Marine Le Pen et Aymeric Chauprade sur Radio Courtoisie

Marine Le Pen et Aymeric Chauprade sur Radio Courtoisie

21/05/2014 – PARIS (NOVOpress) – Lundi soir, dans les studios de Radio Courtoisie, Henry de Lesquen recevait – entre autres personnalités – Marine Le Pen, présidente du Front national, Nicolas Bay, secrétaire général adjoint du Front national et Aymeric Chauprade, géopolitologue, candidat aux élections européennes en Ile-de-France. L’émission, d’une durée de 3 heures, est disponible à l’écoute sur le site de Radio Courtoisie : radiocourtoisie.fr

Montebourg bientôt au FN ? Patriotisme et protectionnisme, ou… électoralisme ?

Montebourg bientôt au FN ? Patriotisme, protectionnisme ou électoralisme

Montebourg bientôt au FN ? Patriotisme, protectionnisme ou électoralismeMontebourg est-il sincère ? Difficile à dire. Sa ligne de conduite est de toute façon intenable. Il prône officiellement un patriotisme industriel proche du retour au protectionnisme. Il est sur une ligne plus bleue marine que rose. Comment pourrait-il rester longtemps dans un gouvernement mondialiste à la botte de Bruxelles ? Sauf si ses coups de menton sont purement de circonstances et électoralistes. Montrer que la France défend ses intérêts nationaux stratégiques face aux américains et à Bruxelles à 10 jours des européennes, cela est tout de même troublant. Finalement dans le décret Montebourg, rien de choquant.

Le gouvernement français brandit l’étendard du patriotisme économique en se dotant d’une nouvelle arme qui pourrait lui permettre de bloquer les visées étrangères sur Alstom, et notamment celles de General Electric qui veut racheter le pôle énergie du fleuron industriel français. Un décret, publié jeudi dans le Journal officiel, étend notamment à l’énergie et aux transports le mécanisme de protection des entreprises stratégiques contre les appétits étrangers, faisant de l’Etat français l’arbitre des négociations entre Alstom et les prétendants à un rachat partiel du groupe. « Le choix que nous avons fait, avec le Premier ministre, est un choix de patriotisme économique », a déclaré le ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, dans un entretien au Monde. « Ces mesures de protection des intérêts stratégiques de la France sont une reconquête de notre puissance » ajoute-t-il.

Lire la suiteMontebourg bientôt au FN ? Patriotisme et protectionnisme, ou… électoralisme ?

Sondage/Européennes 2014 : le FN à 25 %… seulement ?

Sondage/Européennes 2014 : le FN à 25 %… seulement ?

17/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
De nombreux enseignements sont à tirer du dernier sondage CSA paru à 10 jours des européennes. Et pas forcément ceux actuellement relayés par les médias.

Selon cette étude, le FN obtiendrait 25 % des votes le 25 mai et creuserait l’écart avec l’UMP (21 % ) et le PS (18 %). Un chiffre que la presse a rapidement mis en corrélation avec la forte abstention prévue, puisque ce même sondage indique que le taux de participation devrait difficilement atteindre les 40 %. FN haut – abstention haute : les discours anti-frontistes voyant un lien de cause à effet entre ces deux phénomènes semble déjà tout préparés pour le soir du 25 mai. Un constat pourtant bien éloigné de la réalité.

Intéressons-nous ainsi à la page 9 du même sondage CSA – dont le contenu détaillé est disponible sur le site de l’institut – où figure une étude très parlante sur le potentiel de participation aux européennes en fonction de l’orientation politique. Les sympathisants de droite seraient 43 % à aller voter, soit un taux légèrement inférieur à celui des électeurs de gauche (45 %) mais bien supérieur à ceux du Front National puisque seulement 36 % des partisans FN compteraient aller voter le 25 mai. Une baisse qui s’explique notamment par le faible taux de participation à prévoir chez les ouvriers (19 %) et les jeunes (24 %), deux tranches de l’électorat traditionnellement favorables au vote Front national.

Lire la suiteSondage/Européennes 2014 : le FN à 25 %… seulement ?

Livre : Pierre-André Taguieff s’attaque à “l’antilepénisme ordinaire”

Livre : Pierre-André Taguieff s'attaque à "l'antilepénisme ordinaire"

PARIS (NOVOpress) – Les éditions du CNRS publient aujourd’hui « Du diable en politique », le nouvel ouvrage du sociologue et politologue Pierre-André Taguieff, connu notamment pour ses travaux sur le racisme, la judéophobie et le courant dit de la « Nouvelle Droite ». Dans ce livre, qui s’annonce fort peu « politiquement correct », l’auteur s’attaque au traitement politico-médiatique du Front national et de ses dirigeants, le qualifiant de « phénomène de diabolisation où l’anathème et la condamnation morale ont remplacé toute tentative de débat d’idées et de combat politique ».

Constatant l’échec total de ce discours convenu et moralisateur, devenu une sorte de « catéchisme » systématique et sans portée, Pierre-André Taguieff s’interroge sur la persistance de celui-ci malgré son incapacité complète à endiguer la montée du parti lepéniste.

Le sociologue se penche aussi sur la troublante indulgence dont bénéficie « l’extrême gauche » par rapport à tout ce qui touche ou est qualifié « d’extrême droite » ainsi que sur l’opposition des « trois France » (« La France d’en bas », « La France des élites », « La France des périphéries et de l’immigration ») qui morcelle la nation.

Peu soupçonnable de sympathie pour le parti nationaliste, Pierre-André Taguieff a au moins le mérite de vouloir comprendre et analyser ce qu’il combat et n’hésite pas pour ce faire à bousculer le conformisme et la paresse idéologique qui entourent « la question Le Pen » depuis de trop nombreuses années.

« Du diable en politique – Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire », de Pierre-André Taguieff, Editions du CNRS, 400p., 29 euros.

Il y a 24 ans : La machination de Carpentras

Il y a 24 ans : La machination de Carpentras

09/05/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Dans la nuit du 8 au 9 mai 1990, trente quatre tombes du cimetière juif de Carpentras sont profanées, le corps d’un octogénaire décédé peu de temps auparavant, Félix Germon, est exhumé. Si la communauté juive de Carpentras ne souhaite pas que l’affaire quitte le cadre local, tout est néanmoins entrepris par le pouvoir socialiste pour lui donner une dimension nationale. Alors qu’un an auparavant, une cinquantaine de sépultures du cimetière chrétien voisin avaient déjà été profanées, mais cette fois-là dans l’indifférence totale des médias, le pouvoir lance le 10 mai une énorme opération de mise en résonance hystérique des foules.

Pierre Joxe, le ministre de l’Intérieur de l’époque, se rend immédiatement sur les lieux. Entouré d’une noria d’officiels et de journalistes, le premier flic de France détruit délibérément tous les indices qui auraient pu servir à l’enquête. Il donnera aux services de police l’ordre de restreindre leurs investigations au seul Front national. Ce dernier a beau condamner la profanation, ses dirigeants locaux, Guy Macary et Fernand Teboul, ont beau eux mêmes être juifs, rien n’y fait : on assiste à un raz-de-marée politico-médiatique, savamment orchestré par l’appareil d’Etat, contre le Front national.

Le 14 mai suivant, le pouvoir organise à Paris une manifestation monstre anti Front national. 200.000 personnes défilent de la République à la Bastille, l’effigie de Jean Marie Le Pen est brûlée en place publique, comme aux grandes heures de la Révolution culturelle chinoise. Au premier rang de la manifestation, le cerveau de l’opération, le président de la République, François Mitterrand (photo à la manifestation). Pour Yves Bertrand, à l’époque directeur des Renseignements généraux : « La phase A du plan [de Mitterrand] étant accomplie — un FN à 15 % privant la droite parlementaire de plusieurs millions de voix —, il fallait passer à la phase B : rendre définitivement impossible toute alliance, même locale, entre cette même droite et les lepénistes ». Un plan destiné à permettre à la gauche de garder indéfiniment le pouvoir, face à une droite en guerre contre elle même.

La suite montrera que le FN n’a strictement rien à voir avec cette histoire.

Lire la suiteIl y a 24 ans : La machination de Carpentras

1er Mai du FN : oui à la France, non à Bruxelles et à l’immigration

1er Mai du FN : oui à la France, non à Bruxelles et à l'immigration

03/05/2014 – PARIS (NOVOpress/Kiosque courtois) – Jeudi 1er mai, le traditionnel défilé du Front national, en hommage à Jeanne d’Arc, a pris des allures de meeting électoral.

Marine Le Pen s’est adressée aux abstentionnistes, traditionnellement nombreux aux européennes : « Certains d’entre nous font une erreur : ils pensent qu’en boudant les urnes le 25 mai, ils diront leur mépris pour cette Union européenne qu’ils n’aiment pas, mais c’est tout l’inverse. Ceux qui n’iront pas voter laisseront à ses partisans la possibilité de continuer leur œuvre funeste. »

« On est chez nous »

Le traditionnel slogan a souvent été scandé par la foule, à l’adresse de Bruxelles certes, mais pas seulement. Le sujet de l’immigration a fini par arriver: « On entre dans ce pays comme dans un moulin ! » a lancé Marine le Pen. Elle a enchaîné sur une critique peu équivoque du multiculturalisme qui voudrait qu’il n’y ait « plus de différence entre un Algérien, un Chinois ou un Français ». Sa réponse a été nette : « La France doit rester la France. » Applaudissements immédiats.

Si les élites du Front national semblent parfois considérer le sujet comme secondaire, l’immigration reste indubitablement la préoccupation majeure de ses électeurs ; moins inquiets, selon les sondages, du devenir de l’euro que de celui de la France, de son peuple, de sa culture et de son identité.

On peut d’ailleurs noter qu’en Europe, l’immigration est le seul sujet de consensus entre partis populistes. Et que pas un seul parti populiste européen n’existe électoralement sans parler haut et fort de l’immigration.

Crédit photo : DR.

1er mai : des militantes Femen retardent le cortège du FN

1er mai : des militantes Femen retardent le cortège du FN

01/05/2014 – VIDÉO BFMTV – Des militantes Femen ont retardé le départ du cortège de sympathisants Front national qui s’est élancé jeudi à Paris, non loin du quartier de l’Opéra. Au nombre de trois ou quatre, elles ont été expulsées par le service d’ordre du FN et traitées de “sales putes” par les militants présents, rapporte le Huffington Post.

Repentance et ethnomasochisme à propos de l’esclavage : le FN dit non !

Repentance et ethnomasochisme à propos de l'esclavage : le FN dit non !

27/04/2014 – VILLERS-COTTERETS (NOVOpress via Kiosque courtois)
Alors que la doxa dominante entend culpabiliser les Français pour mieux les contraindre à se résigner au Grand Remplacement, Franck Briffaut, le nouveau maire Front national de Villers-Cotterêts a quant à lui refusé d’organiser une commémoration le 10 mai prochain pour l’abolition de l’esclavage. « Je perçois cette commémoration comme étant un peu à la mode, dans le cadre d’une auto‑culpabilisation permanente, d’une culpabilisation systématique, alors que l’esclavage existe encore ailleurs dans le monde » a ainsi déclaré Franck Briffaut.

Une décision que l’association des amis du général Dumas, mort à Villers‑Cotterêts, a déplorée, rappelant que le père du grand écrivain Alexandre Dumas était descendant d’esclaves par sa mère. Franck Briffaut a répliqué en déclarant qu’il était prêt à célébrer la personne et les exploits du général Dumas dans une démarche positive, mais pas à entretenir la culture de repentance.

Photo : Château François Ier à Villers-Cotterêts où François Ier signa probablement l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539, faisant du français la langue officielle du droit et de l’administration en lieu et place du latin. Sans doute le plus ancien texte encore directement en vigueur en France. Crédit : Benjism89, via Wikipédia, (cc).

Marseille : sous les vociférations du dernier carré socialiste… Stéphane Ravier élu Maire

Marseille : sous les vociférations du dernier carré socialiste... Stéphane Ravier élu Maire

13/04/2014 – MARSEILLE – A Marseille, la passation de pouvoir entre Stéphane Ravier, du Front National, et Garo Hovsépian, PS, pour les mairies des 13ème et 14ème arrondissements, s’est déroulée sur fond de manifestation dans une ambiance tendue, vendredi 11 avril. Les socialistes sont évidemment très inquiets pour les subventions aux « associations » : Stéphane Ravier entend en effet mettre fin au clientélisme PS. Vidéo : youtu.be/AWPvyr5WPFc