Marché noir – Cette extrême gauche qui escroque les clandestins

clandestins

Les « sans-papiers » arnaqués par l’extrême gauche ? C’est le scandale qui secoue ce petit monde. L’hebdomadaire Politis est mis en cause. Il a suspendu sa vente en kiosque le 17 juin, officiellement pour des raisons financières. Les temps sont durs en effet pour la presse d’opinion, Présent en sait quelque chose. Mais est-ce une raison pour se renflouer sur le dos des clandestins ?

Connaissez-vous Politis ? C’est un hebdomadaire créé en 1988, qui s’adresse à la gauche de la gauche, du côté de Benoît Hamon, du NPA, des écolos, du PC et du bien nommé groupe Attac. C’est à Politis que Jean-Michel Aphatie commença sa carrière de journaliste, ce qui lui ouvrit les portes des plus grands médias. Politis n’a guère de lecteurs mais, chaque fois que la liquidation se profile, il trouve des mécènes et des entreprises pour le renflouer. Pierre Bergé fut l’un d’eux. Le Monde diplomatique, la Macif, etc. font partie de ceux qui s’intéressent à la pérennité du titre. Mais les dernières péripéties, qui mettent en cause le rédacteur en chef, Gilles Wullus, pourraient décourager les meilleures volontés.

En juillet 2008 Pierre Bergé avait nommé Gilles Wullus rédacteur en chef du mensuel homo Têtu, puis directeur de sa rédaction. Dix ans plus tard, cet ancien journaliste de Libération était bombardé rédacteur en chef de Politis.

Wullus, gauchiste compulsif, passionné par la cause de l’immigration jusque dans sa vie sentimentale, adepte de la mise en pratique du grand remplacement, dont il ne conteste pas l’existence, pour le coup, est en couple avec un dénommé Azzedine Jamal.

Quant à ce dernier, son « mari », il est surtout motivé par l’argent vite gagné. Il a trouvé un filon formidable, grâce à Politis, grâce à son conjoint, grâce aux militants extrémistes qui gravitent autour de l’hebdomadaire : il s’est bâti une réputation d’avocat au service des « sans-papiers ». Et, moyennant des honoraires de 6 000 à 9 000 euros, il se fait fort de débloquer les dossiers, de régulariser les clandestins qui s’adressent à lui, et ceci dans les délais les plus rapides.

Mirifique service de régularisation, clé en main

Le problème, c’est qu’Azzedine n’est pas avocat. Le problème, c’est qu’il ne réalise aucune vraie prestation. Avec Wullus, il a monté une série de sociétés. Ils ont recruté de nombreux intermédiaires, qualifiés contractuellement d’« apporteurs d’affaires », de « juristes », de « conseillers d’avocats ». Ce sont en fait de simples rabatteurs, chargés de contacter des clandestins, de vérifier que ceux-ci bénéficient d’un pécule, et de leur proposer ce mirifique service de régularisation, clé en main. Pour les convaincre de la qualité de leur engagement, les escrocs leur mettent sous le nez des éditoriaux de Politis en soutien aux clandestins, signés du conjoint.

Des dizaines de ces malheureux se sont ainsi fait escroquer. Et comment porter plainte ensuite ? Cet argent avait été gagné au noir, éventuellement dans des trafics illicites. Le site StreetPress, qui a révélé l’affaire lundi, a fait une enquête sérieuse sur ce racket, et aurait identifié pour l’heure 79 victimes. Plusieurs centaines de milliers d’euros vite gagnés pour le dirigeant de Politis et son « mari », une arnaque organisée de façon industrielle.

Cela fait près de deux ans que courent les rumeurs de l’escroquerie. Les premiers articles commencent seulement à filtrer. C’est que les juges savent être discrets quand le sujet est très délicat…

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 20 juillet 2021

Bernard Madoff est encore parti sans finir de payer

Bernard Madoff

L’escroc américain Bernard Madoff, né en 1938 à New York, ancien président du NASDAQ, figure de Wall Street, arnaqueur des riches, des banques et des fonds d’investissement, condamné à 150 ans de prison pour une des pires fraudes financières de l’Histoire, de l’ordre de plusieurs dizaines de milliards de dollars, peut-être même la pire étant donné le contexte de crise financière et économique en 2008, est mort derrière les barreaux du pénitencier de Butner en Caroline du Nord. Il avait 82 ans. Ses grands-parents étaient des immigrés juifs polonais, roumains et autrichiens.

Après 2008, Madoff était devenu le symbole de la crise financière. Pendant 20 ans, le financier « gérait » l’argent d’investisseurs, en particulier de la « jet society » démocrate. En réalité, cet argent était déposé sur un compte et lorsque ses créanciers réclamaient des dividendes, il leur redonnait une petite partie de leur argent, de faux dividendes en somme. Jouant de l’argent des uns et des autres, Madoff est ainsi parvenu à tromper son monde durant deux décennies. Madoff piochait dans le portefeuille des uns pour payer les dividendes des autres et réciproquement. Les marchés financiers avaient d’autant plus confiance en lui qu’au début du XXIe siècle, ils explosaient, sans que l’on s’aperçoive qu’il s’agissait d’une bulle. Madoff était considéré comme l’un des meilleurs financiers de la planète. Sa réputation lui apportant sans cesse de nouveaux dindons, dont l’argent servait à payer les faux dividendes des suivants et cetera.

Ce système d’escroquerie, dit de Ponzi, évalué à plus de 62 milliards de dollars, s’est écroulé du fait de la crise financière de 2008, quand nombre d’investisseurs ont voulu retirer leurs fonds des coffres d’un Madoff qui n’était pas en capacité de les rembourser, l’argent n’existant plus. Le pot aux roses est alors apparu aux yeux éberlués de la mondialisation financière, révélant à tout un chacun combien ce système, au-delà d’individus tels que Madoff, n’est que faux-semblants et escroqueries par essence. L’affaire avait été révélée par les deux fils de Bernard Madoff, décédés depuis, l’un étant mort d’un cancer, l’autre s’étant suicidé.

Bernard Madoff, comme tout escroc de cette envergure, n’a jamais manqué de culot. Ce fut le cas jusqu’à la fin de sa vie. En effet, il a demandé, en février 2020, a être libéré par « compassion », arguant d’une maladie des reins, affirmant être mourant. Le pénitencier où il purgeait sa peine est d’ailleurs une prison fédérale médicalisée. Ses arguments ? Madoff les a exprimés auprès du Washington Post. Il fallait oser : « Je suis mortellement malade. Il n’y a pas de guérison pour ce genre de maladie. J’ai déjà purgé 11 ans et franchement, j’en ai souffert ». Dur de ne plus être un privilégié. Les victimes de la crise de 2008, par centaines de milliers, les habitants de Détroit par exemple, ville passée de plus de 2 millions à 700 000 habitants en 30 ans, avec une accélération de son dépérissement à partir de 2008, apprécieront. Au fait, qui a payé les pots cassés de la crise de 2008 en général ? Les peuples. Vous, moi.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 15 avril 2021

Théo mis en examen pour « escroquerie en bande organisée »

26/09/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Théo Luhaka, celui-là même qui avait été érigé en victime innocente de violences policières par les médias et le président François Hollande, est au cœur d’une vaste affaire de détournements d’aides publiques.

Mis en examen le 31 juillet dernier la justice soupçonne plusieurs membres de la famille Luhaka d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros octroyées dans le cadre du dispositif des « emplois avenir » par le biais d’associations ou de sociétés bidons. Au cœur de ce mécanisme bien huilé : Aulnay Events, présidée par le grand-frère Mickaël. Celle-ci a embauché 42 personnes et touché, entre janvier 2014 et juin 2016, 643.000 € de subventions d’Etat, dont 170.000 virés sur les comptes de huit membres de la famille.

Théo a perçu à lui seul 52 000 €. Réaction de son avocat : « Il ne faut pas perdre de vue pourquoi cette affaire est instruite et pourquoi mon client est mis en examen : cela correspond à une volonté de nuire à son image en le présentant comme un délinquant afin de le décrédibiliser. ».

La victimisation, encore et toujours. Pourquoi en effet changer une stratégie qui a si bien fait ses preuves lors la première affaire Théo ?!


Le Pen, Zemmour, Fabius, justice et médias à trois vitesses

18/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis quelques jours, les décisions de justice lourdes de symboles tombent, opportunément pour l’oligarchie, après les élections. Marine Le Pen relaxée, le fils Fabius entendu pour faux, blanchiment et escroquerie, Zemmour condamné. Le traitement médiatique.

Zemmour devient un habitué des prétoires et des condamnations. Le polémiste continue pourtant… de polémiquer, en tout cas de raconter le monde tel qu’il le voit et non tel que l’idéologie dominante voudrait qu’on le décrivît.
Il a été condamné pour incitation à la haine contre les musulmans pour des propos tenus il y a plus d’un an dans le journal italien Corriere della Serra. Dans le collimateur, la dénonciation du communautarisme musulman « Cette situation de peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile ».
Décision de justice habituelle, tous les déviants qui préfèrent le réel à la novlangue sidérante et à l’idéologie du Vivre-Ensemble s’exposent aux foudres de la justice. Il fait bien avouer que de telles condamnations ne font plus guère recette dans les médias officiels, qui n’y consacrent que quelques brefs articles. Zemmour est rentré dans le paysage, inutile de lui faire trop de pub.

Lire la suite

Thomas Fabius visé par un mandat d’arrêt aux Etats-Unis : Laurent Fabius doit démissionner !

« Nation souveraine » : Fabius croit au père Noël

30/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Thomas Fabius, fils de Laurent Fabius, fait l’objet d’un mandat d’arrêt aux Etats-Unis. Lors d’une soirée à Las Vegas en mai 2012, le fils du ministre français des Affaires étrangères aurait distribué aux casinos des chèques en bois totalisant 3,5 millions de dollars. La justice américaine n’est pas la première à s’intéresser à Thomas Fabius qui a aussi été visé, avec d’autres personnes, par une information judiciaire contre X ouverte en France en juin 2013 pour “faux”, “escroquerie” et “blanchiment”.

Thomas Fabius aurait contracté ces dettes de jeu à Las Vegas dans la nuit du 15 au 16 mai 2012. Or, ce même 16 mai 2012, Laurent Fabius était officiellement nommé chef de la diplomatie française. “Une responsabilité qu’il ne peut plus conserver”, affirme le Front national qui appelle à la démission de Laurent Fabius.

Sans préjuger des suites judiciaires qui seront données aux accusations portées contre Thomas Fabius, le Front National estime que le mandat d’arrêt lancé aux Etats-Unis contre le fils du ministre français des affaires étrangères ne permet pas à ce dernier de conserver cette fonction. Il n’est pas envisageable en effet que des considérations personnelles, qui peuvent constituer autant d’éléments de pression, ne viennent perturber l’action d’un ministre naturellement amené à discuter et négocier très régulièrement avec les Etats-Unis sur des sujets de la première importance. Laurent Fabius doit donc abandonner le porte-feuille ministériel des affaires étrangères et se faire remplacer à ce poste par une personne qui pourra travailler en toute sérénité.


L’ancien maire PS de Carbon-Blanc (Gironde) jugé coupable “d’abus de confiance”

L’ancien maire PS de Carbon-Blanc (Gironde) jugé coupable “d’abus de confiance”

06/02/2015 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
Franck Maurras, l’ancien maire socialiste de la commune de Carbon-Blanc (près de Bordeaux), a été condamné hier à deux ans d’emprisonnement avec sursis, interdiction des droits civiques, civils et familiaux et interdiction de gérer durant 3 ans. Il devra aussi rembourser 150.000 euros à l’association Initiative Gironde.

franck-maurras

Il avait choisi de démissionner de son poste de maire en septembre 2013, après les révélations sur son vol de plusieurs dizaines de milliers d’euros dans les caisses de l’association Gironde Initiative (188.000 euros).
Maire de Carbon-Blanc et Vice-président de la Communauté Urbaine de Bordeaux (délégué à l’économie sociale et solidaire !) Franck Maurras était un proche de l’actuel président du conseil général, le socialiste Philippe Madrelle.

En mars 2014, c’est le sans étiquette Alain Turby qui mettait fin à la présence de la gauche à la tête de cette commune (7 000 habitants) depuis plusieurs dizaines d’années.

Ce n’est pas la première fois que le Parti socialiste de Gironde se retrouve dans les rubriques judiciaires des médias. En novembre 2014, l’ancien secrétaire départemental du PS, Ludovic Freygefond, était condamné à 18 mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité, pour « prise illégale d’intérêt et corruption passive ».

Bordeaux : 150.000 euros de fraude à la CAF par 4 “chances pour la France”

Bordeaux : 150.000 euros de fraude à la CAF par 4 “chances pour la France”

17/12/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
Si pour le président de la République, qui inaugurait avant-hier la Cité nationale de l’immigration, celle-ci est « une chance pour la France », les inspecteurs locaux de la CAF (caisse d’allocations familiales) ont sûrement un avis bien différent.

Trois Algériens et un Irakien étaient jugés avant-hier par le tribunal correctionnel de Bordeaux dans le cadre d’une vaste escroquerie qui porte sur près de 150 000 euros.

Selon le journal Sud-Ouest, « deux bailleurs domiciliés à la même et fictive adresse à Talence percevaient des allocations logement au tiers payant pour… seize allocataires inexistants. Fouillant dans les dossiers constitués par ces deux bailleurs, les enquêteurs sont allés de surprise en surprise. Fausses cartes nationales d’identité y compris italiennes, alias, justificatifs (quittances, fiches de paie, factures) falsifiés… 70 dossiers d’Aide personnalisée au logement (APL) ont ainsi été montés rien qu’en Gironde ».

Le procureur a requis quatre ans de prison ferme contre Azédine Sahir, Yazid Hini et Ihab Alkaddouri. Ils écoperont également d’un mandat d’arrêt et d’une interdiction définitive du territoire français, ainsi que l’obligation de rembourser les sommes indûment perçues. Le quatrième compère a 2 ans de prison dont un  avec sursis.

Selon le vice-procureur, Jean-Louis Rey ces hommes « renforcent la méfiance à l’égard d’autrui, mordent la main qui les nourrit et donnent une mauvaise image de l’immigré ».

Crédit photo : DR.

L’« arnaque au président », made in Israël

L’« arnaque au président » made in Israël

07/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Michelin révélait en début de semaine à l’AFP avoir été victime d’une énorme escroquerie…

Préjudice pour le fabricant français de pneumatiques : 1,6 million d’euros. Le procédé utilisé est appelé « arnaque au président ». Un individu, se faisant passer pour le P.-D.G., téléphone aux services comptables de l’entreprise, prétextant une urgence, par exemple la nécessité de parer à un imminent contrôle fiscal de Bercy.
Via l’Internet, les réseaux sociaux et les sites professionnels tels LinkedIn ou Viadeo, l’homme est parfaitement informé des mécanismes internes de l’entreprise, ainsi que de la vie professionnelle, voire privée, du décisionnaire contacté… qu’il parvient à convaincre de procéder au virement d’une somme importante sur un compte ouvert à l’étranger. Selon l’Office central pour la répression de la grande délinquance, le montant des préjudices atteignait en août dernier plus de 250 millions d’euros. Chiffre a minima, les entreprises préférant souvent taire leur mésaventure, par crainte de se faire une bien fâcheuse publicité…

Quelles sont les bases arrières des bandes mafieuses ?

Selon l’édition en ligne de mercredi du Progrès et des Dernières Nouvelles d’Alsace, tous deux propriétés du groupe Crédit Mutuel :  « Elles seraient (conditionnel de rigueur…) installées en Europe de l’est, mais surtout, d’après les policiers, en Israël ». Et de préciser : « L’arnaque au président a permis à des escrocs d’origine franco-israélienne de faire partir, vers la Chine principalement, des sommes comprises entre 50.000 et 14.000.000 €, en fonction de l’entreprise visée. L’escroc utilise des numéros de téléphone ayant l’apparence de numéros locaux. Mais en réalité, il téléphone depuis Israël, via des plates-formes de dématérialisation des numéros ». Selon le Service régional de police judiciaire de Clermont-Ferrand « La technique demande une autorité naturelle, un certain aplomb et un don pour la comédie ».

Crédit photo : Michelin LIVE UK, via Flickr, (cc).

L’argent brûle les doigts de Thomas Fabius

L’argent brûle les doigts de Thomas Fabius

27/07/2013 – 10h30
PA
RIS (NOVOpress) – Une photo qui révèle que les années « gauche caviar » sont loin d’être terminées malgré la crise qui frappe les Français. Paris Match consacre un article à Thomas Fabius. On y voit le fils de l’actuel ministre des Affaires étrangères dans une boîte de nuit à Saint-Tropez, avec un « ami financier », tenant avec négligence et du bout des doigts de sa main droite un billet de 500 euros et quelques autres froissés dans sa main gauche. Comme si l’argent lui brûlait les doigts…

Lire la suite

« Faux », « escroquerie » et « blanchiment » : l’affaire Thomas Fabius commence…

« Faux », « escroquerie » et « blanchiment » : l’affaire Thomas Fabius commence…

18/07/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
Comment un homme de 31 ans n’étant pas assujetti à l’impôt sur le revenu peut-il s’offrir un appartement parisien de plus de 7 millions d’euros ? Voici la question que se pose le parquet de Paris. Il vient d’ouvrir une enquête pour « faux », « escroquerie » et « blanchiment », visant Thomas Fabius. Les enquêteurs ont découvert que le fils du ministre des Affaires étrangères a acheté, en juin 2012, un somptueux appartement de plus de 280 m² à St-Germain-des-Prés (Paris, VIème arrondissement) pour 7,5 millions d’euros. Transaction d’autant plus suspecte que Thomas Fabius ne paie donc pas d’impôt sur le revenu en France

Lire la suite

Des réseaux criminels à l’assaut de nos allocs ! Faire des économies ? Chiche !

Des réseaux criminels à l’assaut de nos allocs! Faire des économies ? Chiche !

Ci-dessus l’affiche de la campagne de la CAF contre la fraude. Mais bien sûr, on l’avait reconnue, c’est Jennifer la principale fraudeuse, mais pas seulement elle, voir plus bas dans l’article la campagne audio de la CAF.

Pour conclure (très provisoirement) notre série sur les économies possibles à réaliser en France, « Minute » se penche sur le puits sans fond des arnaques aux aides sociales. Loin de ne concerner que de petits fraudeurs, notre système social est la proie de groupes criminels organisés, originaires de pays du tiers-monde. Avec 20 milliards d’euros de préjudice l’année dernière, voilà un secteur où le gouvernement pourrait facilement trouver les 6 milliards d’euros nécessaires pour boucler son budget…

Lire la suite

“Elle n’avait pas encore vu sa tête dans les journaux” car il n’était pas encore condamné

“Elle n’avait pas encore vu sa tête dans les journaux” car il n’était pas encore condamné

29/03/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – Ce  dimanche là,  4 décembre 2011, Françoise Puyau-Puyalet, 69 ans, tricote dans la galerie marchande du Monoprix de Sannois (Val-d’Oise) et propose aux passants qui lui fournissent la laine d’acheter les pulls et écharpes une fois finis. Elle arrondi ainsi sa maigre retraite qui lui permet difficilement de vivre. Elle y vient souvent le dimanche en diffusant un peu de musique, de vieilles chansons françaises, mais aucun commerçant n’a protesté tant elle ne gène pas .

Arrive un homme en civil qui sans se présenter lui dit “Dégage !” en la tutoyant. Choquée elle répond “Je t’emmerde, salaud ! ”. Pas de chance c’est Yanick Paternotte (photo), le maire UMP de Sannois qu’elle ne connait pas car elle habite Argenteuil. Elle se retrouve en garde à vue et le maire porte plainte pour « outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique » et se constitue partie civile. Françoise à été jugée le 14 mars dernier à Pontoise

Lire la suite

9-3 : Arnaque à la Sécurité sociale, 1,65 million d’euros

9-3 : Arnaque à la Sécurité sociale, 1,65 millions d’euros

11/03/2013 – 12h00
SAINT-DENIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Il s’agit d’une arnaque à la Sécurité sociale de Seine-Saint-Denis, mise en place par le gérant d’une société d’ambulances. Cet homme d’origine marocaine employait de faux brancardiers et facturait des courses  fictives.

Lire la suite

Le siège du PS de Marseille transféré au tribunal

Le siège du PS de Marseille transféré au tribunal

10/03/2013 – 10H30
MARSEILLE (NOVOpress/Kiosque Courtois) –
C’est le titre ironique d’un communiqué de presse de Stéphane Ravier, candidat du Front national à la mairie de Marseille. En effet, pas moins de trois hiérarques du Parti socialiste local ont été mis en examen ou ont vu commencer leur procès, cette semaine au tribunal pour diverses escroqueries sur les fonds publics..

Lire la suite

Pacé (Ille-et Vilaine) : deux cas de délinquance emblématiques

Pacé (Ille-et Vilaine) : deux cas de délinquance emblématiques

07/02/2013 – 14h00
RENNES (NOVOpress Breizh) –
La ville de Pacé, dans la banlieue rennaise, aura connu courant janvier deux faits délictueux, très différents mais particulièrement représentatifs de la délinquance qui prospère aujourd’hui, en Bretagne comme ailleurs.

Lire la suite

Ces présidents de la République qui ont ruiné la France

Ces présidents de la République qui ont ruiné la France

05/12/2012 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – Philippe Valode vient de consacrer un volumineux ouvrage aux « 24 présidents de la République française », aux éditions de l’Archipel. Soit 150 ans dans les coulisses de la petite et de la grande Histoire républicaine. Un voyage dans le temps souvent guère reluisant. Avec Adolphe Thiers (1871-1873), traité par Gustave Flaubert de « croûtard abject » et vu comme un « gnome monstrueux » par Karl Marx. Les débuts du régime sont sanglants, Adolphe Thiers se chargeant de liquider la Commune de Paris en 1871. La politique politicienne pointe rapidement son nez avec son cortège de scandales : « toute la République est atteinte au travers de ses élites », écrit l’historien, lors du scandale de Panama en 1892 sous la présidence de Sadi Carnot. Et ça continue avec le scandale de la Compagnie des chemins de fer du Sud sous Félix Faure (1895-1899) ou Albert Lebrun (1932-1940) au moment de l’affaire de l’escroc Stavisky. Fric et magouilles culmineront sous François Mitterrand (1981-1995) et Jacques Chirac (1995-2007).

Lire la suite