Un plan spécial « anti-Marine » pour les troupes de Jean-Luc Mélenchon

Un plan spécial « anti-Marine » pour les troupes de Jean-Luc Mélenchon

28/08/11 – 17h00
GRENOBLE (NOVOpress)
– Qui est l’adversaire principal du « Front de Gauche » de Jean-Luc Mélenchon ? Le capitalisme ? Le « système » ? La banque ? Les exploiteurs ? Non, c’est Marine Le Pen !

En effet, réunis à Grenoble pour leur rentrée, les militants du Parti de Gauche ont planché en atelier spécial sur les moyens d’enrayer la progression de Marine Le Pen.

Il est vrai que Jean-Luc Mélenchon avait prévenu: «Mon adversaire, c’est elle».

Etrange sens des priorités à l’heure de la crise économique et de la précarisation des classes populaires et moyennes, mais c’est avec beaucoup d’attention qu’une centaine d’adhérents, carnets de notes et stylos en mains, ont planché sur le thème: «Comprendre et lutter contre le FN de Marine Le Pen».

Accusée de « chasser » sur des terres qu’ils croient leur être réservées avec son patriotisme social, Marine est donc la cible numéro un des membres de Front de Gauche qui souhaitent « mettre davantage en avant le fait que dans la vie sociale économique et politique de notre pays il y a eu un apport considérable des étrangers dans notre histoire passée, présente et future».

Un discours qui ressemblent étrangement à celui du Medef qui appelle des ses vœux de nouvelles vagues d’immigration pour « soutenir » l’économie.

Le Bloc comme sujet de roman pour Jérôme Leroy ?

Le Bloc comme sujet de roman pour Jérôme Leroy ?

22/08/2011 10h00
PARIS (NOVOpress) – Le 6 octobre prochain, dans la fameuse collection la Série noire (qui malheureusement tient plus désormais de la police de la littérature que de la littérature policière) sortira le nouveau roman de Jérôme Leroy : Le Bloc. Paradoxalement, ce roman ne parle pas du Bloc Identitaire, mais en réalité traite du FN et de Marine Le Pen. Cependant, au vu de certains éléments qui décrivent l’ouvrage, le Bloc Identitaire aurait bien inspiré l’auteur d’où peut-être aussi le choix du titre.

L’histoire est basée sur la négociation d’une femme dirigeante d’un parti de la droite nationale avec le pouvoir pour obtenir des postes ministériels, et de l’amitié suivie de la trahison à cause des négociations entre deux proches de la dirigeante du parti.

Jérôme Leroy, écrivain et chroniqueur pour le magazine Causeur, reprend ainsi le chemin du nouveau roman policier français, où par exemple Manchette et Fajardie font cohabiter réalité politique et sociale et intrigue policière.

“La droitisation que l’on voit actuellement vient du Bloc Identitaire” [vidéo]

"La droitisation que l'on voit actuellement vient du Bloc Identitaire"

Dans l’émission “C dans l’air” de France 5 du 3 août, l’historien des idées et politologue, Stéphane François, indique que dans la vie politique et la société “la droitisation que l’on voit actuellement ne vient pas du FN, elle vient plutôt du Bloc Identitaire avec “les opérations apéro pinard-saucisson, la polémique sur la prière dans le quartier de la Goutte-d’Or, etc.”

Il insiste aussi sur l’influence des Identitaires sur le plan locorégional en citant par exemple Nice : “Estrosi est carrément embêté avec” Nissa Rebela, “et Vardon est vraiment très fort de ce point de vue là”.

Pour Nissa Rebela, les Niçois en ont assez d’être un simple enjeu dans la carrière parisienne d’Estrosi

Pour Nissa Rebela, les Niçois en assez d'être un simple enjeu dans la carrière parisienne d'Estrosi

29/07/2011 08h00
Nice (NOVOpress) –
Alors que les problèmes ne cessent de s’accumuler dans sa ville, le maire de Nice, Christian Estrosi, préfère jouer les chevaliers blancs de l’anti-Front national en organisant un réunion publique le 11 septembre prochain contre les journées d’été de Marine Le Pen qui se tiendront tenant à Nice cette période-là.

Pour Nissa Rebela, “Les Niçois en ont assez d’être un simple enjeu dans le plan de carrière parisien d’Estrosi, qui ne cherche ici qu’à faire une ridicule démonstration de force. Non pas face à Marine Le Pen, mais en réalité dans un enjeu interne à son parti. Christian Estrosi est dans un conflit ouvert avec Jean-François Copé et n’a pas manqué de rappeler ces derniers jours qu’il dirigeait la deuxième fédération UMP de France.”

De plus, “si le maire de Nice avait vraiment voulu jouer la confrontation, il pouvait profiter du passage de Marine Le Pen pour lui proposer un débat
qui aurait certainement intéressé de nombreux Niçois. Mais quand on songe qu’il fuit ne serait-ce que quand il nous croise sur un marché et que notre présence au Conseil municipal (voir encore la semaine dernière…) est toujours vécue avec angoisse, il y avait peu de chances qu’il se lance dans une telle aventure”
, précise Nissa Rebela.

D’autant que “les Niçois savent bien comment l’UMP remplit ses réunions. Quand on attribue des marchés, quand on subventionne des associations, et surtout quand on dirige les trois principales collectivités locales (ville de Nice, département, Communauté urbaine), on ne peine pas à trouver du monde pour occuper les chaises, fussent-ils des employés. Tout le monde ici sait bien que dans le cadre des meetings de l’UMP il ne faudrait pas parler d’invités, mais plutôt de ‘convoqués’”, indique Nissa Rebela.

Nissa Rebela voit quand même un motif à se “réjouir” de cette “gesticulation grotesque” de Christian Estrosi. En effet, “Estrosi ne pourra pas se rendre à New York pour les commémorations des attentats du 11 septembre 2001. Rappelons que son déplacement dans cette ville en janvier 2008 avait coûté 138 000 euros aux contribuables !”

Influence des Identitaires : La Droite Populaire est-elle républicaine ? (Actualisé)

Influence des Identitaires : La Droite Populaire est-elle républicaine ?

[box class =”warning”]Après la presse, les politiques. Le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) n’apprécie guère l’initiative des élus de la Droite populaire, c’est peu dire. A tel point que le MJS a publié un communique intitulé : “La Droite populaire : les idées, les méthodes et la xénophobie  du Bloc identitaire.” (sic)[/box]

Extraits : “En proposant de fêter ‘dignement’ la fête nationale avec du saucisson et du vin rouge comme symbole des traditions françaises, la Droite populaire sous-entend, comme l’avait fait le Bloc identitaire, que ceux qui ne boivent pas d’alcool où ne mangent pas de porc ne seraient pas de bons français.” (sic)

[box class=”info”]11/07/2011 – 16h10 Décidément, l’apéro saucisson-pinard de la Droite populaire fait parler de lui. C’est désormais “Le Point“, le “Nouvel Obs” et le site eitb.com qui consacrent des articles à cet événement. En particulier pour évoquer les remous internes à la Droite populaire. Christian Vanneste ayant du mal, semble-t-il, à digérer ce saucisson…[/box]

Extraits (Le Point) : “‘Ceux qui ont des haut-le-coeur prendront des digestifs !’ Lionnel Luca est ‘mort de rire’ à la lecture des réactions de la ‘police de la pensée’  sur la dernière initiative du collectif de la Droite populaire : un ‘apéritif saucisson-vin rouge pour fêter dignement la fête nationale’, à l’occasion du premier anniversaire de ce groupe de députés au sein de l’UMP. Il y a un an environ, le Bloc identitaire et Riposte laïque avaient eux-mêmes organisé un ‘apéro saucisson-pinard’, comme le rappelle Le Monde, provoquant un tollé médiatique. Alors, une provocation de plus envers la communauté musulmane pour la Droite populaire ? ‘Non, sûrement pas !’, s’emporte Lionnel Luca ravi de constater la publicité faite autour du collectif qu’il a cofondé avec Thierry Mariani à l’été 2010.”

[box class=”info”]11/07/2011- 15h00 – Après “Droite(s) Extreme(s)”, “Atlantico” et le blogueur Koz, les “Inrocks” reviennent également  sur l’apéro saucisson-pinard de la Droite populaire en faisant réagir Pierre Cassen et Fabrice Robert.[/box]

Extraits : “L’écho rencontré par les propositions du Bloc identitaire chez certains parlementaires UMP fait en tout cas le bonheur de Fabrice Robert : ‘On sert souvent d’aiguillon idéologique. Je me souviens de la manière dont était évoquée notre action l’an dernier, la dénonciation par la presse, l’idée que nous étions des provocateurs. En quelques mois la donne a bien changé, nos idées sont reprises par une partie de la classe politique. On l’a déjà vu lors du débat sur l’islam organisé par l’UMP ou quand Claude Guéant s’est opposé aux prières de rue à Nice. Plus les forces politiques reprennent nos thématiques, plus l’identitarisation des esprits avance.’”

[box class =”info”]11/07/2011 – 12h50 – Après “Atlantico” et Koz (voir ci-dessous), c’est au tour du blog droite(s) extreme(s) associé au “Monde” de s’offusquer des rapports entre la Droite populaire et les Identitaires. Pour preuve l’article intitulé “Quand les durs de l’UMP s’inspirent du Bloc identitaire”. Extraits [/box]

“Drôle de façon de fêter un anniversaire. Pour sa première année d’existence, le collectif de députés de la ‘droite populaire’, l’aile ‘dure’ de l’UMP, a décidé d’organiser le 12 juillet, un ‘apéritif saucisson-vin rouge’, au salon Gabriel de l’Assemblée nationale. Une forme de clin d’oeil à ‘l’apéro saucisson-pinard’ organisé le Bloc identitaire et Riposte laïque le 18 juin 2010 et qui avait défrayé la chronique”.

“Un peu plus tard, en octobre 2010 cette fois, Elie Aboud, député UMP de l’Hérault et membre de la ‘Droite pop’ s’était rapproché des identitaires dans le cadre du soutien à René Galinier – ce septuagénaire qui a blessé par balles deux cambrioleuses, et qui fut incarcéré du 5 août au 13 octobre 2010. Elie Aboud, était allé le visiter en prison à la demande d’un comité piloté par Richard Roudier, un cadre du Bloc”.

[box class=warning]Pour le blogueur Koz, également repris par Atlantico, c’est la mauvaise (bien sûr !) influence des Identitaires sur La Droite Populaire qui ferait poser la question “La Droite Populaire est-elle républicaine ?”. Un nouvel hommage au rôle d’éveilleurs de peuple des Identitaires pour la résistance française et européenne.[/box]

La « droite populaire » est-elle républicaine ?

Les membres du Collectif La Droite Populaire ne sont pas stupides. La prudence et une forme d’éducation chrétienne m’interdisent de le supposer. Ils perçoivent donc les implications de leurs initiatives, et les assument. La question du républicanisme se pose dès lors aujourd’hui et elle se pose à l’UMP.

L’UMP a toujours mis en avant le caractère non républicain du Front National pour rejeter l’idée d’alliances avec cette formation : est-ce pour en couver un ersatz en son sein même ?

Cette question doit aussi inquiéter ceux qui se sentent ou ont pu se sentir naturellement représentés par l’UMP, parce qu’il est lassant autant que sidérant de voir la première formation politique du pays, le parti majoritaire, être pris en otage par un groupuscule identitaire, et sommaire.

L’image ci-contre est le communiqué de presse envoyé à toutes les rédactions françaises afin de célébrer le premier anniversaire de ce funeste collectif. La Droite Populaire y convie la presse à un « apéritif saucisson vin rouge afin de fêter dignement la fête nationale ».

Chacun aura fait le lien avec les opérations saucisson pinard goûtées par les identitaires et autres extrémistes. […]

[box class=info]Source et suite de l’article sur Koztoujours ou sur Atlantico[/box]