La candidature Zemmour au cœur de la bataille des droites

Éric Zemmour

La perspective d’une candidature présidentielle d’Éric Zemmour que nous évoquions dans un précédent article, est aujourd’hui une quasi-certitude, du moins dans l’intention. Cette candidature et ses conséquences doivent être prises au sérieux, surtout au regard des résultats des Régionales, qui esquissent les possibles recompositions à venir. Il serait cependant prématuré de tirer des leçons définitives de la dernière séquence électorale. Le paysage bouge, mais il est loin d’être stabilisé sur des bases bien délimitées.

La présidentielle n’est pas jouée

La lourde défaite de LREM et la sévère contreperformance du RN n’ont pas anéanti le scénario d’un deuxième tour Macron/Le Pen, même si la droite retrouve une certaine vigueur pour pouvoir rêver à nouveau à une qualification. À droite, Xavier Bertrand a pris une longueur d’avance comme candidat naturel de sa famille politique, mais il est encore loin d’avoir assuré sa place pour un deuxième tour, et sa déclaration intempestive au soir du premier tour des Régionales sur le fait qu’il n’avait « qu’un seul ennemi, le FN » peut lui couter ses chances de qualification en finale ! Le grand écart idéologique de la droite qui se dit « républicaine », n’est plus durable, et, par cette phrase, Xavier Bertrand a clairement signifié sa compatibilité idéologique avec le système Macron, alors qu’une part significative de l’électorat de droite rejette la Macronie.
Un sondage récent Harris Interactive montre que de nombreux électeurs de Fillon en 2017 se disent prêt à voter Le Pen. Par ailleurs, constate Jean-Daniel Lévy, directeur délégué d’Harris Interactive, 28% des électeurs de LR disent pouvoir voter pour Éric Zemmour. Autrement dit, une nouvelle offre de droite, forte et assumée, pourrait bien réduire le réservoir électoral de la droite « classique » ; ses palinodies idéologiques laissant ouvert un espace béant sur son flanc droit. C’est là que la candidature d’Éric Zemmour prend toute sa dimension.

La tentation Zemmour touche d’abord la droite LR

Comme nous l’avions écrit, le premier effet de la candidature Zemmour impacte prioritairement l’électorat de LR, ce que confirmait un sondage du média Livre Noir : en l’état, c’est l’électorat de droite pour 14%, et non celui du RN (6%) qui se dit prêt à voter pour Éric Zemmour. Toutefois, comme nous l’avons signalé plus haut, rien n’est acquis dans un paysage instable, puisque, toujours selon l’enquête de Livre Noir, 48% des sympathisants du RN déclarent qu’ils pourraient voter Zemmour, contre 21% pour ceux de la droite. En clair, a court terme, la candidature de Zemmour affaiblit plus la droite que le RN, mais, potentiellement, l’espace de Marine Le Pen apparait plus fragile. Cette dernière va être placée sous la pression de la concurrence des programmes et de l’évaluation comparée des performances des candidats. La candidature d’Éric Zemmour remet en cause le statut de Marine Le Pen de candidat naturel de la droite contestatrice.

Toutefois, même si la droite acquise au système tente de se rassurer à bon compte sur sa victoire très relative des Régionales, elle va également être soumise à la menace d’une candidature concurrente. Programme contre programme, Éric Zemmour, dont les talents de polémiste sont connus et reconnus dans les débats sociétaux, peut surprendre l’opinion publique par la qualité d’un programme économique porté par des personnalités indiscutables. Un électorat conservateur de droite, déjà séduit par son discours politique, peut basculer s’il est rassuré par la qualité « raisonnable » d’un programme économique soutenu par des autorités « qualifiées » ; ce que Marine Le Pen n’a jamais réussi à réaliser. L’électorat conservateur de droite potentiellement mobile, qui jusque-là s’est toujours tenu à distance du vote FN, se présente comme la clé essentielle du scrutin de 2022. Les 5 à 10% du corps électoral que représente cette famille sociologique détermineront le choix du candidat de droite qui se qualifiera pour le second tour. La bataille de la droite s’annonce comme l’enjeu capital de l’élection, et la candidature d’Éric Zemmour devient, n’en doutons pas, un élément déterminant de cette confrontation historique !

Didier Beauregard

Tribune reprise de Polémia

“Censure” d’Eric Zemmour : par solidarité, Philippe de Villiers quitte Albin Michel pour son prochain livre

Zemmour à l’offensive, par Etienne Defay

zemmour

La question n’est pas de savoir s’il sera candidat mais quand est-ce qu’il se présentera. Le polémiste, journaliste et essayiste le plus détesté et admiré de France semble être sur le point de se lancer dans la plus grande bataille de sa vie. Tandis que le RN se rassemble ce week-end à Perpignan autour de sa candidate déclarée, l’entourage du journaliste a senti un vent favorable au lendemain des régionales, un vent certes chargé des relents de défaite et d’indifférence, mais un vent qui semble avoir soufflé assez fort pour ouvrir un créneau.

Zemmour président… Ces deux mots tiennent en un seul : fantasme. Fantasme de la droite orpheline, fantasme de ceux qui voient la France s’effondrer et qui se refusent à voir en Marine Le Pen un chef naturel et dans le RN une fusée suffisamment puissante pour percer le plafond de verre qui étouffe les initiatives patriotes. Zemmour, ce fut une voix sur le service public qui commença tranquillement à faire voler en éclat les certitudes toutes-puissantes de la gauche. Zemmour, ce fut un livre édité chez Ring et écrit par Geoffroy Lejeune qui imaginait comment le polémiste pourrait accéder à la fonction suprême. Zemmour, c’est la promesse d’une campagne relancée, brisant le duel Macron-Le Pen qui ne fait rêver personne. Zemmour, c’est la promesse pour ses troupes d’une campagne glorieuse et fulgurante. Dusse-t-elle mener à la défaite.

Au RN, on fait mine de ne pas y faire attention mais tous les regards sont braqués vers le moindre geste de cet adorateur de Jacques Bainville qui semble refuser de finir sa vie, à l’instar de l’historien, dévoré par le remords de ne pas avoir pris part à la bataille politique. Ou de se cantonner à un rôle métapolitique, autre sophisme pour rester à quelques encablures du champ de bataille à surveiller le stock de flèches. Zemmour entretient donc savamment l’ambiguïté pour garder sa tribune quotidienne à CNews et s’inviter chaque soir dans le salon des Français pour y distiller sa pensée. Pour autant, l’heure de la clarté approche à grand pas. Déjà le grand public, au moins les journalistes, découvrent quelques nouvelles têtes incarnant l’entourage d’Eric Zemmour. On peut citer l’énarque Sarah Knafo, le directeur de cabinet LR Antoine Diers, le jeune Stanislas Rigaut, cofondateur de l’Etudiant Libre ou encore le lyonnais Jean Fondain. De manière plus périphérique, citons aussi le militant et restaurateur aixois Morgan Trintignant ou encore le maire d’Orange Jacques Bompard. C’est d’ailleurs le principal écueil de l’entourage de Zemmour : s’assurer de ne pas être représenté par des déçus, recalés, exclus du RN afin de ne pas créer cette dynamique sur des rancœurs recuites et mijotées depuis plusieurs années.

Quand annoncera-t-il sa candidature donc ? On sait qu’il doit sortir un nouveau livre à la rentrée. Gageons qu’il sera programmatique ou tout du moins porté vers l’avenir. Son éditeur historique Albin Michel a par ailleurs fait savoir qu’il se séparait du journaliste. Un moyen pour lui de clarifier l’intention puisque Gilles Haéri, président d’Albin Michel a déclaré ce mardi à l’AFP que « Zemmour a récemment confirmé son intention de s’engager dans la présidentielle et de faire de son prochain livre un élément clef de sa candidature ». On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment. Voilà l’occasion inespérée de faire mentir l’adage.

Etienne Defay

Article paru dans Présent daté du 30 juin 2021

Eric Zemmour : les secrets d’une ambition | Entretien [vidéo]

Eric Zemmour

07/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Eric Zemmour n’a pas accordé d’entretien depuis des années ! Et c’est Livre Noir qui a obtenu ce moment intime et privilégié avec le plus célèbre des écrivains et journalistes de France. Eric Zemmour

Eric Zemmour se dévoile dans un portrait inédit de près d’1h30 ce dimanche à 18h : enfance, traditions familiales, foi, chaque question est l’occasion d’une évocation de la grande Histoire, celle qui surplombe ses souvenirs et lui permet de poser des diagnostics précis. On sent que l’imbattable des plateaux est à un moment de transition : toujours habile dans les mots, bientôt au cœur de l’action ? C’est ce que nous avons essayé de comprendre.


Zemmour face à Raphaël Enthoven : “L’Extrême-droite n’existe pas. Il y a la France et les ennemis de la France. Et il faudra un jour que vous choisissiez votre camp”

Un conseiller politique d’Emmanuel Macron veut décompter le temps de parole d’Éric Zemmour sur CNews

La candidature d’Éric Zemmour, une chance pour Marine Le Pen ?, par Jean-Yves Le Gallou

zemmour candidature

Ira ? N’ira pas ? Les spéculations vont bon train à propos de la possible candidature d’Éric Zemmour à l’élection présidentielle. Pour les uns, c’est un leurre, il n’ira pas pour garder son audience médiatique, son éditeur, son influence métapolitique et… ses revenus. Pour d’autres, en cette année du bicentenaire de Napoléon qu’il admire, il franchira le Rubicon et se jettera dans le grand bain politique. Affaire à suivre…

Les craintes du Rassemblement national

Affaire déjà suivie au Rassemblement national. Pour Philippe Olivier, immédiatement repris par Marine Le Pen, la candidature Zemmour, c’est le risque Taubira. Une comparaison peu flatteuse. Pour Eric Zemmour d’abord : Taubira n’avait rassemblé que 2 % à la présidentielle de2002. Mais peu majorative surtout pour Marine Le Pen : Jospin avait alors perdu les 2 % de suffrages décisifs et était tombé à 16 % ce qui l’avait éliminé du deuxième tour. Étrange tout de même que Marine Le Pen ait un tel manque de confiance en elle alors qu’elle caracole en tête de la présidentielle à 27 % dans les sondages d’opinion.

En vérité la vraie question est la suivante : quel est le véritable objectif de Marine Le Pen ?

S’assurer seulement un bon premier tour en mai 2022 ? Et finir au deuxième tour, certes vaincue, mais en améliorant le résultat de 2017 ? Et se maintenir ainsi en piste pour 2027, voire 2032 ?
Ou bien prendre la mesure du délitement de la France, de l’ampleur du Grand Remplacement et de l’urgence d’y mettre un terme ? Et donc se battre non pour témoigner mais pour gagner.

Pour cela il faut deux conditions : une mobilisation du maximum d’électeurs possible au premier tour et des réserves de voix susceptibles de se rallier au deuxième tour.
C’est ici qu’une candidature Zemmour pourrait s’avérer précieuse pour Marine Le Pen.

L’atout chance de Marine Le Pen ?

Zemmour pourrait participer à la recomposition du paysage politique et mobiliser trois électorats jusqu’ici rétifs à Marine Le Pen :

– la droite souverainiste et hors les murs (de l’ordre de 5 % à 7 %),
– les LR « de droite », conscients du délitement du pays, les fillonnistes volés de la campagne de 2017, les aficionados de Wauquiez ou Bellamy qui peuvent difficilement se reconnaitre dans Pécresse ou Bertrand, qu’une feuille de papier à cigarettes parvient à peine à distinguer de Macron et de La République En Marche (aussi de l’ordre de 5 % à 7 %),
– des abstentionnistes en rupture avec le système mais qui peinent à adhérer à Marine Le Pen faute de confiance et de crédibilité (a minima quelques pourcents).

Notons d’ailleurs que les sociologies des électeurs de Marine Le Pen et des partisans de Zemmour ne sont pas les mêmes. C’est chez les CSP + et les urbains que Zemmour cartonne sur CNEWS et sur les réseaux sociaux. Plus que dans les Hauts de France où Marine Le Pen qui a la « fesse populaire » remporte un incontestable succès.

Bref on ratisse mieux à deux que tout seul ! Et Il est très clair qu’au soir du premier tour le total de voix rassemblées par Éric Zemmour et Marine Le Pen serait supérieur à ce que serait susceptible de rassembler la seule candidate du Rassemblement national. Qui disposerait alors d’un réservoir de voix pour le second tour et du soutien d’un homme radicalement critique du politiquement correct, tout en bénéficiant d’une certaine aura et d’un grand tissu relationnel au sein du système. Ce qui reste un atout incontestable.

Les craintifs bien sûr peuvent redouter que la candidature Zemmour ne fasse « pschitt ». C’est possible. Ou qu’elle marche trop bien conduisant à diviser les voix nationales en deux parts trop égales, c’est aussi envisageable.

Les amateurs de politique fiction peuvent aussi évoquer deux scénarios catastrophes : pour les nationaux, si les deux candidats s’éliminaient l’un l’autre ; ou pour les tenants du système, si les deux candidats – à la faveur d’un chaos sécuritaire ou migratoire – se qualifiaient l’un et l’autre pour le second tour.

L’histoire est le lieu de l’imprévu. Reste que pour Marine Le Pen l’atout chance pour accéder à l’Élysée serait une candidature Zemmour !

Jean-Yves Le Gallou

Texte daté du 31 mai 2021 et repris du site Polémia

Mabrouk, Praud, Zemmour : CNEWS, la chaîne qui dit non au politiquement correct

Eric Zemmour : “J’étais à la manif des policiers. J’ai senti une population qui s’émancipait de la doxa dominante (…) Mélenchon préfère manifester avec les Traoré et les islamogauchistes qui veulent abattre la France” (Vidéo)

Eric Zemmour sur Napoléon : “Notre époque est trop médiocre pour comprendre un génie pareil. Elle ne peut être que dans le ressentiment minable car il est trop haut pour ses adversaires d’aujourd’hui”

[Vidéo] Zemmour à la ministre Pannier-Runacher : « Ces généraux que vous méprisez ont rendu plus de services à la France que vous n’en rendrez jamais »

[vidéo] Eric Zemmour : « Ces généraux disent la vérité et c’est pour ça qu’on leur tombe dessus.»

30/04/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Vu dans Face à l’info du 29 avril 2021.

Eric Zemmour : « Ces généraux disent la vérité et c’est pour ça qu’on leur tombe dessus. Ils connaissent la société française, ce sont les élites politiques et médiatiques qui sont déconnectées »


Eric Zemmour : “Je fais de la contre-programmation idéologique, face à tous les médias qui vont dans un sens et qui fascisent toute opinion patriote ou dissidente”