Législatives en Israël : “La Bérézina des humanistes” pour Éric Zemmour

Eric Zemmour

20/03/2015 – PARIS (Novopress)
Commentant la victoire de Benjamin Netanyahu aux législatives israéliennes, Éric Zemmour considère que c’est l’identité qui l’emporte sur les considérations économiques et sociales. Pour lui, les élection israéliennes ont “sonné le glas des bien-pensants, de tous les prophètes de bonheur, qu’ils soient à Tel-Aviv, à Paris ou Washington.”

Le polémiste va plus loin :

C’est la Bérézina des humanistes, le Waterloo des journalistes, le Juin 40 des sondeurs.

C’est le grand retour des questions que l’on croyait révolues : la guerre et la paix, la démographie et l’identité, la nation et ses adversaires.

Nos problématiques du XXIème siècle sont aux antipodes de celles autour de l’économique et du social auxquels la période bénie des Trente Glorieuses nous avaient habitué


Lâcheté rétrospective : Laurent Ruquier regrette d’avoir donné la parole à Eric Zemmour

17/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Laurent Ruquier a donc affirmé regretter avoir donné la parole à Eric Zemmour pendant cinq ans. Dans une tribune publiée sur FigaroVox, Maxime Tandonnet, explique que ce remord tardif révèle le déni de réalité qui caractérise certaines de nos élites.

«Je regrette d’avoir donné la parole à Éric Zemmour pendant 5 ans, je me rends compte que j’ai banalisé ses idées» a déclaré Laurent Ruquier, à propos de l’émission On n’est pas couché de France 2. Ce remord tardif ne manque pas de surprendre. Eric Zemmour a été en effet pendant cinq ans l’un des piliers de cette émission, avec son ami Naulleau. L’un exprimait le point de vue de droite et l’autre celui de gauche. Tous deux jouaient, avec beaucoup de talent et de complémentarité, un rôle de provocation à l’égard des invités politiques. Cette émission leur doit beaucoup de son succès. Laurent Ruquier donne ainsi le sentiment de renier son ancien compagnon d’émission, sous la pression du politiquement correct. La repentance qu’il exprime, plusieurs années après, est particulièrement ambigüe.

Aujourd’hui, se développe en France une atmosphère particulièrement lourde. Un sondage récent, des plus sérieux (CEVIPOF janvier 2015), montre que l’état d’esprit des Français est à la méfiance (32%), à la morosité (32%), à la lassitude (29%).

Eric Zemmour n’y est strictement pour rien. Il n’est pas responsable des 5,5 millions de chômeurs, de l’inquiétude qu’inspirent le communautarisme, le jihadisme et le terrorisme; de la ghettoïsation des banlieues; des paroles de mépris ou comportements scandaleux de certains dirigeants politiques, en particulier depuis quatre ou cinq ans, qui ont tant révulsé la France. Les propos du journaliste, dans leur ensemble (pas tous), reflètent sans aucun doute une sensibilité qui est forte dans l’opinion, bien au-delà de toute considération partisane, une nostalgie du passé, un malaise réel et largement répandu. Il exprime un malaise mais il n’en est évidemment pas la source, l’origine.


Pour Éric Zemmour, le procès du Carlton de Lille n’est que paradoxes et contradictions

14/02/2015 – FRANCE (NOVOpress)
“Des rires et des larmes, des méchants et des victimes, des riches et des pauvres, des puissants et des faibles, des hommes et des femmes, de l’argent, du sexe et de la violence : il y a tout dans le procès du Carlton”, lance Éric Zemmour. “Tout sauf du droit”, corrige-t-il.

Le journaliste rappelle que le procureur de la République ne voulait pas ce procès, “lui qui se souvenait encore que le grand progrès apporté par un État de droit est que les vices ne sont pas des crimes”.

Mais un juge d’instruction obstiné en a décidé autrement, “faisant du vide juridique un trop-plein médiatique, un mélange de voyeurisme et de puritanisme, un modèle de tartuferie et de grands sentiments”.

“Dominique Strauss-Kahn accrédite cette fumisterie en affirmant ne pas savoir à qui il avait affaire. Il est dans la nasse de tous les progressistes de gauche – ou même de droite – pris entre leurs instincts de mâle dominant et leurs discours féministe”, lâche Éric Zemmour.


Clash entre Alexis Corbière et Éric Zemmour au sujet de l’immigration

Éric Zemmour : "À chacun son sacré"

27/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Le 10 janvier dernier, Alexis Corbière était invité dans l’émission Zemmour et Naulleau. L’occasion d’assister à un clash entre le secrétaire national du Parti de gauche (PG) et l’auteur du best-seller “Le Suicide français”.


Alexis Corbière face à Eric Zemmour (Paris… par lepartidegauche

Pour Éric Zemmour, Hollande n’a aucun moyen de résoudre les contradictions politiques qui le dépassent

16/01/2015 – FRANCE (NOVOpress)
“Le pied ne lui a pas glissé dans le sang”, concède Éric Zemmour à propos de François Hollande. “Il a fait les gestes et dit les mots qu’il fallait. Pour une fois, le Président a été Président”, poursuit-il.

Pour Éric Zemmour, François Hollande a donné à la fois du “nous punirons les assassins” et “pas d’amalgame”. Il poursuit : “La main droite qui ignore ce que fait la main gauche : des années de synthèse à la tête du PS lui ont enfin été utiles. La séquence a été réussie”.

Tout va bien. Sauf qu’il y a le jour d’après. Alors que Al-Qaida et le califat islamique fêtent leur glorieux martyr et annoncent de nouvelles actions contre la France, “comment désarmer nos ennemis redoutables alors que nous continuons à bombarder en vain les territoires conquis par Daesh ?”, interroge Éric Zemmour.

“Quand François Hollande sortira de sa bulle flatteuse de père de la Nation, il retrouvera toutes les contradictions politiques qui le dépassent et le précèdent”, prédit Éric Zemmour. Avant de conclure : “Il n’a aucune intention ni aucun moyen de les résoudre”.



Éric Zemmour : "Pour une fois, Hollande a été… par rtl-fr

Éric Zemmour : l’attaque contre Charlie Hebdo est “notre 11 septembre”

08/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Pour Éric Zemmour, cette attaque contre Charlie Hebdo est “notre 11 septembre”. En 2001, les attentats des tours jumelles de New York avaient provoqué un énorme traumatisme aux États-Unis. “Les Américains ont arrêté de croire que leur Nation était indestructible”, souligne l’éditorialiste.

Le 7 janvier 2015 est pour la France “le jour où la guerre est revenue”, ajoute-t-il.



Éric Zemmour : "Le 7 janvier 2015 est notre 11… par rtl-fr

Pascal Bruckner : «L’affaire Zemmour révèle que le débat est devenu impossible en France»

22/12/2014 – FRANCE (NOVOpress via FigaroVox)
L’essayiste Pascal Bruckner a souhaité réagir à l’affaire Zemmour ainsi qu’à l’attaque qui a frappé le commissariat de Joué-lès-Tours samedi dernier.

Que vous inspire l’«affaire Zemmour»?

Cet incident dérisoire est révélateur de l’état du débat en France qui est pratiquement devenu impossible. On ne discute plus, on scrute les moindres propos des personnes publiques. On traque le dérapage et la sphère politico-médiatique se transforme en club de sémanticiens fous. Le moindre mot qui porte à contestation est immédiatement soumis au tribunal de la correction politique. Tout ça se fait au détriment de la liberté d’expression. Je suis pour ma part un libéral à l’anglo-saxonne, opposé à toute restriction de l’expression publique et de la parole. Même les plus bêtes et les plus odieuses. D’autant que la censure aboutit inévitablement au résultat inverse de ce qu’elle recherche.

Que vous inspire l’attentat de Joué-lès-Tours?

C’était malheureusement prévisible. Dans une interview au Figaro, au lendemain de la mort d’Hervé Gourdelle, j’avais annoncé de telles tragédies. L’État islamique a commandé explicitement à tous les croyants de tuer à n’importe quel prix. De Sydney à Joué-lès-Tours et de Peshawar à Londres, la planète entière est devenue une zone à risque. Le nihilisme djihadiste menace partout et tout le temps et d’abord les musulmans eux-mêmes. L’année 2014 restera celle où nous avons pris la mesure de cette menace concrète et mondiale.


Éric Zemmour viré d’iTélé. Les appels au boycott de la chaine d’information se multiplient

21/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Eric Zemmour et iTélé, c’est donc terminé. La chaîne d’information a mis un terme vendredi à l’émission “Ça se dispute” dans laquelle il intervenait depuis dix ans, après la fameuse polémique provoquée par ses propos tronqués sur l’islam. Si un certain nombre de personnalités autoproclamées “démocrates” se félicitent de cette décision, les appels au boycott de la chaine d’information se multiplient sur le Net.


Lire la suiteÉric Zemmour viré d’iTélé. Les appels au boycott de la chaine d’information se multiplient

Le CSA refuse de censurer Eric Zemmour

[Tribune] Zemmour et le délit de non-dit : le début de la fin - par Ulysse

19/12/2014 – FRANCE
Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, avait dévoilé une lettre collective à l’intention des sages du CSA sur la présence d’Eric Zemmour dans les médias.
L’objectif des censeurs était de convaincre le CSA de “cesser la diffusion de la haine” (sic). Fin de non-recevoir d’Olivier Schrameck qui a mis en avant “le principe de la liberté de communication”.

Voici la lettre complète du CSA à destination de Dominique Sopo :

Monsieur le Président,

Par lettre du 17 décembre 2014, vous avez, avec d’autres organisations et personnalités, appelé l’attention du Conseil supérieur de l’audiovisuel sur des propos exprimés au cours des derniers mois.

Le Conseil, réuni ce jour, a pris connaissance de votre courrier.

Le principe de la liberté de communication, figurant à l’article 1er de la loi du 30 septembre 1986, permet aux éditeurs de traiter les sujets ou d’inviter les personnalités de leur choix, sous réserve de respecter l’ensemble de leurs obligations résultant de cette loi.

La loi confère au Conseil, à son article 15, la mission de veiller à ce que les programmes mis à la disposition du public par un service de communication audiovisuelle ne contiennent aucune incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité.

Le Conseil attache une grande importance à cette mission essentielle qu’il remplit constamment en sanctionnant tout manquement.

Soyez assuré de son extrême vigilance.

Va-t-on vers un délit de Zemmourisation ?

Va-t-on vers un délit de Zemmourisation ?

19/12/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Le succès en librairie du « Suicide Français », les taux d’audience exponentielle, les salles combles lors des dédicaces, rien ne sera épargné à notre intelligentsia bien pensante. Eric Zemmour est LE chevalier de la réinformation…

Le journaliste pourfend les « vaches sacrées » de la gauche et des communautaristes… Son dernier livre d’ailleurs met en lumière le processus qui nous gangrène depuis quarante ans.

Interrogé pour le « Corriere della sera », sur l’échec de l’intégration et du modèle multiculturel, une erreur de traduction fait dire au polémiste ce qu’il n’a pas dit. Il n’en fallait pas plus pour réveiller les antiracistes, et bien sûr le bras communautariste du PS, SOS Racisme, qui entend poursuivre en justice une nouvelle fois Eric Zemmour en justice, car ce dernier est « mû par une haine tenace envers les populations arabo‑musulmanes ».

Dans la foulée le microcosme s’émeut, l’évanescent ministre de l’Intérieur condamne « avec une extrême fermeté » les propos que le journaliste aurait tenus, même attitude chez le député pourtant UMP Laure de la Raudière…

Lire la suiteVa-t-on vers un délit de Zemmourisation ?

Éric Zemmour s’exprime face à la polémique

18/12/2014 – FRANCE
Après la polémique qui a suivi la diffusion de l’interview au journal italien Corriere della sera, Éric Zemmour a tenu a répondre aux accusations proférées par ceux qui mènent une véritable offensive politicio-médiatique contre l’auteur du Suicide français.



Éric Zemmour s'exprime face à la polémique par rtl-fr


Lire la suiteÉric Zemmour s’exprime face à la polémique

Le mot déportation n’a pas été prononcé pendant l’interview d’Éric Zemmour

Eric Zemmour dédicacera ses ouvrages le 10 décembre à Nantes

17/12/2014 – FRANCE (via Le Figaro)
Stefan Montefiori est l’auteur de l’interview d’Éric Zemmour au Corriere della Sera qui fait polémique depuis quelques jours en France.
Face au déchaînement politico-médiatique, il a souhaité rétablir la vérité dans une entretien accordé au Figaro.

Extraits :

Le Figaro : Le mot déportation, à juste titre, scandalise…

Stefan Montefiori : Il faut préciser qu’Éric Zemmour n’a pas employé ce mot. Au terme d’une conversation sur Le Suicide français, les échecs de l’assimilation et du modèle multiculturel, je lui ai posé la question suivante: «Mais vous ne pensez pas que ce soit irréaliste de penser qu’on prend des millions de personnes, on les met dans des avions…»; il ajoute: «ou dans des bateaux», et je reprends: «pour les chasser?» Ce que j’ai résumé dans la formule qui fait scandale. Je ne partage pas du tout ses idées, mais en même temps cette interview n’avait pas pour objet de donner un programme politique. Après avoir évoqué les exemples pied-noirs et allemands, Eric Zemmour décrit un chaos tragique. La guerre civile que Zemmour décrit n’est évidemment pas ce qu’il souhaite, mais ce qu’il voit venir. Il pense que c’est possible.