Tag Archives: Fondation Polémia

Bruno Mégret

Bruno Mégret : « La question identitaire et la question européenne sont intimement liées »

17/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Bruno Mégret avait créé un parti, le MNR, visant à incarner une droite nationale différente de celle du Front national. Ce fut un échec, ce qui ne veut pas dire que, vingt ans plus tard, le parti présidé maintenant par Marine Le Pen occupe tout l’espace et donne toute satisfaction… Longtemps retiré de la vie politique française, Bruno Mégret sera présent demain samedi 18 novembre au 3e Forum de la Dissidence. Avant cet événement dédié à la refondation de la droite (« Face à Macron : une bonne droite ! », il a répondu aux questions de la Fondation Polémia.

Bruno MégretPolémia : Qu’est-ce que la droite pour vous ?

Bruno Mégret : Pour moi, la droite, c’est d’abord une vision du monde. C’est prendre en compte le monde tel qu’il est, croire qu’il n’y a pas de déterminisme, que l’histoire est aussi le fruit de la volonté des hommes. C’est voir en chaque personne un être libre et donc responsable de lui-même et de ses actes. C’est aussi savoir que les hommes n’existent pas seuls. Ils ne s’épanouissentqu’au sein de communautés qui leur donnent une place dans l’espace et le temps.

Être de droite c’est donc aussi croire à l’importance des racines, des traditions et de l’héritage. C’est être attaché à la notion de peuple et de civilisation. C’est aussi être porté par une volonté de dépassement qui a d’ailleurs toujours été l’apanage de la civilisation européenne.

Mais, aujourd’hui, la droite, c’est aussi un combat parce que ce sont les valeurs de droite qui sont attaquées par la nouvelle gauche maintenant au pouvoir avec M. Macron. Cette nouvelle gauche est en effet internationaliste, favorable aussi bien à l’ultralibéralisme qu’à l’immigrationnisme et, à ce titre, elle représente un danger majeur pour notre identité. Elle est aussi « libertaire », adepte de la déconstruction sociétale, et constitue de ce fait une menace pour nos valeurs.

Le clivage droite gauche est donc plus actuel que jamais et il porte cette fois sur l’essentiel. Car si la droite ne sauve pas notre identité et nos valeurs, notre civilisation disparaîtra.

La France et l’Europe semblent engluées dans une crise identitaire sans fin. Comment en sortir ?

Comme dans toutes les périodes de décadence, beaucoup de gens savent ce qu’il faudrait faire. Le problème c’est de le faire. Or, la droite dite républicaine n’existe plus politiquement pour s’être soumise à la gauche et au Système.

Quant à la droite nationale, elle n’incarne pas une force crédible pour s’être enlisée dans un programme et une stratégie passéistes.

Aujourd’hui, il faut une droite nouvelle. Peut-elle émerger des décombres du parti républicain ? Peut-elle surgir de la rénovation du Front national ? Viendra-t-elle de l’éclosion d’une force nouvelle ? Nous sommes à la croisée des chemins.

En quelques mots, quelle sera le teneur de votre intervention à ce 3e Forum de la dissidence ?

Je pense que la droite nouvelle doit s’adapter au monde multipolaire qui est le nôtre aujourd’hui et comprendre que la question identitaire et la question européenne sont désormais intimement liées. Si l’on veut faire l’Europe en détruisant nos identités, ça ne marche pas, comme le montre l’Europe bruxelloise. Si en revanche on veut défendre notre identité en tournant le dos à l’Europe, comme l’a fait le Front national pendant la campagne présidentielle, ça ne marche pas non plus.

Je m’efforcerai donc d’ouvrir des perspectives sur ces questions majeures en proposant de faire bouger les lignes. Car, pour rester fidèle à ses valeurs, la droite nouvelle qui est nécessaire à notre pays doit se mettre à l’heure du choc des civilisations.

Entretien repris du site de Polémia

novlangue

La novlangue se porte toujours aussi bien, merci, par Michel Geoffroy

Novlangue 201329/09/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Co-auteur, avec Jean-Yves Le Gallou, d’un Dictionnaire de novlangue réédité dans une édition augmentée de 500 mots nouveaux sous le titre Nouveau Dictionnaire de novlangue en 2013 – ces « mille mots qui manipulent les Français » –, toujours aux éditions Polémia, Michel Geoffroy poursuit son entreprise de décryptage du vocabulaire propagé par l’idéologie dominante et les médias mainstream. Pour la fondation Polémia, il a répertorié seize mots ou expressions qui envahissent désormais les médias, et en donne le véritable sens.

• Attaque : Terme utilisé sans qualificatif particulier afin de tenter de banaliser les attentats terroristes commis par des personnes invoquant Allah. On n’évoque pas ainsi les terroristes mais les « attaquants ».

• Candidat à l’Europe : Immigrant clandestin selon le journal Le Monde du 15 septembre 2017.

• Déséquilibré : Islamiste opérant en Europe mais dont les actes ne sont pas revendiqués par l’Etat Islamique ou qui n’a pas fait explicitement allégeance à Daesh. Pour les médias de propagande ce type de terroriste a toujours des « antécédents psychiatriques ».

• Ecriture inclusive : Façon d’écrire conforme à l’idéologie féministe consistant à inclure le féminin, entrecoupé de points, dans tous les noms, comme dans « mes ami.e.s ». Les éditions Hatier se déclarent ainsi « fières » de publier un premier manuel scolaire pour CE2 écrit de cette façon.

• Fait divers : Expression classique en matière de presse, mais appliquée désormais à des faits très violents, notamment afin de banaliser les agressions à caractère islamiste ou terroriste (ainsi la tentative de poignarder un agriculteur à Laroque-Timbaut en juin 2017 par un individu criant « Allahou akbar a été présentée comme un simple « fait divers » et non pas considérée comme acte terroriste mais comme « violence volontaire avec arme »).

• Harcèlement de rue : Expression alambiquée destinée à présenter comme un problème général un comportement pourtant clairement limité à une certaine catégorie de population et à certaines zones urbaines (ex. : « Marlene Schiappa installe un groupe de travail sur le harcèlement de rue », Acteurs publics du 20 septembre 2017).

Novlangue non Blanc

Ceci est un « non Blanc ».

• Homme menaçant : Islamiste selon Le Parisien du 17 septembre 2017 (« Dans la nuit de vendredi à samedi, un homme menaçant, criant “Allahou akbar” a été interpellé alors qu’il fonçait sur des policiers avec des ciseaux. Le suspect n’était pas dans son état normal »). Le terme générique « homme » est souvent utilisé afin de ne pas caractériser plus avant un auteur de délit.

• Incident terroriste : Attentat islamiste dans le métro de Londres pour le journal Libération du 15 septembre 2017.

• Insoumis : Terme trompeur faisant référence à la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, dans la mesure où ce dernier roule en réalité pour le Système, car il cherche avant tout à détacher les classes populaires du vote pour le Front national. C’est pourquoi Jean-Luc Mélenchon est le chouchou des médias de propagande.

• Islamisme radical : Expression destinée à établir une nuance lénifiante entre les islamistes et les terroristes qui se seraient, eux, « radicalisés » (ex. : « l’attaquant de Hambourg a agi par islamisme radical »).

• Motivations : Dans le cadre de la stratégie du déni adoptée par les pouvoirs publics, lorsqu’un acte terroriste n’est pas explicitement revendiqué par Daesh, on communique longuement sur le fait que les motivations de son auteur seraient « floues » ou « douteuses », même quand il a expressément invoqué la religion musulmane.

• Non-Blanc : Expression pour désigner les personnes de couleur puisque les races humaines sont réputées ne pas exister. On doit dire « perçu comme » Blanc ou comme non-Blanc, pour bien suggérer qu’il ne s’agit que d’une impression qui ne renvoie à aucune réalité.

• Prétendue race : Expression utilisée par le Décret du 3 août 2017 destinée à nier la réalité des races humaines tout en prétendant pourchasser… le racisme.

• Propos incohérents : Façon de s’exprimer des terroristes selon les médias de propagande qui cherchent ainsi à masquer leur caractère islamiste.

• Réfugié : Immigrant clandestin s’installant en Europe avec la complicité des pouvoirs publics et à la demande de Mme Merkel.

• Relocalisation : Répartition obligatoire des immigrés clandestins entre les différents pays de l’Union européenne au nom du principe de « solidarité ». En France on dit aussi « démantèlement » dans le même sens : mettre les immigrants irréguliers ailleurs.

 

Jean-Yves Le Gallou anti-FN

Jean-Yves Le Gallou part à l’assaut du Décodex du « Monde »

10/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Au programme de ce 138e numéro de I-Média, une émission présentée par Jean-Yves Le Gallou et Hervé Grandchamp sur TV Libertés : Décodex du Monde : la mise à l’index ; la Presse Baylet sans indépendance ; Le Zapping d’I-Média ; La Dépêche, Midi Libre, l’Indépendant : la Presse Baylet sans indépendance ; Les tweets d’I-Média ; Yann Barthès et Hugo Clément, bobardeurs de l’année.

01:30 Décodex du Monde : la mise à l’index.

Le Monde ressuscite l’index : Décodex, la base de données qui indique les « bons » sites d’information. Vert, orange, rouge, le monde prétend classer les sites d’information en fonction de la véracité de l’information publiée. Mais en réalité, ce « label » est d’abord défini par une lecture politique et idéologique. Elisabeth Lévy souligne dans Causeur que le site fdesouche, est classé en orange alors qu’il ne publie que des informations puisées dans des médias classés en vert. Bienvenue dans l’internet certifié Le Monde.

20:55 Le Zapping d’I-Média

Emballement dans l’affaire d’Aulnay-sous-Bois. Le couperet médiatique est tombé avant le prononcé de la justice : Théo a été violé, et les policiers sont coupables. Le 9 février, l’Inspection générale de la Police nationale, l’IGPN, publie ses premières conclusions : il n’y a pas de viol.

29:07 La Dépêche, Midi Libre, l’Indépendant : la presse Baylet sans indépendance !

Inversion accusatoire dans la presse Baylet : quand la socialiste Carole Delga arrache un micro à un élu au conseil régional d’Occitanie, on accuse le Front national de provoquer un incident. Le Midi libre va même encore plus loin : Carole Delga n’a pas arraché de micro, mais « tenté en vain de faire stopper les élus frontistes ». Quant au Front national, il a obtenu « ce qu’il souhaitait : un coup d’éclat ». Dans le Midi, Baylet tient sa presse en laisse.

36:09 Les tweets d’I-Média

Et de 20 ! En un an, Emmanuel Macron a fait 20 unes d’hebdomadaire : Paris Match, le Point, l’Obs, l’Express, Challenge. Quand la presse se mute en marchand d’un seul et unique candidat.

39:27 Yann Barthès et Hugo Clément, bobardeurs de l’année

Yann Barthès et Hugo Clément sont les grands vainqueurs des 8e Bobards d’or. Retour sur la cérémonie qui dénonce les mensonges médiatiques.

le-gallou-i-medias

France Télévisions : de plus en plus chère et de moins en moins d’audience

07/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « France Télévisions : de plus en plus chère et de moins en moins d’audience » : tel est le sujet principal de ce nouveau I-Media, le « magazine des médias » de Jean-Yves Le Gallou sur TV LibertésCette chute d’audience est une conséquence de la politique de la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, qui a fait de la place à la diversité. En septembre 2015, Delphine Ernotte confiait en effet au micro de Jean Michel Aphatie que la télévision publique devait « résonner avec son public […]. On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans ». Cette prise de position politique de la télévision publique se heurte aujourd’hui à l’attente des téléspectateurs Français. En six mois, Delphine Ernotte, ancienne directrice du groupe Orange, a accéléré le déclin du groupe France Télévisions.

Egalement au sommaire de cette émission :
A 9 : 23 – Le zapping d’I-Média 
Nicolas Bedos critique vertement Karine Le Marchand. Elle aurait « rendu sympathique » Marine Le Pen grâce, notamment par le recours à un fond sonore. Un procédé pourtant utilisé pour l’ensemble des candidats interrogés.
Le camp de migranst de la place Stalingrad évacué à coups de « gaz lacrymogènes ». Pendant les Manifs pour tous, ces mêmes gaz étaient appelés « aérosols » par les médias.

A 19 : 32 – Migrants la leçon lacrymale de France 3
« Certains de vos commentaires sur l’arrivée des migrants sont insupportables » : c’est le titre de l’article de France 3 Midi-Pyrénées du jeudi 27 octobre, qui dénonce la colère des internautes. Après avoir cité quelques commentaires, Fabrice Valéry précise : « Nous ne pouvons pas laisser dire des choses fausses et laisser publier des propos insupportables sur notre page facebook sans réagir. »
Au pied de cet article figure un encadré écrit par Marie Martin, une véritable leçon de morale : les internautes de la région Midi-Pyrénées « ont oublié leurs larmes devant le journal de 20 heures qui montrait le petit corps d’ayaan. »

A 28 : 24 – Les tweets de la semaine
Sur BFMTV, la spécialiste USA Anne Deysine, porte fièrement un badge « Yo Hillary ».

A 32 : 21 – Décodeurs du monde en guerre contre la réinformation
Les Décodeurs du Monde dénoncent les « vrais faux sites d’infos locales ». Samuel Laurent rentre en guerre contre les sites de réinformation. Pour lui, ces sites se contentent de faire de la propagande « d’extrême droite ».

Vu sur Facebook

2e Forum de la Dissidence – Décrypter, désobéir, agir !

Publié le

Succès mérité pour le premier forum de la Dissidence

24/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Environ 650 personnes se sont massées pour assister au premier Forum de la Dissidence organisé par Polémia et sont reparties galvanisées, car elles ont bien compris le message : les dissidents d’aujourd’hui sont l’avant-garde des victoires de demain.

Des journalistes de la réinfosphère, comme Gabrielle Cluzel ou Charlotte d’Ornellas. Des écrivains, comme Renaud Camus. Des hommes politiques comme Robert Ménard. Des figures de la manif pour tous comme Béatrice Bourges. Des militants de la génération 2013, comme Claire Chardon, de Génération Identitaire comme Damien Rieu ou étant passé par le FN comme Julien Rochedy. C’est un plateau de choix que Jean-Yves Le Gallou et la Fondation Polémia ont offert aux participants du premier Forum de la Dissidence qui s’est tenu samedi dernier à Paris.
Trois thèmes ont été abordés : la dissidence sur les valeurs et la rupture avec l’esprit de 1968 autour de Béatrice Bourges, la dissidence sur l’identité et le refus du grand remplacement avec Renaud Camus, l’art de la dissidence pratiqué par Robert Ménard.

Les dissidents sont maintenant partout, leurs idées, fustigées et combattues par le système ont pour elles la force de la vérité. Si les approches défendues par les participants sont différentes (après tout, nous ne prônons pas la pensée unique !), nous nous retrouvons sur l’essentiel :
• La nécessité de combattre un système d’autant plus dangereux qu’il est à bout de souffle.
• L’importance de placer l’homme, dans sa dimension spirituelle, historique, culturelle, au cœur de notre action.
• La réaffirmation de l’importance de l’enracinement et de l’affirmation des valeurs françaises et européennes.
• Le constat que tout combat implique des sacrifices, grands ou petits et que tout dissident sincère doit être prêt à les accomplir. L’un de ces sacrifices étant de mettre un mouchoir sur nos divergences et querelles intestines pour nous concentrer sur l’ennemi commun.

Signalons le compte-rendu détaillé et fidèle de la réunion par nos confrères de Riposte Laïque et invitons nos lecteurs à profiter de la percutant introduction au forum par Jean-Yves Le Gallou et de l’excellent discours de Michel Geoffroy, de la Fondation Polémia, qui est venu clore cette journée (en deux parties, ici et ).