Les mystères du “Printemps français” – par Dominique Venner

Les mystères du "Printemps français" - par Dominique Venner

15/05/2013 – 10h00
PARIS (via le site officiel de Dominique Venner)-
Pourquoi les manifestations françaises contre le mariage gay sont-elles aussi importantes et jamais lassées ? Pourquoi sont-elles un phénomène unique en Europe ? Les réponses sont plus complexes que ne le disent les politologues qui manquent de culture historique. Il faut en effet se souvenir que la France a toujours connu une vie politique et intellectuelle particulièrement conflictuelle.

Lire la suiteLes mystères du “Printemps français” – par Dominique Venner

Modulation des allocations familiales : plus d’expatriation des Français, plus d’immigration d’étrangers

Modulation des allocations familiales : plus d’expatriation des Français, plus d’immigration d’étrangers

Ci-dessus : dessin de Konk, des Français quittent la France mais “Heureusement on…”

Face aux projets du gouvernement de moduler les allocations familiales en fonction des revenus après la parution du rapport Fragonard, Jean Paul Gourévitch, consultant international et spécialiste de l’Afrique et des migrations, s’est interrogé, dans Economie Matin, sur l’effet que pourrait avoir la réforme des allocations familiales sur la démographie (le texte de Jean-Paul Gourevich est reproduit in extenso en deuxième partie).
André Posokhov.

Lire la suiteModulation des allocations familiales : plus d’expatriation des Français, plus d’immigration d’étrangers

Démographie : que serait-on sans les mamas africaines ? Par Joris Karl

Démographie : que serait-on sans les mamas africaines ? Par Joris Karl

Jeudi soir, la télévision et ses journalistes ont encore bien mérité de la patrie. Il fallait entendre et voir l’imam Pujadas et consorts se « réjouir » de la « belle santé » démographique de notre pays. Au cours de son insupportable pensum, le président Hollande a pris lui aussi cet air ahuri devant les chiffres « exceptionnels »… La presse écrite est du même tonneau ; ainsi Le Figaro, imitant les autres canards subventionnés, pond un article de propagande euphorique dans lequel on lit que « la France évite un krach démographique ».

Pensez donc, bonne gens, les Françaises auraient un taux de fécondité de deux enfants par femme ! « Hourra » crient en chœur les perroquets de l’audience.
[…] Sont-ils ignorants ou complices ?

Lire la suiteDémographie : que serait-on sans les mamas africaines ? Par Joris Karl

Et si l’on donnait la parole aux Français (VII)

Et si l’on donnait la parole aux Français (VII)

25/03/2013- 08h00
PARIS (via Polémia) –
Michel Geoffroy reprend sa chronique « Et si l’on donnait la parole aux Français » publiée au cours des années 2010 et 2011.

Comme précédemment, il commente les derniers sondages. Cette fois-ci avec une affection particulière pour François Hollande qu’il place en tête de son palmarès. Il relève chez les Français un mécontentement généralisé accompagné d’une profonde morosité alors qu’ils aspirent, exactement au contraire des orientations prises par le gouvernement.

Lire la suiteEt si l’on donnait la parole aux Français (VII)

Selon Jean-Luc Mélenchon, l’arabe est une « langue commune » pour les Français

Selon Jean‑Luc Mélenchon, l’arabe est une « langue commune » pour les Français

21/02/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – De retour de son voyage au Maghreb, pour faire une tournée des gauches locales, le président du Parti de Gauche s’enthousiasme des points communs qu’il voit aux deux rives de la Méditerranée. Selon Jean-Luc Mélenchon : « On a une langue en commun, deux ! D’abord, la langue française qui est très répandue, comme vous le savez [dans le monde arabe]. Et puis la deuxième, c’est l’Arabe. Parce qu’il y a aussi beaucoup de Français qui parlent arabe. »

Ce brillant esprit en a aussi profité pour faire le parallèle entre les islamistes d’Ennahda au pouvoir en Tunisie et le Front national.

Crédit photo : DR

Un nouveau sondage montre l’écart entre les souhaits des Français et l’oligarchie qui nous gouverne

Un nouveau sondage montre l'écart entre les souhaits des Français et l'oligarchie qui nous gouverne

16/01/2013 -18h15
PARIS (NOVOpress) – L’on comprend mieux pourquoi les Socialistes ne veulent pas user du référendum et faire appel au peuple quant au mariage civil pour les homosexuels. En effet, un sondage réalisé par le Cevipof et publié sous forme d’infographie par le quotidien Le Monde (ci-dessus) montre que les souhaits des Français sont bien loin de ce que l’oligarchie qui nous dirige veut nous imposer.

Lire la suiteUn nouveau sondage montre l’écart entre les souhaits des Français et l’oligarchie qui nous gouverne

La France profonde a pris la rue à la manif contre le mariage homo

La France profonde a pris la rue à la manif contre le mariage homo

1 – Un immense succès populaire

Le Monde daté du 12 janvier 2013 parlait, en une, de « quelques dizaines de milliers de manifestants » pour annoncer la manifestation du 13 janvier. La préfecture de police l’a chiffrée à 340.000 participants ; les organisateurs, eux, ont parlé de 800.000 personnes à 17h puis de un million à 19h puisque la foule continuait encore d’arriver sur le Champ-de-Mars. Le Champ-de-Mars – 243.000 mètres carrés – était plein à 17h ; il a dû se vider pour accueillir les kilomètres de cortèges dont les membres n’étaient pas parvenus à destination. C’est incontestablement la plus grande manifestation française depuis celle pour la défense de l’Ecole libre en juin 1984. Ajoutons qu’il s’agissait d’une manifestation bon enfant et bien élevée : après le passage de centaines de milliers de personnes les balayeuses de la Ville de Paris qui suivaient les cortèges n’avaient rien à… ramasser.

Lire la suiteLa France profonde a pris la rue à la manif contre le mariage homo

Ce soir sur Méridien Zéro : “Les volontaires français de la Decima Mas”

Ce soir sur Méridien Zéro : “Les volontaires français de la Decimas Mas”

28/10/2012 — 14h00
PARIS (NOVOpress) — Ce dimanche 28 octobre de 23h à 0h30, la webradio Méridien Zéro part à la rencontre de Carlpo Panzarasa, volontaire français de la Decima MAS, la célèbre unité de nageurs de combat de la marine italienne durant la seconde guerre mondiale. Elle fut un précurseur (1) dans ce domaine et réussit de nombreuses opérations audacieuses.
Invités : Carlo Panzarasa, Laurent Berrafato.
Emission animée par PGL, lord Tesla à la technique.

(1) En Une, image de synthèse d’une méthode d’attaque de la Decima MAS avec des torpilles pilotées par des hommes, à une époque où n’existaient pas les pilotages automatiques précis actuels. Crédit image : Renegade, via Wikipédia (cc).

Lire la suiteCe soir sur Méridien Zéro : “Les volontaires français de la Decima Mas”

Le Qatar devient membre associé de l’Organisation internationale de la francophonie

Le Qatar devient membre associé de l’Organisation internationale de la francophonie

15/10/2012 — 16h00
KINSHASA (NOVOpress via le bulletin de Réinformation) — Samedi, le Qatar est devenu officiellement membre associé de l’Organisation internationale de la francophonie sans même être passé par le statut d’observateur. Pour s’imposer, le Qatar — qui n’est pas un pays francophone — a expliqué qu’il avait financé une radio publique de langue française et qu’il accueillait sur son territoire de nombreux expatriés francophones.

Selon certains participants au sommet, le Qatar pourrait utiliser son nouveau statut pour étendre son influence en Afrique de l’ouest musulmane. Il y finance déjà des écoles coraniques qui remplacent peu à peu des écoles de langue française.

Quand le football tricolore était français et européen

Quand le football tricolore était français et européen

22/09/2012 – 14h00
LILLE (NOVOpress) –
  Il y a 80 ans, L’Olympique Lillois était sacré champion de France. 1932, l’année où le football français a basculé dans le professionnalisme. Vendredi, L’Equipe a consacré sa Une à l’évènement. Trois pages spéciales assez tendancieuses. Le dossier laisse entendre que la corruption, l’appât du gain et l’absence d’identité des équipes étaient déjà présents à cette époque. Histoire de relativiser les maux qui gangrènent le football du XXIème siècle ?

Lire la suiteQuand le football tricolore était français et européen

11 novembre : La mémoire de la France est davantage à Verdun qu’à Auschwitz – Par Jean-Yves Le Gallou

11 novembre : La mémoire de la France est davantage à Verdun qu'à Auschwitz

[box class=”info”] L’évocation d’Auschwitz est omniprésente : dans les programmes de l’Education nationale comme dans les séries télévisées et les films de fiction. Mais l’hypermnésie de certains événements peut conduire à la négation du souvenir des autres. Or le souvenir français, tel qu’il a été charnellement vécu par les familles françaises, se trouve plus souvent sur les champs de bataille que dans les camps de concentration. A Verdun ou à Saumur plutôt qu’à Auschwitz. [/box]

Explications :

Le ministre de l’Education nationale a choisi symboliquement le jour de la rentrée scolaire, le 1er septembre 2011, pour recevoir Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), et le cinéaste Claude Lanzmann, auteur du film Shoah. Luc Chatel leur a redit solennellement l’importance primordiale qu’il accordait à l’enseignement de la « Shoah », une importance telle qu’elle justifie d’ailleurs l’existence d’un site officiel dédié sur le portail de l’Education nationale.

La persécution dont les juifs ont été victimes durant la seconde guerre mondiale est naturellement un élément central de la mémoire juive. Et les souffrances des juifs français sont bien évidemment un élément important de la mémoire française. Nul ne peut oublier le souvenir de nos 25.000 compatriotes juifs français (et des 50.000 juifs étrangers présents en France) déportés dans les camps de concentration dont bien peu eurent, comme Simone Veil, la chance de revenir en France.

Hypermnésie de certaines souffrances, amnésie des autres

Mais ces souffrances-là ne doivent pas conduire à nier ou à minimiser les autres drames français. Or, l’hypermnésie de la souffrance des uns conduit souvent à l’amnésie de la souffrance des autres. A-t-on le droit d’oublier (chiffres donnés par Jacques Dupâquier dans Histoire de la population française) :

  • – les 123.000 militaires tués en 1939/1940 ; dans la bataille de France, en ce printemps 1940, c’est 3.000 hommes qui sont tombés chaque jour, le plus souvent en combattant, à l’instar des Cadets de Saumur ; – les 45.000 prisonniers de guerre qui ne revinrent jamais ;
  • – les 20.000 tués des FFI et des FFL ;
  • – les 27.000 résistants morts en déportation ;
  • – les 43.000 morts de l’armée de la Libération ;
  • – les 40.000 requis morts en Allemagne ;
  • – les 125.000 victimes des bombardements aériens (pas toujours justifiés militairement) et terrestres.

Oublier ces victimes, ce n’est pas seulement un déni de compassion, c’est les tuer une deuxième fois ; c’est aussi trahir la vérité historique.

Ce qui compte dans la mémoire d’un peuple c’est ce que ses ancêtres ont charnellement vécu

Et pourtant ces victimes furent honorées dans l’immédiat après–guerre : par les timbres-postes, les noms de rue, les livres, les films, les disques, et ce jusqu’au début des années 1970, avant de disparaître dans l’obligation de repentance et l’oubli officiel. Pourtant ces victimes-là sont encore très présentes dans la mémoire française : parce que, les événements qui ont provoqué leur mort, ceux qui ont survécu les ont aussi connus et pas seulement au… cinéma. Or ce qui se transmet dans la mémoire des familles et des lignées, c’est ce que les ancêtres ont vécu. La patrie, c’est la terre des pères.

Français de souche ? Avoir son patronyme inscrit sur un monument aux morts

11 novembre : La mémoire de la France est davantage à Verdun qu'à Auschwitz
Monument aux morts d’un village en Charente limousine, 540 habitants, 23 noms « Morts pour la France ».

C’est pourquoi dans chaque famille française la mémoire de 1914 est si vive. Chaque famille conserve le souvenir des 1.400.000 morts de la Grande Ordalie : 1.000 morts par jour pendant quatre longues années. Et les Français vivants ont tous un père, un grand-père, un arrière-grand-père ou un trisaïeul qui a combattu à Verdun. Dans cette guerre civile européenne, c’est le sang gaulois qui a coulé. La présence dans nos villes et nos villages des monuments aux morts est infiniment poignante.

Réfléchissons un instant à ce qu’est un Français de souche : un Français de souche, c’est un Français dont le patronyme est inscrit sur l’un de nos monuments aux morts.

Un Français de souche, c’est un Français qui a dans ses archives familiales les lettres ou les carnets d’un ancêtre qui raconte avec des mots simples le quotidien de la Grande Guerre. Alors qu’approche le centenaire du 2 août 1914, ces écrits simples, précis et sans emphase, trouvent le chemin de l’édition : pieuses autoéditions familiales ou publication chez de grands éditeurs comme le carnet de route du sous-lieutenant Porchon (1). N’oublions pas non plus le succès du Monument, livre de Claude Duneton, qui raconte la vie des hommes dont les noms sont inscrits sur le monument aux morts d’un village du Limousin. Comme le dit un lecteur sur le site d’Amazon : « Vous ne traverserez plus jamais un petit village de France sans chercher des yeux son monument aux morts et avoir une pensée émue pour ces hommes dont le nom est gravé. Quels auraient été leurs destins et celui de leurs villages sans cette guerre ? Un livre à lire et à faire lire pour ne pas oublier. »

Reprendre le fil du temps dans la fidélité à la longue mémoire

Le siècle de 1914 s’achève : après avoir vu disparaître le fascisme, le national-socialisme, le communisme, c’est le libre-échangisme mondialiste qui s’effondre sous nos yeux. Le centenaire de 1914 approche, et il sera, n’en doutons pas, profondément commémoré. Pour la France et l’Europe le moment est venu de reprendre le fil du temps et de la tradition. Un fil du temps interrompu il y a un siècle. Un fil du temps à reprendre dans la fidélité à la longue mémoire.

Jean-Yves Le Gallou
7/11/2011

(1) La précision de ces textes est admirable. J’ai eu la surprise de lire la narration des mêmes événements – attaques et contre-attaques aux Eparges en janvier/février 1915 – dans trois textes différents :
Carnet de route du sous-lieutenant Porchon, saint-cyrien, chef de section, tué au combat, commandant la section voisine de celle du sous-lieutenant Genevoix ;
Ceux de 14, admirable somme de Maurice Genevoix, blessé au combat ;
Mémoires d’Auguste Finet, mon grand-père, simple soldat, sorti de l’école à onze ans et écrivant bien le français, blessé au combat.
Ce sont les mêmes faits qui sont précisément décrits, presque avec les mêmes mots. A cet égard la belle reconstruction littéraire de Maurice Genevoix est d’une fidélité parfaite aux événements.

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

Voir aussi :

Austerlitz : de la repentance à l’autoflagellation
Mémoire de la « Shoah », mémoire française et politique d’immigration
Contre l’historiquement correct
Entretien avec Dominique Venner, « Le Choc de l’Histoire. Religion, mémoire,identité » Propos recueillis par Laure d’Estrée
« Le Siècle de 1914 / Utopies, guerres et révolutions en Europe au XXe siècle » par Dominique Venner

Trop, c’est trop : vers une révolte des Français de souche ?

Trop, c’est trop : vers une révolte des Français de souche ?

Article reproduit avec l’aimable autorisation de la Fondation Polémia.

[box] Toutes les enquêtes d’opinion convergent : les Français de souche en ont assez. Ils ne supportent plus ce qu’il y a de « trop » dans notre société désormais : trop d’immigration, trop de culpabilisation, trop d’insécurité, trop de politiquement correct, trop de déni de démocratie, trop de violences et de dégradations à l’école, trop de chômage, trop de « réformes » inutiles, trop d’inquiétudes sur l’avenir, trop de diabolisation. Michel Geoffroy décrit pour Polémia les raisons de la révolte qui monte.

Polémia [/box]

1) Trop d’immigrés qui ne manifestent aucune volonté de « s’intégrer » et de devenir de vrais Français par la civilisation et la culture ; trop d’immigrés qui cultivent leurs particularismes d’une façon ostentatoire, et qui affirment de plus en plus leur religion – l’islam – dans l’espace public, au mépris de la laïcité et avec la lâche complicité des pouvoirs publics ; trop d’Africains qui se constituent en communautés.

2) Trop de culpabilisation et de repentance à l’encontre des seuls Européens et des seuls Français de sang et de souche ; trop de mépris de la nation française et de son histoire ; trop de parti pris en faveur de nombreux allogènes, dont il est interdit de critiquer le comportement même délictueux, sous peine de « racisme » ; trop de discrimination à l’encontre des Français de souche.

3) Trop d’insécurité pour les honnêtes gens, trop de bienveillance pour les criminels et délinquants récidivistes ; trop de délinquants d’origine immigrée ; trop de « zones de non-droit » ; trop de corruption dans la classe politique ; trop de police, trop de radars et trop de juges mais pas assez de sécurité et de moins en moins de liberté pour le citoyen.

Trop, c’est trop : vers une révolte des Français de souche ? 4) Trop de politiquement correct ; trop de répression de la liberté de parole, trop de propagande et de travestissement de la réalité dans les médias ; trop de publicité cynique et agressive ; trop d’américanisation de la culture.

5) Trop de déni de démocratie ; trop de « minorités » bruyantes, trop de « communautés », trop « d’autorités morales », trop de lobbies qui prétendent imposer leurs préjugés et leurs seuls intérêts à la majorité des Français ; trop de mépris du peuple français de la part de l’oligarchie politico-médiatique ; trop de promesses non tenues par les politiques, qu’ils soient de gauche comme de droite.

6) Trop de violences et de dégradations à l’école ; trop de maîtres qui capitulent devant les élèves et devant leurs parents ; trop de laxisme éducatif et universitaire ; trop de diplômes qui ne valent plus rien sur le marché du travail.

7) Trop de chômage, trop de petits boulots, trop de contrats à durée déterminée, trop de délocalisations, trop de désindustrialisation ; trop d’inégalités sociales, trop de profits pour les uns, trop d’insécurité économique pour les autres ; trop de difficultés à se loger lorsqu’on est jeune ; trop d’impôts et de taxes pesant sur les classes moyennes et populaires.

8 ) Trop de « réformes » inutiles qui ne s’attaquent pas aux vraies questions qui préoccupent les Français ; trop de services publics « reformés » mais qui ne fonctionnent plus ; trop de fonctionnaires découragés ; trop de fermetures de services publics de proximité.

9) Trop d’inquiétudes sur l’avenir : trop de dépenses sociales que les actifs ne peuvent plus financer, trop de menaces sur les économies et les retraites ; trop de dettes publiques et privées.

10) Trop de diabolisation des Français qui respectent les lois, qui demandent que cesse cette situation qui les révolte, qui ne sont ni « racistes », ni « fascistes », ni « d’extrême droite » mais qui veulent enfin être entendus de la classe politique et voir leur opinion représentée dans les médias.

[box class=”info”] Source : Correspondance Polémia. [/box]

Image : Louis Mandrin, le révolté fiscal. Gravure d’époque – domaine public

Manifestation hier à Paris pour la défense du français

Manifestation hier à Paris pour la défense du français

19/06/11 – 17h15
PARIS (NOVOpress)
– 400, selon la police, 1200, selon les organisateurs, personnes ont défilé hier à Paris pour la défense du français, à l’appel à l’appel d’une trentaine d’associations culturelles et linguistiques.

Derrière la banderole “Ma patrie, c’est la langue française” – une citation d’Albert Camus (photo) –, le cortège est parti de la place du Panthéon pour aller au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Là, une lettre devait être remise au minsitre Valérie Pécresse, qui est accusée de “mépriser” le français.

Parmi les manifestants, on pouvait noter la présence des députés “souverainistes” Jacques Myard et Nicolas Dupont-Aignan.