EXPATRIATION = TRAHISON ? Par Thaïs d’Escufon

Thaïs d’Escufon

17/05/2022 – FRANCE (NOVOpress)
À l’annonce des résultats aux présidentielles, on a vu passer beaucoup de messages appelant à l’expatriation. Sujet à vif débats : il semble néanmoins que cette perspective attire de plus en plus de Français patriotes, tandis que les autres y dénoncent une posture lâche.

Qu’en est-il réellement ? Faut-il continuer de se battre pour un peuple qui vote pour Emmanuel Macron ?


Sur un « chantier prioritaire » de la Macronie, par Jean-Gilles Malliarakis

macron retraites

Eu égard à son impact désastreux sur nos finances publiques délabrées, le système actuel des assurances vieillesse ne peut plus durer en l’état. Mais une vraie question se pose au préalable : La réforme des retraites est-elle politiquement possible ?

Observons d’abord les effets de la démagogie.

Alors qu’en Allemagne, pour bénéficier d’une pension à taux plein, l’âge légal de départ à la retraite, actuellement de 65 ou 66 ans, nos voisins l’ont porté, à 67 ans à l’horizon 2029.

La France de son côté a vu se partager les forces politiques sur cette seule question à l’occasion de la campagne électorale.

Par rapport à un âge légal actuel de 62 ans, on avait entendu une candidate parler d’abord de revenir à 60 ans. Une telle disposition catastrophique avait été inventée sous Mitterrand. Arrivant au pouvoir en 1981, la gauche imaginait alors de réduire le chômage en diminuant l’offre de main-d’œuvre. Cette absurde doctrine socialiste de « partage du travail » fut amplifiée sous Jospin par Martine Aubry avec sa loi des 35 heures. Leur imitatrice, députée du Pas-de-Calais se ravisa au dernier moment. Elle modulant son indécente proposition en se raccrochant au nombre d’années cotisées. Les électeurs ne lui ont fait grief ni de la démagogie initiale ni du changement de pied. Elle recueillit 13 millions de voix au second tour.

La candidate de la droite classique proposa, quant à elle, de retourner vers un âge légal de 65 ans. Elle obtint moins de 5 % des voix. Certes d’autres raisons expliquent son résultat, désastreux pour son parti, mais on retiendra la confirmation que les programmes raisonnables, ou les moins déraisonnables ne bénéficient pas à leurs promoteurs.

Observons maintenant les effets de l’étatisme.

Le candidat élu se targuait lui aussi d’allonger, à terme, et progressivement, avec une cause de révision possible, jusqu’à 64 ans. « En même temps » qu’il opérait cette pseudo-synthèse, il laissa rapidement entendre qu’il s’agit d’un « chantier » prioritaire.

Parmi les impressions inquiétantes, ressenties de plus en plus par le piéton de Paris, outre la saleté des trottoirs on doit mentionner le nombre de chantiers paraissant à l’abandon. L’incompétence évidente du coordinateur municipal des travaux, affilié sans surprise au PCF, reflète à l’évidence l’ensemble de la gouvernance Hidalgo. Les électeurs de la Capitale, tous quartiers confondus ne s’y sont pas trompés, qui n’ont voté pour leur maire, le 10 avril, qu’à 2,17 %, soit guère plus que la moyenne nationale de 1,75 %.

Ces chantiers en jachère ne restent pas hélas l’apanage des crasseux et des communistes qui infestent le paysage municipal parisien. Ils sont devenus la maladie invasive du pays tout entier.

En effet l’étiage de 64 ans correspond à la limite retenue pour l’âge pivot d’une réforme précédente imposée puis avortée en 2019-2020. Le chef de l’État se prononce donc désormais pour une méthode étrangement hybride. Il déclare sur France Inter : « Je pense qu’on peut le faire si on invente une forme de dialogue social nouvelle […] Les partenaires sociaux, dans cette période, je ne peux pas faire comme s’ils n’avaient pas pris leurs responsabilités. » Mais toujours « en même temps », son inepte ministre de l’Économie a reconnu maladroitement le 25 avril que l’utilisation de l’article 49-3 ne peut être écartée pour imposer le projet « paramétrique » voulu à Bercy.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était considéré comme le principal allié du pouvoir quand, en 2017-2019, Emmanuel Macron se gargarisait d’un projet de « régime unique », fusionnant les 42 régimes existants. Il a toujours dit refuser la confusion entre cette réforme systémique, infaisable en fait, et le remodelage « paramétrique » de l’âge pivot. On n’est toujours pas sorti de cette impasse.

Le 26 avril, dans une tribune au Monde, le camarade Berger interpelle donc le chef de l’État. Il lui demande de convoquer « dès aujourd’hui » une rencontre avec les partenaires sociaux et les grandes associations.

De son côté un syndicat concurrent comme la CFTC, par la voix de son président Cyril Chabanier se réjouit à l’idée que « le système n’est pas menacé » et que la grande idée avance du « financement de la dépendance », c’est-à-dire d’une nouvelle branche de la sécurité sociale étatisée par le plan Juppé de 1997.

La France continuera-t-elle longtemps de s’appauvrir et de s’affaiblir ainsi par la voie imparable du collectivisme inhérent, à un système de répartition monopoliste géré par les politiques ? Osons espérer ici qu’une faillite généralisée de l’État ne vienne pas remédier par la contrainte aux errements de l’étatisme.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Grâce à Macron, Mélenchon en terrain conquis

Le « barrage à l’extrême droite » laisse l’extrême gauche en terrain conquis. C’est à un jeu de dupes que s’est prêté le candidat Emmanuel Macron en brandissant la menace qu’aurait fait courir Marine Le Pen pour la République et pour la France. En réalité, il y a bien un néofascisme qui vient : il montre, ici et là, sa face hideuse, sectaire, violente. Mais cette régression totalitaire se dissimule derrière les mots enrobés de La France Insoumise et de son chef, contre qui le président réélu n’a jamais jugé bon de mettre en garde. Cette bienveillance en haut lieu produit ses premiers effets : Jean-Luc Mélenchon, fort de son talent d’orateur et de stratège, mais aussi d’une caution morale usurpée, est en train de jouer habilement de la somnolence du système à son égard. Non content de s’être approprié, dimanche 1 er mai à Paris, la colère syndicale, il s’est gardé de dénoncer les casseurs « antifas », qui ont une nouvelle fois mis à sac des banques ou des commerces, pour préférer accuser la préfecture de police de les avoir laissé faire.

Or ces violences urbaines illustrent cette lèpre fascistoïde qui monte des rangs de l’ultra-gauche : celle-ci partage avec LFI et ses soutiens une même détestation du capitalisme mais aussi de la démocratie libérale et de ses règles. C’est d’ailleurs ce socle qui a persuadé le melenchonisme de s’allier également à ce qu’il croit être l’ « islam révolutionnaire », au prétexte que cette idéologie cherche à prendre sa revanche sur l’Occident et ses hégémonies. Le prolétariat qui intéresse Mélenchon n’est plus celui des « petits blancs », partis rejoindre le RN, mais celui de la « diversité ».

En fait, tout est faux dans ces usages de mots creux. Le bourrage de crâne contre l’ « extrême droite », qui a vu Macron et Mélenchon faire cause commune, a été un leurre pour faire taire une France trop française au profit de la « nouvelle France » adulée par la classe élitaire. Quant à l’ « alliance populaire » dont le leader de LFI veut être l’architecte, elle n’est que le rapprochement avec le seul peuple issu de l’immigration extra-européenne et majoritairement musulmane. Tandis que la droite de gouvernement a admis, par soumission, son interdiction de s’unir à Marine Le Pen, la gauche donneuse de leçons n’a plus aucun scrupule – hormis quelques rares honorables socialistes qui se désespèrent des lâchetés d’Olivier Faure – à s’autoriser ce qu’elle défend aux autres.

Dimanche soir, un accord en vue des législatives a été conclu entre LFI et les Verts, en attendant celui avec ce qui reste du PS. Parlant du PCF qui se laisserait désirer, Mélenchon a assuré : « Les communistes sont nos amis, nos alliés ». Ce qui se met en place est un front radicalisé des gauches qui n’acceptent pas leur défaite, et qui n’excluent pas d’en appeler à la rue, comme a pu le suggérer Clémentine Autain (LFI). Macron, qui a préservé sa réélection en activant le manichéisme, peut être tenu pour responsable de ce coup de force d’une gauche qui fourbit ses armes. Il n’est pas sûr que les Oubliés acceptent ce cocufiage.

Ivan Rioufol

Texte daté du 2 mai 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Non, Macron n’est pas libéral, par Clément Martin (Les Identitaires)

macron pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense publique et ayatollah de la privatisation. Pour d’autres, il est un réformateur raisonnable, aussi libéral que possible dans un pays à la mentalité soviétoïde solidement ancrée. Ces analyses obsolètes témoignent de la difficulté plus globale à juger les appartenances politiques selon les enjeux et les clivages réels du xxie siècle plutôt qu’à l’aune d’idéologies du xixe siècle, essentiellement dépassées aujourd’hui. Il ne s’agit pas ici de souhaiter que Macron fût un président libéral, mais d’identifier ce qu’il est véritablement.

De la part d’un président libéral, on s’attendrait à voir au moins deux grandes orientations politiques se mettre en place : la protection des libertés individuelles et la maîtrise de la dépense publique couplée à la réduction du périmètre de l’État. Sur ces deux plans, le quinquennat de Macron a été un échec cuisant.

L’État thérapeutique à l’assaut des libertés

La répression brutale dont les Gilets jaunes ont fait l’objet fut un avant-goût du caractère autoritaire du gouvernement : face à un mouvement populaire d’ampleur, justifié par une saignée fiscale devenue insupportable pour les classes moyennes et populaires, la seule réponse du « Mozart de la finance » fut le déploiement des CRS et l’usage du LBD, dans un théâtre médiatique qui, s’il s’était produit en Hongrie, se serait soldé par la diabolisation absolue et immédiate habituelle. Mais en France, les vendeurs de papier ont la courtoisie de respecter ceux qui les subventionnent (117 millions d’euros prévus pour 2022[1]).

La violation des libertés publiques a véritablement atteint son paroxysme lors de la pandémie de Covid-19 : si l’on peut pardonner les balbutiements du gouvernement lors des premiers mois suivant l’apparition du virus (les informations étant rares et peu sûres), il est indéniable que les politiques de confinement, de port forcé du masque forcé, d’attestation de sortie et de pass vaccinal sont issues d’un choix délibéré, consistant (entre autres) à sacrifier les libertés les plus fondamentales des actifs démobilisés pour draguer un électorat de retraités terrifiés et d’urbains hypocondriaques. Qu’importent les dégâts subis par les enfants et étudiants, la précarité pour les actifs ou la détresse des Français à qui l’on interdisait de rendre visite à leurs proches hospitalisés – le plus important, c’est de quadriller un peuple tout entier pour une maladie qui se soldait par moins de 1 % d’hospitalisation pour les moins de 14 ans[2]. Rajoutons à cette liste la « loi anti-fake news » adoptée en 2018[3] (véritable mécanisme de contrôle de l’information), la loi sécurité globale ou encore les très nombreuses dissolutions prononcées par le gouvernement (plus que n’importe quel autre gouvernement de la Ve République). Fin de partie.

La gabegie à visage humain

Sur le plan économique, plutôt que de laisser les Français gagner leur vie, le quinquennat Macron s’est distingué par une avalanche de taxes (8 nouveaux impôts depuis 2017[4]), de chèques (alimentation, pass culture), de subventions en tous genres, et, in fine, par une explosion de la dette (+ 600 milliards[5]).

Et le Covid n’est pas une excuse satisfaisante pour expliquer cette profusion de largesses : un tiers seulement de la dette est motivé par des dépenses liées à la pandémie. D’ailleurs, ces dépenses Covid ne sont que le résultat d’une politique d’enfermement et d’arrêt de l’économie, destinée à brosser les retraités dans le sens du poil. Pas une fatalité, donc. Comme d’habitude, les discussions sur les dépenses n’évoquent jamais l’immigration : l’AME a franchi le cap symbolique du milliard d’euros en 2020[6] et les estimations, toujours difficiles à produire, s’accordent à dire que les immigrés sont un poids pour notre économie[7]. Et comme d’habitude, ce sont les contribuables (et notamment les actifs) qui devront régler la note. Trop normaux pour avoir le droit de protester, trop atomisés pour se mobiliser efficacement, les « Blancs qui bossent » sont l’Atlas de ce pays. Et si Atlas venait à hausser des épaules, qui sait ce qui adviendrait…

Celui qui se présentait comme le candidat de la réduction de la dépense n’a été que le clone de ses prédécesseurs sur le plan économique. Sa seule innovation tient à sa politique répressive, au nom du maintien de la République et de la « bonne gestion » du pays. En cela, il a tout à fait raison de se réclamer de l’ « extrême-centre[8] » à propos duquel nous avions déjà consacré un article[9].

Macron : un manager à la présidence

Pour pouvoir qualifier politiquement Macron, il est nécessaire de traverser l’Atlantique et de s’intéresser aux analyses des paléoconservateurs, quasiment inconnus en France, mais qui sauront nous apporter des éléments de réponse. Un homme en particulier nous donne des pistes pour comprendre le phénomène Macron.

James Burnham (1905-1987) est un essayiste américain, formé dans la mouvance trotskiste avant de passer du côté des conservateurs. Dans L’Ère des organisateurs[10], Burnham prophétisait que son époque verrait la venue d’un nouveau type de système économique qui signerait la fin du capitalisme, mais qui n’aurait rien à voir avec le socialisme. Ce nouveau système, issu de la bureaucratisation du capitalisme, donnerait la part belle aux organisateurs (ou managers), nouvelle classe à mi-chemin entre le prolétariat et la bourgeoisie. Si les managers ne possèdent pas les moyens de production, ce sont eux qui les contrôlent et en assurent la gestion. Les managers sont moins caractérisés par leur niveau de richesse que par leur proximité avec la gestion concrète de l’économie et de la bureaucratie, notamment révélée par leurs diplômes et leurs réseaux professionnels. Imperméables aux frontières entre le monde du public et du privé, ils constituent une classe à part, dont la vision du monde est une résultante de leur rôle économique et social. Étrangers aux concepts de peuple, de classe, de nation ou de philosophie, les managers incarnent les gardiens d’un ordre technocratique et mondialisé, dont la mission est la recherche de l’efficience et la recherche de l’optimisation économique. Fondamentalement, les managers ne se reconnaissent que de façon distante dans les grandes idéologies du xixe siècle : du libéralisme, ils retiennent l’idée de la supériorité de l’économie de marché sur l’économie socialisée et de la démocratie représentative sur les autres formes du gouvernement, mais ne souscrivent ni à la souveraineté de l’individu ni à celle du corps politique, dont les passions mèneraient au désordre ; du socialisme, ils prélèvent l’idéal scientiste de la gestion comme horizon indépassable de la résolution des affaires humaines et la croyance dans un monde uni et débarrassé des scories du nationalisme, de l’identité et des radicalités religieuses. L’idéologie (monocolore) des managers peut ainsi donner naissance à des synthèses difficilement conciliables dans la vieille opposition libéralisme/socialisme : pour eux, il est logique de coupler la mondialisation économique (dont le libre-échange est un dogme fondateur) avec un État-providence généreux ou encore l’adhésion aux valeurs de la modernité occidentale avec l’immigration de masse de populations radicalement opposées à ces valeurs. Enfin, leur appel constant à défendre la liberté et l’égalité se conjugue sans difficulté avec une politique d’anarcho-tyrannie[11] quasiment assumée.

Cela ne vous rappelle personne ?

La permanence du qualificatif de « libéral » pour désigner Macron est en réalité un cache-misère sémantique : de part et d’autre de l’échiquier politique, les commentateurs préfèrent s’attarder sur une étiquette inadaptée, tant que celle-ci permet de produire un discours politique utile, à la fois pour les antilibéraux de gauche comme de droite, plutôt que de produire une analyse novatrice. Bien sûr, la vieille gauche paléo-marxiste est encore puissante en France (universités, France Inter, monde culturel), mais leur règne touche bientôt à sa fin (renouvellement générationnel oblige). De la même façon, les antilibéraux de droite se trompent en fustigeant l’ultralibéralisme ambiant comme source de tous nos maux, alors que l’État n’a jamais été aussi obèse et que chaque parcelle de notre vie n’est qu’un territoire potentiel pour sa surveillance et son ingénierie.

Celui qui veut prétendre changer le monde doit d’abord s’efforcer de le comprendre : les vainqueurs des luttes politiques en cours et à venir ne pourront obtenir la victoire qu’en s’émancipant des schémas politiques dépassés. Une des forces de Macron et du système managérial (le nouveau « système à tuer les peuples ») est d’encourager l’emploi de vieilles catégories d’analyse pour empêcher de le cerner.

Ce travail de compréhension est la première étape du combat pour la renaissance de notre civilisation.

[1] https://www.leparisien.fr/economie/les-aides-a-la-presse-ne-concerneront-que-les-medias-qui-emploient-des-journalistes-23-12-2021-6PS45OYIQJEGBBC7IPDS5R7WCI.php
[2] https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2622115-victime-covid-france-profil-age-homme-femme-plus-jeune-celebre-nombre-bilan-cas-deces/
[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_contre_la_manipulation_de_l%27information#Principales_mesures_de_la_loi
[4] https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/un-cabinet-d-audit-a-comptabilise-8-nouveaux-impots-depuis-l-election-de-macron_1977959.html
[5] https://www.ladepeche.fr/2022/04/21/vrai-ou-faux-debat-macron-le-pen-600-milliards-de-dette-abaissement-de-la-tva-retour-sur-les-affirmations-des-candidats-10250426.php
[6] https://www.infomigrants.net/fr/post/28982/le-cout-de-laide-medicale-detat-ame-passera-la-barre-du-milliard-deuros-en-2021
[7] https://observatoire-immigration.fr/jean-paul-gourevitch-immigration/
[8] https://www.lunion.fr/id362586/article/2022-04-18/emmanuel-macron-sur-france-culture-pour-defendre-son-projet-dextreme-centre
[9] https://les-identitaires.fr/articles/tribunes/le-crepuscule-des-centristes/
[10] L’Ère des organisateurs, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l’Esprit », 1947, traduit par Hélène Claireau (éd. originale : New York, 1941).
[11] https://www.polemia.com/laxisme-et-tentations-totalitaires-de-letat-quest-ce-que-l-anarcho-tyrannie/

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires

France, Russie, Ukraine : qui survivra à Macron ? – L’analyse de Pierre-Yves Rougeyron

Macron

03/05/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Dimanche 24 avril, le verdict est tombé. Plus de 58% des Français ont préféré voter pour qu’Emmanuel Macron reste à la tête de la France cinq ans supplémentaires face à Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement National. Un vote loin du plébiscite qui pose néanmoins question. Après un premier mandat d’une dureté inédite pour un grand nombre de Français, le Système a su se maintenir en misant sur un coup arithmétique.

Dès le soir du premier tour, le 3ème homme, Jean-Luc Mélenchon, avait assommé sa consigne : tout sauf Marine Le Pen. Résultat : les électeurs de la France Insoumise / Union Populaire se sont abstenus en masse, ou ont préféré voter pour le candidat de la retraite à 65 ans. Un paradoxe de plus en plus courant dans les rangs de l’extrême-gauche, dépourvue du vote ouvrier depuis un moment.

La France, par son morcellement, subi donc une nouvelle ère Macron. Une ère qui s’annonce encore plus dangereuse que la première. En effet, en plus du terrain social particulièrement explosif dû à l’inflation et aux réformes à venir, le conflit en Ukraine s’envenime chaque jour un peu plus. A peine l’élection d’Emmanuel Macron acquise, l’Union européenne a accéléré ses livraisons d’armes à Kiev, la France étant une des plus grosses contributrices. Les sanctions financières se poursuivent et pénalisent avant tout l’espace économique et le peuple européens.

Une situation aussi explosive sur le plan national qu’international face à laquelle Emmanuel Macron pourrait bien jeter de l’huile sur le feu.


Macron 2 : la victoire des puissants contre les faibles

macron baby boomers

C’était un choix de civilisation. Les électeurs ont tranché. À 38,52 % des inscrits (soit moins de 4 électeurs sur dix), les Français ont donc élu le candidat des riches, celui des gagnants de la mondialisation. Ceux qui ne sont rien, les Gaulois réfractaires, les gilets jaunes, les soignants non vaccinés flanqués à la porte, les oubliés de la France profonde, les économiquement trop faibles pour se payer le luxe d’habiter loin des foyers d’insécurité et les victimes de l’islamisation de la France ont perdu la bataille. Mais pas la guerre. Ils ne sont pas les seuls : il y aura d’autres perdants parmi les plus jeunes et les plus âgés. Sans peut-être avoir pris toute la mesure du choix, les électeurs d’Emmanuel Macron ont signé pour cinq ans de plus d’effacement d’une de ces valeurs cardinales qui ont fait la grandeur de notre civilisation : la défense des faibles.

Macron 1, bilan : la loi de bioéthique de 2021 autorise la création des embryons transgéniques et des chimères animal-homme et supprime la semaine de réflexion avant une IMG et l’accord parental pour une mineure. Des embryons conçus avec des gamètes étrangers et anonymes sont réimplantés dans des ventres de femmes sans hommes sans considération ni principe de prudence pour le devenir de l’enfant (loi PMA). Les familles sont privées de leurs droits les plus élémentaires à instruire leurs propres enfants chez elles (loi sur le séparatisme) alors que les plus petits sont obligés d’aller à l’école dès l’âge de 3 ans.

Macron 2, perspective : les plus vieux d’entre nous, inutiles, non productifs, encombrants et trop coûteux pour le corps social, seront prématurément supprimés. Le scandale des maisons de retraite (Macron 1) aura révélé la cruauté de notre modèle social qui empêche les actifs de prendre soin de leurs parents par manque de disponibilité, par éloignement géographique forcé, nomadisme obligatoire et manque de place dans les logements exigus des métropoles pourvoyeuses d’emplois. Le suicide assisté, promis « grande réforme sociétale » selon le ministrable Richard Ferrand, tombera à point nommé. On désencombrera. Les hôpitaux et les bras des travailleurs. Ironie de l’histoire : ceux qui, en majorité, auront soutenu Emmanuel Macron (71 % pour les plus de 70 ans) risquent bien d’être les premières victimes sur la liste.

Toutes les possibilités d’avorter (IMG, IVG allongées à la 14e semaine) ayant été amplement fortifiées, garanties et consolidées se verront inscrites dans le droit européen. Une ambition à la mesure d’un Emmanuel Macron Président d’une France trop rabougrie, trop petite.

Et parce que les promesses n’engagent que ceux qui les tiennent, la GPA, ou abandon programmé d’enfants à la naissance au profit de riches clients et location de ventres de femmes économiquement faibles, sera, n’en doutons pas, légalisée. On nous dit déjà que 7 Français sur 10 y sont favorables (sondage IFOP pour Femme actuelle, janvier 2022) et que le principe d’égalité nous y oblige, car comment refuser à des couples d’hommes ce qu’on accorde à des couples de femmes ?

Les associations LGBT militantes bien implantées dans les écoles se verront renforcées. Au détriment des enfants masqués, enfermés, privés d’école et soumis aux caprices idéologiques et aux délires d’un Jean-Michel Blanquer leur enseignant, sous Macron 1, la possibilité de changer de sexe à coups d’hormones et d’opérations chirurgicales. Olivier Véran a déjà préparé le terrain sous prétexte d’une « égalité d’accès aux soins des personnes trangenres ». Un groupe de travail est à l’œuvre.

Et, bien sûr, le contribuable français qui a brutalement découvert l’état déplorable de son système de soin lors de la crise du Covid-19 sera tenu de financer encore un peu plus les nouvelles « avancées sociétales » en vue. À moins d’un miracle, d’un sursaut, d’une prise de conscience et de la construction d’un mur de résistance étanche, solide, uni à l’Assemblée nationale : « Faire barrage ! »

Sabine de Villeroché

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Réélection d’Emmanuel Macron – Les Français en redemandent !

macron pass sanitaire

Oubliés, les deux millions d’immigrés débarqués sur notre sol depuis 2017 et les centaines de milliers de naturalisations opérées par la Macronie. Effacés, l’explosion record de la criminalité dans nos campagnes comme dans nos villes, l’ensauvagement effrayant de notre société et la multiplication galopante des enclaves islamistes partout en France. Passés à la trappe, l’augmentation de la dette publique de quelque 680 milliards d’euros, le grand déclassement économique et les 400 000 pauvres supplémentaires en cinq ans. Enterrés, les interminables semaines de confinement, le piétinement incessant de nos libertés individuelles au nom de la lutte anti-Covid, le passe vaccinal et la dictature sanitaire. Exit, enfin, les mois de chaos liés à la crise des Gilets jaunes, la répression ahurissante (et très sélective) à laquelle l’exécutif a eu systématiquement recours contre ses opposants, et les innombrables insultes proférées par le chef de l’Etat à l’encontre des petites gens. Alors que nos concitoyens sortaient tout juste d’un quinquennat véritablement cauchemardesque et avaient été largement avertis des grands enjeux de ce scrutin, notamment sur le plan identitaire, 58,5 % d’entre eux, obéissant comme un seul homme aux consignes de vote données par les grands médias, ont fait dimanche le choix consternant de reconduire à l’Elysée l’homme des cabinets de conseil américains pour un nouveau mandat de cinq ans !

Cinq nouvelles années en enfer

Nul besoin d’être doté d’une créativité intellectuelle débordante pour imaginer la satisfaction malsaine et le sourire narquois d’un Macron qui, après avoir tant méprisé et maltraité les Français lors de son premier quinquennat, se voit maintenant largement réélu par eux, et donc en position de poursuivre sa vaste entreprise de déconstruction, dans tous les domaines, de notre pays. Car, rappelons-le, le programme d’Emmanuel Macron, ou du moins ce que celui-ci a bien voulu en dire, comporte nombre de mesures qui devraient accélérer encore le déclin de la France et sa soumission à l’étranger. Et d’abord à l’Union européenne puisque, dans ce registre, le président réélu entend notamment renforcer la prétendue « souveraineté européenne » et « bâtir une Europe-puissance », deux objectifs qui supposent bien évidemment l’abandon de pans entiers de notre souveraineté et de notre indépendance nationales. En même temps, Macron entend bien poursuivre la politique des grands accords de libre-échange signés par l’Union européenne avec ses pseudo-« partenaires », ce qui aura pour conséquence prévisible d’achever un certain nombre de secteurs de notre économie.

Sur le plan intérieur, il y a bien sûr cette fameuse réforme des retraites qui prévoit de repousser l’âge légal de départ à 65 ans. Une mesure, rappelons-le, largement impopulaire, mais qui n’a toutefois pas empêché les Français de voter pour Macron. On n’oubliera pas non plus, dans le domaine des mesures sociétales, le projet de créer une « convention citoyenne » chargée de « réfléchir sur l’euthanasie et le suicide assisté », à la suite de laquelle notre pays sombrera encore davantage dans la culture de mort.

Enfin, dernier axe important du nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron : l’écologie dans l’une de ses pires versions. C’est ainsi que, s’il entend maintenant « limiter l’éolien terrestre », l’occupant de l’Elysée projette de défigurer notre littoral et de massacrer les écosystèmes marins en lançant la construction de quelque cinquante parcs éoliens en mer d’ici 2050 ! Date à laquelle, rappelons-le, notre pays devra, de gré ou de force, et quoi qu’il en coûte, avoir atteint la fameuse « neutralité carbone »…

Un Premier ministre chargé de la « planification écologique »

En attendant, les grands médias s’amusent aujourd’hui à essayer de deviner à quoi pourrait ressembler le nouveau gouvernement mis en place dans l’optique des prochaines élections législatives. Et notamment le nom de celui qui pourrait remplacer Jean Castex au poste de Premier ministre. Rappelons en effet que Castex a lui-même annoncé son départ le 19 avril dernier sur France Inter, en déclarant : « … comme le veut la tradition, je présenterai ma démission et celle du gouvernement au président de la République. » Si cette démission ne signifie pas automatiquement son départ, Macron pouvant en effet le reconduire dans ses fonctions, l’ancien maire de Prades avait cependant déclaré être « de ceux qui pensent qu’une impulsion nouvelle après la réélection du président doit être trouvée ». Bref, qu’il avait déjà prévu de faire ses cartons et de laisser sa place à un autre.

Reste que, sur ce sujet, Emmanuel Macron s’est jusque-là montré plutôt discret. Si, dans l’entourage du président fraîchement réélu, certains évoquent le nom de Julien Denormandie, désastreux ministre de l’Agriculture et proche parmi les proches du locataire de l’Elysée, ou encore ceux de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, et d’Alexis Kohler, actuel secrétaire général de l’Elysée, rien n’a semble-t-il encore été arrêté. A l’exception, toutefois, d’une chose : le prochain Premier ministre, a indiqué Macron lors de son meeting de l’entre-deux-tours à Marseille, se verra attribuer de « nouvelles prérogatives », et notamment celle de la « planification écologique ». Ce qui pousse certains médias à chuchoter le nom d’Elisabeth Borne, l’actuel ministre du Travail, qui pourrait être choisie en raison de son passage par la Transition écologique et la direction du cabinet de Ségolène Royal lorsque celle-ci était ministre de l’Ecologie. A moins que, après un premier quinquennat dirigé par des Premiers ministres ralliés de la droite molle, le chef de l’Etat ne cherche à satisfaire la gauche en piochant parmi les figures écolos. Bref, dans tous les cas, la France et les Français n’ont pas fini de serrer les dents.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 25 avril 2022

Victoire de Macron : les 10 commandements des médias, par Jean-Yves Le Gallou

Macron

Ainsi la pièce est jouée. Comme prévu, le deuxième tour de l’élection présidentielle a vu s’affronter Marine Le Pen et Emmanuel Macron, permettant au Grand Liquidateur d’être réélu malgré l’immense rejet qu’il suscite par son arrogance et son mépris. Du début de la campagne jusqu’à sa clôture, les médias de propagande sont parvenus à garder la situation sous contrôle. Jean-Yves Le Gallou raconte l’histoire en 10 séquences.

1- Le duel Macron-Le Pen tu installeras

Dès le printemps 2021, le scénario de l’élection présidentielle de 2022 a été mis en place. Sur fond de gauche explosée et de LR divisé, les premiers sondages ont annoncé un duel Macron/Le Pen pour le second tour. Or les sondages ne sont pas des simples photographies, ce sont aussi des prophéties auto réalisatrices : si deux postulants sortent en tête on en parle, et en parlant on les conforte dans leur position dominante, et ainsi de suite. C’est le cercle vertueux de la notoriété. Et au cas particulier le schéma idéal pour la réélection de Macron… .

2- Les limites du politiquement correct tu imposeras

En principe les débats sont libres en France. En réalité il est seulement permis de débattre tranquillement à l’intérieur du cercle des convenances politiquement correctes. Si vous êtes pour la « transition énergétique », le progressisme sociétal, l’ouverture des frontières et le « vivre ensemble », tout ira bien pour vous : vous obtiendrez facilement la parole et vous serez interrogés courtoisement. Mais attention ! Toute tentation transgressive vous voudra invisibilisation ou diabolisation. Toute prise de parole dissidente ne pourra se faire que sur un fond d’hostilité dans le but de vous faire passer pour agressif. Avec le risque permanent d’être accusé de « dérapage ». Comme l’exprime François Bousquet : « Le vrai pouvoir, c’est la production de la parole autorisée. Il n’y en a pas d’autre. Cela s’appelle la fenêtre d’Overton. »

3- Du Covid tu parleras un peu, beaucoup, passionnément…

2000 morts (le nombre de décès journaliers en hiver), c’est de la statistique ! Mais cent morts dû au ou avec le Covid, cela émeut à coup de déclarations ministérielles, de Une du JT de 20 heures et de bandeau défilant sur les chaines en continu. Une vraie technique d’ahurissement monopolisant les conversations, soudant derrière le « chef de guerre » et marginalisant tout vrai discours politique. Avec la complicité des médias l’exécutif a calé les mesures sanitaires sur ses intérêts électoraux, en sidérant et en enfermant d’abord, en libérant ensuite à deux mois de l’échéance électorale.

4- Zemmour tu diaboliseras

A l’automne, Eric Zemmour est entré dans ce dispositif comme un chien dans un jeu de quilles. Avec la ferme volonté d’inviter dans la campagne les thèmes de la survie de la France et des mesures à prendre face au Grand Remplacement et au Grand Déclassement. Après une entrée en fanfare et en seulement quelques semaines les médias sont passés du léchage au lâchage puis au lynchage. A chaque fois qu’il approchait les 15% dans les sondages, Zemmour était victime d’un intense bombardement médiatique : en octobre/ novembre pour sa prétendue misogynie et son pétainisme supposé, en janvier pour une cabale autour du handicap, fin février pour un procès en poutinophilie et en inhumanité.

5- Marine Le Pen tu ménageras (provisoirement…)

La présence de Zemmour a servi à Marine Le Pen de paratonnerre : puisqu’il y avait plus méchant qu’elle on pouvait expliquer qu’elle avait changé, de style, d’idées, de comportement (y compris en « Une » de VSD) et lui permettre de faire campagne tranquillement pendant que les milices violentes d’extrême gauche s’acharnaient sur Zemmour, sous l’œil attentif de la caste journalistique.

6- Le thème du pouvoir d’achat tu imposeras

Très vite, il est apparu nécessaire d’évacuer les thèmes civilisationnels et identitaires de même que celui du Grand Déclassement (industriel, éducatif, stratégique) : trop dangereux, pire trop politique. Et c’est ainsi qu’avec l’aide des sondeurs, le thème du pouvoir d’achat a été imposé dans la campagne. Facile pour le pouvoir d’achat de sortir en tête des préoccupations des Français : ce n’est pas clivant (cela ne mange pas de pain, si l’on peut dire…) et cela concerne tout le monde, depuis le gilet jaune qui doit renoncer à un plein d’essence jusqu’au communicant qui doit se priver de sa deuxième Rolex. C’est ainsi qu’à partir de janvier tous les débats électoraux tournent autour de cette question : les trois M – Macron, Mélenchon et Marine – sortant le chéquier plus vite que leur ombre. Sans que jamais un journaliste ( ?) ne s’avise de poser la question suivante : « comment financez-vous cela ? » Alors que quiconque s’aventure à parler de protectionnisme, de contrôle de l’immigration ou de vraies mesures sécuritaires se heurte à une rafale d’objections.

Pour lire la suite, c’est ici !

La France contre les boomers, par Clément Martin (Les Identitaires)

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est une gérontocratie. Car la victoire d’Emmanuel Macron est avant tout celle des baby-boomers. La démocratie contemporaine n’est rien d’autre qu’une toile sur laquelle la génération des soixante-huitards exprime à l’envi ses velléités anticivilisationnelles.

Pour sauver notre civilisation, il faut combattre le règne du boomer. Et pour vaincre le boomer, il faut le comprendre.

Qu’est-ce qu’un boomer ?

Traditionnellement, on établit que les bornes de la génération des baby-boomers (ou simplement « boomers ») vont de 1946 à 1964[1]. Bien entendu, les générations ne sont pas simplement des catégories temporelles mais également culturelles : les cohortes qui sont nées au cours de la même période grandissent dans le même environnement et font face aux mêmes événements, ce qui se traduit par une culture commune et une vision du monde similaire. Parmi ces moments marquants, on peut citer l’émergence de la contre-culture, le mouvement des droits civiques aux États-Unis ou encore la guerre du Vietnam. Autrement dit, certaines personnes nées légèrement en-dehors de ces bornes (1942 ou 1965) peuvent tout à fait être considérées comme des boomers si leur vision du monde est impossible à différencier de celle d’un boomer « pur » né en 1955.

La culture des boomers se définit par quelques éléments qui distinguent radicalement leur génération des précédentes : un déséquilibre démographique de la jeunesse (qui s’est traduit par une rupture de la transmission de la part des générations précédentes), l’invention de nouveaux médias de masse (dont la normalisation de la télévision dans chaque foyer), l’avènement de la société de consommation (couplée aux Trente Glorieuses et au plein emploi) et le surgissement d’un monde pacifié et libéré de la guerre. Chacun de ces éléments a participé à l’élaboration de leur idiosyncrasie culturelle, caractérisée par un nombrilisme délirant, une recherche constante de l’hédonisme et un autisme politique inégalé. Les boomers sont la preuve que ce sont les quantités qui font l’histoire. Puisqu’ils sont la cohorte générationnelle la plus nombreuse et la plus politiquement mobilisée de France (en plus de voter d’une façon particulièrement monolithique), leurs poids politique est colossal.

Mai 68 n’a jamais pris fin

Qu’on se le dise, l’héritage politique des boomers a été une véritable catastrophe pour la France (et pour l’Occident en général, soit dit en passant). Il serait réducteur de ne considérer l’identité politique des boomers qu’à travers mai 68. Ou plutôt, mai 68 doit se comprendre à deux niveaux : d’une part, l’épisode estudiantin bien connu, dont la tête de proue est sans conteste Daniel Cohn-Bendit. Mais mai 68, c’est aussi une mythologie, une certaine utopie rattachée à une génération motivée par des idées libertaires, humanistes et pacifistes, et dont la manifestation concrète a pu considérablement évoluer au fil des années. Trotskistes ou maoïstes en 1968, beaucoup de boomers sont devenus les chantres d’un conservatisme économique rigide au fil des années[2], à tel point que ceux qui hurlaient pour l’avènement de la société sans classe constituent aujourd’hui une caste de rentiers, arc-boutés sur leur patrimoine et leurs « acquis sociaux ». On pourrait penser qu’il s’agit-là d’un renversement des valeurs de la part de cette génération : généreux et idéalistes dans leur jeunesse, les boomers auraient troqué leurs rêves adolescents pour faire le choix de l’accumulation et de la rente. En réalité, cette transformation du discours n’est pas un reniement, mais une continuation fort logique : la réclamation bruyante d’une Révolution culturelle à la française au vote Emmanuel Macron sont les deux faces d’une même pièce – celle de l’égoïsme. On connaît le dicton : « Un égoïste, c’est quelqu’un qui ne pense pas à moi. » Effectivement, derrière les discours imbéciles et les efforts ininterrompus des soixante-huitards pour ridiculiser tout l’ordre traditionnel et enraciné de la France et de l’Europe, se cachait en réalité une simple demande parfaitement autocentrée de privilèges économiques et culturels. La cohérence de l’itinéraire politique des boomers, c’est d’avoir recentré l’intégralité de la vie culturelle et politique et de la vie économique autour d’eux. Au nom de l’ « humanité » (dont ils étaient, par une heureuse coïncidence, la cohorte générationnelle la plus nombreuse) ils réclamaient la générosité. Au nom du « respect des anciens », ils défendent leurs prébendes.

La retraite par répartition et les misères du socialisme

La quasi-intégralité des maux qui frappent aujourd’hui notre pays peut trouver son origine dans l’influence politique, culturelle et économique de la génération du baby-boom. Bien entendu, l’histoire doit se comprendre au prisme de certaines lames de fond, mais les causes profondes, tout comme les concepts philosophiques, ne sont pas automoteurs. Ils sont portés par des groupes et des personnes qui les pensent et les mettent en place. La généalogie du malaise français se confond d’une façon quasiment parfaite avec l’analyse d’une pyramide des âges.

Dresser la liste exhaustive de l’influence nocive de cette génération sur le destin de notre patrie prendrait trop de place ; on peut toutefois se concentrer sur un élément particulièrement emblématique.

La première entaille (tant en termes chronologiques qu’en termes d’importance) portée les « vieux-jeunes » à notre pays est celle de la retraite. Les premiers systèmes de retraite européens surgissent à la charnière entre le xixe et le xxe siècle. Ces systèmes fonctionnent alors sur le système de la capitalisation. En France, c’est, ironiquement, le régime de Vichy qui établira en 1941 le premier système par répartition de l’histoire de France. Repris en 1946 par le Conseil national de la Résistance (CNR) et restructuré notamment par le communiste Ambroise Croizat, le système de retraite par répartition est devenu une des pierres angulaires du « modèle social français ». Au départ, si l’idée de mettre les retraités à la charge des actifs pouvait sembler être un choix pertinent dans un contexte d’explosion démographique, de plein emploi et d’accroissement régulier de la productivité, ce choix est rapidement devenu intenable : aujourd’hui, on compte 1,7 actif cotisant pour un retraité[3] contre 4 actifs par retraité en 1950[4]. Sous couvert de justice sociale, la France a mis en place une véritable pyramide de Ponzi[5], fondée sur la spoliation croissante des actifs au profit des retraités. Bien entendu, les bénéficiaires de ce système ont toutes les raisons de s’en faire les gardiens obtus : alors qu’ils ne travaillent plus, le niveau de vie médian des retraités est légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la population[6]. Certes, un examen plus précis des statistiques montre que les revenus (différents du « niveau de vie ») des retraités sont légèrement inférieurs à ceux des « actifs ayant un travail » au sens de l’INSEE. Mais si l’on prend en compte le fait que la moitié des retraités sont nés entre 1928 et 1945[7] (et n’ont par conséquent pas bénéficié de la génération des boomers), on comprend que l’analyse générale demeure la même. Sans compter le patrimoine immobilier de la génération du baby-boom.

Mais au-delà la situation économique des retraités (qui est finalement un point secondaire), le problème du système par répartition tient au fait qu’il procède à une distorsion catastrophique du lien entre les générations : afin de perdurer, un tel système se doit de produire des actifs. Autrement dit, il ne peut fonctionner que si la natalité du pays est dynamique. Or, la génération des boomers est celle qui a sacralisé toutes les mesures et les mœurs qui ont encouragé directement ou indirectement la dénatalité française (avortement remboursé par la Sécu, ponction fiscale, délocalisations des emplois industriels à l’étranger, dédain du mariage et de la monogamie). La solution s’est donc imposée d’elle-même : pour prolonger artificiellement la vie du système de retraite, il ne restait qu’une seule solution – importer des actifs via l’immigration de masse. Une des constantes de la vision politique des baby-boomers est son cosmopolitisme : sans-frontiéristes acharnés, animés par un humanitarisme dégoulinant, ils n’ont pas hésité à ouvrir les vannes de l’invasion migratoire pour continuer à financer leurs retraites. Les conséquences de l’immigration sont bien connues de nos lecteurs : crime, surcharge des systèmes sociaux, islamisation (et donc islamisme) et dilution de l’identité française et européenne. Mais ceux qui ont voté pour les gouvernements qui mirent en place les politiques d’immigration (regroupement familial en 1976 sous Valéry Giscard d’Estaing, entre autres) prirent soin de vivre loin de ces nouveaux arrivants, préférant militer pour leur intégration au sein d’officines immigrationnistes (GISTI, CIMADE, DAL, etc.) tout en achetant des maisons dans les quartiers préservés, bénéficiant du boom de l’immobilier des années suivantes, qui s’est d’ailleurs soldé par la quasi-impossibilité pour les jeunes actifs français de se loger et de fonder une famille dans un lieu paisible. L’ironie de l’histoire, c’est que cette main-d’œuvre importée pour payer les retraites géantes des boomers, bien souvent sous-qualifiée, quand elle n’est pas carrément parasitaire (délinquance, trafic, chômage de masse) sera celle qui sera la plus susceptible de travailler dans les maisons de retraites peuplées par ces mêmes boomers.

La gérontocratie est une oligarchie

Qu’on ne s’y trompe pas : malgré son jeune âge (il est le plus jeune président de la Ve République à 39 ans en 2017), Emmanuel Macron est politiquement gériatrique. Il n’est qu’une version recyclée des promesses de Valéry Giscard d’Estaing, adaptée à un pays vieillissant. Les chiffres le montrent clairement : les 65 ans et plus ont voté à 75 % pour le président sortant au deuxième tour des dernières présidentielles[8]. Son score élevé chez les jeunes s’explique par le report des voix de l’électorat de Mélenchon, très performant chez les 18-24 ans. Autre ruse de l’histoire, les lycéens et étudiants qui ont voté pour Mélenchon au premier tour selon un logiciel « anti-boomer de gauche » (révélé par le mantra « Ok boomer ») se sont ralliés en masse derrière le candidat de la gérontocratie. Derrière le discours de modernisation promis par la macronie se cache en réalité un vote très conservateur, destiné à cimenter l’influence des retraités au sein de la société française. Selon le démographe Emmanuel Todd (notoirement faible sur les questions identitaires mais pertinent sur l’analyse du macronisme), la France subit une situation inédite dans l’histoire de France, ce sont les inactifs (ceux qui ne travaillent pas et n’ont pas d’enfants à charge) qui décident du destin du pays[9].

Comme nous l’avons rappelé dans un article récent, Emmanuel Macron ne doit pas être vu comme un président « libéral » mais comme un manager mondialisé[10]. Cette analyse se conjugue parfaitement à la situation gérontocratique de la France : à la tête d’un pays vieillissant dont la classe retraitée est la clé de voûte de l’organisation socio-économique, Emmanuel Macron a pour mission politique de pérenniser (autant que possible) cet ordre social en poursuivant le transfert de richesses des actifs vers les retraités (notamment via la réforme des retraites, bien plus soutenue par les 65 ans et plus que par les autres[11]).

Il est admis par les observateurs avisés que le principal danger qui menace la France est celui du Grand Remplacement, qui constitue une menace vitale pour notre démographie et donc pour notre identité. Mais sur un plan plus strictement politique, le vieillissement de la société française constitue un obstacle majeur à la lutte contre les menaces qui pèsent sur le destin de la patrie. Le glissement autoritaire de la pratique du pouvoir, le musellement de l’opposition politique, le Grand Déclassement qui guette les actifs et le blocage des institutions démocratiques par l’hégémonie d’un bloc centriste-élitaire sont tous des conséquences directes du poids électoral et culturel colossal des séniors. Si l’on en croit les chiffres constatés et les projections de l’INSEE[12], les boomers (nés entre 1946 et 1964) constituent aujourd’hui 22 % de la population française. Ils seront près de 21 % pour le prochain scrutin présidentiel et 19 % pour le suivant – une perspective peu réjouissante. Leur chute démographique sera politiquement observable à partir de 2037 (16 % de la population). En 2050, ils ne seront plus que 6 %. Arrivés à ce stade, le combat politique pour la reconquête par les urnes sera quasiment impossible à gagner. Espérons que d’ici-là, la crise que traverse la civilisation européenne aura réveillé les consciences depuis longtemps et permis un réalignement politique en profondeur.

[1] Dans leurs travaux, William Strauss et Neil Howe préfèrent la période 1943-1960, alors que le baby-boom en tant quel tel se produit entre 1944 et 1964 selon les données démographiques américaines. Michèle Delaunay, dans son ouvrage Le Fabuleux destin des baby-boomers (Plon, 2019), considère que les boomers français sont nés entre 1946 et 1973. Quant à elle, l’INSEE situe le baby-boom entre 1946 et 1974.
[2] Guy Hocquenghem, Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, Paris, Albin Michel, 1986.
[3] https://travail-emploi.gouv.fr/retraite/le-systeme-de-retraite-actuel/article/chiffres-cles-retraite
[4] https://www.lepoint.fr/economie/reforme-des-retraites-les-implacables-chiffres-de-la-demographie-13-12-2019-2352931_28.php
[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_Ponzi
[6] https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwim2–YmK_3AhXfhf0HHcfJAWkQFnoECAUQAQ&url=https%3A%2F%2Fdrees.solidarites-sante.gouv.fr%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2F2021-05%2FFiche%252009%2520-%2520Le%2520niveau%2520de%2520vie%2520des%2520retrait%25C3%25A9s.pdf&usg=AOvVaw3rkDpVTIt9mHP_hYEWt3vP
[7] https://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/actifs-vs-retraites-ne-pas-se-tromper-de-raisons-de-critiquer
[8] https://www.lexpress.fr/actualite/politique/age-villes-profession-qui-a-vote-emmanuel-macron-qui-a-vote-marine-le-pen_2172352.html
[9] https://www.youtube.com/watch?v=m1x_HjDJQU8
[10] Référence vers l’article : « Non, Macron n’est pas libéral »
[11] https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-la-suppression-de-la-retraite-a-65-ans-du-programme-demmanuel-macron/
[12] https://www.insee.fr/fr/outil-interactif/5014911/pyramide.htm#!y=2070&c=0

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires

Emmanuel Macron réélu avec 58 % des voix et promet « cinq années de mieux »…

« Marine Le Pen est dans la vraie vie, Macron est dans le cosmos de McKinsey », a dit le porte-parole du Rassemblement national Julien Odoul

Débat Marine Le Pen-Emmanuel Macron : Une femme face au robot

macron le pen

« Emmanuel Macron, laissez-la parler ! » Il est 22h50 et Léa Salamé rappelle le président de la République à l’ordre. C’est dur d’arrêter le robot présidentiel. Marine Le Pen fait face à une machine. Une machine coupante, méprisante, technoïde et froide, une machine nommée Emmanuel Macron.

Elle s’est mise en route dès les premières minutes du grand débat d’entre-deux tours, à quelques jours du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2022. Marine Le Pen a évoqué le peuple qui a souffert cinq ans, son besoin de protection, son souci de pouvoir d’achat, son besoin de justice. Macron admet que la période a été difficile. Il y a eu la pandémie, le retour de la guerre sur le sol européen. Mais au fond, il s’en moque. Il veut que le pays devienne une grande puissance écologique, il veut une Europe plus forte. Il veut, en somme, développer ce qui a provoqué le malheur des Français. Le ton est donné.

Lorsque Marine Le Pen détaille ses mesures pour l’amélioration du pouvoir d’achat, le robot présidentiel explique qu’il veut sortir des énergies fossiles, qu’il a créé 1,2 million de fiches de paie. Il évalue le niveau des retraites qu’il versera, celui que son adversaire servira, se lance dans des calculs complexes.

Il montera la prime de pouvoir d’achat de 1.000 à 6.000 euros. Avec quel argent ? Et il attaque : « Ce que vous avez dit est factuellement faux ». Il stigmatise « des mesures inefficaces et injustes » et en appelle à « une Europe forte » pour lancer quelques secondes plus tard « Nous ne sommes les vassaux de personne ». En même temps.

Lorsque Marine Le Pen souligne que l’embargo sur le pétrole et le gaz russe « va faire énormément de mal au peuple français. On ne peut pas se faire hara kiri », le robot ne répond pas. Il attaque à nouveau : la Russie est intervenue dans la première campagne présidentielle de Macron « pour me déstabiliser », dit-il. Et il embraye : « Vous dépendez du pouvoir russe ». Il insiste. La banque de la démocratie promise par Macron n’a jamais vu le jour, explique Le Pen, seule cette banque russe l’a financée. Elle est d’ailleurs catégorique pour condamner la guerre en Ukraine. Le robot n’écoute pas. « Ce choix ne vous rend pas indépendante sur cette question ».

Sur l’Europe, Marine Le Pen explique qu’elle veut bâtir une Europe qui respecte l’identité des nations. « Vous voulez en sortir mais vous ne le dites plus », tranche le robot qui, à l’occasion, joue les voyants extra-lucides. S’il le dit, alors… Et il explique que, grâce à l’Europe, on sera plus indépendant pour l’énergie, la défense, l’agriculture. Les agriculteurs étranglés par l’Europe apprécieront. Pour lui, l’Europe, c’est une copropriété. Il interrompt, coupe, tranche, ce vague sourire sardonique aux lèvres.

Est-ce que je peux terminer une phrase ?, demande Marine Le Pen.

Face à elle, Macron est tour à tour affalé sur sa chaise ou comme tapi, les yeux perçants, exorbités, prêt à bondir. Il traite son adversaire de « nationaliste » partisane d’un « rabougrissement sur le territoire national ».

Sur l’insécurité, les chiffres ne sont pas bons ? « Parce que la parole s’est libérée », répond le robot. Il vante son action et ce n’est pas subtil. « Je suis crédible, j’ai baissé les impôts », dit-il. Il a couvert la France de dettes mais n’assume pas, s’énerve et se lance dans un découpage confus. Il est encore nerveux, agressif, face à une Marine Le Pen qui encaisse les coups et marque des points sur l’hôpital.

Il se détendra plus tard dans la soirée. « J’ai vieilli, vous ça ne se voit pas, moi j’ai peur que cela se voie ». Le robot prononce une phrase humaine, enfin, comme la conclusion : « Je vous remercie, je vous respecte en tant que personne ». Marine Le Pen pense que le peuple aspire au « retour de la tranquillité et du bon sens dans la gestion des affaires de l’état ». Le match est joué. Les Français ont vu, une fois de plus, dans toute la splendeur de sa supériorité, le président du mépris.

Marc Baudriller

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Macron se revendique à « l’extrême centre », là où grenouillent ceux qui n’ont aucune conviction

Macron

Vous vous souvenez sans doute du sketch de Coluche sur la publicité ? Il ciblait la lessive. OMO, à l’époque, lançait sur le marché celle qui lave « encore plus blanc ». Je vous rafraîchis la mémoire :

« Le nouvel OMO, il lave encore plus blanc. Parce que l’ancien, heu… valait mieux changer. Alors le nouveau, il lave encore plus blanc. Blanc, moi je sais ce que c’est, comme couleur, c’est blanc. Moins blanc que blanc, je me doute, ça doit être gris clair. Mais plus blanc que blanc, qu’est-ce que c’est, comme couleur ? », demandait Coluche.

Pourquoi Coluche ? Parce qu’en entendant la définition qu’a donnée Emmanuel Macron de son positionnement sur l’éventail politique, on ne peut s’empêcher de songer au sketch de la lessive.

ÀA l’entendre, le nouveau Macron est encore plus « en même temps » qu’en même temps. De centriste qu’il était, le cul entre les chaises de droite molle et de gauche tendre, il est devenu « extrême-centriste ». Le nouveau Macron, donc, est plus centriste que centriste. Comme Coluche, on croyait avoir une petite idée de ce qu’est le centre, quelque part entre les deux oreille de François Bayrou, mais l’extrême centre… c’est quoi, au juste ?

Toujours pontifiant, le Président explique : « Les trois quarts des électeurs qui se sont exprimés [au premier tour], ce qui est quand même assez fort, se sont exprimés pour trois projets : un projet d’extrême droite, ce qui est une radicalité ; un projet d’extrême gauche avec Jean-Luc Mélenchon, qui assume une radicalité politique dans les éléments, en particulier liés au capitalisme et au rapport même à l’économie de marché ; et ce que je qualifierais comme un projet d’extrême centre, si on veut qualifier le mien dans le champ central » (Le Point, 18/4/2022).

Cinq ans de macronisme pour accoucher d’un extrême centre moulé dans le champ central, ça vaut le coup d’en reprendre ! Au temps de Coluche, on aurait volontiers parlé de gloubi-boulga. De kloug, peut-être, roulé sous les aisselles…

On est tenté d’en rire. On a tort, car tout est là, c’est-à-dire la quintessence du n’importe quoi. Emmanuel Macron se définit tel qu’en lui-même : sans forme, sans conviction, sans colonne vertébrale. Livré aux vents de l’économie folle et de l’Histoire qui ne l’est pas moins. Prêt à tout accepter et renier dans l’instant, toujours plus « en même temps ».

Avec sa notion d’extrême centre, Emmanuel Macron ne fait rien d’autre qu’entériner le refus du choix. Il théorise le flottement comme mode d’action, l’opportunisme comme ambition, l’échine souple comme ligne politique. Cet homme-là, on le sait maintenant, n’a aucune réelle conviction. Il se laisse porter par les événements, prétend au compromis quand il ne fait que céder par lâcheté devant la pression, qu’elle vienne de l’étranger ou de la rue.

Affaiblie comme jamais, divisée comme rarement elle le fut, la France d’Emmanuel Macron est devenue un paillasson sur lequel le monde entier, des États-Unis à l’Algérie et de la Grande-Bretagne à la Turquie, en passant par l’Allemagne, s’essuie les pieds. Son extrême centre n’est qu’une ornière bourbeuse où le pays s’enlise. Encore cinq ans comme cela – ou pire, sept ans de Macronie – et nous aurons totalement disparu, avalés, dissous dans « la trempette » mondialisée.

Marie Delarue

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

MENSONGE SUR L’IMMIGRATION : la commission de contrôle favorise Macron

20/04/2022 – FRANCE (NOVOpress)
La commission de contrôle de la campagne électorale a remis en question les chiffres énoncés dans la profession de foi de Marine Le Pen.

Pourtant, ces données sont issues du Ministère de l’Intérieur. Le Rassemblement national dénonce une manœuvre politique pour favoriser Emmanuel Macron.