiales. Le XXIème siècle sera-t-il celui des identités ? Quelle place dans le monde pour l’Afrique , pour l’Asie, pour l’Amérique ? Quel avenir pour l’Europe ?
Ce sont à ces questions qu’Aymeric Chauprade tente de répondre dans son ouvrage, dont il nous livre les premières analyses au micro de Novopress .

Propos recueillis par Yann Vallerie

[MEDIA not found]

Turquie : Erdogan décapite l’armée

Turquie : Erdogan décapite l'armée

02/08/2011 – 12h00
ANKARA (NOVOpress) — Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a finalement réussi à mettre hors-jeu la direction kémaliste de l’armée. Il n’y a maintenant pratiquement plus d’obstacle à l’islamisation complète des quelques 75 millions de Turcs. Les Européens ont toutes les raisons de s’en inquiéter.

Une islamisation durable

Un vent nouveau souffle sur la Turquie depuis que Recep Erdogan et son parti d’obédience islamique, l’AKP, est arrivé au pouvoir. La liberté de la presse a été massivement restreinte. Les expressions indésirables ont été mises à l‘index : 138 mots ne peuvent plus être employés sous peine de poursuites. Des écoutes téléphoniques clandestines précèdent désormais l’arrestation d’opposants et de simples auteurs de critiques à l’encontre de la ligne politique suivie par le gouvernement. Des pratiques qui rappellent bien plus les despotismes orientaux que les démocraties européennes.

Jusqu’à vendredi dernier, l’armée restait profondément ancrée dans la tradition du fondateur de la Turquie moderne, Kemal Atatürk. Elle se considérait comme un facteur de stabilisation de la politique intérieure et comme un rempart contre toute atteinte à la laïcité. Et elle l’a fait savoir plusieurs fois : les généraux ont fomenté pas moins de quatre putschs contre le gouvernement depuis 1960. Mais c’est maintenant de l’histoire ancienne. Depuis sa prise de fonction, Erdogan n’a eu de cesse de poursuivre les kémalistes en justice, avec une grande sévérité et sans grand égard pour l’État de droit. 42 généraux se trouvent désormais en prison. Ils se voient reprocher d’être impliqués dans des complots visant à renverser le régime.

C’est à cause du sort de ces derniers qu’un contentieux est né entre Erdogan et le commandement de l’armée à propos de la promotion de militaires emprisonnés tant que ceux-ci ne sont pas condamnés. Le gouvernement exigeait que les personnes arrêtées soient mises à la retraite d’office et a fait preuve d’une sévérité accrue en obtenant du procureur général des mandats d’arrestation à l’encontre de 22 officiers de plus. Le litige s’est terminé vendredi par la démission du chef de l’état-major Isik Kosander et du commandant en chef des forces armées.

Erdogan, un nouveau sultan ?

Au cours des neuf dernières années, Erdogan n’a pas réussi à complètement effacer l’héritage d‘Atatürk. Mais il l’a fait fortement reculer. L’orientation laïque en direction de l’Occident a fait place à une orientalisation croissante de la société. Non seulement d’un point de vue culturel, mais encore d’un point de vue politique. C’est ainsi que la Turquie a pris part à la « flotte humanitaire » destinée à la bande de Gaza, dirigée contre l’État d‘Israël. Une action qui menaçait de répandre un incendie dans cette région traversée de tensions et de nombreuses inimitiés. Une adhésion du pays à l’UE doit, dans ce contexte, apparaître de plus en plus irréaliste à la commission et aux gouvernements des pays membres. Les plans hégémoniques d’Erdogan laissent supposer que son pays et lui-même se voient plutôt dans la tradition de l’empire ottoman disparu. La décapitation de l’armée ne fait qu’étayer cette hypothèse.

Les relations France-Russie sous la loupe d’un expert (1ère partie) [vidéo]

Les relations France-Russie sous la loupe d’un expert (1ère partie)

Xavier Moreau, co-fondateur et directeur d’un cabinet de conseil pour les entreprises françaises, correspondant pour la CEI du site internet, www.realpolitik.tv, se penche sur les relations économiques et politiques entre la France et la Russie dans une interview accordée à la correspondante de RIA Novosti, Flora Moussa, le 21/07/2011. Concernant l’avenir de la Russie Xavier Moreau indique que le principal risque est le risque démographique [surtout natalité insuffisante] mais pour lequel la politique entamée en 2005 commence à donner de très bons résultats.

À propos de l’auteur, Xavier Moreau. Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d’un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d’une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 10 ans, travaillant également sur l’Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.

[box class=”info”] Source : Realpolitik.tv[/box]

Assad Abou Khalil : « La couverture médiatique de la situation syrienne ? Sensationnel et propagande »

Bashar al Assad

28/06/2011 – 10h30
PARIS (Info Syrie) – Voici la traduction d’un texte paru sur le blog d’Assad Abou Khalil, citoyen libano-américain et professeur de sciences politiques à l’université de l’État de Californie. Dans ce texte, Assad Abou Khalil, tout en affichant clairement son opposition au régime syrien, revient sur les falsification des médias occidentaux sur la Syrie, et tente d’analyser les raisons de cet aveuglement ou de cette mauvaise foi. Il s’efforce de faire la part des choses entre les diverses propagandes, et reconnaît le soutien de « beaucoup de Syriens » au pouvoir de Bachar al-Assad. Il met en lumière aussi le rôle-moteur de la chaîne qatari Al Jazeera dans le travestissement des faits.

Lire la suiteAssad Abou Khalil : « La couverture médiatique de la situation syrienne ? Sensationnel et propagande »