Eric Zemmour : “La Turquie est décidément bien loin de l’Europe”

Eric Zemmour

13/10/2014 – PARIS (via RTL)
Dans sa chronique pour RTL, Eric Zemmour n’est pas tendre avec la Turquie. En particulier, il pointe le jeu trouble d’Ankara avec l’organisation terroriste Etat islamique. Un jeu trouble qui montre que les intérêts de la Turquie et ceux de l’Europe sont profondément divergents.

Municipales : François Hollande aurait dû engager Erdogan

Municipales : François Hollande aurait dû engager Erdogan, par Jean Bonnevey

Un premier ministre turc triomphant et menaçant

Les affaires, les révélations d’écoutes illégales et les règlements de compte qui l’opposent à la confrérie de l’imam Fethullah Gülen, ne semblent pas avoir affaibli celui qui domine la scène politique turque depuis 2002.

Comment un premier ministre, empêtré depuis 3 mois dans les plus grosses affaires de corruption que la Turquie ait jamais connues – chaque jour éclate un nouveau scandale impliquant ses ministres, ses proches, sa famille et lui-même – comment Recep Tayep Erdogan (photo), a-t-il pu remporter les élections municipales qui étaient clairement un référendum sur sa personne ?

Lire la suite

Syrie-Turquie : les guerres d’Erdogan. D’autres municipales pouvant sanctionner un pouvoir contesté

Syrie-Turquie : les guerres d'Erdogan. D'autres municipales pouvant sanctionner un pouvoir contesté

Erdogan peut prendre le risque d’une guerre contre la Syrie et la provoquer artificiellement pour faire oublier les scandales et une contestation de sa politique dans la rue et dans les urnes. Face à la fuite en avant du premier ministre islamiste et la radicalisation d’un régime de plus en plus aventuriste on aimerait rappeler certaines analyses.

Erdogan (photo en Une), c’était dans le monde musulman la preuve qu’une démocratie islamiste était possible comme il y avait une démocratie chrétienne. L’islam modéré, nous disait-on, pouvait être conforme à la démocratie et un modèle pour les autres pays arabo-musulmans, avec un rôle de modération. Encore une fois, les benêts de la démocratie et leurs idiots utiles des médias se sont trompés.

Empêtré dans des scandales à répétition, Erdogan tord le cou aux dernières libertés turques et semble préparer une guerre de diversion en Syrie. Face aux scandales, Recep Erdogan joue sa survie et entraîne la Turquie dans sa dérive.

Lire la suite

La Turquie déjà en Europe grâce au Kosovo – Erdogan jette le masque

La Turquie déjà en Europe grâce au Kosovo - Erdogan jette le masque

« La Turquie, c’est le Kosovo, et le Kosovo, c’est la Turquie » a déclaré Recep Tayyip Erdogan (photo) en visite au Kosovo

Les turcs ne se sentent certes pas européens mais ils sont en Europe physiquement déjà et de plus en plus. L’Europe s’est laissée entraîner par les Usa et l’Otan dans une guerre stupide contre la Serbie, contre le dictateur Milosevic, pour les gentils kosovars.

C’était objectivement faire le jeu des musulmans contre les chrétiens dans une région d’affrontement historique entre la civilisation helléno-judéo-chrétienne et la civilisation arabo-musulmane. Le perdre de vue était totalement stupide. La reconquête de la quasi-totalité des Balkans sur les Turcs qui ont achevé contre l’empire romain d’orient ce que les arabes avaient commencé, est comparable à la Recounquista espagnole.

Lire la suite

La fin du modèle turc – Le cadavre de Mustapha Kemal bouge toujours, par Jean Bonnevey

La fin du modèle turc - Le cadavre de Mustapha Kemal bouge toujours, par Jean Bonnevey

Image ci-dessus : Mustafa Kemal Atatürk.

Nous l’aura-t-on vanté ce modèle turc, cet islamisme modéré soluble dans la démocratie et devant inspirer les pays arabes, la preuve par Istanbul d’une démocratie musulmane comme il y a une démocratie chrétienne.

En fait l’islamisme modéré est un islamisme sournois qui se répand dans la société. Depuis 10 ans Erdogan l’homme qui comparait, quand il était dans l’opposition, les mosquées à des missiles tente d’islamiser en douceur une société à part.

Lire la suite

Le coup de pouce turc aux islamistes tunisiens

Le coup de pouce turc aux islamistes tunisiens

16/09/2011 – 12h30
TUNIS (NOVOpress) –
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan (photo) est arrivé mercredi soir en Tunisie, deuxième étape après l’Egypte de sa tournée des pays du “Printemps arabe”. Le leader du parti islamiste turc, AKP, a délivré jeudi le même message qu’au Caire il y a deux jours : « Islam et démocratie ne sont pas contradictoires ». Cette déclaration, bien loin de la réalité vécue sur le terrain par les minorités religieuses en Turquie (catholiques, protestants…), est mûrement réfléchie.

Les Tunisiens doivent en effet élire le 23 octobre une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution. Or, les islamistes d’Ennahda apparaissent comme les favoris de ce scrutin. A la grande frayeur des milieux laïques et intellectuels tunisiens.
Erdogan se sert ainsi du thème de la démocratie comme cheval de Troie pour signer la victoire de l’islamisme en Tunisie, comme il l’a fait en Turquie à partir de 2002, date de la prise de pouvoir de l’AKP. Le 16 septembre, le Premier ministre turc se rend cette fois en Libye. En début de semaine, le chef des autorités de transition libyennes, Moustapha Abdeljalil, déclarait : « Nous sommes un peuple musulman, à l’islam modéré et nous allons rester sur cette voie ». En Tunisie comme en Libye, la dialectique d’Erdogan fait des émules…

Égypte : les Frères musulmans demandent à Erdogan l’instauration d’un califat islamique

Égypte : les Frères musulmans demandent à Erdogan l'instauration d'un califat islamique

15/09/2011 – 08h30
LE CAIRE (NOVOpress) – Le printemps arabe va-t-il déboucher sur la restauration de l’empire ottoman ? C’est la question que l’on peut se poser au vu des dernières déclarations des Frères musulmans égyptiens.

En effet, non seulement ces derniers viennent de féliciter la Turquie pour avoir renvoyé l’ambassadeur d’Israël, mais surtout les islamistes égyptiens (qui sont les grands bénéficiaires de la chute de Moubarak) demandent au Premier ministre turc, Recep Erdogan (photo ci-dessus), l’instauration d’un califat islamique.

Tel est le sens des messages qu’ils ont adressés à Recep Erdogan, lorsqu’ils l’ont accueilli à l’aéroport du Caire. Les Frères musulmans ont même déployé une banderole où était inscrit : “La Turquie et l’Egypte sont un seul peuple – nous voulons un califat islamique en commun avec la Turquie.”