Quand une lanceuse d’alerte se transforme en censeur, le cas Frances Haugen

Frances Haugen

Frances Haugen ? Une ancienne employée de Facebook – devenu “Meta” – qui se retourne contre son employeur ; non pas parce que celui-ci détricote savamment la liberté d’expression, mais parce qu’il ne censure pas assez bien.

Frances Hagen n’est pas Assange

Assange est pourchassé, emprisonné, menacé d’extradition aux États-Unis où il risque plus de 100 années de prison ; Hagen est reçue par le Congrès américain, à Berlin, à Londres, à Bruxelles, au Parlement français. Si les deux ont fait fuiter des milliers de documents, d’un côté c’est une vie brisée et de l’autre un statut de diva.

Frances Hagen veut un renforcement de la censure

L’ancienne « chef de produit dans la division intégrité civique » (sic) de Facebook (de juin 2019 à mai 2021) dénonce – et elle a raison – l’usage addictif du réseau social conduisant paradoxalement à une désocialisation et parfois à des comportements asociaux. Rien de nouveau sous le soleil. Elle démontre que l’entreprise tient un double langage vis-à-vis des investisseurs, s’engageant à des réformes sans vouloir les mener à bien. Là aussi, qui s’étonnera ?

Plus étonnant (ou moins étonnant, qui sait) est son discours récurrent contre les « messages de haine », appelant à plus de « régulation » (comprenez censure) des contrevenants, complotistes, véreux, extrémistes etc. Cette attitude est bien dans la ligne libérale libertaire américaine importée en Europe : la liberté oui, mais pour ceux qui pensent comme moi, et la mise sous le boisseau pour les autres. Des censures de Facebook à celles de Google, les exemples sont trop nombreux, et ce n’est pas Hagen qui agira contre cette tendance.

Triple censure, des réseaux sociaux, de Bruxelles, de Paris

In fine, Frances Hagen conforte un double mouvement : une censure interne aux réseaux sociaux plus une censure étatique comme celle que veut mettre en place en France la commission Bronner ou le nouveau dispositif Viginum contre les « infox venues de l’étanger », lire Russie. Ou encore le DSA de Bruxelles, Digital service act qui veut « mettre à disposition des usagersdes instruments juridiques efficaces pour lutter contre les discours de haine et leurs auteurs… ». In fine, Frances Hagen mord la main qui l’a nourrie pour bénéficier d’un statut totalement immérité de lanceuse d’alerte, contrairement à Assange ou Snowden qui ont pris des risques à leurs dépens.

Texte repris du site OJIM