Livrets de famille bilingues : pas question, répond Christiane Taubira

Livrets de famille bilingues : pas question, répond Christiane Taubira

09/03/2013 – 18H00
CARHAIX (NOVOpress Breizh) –
Suite au refus manifesté l’an passé par le ministère des Affaires étrangères de mettre à jour un livret de famille au motif qu’il était imprimé en langue française et en langue bretonne, Chantal Guittet, député (PS) du Finistère avait interrogée la Chancellerie sur la légalité des livrets bilingues. La réponse vient de tomber. Pour Madame Taubira, c’est illégal.

Dans le cadre de la charte Ya d’ar brezhoneg la Ville de Carhaix (Finistère) délivre, depuis 2006, des livrets de famille bilingues français-breton. 1.500 familles bretonnes en ont déjà bénéficié.

Lire la suiteLivrets de famille bilingues : pas question, répond Christiane Taubira

Pourquoi la gauche s’acharne sur les familles « normales » – Famille(s), je vous hais !

Article de l’hebdomadaire “Minute” du 20 février 2013 reproduit avec son aimable autorisation. Minute disponible en kiosque ou sur Internet.

Incapable de résorber la crise, le gouvernement socialiste se réfugie dans ce qu’il fait de mieux: augmenter les impôts. Et pour ne pas gêner ses petites clientèles électorales, il a décidé de pressurer les familles. Ça tombe bien, la gauche les déteste !

Lire la suitePourquoi la gauche s’acharne sur les familles « normales » – Famille(s), je vous hais !

Des familles de délinquants expulsées de HLM à Boulogne-Billancourt

Des familles de délinquants expulsées de HLM à Boulogne‑Billancourt

14/01/2013 – 18h00
PARIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) – C’est une première. La justice a validé l’expulsion de quatre familles de délinquants sur demande de l’Office HLM au motif que leurs fils s’adonnaient au trafic de drogue. Ils avaient été condamnés pour ces faits en 2010.

Lire la suiteDes familles de délinquants expulsées de HLM à Boulogne-Billancourt

Restaurants du cœur : plus de pauvreté face à une impuissance politique

Restaurants du cœur : plus de pauvreté face à une impuissance politique

27/11/2012 – 12h00
PARIS (NOVOpress) –
Les Restaurants du Cœur ont démarré leur 28ème campagne hivernale avec l’offre de paniers repas aux plus pauvres dans plus de deux mille centres en France jusqu’à la fin mars. Selon Olivier Berthe, président de l’association humanitaire, la campagne précédente avait représenté 115 millions de repas, distribués à 870 000 personnes. Olivier Berthe pronostique déjà que ce seuil des 870 000 personnes sera dépassé. « L’année dernière, c’était la cinquième augmentation consécutive, soit plus de 30% de hausse sur cinq ans », a-t-il déclaré.

Lire la suiteRestaurants du cœur : plus de pauvreté face à une impuissance politique

Budget 2012 vers des hausses d’impôts record

01/10/2012 — 16h50
PARIS (NOVOpress, via le Bulletin de réinformation) —
Le Premier ministre a présenté le projet de loi des finances pour 2013. Pour être en dessous des 3 % de déficit public le gouvernement Ayrault a dû serrer la vis, un peu, et taper sur le contribuable, beaucoup.

La répartition des grandes masses :

Il fallait trouver 30 milliards d’euros en 2013. Dix milliards sont obtenus du côté des économies budgétaires et le double soit vingt milliards d’euros du côté des augmentations d’impôts.

Lire la suiteBudget 2012 vers des hausses d’impôts record

Des vidéos décalées pour le don de spermatozoïdes et d’ovules

Des vidéos décalées pour le don de spermatozoïdes et d’ovules

03/08/2012 — 17h00
PARIS (NOVOpress) —
Pour sa dernière campagne de promotion du don de spermatozoïdes et d’ovules (ovocytes) en faveur de couples stériles, l’Agence de la biomédecine utilise des vidéos humoristiques.

Rappelons que ce don est un acte gratuit et anonyme mais que réciproquement les frais que peuvent avoir, en particulier les donneuses, sont pris en charge. Les dons de spermatozoïdes et d’ovules étant insuffisants, de nombreux couples stériles sont en attente.

Lire la suiteDes vidéos décalées pour le don de spermatozoïdes et d’ovules

Italie : une musulmane attaque à coups de dents sa fille « trop occidentale »

Italie : une musulmane attaque à coups de dents sa fille « trop occidentale »

10/06/12 – 16h00
ROME (NOVOpress) – On est habitué aux pères. Ou aux frères. Mais les mères tortionnaires sont plus rares. À Ostie, près de Rome, une Égyptienne de 40 ans s’est pourtant acharnée pendant plusieurs heures, deux jours de suite, mercredi soir et jeudi matin, contre sa fille de 14 ans.

Jeudi, l’adolescente est allée à l’école normalement mais à la sortie, n’en pouvant plus, elle s’est rendue aux urgences de l’hôpital Grassi. Elle portait sur la tête et sur tout le corps les traces de la rage maternelle : traumatisme crânien, visage défoncé à coups de bâton, un œil qui ne pouvait plus s’ouvrir, des ecchymoses partout, des marques de coups de ceinture sur le dos, et même une cinquantaine de morsures qui lui avaient arraché des morceaux de peau.

Devant ce spectacle, les médecins ont immédiatement prévenu les carabiniers, auxquels l’adolescente a fini par raconter les violences qu’elle avait subies. Les carabiniers se sont alors rendus au domicile de la mère, qui a reconnu les faits sans manifester aucun remords. Selon elle, ce n’était pas la première fois que sa fille adoptait « des comportements occidentaux », « indignes d’une jeune fille Égyptienne » : elle portait des vêtements trop courts et trop colorés, s’était même maquillée, voulait sortir se promener librement avec des amies… D’après La Repubblica, son dernier crime, qui a déclenché l’agression, aurait été d’avoir été surprise en train d’embrasser un garçon. Les deux autres enfants, deux garçons, ont approuvé les violences de leur mère.

La mère a été mise en examen pour blessures et mauvais traitement dans le cadre familial. La fille, à qui ont été prescrits 25 jours d’arrêt-maladie, est soignée à l’hôpital Grassi et a été confiée aux services sociaux d’Ostie.

Bayonne : Surprenante décision du juge aux affaires familiales

Bayonne : Surprenante décision du juge aux affaires familiales

04/11/2011 – 08h00
BAYONNE (via Info Bordeaux) –
Le juge aux affaires familiales de Bayonne, par sa décision plus politique que juridique, risque de faire parler de lui. En effet, celui-ci a reconnu à deux homosexuelles (Marie-Catherine Dumont et Cécile Jacquey), « d’exercer conjointement l’autorité parentale » sur deux petites filles : Jeanne et Suzanne.

Les deux militantes soulignent depuis ce matin leur émotion, en « pensant notamment à tous ceux qui espèrent que la loi change pour régulariser leur situation ». Vaste débat : la loi doit-elle s’adapter et changer en fonction des situations sociales, ou au contraire doit-elle les guider ?

Pour leur avocate, Me Colette Capdevielle (photo), la réponse est simple : « La jurisprudence est faite pour évoluer en fonction de la société et des débats qui l’agitent ». L’avocate et conseiller municipale socialiste de Bayonne est-elle persuadée que ce débat secoue les foyers français ? Ceux-ci approuvent-ils que des homosexuels puissent adopter des enfants ?

Le parquet (qui à l’audience ne s’était pas opposé à la demande du couple) a jusqu’au 26 novembre pour faire appel de la décision.

La Vénétie aide les familles nombreuses italiennes… et est dénoncée à Bruxelles

La Vénétie aide les familles nombreuses italiennes… et est dénoncée à Bruxelles

01/09/2011 – 11h30
VENISE (NOVOpress) – C’est l’indignation chez les immigrationnistes italiens. La région Vénétie, présidée par l’énergique gouverneur Luca Zaia (Ligue du Nord), a décidé d’introduire un « Bonus famille », « contribution exceptionnelle de soutien aux familles nombreuses afin d’améliorer leur qualité de vie ». 880 000 € au total vont être versés aux familles de 4 enfants ou plus. Chacune touchera de 600 € (pour 4 enfants) à 1200 € (9 enfants ou plus). La somme sera distribuée par l’intermédiaire des municipalités.

Compte tenu de la situation très difficile de beaucoup de familles comme de la natalité désastreuse de l’Italie, voilà une mesure qui paraît excellente. Mais, horreur, pour pouvoir percevoir le « Bonus famille », les familles devront « déposer une demande à leur mairie de résidence et justifier

– de la nationalité italienne

– d’au moins cinq ans de résidence dans la région Vénétie

– de revenus annuels ne dépassant pas 30 000 euros ».

Il n’y a pas un mot, on le voit, qui concerne l’ethnie, la race ou la religion. Le « Service de soutien juridique contre les discriminations ethnico-raciales et religieuses », membre de l’association immigrationniste subventionnée Asgi (« Association pour les études juridiques sur l’immigration »), ne s’en est pas moins hâté d’envoyer de tous côtés, et en particulier à la Commission européenne (Direction Générale des Affaires Intérieures, Direction B: Immigration et Asile, Unité B1: Immigration et Intégration) et à l’UNAR (Office national contre les discriminations raciales), un long mémoire de dénonciation. À l’en croire, « le “Bonus famille”, en raison de la condition de citoyenneté qui y est contenue, est en contradiction flagrante » avec la charte de l’ONU (clause générale de non-discrimination); avec la Convention européenne des droits de l’homme (de non-discrimination) ; avec la Charte sociale européenne (principe de non-discrimination sur critères de nationalité) etc. etc. Le « Bonus famille » contredit en outre la jurisprudence constante de la Cour européenne des droits de l’homme. Dans son jugement Koua Poirrez c. Francia, du 30 septembre 2003, la Cour a rejeté l’argumentation du gouvernement français, fondée sur la nécessité d’équilibrer les dépenses sociales en fonction des ressources. Dans son jugement Gaygusuz c. Austria, du 16 septembre 1996, elle a rejeté l’argumentation du gouvernement autrichien « qui faisait référence à une prétendue “responsabilité particulière” que l’Etat aurait à l’égard de ses propres citoyens, dont il devrait s’occuper prioritairement de préférence aux non-citoyens ».

La Vénétie aide les familles nombreuses italiennes… et est dénoncée à Bruxelles Plus récemment, par le jugement Fawsie c. Grecia du 28 octobre 2010, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Grèce pour avoir voulu lier le versement d’une prestation aux mères de familles nombreuses (au moins quatre enfants mineurs) à la possession de la citoyenneté d’un pays membre de l’Union européenne, ou bien du statut de réfugié d’origine ethnique grecque. Les autorités grecques avaient argumenté en vain que la prestation en question « n’avait pas une finalité d’assistance sociale mais de politique démographique, puisqu’elle visait à stimuler le rééquilibrage du déficit démographique du pays, en incitant à former des familles nombreuses », et que les immigrés n’étaient pas susceptibles de contribuer à la résolution du problème démographique. La Cour a répondu que toute différence de traitement en matière de prestations sociales « ne pouvait être tenue pour compatible avec le principe de non-discrimination de la Convention européenne qu’en cas de considérations très fortes ». Le déficit démographique de la Grèce et de l’Europe n’est évidemment pas une considération très forte.

L’Asgi appelle donc la Commission européenne à engager une procédure d’infraction contre la République italienne pour violation des normes de droit de l’Union européenne.

Le site immigrationniste « Stranieri in Italia », qui reprend cette dénonciation, l’illustre par une photo épouvantable : celle d’un père, d’une mère et de trois petits enfants, tous blonds. Quelle perspective terrifiante, en effet ! Et si les européens se remettaient à avoir des enfants au lieu de laisser venir des Nigérians et des Tchadiens pour en avoir à leur place et « sauver » les régions qui se meurent, comme la propagande du Système les y exhorte. Les immigrationnistes en font des cauchemars.

[box class=”info”] Photo en haut de l’article : Familles italiennes au prieuré de Rimini (Fraternité St-Pie X) [/box]