50 000 terroristes islamiques en France selon les calculs de Dalil Boubakeur

50 000 terroristes islamiques en France selon les calculs de Dalil Boubakeur

24/03/2012 – 13h45
TOULOUSE (NOVOpress) –
Dans la tempête des commentaires suscités par les tueries islamistes perpétrées par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban, la déclaration de Dalil Boubakeur s’avère instructive et terrifiante. Mercredi dernier, le dignitaire musulman affirmait que la religion musulmane était « à 99 % pacifique ». En suivant le raisonnement du recteur de la grande mosquée de Paris, 1% des musulmans en France pourraient ressembler au sanguinaire Mohamed Merah. Soit, au bas mot, 50 000 personnes puisque le nombre de mahométans dans l’Hexagone s’élèverait à 5 ou 6 millions !

Toujours est-il qu’un jour seulement après sa mort, Mohamed Merah compte de nombreux fans. Selon Le Parisien, vendredi matin, une enseignante d’anglais au lycée Gustave-Flaubert de Rouen aurait demandé à ses élèves d’observer une minute de silence en mémoire du terroriste islamique. Tandis que les hommages à l’ancien délinquant multirécidiviste se multiplient sur Facebook.

Crédit photo : Alain Bachellier via Flickr (cc) – Le recteur de la mosquée de Paris lors de l’Inauguration de la mosquée Sahaba à Créteil le 18 décembre 2008.

[Tribune libre] Présidentielle : les jeunes filles vont voter. “LOL”

[Tribune libre] Présidentielle : les jeunes filles vont voter. "LOL"

Le magazine Elle a consacré un article aux jeunes filles qui vont voter pour la première fois à la présidentielle 2012.

Nous commençons avec Marion, Alizée et Paola en terminale dans un lycée professionnel. Paola va voter “comme maman” (sic). Marion nous explique qu’il faut “remettre à niveau les gens modestes et les très riches” : preuve qu’elle a déjà digéré le vocabulaire du système qui n’appelle plus un chat un chat mais un pauvre quelqu’un de “modeste”. Et Alizée elle, “votera pour celui qui aura un véritable plan d’emploi des jeunes”. Si elle est logique elle devrait donc voter blanc. Mais la logique et les jeunes filles…

Poursuivons. Lucille, surveillante dans un collège, militante féministe, estime que les droits des femmes seront reconnus par la prise en compte du vote blanc…

Laure-Anne, Camille et Marine, en licence d’arts plastiques à Bordeaux

Laure-Anne : “C’est super important que quelqu’un incarne la fonction, qu’il inspire le respect autant que la confiance. On ne veut pas d’un Président people. On a envie de sincérité, de quelque chose qui nous élève, pas de ces guéguerres médiatiques entre candidats ou à l’intérieur des partis. Il n’y a que ça qui ressort actuellement de la campagne. C’est frustrant pour un premier vote, alors qu’on attendait ce moment ! “ Oui, tu as raison cocotte c’est super important la sincérité. On parle d’une élection, pas du dernier épisode de Grey’s anatomy ! Laure-Anne, hors-sujet…

Camille, elle, aimerait ressentir “une émotion” en votant… Pour une première fois elle risque d’être un peu déçue parce que la politique c’est de l’ordre du rationnel pas de l’émotionnel. Mais les premières fois sont toujours décevantes n’est-ce pas ?

Marine, elle, trouve que le discours des politiques n’est pas accessible. Pourtant il est calibré par les conseillers en com’, 300 mots différents au maximum, la pensée politique réduite au slogan, pour que justement même les cruches puissent avoir un avis…

Myriam, animatrice de maison des jeunes à La Courneuve : “Je voterai avec conviction le jour où un homme ou une femme politique n’aura plus de clichés sur les banlieues, où les habitants des quartiers ne seront plus stigmatisés, réduits à des “racailles” et des dealers”. C’est vrai qu’il n’y a aucune racaille en banlieue, c’est un “cliché”. Ça doit être un « sentiment d’existence de la racaille… ».

Marie, en BTS, en stage dans un foyer de travailleur migrants “donc elle va voter à gauche”. Ce ne serait pas plutôt l’inverse cocotte ? C’est parce que tu es à gauche que tu fais un stage dans un foyer de migrants…

Sofia en terminale : “pour moi voter c’est une ouverture sur les autres et la société”… Voter c’est décider du destin commun. Si on veut s’ouvrir aux autres on va sur Facebook chercher des amis. S’ouvrir aux autres dans un isoloir ce ne serait pas un peu paradoxal ?

Marie, étudiante à l’institut catholique (histoire de l’art) : “Je ne crois pas en l’État providence. Il faut avoir de l’ambition” donc elle vote UMP. De l’ambition ? En étudiant l’histoire de l’art à l’institut catholique ? Son avenir apparaît dans la boule de cristal citoyenne : dans 2 ans elle épouse un droitard crevard du XVème arrondissement, elle finit femme au foyer et si elle a de la chance elle pourra occuper ses après-midi à écrire des livres pour enfants…

Mathilde en BTS : “c’est fini le clivage gauche-droite” donc elle va voter Sarkozy pour faire comme papa. Comprenne qui pourra…

Ibtissem, voilée, en fac de langues : “Voter n’est pas un truc que je prends à la légère” donc… roulement de tambour… suspens insoutenable… “Je n’ai pas encore choisi de candidat.” Les programmes sont dévoilés (eux) il est donc facile de prendre ses responsabilités et de faire son choix.

Marie-Eve, black, Lille : “Quel est le candidat idéal pour moi ? Il est grand, il est noir et il s’appelle… Barack “… ça, si ce n’est pas du communautarisme pour midinette, ça y ressemble quand même beaucoup.

Leslie, BTS protection de la nature en Corrèze : “Les grands candidats ne m’inspirent pas, et les petits n’ont aucune chance d’être élus. Ce qui m’obligera peut-être à voter utile”, c’est sur que c’est avec le vote utile pour l’UMPS qu’on change le système. 22 ans, déjà grabataire dans la tête.

Inès, étudiante dans l’audiovisuel à Rennes, pour bien clore le dossier : “Moi, je vais voter contre le FN pour ne pas revivre le cauchemar de 2002.” Ah oui, ça c’est important… La bête immonde ne passera pas. Nous vivrons tous du coup au pays du bonheur, de la paix et de la prospérité…

Conclusion

On peut se demander si le journal Elle, pourtant destiné aux femmes, ne serait pas inconsciemment ultra sexiste, et ce pour deux raisons :

– réussir à aligner une telle brochette d’idiotes qui se contentent de rabâcher tous les lieux communs sur la politique sans qu’il y en ait une seule, oui une seule, qui développe une analyse politique un peu conséquente, c’est continuer à diffuser l’idée que les femmes et la politique ça fait deux ;

– encore plus pernicieux : aucune des jeunes filles interrogées ne fait des études sérieuses. C’est à dire des études qui ne vont pas les conduire directement soit au pôle emploi soit aux CDD à temps partiel de caissières. On aurait pu interroger des jeunes filles qui étudient les mathématiques fondamentales, qui sont dans des grandes écoles, qui font des études de médecine, qui seront indépendantes financièrement et non pas des petites filles assistées qui dépendront de leurs maris et voteront comme papa et maman.

En attendant

Spoutnik, pour Novopress

Crédit photo : capture d’écran site internet ELLE

Les “Bobards d’or” retransmis en direct sur Novopress mardi à partir de 20h15

Bobards d'Or 2012 - Le vote est ouvert sur Internet

Novopress assurera en direct la retransmission des Bobards d’Or le mardi 20 mars à partir de 20h15. Organisée par Polémia, cette cérémonie parodique récompensant chaque année les plus gros “bobards” médiatiques, se déroulera mardi 20 mars à Paris dans le 9ème arrondissement. Si vous ne pouvez vous rendre sur place, rendez-vous sur Novopress ce mardi 20 mars !

Les Bobards d’Or seront retransmis en direct dans le lecteur vidéo ci-dessous

Vous souhaitez diffuser la cérémonie sur votre site ou votre blogue ? Recopiez le code ci-dessous

<iframe style="border: 0pt none; outline: 0pt none;" src="https://cdn.livestream.com/embed/agence2presse?layout=4&amp;color=0xe7e7e7&amp;autoPlay=false&amp;mute=false&amp;iconColorOver=0x888888&amp;iconColor=0x777777&amp;allowchat=true&amp;height=340&amp;width=500" frameborder="0" scrolling="no" width="500" height="340"></iframe>

Agenda : un colloque royaliste le 24 mars prochain à Paris

Agenda : un colloque royaliste le 24 mars prochain à Paris

19/03/2012 – 09h30
PARIS (NOVOpress) — Organisé par l’Alliance Royale, un colloque royaliste se tiendra à Paris le samedi 24 mars 2012. Réunissant intellectuels, universitaires, essayistes et historiens, ce colloque aura pour animateurs Reynald Sécher, Yvan Blot – qui participait quelques jours plus tôt aux assises “La France en danger, Olivier Tournafond, et Renaud Dozoul.

Dénonçant l’élection présidentielle comme une “imposture”, l’Alliance Royale précise que “les royalistes ont bien l’intention de faire entendre leur voix discordante ; tant pour dénoncer les impostures et manipulations républicaines que pour être force de proposition pour réformer nos institutions et rendre au peuple français une véritable liberté politique, jusqu’à présent confisquée par les partis politiques.”

En savoir plus : www.colloque-royaliste.fr

[box class=”info”]Où : Salle Pierre Nicole, 9 rue Pierre Nicole 75005 Paris
Quand : le samedi 24 mars à partir de 9h30
Contact et renseignements : www.colloque-royaliste.fr / Dossier de presse[/box]

Le gouvernement interdit temporairement le maïs OGM

Le gouvernement interdit temporairement le maïs OGM

19/03/11 – 08h00
PARIS (NOVOpress)
— À quelques semaines des premiers semis, les associations écologistes et environnementalistes attendaient avec impatience cette décision, craignant la catastrophe d’une dissémination du maïs OGM Monsanto sur l’ensemble du territoire.

Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a annoncé vendredi « une mesure conservatoire visant à interdire temporairement » la culture du maïs transgénique Monsanto (MON810) afin de « protéger l’environnement ».

Paris avait demandé le 20 février à la Commission européenne de suspendre l’autorisation de mise en culture, en s’appuyant sur des nouvelles études scientifiques. Mais la réponse attendue pouvant prendre des mois, le gouvernement, par mesure de précaution et sous la pression des associations, a décidé de pendre cette mesure temporaire d’interdiction.

Crédit photo : UMP Photos via Flickr (cc)

Face à Marine Le Pen, NKM voterait pour François Hollande

Face à Marine Le Pen, NKM voterait pour François Hollande

18/03/11 – 17h45
PARIS (NOVOpress)
– S’il fallait encore une démonstration de la collusion UMPS et du fait que Marine Le Pen est la seule vraie candidate anti-système, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet l’aurait donnée en annonçant qu’elle voterait PS en cas de second tour entre François Hollande et Marine Le Pen.

C’est sur France 3, face au directeur de la campagne de Mme Le Pen, l’énarque Florian Philippot, que NKM a donc réédité son appel des dernières cantonales à voter PS contre le FN, après avoir essayé de botter en touche en affirmant que la possibilité d’un duel Le Pen-Hollande n’était « pas d’actualité » se basant sur des sondages dont on connaît l’imprécision et la manipulation quand il s’agit du traitement de la droite nationale.

Crédit photos : NKM via Flickr (cc)

Syrie : la France impliquée jusqu’au cou

Syrie : la France impliquée jusqu’au cou

16/03/12 – 15h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinfo de Radio Courtoisie) –
En Syrie, la télévision publique du pays a confirmé début mars ce que l’on supposait depuis longtemps : l’armée nationale syrienne a fait prisonniers 18 agents français à Homs et un 19e à Azouz.

Syrie : la France impliquée jusqu’au cou Cette confirmation indique que les négociations engagées entre Paris et Damas se sont soldées par un échec et que la Syrie a décidé d’augmenter la pression sur la France en portant l’affaire sur la place publique. La presse turque a confirmé l’arrestation du 19e agent français en expliquant que quatre agents turcs avaient été arrêtés avec lui, ceci alors même qu’Ankara s’était engagé le 7 février à retirer tous ses agents en échange de la restitution de 49 prisonniers. La télévision libanaise Al‑Manar a rapporté un échange entre le ministre français des Affaires étrangères et son homologue saoudien en marge de la conférence de Tunis. Le prince saoudien déplorait que la France n’ait pas reconnu le Conseil national syrien comme seul représentant légitime de la Syrie. Alain Juppé lui aurait alors répondu : « Si je le fais, qui nous rendra nos soldats ? »

La presse française reste donc silencieuse alors que ces informations sont maintenant publiques au niveau international

Cette attitude atteste du rétablissement de la censure militaire en France. La question qui se pose est de savoir si le président Sarkozy a rétabli la censure militaire pour des motifs d’intérêt national ou pour des raisons personnelles, c’est‑à‑dire pour éviter de devoir rendre compte à ses concitoyens de la guerre secrète qu’il conduit contre la Syrie en violation de la Constitution.

On se dirige donc vers un scénario à la libyenne

Comme en Côte d’Ivoire et la Libye, les spécialistes de la guerre secrète de l’armée française préparent le terrain avant une intervention militaire internationale. Il ne fait plus de doute que sans le soutien de la Russie et de la Chine, le régime syrien ne serait plus qu’un lointain souvenir. En tout cas, une nouvelle fois, la France et son peuple sont engagés dans une guerre à leurs corps défendant et sans même le savoir.

Crédit image : The World Factbook, domaine public.

Agenda : “Jeanne d’Arc une figure politique pour aujourd’hui” le 31 mars à Paris

Agenda : "Jeanne d'Arc une figure politique pour aujourd'hui" le 31 mars à Paris

Alors que l’élection présidentielle voit les partis politiques s’entre déchirer et diviser chaque jour un peu plus les Français, l’association “Avec Jeanne” (www.avecjeanne.fr), présidée entre autres par l’Abbé Guillaume de Tanouärn, propose le 31 mars prochain un rendez-vous au Forum de Grenelle, placé sous la figure unitaire de Jeanne d’Arc.

Premier “Grenelle johannique”, ce colloque intitulé “Jeanne d’Arc une figure politique pour aujourd’hui” verra se succéder à la tribune des intervenants de renom, tels Jean de Viguerie, Frédéric Rouvillois, Rémi Soulié, Éric Letty, Gérard Leclerc…

Trois temps forts rythmeront l’après midi : l’histoire politique de Jeanne, le symbole politique d’une Jeanne nationaliste et chrétienne et enfin les “mots d’ordre johanniques”. La journée se clôturera autour de verres de vins et de cochonnailles.

[box class=”info”]Où : Forum de Grenelle 5 rue de la Croix Nivert 75015 Paris
Quand : le samedi 31 mars de 14h à 20h
Contact et renseignements : jeannedarc2012@yahoo.fr / www.avecjeanne.fr / Avec Jeanne, 23 avenue Rapp 75007 Paris
Entrée : 9 euros (5 euros pour les étudiants, 7 euros en prévente)[/box]

Lu sur le net : “Algérie/Évian, mars 1962 : la censure”

Lu sur le net : "Algérie/Évian, mars 1962 : la censure"

[box class=info]Texte tiré du site officiel de Dominique Venner : www.dominiquevenner.fr[/box]
Un demi-siècle après les accords d’Évian du 18 mars 1962, la France officielle, en dépit de sa démocratie tant invoquée, interdit que l’on regarde la vérité en face. C’est ce qu’a démontré la censure dont a été l’objet l’historien Guy Pervillé, spécialiste reconnu de la guerre d’Algérie, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Le Mirail, auteur de La Guerre d’Algérie (PUF, Que Sais-je ? 2007). Comme il l’a expliqué sur son blog, il avait été contacté un an plus tôt par le directeur des Archives de France afin de rédiger un texte objectif sur la fin de la guerre d’Algérie pour Commémorations nationales 2012, publication annuelle du Ministère de la culture et de la communication (1). Il a remis son texte à la date prévue. Mais, peu avant publication, il a été informé que son texte serait amputé des 4/5ème, sans qu’il soit consulté et sans sa signature. Son texte intégral ayant été publié sur son blog, on s’aperçoit qu’a été censuré tout ce qui concerne l’enlèvement et les tueries de Français après les accords d’Évian, l’abandon et le massacre des harkis, ainsi que le rôle du général de Gaulle (dont le nom a même été supprimé).

Les accords d’Évian signés le 18 mars 1962 entre les représentants du gouvernement français et ceux du gouvernement provisoire algérien (GPRA) prévoyaient l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu le 19 mars à midi. Il n’en fut rien du côté algérien. Le jour même de la conclusion des accords, l’un des signataires français, Robert Buron, notait dans ses Carnets : « Les jours qui viennent vont être des jours de folie et de sang ». C’était bien vu.

Lu sur le net : "Algérie/Évian, mars 1962 : la censure"Dans son étude censurée, Guy Pervillé écrivait : « Le FLN profita des accords d’Évian pour reconstituer ses forces armées (2) et pour étendre leur autorité sur une grande partie du pays et de sa population. L’armée française s’y opposa jusqu’au 8 mai, puis dut y renoncer. À partir du 17 avril 1962, le FLN déclencha une vague d’enlèvements contre la population française, supposée complice de l’OAS, dans les agglomérations d’Alger et d’Oran, mais aussi à l’intérieur de ces régions. Le 14 mai, la Zone autonome d’Alger […] rompit  ouvertement le cessez-le feu en déclenchant une série d’attentats. C’est alors que le président De Gaulle […] accepta l’avancement de la date du référendum algérien au 1er juillet […]. D’autre part, des enlèvements et des massacres avaient été commis après le 18 mars contre d’anciens “harkis” en violation flagrante des clauses d’amnistie des accords d’Évian. […] Le 3 juillet, la France reconnut l’indépendance de l’Algérie. [Cependant], absence d’autorité incontestée et la compétition pour le pouvoir déclenchèrent de nouvelles vagues d’enlèvements et de violences meurtrières contre des Français d’Algérie (notamment des centaines d’enlèvement à Oran le 5 juillet) et contre d’ancien “harkis”. Les troupes françaises accueillirent et transférèrent en France les fugitifs, mais le gouvernement leur interdit de les rechercher sans l’accord des autorités algériennes… »

Depuis un demi-siècle, on répétait qu’Évian avait réglé le problème algérien et que seule l’OAS était responsable des violences et du malheur des Pieds Noirs. Et voilà que le travail des historiens mettait en cause le FLN et le gouvernement français.

Le professeur Pervillé poursuit : « Les enlèvements de Français diminuèrent après le 26 septembre 1962 qui vit l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement présidé par Ben Bella. Mais les massacres d’anciens harkis durèrent encore plusieurs mois et leur emprisonnement sous prétexte d’assurer leur sécurité, encore 10 ans. » Ce passage a également été censuré.

L’historien concluait son exposé en ces termes (censurés) : « Les accords d’Évian voulus par le gouvernement français comme « la solution du bon sens » se révélèrent une utopie qui échoua à ramener une vraie paix en Algérie. »  

Dominique Venner


 Notes

  1. Déjà censuré l’année précédente, en 2011, au sujet de la célébration du centenaire de Céline, jugé inacceptable par Serge Klarsfeld. Le censure politique devient pratique courante. C’est ainsi que la direction de la chaîne I-Télé  a interdit la diffusion de l’émission Ménard sans interdit enregistrée le 13 décembre 2011, au cours de laquelle l’universitaire et africaniste Bernard Lugan commentait son livre Décolonisez l’Afrique (Ed. Ellipses) qui pose la question de la différenciation des peuples et des cultures. Pour plus d’informations : www.bernard-lugan.com
  2. Les forces du FLN avaient été en grande partie détruites par l’armée française (NDLR).

Assises « La France en danger » : retransmission en direct samedi 10 mars à partir de 9h

Assises « La France en danger » : retransmission en direct samedi 10 mars à partir de 9h

Ce samedi 10 mars, de 9h à 19h, se tiennent les assises “La France en danger”, à l’espace Charenton, à Paris. Elles sont organisées par l’association Nationalité Citoyenneté Identité.

Au programme de la journée :

Matin :
– Interventions de Catherine Blein (présidente de l’association organisatrice), de Pierre Cassen (Riposte Laïque), de Filip Dewinter (Vlaams Belang) et de Javier Portella (Il Manifiesto).
– Table ronde animée par Philippe Conrad avec Yvan Blot (Démocratie Directe), Guy Rachet (écrivain) et Guillaume de Thieulloy (Nouvelles de France, Les 4 vérités).

Après-midi :
– Interventions de Catherine Blein, d’Yves-Marie Laulan, de Gérard Dussouy, de Jared Taylor (American Renaissance) et de Fabrice Robert (Bloc Identitaire).
– Table ronde animée par Jean-Yves Le Gallou (fondation Polémia) avec Marc Rousset, Jan-Paul Gourevitch et Henry de Lesquen (Club de l’Horloge).

Pour tout renseignement, visitez le site internet de l‘association Nationalité Citoyenneté Identité, ou écrivez à l’association sur nationalite.nci@gmail.com .

Watch live streaming video from agence2presse at livestream.com

Au secours ! Sarkozy prétend « réinventer » la France !

Au secours ! Sarkozy prétend « réinventer » la France !

Article publié avec l’aimable autorisation de la fondation Polémia.

[box class=”info”] De Gaulle se faisait « une certaine idée de la France » ; Sarkozy prétend la « réinventer ». Au-delà de l’exubérance des propos de campagne, Michel Geoffroy propose un décryptage de la signification du mot « changement ». Un mot au cœur des campagnes électorales depuis quarante ans. Un mot qui traduit en fait une volonté de déconstruire la France, « ce cher et vieux pays » (De Gaulle).
Polémia [/box]

Lors de la réunion qu’il a tenue le 6 février 2012 à Annecy, M. Nicolas Sarkozy, qui se présente comme le « candidat du changement » (sic) a notamment déclaré « Tout, absolument tout est à réinventer… Nous ne pouvons pas construire un nouveau monde, une nouvelle Europe avec les idées d’hier, nous ne pouvons pas construire une nouvelle France avec les idées du passé ». Ces propos méritent qu’on s’y arrête. Car ils caractérisent l’oligarchie.

Le « changement » permanent, rejeton de l’idéologie des Lumières

Au secours ! Sarkozy prétend « réinventer » la France !Le thème du « changement » est en effet au cœur du Système : il plonge ses racines dans l’idéologie des Lumières.

Il a donc longtemps été l’apanage de la gauche, du « parti du mouvement » précisément, face à une droite conservatrice de l’ordre social.

L’idéologie des Lumières pose en effet en principe qu’il est non seulement possible mais aussi souhaitable de reconstruire la société à partir de la seule raison, en se libérant notamment des croyances et coutumes « obscurantistes ». C’est ce qu’on appelle aussi le « constructivisme », qui repose sur l’illusion que la raison humaine serait suffisamment forte pour concevoir et faire fonctionner durablement une société idéale à partir de rien. Les partisans des Lumières croient en outre que le coût humain d’un tel changement entrepris au nom du progrès est toujours négligeable.

Mais pour construire le paradis sur terre, il faut d’abord déconstruire l’ancien monde pour « libérer » l’homme. C’est ce mouvement de déconstruction que la gauche nommait « progrès ». Car pour les hommes des Lumières, le passé n’est que ténèbres.

La démocratie entendue comme la dictature des factions « éclairées »

L’instrument politique de cette déconstruction a été l’Etat et la démocratie politique entendue comme la dictature des factions « éclairées » sur les assemblées élues, phénomène que l’on nomme aussi Révolution. L’égalitarisme a constitué la justification idéologique principale de cette déconstruction.

Avant les Lumières, les gouvernants concevaient les peuples et les nations comme une propriété qu’il fallait défendre et faire fructifier en bon père de famille, dans le respect des droits de ceux qui composaient la société (les « états »).

Avec les Lumières, l’Etat ne protège plus la société : il doit au contraire la transformer, de gré ou de force.

Car la volonté du peuple n’est licite que si elle se conforme à la définition que ces « éclairés » donnent au mot « progrès » : sinon elle devient factieuse, contre-révolutionnaire, rebelle ou populiste. Ce peuple-là n’a plus droit à la parole : il mérite les Colonnes infernales (contre la Vendée rebelle ou les Etats confédérés du Sud, également rebelles), le goulag, la police ou la censure.

Le bougisme comme stade suprême du politique

En un siècle, sous l’influence idéologique de la gauche, le changement est ainsi devenu le maître mot du politique. Tout politique doit changer quelque chose pour exister. Car changer revient à progresser : tel est le credo des Lumières. Par construction, on doit préférer le changement, quel qu’il soit, au statu quo.

En 1981 encore, le parti socialiste ne craignait pas de prendre pour slogan : « Changer la vie ». Rien que cela ! Nous sommes entrés dans l’ère du « bougisme », du changement pour le changement.

Pourtant, à la fin du XXe siècle, le thème du changement n’est plus le monopole de la gauche : il a été repris en effet par l’oligarchie occidentale à son profit.

L’oligarchie mondialiste fille spirituelle de la gauche

L’oligarchie a repris les mots de la gauche, mais en les plaçant cette fois au service des puissances d’argent.

On dit que le diable est le singe de dieu : la gauche socialiste et communiste prétendait changer la vie pour sortir du capitalisme. L’oligarchie occidentale change au contraire notre vie, mais c’est… pour mieux la placer au service des intérêts financiers, comme les Grecs en font en ce moment l’expérience paroxystique.

L’oligarchie, avec M. Sarkozy, nous promet des lendemains qui chantent, comme hier l’avant-garde des communistes. M. Sarkozy nous promet ainsi un « nouveau monde » et une « nouvelle France ». Un écho, non pas à la « belle province » canadienne mais à « la France réinventée » que préconise de son côté le MEDEF dans son document Besoin d’Aire. C’est sans doute un heureux hasard.

On saluera l’outrecuidance de ces messieurs et dames qui prétendent tirer un trait sur notre histoire millénaire, pour reconstruire notre pays. Toujours l’utopie de la page blanche !

« Tout, absolument tout est à réinventer », nous dit le bon docteur Sarkozy. Tout serait donc à jeter aux poubelles de l’histoire, à commencer, on le sait, par La Princesse de Clèves ? Par exemple l’idéologie des droits de l’homme qui est effectivement une « idée du passé » ? Ou bien le préambule de la Constitution de 1946 qui appartient aussi « au passé » ?

Mais d’où leur vient de science certaine qu’il faut nous changer, nous les Français de souche ? Le général De Gaulle se faisait une certaine idée de la France, ce « cher et vieux pays ». M. Sarkozy, lui, prétend la réinventer. Au secours !

Car c’est une supercherie que de prétendre fonder une nation en faisant table rase de son histoire et de son passé. M. Sarkozy prétendrait-il réussir là où le communisme en 70 ans de dictature a échoué ?

Déconstruire pour les marchés

Le principal argument de l’oligarchie en faveur du « changement » consistait à soutenir que la France devait s’adapter à la mondialisation des échanges et à la concurrence plus vaste que cela impliquait. De ce changement, en particulier de modèle social, naîtrait une meilleure compétitivité et la prospérité pour tous.

Pendant 20 ans on a donc soumis notre pays et nos voisins européens à la potion libre-échangiste et à la déconstruction des protections qui l’accompagne nécessairement. Aujourd’hui les résultats sont là : chômage structurel, désindustrialisation, immigration, déficits publics, démoralisation du peuple français, et… augmentation de la profitabilité des grandes entreprises transnationales. La France a effectivement « changé » mais pas en mieux pour tout le monde !

Les oligarques ont alors changé… de discours. Comme le déclarait M. Guéant, il faut « changer la France pour qu’elle reste elle-même » (Le Monde du 2 mars 2011). On admirera la dialectique digne du Sapeur Camember qui se jetait à l’eau pour éviter la pluie ! C’est le changement de son modèle social qui permettra de le préserver !

Sortons les apôtres du changement !

Mais pourquoi une nouvelle France ? La France actuelle ne conviendrait-elle pas ? Ce n’est pourtant pas le point de vue des immigrés qui sont chaque jour plus nombreux à s’installer chez nous et qui trouvent manifestement très bien notre pays.

En outre, ce sont les oligarques qui exercent le pouvoir sans partage depuis la fin du XXe siècle, ceux qui ont façonné la France et l’Europe dans laquelle nous vivons, qui nous expliquent maintenant qu’il faudrait tout recommencer. Ce besoin de « reconstruction » sonne comme un aveu d’échec.

Il faut donc décoder leur discours : ce n’est pas pour les Français qu’il faut réinventer la France, mais bien pour la finance. Nuance.

Tous ces messieurs trouvent qu’ils n’en ont pas fait assez dans la déconstruction. Pour les Talibans du changement il faut toujours accélérer les réformes !

« Reconstruire la France » c’est lui demander de s’oublier

« Reconstruire la France », cela veut dire en réalité présenter des finances publiques et sociales en équilibre pour rassurer les investisseurs internationaux. Cela veut dire payer les dettes publiques mais sans inflation, pour rembourser les gentilles banques qui prêtent aux Etats. Cela veut dire aussi déconstruire toutes les protections sociales qui constituent une entrave à la mobilité de l’emploi. C’est aussi, bien sûr, maintenir les frontières ouvertes, car nos grandes entreprises ont besoin du commerce international pour faire des bénéfices ; elles ont aussi besoin d’immigration et de « diversité » pour peser sur les salaires des autochtones. Cela veut dire un enseignement professionnel de qualité et une recherche financée sur fonds publics, pour soulager les budgets de nos chères entreprises. Cela veut dire, enfin, être un atlantiste bien gentil et non un adepte de la bête indépendance nationale.

Bref, « reconstruire la France » c’est lui demander de s’oublier. C’est lui demander de préférer tout le monde aux Français de souche. C’est la faire devenir anglaise et protestante, voire musulmane, ce qui ne sera pas un problème si elle parle anglais et si elle se place au service de nos alliés qui nous aiment tant… Comme l’écrivait M. Sarkozy en 2006 (Témoignage, Editions XO 2006, pp. 277 et 280) : « Je pense que les Français attendent une France d’après… C’est une France où l’expression “Français de souche” a disparu. » Nous voilà avertis sur la nature de la reconstruction que nous promet M. Sarkozy !

Mais, au fait, plutôt que de changer la France, pourquoi ne pas changer de gouvernants ? Ne serait-ce pas finalement plus simple et beaucoup moins coûteux ?

Michel Geoffroy

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

Image : Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle (1647-1707), l’un des textes fondateurs qui inaugure le mouvement des “Lumières” en France.

Initiative suisse contre l’immigration de masse : la parole à Oskar Freysinger [audio]

Le rire est il encore permis en Europe ? Entretien avec Oscar Freysinger [audio]
24/02/11 – 08h00
GENEVE (NOVOpress)
 –L’UDC, l’union démocratique du centre, a déposé début février une initiative visant à réduire de façon draconienne l’immigration de masse sur le sol suisse. L’initiative demande également à ce que la priorité sur le marché de l’emploi soit accordée aux Suisses. Les quotas pour les étrangers exerçant une activité lucrative en Suisse devront être fixés en fonction des intérêts économiques du pays.
Une proposition de votation, qui a retenu plus de 130.000 signatures et qui intervient dans un contexte où la Suisse semble de plus en plus se transformer en “emmental” à cause de l’immigration.
Pour revenir sur cette initiative, nous avons interrogé un des fers de lance de l’Union démocratique du centre, bien connu des Français, Oskar Freysinger.
Retour également avec lui sur l’actualité française, avec la question du droit de vote des étrangers et celle de la viande halal.
Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress
[MEDIA not found]

Viande halal : les Français doivent être informés !

Viande halal : les Français doivent être informés !

21/02/2012 – 11h45
PARIS (NOVOpress) — Lors d’un déplacement à Lille samedi, Marine Le Pen, s’appuyant sur le dernier numéro d’Envoyé spécial a affirmé : « Il s’avère que l’ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l’insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal. Tous les abattoirs d’Ile-de-France vendent du halal, sans exception. Que du halal ». L’Ile-de-France compte quatre grands abattoirs ovins et bovins. Sur ces quatre abattoirs, trois pratiquent un abattage exclusivement rituel : Ezanville, dans le Val-d’Oise, et Jossigny et Meaux, en Seine-et-Marne. Le quatrième est un abattoir de porcs. La totalité de la viande ovine et bovine produite en Ile-de-France est donc halal.

« Pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France…». On estime que la viande ovine et bovine consommée en Ile-de-France est halal à 80%

Sur les 200.000 tonnes consommées annuellement en Ile-de-France, 5.000 tonnes, soit 2,5%, sortent de ces trois abattoirs. Certains en ont conclu un peu rapidement que seuls 2,5% de la viande consommée dans la région-capitale serait halal. Ce qui est évidemment faux. Les 195.000 tonnes complémentaires viennent des grands bassins de production français, Normandie, Bourgogne, Pays-de-Loire, Bretagne, auxquels s’ajoutent la viande d’importation. Or, selon Gilbert Mouthon, professeur à l’École Vétérinaire de Maison Alfort (94) et expert auprès des tribunaux : « pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France, où on estime que 80% des moutons sont abattus selon les méthodes halal ». Quant aux viandes d’importation, on peut estimer qu’elles sont en majeure partie halal si l’on en croit ce document de 2004 (la situation a largement empiré !) sur le halal-business qui précise entre autre : « Il est remarquable que les principaux exportateurs de viandes et produits halal soient essentiellement les pays sans tradition musulmane comme l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Brésil, l’Argentine, les États-Unis, le Canada et également quelques pays européens comme l’Irlande, le Danemark (…) ». (p 15)

« Le consommateur est en droit de savoir. »

Pour le Dr Jean-Louis Thillier, auteur de nombreux rapports officiels sur la sécurité sanitaire, le scandale du halal « c’est celui du non-respect des normes d’hygiène, conduisant à une augmentation des contaminations à l’Echerichia Colli, ces terribles bactéries qui provoquent tant d’insuffisances rénales chez les enfants. Au cours de ce type d’abattages rituels, le contenu de l’œsophage et des intestins des animaux risque de souiller la viande, particulièrement les quartiers avant qui finissent dans les steaks hachés. Voilà pourquoi l’étiquetage indiquant comment les animaux ont été abattus est si important. Le consommateur est en droit de savoir. »

Le consommateur a en effet le droit de refuser d’être malade, le droit de refuser d’acheter de la viande provenant d’un animal condamné à souffrir de longues minutes après égorgement, et le droit de refuser de subventionner l’implantation sur notre sol d’une volonté politique et cultuelle exogène, puisque les bêtes estampillées halal le sont moyennant une redevance aux mosquées !

Henri Dubost pour Novopress France

Crédit photo : BrotherMagneto via Flickr

Xavier Cantat (Europe-Ecologie) : « Je me fiche pas mal de la France »

Xavier Cantat (Europe-Ecologie) : « Je me fiche pas mal de la France »

19/02/2012 – 11h30
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Le bordelais Xavier Cantat, frère du chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, était l’invité jeudi de l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC info.

Interrogé sur le slogan choisi par Nicolas Sarközy « la France forte », celui qui est également le « compagnon » de la secrétaire générale des Verts, Cécile Duflot, a donné une surprenante réponse : « Je me fiche pas mal de la France. La France est un hasard historique (…) je ne me sens pas plus Français que Sénégalais » !

Après les propos controversés d’Eva Joly, cette déclaration de celui qui est maire adjoint à la culture et à la jeunesse de Villeneuve St Georges et militant des Verts, jette un doute sur les réelles motivations politiques d’Europe-Écologie.

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

17/02/2012 – 11h10
NUMERAMA
 Oops. Il faut désormais penser à tout lorsque l’on est communicant, même aux petits détails que l’on croyait invisibles. L’équipe du candidat Nicolas Sarkozy a dévoilé mercredi soir l’affiche de campagne de l’actuel président de la République, qui promet “La France Forte” aux électeurs. Mais @shloren révèle qu’en fait de France, le paysage marin qui se cache derrière Nicolas Sarkozy n’est autre que la mer Égée, en Grèce. Une trouvaille d’autant plus gênante s’agissant d’un pays dont le Smic vient d’être raboté à moins de 40 % du salaire minimum français, et qui se situe au bord de l’insurrection et du chaos financier.

La découverte a été permise par la diffusion du fichier numérique de l’affiche, qui révèle les données EXIF du fichier. On voit que la description de l’image de fond n’a pas été changée, et qu’il s’agit d’une photo de la banque d’images Tetra Images intitulée “Greece, Clouds over Aegean See”. On la retrouve effectivement sur le site de l’agence :

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

[box]Auteur : Guillaume Champeau pour Numérama. Article original de Numérama publié le 16/02/2012. Licence cc[/box]

Christian Vanneste participera aux assises du samedi 10 Mars “la France en danger”

Chasse aux sorcières à l’UMP : Christian Vanneste victime de l’historiquement correct
[box]L’association nationalité citoyenneté identité nous communique[/box]
Un nouvel orateur pour les assises “La France en danger” : Christian Vanneste (communiqué du jeudi 16 février 2012)
 Il devait être annoncé dans quelques jours, aux côtés des maires et élus qui participeront aux assises “La France en danger”, le samedi 10 mars à l’espace Charenton :
L’actualité nous conduit à annoncer dès aujourd’hui la présence du député Christian Vanneste, qui interviendra lors d’une table ronde aux assises sur la nationalité, la citoyenneté et l’identité.
En effet, à l’heure où, pour quelques propos bien ou mal interprétés, une tempête médiatique s’emballe contre lui, à l’heure où ses proches amis de l’UMP le lâchent un à un, pour ne pas subir les foudres de la police de la pensée, il nous paraissait fondamental de renouveler à Christian Vanneste notre engagement de l’accueillir à ces assises.
Il pourra ainsi, devant des centaines de personnes présentes dans la salle mais aussi devant les centaines de milliers d’internautes qui visionneront les interventions en direct, apparaître non pas sous le portrait diabolique que tout un chacun cherche à dresser de lui aujourd’hui, mais sous les traits d’un patriote, réfractaire à la pensée unique, un homme libre comme il en manque cruellement aujourd’hui en France.
Oui, nous lui offrirons une tribune, comme nous offrirons une tribune à toutes les victimes d’un système qui, au quotidien, tend à bannir toute forme de liberté d’expression au profit de lobbys et de groupes d’influence.
Catherine Blein
Présidente de l’association Nationalité Citoyenneté Identité

Assises “La France en danger”, samedi 10 mars 2012

Prix d’entrée : 10 euros
Espace Charenton – 327 rue de Charenton – 75012 PARIS
Métro : Porte de Charenton (ligne 8, Balard-Créteil)
Stands dédicaces, restauration et buvette.
Contact : nationalite.nci@gmail.com
Suivez-nous sur Facebook : http://fr-fr.facebook.com/pages/La-France-en-danger/250091775063932
Les journalistes souhaitant couvrir l’événement doivent obligatoirement demander uneaccréditation presse à nationalite.nci@gmail.com

N’oubliez pas de signer la pétition contre le droit de vote des étrangers en cliquant ici 

affiche annonce4

Chasse aux sorcières à l’UMP : Christian Vanneste victime de l’historiquement correct

Chasse aux sorcières à l’UMP : Christian Vanneste victime de l’historiquement correct

16/02/2012 – 13h30
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinfo) — Depuis mardi soir, le député UMP du Nord et philosophe, est victime d’un nouveau lynchage politico médiatique.

Interrogé par le site libertepolitique.com au sujet de sondages indiquant qu’une majorité de Français est favorable au mariage homosexuel, il répond que ce résultat est le fruit d’un « bourrage de crânes ». Selon lui, les homosexuels sont surreprésentés dans le monde médiatique, leur permettant de faire progresser leurs idées en pratiquant la « déformation systématique des faits ». Il prend alors l’exemple de « la légende de la déportation des homosexuels en France »« en dehors des trois départements annexés (d’Alsace Moselle), il n’y a pas eu de déportation homosexuelle ».

Il n’y a là aucun propos homophobes. Quelles ont été les réactions politiques ?

Elles ont été violentes, y compris au sein de son parti. Hier, l’UMP aurait décidé d’exclure le député et de lui retirer son investiture dans le Nord. On l’a accusé d’être un « multirécidiviste de la droite extrême » et même de « négationnisme »

Cela paraît invraisemblable, d’autant plus que les propos de Christian Vanneste semblent exacts.

Même l’historien spécialiste de ces questions, Mickaël Bertrand, a admis que Christian Vanneste à factuellement raison. Il a recensé en France 62 cas de déportations d’homosexuels français vers l’Allemagne en raison de leur homosexualité, dont seulement sept cas hors d’Allemagne et d’Alsace Lorraine. Mais aucun n’a reçu le triangle rose.

Il n’y a donc aucun motif valable d’exclusion, puisqu’il n’a fait que citer des faits…

[box class=info]Article reproduit avec l’aimable autorisation du Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie[/box]
Crédit photo : UMP Photos via Flickr (cc)

Les gouvernements français et italien ont « une vision commune » de l’immigration

Les gouvernements français et italien ont « une vision commune » de l’immigration

10/02/2012 – 19h30
ROME (NOVOpress) – Nous pouvons nous rassurer. Le gouvernement français peut bien sortir des déclarations « racistes » à fins électorales mais sa vision de l’immigration est exactement la même que celle du gouvernement Monti, c’est-à-dire celle de la Goldman Sachs. La confirmation vient d’en être donnée par Andrea Riccardi, une figure clé du lobby catho-communiste rameuté par la Goldman Sachs. Fondateur de la puissante et ultra-immigrationniste communauté catholique Sant’Egidio, fer de lance de « l’esprit d’Assise », il est le ministre de la Coopération internationale et de l’intégration sociale de Monti. À peine installé dans ses fonctions, il s’était hâté d’apporter son soutien à la campagne du dinosaure communiste Napolitano pour l’abolition du droit du sang. « Les étrangers, avaient-ils expliqué, rajeunissent le pays. Un mineur sur cinq est étranger. Et ce n’est qu’un aspect de leur apport à l’Italie. »

Riccardi était mercredi à Paris où le ministre sarkoziste de la Coopération, Henri de Raincourt, l’avait invité à un déjeuner de travail. Il a également rencontré le secrétaire général à l’Immigration et à l’Intégration du Ministère de l’Intérieur, Stephane Fratacci. Après ses entretiens, Riccardi a expliqué : « L’Italie et la France ont surmonté les tensions passées. Le tensions de l’année dernière sur les migrants en provenance de la Tunisie étaient conjoncturelles, mais je crois qu’aujourd’hui, et c’est aussi pour cela que je suis ici, il y a une vision commune entre l’Italie et la France: comment gérer l’immigration dans le cadre du partenariat avec les pays du sud de la Méditerranée ».

La veille, le 7 février, Riccardi s’était rendu à Bruxelles où il avait rencontré la commissaire européenne Cecilia Malmström « sur les problématiques de l’immigration, de l’intégration et des Roms ». À l’issue de la rencontre, Riccardi a déclaré : « Nous avons assuré que l’Italie joue son rôle. Elle assume ses responsabilités sur les thèmes de l’asile, de l’immigration et de l’intégration ».

La commissaire Malmström s’était notamment distinguée l’année dernière en déclarant d’emblée que, par principe, la submersion migratoire en provenance d’Afrique du Nord ne serait pas repoussée. Elle avait très régulièrement critiqué le gouvernement Berlusconi comme coupable, à ses yeux, de ne pas en faire encore assez pour l’accueil des clandestins de Lampedusa et d’ailleurs, sans parler des Roms. Elle était cette fois-ci radieuse. « Rome, a-t-elle expliqué, est redevenue un vrai partenaire. Les entretiens avec Riccardi, en matière de migration, d’asile et de printemps arabe ont été excellents ».

Bref, entre les gouvernants de Paris, Rome et Bruxelles, c’est le grand amour. Tous unis pour faire la volonté de la Goldman Sachs.