Tag Archives: Front National

Mariani « fiché FN » sous haute surveillance de LR, par Guy Rouvrais

En diplomatie, on appelle ça des « conversations exploratoires ». Il y a donc de telles conversations entre Marine Le Pen et l’ancien ministre de Sarkozy, Thierry Mariani, dans la perspective des élections européennes. Sera-t-il en troisième position sur la liste du Front national, laquelle portera peut-être un autre nom ? C’est en débat, les points d’accord et de désaccord, sont examinés. « Après, on verra ce qui se passe » déclare l’ex-député LR des Français de l’étranger, la décision n’interviendra pas avant le mois de septembre.

Mais la simple possibilité envisagée par Thierry Mariani suffit pour susciter la menace de l’exclusion chez Laurent Wauquiez. Tant que Mariani ne fait que parler, il le tolère, mais demeure vigilant. Il est « fiché FN », s’il ne bouge pas, LR reste l’arme au pied, et le place sous « haute surveillance » ; en revanche, « au moindre acte politique, il sera immédiatement exclu » et même, renchérit un lieutenant de Wauquiez, « dans les dix secondes » ! Car il y aurait urgence de faire cesser ce prétendu scandale. Remarquons que, si Mariani sera exclu « immédiatement », il a fallu plusieurs semaines pour que les Républicains ayant rejoint le gouvernement le soient.

Ce souci de bannir le dissident toutes affaires cessantes trahit chez Wauquiez la crainte de la contagion. S’il n’était pas sanctionné, d’autres pourraient le suivre, notamment lors des municipales ; nombre de maires LR sont inquiets des ambitions de LREM dans leur fief et ont donc besoin de voix à droite, notamment au FN, pour conserver leur siège. Mais, au-delà de ces considérations électorales, ce sont des raisons politiques de fond qui, chez Thierry Mariani et ceux qu’il inspire, les poussent à refuser l’ostracisme dont Wauquiez, comme ses prédécesseurs à la tête du parti, frappent le Front national. « Il va falloir sortir du carcan idéologique imposé par Mitterrand » explique l’ancien député. Car Wauquiez a beau vouloir incarner « la droite, la vraie », celle qui « n’a pas honte d’elle-même », il continue à se soumettre aux oukases de la gauche en s’inclinant devant l’interdit qu’elle a lancé contre le Front depuis des décennies. C’est cette soumission qui a permis aux socialistes de durer au pouvoir alors même que l’électorat de droite est majoritaire dans le pays.

Comme les autres, à l’UMP naguère, Wauquiez veut les suffrages des électeurs frontistes tout en dénonçant le parti qui a leur faveur. Vieille ficelle démagogique de la droite libérale usée à force d’avoir trop servi et dont les sympathisants FN ne sont plus dupes. Ils savent qu’après les avoir flattés pendant la campagne, ils sont oubliés tout de suite après. Ils se sont fait avoir par Sarkozy, ils ne recommenceront pas avec Wauquiez.

Thierry Mariani le constate, LR est dans une « impasse stratégique ». Une partie, pro-européenne, lorgne vers Macron, attendant la meilleure occasion de se rallier, d’autres, souverainistes, sont dans une opposition résolue au pouvoir. Wauquiez devra choisir et d’abord son programme pour les élections européennes, il sera contraint à un équilibrisme décevant s’il veut unir cet ensemble disparate. Mariani, lui, est pour la clarté et une alliance sur des idées communes. Il n’est pas le seul chez les Républicains.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 4 avril 2018

LR face au FN : une étrange tactique …, par Philippe Bilger

J’avais cru comprendre que Laurent Wauquiez et LR avaient pour obsession d’assécher l’électorat du FN qui demeure consistant en dépit de la catastrophe présidentielle dont Marine Le Pen (MLP) se relève difficilement malgré l’apparent unanimisme du dernier Congrès. Pour ambition, de le détourner vers eux.

Cet objectif tout à fait louable – et que j’approuve puisque, citoyen, le futur Rassemblement National n’aura jamais mon adhésion, pas plus que le FN d’hier et d’aujourd’hui -, pour être atteint impose une stratégie qui est loin d’être celle que développe la droite. Cette dernière n’est pas dans une telle position de force qu’elle puisse se permettre de traiter avec mépris et arrogance toutes les initiatives de MLP – même celle qui l’a conduite, pour la législative partielle de Mayotte, à appeler à voter pour le candidat LR.

Qu’elle espère ainsi sortir de l’impasse où l’a conduite un absolutisme pétrifié et à force ridicule est une évidence. Mais ainsi elle revient aussi au bon sens car si on exclut les variations et les délires sur l’euro, son parti est indiscutablement plus proche de l’esprit de LR que de LREM. Notamment sur l’immigration, les problèmes de sécurité et de Justice (Le Figaro).

Faut-il alors, par une attitude extrême qui relève d’une posture – comme si LR craignait en permanence d’être stigmatisé par la gauche et l’extrême gauche – “cracher” sur MLP et donc humilier une multitude d’électeurs qu’on affirme pourtant vouloir reconquérir ? Geoffroy Didier fait-il véritablement oeuvre utile, pour cette nécessaire entreprise de réappropriation d’un électorat égaré et de fait condamné à la stérilité s’il demeure là où il est, en ressassant “qu’il n’y aura jamais d’alliance avec les boutiquiers du FN” ?

Ce qui est gênant dans ce comportement de la droite est qu’il paraît résulter plus d’une peur de l’adversaire que d’une sincérité politique. Plus d’un souci de se faire bien voir de qui pourtant n’a aucune légitimité pour la juger que d’une libre lucidité.

Car, au regard de celle-ci, peut-on vraiment soutenir que le propos de Thierry Mariani évoquant un possible rapprochement et dialogue avec le FN (JDD) est le tremblement de terre qu’on a dénoncé, un péché mortel contre la démocratie ?

L’union des droites évoquée par d’autres est-elle véritablement une honte pour un esprit républicain à partir du moment où, avec l’effacement bienfaisant de Jean-Marie Le Pen, les indécences et provocations historiques ont été remplacées par un débat purement politique ? On peut n’être pas d’accord mais on n’est plus dans le soufre.

Certes il y aura toujours le devoir de cibler les énergumènes nostalgiques du pire et parfois responsables, à tous âges, de saillies racistes scandaleuses. De nombreux partis ont leurs brebis galeuses, même certains dans la droite classique qui avaient comparé Christiane Taubira à un singe, ce qui n’était pas pas moins ordurier et condamnable.

On a le droit de s’interroger sur le bien-fondé d’un processus qui prétendrait récupérer les électeurs du FN en adoptant peu ou prou le même projet sur les plans sociétal et régalien mais en continuant à traiter de peste et de choléra, sans nuance, ceux qui le dirigent ? Comment dans ces conditions la base du FN pourrait-elle être tentée de rejoindre LR ?

Pourtant cette entreprise mérite d’autant plus d’être menée à bien que le FN est fragilisé et que probablement beaucoup de militants sont désorientés, écartelés entre une fidélité pour une présidente qui a failli et une aspiration à compter davantage dans notre vie démocratique en s’attachant à un nouveau parti.

Que MLP soit hostile à un rapprochement – contrairement à sa nièce, à ce que j’ai cru comprendre – et que les élucubrations économiques anti-européistes persistent ne rendent cependant pas vaine la lutte que LR devrait engager de manière plus intelligente, pour réussir ce que Nicolas Sarkozy, sur un autre registre, était parvenu à accomplir en 2007.

Il est certain que les manoeuvres programmées seront vouées à l’échec si elles se contentent de montrer aux adversaires à quel point LR est un bon élève bien obéissant – un parti affichant une éthique dévastatrice et aujourd’hui à contre-temps.

Lire la suite

Jean Messiha : “Nous recherchons dans notre Histoire ce qu’il y a de plus noble. D’autres préfèrent aller voir ce qu’il y a de plus négatif…”

14/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Au lendemain du XVIe congrès du Front national, Boulevard Voltaire a recueilli les impressions et réflexions de Jean Messiha, nouveau membre du Bureau national de ce mouvement.

Selon lui, le Front national, qui fut autrefois un parti de contestation, est devenu un parti d’opposition. Mieux : un parti de propositions avec pour ambition d’accéder au pouvoir.

De ce congrès, et si les militants le valident, on ne devra plus dire « Front national » mais « Rassemblement national ». Vous n’êtes donc plus un frontiste mais un rassembleur. Pourquoi cette appellation ?

Je pense que cela adoucit l’image du parti. Le Front national de 2018 n’est plus ce qu’il était en 1975 ou 1980. La dénomination « Front » se justifiait lorsque le parti était un parti de contestation, puis d’opposition un peu dure. Aujourd’hui, nous sommes une opposition, pas de droit commun sur le fond, mais sur la forme puisque nous aspirons à gouverner le pays. Il faut que notre dénomination soit ouverte. Le mot « Front » avait une connotation un peu dure et militaire. Il devient « Rassemblement ». « Rassemblement », comme son nom l’indique, c’est rassembler toute la famille des nationaux et des patriotes pour être en mesure de rassembler l’ensemble des Français.

Le Front national acte le fait qu’il est pour un rassemblement de la droite.

Il est pour un rassemblement de tous les Français. Il est pour un rassemblement de tous ceux qui se reconnaissent dans notre projet, qu’ils soient de gauche ou de droite.
Le mot « rassemblement » est un mot très fort. Et le mot « national » a été conservé. C’est l’ADN de notre mouvement depuis une quarantaine d’années.
Ce nouveau nom permet un excellent compromis.


Front National : le nouveau nom sera “le marqueur d’une transformation”, estime l’historien Jean Garrigues

12/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Jean Garrigues, historien spécialiste de la politique, le nouveau nom d’un parti peut incarner un changement de direction.

Pour l’historien Jean Garrigues, spécialiste d’histoire politique, “c’est quand même très, très important (…) Le nom est une identité qui a longtemps été idéologique, puis qui est devenue une identité d’objectif politique“.

Les partis politiques, surtout ceux de droite, sont habitués au changement de nom. La création du RPR par Jacques Chirac en 1974 “avait marqué quelque chose qui voulait rassembler, donc ça peut être l’indication d’un rebond“, explique Jean Garrigues. Mais pour le Front national, “ce sera plutôt le marqueur d’une transformation, d’une nouvelle époque, plus que le catalyseur d’un nouveau départ“.


Le nouveau nom du FN, “Rassemblement national”, est déjà déposé à l’Inpi. Marine Le Pen annonce des poursuites pour “utilisation frauduleuse”

12/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
A l’issue du congrès du Front National qui s’est tenu ce week-end à Lille, Marine Le Pen a donc proposé de rebaptiser son parti : le “rassemblement national”.

Nous ne sommes pas anti-européens, nous sommes opposés à l’Union Européenne“, a déclaré Marine Le Pen, “c’est-à-dire à l’organisation fédérale de l’Europe. Et je dirais même que c’est parce que nous sommes européens que sommes contre l’Union Européenne“.

Marine Le Pen a cité plusieurs fois en exemple son allié italien, la Ligue de Matteo Salvini arrivé en tête de la coalition de droite lors des législatives début mars. Comme lui, la dirigeante frontiste cible la mondialisation, et brandit un discours hostile à l’immigration.

L’immigration légale et illégale n’est plus tenable. L’argent des Français doit d’abord revenir aux Français.

En revanche, certains médias annoncent que la dénomination “Rassemblement National” aurait été déposée le 30 décembre 2013 à l’Institut national de la propriété intellectuelle par un certain Frédérick Bigrat. Marine Le Pen assure que le FN avait déposé ce nom en 1986 et annonce des poursuites pour “utilisation frauduleuse“.



Interview de Nicolas Bay : La main tendue à Mariani, Dhuicq, Myard, Dupont-Aignan, Poisson…

À l’approche du congrès du Front National, Nicolas Bay a répondu aux questions du journal Présent. Le Vice-président du Front National en profite pour confirmer souhaiter tendre la main à des personnalités telles que Mariani, Dhuicq, Myard, Dupont-Aignan ou encore Poisson.

— Le congrès approche à grands pas, dans quel état d’esprit l’abordez-vous ?

— Avec enthousiasme ! Le Front national est un mouvement qui a sensiblement changé de dimension depuis le congrès de 2014. Comme directeur de campagne des élections municipales et départementales, puis comme secrétaire général, nommé par Marine Le Pen lors du précédent congrès justement, j’ai pu participer – avec beaucoup d’autres bien sûr – au renforcement de notre mouvement, en particulier dans son implantation locale, qui me semble constituer une priorité absolue pour gagner en crédibilité et préparer les victoires futures. L’élection de députés dans des secteurs d’implantation ancienne et les scores dans nos municipalités en attestent nettement.

Le Front national est désormais un mouvement solidement ancré, avec plus de 1 800 élus qui défendent les Français à tous les échelons. Ces élus enracinés, expérimentés et engagés, sont un atout considérable pour notre mouvement. Ce maillage territorial dense fait désormais du Front un grand mouvement des terroirs et des territoires, s’incarnant aussi dans le quotidien de nos compatriotes. Cette représentation de notre mouvement et de ses partenaires est sans doute l’un des faits majeurs du cycle électoral, qui s’est terminé avec les élections législatives et avait débuté avec les élections municipales de 2014. Cela doit être pour nous une légitime satisfaction, mais surtout un encouragement à persévérer dans cette voie. Ce doit être, à mon sens, l’un des axes majeurs de la refondation lancée par notre présidente.

— Emmanuel Macron a le mérite d’assumer une vision européenne très claire. N’est-il pas temps pour les nationaux de marteler qu’une Europe des nations est possible face au diktat bruxellois ?

— Vous avez raison de souligner que la démarche d’Emmanuel Macron permet un vrai partage des eaux, et l’on constate d’ailleurs que Wauquiez et LR en sont les principales victimes, eux qui se satisfaisaient si bien du maintien des ambiguïtés. On peine à imaginer – et sans doute eux aussi – quelle ligne européenne ils pourraient bien incarner dans le scrutin à venir. D’ailleurs, les multiples revirements de Laurent Wauquiez lui-même suffisent à illustrer cette situation… Ainsi, le débat des européennes va en réalité voir deux camps, porteurs de deux visions, s’affronter : d’un côté Macron et les européistes forcenés, promoteurs de la fuite en avant fédéraliste et de la disparition des nations ; de l’autre les nationaux, rassemblés autour du Front, considérant au contraire que l’Europe des libertés et des identités doit s’appuyer sur ces réalités historiques et politiques que sont les nations.

— Cette Europe des identités est d’ailleurs en « grande forme », comme l’a montré l’exemple autrichien…

— Je le crois, oui. Sur tout le continent, les peuples affirment leur droit à disposer d’eux-mêmes mais aussi, et surtout, à rester eux-mêmes ! C’est vrai en Autriche, c’est vrai en Pologne ou en Hongrie, ce sera sans doute aussi le cas en Italie lors des élections de mars. Je crois que la « crise des migrants », c’est-à-dire tout simplement l’accélération du phénomène de submersion migratoire que subissent nos pays, a sensiblement contribué à renforcer une prise de conscience civilisationnelle qui se traduit désormais aussi dans les urnes. La nouveauté est que, désormais, et cela rejoint votre question précédente, ce sont clairement des gouvernements qui se dressent face aux diktats imposés par Bruxelles… ou Merkel. On peut envisager de voir émerger, et il faut travailler à ce que ce soit dès les prochaines élections européennes, une contestation de l’Union européenne tendant à devenir majoritaire.

— Mariani, Dhuicq, Myard, vous confirmez la main tendue ?

— Mariani, Dhuicq, Myard, Dupont-Aignan, Poisson, et d’autres encore. Si nous sommes conséquents, nous devons être capables de tendre la main à tous ceux qui considèrent que l’intérêt de la France et des Français doit être notre unique boussole politique, et qu’il faut rebâtir l’Europe sur le respect de la souveraineté des nations et de l’identité des peuples. Nicolas Dhuicq [qui a annoncé samedi rejoindre Nicolas Dupont-Aignan, ndlr] m’avait d’ailleurs fait l’amitié d’intervenir voici quelques semaines dans un colloque que j’avais organisé dans le Vaucluse.

Mais faisons les choses dans l’ordre : notre première mission est d’affiner et d’affirmer un projet alter-européen solide, concret, permettant justement de rassembler à nos côtés des alliés (et non pas seulement des ralliés) en rompant avec les vieilles logiques. La patrie est plus importante que les partis.

Propos recueillis par ierre Saint-Servant

Article paru dans Présent daté du 6 février 2018

Gilbert Collard

Changer le nom de FN ? – Pour Gilbert Collard : “Même si on s’appelait “la baie des anges”, on nous stigmatiserait”

11/01/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Faut-il changer le nom de FN ? Cette question fait, en tout cas, partie du questionnaire envoyé aux 51.000 adhérents à jour de cotisation et devrait être l’un des points importants traité lors du prochain congrès du parti qui se tiendra en mars prochain.

Si la présidente du FN a plaidé dimanche dernier dans l’Orne en faveur de ce changement de nom, cette perspective irrite Jean-Marie Le Pen qui a notammé déclaré : “On peut légitimement douter des résultats de la consultation qui, selon les sources, sont majoritairement hostiles à ces changements“.

De son côté, Gilbert Collard a émis des doutes sur l’efficacité de ce changement :

Je suis très paradoxal. J’ai été le premier à dire qu’il fallait changer de nom. Et puis maintenant j’en arrive à me dire que ça ne servira strictement à rien. Je pensais que changer de nom favoriserait le processus de dédiabolisation et puis je me rends compte que de toute manière, quel que soit notre nom, même si on s’appelait “la baie des anges”, on nous stigmatiserait.

Le Front National a lancé une pétition contre la limitation de la vitesse à 80 km/h

10/01/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Cette initiative a été annoncée par Sébastien Chenu, responsable de la communication du parti. En effet, la mesure handicape avant tout les habitants des zones rurales, pour qui l’utilisation de leur véhicule personnel est indispensable pour leur activité professionnelle ou leur vie quotidienne.

Elle accentue ainsi la fracture grandissante entre pôles urbains et périphéries.Les comparaisons internationales n’attestent pas, enfin, de son efficacité.

Marine Le Pen s’est également exprimée dans une vidéo, postée sur ses réseaux sociaux.

Pour signer cette pétition, c’est par ici : http://www.frontnational.com/abaissement-de-la-vitesse-sur-les-routes-secondaires-larnaque-du-gouvernement/


Clôture des comptes bancaires du FN : pour la Banque de France, la Société Générale a respecté la procédure légale

29/11/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Pour la Banque de France, la Société Générale n’a pas clôturé les comptes du FN pour des motifs politiques et a bien respecté la loi. La Société Générale avait justifié la clôture des comptes comme répondant à des considérations bancaires. Explication trop vague pour le FN qui avait alors dénoncé une « Fatwa bancaire » et avait saisi la Banque de France.

Dans le cadre de la procédure du droit au compte, la Banque de France a imposé au Crédit du Nord, filiale de la Société Générale, d’ouvrir un compte au nom du FN

Si cette procédure du droit au compte, garantie le droit de détenir un compte bancaire, son fonctionnement reste très limité. En effet, le FN ne dispose pas de chéquier. Les décaissements devront se faire uniquement par virement et ce pour mieux tracer les flux. En outre, les dons par cartes bancaires en ligne ne seront plus permis. Ces services bancaires rudimentaires entravent le bon fonctionnement du parti politique, qui représentait quand même près de 11 millions de voix aux dernières élections.

Si rien n’est illégal là dedans, le Crédit Du Nord très zélé, respecte la procédure de droit au compte à la lettre.

Oui rappelons que cette procédure est censée s’appliquer aux citoyens ayant fait l’objet d’un fichage Banque de France pour le non remboursement d’un crédit par exemple. Ce qui n’est pas le cas du Front National.

Marine Le Pen semble indiquer implicitement qu’elle et le FN sont soupçonnés d’infraction à la réglementation relative au blanchiment ou à la fraude fiscale.

Il est vrai que les banques sont soumises à une réglementation draconienne concernant le blanchiment des capitaux et la fraude fiscale. Elles ont l’obligation de remonter le moindre doute à Tracfin, cette cellule financière qui dépend de Bercy. Autre point délicat, dans le cas d’une suspicion de blanchiment, les banques ne doivent indiquer sous aucun prétexte, le motif de la clôture du compte. Cette piste pourrait bien expliquer la justification pour le moins évasive de la Société Générale.

Marine Le Pen Bourdin

Marine Le Pen dénonce “l’insincérité de la droite française”

28/11/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Marine Le Pen, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce mardi, a pointé du doigt “l’insincérité de la droite française”.
La présidente du Front national a ainsi déclaré :

A partir du moment où vous dites la même chose que nous sur l’immigration, sur l’insécurité, sur l’Europe, […] soit vous êtes sincère, vous allez au bout de votre logique et vous provoquez une alliance, soit vous êtes insincère.



Nicolas Bay Bistro Libertés

Nicolas Bay, vice-président du Front national, invité de Bistro Libertés

27/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Nicolas Bay, vice-président du Front national, était l’invité de Martial Bild dans un numéro exceptionnel de Bistro Libertés sur TV Libertés. Outre la refondation du parti présidé par Marine Le Pen, Nicolas Bay s’est exprimé sur de nombreux sujets.

Clichy : la problématique des prières de rues sur le tapis

Depuis plusieurs mois, la vile de Clichy la Garenne focalise toutes les attentions. L’Union d’associations musulmanes a appelé, depuis mars 2017, à prier devant la mairie pour protester contre la fermeture d’un lieu de culte qui accueillait auparavant 2000 à 3000 fidèles. Tous les acteurs, des membres de la communauté musulmane au maire, des élus d’île-de-france au préfet des Hauts de Seine, interviennent dans un dossier qui pourtant s’enlise. Que faire, alors que toute la problématique des prières de rues est mise aujourd’hui sur le tapis ?

Exonération de la taxe d’habitation : révolution ou mauvaise décision ?

L’exonération de la taxe d’habitation pour 22 millions de foyers va s’échelonner sur trois années. Mesure phare du programme d’Emmanuel Macron, il s’agit de mettre fin à un impôt injuste et opaque dans son mode de calcul. Pourtant des élus pointent le caractère anticonstitutionnel de la mesure au nom de la rupture d’égalité des citoyens devant l’impôt. D’autres évoquent un lourd handicap pour les communes ou une nouvelle fracture entre la France urbaine et la France rurale. La suppression partielle de la taxe d’habitation : révolution ou mauvaise décision ?

L’éducation sexuelle à l’école : rempart contre les violences ?

«La libération de la parole sur les violences sexuelles repose la question de la mise en œuvre de l’éducation à la sexualité à l’école», estime le Défenseur des droits, Jacques Toubon. Harcèlement sexuel, violences et cyberviolences à caractère sexuel, grossesses précoces, exposition des jeunes à la pornographie, homophobie, augmentation de la prostitution occasionnelle des mineurs… La liste des maux qui pourraient faire l’objet d’une meilleure prévention à l’école a été listée par le défenseur des droits. Mais l’éducation sexuelle à l’école est-elle le meilleur rempart contre la violence ?

Halte aux discriminations anti-FN !, par Guy Rouvrais

Après Marine Le Pen évincé de HSBC et le Front national de la Société Générale (voir Présent du 23 novembre), voilà que cette dernière a fait subir le même sort à Jean-Luc Schaffhauser, député européen du FN ! Cette banque a décidé de rompre leurs relations contractuelles sans motif ni justification, 42 ans après l’ouverture du premier compte. Une plainte pour discrimination « en raison des opinions et de l’affiliation politique » va être déposée contre la banque et son patron Frédéric Oudéa.

A qui le tour ? On aura du mal à faire croire qu’il s’agit de pures coïncidences et non pas d’une opération concertée et discriminatoire. Tout se passe comme si, descendant la hiérarchie frontiste, les élus sont visés après les dirigeants. Cette obstination à vouloir se séparer de clients honorables est pour le moins étonnante quand on entend les dirigeants du secteur bancaire nous expliquer que le coût d’acquisition d’un client est de plus en plus élevé, la concurrence étant vive, surtout depuis la création des « néo-banques » numériques. Il faut multiplier les dépenses de publicité et de marketing pour conquérir et s’attacher la fidélité de la clientèle. Et voilà que non seulement la Société Générale et HSBC congédient des clients mais elles s’exposent à en perdre, involontairement cette fois, beaucoup d’autres ! Car on peut imaginer que parmi les 11 millions d’électeurs de Marine Le Pen il en est dans ces établissements-là et qui ne voudront pas y rester plus longtemps à cause de cette pratique discriminatoire.

Ce ne sont pas les seules discriminations que subit le Front national ! Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, a renoncé à la présence d’élus franciliens accompagnant des lycéens à Auschwitz sous prétexte que deux conseillers régionaux FN voulaient en être, comme c’est le droit de n’importe quel élu. Plainte, là aussi, a été déposée. Connaissez-vous la société Videlio ? Probablement non, elle a pourtant eu une certaine notoriété pendant la campagne présidentielle en produisant l’hologramme de Mélenchon qui lui permettait de donner l’illusion de l’ubiquité. Son directeur a déclaré au Parisien qu’il refuserait le même service à Marine Le Pen « pour une question d’image ». Précisons que la présidente du Front national n’a jamais eu l’intention d’apparaître en spectre auprès de ses auditeurs mais toujours en chair et en os.

Si ces discriminations prospèrent actuellement, c’est que les détracteurs de Marine Le Pen la croient affaiblie et à terre, on peut donc la piétiner plus aisément. Ils prennent évidemment leurs désirs pour la réalité. Il y a un mois, l’IFOP indiquait que si l’élection présidentielle avait lieu maintenant, Marine Le Pen atteindrait, au premier tour, un score légèrement supérieur à celui d’avril dernier, 21,5 %, contre 21,3 %. Et pratiquer la discrimination à l’égard du FN, c’est être assuré de l’impunité. On verra ce que la justice en dira, mais dans les médias, dans les ligues de vertu démocratique et droit-de-l’hommiste, c’est silence radio alors que ce sont des hurlements de douleur dès que pointe l’ombre d’un soupçon de discrimination ethnique ou sexuelle. Mais quand on s’en prend aux nationaux, on peut y aller sans crainte !

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 25 novembre 2017

Les banques flinguent le FN, par Caroline Parmentier

Haine médiatique, harcèlement judiciaire et maintenant bannissement bancaire, le Front national est mis au ban d’un système qui s’emploie à sa liquidation.

Après la demande de clôture par la Société Générale de tous les comptes du FN, c’est la banque HSBC qui demande à Marine Le Pen d’aller domicilier ses comptes personnels ailleurs. Une « fatwa bancaire » selon la présidente du Front national qui a tenu une conférence de presse jeudi : « Avec plusieurs dizaines de milliers d’adhérents, des ressources stables et sans connaître le moindre incident de compte, le Front national s’est vu signifier, sans aucune raison, un bannissement bancaire de la part de la Société Générale qui était sa banque depuis de très nombreuses années. »

Concrètement, il s’agit de priver de toute capacité de fonctionnement un parti qui a fait 11 millions de voix à la dernière présidentielle. Saisie par le Front national, la Banque de France a désigné le Crédit du Nord et l’a enjoint d’ouvrir un compte au bénéfice du Front national. Obligé de s’exécuter, le Crédit du Nord a bien ouvert le compte mais refuse au Front national l’usage des chèques et l’encaissement par cartes bleues des dons et des adhésions ainsi que la mise en place des prélèvements pour l’encaissement de la contribution des élus. Comme tous les partis politiques le Front national a l’interdiction (par la Commission de contrôle des partis politiques) d’utiliser de l’argent liquide.

Privé désormais de la capacité d’utiliser des chèques, des cartes bleues et d’encaisser des recettes par CB, c’est une mise à mort financière à très court terme.

« Scandaleuse démocratie où les banques ont droit de vie ou de mort sur les partis politiques », a réagi Nicolas Dupont-Aignan. Marine Le Pen est passée à l’offensive. Elle a déposé une plainte contre la Société Générale et HSBC, pour discrimination. Elle a communiqué aussi à la presse le verbatim de son échange téléphonique avec le directeur d’HSBC.

Balance ton banquier

Au cours de cet entretien hallucinant avec le dirigeant d’HSBC, Thomas Vandeville, ce dernier, poussé dans ses retranchements, lui explique qu’il n’a pas les informations suffisantes la concernant (elle est cliente depuis 25 ans) pour l’autoriser à conserver son compte. Et qu’elle aille se faire voir ailleurs (il y a sûrement des raisons pour l’éjecter, dit-il, mais il ne les connaît pas !).

Il invoque le fait que Marine Le Pen est une « personne politiquement exposée » ainsi que « le libre arbitre de la banque ». « Vous arrêtez votre cinéma et vous m’expliquez que politiquement, la HSBC ne veut plus de Marine Le Pen », lui rétorquera notamment Marine Le Pen.

La présidente du FN a saisi le gouverneur de la Banque de France tout comme Emmanuel Macron, qu’elle a rencontré mardi à l’Elysée. Gardien des institutions, le président de la République doit veiller au libre exercice de l’activité des partis politiques. Il a assuré qu’il allait « se pencher sur la question ».

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 24 novembre 2017

Marine Le Pen dénonce une « fatwa bancaire »

23/11/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La Société Générale vient d’annoncer la clôture des comptes du Front national. Dans le même temps, HSBC a décidé de fermer le compte de Marine Le Pen, où elle est pourtant cliente depuis plus de 25 ans.

Les banques nient toute considération politique

Lors de sa conférence de presse du 22 novembre, Marine Le Pen n’a pas manqué d’évoquer un « scandale démocratique », annonçant porter plainte pour discrimination contre la Société Générale et HSBC. Le député Gilbert Collard a quant à lui résumé l’ensemble des commentaires émis par les élus du parti populiste. Selon lui, c’est une « décision qui est purement politique, qui a pour but de gêner le Front national. Il y a une volonté dans ce pays aujourd’hui de ne pas avoir d’opposition réelle ».

Des accusations fermement démenties par la Société Générale et HSBC, qui invoquent des considérations purement formelles et économiques. Dans une discussion rendue publique par Marine Le Pen, HSBC explique ainsi manquer d’informations sur l’origine des fonds sur le compte de l’élue ; lesquels proviendraient exclusivement « de l’Assemblée nationale et des allocations familiales ».

Quelles solutions pour le Front national ?

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a demandé à connaître l’intégralité des éléments du litige, en particulier ceux censés justifier l’attitude de la Société Générale. La mise en place d’une « banque de la démocratie » évoquée durant l’été par François Bayrou, alors en charge de la moralisation de la vie publique, a pour le moment été repoussée. Compte tenu des « très grandes difficultés » rencontrées par plusieurs candidats pour lever des fonds, y compris par le président du MoDem, Bercy annoncerait cependant prochainement des mesures. En attendant, le Front national aurait trouvé une autre banque.


buisson-patrick

Patrick Buisson : « Les Républicains comme le FN sont dans une triple impasse »

20/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Patrick Buisson a accordé un long entretien à l’hebdomadaire Valeurs actuelles. Nous en publions cet extrait.

Patrick BuissonV.A. : Pourquoi la droite et le Front national se montrent-ils aujourd’hui incapables de faire émerger une véritable opposition ?

Patrick Buisson : Parce que l’un et l’autre se dérobent au bon diagnostic. L’élection de 2017 aura mis à bas leurs vieux schémas. La droite et le FN ont fait la démonstration, chacun à leur tour, de leur incapacité à reconquérir ou à conquérir le pouvoir sur la base de leurs seules forces. Faute d’avoir su opérer la nécessaire clarification idéologique, la droite ne peut plus se prévaloir du bénéfice automatique de l’alternance. Elle a perdu l’élection imperdable et à moins qu’elle ne sache se réinventer, on ne voit pas pourquoi elle ne perdrait pas les élections qui viennent.

Le FN, de son côté, faute d’avoir su construire une offre politique crédible, est resté ce qu’il a toujours été : le meilleur allié du système, son assurance vie. Englués dans des logiques d’appareils, Les Républicains comme le FN sont aujourd’hui dans une triple impasse : idéologique, stratégique, sociologique. Mais, pour rien au monde, ils ne voudront l’admettre. Je crains que cela ne débouche sur des désillusions encore plus cruelles.

Les Républicains ont entamé un véritable chantier de refondation. Par quoi doivent-ils commencer ?

Par tordre le cou aux incantations rituelles autour du “rassemblement”, mot-valise qui la leste comme un impedimentum. Le rassemblement appartient à l’ordre des moyens, ce n’est pas une fin en soi. Or, voici des lustres que, pour la droite, le rassemblement n’a pas pour objet de défendre des idées ou de promouvoir un projet, mais de servir ce désir du pouvoir pour le pouvoir que manifestent tous ceux — et ils sont, aujourd’hui, légion — qu’habite l’idée d’un destin personnel…

C’est la création de l’UMP et son principe que vous remettez en cause ?

C’est là l’erreur originelle, la faute inaugurale que continuent de payer Les Républicains. À vouloir marier les contraires sous couvert de rassemblement, l’UMP n’a jamais produit autre chose que des ambiguïtés et de l’incohérence. La droite plurielle d’Alain Juppé c’est, quinze ans après, la droite plus rien. Il est logique qu’il veuille maintenant la faire définitivement s’évaporer dans le trou noir d’« un grand mouvement central ». […]

Le départ des Constructifs ne va-t-il pas dans le sens de la clarification que vous appelez de vos voeux ?

Si la refondation se fait au nom du rassemblement de toutes les sensibilités et donc au prix de la cohérence idéologique, il n’y a rien à en attendre.

Remettre à flot le radeau de la Méduse avec l’ancien équipage du Titanic ne saurait garantir une arrivée à bon port en 2022.

Quelle stratégie pour la droite ?

Elle découle du rapport de force électoral. Il y a un antagonisme irréductible entre l’électorat libéral des grandes villes et les classes populaires, les insiders et les outsiders. Ces deux électorats ne sont pas miscibles, car leurs intérêts sont inconciliables. En revanche, la tension idéologique et sociologique entre l’électorat conservateur et l’électorat populaire est bien moindre. Il y a une propension, chez certains dirigeants des Républicains, à s’abuser volontairement sur la nature de leur électorat pour ne pas avoir à faire la politique de leurs électeurs.

La base qui a plébiscité Fillon lors de la primaire n’est pas réformatrice mais conservatrice : c’est la France provinciale des villes moyennes, qui s’est déterminée non pas sur son programme économique mais sur la vision sociétale qu’elle lui prêtait. Si bien qu’exclure ou marginaliser Sens commun équivaudrait pour ce qui reste de la droite à s’autodissoudre. À cet égard, la démission contrainte de son président n’est pas de bon augure.

Parfois, Les Républicains font penser au catoblépas, cet animal mythique, tellement stupide qu’il se dévore lui-même.

Une synthèse est-elle possible entre cet électorat conservateur et l’électorat populaire ?

Non seulement elle est possible, mais c’est la seule configuration susceptible de rouvrir à la droite les portes du pouvoir. Sans ce désenclavement de la droite par l’adjonction du vote populaire, Les Républicains sont promis à un avenir groupusculaire et crépusculaire. C’est cette alliance qui a fait le succès du RPF, en 1947, le triomphe de l’UNR, en 1958, et la victoire de Sarkozy, en 2007.

La jonction entre la France conservatrice et la France périphérique peut s’opérer naturellement à travers la défense du patrimoine immatériel que constituent l’identité nationale, l’enracinement et la transmission, le localisme et les circuits courts, le coutumier et les moeurs. Bref, tout ce que menacent la finance mondialisée et l’islam radicalisé.

L’effet Macron peut-il être un handicap durable pour la droite ?

Je ne m’illusionne en rien sur le projet global du chef de l’État, mais j’ai trop vu à quel point la droite s’empressait, une fois au pouvoir, de trahir ses engagements pour penser que son discrédit n’est que passager.

La droite paie, aujourd’hui, le mépris dans lequel elle a toujours tenu la bataille des idées et le combat culturel. Pensez-vous qu’un ministre de droite aurait eu le courage d’agir comme le fait aujourd’hui le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, en contraignant par sa politique le président du Conseil supérieur des programmes à la démission ?

Lorsqu’elle est aux affaires, la droite n’a de cesse que de donner des gages au gauchisme culturel. Il suffit de se remémorer le bilan de Luc Chatel, le ministre de Sarkozy, Rue de Grenelle : suppression de l’enseignement de l’histoire en terminale scientifique et introduction de la théorie du genre dans les manuels scolaires.

Tant qu’il y aura des dirigeants chez Les Républicains pour s’inquiéter d’une « dérive de la droite à la polonaise », Emmanuel Macron pourra nourrir les plus grandes espérances pour 2022.

À vous entendre, la présidence de Macron n’aurait que des effets désastreux pour la droite…

Pas du tout. Le phénomène Macron, qui opère la réunification politique des libéraux des deux rives, est en passe de dissiper un long malentendu historique. Il se peut qu’il mette fin à la domination de l’orléanisme, c’est-à-dire du libéralisme, sur la droite française. Du passage du capitalisme entrepreneurial au capitalisme financier, on peut attendre une fracturation irréversible entre le conservatisme et le libéralisme, entre la droite originelle et la droite situationnelle, autrement dit un centre qui a été classé à droite sans jamais pour autant être ontologiquement de droite.

Le clivage entre progressistes et conservateurs que revendique Macron est une aubaine pour une droite qui saurait redevenir elle-même au moment où il apparaît de plus en plus que le progrès est une idée du XIXe siècle frappée d’obsolescence, une idée de jeune vieux. […] »

Chard Marine Le Pen Daesh

Levée de l’immunité de Marine Le Pen : une faute du gouvernement Macron

Présent Marine Le Pen DaeshL’affaire, on la connaît : Marine Le Pen est harcelée judiciairement depuis 2015 au motif qu’elle a diffusé sur son compte twitter des images de crimes islamistes. Cette diffusion n’était pas gratuite : candidate à la présidentielles, Marine avait subi, au cours d’un débat sur BFM TV, l’ignominie d’un parallèle opéré entre le Front national et l’État islamique. C’était une façon de répondre : « Taisez-vous ! Regardez donc ce qu’est l’État islamique ! »

Le ministre socialiste Bernard Cazeneuve avait lancé la procédure. Le ministre ex-socialiste Nicole Belloubet l’a reprise à son compte, et a saisi le bureau de l’Assemblée nationale qui s’est exécuté et vient donc de décider la levée de l’immunité parlementaire de la présidente du FN.

Cette décision est sans doute la première vraie faute politique du gouvernement Macron.

En effet, aux yeux de l’opinion, cette mesure est parfaitement incompréhensible : la punition de ceux qui dénoncent les exactions de Daesh, en raison précisément de cette dénonciation, nécessite des contorsions explicatives auxquelles les médias ne se risquent d’ailleurs pas. La nouvelle a simplement été commentée comme découlant d’une application de la loi (laquelle ? Pourquoi ?). Dans un éditorial spécialement fielleux, Le Parisien explique par exemple que Marine Le Pen ne saurait « se placer au-dessus des lois ». Mais encore une fois, en quoi dénoncer les crimes de l’État islamique vous place au-dessus des lois ? Cette question n’a toujours pas reçu de réponse claire, ce qui donne le sentiment d’une simple mesure destinée à persécuter un adversaire.

Marine Le Pen a d’ailleurs immédiatement réagi :

« Mieux vaut être un djihadiste qui rentre de Syrie qu’une députée qui dénonce les abjections de l’État islamique : on prend moins de risques judiciaires. »

La formule tourne sur Internet, et les conversations de bureau et de comptoir montrent l’incompréhension générale d’une opinion publique spécialement choquée.

Seule explication rationnelle à cette décision : une volonté de faire un « coup politique », en montrant à la gauche, aux déçus du PS, que l’équipe Macron n’a pas complètement glissé à droite, qu’elle reste vigilante à l’égard du Front national, maintenu à l’écart par des artifices comme cette levée d’immunité. Le gouvernement est « et de gauche et de droite » : après les ordonnances, qualifiées de droite, voici donc une mesure de rééquilibrage sur la gauche.

Ce calcul est une erreur, car le gouvernement mesure mal l’évolution de l’opinion sur le danger islamique, et aussi sur le besoin d’identité, qui libèrent la parole.

Autre erreur des stratèges de l’Élysée (en supposant que Madame Belloubet ait agi sur ordre) : alors même que Mélenchon, décrété opposant préféré, connaît un énorme trou d’air, pour partie personnel et pour partie politique, la reprise des persécutions à l’encontre des plus patriotes, dans un contexte de malaise grave, notamment au sein de la police et de l’armée, pourrait se révéler une chance pour le FN. Cette persécution inquiète et ressoude. M. Macron aurait voulu remobiliser les sympathisants du FN qu’il ne s’y serait pas pris autrement. C’est déjà ce que l’on constate, d’un bout à l’autre du pays.

Francis Bergeron

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 10 novembre 2017

Florian Philippot et Thiébaut

Charte des Patriotes : Florian Philippot révèle ses contradictions, par Marc Limeuil

08/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Publiée hier, la Charte des Patriotes, le parti créé par Florian Philippot, révèle au grand jour les contradictions de celui qui n’a rien de la belle mécanique intellectuelle qui manquerait au Front national. Florian Philippot fait clairement prévaloir ses idées progressistes sur la souveraineté populaire.

Outre que, dans cette Charte qui comprend vingt-six points, la question de l’immigration, réduite aux seuls clandestins, n’arrive qu’en vingt-et-unième position – alors que le « bien-être » des animaux, ces « êtres sensibles », est le point n° 6… –, Florian Philippot affirme dans le même article 23, d’un côté que « le gouvernement doit se concentrer sur les grands problèmes de la nation et laisser à la société le soin de définir son modèle de société, par des outils comme le référendum d’initiative populaire », et de l’autre, à la ligne suivante, que « Les Patriotes respectent les derniers choix de société comme le mariage pour tous », défini comme ressortant de « l’épanouissement de chacun dans un respect scrupuleux des libertés individuelles ».

Or, rappelons-le à l’auteur de cette « charte » qui ferait rigoler n’importe quel jury de son cher Sciences Po, ce n’est pas « la société » qui a décidé d’imposer le « mariage pour tous », mais le gouvernement de l’époque, et celui-ci l’a fait contre l’avis de « la société », qui avait justement réclamé un référendum sur le sujet par le dépôt, au Conseil économique social et environnemental (Cese) d’une pétition signée par près de 700 000 personnes !

Celle-ci avait été jugée irrecevable, sans doute au grand soulagement de Florian Philippot, qui sera aimable d’indiquer, dans une prochaine mouture de sa « charte », quels sujets peuvent être soumis à référendum… et quels sujets ne doivent surtout pas l’être.

Marc Limeuil