Tag Archives: France

Vu sur Twitter

Pour Macron, ce n’est pas le rôle de l’école d’enseigner «le lien profond avec la nation»

Publié le

Le sexe neutre sur les papiers d’identité en France

01/04/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La dernière instance juridique française se prononcera le 4 mai prochain sur la possibilité d’inscrire « sexe neutre » sur les papiers d’identité.

Pouvez-vous nous rappeler un peu les faits ?

L’histoire commence il y a 66 ans, une personne est née avec des organes sexuels indéterminés. Il fut alors mis au rang d’homme par l’état civil français. Ses parents en effet voulaient un garçon.
Il s’est toutefois marié, a adopté un enfant. Son combat ne commence qu’en 2006 : « Cette année là, rapporte t il, j’ai découvert Internet. Les associations d’intersexes. Enfin, je me suis senti moins seul. J’ai compris que l’intersexuation était plus répandue que ce que je croyais. Et je suis devenu un militant actif ». Depuis, il gagne a été reconnu de “sexe neutre” par le tribunal de grande instance (TGI) de Tours dans un jugement rendu le 20 août 2015. Cependant, la décision a été invalidée par la cour d’appel d’Orléans en mars 2016. Aussi on attend le verdict de la Cour de cassation.

Pourquoi ce procès sur une personne est-il si médiatisé ?

Il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’une personne seulement derrière ce procès, mais de toute une idéologie.

Que voulez-vous dire par là ?

Une idée de plus en plus florissante propose l’idée suivante : le sexe biologique n’a pas de lien avec l’identité sexuelle d’une personne. Il serait donc possible pour toute personne de faire fi de certaines apparences physiques, voire chromosomiques, pour les déclarations à l’état civil.
Le « neutre » serait dans ce cas une première étape pour cette théorie qui postule d’une neutralité première.
Derrière ce militantisme en faveur de l’introduction de la catégorie du neutre dans notre état civil, se cache un autre combat encore. Il s’agit de mettre à bas un modèle de société structuré par la différence des sexes. Les avocats de l’intersexe de 66 ans sont sans ambiguïté : « Il faut sortir de notre système binaire, homme femme, et être à l’écoute du ressenti de chacun » plaide Maître Mila Petkova.

Élections en France : Google veut protéger les médias des attaques informatiques

24/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Lors des dernières élections néerlandaises, quelques heures avant l’ouverture du scrutin, l’un des sites d’aide au vote du pays a été hacké. C’est en s’appuyant sur cet exemple que Google annonce le lancement de Protection Elections, une suite d’outils gratuits dont le but est de lutter contre les cyberattaques en période électorale.

« Près de 125 000 attaques DDoS surviennent chaque semaine et des dizaines de millions de tentatives d’hameçonnage sont signalées tous les deux ou trois mois » explique Google.

Google déclare surtout vouloir protéger les agences de presse et les groupes de défense des droits de l’Homme :

À quelques jours des élections françaises, l’accès à l’information revêt un caractère primordial. Sa protection essentielle. C’est pour cette raison que Jigsaw et Google lancent aujourd’hui Protection Elections, une suite d’outils gratuits dont le but est de lutter contre les cyberattaques les plus communes au cours des prochains mois. Ces outils sont destinés à protéger les agences de presse, les groupes de défense des droits de l’Homme, les équipes de campagne, et les organismes d’observation des élections (autant d’organismes dont le rôle est particulièrement crucial avant et pendant les élections) des menaces informatiques courantes comme les attaques DDoS, l’hameçonnage et les tentatives de piratage de comptes personnels.


Emmanuel Macron veut criminaliser l’Histoire de France, par Gabriel Robin

Emmanuel Macron chercherait-il une issue de secours en cas de défaite à la prochaine élection présidentielle ? En déplacement en Algérie, le candidat du mouvement En Marche ! s’est lancé dans une opération de racolage électoral aussi inconsistante que lamentable, qui pourrait le conduire plus facilement à la présidence algérienne qu’à la présidence française. À propos de l’épisode de la colonisation de l’Algérie par la France, il a ainsi déclaré :

« J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité. »

Plus à une contradiction près, l’homme qui revendique un positionnement « mi-moite mi-gauche » sur l’échiquier politique, a sciemment oublié qu’il avait tenu des propos moins tranchés en novembre dernier, dans un entretien accordé au journal Le Point. L’héritier autoproclamé de Jeanne d’Arc estimait, alors, que la colonisation de l’Algérie avait apporté un peu plus que des éléments de barbarie, offrant aux Algériens « l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes ». L’hologramme de François Hollande n’a pas la hauteur de vue pour diriger la France. Il vient de le prouver.

Je ne me lancerai pas dans un examen historique précis de la période coloniale, débat que je laisse aux universitaires qui étudient cette matière, mais il est, à l’évidence, scandaleux qu’un candidat à l’élection présidentielle puisse se permettre de professer des jugements anachroniques sur sa propre nation depuis un pays étranger. Criminaliser l’Histoire est le propre des régimes totalitaires.

Le petit Emmanuel Macron se rend-il compte du poids de la responsabilité qu’il fait peser sur les Français en agissant de la sorte ? Historiquement, la colonisation de l’Algérie résultait de la conjonction de plusieurs éléments : la prise de conscience du déclin relatif de l’ère musulmane, notamment de l’Empire ottoman, qui occupait alors ce qu’on appelle aujourd’hui l’Algérie, consécutive à la campagne d’Égypte ; la volonté d’en finir avec les barbaresques et la piraterie dans le bassin méditerranéen ; et, enfin, plus crucial, l’écart technologique qui s’était creusé entre les deux rives, concomitamment au développement des idéaux universalistes, chrétiens et issus des Lumières, dont se réclame Emmanuel Macron. C’est une constante historique : dès qu’un bloc civilisationnel prend une avance considérable, il est tenté de conquérir ses voisins. Cela vaut pour toutes les époques et pour toutes les civilisations.

Contrairement à ce qui est communément avancé, la colonisation n’a pas enrichi la France. En 1959, l’Algérie consommait 20 % du budget de l’État français. À l’identique des autres colonies, l’Algérie a coûté beaucoup d’argent aux contribuables français. Dans le même temps, sa population s’accroissait de manière exponentielle, conséquence de l’apparition de la médecine moderne qui réduisit considérablement la mortalité infantile… Je passe les détails, mais bien des mythes seraient déconstruits si on se donnait la peine d’examiner objectivement les faits plutôt que de croire sur parole les mensonges des serpents à sornettes médiatiques.

Maintenant, une petite devinette : pourquoi tant d’Algériens ont-ils cherché à s’installer dans une nation criminelle après avoir obtenu leur indépendance ? Un phénomène qu’Emmanuel Macron entend favoriser en garantissant, une fois au pouvoir, une plus grande « mobilité entre la France et l’Algérie ». Ses déclarations encourageront les Algériens à réclamer toujours plus de repentance de la part de la France et des Français.

Gabriel Robin

Source : Boulevard Voltaire – « Emmanuel Macron veut criminaliser l’Histoire de France »


Emmanuel Macron : “La colonisation est un crime… par lepointabonnes

Une délégation parlementaire rencontre Bachar Al-Assad

09/01/2017 – SYRIE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

A contre courant de la position de la diplomatie française, trois députés ont rencontré le président syrien Bachar el Assad. L’ancien ministre Thierry Mariani, accompagné de Nicolas Dhuicq et de Jean Lassalle, a été reçu pendant plus d’une heure le dimanche 8 janvier. Au menu : un rapide exposé du président puis une série de questions réponses. Une rencontre hautement symbolique alors que Bachar el Assad est en position de force avec la libération d’Alep et le possible changement de ligne de la France vis à vis de la Syrie avec l’élection présidentielle.

Quelle est la vision du président syrien sur la situation ?

Interrogé sur la récente libération d’Alep Est par l’armée arabe syrienne, Bachar el Assad a refusé de se réjouir trop vite en déclarant ceci : « Une victoire, ce sera quand nous aurons éliminé tous les terroristes. Mais c’est un moment critique dans cette guerre, et nous sommes sur le chemin de la victoire ».
Insistant sur la nécessité d’explorer d’autres solutions que la violence pour sortir de la crise, le chef d’Etat a néanmoins rappelé la nécessité de lutter contre les groupes djihadistes, qui contrôlent toujours plusieurs zones du pays : « La question est de savoir comment libérer les civils des terroristes dans ces quartiers. Est ce qu’il est mieux de les laisser sous leur pouvoir, avec les décapitations, les exécutions ?».

Comment la visite a t elle été perçue dans le camp de la droite parlementaire ?

Bien avant que la rencontre se tienne, l’entourage de François Fillon avait tenu à prendre ses distances avec le voyage de Thierry Mariani, qui est proche de l’ancien Premier ministre. Selon Bruno Le Maire, « c’est une initiative individuelle qui n’engage que Thierry Mariani », et l’ancien ministre de préciser, alors qu’il représente le candidat pour les questions internationales : « Thierry Mariani fait librement son travail de parlementaire, mais il n’est porteur d’aucun message de François Fillon ».


Pasteur Blanchard : 20 ans au service des Français pauvres

20/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
11 ans de maraude, 20 ans au service des nécessiteux, le Pasteur Blanchard poursuit son oeuvre avec opiniâtreté et toujours autant de bonne humeur et de motivation. Défiant les préjugés, considérant que le social est réservé à la gauche, il poursuit aux côtés de son épouse ses maraudes dans la Capitale où il apporte vêtements, soupe et réconfort à des SDF avec qui il a tissé, au fil des années, des liens réels

Un entretien réalisé par TV Libertés.


Profanation des sépultures des rois à la Révolution : Jacques Bompard demande des excuses de la République

24/11/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Le député Jacques Bompard lance une nouvelle charge dans la bataille de la mémoire. Il a déposé un amendement sur la proposition de loi instaurant des funérailles républicaines, qui sera discutée le 30 novembre.

Dans ce texte, il est écrit : « La République française demande pardon aux rois de France et aux Français pour le saccage de leurs sépultures lors de la profanation des tombes de l’abbaye de Saint-Denis, en 1793 et 1794 ».

Le député expose les motifs suivants : « les valeurs républicaines ont beaucoup évolué au cours de l’Histoire. Ainsi, le saccage de la nécropole des rois de France reste une page sombre dans l’Histoire de France. (…) Alors que l’idéologie républicaine supplante aujourd’hui le simple respect de la forme des institutions, ce rappel historique est crucial pour prévenir les excès terroristes qui marquèrent les années révolutionnaires ».


Lancement de FaireFrance, la marque des fermiers français

30/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
En 2014, un agriculteur a gagné en moyenne 25 200 € selon le ministère de l’agriculture. On constate en parallèle, que selon le ministère de la Santé, les agriculteurs sont les premiers concernés par le suicide. Malgré ce sombre tableau, on note une initiative intéressante : FaireFrance.

Leur but, comme on le lit sur leur site, je cite : « FaireFrance est une nouvelle marque solidaire et équitable qui permettra désormais aux agriculteurs de recevoir une rémunération décente pour une partie de leur travail ». Au delà d’un simple succès entrepreneurial, cette initiative semble montrer la perte de pouvoir des syndicats, auxquels on commence à trouver des substituts.

Lancement de FaireFrance, la marque des fermiers français

30/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
En 2014, un agriculteur a gagné en moyenne 25 200 € selon le ministère de l’agriculture. On constate en parallèle, que selon le ministère de la Santé, les agriculteurs sont les premiers concernés par le suicide. Malgré ce sombre tableau, on note une initiative intéressante : FaireFrance.

Leur but, comme on le lit sur leur site, je cite : « FaireFrance est une nouvelle marque solidaire et équitable qui permettra désormais aux agriculteurs de recevoir une rémunération décente pour une partie de leur travail ». Au delà d’un simple succès entrepreneurial, cette initiative semble montrer la perte de pouvoir des syndicats, auxquels on commence à trouver des substituts.

Qatar, Arabie Saoudite : Quand la France entretient des relations avec des pays qui financent l’islamisme

24/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
« Nos très chers Emirs ». Tel est le titre d’un livre consacré aux relations qu’entretiennent la France avec les monarchies du Golfe.

Pour les journalistes et ex-otages Christian Chesnot et Georges Malbrunot, les gouvernements français successifs se sont montrés complaisants avec des pays qui financent une idéologie qui nous menace et des réseaux terroristes que nous ciblent.

Sous Sarkozy, c’est la lune de miel avec le Qatar. Leur ambassadeur arrose Paris. Subventions, financements, cadeaux personnels. A chaque Noël, il envoie des paquets à une trentaine de personnalités, d’une valeur de 10 000 euros à peu près. Aucun sac de grand luxe n’a été retourné à l’ambassade. Certains élus français se plaignent même lorsque le cadeau n’arrive pas ou les Qataris refusent de payer tel ou tel voyage.

Le Qatar et l’Arabie Saoudite ont pourtant joué un rôle important dans le financement du terrorisme islamiste :

Depuis la révolution iranienne en 1979 et l’aide apportée aux mudjaïdines en Afghanistan, des réseaux financiers se sont créés pour financer le djihad dans le monde. Les rapports américains, du FBI et de la CIA, le disent clairement.


Sylvain Tesson : la France d’un écrivain voyageur

20/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
C’est une histoire dont tout le monde connaît la chute. Tesson grimpe sur un toit, glisse et tombe. On le ramasse à la petite cuiller. Vertèbres, côtes et crâne fracturés, poumons perforés, pronostic vital engagé. Plongé dans le coma, l’écrivain voyageur écope de quatre mois ferme, sans remise de peine, à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Une saison passe et Sylvain se remet sur pied avec l’envie furieuse de battre la campagne pour redécouvrir cette France qu’on dit oubliée. Il déclare : « Certains hommes, écrit il, espèrent entrer dans l’Histoire. Nous sommes quelques uns à préférer disparaître dans la géographie ».

C’est un périple qui l’emmènera des Alpes du sud à la pointe nord du Cotentin. Au détour de ses détours, il croise des ermites, des ramasseurs de champignons, des dames claudicantes… On lut longtemps Sylvain Tesson pour se dépayser. Il est certainement venu le temps de se repayser. Sur les chemins noirs sont disponibles dès aujourd’hui !

Vu sur Twitter

Pierric Guittaut: «La France d’aujourd’hui ressemble au Liban de 1973»

Publié le

Nîmes : enquête sur ces jeunes « Français » qui partent faire le djihad en Syrie

20/04/2016 – FRANCE (NOVOpress)
En France près de 2000 personnes seraient impliquées dans les filières djihadistes. Parmi elles, beaucoup sont parties en Syrie, attirées par la propagande sur internet ou par le discours des recruteurs islamistes.

Dans les cités de Nîmes, de nombreux jeunes ont rejoint les rangs de l’État islamique. Une équipe de France 2 a rencontré deux mères qui n’ont rien pu faire contre le départ de leur fils vers la Syrie.


Attention, écoles musulmanes !

Le ministre de l’Education nationale, alerté par les maires, vient de s’émouvoir de l’expansion des écoles musulmanes, sous contrat avec l’Etat mais le plus souvent sans. La plupart de ces établissements sont sous influence salafiste. Comment peut-on s’en étonner puisque le Premier ministre a reconnu que le salafisme « est en train de gagner la bataille idéologique et culturelle » (voir Présent du 6 avril) et l’école n’est-elle pas le lieu privilégié pour livrer cet assaut dès le plus jeune âge ? Ce ne sont pas les musulmans supposés « modérés » qui choisissent ces établissements scolaires là, mais les partisans d’un islam rigoriste, proches de l’UIOF, filiale française des Frères musulmans. Les autres se contentent de l’enseignement public ou… de l’école catholique. Il n’est en effet plus rare, dans certaines banlieues, qu’on trouve dans les écoles catholiques la moitié d’élèves musulmans, voire 80 % dans d’autres, ce dont l’épiscopat français a fini par s’émouvoir lors de la récente assemblée de Lourdes.

Alors que le gouvernement avait négligé le phénomène pendant des années, il a décidé, après les attentats de novembre, de dépêcher dans les écoles de l’islam un bataillon d’inspecteurs de l’éducation. Ces fonctionnaires, jusque-là, n’étaient pas arabophones. On vient d’y songer, il était temps ! Mais même sans comprendre l’arabe, les inspecteurs y ont constaté des « pauvretés pédagogiques », indique-t-on rue de Grenelle, l’essentiel étant d’y vivre l’islam plus que d’apprendre la littérature française des mécréants. Un ex-enseignant du lycée Averroès de Lille, sous contrat, en a témoigné : « Sous couvert de projet éducatif républicain, il pratique un double jeu et diffuse de manière sournoise, une conception de l’islam qui est celle des Frères musulmans. »

Que faire ? Le ministre de l’Education nationale a déclaré : « Nous explorons toutes les voies possibles y compris celle d’une évolution essentielle du droit. » Cela vise surtout les écoles hors contrat. Il convient de rappeler ici les dégâts collatéraux infligés aux catholiques par la percée de l’islam. Pour ne pas « discriminer » les fidèles de Mahomet, en bannissant le voile à l’école on a interdit dans le même mouvement la croix aux catholiques. L’idée étant que tout ce qu’on refuse aux musulmans doit l’être aux chrétiens. Certains de ceux-là demandent donc que, puisque l’appel à la prière du muezzin n’est pas possible en France, les cloches des églises soient aussi interdites. C’est une des conséquences du refus de constater les racines chrétiennes de l’Europe dans le Traité de Lisbonne, concocté par Sarkozy.

Lire la suite

Chard Molenbeek

Combien de Molenbeek français ?

Quand Patrice Ribeiro président du syndicat de police Synergie l’a dit le premier, aussitôt appuyé par le spécialiste Thibaut de Montbrial, il a été violemment accusé de « stigmatisation malsaine ». Un commandant de police qui révèle l’existence de Molenbeek plein la France, d’enclaves musulmanes, laboratoires de l’islamisme et prêtes à cacher des terroristes, c’est lui qui est malsain !

Et il a cité : « Trappes, Roubaix, Le Mirail à Toulouse où vivait Mohamed Merah ». Mais on peut ajouter Argenteuil, Clichy-sous-Bois, Vénissieux, Tourcoing, La Courneuve, Saint-Denis, Lunel etc. Ces quartiers où des racailles de droit commun ont tissé des liens étroits avec la mouvance djihadiste.

« Ces quartiers où la police se heurte à l’omerta religieuse », décrit Ribeiro : « La première vraie émeute religieuse en France, ça a été à Trappes, lors d’une interpellation en 2013 d’une femme portant le voile intégral. »

Le ministre de la Ville lui-même Patrick Kanner, vite recadré par Cambadélis, a confirmé l’existence « d’une centaine » de Molenbeek. Mais alors si c’est le cas, qu’attend-il pour réagir à la menace ? Lui dont le ministère, de Tapie en Borloo, a déversé 45 milliards d’euros sur ces zones pour le résultat que l’on voit.

Que fait-il face à un quartier comme celui de la Reine-Jeanne à Avignon, aujourd’hui devenu « cité des salafistes » ? Avec ses mosquées aux prêches radicaux décrits par une récente enquête de Paris-Match, sa ségrégation sexuelle dans les commerces, ses bars sans alcool réservés aux hommes, ses cours coraniques dans la salle (municipale !) du château de Saint-Chamand, ses voiles noirs pour les femmes, ses pantalons à l’afghane et barbe du prophète pour les hommes et même son « tribunal islamiste »…

« Je comprends qu’une partie de la classe politique, notamment locale, ait une cécité consentie parce qu’une ville est à majorité musulmane » a encore dénoncé Ribeiro. « Je comprends que des élus aient besoin que ces gens votent pour eux. »

Des accusations extrêmement graves qui impliquent une complicité, à la façon du criminel maire de Molenbeek, avec ceux qui nous livrent une sanglante guerre de conquête. Au tribunal des islamo-collabos Marie-José Roig maire UMP d’Avignon pendant 20 ans jusqu’en 2014, qui a fait de la Cité des papes la ville aux neuf mosquées, doit rendre des comptes.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent n° 8576 daté du 30 mars 2016

Éric Zemmour : « Molenbeek est en France ! »

26/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Ne nous voilons pas la face : « Des Molenbeek, la France en regorge », selon Eric Zemmour. Pudiquement qualifiées de « territoires perdus de la République », ces villes ont pour nom Trappes, Roubaix, Sevran, Le Mirail à Toulouse, ou les quartiers Nord de Marseille…


 

Libye : environ 800 000 migrants attendent de passer en Europe

25/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Jean-Pierre Elkabbach a harcelé Jean-Yves Le Drian jusqu’à ce qu’il donne un chiffre et, à la troisième tentative, le ministre de la Défense a cédé. Il est convenu que le nombre de 800 000 migrants potentiels, attendant, en Libye, de pouvoir traverser la Méditerranée pour gagner l’Europe, est « un chiffre à peu près convenable ».

Au cours de cet entretien vérité, diffusé hier matin sur Europe 1, Le Drian a aussi évoqué l’implication de l’Etat islamique dans les filières de passeurs : « Il y a trois dangers majeurs qui existent en Libye. Le premier c’est Daech, qui a entre 4 000 et 5 000 combattants en Libye. Il faut également éviter les trafics de migrants, qui profitent d’ailleurs à Daech, et le troisième danger est le trafic d’armes. »


Jean-Yves Le Drian : “Il y a trois dangers en… par Europe1fr

Publié le

Thibault de Montbrial : « En France, on trouve des dizaines de Molenbeek »

24/03/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Thibault de Montbrial, spécialiste des questions de terrorisme, considère que les attentats de Bruxelles s’inscrivent dans une dynamique annoncée par l’État islamique. Selon cet avocat, les services de renseignement européens ont aujourd’hui parfaitement conscience de ce que des cellules islamistes ont été infiltrées en Europe.

La situation n’a plus rien à voir avec les vagues d’attentats qui nous ont frappés dans les années 1980 ou 1990. Aujourd’hui, les attaques sont perpétrées par des ressortissants européens, nés et élevés ici, et qui nous haïssent. Ils ne sont plus quelques dizaines, mais des milliers. Ils bénéficient d’un soutien significatif d’une partie de la population, notamment sur le plan logistique. En France, on trouve des dizaines de Molenbeek, comme le rappelait dimanche dernier Patrice Ribeiro, le secrétaire général de Synergie officiers. Ce n’est qu’en ayant une lucidité totale sur ce phénomène que nous pourrons mener les politiques de sécurité et de reconquête de nos valeurs qui s’imposent.

Pour Thibault de Montbrial : « On ne s’en sortira pas avec des fleurs et des bougies. Il faut se préparer à prendre et à rendre les coups. »