Femmes voilées en sortie scolaire : Blanquer se couche, Schiappa se prosterne

Le 15 mai dernier, au Sénat, la majorité LR a fait voter un amendement à la loi Blanquer sur « l’École de la confiance » interdisant les signes religieux ostentatoires lors des sorties scolaires. Le ministre s’est dit favorable à la neutralité religieuse dans ce genre de circonstances, mais le gouvernement a voté contre cet amendement qui clarifierait les choses, fixerait une ligne, une frontière et, surtout, permettrait de protéger les directeurs et directrices d’école. Seulement voilà, il y a un électorat musulman et des associations islamiques très actives qu’il ne faut pas mécontenter, surtout à la veille des élections. Le ministre s’est encore une fois réfugié derrière ses arguments habituels : ce serait « contre-productif », il préfère une approche « pragmatique ». En clair : la soumission. Depuis décembre 2017, on savait que Jean-Michel Blanquer s’était couché devant le voile islamique.

L’École que nous prépare M. Blanquer et sa philosophie molle à l’égard de l’islam ne sont pas celles de la confiance. Et encore moins du courage.

Vous pensez que j’exagère en parlant de soumission à l’égard des associations musulmanes ? Que nenni. L’inénarrable Marlène Schiappa vient d’en donner une confirmation stupéfiante. Devant l’agitation suscitée sur les réseaux sociaux de la communauté musulmane par cet amendement qui ne faisait que rappeler et renforcer l’exigence de neutralité religieuse dans les activités de l’école publique, le ministre à l’Égalité entre les femmes et les hommes a répondu par un tweet. Petit extrait de cette soumission ordinaire avec ce dialogue entre AssoLallab et le ministre Schiappa :

« Bonjour @MarleneSchiappa nous espérons une condamnation de cet amendement de votre part. Ce dernier discrimine et marginalise clairement une partie de la population : les femmes et notamment les mères de familles.
– Bonjour, J’y suis personnellement opposée (discrimination) et je pense qu’il sera supprimé en CMP ou à l’Assemblée nationale. »

Comme c’est touchant, ce dialogue matinal entre femmes : quelle gentillesse, quelle confiance, on dirait presque un épisode de Charlotte aux fraises au Fraisi-Paradis. Ben oui, la loi s’intitule « Pour une École de la confiance », et certains l’ont bien compris.

Au moins, les choses sont claires : avec Blanquer et Schiappa, la confiance – pardon : la soumission – est en marche au sein de l’École publique.

Frédéric Sirgant

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Des Grenobloises défilent pour « la liberté des femmes voilées ». Vraiment ?

manifestation pour la liberté des femmes voilées

Samedi dernier, quelques dizaines de femmes ont couru dans Grenoble pour réclamer « la liberté des femmes voilées ». Plus précisément pour dénoncer « les discriminations et les humiliations quotidiennes » dont elles se disent victimes dans leur vie de tous les jours.

Afin de donner à leur démarche tout le poids nécessaire, elles ont manifesté de la Bastille à la mairie de Grenoble, revêtues du hijab pour la plupart d’entre elles. Elles dénoncent « certains espaces qui leur sont refusés », telles les piscines ou les salles de sport, et d’autres où elles assurent être « mal accueillies », comme l’université, la CAF ou Pôle emploi.

« Stop, ça suffit. On est citoyennes françaises, on vote, on paye des impôts mais on ne veut pas de nous sur la place publique. C’est limite chez les médecins, dans le sport, un peu partout. On préfère nous voir cloîtrées à la maison », déclare l’une des manifestantes à FR3.

Qu’est-ce que quarante ou cinquante femmes sur une agglomération de 670.000 habitants ? Rien ou presque. Ça ne vaut pas plus qu’un haussement d’épaules…

C’est ce que pensait cette habitante parisienne quand elle enfilait un pull pour ne pas sortir bras nus : si la paix du quartier est à ce prix, ça n’est pas si grave… C’est aussi ce que se disaient nos voisins anglais quand ils ont accepté que le droit coutumier islamique prime parfois sur le droit anglais (en matière de divorce, notamment). Et puis une femme en burkini à la piscine, où est le problème ? C’est vrai, quoi, pourquoi ne pas leur réserver des horaires aménagés s’il faut cela pour qu’elles se mettent au sport ? Ce qu’a fait Martine Aubry à Lille. Et l’on peut bien, aussi, leur réserver des cabinets médicaux où elles ne risqueront pas de croiser un mâle. Après tout, si leur santé est à ce prix, où est le problème ?

On peut aussi faire une séparation dans les amphis, à l’université, et puis des horaires réservés dans les musées, comme au hammam ; séparer aussi les petits enfants des écoles pour que garçons et filles ne se côtoient pas dans les classes de mer ou de nature. Ah pardon, c’est déjà fait : les plus radicaux n’y vont pas, c’est plus simple. Pas grave, non plus, d’apprendre que l’une des opérations de chirurgie esthétique les plus pratiquées, aujourd’hui, soit l’hyménoplastie (reconstruction de l’hymen, c’est-à-dire de la virginité). « Ça explose »/em>, disent les médecins. On trouve même un « pack tout inclus » pour aller se faire opérer en Tunisie : 700 euros, billet d’avion et hébergement compris.

Parmi les manifestantes, l’une se plaint qu’on lui ait refusé l’entrée dans une piscine lors d’un examen. « Quand je suis arrivée au bord de la piscine avec mon maillot de bain couvrant, un maître-nageur est venu me chasser et je n’ai pas pu passer mon agrément. J’ai été discriminée », dit-elle. Il existe un règlement vestimentaire dans toutes les piscines de France, il vaut pour tout le monde. Qu’on se présente avec un bermuda et sans bonnet et c’est le retour au vestiaire assuré. Il n’y a aucune raison pour faire une exception.

Il ne faut pas être naïf. Ce type de manifestation est une manœuvre à visée politique. Et Grenoble n’est pas n’importe quelle ville. En 2016, Patrick Kanner, ministre de la Ville du gouvernement Valls, avait provoqué des hurlements dans les rangs du Parti socialiste en affirmant que certains quartiers en France – comme on en trouve à Grenoble – n’avaient rien à envier à Molenbeek. Exemple à Allier-Alpins : école 100 % musulmane, inscriptions à la maternelle en arabe et en turc dans le quartier Vigny-Musset, boutiques strictement communautaires, avaient dénoncé, en 2015, Les Républicains de l’Isère et le blog d’opposition « Grenoble, le changement ».

Le 7 février 2019, le préfet de l’Isère a ordonné la fermeture, pour six mois, de la mosquée Al-Kawthar, cela, en vertu de l’article L. 227-1 du Code de la sécurité intérieure qui vise à « prévenir la commission d’actes de terrorisme ».

Son imam légitimait le djihad armé…

Marie Delarue

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Emmanuelle Ménard : « Ce défilé de femmes voilées, en cette journée de la Femme, était juste une provocation »

8 mars, Journée internationale de la femme. À cette occasion, Emmanuelle Ménard, députée de l’Hérault, a voulu rendre hommage à une belle figure de femme, Jacquette de Bachelier, qui vivait à Béziers aux XVIe et XVIIe siècles. Par ailleurs, la députée explique pourquoi la municipalité de Béziers a décidé d’interdire un stand de femmes portant le voile islamique à l’occasion du Salon de la femme et du bien-être.

Nous sommes le 8 mars, journée internationale des droits des femmes. En cette journée; vous avez voulu rendre hommage à une figure biterroise, Jacquette de Bachelier, une personnalité inconnue sur le territoire national.
Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

J’ai voulu rendre hommage à une Biterroise. C’était une très belle figure de femme comme on aimerait en croiser plus souvent, tellement elle a fait preuve d’abnégation en se mettant au service des Biterrois.
Ce n’est pas une Biterroise contemporaine. Elle est née en 1559 dans une famille fortunée de Béziers. Elle menait une vie très mondaine. Elle a été promise à un seigneur du Biterrois, mais elle a refusé le mariage et a voulu prendre l’habit de Saint François pour se consacrer aux autres.
La peste de 1629 a ravagé la ville. Jacquette de Bachelier s’est mise au service des autres en allant soigner les Biterrois qui en avaient besoin. À ce moment-là, elle est devenue une grande figure. Les grands seigneurs venaient la rencontrer pour lui demander des conseils. Elle s’est totalement dévouée; à tel point qu’elle s’est épuisée à la tâche. Un jour, on a cru qu’elle était morte. Son corps a été transporté sur une charrette, mais elle s’est relevée. Elle était juste épuisée. Cette image a marqué les esprits des Biterrois à l’époque. Depuis, ils lui rendent ce culte à mon avis justifié, même s’il est un peu oublié.
Je voulais mettre en avant sa force de caractère. Cette femme est vraiment le courage incarné, le dévouement et l’abnégation.


Robert Ménard a interdit le défilé de femmes voilées dans la ville de Béziers…

Je ne ferais pas le parallèle entre les deux faits. Aujourd’hui et demain a lieu, à Béziers, un salon de la femme et du bien-être. La date de ce salon a été choisie de manière à coïncider avec cette journée du 8 mars, journée internationale des femmes. Or, nous avons découvert hier avec stupéfaction que parmi les stands qui devaient être installés au salon du palais des congrès, un stand était tenu par deux femmes voilées. Elles avaient décidé de faire aujourd’hui au palais des congrès un défilé de femmes voilées. Cette spécificité n’apparaissait sur aucun document qu’elles nous avaient fournis. Inutile de vous dire que cela nous a semblé être une provocation en cette journée internationale des femmes et absolument contraire aux valeurs de la République qu’on met tellement en avant. Le maire de Béziers a donc fait interdire ce stand; et par conséquent le défilé également.

En cette journée internationale du droit des femmes, les femmes ont pourtant le droit de s’habiller comme elles l’entendent…

C’est une véritable provocation par rapport à toutes ces femmes qui, partout dans le monde, se bagarrent pour avoir le droit de ne pas le porter. Je ne citerai qu’un exemple. En Iran, des femmes sont emprisonnées pour plusieurs dizaines d’années parce qu’elles refusent de porter le voile. Aujourd’hui, cela va plus loin. Ce ne sont plus ces femmes-là, mais leurs avocates qui sont condamnées à des années de prison pour avoir défendu celles qui refusent de mettre le voile.
Je trouve que par rapport à ces femmes courageuses qui luttent pour leur liberté et leur émancipation, ce défilé de femmes voilées à Béziers était tout simplement une provocation et absolument contraire à tout ce qui est prôné aujourd’hui en cette journée internationale des femmes.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Femmes voilées, femmes bâchées : l’immigration nuptiale, grand accélérateur de l’islamisation

03/10/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Polemia)

Trente-cinq pour cent des femmes musulmanes en France portent le voile ; 60% des musulmans estiment que les collégiennes et les lycéennes devraient pouvoir le porter à l’intérieur de leur établissement scolaire, 65% des musulmans sont de manière générale favorables au port du voile, et 28% au port du voile intégral (niqab, burka).

Tels sont les chiffres révélés par un sondage IFOP, commandé par le très politiquement correct Institut Montaigne.

Ces chiffres ne font que représenter une réalité indéniable : l’occupation croissante de l’espace public par des femmes voilées et même, de plus en plus souvent, « bâchées » : une entreprise de « colonisation visuelle », selon Marion Maréchal Le Pen.

Ce phénomène majeur a trois causes :

– Les constructions de mosquées financées soit par les contribuables français (dons ou prêts de terrains « aides culturelles ») et les États étrangers ;
– La présence dans tous les appartements des télévisions arabes qui véhiculent la mode et le modèle de la femme voilée ;
– L’immigration nuptiale.

Ce phénomène est peu connu mais déterminant.

Chaque année 10.000 conjoints ou enfants d’étrangers obtiennent un titre de séjour au titre du regroupement familial.

Mais – et c’est là le chiffre essentiel – 40.000 conjoints entrent en France au titre du regroupement de « familles de Français ». De qui s’agit-il ? De ressortissants étrangers qui ont été épousés à l’étranger, hors Union européenne, par des ressortissants français. Pour quelques centaines de cas, il s’agit de rencontres entre Français et Chinois, Philippins, Américains, Canadiens ou Australiens. Mais pour l’essentiel il s’agit de bi-nationaux, franco-maghrébins ou franco-africains, généralement inassimilés, qui se marient « au bled » dans le cadre de mariages communautaires souvent « arrangés ». Il peut s’agir de jeunes filles mariées, plus ou moins contre leur gré, avec des cousins. Mais le cas le plus fréquent est celui de jeunes hommes qui vont chercher « au bled » leur promise. Pour ne pas dire leur soumise.

Car dans les deux cas la soumission de la femme est un élément essentiel de la décision. Et comme les pays les plus concernés par ces pratiques sont dans l’ordre l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et les pays africains musulmans, toutes ces femmes portent le voile et servent de modèles aux autres.

D’autant que ces mariages ouvrent des droits au regroupement familial pour les parents, pour garder les petits-enfants ou se faire soigner : d’où le nombre grandissant de vieilles femmes voilées arrivées récemment en France.

Il faut évidemment mettre un terme à ces regroupements en France. Un Franco-Maghrébin qui choisit de se marier « au bled » manifeste son absence d’assimilation et doit en tirer les conséquences : y rester pour construire sa famille.

Il n’y a d’ailleurs aucune raison de faire du mariage un droit absolu au séjour. L’Australie est un pays libéral et parfaitement démocratique. Pour autant le mari anglais d’une Australienne n’a aucun droit au séjour permanent en Australie. La règle c’est l’alternance (un an d’un côté, un an de l’autre) et pourtant quoi de plus proche culturellement qu’un Anglais d’un Australien ?

Dans le cas qui nous occupe, des binationaux qui préfèrent le pays d’origine de leur famille – c’est leur droit – n’ont pas à nous imposer leurs mœurs. Comme le disait le général De Gaulle (cité par Alain Peyrefitte) : « Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés, avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. »

La conclusion est claire : il faut mettre un terme au regroupement familial et à l’immigration nuptiale, arme fatale de l’islamisation et du Grand Remplacement.

Jean-Yves Le Gallou

Une photo de femmes voilées primée au concours des transports de Metz !

Photo primée Metz transports

29/04/2016 – METZ (NOVOpress) : Il n’y avait qu’un prix et c’est une photo de femmes voilées posant autour d’un livre à la couverture manquée qui l’a remporté au concours « Lecture en bus » organisé par Le Met’, le réseau de transports publics de Metz et de son agglomération. « Bravo à Hind Bou », s’extasie Le Met’ sur sa page Facebook, sans en dévoiler plus sur cette « Hind Bou » alias Diaf, une habitante de Metz originaire de Batna, en Algérie, et qui, sur sa page Facebook, se laisse à peine apercevoir sous un voile…

Le Met va donc offrir à « Hind Bou » le prix annoncé : une liseuse « Kobo FNAC» 6 pouces très haute définition d’une valeur de 129,99 €. Oui, vraiment, bravo à Hind Bou pour cette provocation qui a séduit le jury…

Au fait, qui composait donc ce jury ? Difficile de le savoir car, bizarrement, le règlement du concours a disparu. De même qu’ont été supprimés les commentaires – pas vraiment élogieux – qui avaient suivi l’annonce de ce choix…

Ce réseau de transports est exploité par une société détenue majoritairement par la communauté d’agglomération de Metz-Métropole, présidée par le centriste Jean-Jacques Bohl. On peut essayer de le joindre à Metz-Métropole, sinon à la mairie de Montigny-lès-Metz : c’est lui le maire.