Tag Archives: ethnomasochisme

« National Geographic », l’art du masochisme, par Etienne Defay

Le célèbre (et très sérieux) National Geographic a publié ce lundi un article hallucinant. Cet article, signé par Susan Goldberg (rédactrice en chef monde), demande pardon pour ses reportages commis « jusqu’aux années 1970 ». Cet article a été écrit dans le cadre d’un numéro spécial consacré aux concepts de « race ».

Accrochez-vous, cela vaut le détour. Comme si les syndromes de Stockholm et de Münchhausen avaient fusionné pour créer une nouvelle génération de journalistes. Nous sommes le 2 novembre 1930. National Geographic a envoyé un reporter et un photographe couvrir un événement majeur : le couronnement d’Haïlé Sélassié Ier, dernier empereur d’Ethiopie. D’après la rédactrice en chef, ce reportage dépeignait les indigènes d’Ethiopie comme des « sauvages anoblis ». Il est vrai, le terme ne passerait plus en 2018. Parce que nous sommes justement en 2018 et non en 1930.

Mais notre chère Susan Goldberg va plus loin dans ce miserere nobis. S’ensuit une longue réflexion sur la ségrégation américaine digne de la rédaction inspirée d’un collégien : « Si une telle cérémonie en l’honneur d’un homme Noir avait eu lieu en 1930 aux Etats-Unis par exemple, et non en Ethiopie, il n’y aurait sans doute jamais eu de couverture médiatique. Pis encore, si Haïlé Sélassié Ier avait alors vécu aux Etats-Unis, il n’aurait sans doute pas fait partie des lecteurs de National Geographic dans une ville comme Washington où la ségrégation était très stricte, et n’aurait pas été autorisé à faire partie de la communauté National Geographic ».

On ne sait pas ce qui est pire, qu’un empereur éthiopien ne puisse pas être couronné aux Etats-Unis ? Ou qu’il ne puisse pas être un lecteur de National Geographic ? Cela rappelle la logique des défenseurs du droit de vote des étrangers.

Susan Goldberg va plus loin dans son processus d’identification victimaire : « J’en suis la première rédactrice en chef, Juive de surcroît, deux groupes de population qui ont, eux aussi, été discriminés aux Etats-Unis. Il m’est douloureux de partager cet affreux état de fait qui fait pourtant partie de l’histoire du magazine ». Si l’on était pointilleux, on serait tenté de reprocher à cette dame son racisme latent en osant comparer la ségrégation des afro-américains avec celle des femmes mais passons. Ce que démontre cet article en réalité est à double effet. Premièrement il s’inscrit dans cette vague moderniste visant à déclamer que toutes les cultures et toutes les civilisations se valent. Sachez-le : dire que la dynastie Ming était supérieure aux tribus papous au XIIIe siècle fait de vous un odieux raciste. Supputer que l’empire byzantin était de loin plus avancé que le peuple touareg vous range avec ceux qui hiérarchisent les peuples et donc un fasciste en puissance.

L’autre intérêt d’un tel mea culpa est également économique. Car la culpabilisation a cela de pratique qu’elle fait vivre le racisme, alimente un débat, vous place dans le camp du Bien et donc vous fait gagner de l’argent.

Etienne Defay

Article paru dans Présent daté du 15 mars 2018

Propagande ethnomasochiste sur le grand écran

31/01/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Et un film immigrationniste de plus ! « Une saison en France » nous narre l’histoire stéréotypée et larmoyante d’une femme blonde qui s’éprend d’un père de famille demandeur d’asile centrafricain – dont la demande est d’ailleurs bidon puisqu’elle est rejetée par l’administration et la justice.

Ce film est coproduit – c’est-à-dire subventionné – par ARTE, chaîne de propagande publique. Encore une occasion pour le système médiatique de vouloir inculquer aux Français l’amour de l’étranger et la haine de soi.


Charles Beigbeder : « La France souffre avant tout d’une haine de soi »

29/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : « La France souffre avant tout d’une haine de soi » : c’est ce qu’explique, dans un entretien à Monde & Vie, l’entrepreneur Charles Beigbeder, qui revient le sens de son engagement en politique, hors des partis, car ceux-ci ne sont plus, selon lui, que des machines électorales au service de la conquête du pouvoir. Beigbeder, qui a fondé avec Charles Millon le « réseau participatif transpartisan d’action politique nommé l’Avant-Garde », destiné à regrouper « tous ceux qui partagent une même vision de la personne, de la famille et de la nation et sont désireux d’agir au service du bien commun de la France quelle que soit l’affiliation, ou non, à un parti politique », déclare aussi :

« Avant de subir les conséquences d’une immigration non maîtrisée, la France souffre avant tout d’une haine de soi, qui se traduit par un rejet intellectuel et affectif de son passé et par une vision dialectique de l’histoire consistant à opposer la Révolution à l’Ancien Régime, la République à la Chrétienté ou encore la laïcité à l’affirmation de la foi chrétienne. Pire, c’est la notion même de tradition qui est rejetée comme enfermant un peuple dans un carcan culturel qui limiterait à l’excès le choix des possibles.

« À l’issue du 18-Brumaire, Napoléon avait ainsi apostrophé les Français : “Citoyens, la Révolution est fixée aux principes qui l’ont commencée, elle est finie.“ Malheureusement, il oubliait que l’esprit révolutionnaire induit une dynamique de renversement des traditions établies et de déconstruction des réalités charnelles, toujours à l’œuvre dans notre pays. La preuve en est lorsque Vincent Peillon affirme, dans un ouvrage au titre hautement évocateur La Révolution française n’est pas terminée, qu’après la Révolution politique, il faudrait mettre en œuvre une révolution spirituelle et morale qui cantonnerait définitivement la religion dans la sphère privée pour faire de la laïcité la matrice d’un nouveau “vivre ensemble”.

« C’est dans ce projet qui s’apparente à un génocide culturel que résident les prodromes d’une mort lente mais certaine de notre nation à laquelle heureusement je ne crois guère parce que les forces de vie et de transmission auront toujours le dessus. Il faut donc réconcilier les Français avec leur histoire pour qu’ils puissent s’élancer à pleins poumons dans le XXIe siècle et fassent aimer la France à tous ceux, qui, quelles que soient leurs origines, souffrent d’un déracinement qui les conduit à s’identifier exclusivement à d’autres formes d’attachement, faisant ainsi le lit du communautarisme. »

Citation Bernanos

Tribune libre – La haine de soi, par Vincent Revel

 Les Occidentaux ne s’aiment plus. Ils ne se respectent plus et ne cessent de témoigner contre eux-mêmes. Un esprit de culpabilisation s’est abattu sur l’Europe. La repentance devient la posture obligatoire pour qui veut se faire entendre et réussir au sein de la République des « salauds ».

 Jamais la propagande antiraciste ne fut si active qu’à présent ! L’islamophobie lui sert de cheval de bataille et sera désormais dénoncée à travers des courts métrages diffusés en boucle sur toutes les chaînes de télé. Du racisme anti-blanc et de la christianophobie, jamais vous n’en entendrez parler et pourtant, tout le monde sait qu’ils sont les formes de racisme les plus répandues en Europe.

Pourquoi un tel aveuglement ? Parce que l’esprit de repentance et de détestation de soi est à son comble ! Jamais l’Européen ne s’est détesté avec autant de plaisir. Jamais, l’Europe ne fut trahie à ce point par ses élites. Comme le disait très bien Jean Raspail dans Le Camp des saints : « On a connu des évêques-félons, des généraux-félons, des ministres félons, des intellectuels-félons tout court. C’est une espèce d’homme dont l’Occident se fait de plus en plus prodigue au fur et à mesure qu’il rétrécit. »

Car le nœud du problème se situe à ce niveau. L’Europe décline sans vouloir se l’avouer et nos politiques, responsables de cette déconstruction méthodique, jouent les cadors en se donnant bonne conscience. De ce fait, l’islam, la religion de l’Autre, de l’étranger, de celui qui est devenu, par le plus grand des enchantements, une chance pour l’Europe, bénéficie d’un sauf-conduit en transformant cette religion du désert, capable souvent du pire, en une religion de paix ne tolérant aucune critique.

Pascal Bruckner nous disait dans son livre La Tyrannie de la pénitence : « Après chaque attentat islamique contre l’Occident, les bonnes âmes de droite comme de gauche nous intiment de battre notre coulpe : on nous frappe, donc nous sommes coupables. » Cette névrose nous détruit à petit feu et pourtant jamais les nations européennes ne furent confrontées à une telle situation !

Dire et affirmer que l’immigration de peuplement musulman, voulue et encouragée par nos dirigeants, transforme en profondeur l’identité des nations européennes ne relève pourtant pas d’une affabulation ! C’est une réalité que tout le monde voit. Ne plus avoir le droit d’en parler librement revient à donner raison aux islamistes que l’on prétend pourtant combattre, car il faut avoir conscience que le terme d’islamophobie a été forgé dans les années 1970 par les intégristes musulmans pour faire « de l’islam un objet intouchable sous peine de racisme. » Se taire revient à appliquer la politique de l’autruche mais aussi à trahir la formidable histoire des peuples européens.

Vincent Revel

Ethnomasochisme aux USA : la femme qui ne voulait pas être blanche

02/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Aux États-Unis, l’affaire, grotesque, mais révélatrice, de Rachel Dolezal, cette Blanche qui se faisait passer pour Noire et consacrait sa vie à l’antiracisme (et au racisme anti-Blancs), continue d’être abondamment discutée.

Certains commentateurs ont introduit la notion de « transracialisme », sur le modèle de la transsexualité : après tout, si un homme qui se sent une femme peut devenir une femme, pourquoi est-ce qu’une Blanche qui se sent Noire ne pourrait pas devenir Noire ?

D’autres, comme l’universitaire californien Kevin MacDonald – bien connu pour ses analyses, discutables, mais stimulantes, sur les stratégies des groupes ethniques à la lumière de la psychologie évolutionniste –, ont souligné que

Dolezal avait fait un très bon choix de carrière en devenant noire

« En plus de sa position comme directrice d’une branche locale de la NAACP [Association nationale pour la promotion des gens de couleur], Dolezal a utilisé son identité noire pour obtenir un poste de professeur d’études africaines à l’Eastern Washington State University, et la direction de la commission de médiation de la police dans la ville de Spokane ». Elle avait auparavant obtenu, par le même procédé, une bourse complète pour financer ses études à l’université de Howard.
Lire la suite

[Tribune] Suicide français : l’erreur de diagnostic de Zemmour - Par Guillaume Faye

[Tribune libre] Suicide français : l’erreur de diagnostic de Zemmour – Par Guillaume Faye

Dans son essai remarquable et qui a secoué l’oligarchie parce qu’il y défend le peuple avec insolence et brio contre une gauche cynique et désemparée, Éric Zemmour donne du déclin et du suicide français une percutante analyse dans les domaines métapolitiques et culturels. Son diagnostic est d’une lucidité impeccable, sauf sur un point majeur : il incrimine comme une des causes de la décadence le libéralisme, le consumérisme individualiste, la société marchande, la mondialisation économique…. Bref, l’argent, le capitalisme, la fonction marchande etc.  seraient sources d’occultation de la nation et de son histoire. Cette position, qui fut aussi longtemps la mienne, doit être sérieusement amendée. D’autre part, sur son analyse de Mai 68, E. Zemmour néglige certains points.  Voici pourquoi. En dix arguments.

1) Cette erreur de jugement a été partagée aux Etats-Unis en leur temps par Christopher Lasch et Thorstein Veblen, acerbes critiques du consumérisme et de la marchandisation de la société. Elle est au fond d’origine épistémologique marxiste (Diamat, ”matérialisme dialectique”, dogme central marxiste) : l’économie serait l’infrastructure des comportements culturels. Ce qui est faux, c’est l’inverse. En réalité, le déclin des valeurs d’identité ethno-nationale, familiales, éducatives, etc. n’est pas corrélé à un régime économique ni à un niveau matériel de vie ; mais à un socle idéologique et culturel qui joue comme une infection virale à long terme. L’infrastructure des sociétés est mentale et non pas matérielle et économique.

Lire la suite

Une équipe de basket majoritairement blanche ? "L’Equipe Magazine" hurle avec les loups !

Une équipe de basket majoritairement blanche ? “L’Equipe Magazine” hurle avec les loups !

19/04/2013 – 10h00
MINNEAPOLIS (NOVOpress) –
En basket américain (NBA), l’équipe de Minnesota Timberwolves, vient de s’imposer contre San Antonio (Texas). Dans cette équipe des Wolves (loups en français), menée par le russe Alexey Shved, huit joueurs sur quinze sont blancs. Horreur ! Le 13 avril, L’Equipe Magazine a donc consacré plusieurs pages à cette équipe au maillot… blanc. L’hebdomadaire s’inquiète d’une « dominante blanche » sur et en dehors du terrain, évoque également un « marketing blanc, pour attirer et fidéliser un public essentiellement blanc ». Il est vrai qu’à Minneapolis, les Blancs sont encore majoritaires (64%). Un public blanc qui se reconnaît dans des joueurs ayant la même couleur de peau ? Suspect, pour le magazine sportif !

Lire la suite

Pour la sénatrice Michèle Meunier (PS) la famille hétéro-parentale relève du "fantasme"

Pour la sénatrice Michèle Meunier (PS) la famille hétéro-parentale relève du “fantasme”

06/04/2013 – 10h00
PARIS (NOVOpress Breizh) –
Le projet de loi sur le mariage homosexuel « sort la famille du fantasme “une maman, un papa et un enfant” ». C’est ce qu’a déclaré – le plus sérieusement du monde –  jeudi au Sénat Michelle Meunier (ci-dessus), sénatrice de Loire-Atlantique et rapporteur du projet, qui a dénoncé au passage la famille « hétéro-patriarcale-blanche ». Une intervention qui a le mérite de mettre en évidence les fondements idéologiques de ce  projet.

Lire la suite

[Exclusivité Novopress] Entretien avec Gérald Pichon, auteur de "Sale Blanc"

[Exclusivité Novopress] Entretien avec Gérald Pichon, auteur de “Sale Blanc”

11/03/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
Un ouvrage qui fera date, tel est ce que l’on peut souhaiter à Sale Blanc, chronique d’une haine qui n’existe pas… de Gérald Pichon. En effet, en s’appuyant sur de nombreuses sources (articles, essais, rapports, etc.) Gérald Pichon dresse le portrait édifiant de l’un des derniers grands tabous : la haine antiblanche. Mais surtout, et c’est là l’une des idées-forces de ce livre, cette haine est le produit d’un poison inoculé aux Français de souche (l’ethnomasochisme) par le Système à tuer le peuple, dont Guillaume Faye parlait déjà il y a une trentaine d’années. C’est cet angle politique que nous avons voulu analysé avec Gérald Pichon avec l’entretien ci-dessous.

Lire la suite

Selon Jean‑Luc Mélenchon, l’arabe est une « langue commune » pour les Français

Selon Jean-Luc Mélenchon, l’arabe est une « langue commune » pour les Français

21/02/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – De retour de son voyage au Maghreb, pour faire une tournée des gauches locales, le président du Parti de Gauche s’enthousiasme des points communs qu’il voit aux deux rives de la Méditerranée. Selon Jean-Luc Mélenchon : « On a une langue en commun, deux ! D’abord, la langue française qui est très répandue, comme vous le savez [dans le monde arabe]. Et puis la deuxième, c’est l’Arabe. Parce qu’il y a aussi beaucoup de Français qui parlent arabe. »

Ce brillant esprit en a aussi profité pour faire le parallèle entre les islamistes d’Ennahda au pouvoir en Tunisie et le Front national.

Crédit photo : DR

Meutre barbare à Angers : elle s'appelait Nicole Chatelain

Meurtre barbare à Angers : elle s’appelait Nicole Chatelain

16/01/2013 – 16h00
ANGERS (NOVOpress) — Elle s’appelait Nicole Chatelain, âgée de 60 ans, elle est morte assassinée, égorgée devant son domicile, dans une rue fréquentée du centre ville d’Angers, samedi en fin de matinée alors qu’elle revenait du grand marché.

Son agresseur a aussitôt été arrêté, mais les policiers ont du faire usage de leurs armes pour l’arrêter. Il s’agit d’un ressortissant soudanais âgé d’à peine 30 ans, Samir Adam-Hassan (transformé en “Adam” dans une partie des journaux locaux…). Outre le couteau avec lequel il a égorgé sa victime, il était également porteur d’un marteau, d’un tournevis et d’une arme semi-automatique.

Lire la suite

“La coupe de la repentance déborde” par Bernard Lugan

30/10/2012 — 12h00
PARIS (NOVOpress) — Dans une intervention audiovisuelle, Bernard Lugan explique pourquoi, en tant qu’historien, il s’insurge contre les deux derniers actes de repentances de François Hollande : l’île de Gorée et la répression de la manifestation du 17 octobre 1961.

Publié le
L’archevêque de Turin aux Italiens : « Adoptez une famille Rom ! »

L’archevêque de Turin aux Italiens : « Adoptez une famille Rom ! »

28/10/2012 — 16h00
TURIN (NOVOpress) — « Provocation lancée aux Églises et aux croyants », selon l’agence ANSA. « Une lettre pastorale courageuse, la première du genre pour les évêques italiens », selon La Stampa, qui y voit un modèle «d’adhésion à l’Évangile ». La lettre pastorale de Mgr Cesare Nosiglia, archevêque de Turin, « aux Roms et aux Tsiganes qui vivent avec nous », fait en tout cas du bruit en Italie.

Lire la suite

Lectures : « La tyrannie de la pénitence : Essai sur le masochisme occidental », de Pascal Bruckner

Lectures : « La tyrannie de la pénitence : Essai sur le masochisme occidental », de Pascal Bruckner

4ème de couverture : « Le monde entier nous hait et nous le méritons bien : telle est la conviction d’une majorité d’Européens et a fortiori de Français. Depuis 1945, notre continent est habité par les tourments de la repentance. Ressassant ses abominations passées, les guerres incessantes, les persécutions religieuses, l’esclavage, le fascisme, le communisme, il ne voit dans sa longue histoire qu’une continuité de tueries qui ont abouti à deux conflits mondiaux, autant dire à un suicide enthousiaste. A ce sentiment de culpabilité, une élite intellectuelle et politique donne ses lettres de noblesse, appointée à l’entretien du remords comme jadis les gardiens du feu : “l’Occident” serait ainsi le débiteur de tout ce qui n’est pas lui, justiciable de tous les procès, condamné à toutes les réparations. Dans cette rumination morose, les nations européennes oublient qu’elles, et elles seules, ont fait l’effort de surmonter leur barbarie pour la penser et s’en affranchir. Et si la contrition était l’autre visage de l’abdication ? »

Pascal Bruckner,  La tyrannie de la pénitence : Essai sur le masochisme occidental. Éditions Grasset & Fasquelle, 2006. 258 pages. Acheter sur Amazon

Crédit photo : Ji-Elle via Wikimédia (cc)

[Tribune libre] “Les conséquences de la Loi Taubira” par Bernard Lugan

“Les conséquences de la Loi Taubira” par Bernard Lugan

15/10/2012 — 10h00
PARIS (via l’Afrique réelle) — L’on croyait avoir tout vu à propos de la repentance ! Or, au moment où, à Gorée, François Hollande se couvrait la tête de cendres (voir mon communiqué du 12 octobre), le cabinet du Premier ministre français reconnaissait qu’il avait été demandé à un « collectif » d’associations de « faire des propositions sur ce qui peut être fait en termes de réparations ». Rien de moins ! Français, à vos portefeuilles…

Peut-être pourrait-on suggérer à Monsieur le Premier ministre de mettre particulièrement à contribution les habitants de sa bonne ville de Nantes, elle qui fut une capitale de la Traite et dont les électeurs apportent régulièrement leurs suffrages au Parti socialiste…

Lire la suite

Le Japon est lui aussi parfois atteint par l'ethnomasochisme : "le mode de vie noir"

Le Japon succombe parfois lui aussi à l’ethnomasochisme : “le mode de vie noir” [vidéo]

Au Japon aussi certains milieux sont maintenant touchés par l’ethnomasochisme.

Traditionnellement une peau pâle est un symbole de beauté au Japon et c’est pourquoi classiquement les japonaises évitent de s’exposer au soleil. Mais est apparue une mode « B-style » (Black-style) ou « mode de vie noir » qu’ont adopté Hina et ses amies comme le montre cette vidéo. Cela inclut entre autres de se rendre régulièrement dans un salon de bronzage et d’avoir une peau qui devienne aussi sombre que celle des artistes de hip-hop américains.