Bleus : « Une honte pour le sport français »

Bleus : « Une honte pour le sport français »

25/06/2012 – 12h20
PARIS (NOVOpress) –
Les scandales à répétition perpétrés par certains joueurs de l’équipe de France de football durant l’Euro, font couler beaucoup d’encre. Samedi soir, Samir Nasri a insulté un journaliste après le match contre l’Espagne en le traitant de « Fils de pute ». Une insulte très prisée par les racailles des banlieues de l’immigration, proche de celle que Nicolas Anelka avait proférée à l’encontre de Raymond Domenech en pleine Coupe du monde 2010.

Cette grave insulte passera-t-elle comme une lettre à la poste ? Le patron du football français, Noël Le Graët, déclare dans L’Equipe du 25 juin qu’il n’est pas « là pour sanctionner. Je suis quelqu’un qui sait discuter et recevoir ». Un discours permissif favorisant un laisser-aller chez les Bleus catastrophique pour l’image de la France depuis tant d’années.

Une attitude en complet décalage avec le ras-le-bol des Français. Sur RMC, Jean-Michel Larqué a estimé que les performances de tels joueurs « sont proches du néant. Ce sont des comportements de caïds de cour de récréation ». Les Anglais, eux, qualifient Samir Nasri de « racaille ».

Les tennismen français trouvent les mots justes également pour déplorer le comportement de Ban Arfa, Nasri, Ménez et M’Vila en Ukraine : « Il y a clairement un manque d’éducation à la base et un manque flagrant de respect vis-à-vis de la hiérarchie, du maillot et de la presse. Niveau langage, c’est le niveau zéro : l’insulte est devenue monnaie courante », regrette Julien Benneteau dans les pages du quotidien sportif. Loïc Courteau, ex-entraîneur d’Amélie Mauresmo, pose la bonne question : « Quel que soit leur talent, certains ne devraient plus jamais avoir le droit de porter le maillot. De par leur comportement, ils sont une honte pour le sport français ».

Crédit photo : William Brawley via Flickr, licence CC.

Euro 2012 : Les Bleus victimes de « mauvaises têtes »

Euro 2012 : Les Bleus victimes de « mauvaises têtes »

24/06/2012 – 12h00
DONETSK (NOVOpress) – Le fiasco de l’équipe de France de football à l’Euro (une seule victoire en quatre matchs) semble s’expliquer par de nouvelles divisions qui ont miné les Bleus. Des problèmes comportementaux qui tranchent par rapport à l’Espagne, une équipe soudée. C’est l’analyse livrée aujourd’hui par L’Equipe. Sébastien Tarrago note dans le quotidien sportif que les « fantômes sud-africains étaient là, juste derrière le rideau, et les coups d’éclats de certains joueurs français se sont concentrés dans des attitudes inadaptées et parfois déshonorantes ».

Le mythe Black-Blanc-Beur, transposition du « vivre ensemble » dans le football, a éclaté en mille morceaux il y a deux ans, en Afrique du Sud lors de la Coupe du monde 2010. Pourtant, le mal est toujours là. « Avec Blanc, certaines mauvaises têtes sont parties mais d’autres sont revenues et on ne peut pas dire qu’elles aient vraiment exprimé leur formidable force de caractère », souligne le journaliste.

Hatem Ben Arfa (photo ci-dessus), Yann M’Vila, Karim Benzema, se reconnaîtront. Mais surtout Samir Nasri, auteur d’un nouveau dérapage hier soir. L’ex-joueur de l’Olympique de Marseille a traité « entre autres » de « fils de pute » un journaliste de l’Agence France Presse (AFP). L’idée en 2011 d’instaurer des quotas ethniques dans le football tricolore n’était pas forcément une mauvaise solution pour ne plus subir la loi de « certaines mauvaises têtes » chez les Bleus…

Crédit photo : Bonnaf/Flickr sous licence CC

Retour des « démons » de Knysna chez les Bleus

Retour des « démons » de Knysna chez les Bleus

22/06/2012 – 10h00
DONETSK (NOVOpress) – « J’apprécie beaucoup d’être sorti des poules, mais ce que j’ai vu a réveillé en moi quelques démons… ». En conférence de presse, mercredi, à Donetsk (Ukraine), Florent Malouda (photo, cliquer dessus pour la voir en entier) a constaté le retour chez les Bleus des « démons » ayant dégradé l’image de la France à l’internationale, pendant la mutinerie d’une partie des joueurs de l’équipe de France à Knysna, le 20 juin 2010, en pleine Coupe du monde de football sud-africaine.

En cause, de nouveaux débordements mardi soir dans l’effectif tricolore, après la piteuse défaite face à la Suède en phase de poule à l’Euro. Les vestiaires de l’équipe dirigée par Laurent Blanc ont pris des allures de pétaudière multiethnique. Alou Diarra a eu une altercation musclée avec Samir Nasri, auteur déjà de plusieurs provocations depuis le début de la compétition. Tandis que Hatem Ben Arfa osait tenir tête à son entraîneur. Une sale habitude chez un joueur qui traîne une « mauvais réputation » depuis son enfance. Alain Boghossian, l’un des adjoints de Laurent Blanc, a tenté d’étouffer ce nouveau scandale. Mais la réalité est là : les « caïds » qui ont pris en otage le football français depuis plusieurs années, font toujours la loi. Chassez le naturel, il revient au galop…

Crédit photo : Globovisión via Flickr, licence CC.

Racisme ou revendications identitaires à l’Euro 2012 ?

Racisme ou revendications identitaires à l’Euro 2012 ?

22/06/2012 – 10h00
KIEV (NOVOpress) – Avant même son lancement, L’Euro 2012 a été au cœur d’une vaste campagne de désinformation autour du thème du « racisme ». L’Ukraine, l’un des pays hôtes, a remis les pendules à l’heure à ce sujet. Mais l’UEFA (Union européenne des associations de football), l’instance dirigeante du football en Europe, continue une campagne tendancieuse baptisée « Unite against racism ».

Mardi, la Croatie était dans le viseur de l’organisation dirigée par Michel Platini.

« La Fédération croate de football (HNS) écope d’une amende de 80 000 euros pour l’allumage et le jet de fumigènes et pour le mauvais comportement de ses supporters (chants et symboles racistes) lors du match du groupe C de l’Euro 2012 contre l’Italie », affirme un communiqué de l’UEFA. Malheureusement, l’organisation européenne n’en dit pas plus sur le contenu de ces chants et « symboles racistes ». La critique d’un football européen en manque d’identité, à l’aide de banderoles et de chants, doit-elle être assimilée à du « racisme » ?

Une désinformation parfaitement illustrée par ce qui est arrivé à Mesut Özil, joueur aux racines turques évoluant sous le maillot allemand. Dimanche, pendant le match entre la Mannschaft et le Danemark, Mesut Özil aurait été victime de « propos racistes », selon L’Equipe. Pourquoi ? Sur Twitter, un internaute a  écrit : « Özil n’était assurément pas un Allemand. Un bout de papier ne suffit pas à changer son origine ». Une opinion identitaire en rien raciste. Dans le football aussi, le fossé se creuse entre les fans, certaines équipes et élites européennes gagnées à la mondialisation.

Mais l’espoir brille. Hier, sur Facebook, Gianluigi Buffon, le gardien de l’Italie, n’a pas caché son patriotisme. « Même si mon Italie restera toujours une Italie idéale, qui n’a peut-être jamais existé, quand je vois le drapeau tricolore, c’est toujours une immense émotion ». Un amour du pays que Benzema, Evra, Nasri et compagnie pourraient méditer chez les Bleus.

Nasri ricane à la mémoire de Thierry Roland

Nasri ricane à la mémoire de Thierry Roland

20/06/2012 – 07h30
KIEV (NOVOpress) —
Les ricanements du joueur de football Samir Nasri, au moment de la minute de silence à la mémoire de Thierry Roland, mardi soir à Kiev (Ukraine), ont choqué de nombreux Français. L’UEFA avait en effet annoncé qu’une minute de silence serait observée avant le dernier match du groupe D entre la Suède et la France à l’Euro 2012. Au mieux, l’initiative de Samir Nasri relève du manque de respect. Au pire, elle ressemble à une nouvelle provocation à l’encontre de l’ex-journaliste, décédé samedi à l’âge de 74 ans.

Thierry Roland était très populaire auprès des Français pour son absence de langue de bois. Le commentateur sportif avait notamment créé une polémique en 1986, lors du quart de finale du Mondial entre l’Angleterre et l’Argentine, alors que Maradona mettait un but de la main accordé par l’arbitre. Thierry Roland avait alors pris à témoin son collègue Jean-Michel Larqué : “Honnêtement, Jean-Michel, ne croyez-vous pas qu’il y a autre chose qu’un arbitre tunisien pour arbitrer un match de cette importance ?”. Il est vrai que la Tunisie n’a jamais été une terre de football.

Samir Nasri s’est déjà distingué au début de l’Euro en insultant la presse française d’un « Ferme ta gueule », contre l’Angleterre. Un problème comportemental qui rappelle que la « racaille attitude » sévit toujours chez les Bleus depuis l’épisode de Knysna en 2010, quand une partie des joueurs tricolores avaient sombré dans la mutinerie pendant le Mondial 2010. Le plus grand scandale dans l’histoire du sport français.

Crédit photo : Ronnie Macdonald, via Wikipédia Commons. Photo prise le 31 juillet 2010

Euro 2012 : l’Ukraine se réjouit de son identité, gage de paix civile

01/06/2012 – 10h00
KIEV (NOVOpress) – Lundi, à l’antenne de la BBC, Sol Campbell, l’ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre de football, a accusé l’Ukraine d’être sous l’emprise de gangs néonazis ! Une accusation qui tombe à pic alors que les dirigeants européens, François Hollande en tête, songent à boycotter l’Euro 2012 qui se déroulera en Ukraine. Ce pays de l’Europe de l’est organise en effet cette compétition européenne de football en partenariat avec la Pologne, à partir du 8 juin.

L’ex-footballeur a lui aussi appelé au boycott de l’Euro 2012 en lançant à la télévision : « Restez chez vous, regardez-le à la télévision! », n’hésitant pas à mettre en garde les fans de foot de toute envie de séjour dans la patrie de l’actuel président ukrainien, Viktor Ianoukovitch : « Ne prenez surtout pas ce risque car vous pourriez revenir dans un cercueil ! », a-t-il dramatisé.

Le gouvernement ukrainien, qui a le tort aux yeux du camp occidental d’être plus proche de Moscou que de Washington, ne se laisse pas intimider. « Accuser l’Ukraine d’être fasciste et raciste, et le faire de la manière dont le font les médias britanniques, des footballeurs britanniques et des hommes politiques britanniques est tout simplement scandaleux », a déclaré Oleg Volochine, le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Oleg Volochine a rappelé quels étaient les vrais dangers auxquels l’Europe doit répondre en 2012 : « Nous n’avons pas de violences interethniques dans nos rues, comme cela s’est passé à Paris il y a quelques années ou à Londres l’an dernier ». Oleg Volochine peut toucher du bois : une identité préservée, c’est une chance  pour l’avenir du peuple ukrainien.

Crédit photo : rafizeldi via Flickr, licence CC.

Gourcuff viré des Bleus : un problème « d’intégration » ?

Gourcuff viré des Bleus : un problème « d’intégration » ?

30/05/2012 – 15h00
LE TOUQUET (NOVOpress) – À la surprise générale, Yoann Gourcuff a été évincé de l’équipe de France de football pour l’Euro dont le coup d’envoi aura lieu le 8 juin prochain en Ukraine et en Pologne. C’est aujourd’hui que Laurent Blanc, le sélectionneur des Bleus, donnera les raisons de ce renvoi. Il est possible que celles-ci ne soient pas uniquement sportives comme nous l’évoquions le 15 mai. Selon Le Parisien de ce jour, le meilleur passeur des Bleus depuis 2008 (huit passes décisives), qui s’est toujours montré décisif lors des matchs internationaux à enjeux, « n’a pas forcément donné des gages d’intégration ».

Le monde à l’envers

C’est donc le joueur breton qui aurait le tort de ne pas s’intégrer à un groupe toujours mené par les « caïds » du fiasco sud-africain de 2010. Un comble ! La question mérite d’être posée : Yoann Gourcuff est réservé, il s’exprime correctement en français, a de la classe et analyse les matchs comme un coach expérimenté. Cette façon d’être différente agace peut-être certains joueurs bas du front, pétris de rap et rivés à la Playstation.

Laurent Blanc est-il sous l’influence de ces « caïds » ? L’Equipe de ce jour donne quelques indices. Le quotidien sportif évoque de nouveau l’hypothèse du mépris de Ribéry, Benzema et Menez à l’égard du meneur de jeu tricolore. Tandis que l’envoyé spécial du journal, Vincent Duluc,  reconnaît que les « tourmenteurs » de Yoann Gourcuff « sont restés au pouvoir ». CQFD.

Crédit photo : Le mensuel de Rennes via Flickr, licence CC.

Serbie : on ne plaisante pas avec l’hymne national

Serbie : on ne plaisante pas avec l'hymne national


30/05/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) —
 À dix jours de l’Euro de foot, l’affaire fait grand bruit en Serbie, où le sport, prolongation de la guerre selon l’adage, cristallise toutes les passions.

Siniša Mihajlović
Siniša Mihajlović, sélectionneur de l'équipe nationale serbe. Crédit photo : Roberto Vicario via Wikipédia Commons (cc)

Le sélectionneur de l’équipe nationale serbe, Siniša Mihajlović (photo ci-contre), a en effet exclu l’international Adem Ljajić (maillot violet de l’AC Fiorentina, ci-dessus) après que ce dernier eut refusé d’entonner l’hymne national de la Serbie lors du match amical samedi contre l’Espagne.

L’attaquant du club italien de la Fiorentina a informé le sélectionneur “qu’il n’a pas chanté l’hymne national pour des raisons personnelles et qu’il ne changera pas d’avis, raison pour laquelle Siniša Mihajlović lui a demandé de rentrer à la maison”, a précisé la Fédération dans un communiqué.

Ljajić, qui est musulman, alors que la majorité des Serbes sont chrétiens orthodoxes, doit certainement avoir ses raisons mais celles-ci semblent incompatibles avec l’amour du maillot et le respect des symboles nationaux. Cet épisode sera t-il celui d’une longue série pour marquer l’arrivée récente à la tête de l’équipe de Mihajlovic qui exige de ses joueurs qu’ils suivent un code de conduite strict, avec notamment l’obligation de chanter l’hymne national lors des matches internationaux. Simple bon sens diront certains, aberration raciste et xénophobe doit-on penser en ce moment même au ministère des Sports français.

Les Serbes ne cesseront de nous étonner et à l’heure du délitement des nations et du foot business, ils envoient un signe positif au reste de l’Europe.

Photo en Une : crédit Roberto Vicario via Wikipédia Commons (cc)

Les « caïds » chez les Bleus veulent-ils la peau de Gourcuff ?

Les « caïds » chez les Bleus veulent-ils la peau de Gourcuff ?


15/05/2012 – 13h30
CLAIREFONTAINE (NOVOpress) —
C’est aujourd’hui, à 18 heures, que Laurent Blanc annoncera la liste des joueurs de Ligue 1 qui disputeront l’Euro 2012 en Pologne et Ukraine à partir du 8 juin. Yoann Gourcuff en fera-t-il partie ? Le meneur de jeu de l’Olympique lyonnais revient en forme après de multiples blessures. Mais l’hostilité à son égard, affichée par certains meneurs chez les Tricolores, pourrait avoir raison de cette sélection.

L’Équipe de ce mardi révèle en effet l’existence d’un véritable complot anti-Gourcuff depuis la catastrophique Coupe du monde sud-africaine en 2010. Le quotidien sportif cible trois principaux responsables de cette cabale : Thierry Henry (désormais hors de l’équipe de France de football), Patrice Evra (le meneur de la mutinerie de Knysna) et Franck RibéryL’Équipe cite le témoignage anonyme d’un joueur qui relate que « le comportement de certains cadres avec Yoann était vraiment limite » en Afrique du Sud.

On saura ce soir si les « caïds » de l’équipe de France ont eu gain de cause.

Crédit photo : Y. Caradec via Flickr (cc)

Nouveau trou noir pour le Stade rennais

Nouveau trou noir pour le Stade rennais

15/05/2012 – 12h00
RENNES (NOVOpress) –
« Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir ». Le refrain de Johnny Hallyday pourrait devenir celui du Stade rennais (SRFC). Les Rouge et Noir ont encore touché le fond dimanche soir en Ligue 1, enregistrant une lourde défaite (3-0) face au PSG. Relégués à la septième place, les Rennais ne sont même pas sûrs de participer à la coupe d’Europe la saison prochaine.

Nouveau trou noir pour le Stade rennaisFrédéric Antonetti, l’entraîneur du SRFC avance deux raisons pour expliquer ce fiasco. La première : « Le match se joue sur la qualité technique ». En effet, au coup d’envoi, l’équipe rennaise comptait dix joueurs sur onze originaires du continent africain ! La puissance physique ne suffit pas. En situation de duel face à la vitesse de jeu de joueurs ultra techniques comme Jérémy Ménez ou Nene, Onyekachi Apam (Nigéria) et sa défense ont explosé.

Le coach corse évoque pudiquement une autre explication : un esprit « trop jeune, trop naïf » de sa troupe. Traduction : un mental friable qui s’effrite dangereusement dès que l’équipe rennaise est malmenée. L’heure semble désormais à une « réorganisation de fond » sur les bords de la Vilaine, selon Ouest-France. Passera-t-elle par un recrutement plus diversifié, guidé aussi par le respect de l’identité du club et de la capitale de la Bretagne ? Les exemples de clubs fiers de leur identité ne manquent pas en Europe : Barcelone, Zénith Saint-Pétersbourg ou encore, l’Athletic Bilbao, finaliste de la dernière Ligue Europa.

Bleus : Hatem Ben Arfa revient avec « sa mauvaise réputation »

Bleus : Hatem Ben Arfa revient avec « sa mauvaise réputation »

11/05/2012 – 12h00
VARSOVIE (NOVOpress) –
Laurent Blanc, le sélectionneur des Bleus, a donc décidé de rappeler en équipe de France de football, Hatem Ben Arfa. L’attaquant de Newcastle devrait faire partie de la nouvelle aventure des Tricolores durant l’Euro 2012, organisé à partir du 8 juin en Pologne et en Ukraine.

Le Parisien du 10 mai rappelle que l’ex-joueur de l’Olympique de Marseille (photo) « traîne une mauvaise réputation » depuis ses classes à Clairefontaine (voir vidéo). D’ailleurs, le coach des Bleus a clairement annoncé la couleur : « A Ben Arfa de nous prouver qu’il n’est pas difficile pour un groupe et qu’il a une grande motivation pour l’Euro ».

Ce retour ne devrait pas combler le fossé culturel qui se creuse au sein de l’équipe de France depuis la fin des années 1990. Bien au contraire. C’est ce que souligne le dernier dossier du magazine So Foot, intitulé : « Equipe de France : le grand flou ». L’article évoque pudiquement une « tendance légèrement clanique qui perdure en bleu depuis quelques années. Ici, le clan des « chichamen » autour de Ribéry, Abidal, Benzema, Ménez ou Sakho » qui partagent « une même culture banlieue ». De l’autre, selon So Foot, « les provinciaux : Debuchy, Giroud, Cabaye, etc. ». Une évidence : « cette équipe de France n’a aucun véritable point de référence ».

Sauf, peut-être, une vraie tendance à la sur-représentation de joueurs de culture africaine. Rien n’a changé depuis le fiasco des Tricolores à la Coupe du monde sud-africaine en 2010. Ce que déplore Juan Manuel Lillo dans ce dossier : « Les entraîneurs sont tombés dans la facilité : ils cherchent des joueurs plus forts physiquement, pensant certainement que cette force leur permettra de tenir des résultats. C’est le contraire qu’il faut faire ». Autre témoignage significatif dans le numéro 96 de So Foot, celui de David Trezeguet. Grâce aux Bleus, l’attaquant a gagné une Coupe du monde (en 1998) et un Euro (en 2000). Mais aujourd’hui, il déclare se sentir « argentin à 100% ». L’identité, c’est plus fort que toi !

Stade Rennais : Yann M’Vila en garde à vue

Stade Rennais : Yann M'Vila en garde à vue

02/05/2012 – 16h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – Yann M’Vila, le milieu de terrain du Stade Rennais, a été placé en garde à vue lundi suite à la plainte déposée par un jeune homme de 17 ans pour violences. Un retour à la rubrique faits divers pour cet international d’origine congolaise qui avait défrayé la chronique il y a quelque temps suite à des démêlées avec des prostituées.

Selon Ouest-France, qui révèle l’affaire, Yann M’Vila a été interpellé lundi matin chez lui par les gendarmes de la brigade de Vern-sur-Seiche (35). La garde à vue du milieu de terrain du Stade rennais n’a pris fin que mardi dans la matinée. Motif de cette interpellation : la plainte déposée par un jeune homme de 17 ans, qui accuse M’Vila de l’avoir frappé dans la nuit de vendredi à samedi à son domicile.

Selon RMC, qui a joint son avocat, M’Vila aurait nié formellement ces accusations mais reconnu cependant «avoir donné des gifles à un jeune qui aurait trahi sa confiance». La confrontation entre le joueur et sa victime a semble-t-il permis aux gendarmes de conclure ce dossier qui a été transmis au parquet de Rennes. Ce dernier décidera des suites judiciaires à donner à cette affaire.

Il y a un peu plus d’un mois, M’Vila avait déjà fait parler de lui dans un tribunal, mais cette fois côté partie civile, dans une affaire l’opposant à deux prostituées. Ces dernières ont été condamnées à six mois de prison (dont trois avec sursis) après lui avoir volé en août 2011 dans une chambre d’hôtel un certain nombre d’effets personnels. Les faits s’étaient passés à Montpellier après un match amical France-Chili. « Quand on porte le bleu-blanc-rouge, qu’on chante La Marseillaise et qu’on prétend avoir une vie de famille exemplaire, on se doit d’avoir un comportement moral irréprochable », avait déclaré le défenseur des prostituées. Cette nouvelle affaire risque fort d’écorner un peu plus la réputation du joueur du Stade Rennais.

Crédit photo : Buffoleo, via Wikimédia, licence cc

Le Stade rennais n’a pas la Bretagne dans la peau

Le Stade rennais n’a pas la Bretagne dans la peau

12/04/2012 – 13h00
QUEVILLY (NOVOpress) –
Aujourd’hui, la Normandie voit la vie en rose et la Bretagne est rouge de honte. Depuis 2001, Quevilly est devenu le premier club amateur de National à atteindre la finale de la Coupe de France grâce à sa victoire contre Rennes (2-1) au stade Michel d’Ornano de Caen, hier soir. Les Haut-Normands affronteront l’Olympique lyonnais le 28 avril au Stade de France.

Cette nouvelle humiliation pour le Stade rennais est « indéfendable » pour Frédéric Antonetti, l’entraîneur des Rouge et Noir, éliminés de la Coupe de France par une équipe de rang inférieur pour la troisième saison d’affilée. Les Rennais  sont incapables de passer la vitesse supérieure lorsqu’ils ont l’occasion de faire la différence. Aussi bien en championnat (les dernières désillusions devant Auxerre, Valenciennes et Lyon, qui les scotchent à cinq longueurs de la quatrième place pour l’Europe) qu’en Ligue Europa face à l’Udinese et le Celtic Glasgow l’année dernière.

Cette nouvelle défaite face à Quevilly, club amateur qui se bat pour sa survie en National, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Depuis des années, la politique sportive du club de Patrick Le Lay mise sur un recrutement massivement africain.

Le Stade rennais n’a pas la Bretagne dans la peau

Résultat : un jeu ultra physique stéréotypé, pauvre techniquement, faible mentalement et sans envie de se transcender. Le coach corse du Stade rennais a annoncé qu’il fallait « tirer tous les enseignements » de la nouvelle déroute de ses protégés en terre normande. Cette prise de conscience passe par un profond renouvellement de l’effectif rennais. Sera-t-il enfin respectueux de l’identité d’un club, d’une ville et d’une région ?

Image : copie d’écran d’une page d’accueil du site du Stade Rennais.

Football : Mario Balotelli souffre d’un « malaise identitaire »

Football : Mario Balotelli souffre d’un « malaise identitaire »

11/04/2012 – 08h00
BRESCIA (NOVOpress) –
Le footballeur Mario Balotelli a été encore expulsé dimanche dernier lors du match face à Arsenal. L’attaquant de Manchester City a reçu son troisième carton rouge de la saison. Lassé, son entraîneur, Roberto Mancini, a annoncé qu’il ne jouerait plus d’ici la fin du championnat anglais. Il pourrait également ne pas participer à l’Euro 2012 cet été sous les couleurs de… l’Italie. Cesare Prandelli, le sélectionneur de la Nazionale, s’arrache aussi les cheveux avec ce joueur en provenance du Ghana.

Le dernier numéro du magazine So Foot consacre un dossier complet à Mario Balotelli, de son vrai nom, Barwuah. Adopté à l’âge de trois ans, choyé, aimé et élevé par un couple italien dans la banlieue de Brescia, Mario Balotelli s’est rapidement montré ingérable. « Apatride », « Autiste », « Provocateur »… l’article de So Foot revient dans le détail sur le comportement d’un joueur aux réactions violentes. « En vérité, le casier de l’attaquant est tellement lourd que dans un monde normal, ou s’il était un type normal, Mario Barwuah Balotelli aurait dû renoncer à ses rêves de football dès l’âge  de ses premières frasques, vers l’âge de huit ans », constatent les journalistes du mensuel.

Interrogée par le magazine, son ancienne institutrice reconnaît qu’il était l’enfant « le plus perturbé que j’aie jamais eu » et ajoute : « il avait un problème d’identité évident ». Tandis que d’autres témoignages évoquent un « malaise identitaire ». Le déracinement, cause de bien des dérèglements.

Crédit photo : Steindy/Wikipédia sous licence CC

Lionel Messi : le déracinement le pénalise en équipe d’Argentine

Lionel Messi : le déracinement le pénalise en équipe d’Argentine


27/03/2012 – 12h30
BARCELONE (NOVOpress) –
Lionel Messi (photo) est devenu le buteur le plus prolifique sur une saison. Avec 35 buts depuis samedi soir, et son ouverture du score contre Majorque (2-0), l’attaquant de Barcelone devance le Brésilien Ronaldo en 1996-1997 et… lui-même, lors de la dernière saison. Avec le maillot du Barça, le génial argentin a réussi la performance de marquer lors de ses neuf dernières sorties, toutes compétitions confondues.

En revanche, avec son équipe nationale, en dépit d’un récent triplé réalisé contre la Suisse, Lionel Messi cherche encore ses marques. Selon une biographie non autorisée qui sortira en mai, intitulée « Le Mystère Messi » (Editions Jean-Claude Gawsewitch), écrite par les journalistes, Sebastian Fest et Alexandre Juillard, l’une des raisons de ces difficultés résiderait dans le fait que cet artiste du ballon rond soit un « Argentin déraciné ». Le mal du pays, c’est terrible !

Crédit photo : thesportreview via Flickr, licence CC.

Football Italie : suppression de la Tessara del tifoso

Football Italie : suppression de la Tessara del tifoso

13/03/2012 – 17h10
ROME ( NOVOpress) – Mise en place il y a deux ans dans le but de réduire les problèmes de sécurité dans les stades italiens en fichant les supporters, la Tessara del tifoso – littéralement la carte du supporter – sera supprimée dès la prochaine saison en Italie.

C’est le directeur générale de la Figc (fédération italienne de football), Antonello Valentini, qui l’a annoncé hier soir. Néanmoins, la Tessara sera remplacée par une carte dite de fidélité, qui suscitera certainement la méfiance des Ultras transalpins.

C’est donc un bilan très mitigé de la Tessara qui est dressé : désertification des stades, diminution de la ferveur et impact sécuritaire quasi nul, puisque des incidents ont toujours lieu lors de certains matchs chauds.

C’est donc une bonne nouvelle pour les amateurs de stades colorés et bruyants.

Crédit photo : Giacomo Vaianis/Flickr sous licence Creative Common

L’Olympique Lyonnais, bientôt propriété des Emirats Arabes Unis ?

L’Olympique Lyonnais, bientôt propriété des Emirats Arabes Unis ?

12/03/2012 – 18h50
LYON (NOVOpress Lyon) –
  Le président de l’Olympique Lyonnais s’est déplacé dernièrement dans les Émirats Arabes Unis. Ce voyage s’inscrivait dans le cadre de la construction du nouveau stade des Lumières et de ses activités commerciales annexes.

Jean-Michel Aulas (à gauche sur la photo) s’est dit prêt à discuter “naming” (nom du stade) avec les dirigeants économiques du pays. Quant à la vente du club, Aulas a démenti formellement : “L’Olympique Lyonnais a des actionnaires privés qui souhaitent rester et se développer et donc on n’est pas du tout dans la même recherches de partenaires que l’était le PSG, ou en tout cas pas de partenaires majoritaires”.

Pourtant le recrutement du joueur Amdan Al Kamali, joueur émirati, semble sceller la naissance de liens économiques privilégiés entre l’Olympique Lyonnais et les Émirats Arabes Unis.

Crédit photo : Xavoun via Wikipédia, licence CC.

Club mythique : Ajax Amsterdam

Club mythique : Ajax Amsterdam

Cruijff. Rep. Van Basten. Bergkamp. De Boer. Et bien d’autres…

Toutes les personnes nées entre les années 1950 et 1980 ont rêvé au moins une fois dans leur vie des exploits de ces grands joueurs, que ce soit grâce à un transistor, une télé noire et blanc ou un poste en couleur.

Amsterdam. Ses  canaux, son quartier Rouge et son club de foot : l’Ajax.

Fondé en 1900, le club obtient un terrain au nord de la ville. Le club connait un assez bon départ et remporte une victoire face à l’équipe nationale en 1901 lors d’un match amical. Alors en division 3, le club va accéder à la division 2 trois ans seulement après sa création.

Le 21 mai 1911, l’Ajax accède à la division 1 en faisant match nul face à Zesde, le club du régiment d’infanterie de Breda, 0-0, lors du match de barrage. Parallèlement, le club assiste à la première sélection d’un de ses joueurs : Ge Fortgens, milieu gauche qui participera à la victoire de l’équipe nationale face à la Belgique 4-1.

Les couleurs traditionnelles du club -le rouge et le blanc- sont adaptées à un maillot alors unique en Europe : on passe ainsi d’un maillot à bande à une bande unique rouge centrée, le reste étant en blanc. D’autres clubs ont repris ce modèle à l’instar du Paris.SG.

En 1917, le club remporte son premier titre : la coupe des Pays-Bas. En 1918, le club est sacré pour la première fois de son histoire champion des Pays Bas. Pour la première fois car le club a remporté depuis sa fondation 30 fois le titre, le dernier sacre étant pour 2011.

Mais l’Ajax, c’est surtout pour les amateurs du ballon rond du monde entier, une équipe de Coupe d’Europe. Les années 70 verront la déferlante rouge et blanche dominer tout l’Europe. Ainsi, le club remportera trois Ligue des Champions d’affilé entre 1971 et 1973.

L’Ajax est également célèbre pour ses fans. Classiquement, le club est associé à la culture judaïque. On ne sait pas très bien quelles sont les origines de cette identité. Au début du 20ème siècle, le siège du club se trouvait dans les quartiers Nord-est, là où se concentrait une population juive importante.

Néanmoins, lors de l’Occupation nazie, le club a appliqué à la lettre les directives allemandes et a exclu de ses effectifs tous les joueurs et dirigeants juifs.

Club mythique : Ajax AmsterdamNéanmoins, il est fréquent de voir des étoiles de David flotter sur l’Ajax Arena, et les slogans et gadgets à l’effigie du club se font volontiers le relai de cette tradition. Au grand bonheur de leurs rivaux du Feyenoord Rotterdam ou de Den Haag qui n’oublient jamais de rappeler à leurs adversaires du jour leurs liens réels ou supposés à Israël.

Ces comportements ont d’ailleurs provoqué un houleux débat au Pays Bas ces dernières années et la direction de l’Ajax essaye de minimiser cette identité pour éviter les dérapages antisémites observés lors des confrontations contre l’Ajax.

Club mythique : Ajax AmsterdamL’Ajax jouit d’un soutien populaire sans faille. Les siders du F-side sont réputés parmi les plus violents hooligans d’Europe. Historiquement placés dans le Side F du stade, ils continuent à suivre l’Ajax envers et contre tout, provoquant souvent des incidents.

La bande de l’Ajax, bien que loyale au pays, est assez diversifiée et il n’est pas rare de croiser des hooligans de couleur. Notamment des immigrés des iles Moluques, ancienne colonie indonésienne appartenant à la Hollande. Les Moluques sont restés loyaux à la Hollande et sont souvent chrétiens au contraire du reste de l’Indonésie musulmane.

Néanmoins, la politisation des fans de l’Ajax, bien que peu aboutie, n’est certainement pas à droite. Ainsi, une réunion de mouvements populistes européens avait été perturbée par des actifs du F-Side et les représentants de l’EDL avaient été secoués.

Plus récemment,  au début des années 2000 a été créé un groupe ultra’ qui s’est imposé depuis, le VAK 410. Regroupant plusieurs centaines de fans, il est le poumon de l’Arena et n’hésitent pas à épauler le F-Side pour aller au charbon.

L’Ajax, après un creux pendant les années 2000, semble retrouver le chemin du succès. Il ne manque plus qu’un titre européen pour réaffirmer l’Ajax parmi les grands d’Europe.

Crédit photo, de haut en bas : brendangates via Flickr, licence CC. afca1900amsterdam via Flickr, licence CC. Shiratski via Flickr, licence CC.